Le PQ se raccroche aux scandales éthiques

Le fondement de la plainte du PQ au Directeur général des élections est là. Le hic ? Le PQ brûle les étapes.

PolitiqueLe Parti québécois tire sur tout ce qui bouge, alors que le plus récent sondage Léger-QMI place la formation deuxième derrière le Parti libéral. À 40 % des voix, contre 33 % pour le PQ, les libéraux peuvent entrevoir les contours d’un gouvernement majoritaire.

Cette perspective sème la panique dans les rangs péquistes, comme en témoigne la plus récente attaque sur le front de l’intégrité.

En s’appuyant sur des documents judiciaires lourdement caviardés, publiés il y a trois semaines par des médias, le PQ a porté plainte mardi contre le PLQ pour financement illégal auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Les déclarations assermentées des policiers, utilisées pour obtenir les mandats de perquisition chez Schokbéton, font état de l’existence d’une liste d’une vingtaine d’activités de financement qui auraient rapporté près de 701 000 $ au PLQ. Une de ces activités aurait généré à elle seule 428 000 $. Or, le parti n’a jamais déclaré au DGEQ l’existence d’une activité aussi payante.

Le fondement de la plainte du PQ est là. Le hic? Le PQ brûle les étapes.

Les policiers enquêtent présentement sur les allégations de financement illégal du Parti libéral et sur le rôle qu’aurait joué Marc Bibeau, président de Schokbéton et grand argentier des libéraux sous Jean Charest.

Le DGEQ ne va pas mettre son nez dans cette affaire, au risque de nuire à l’enquête policière. L’enjeu est trop important, et il dépasse le cadre pénal dans lequel évolue le DGEQ. L’enquête porte sur des allégations de complot, fraude, abus de confiance, corruption de fonctionnaire, fraude envers le gouvernement et contribution d’entrepreneurs à une caisse électorale. Le genre de magouilles qui déborde largement du mandat du DGEQ.

Par ailleurs, ce genre d’enquête prend du temps. Même si le DGEQ se mettait au garde à vous demain matin pour accommoder le PQ, il n’arriverait pas à des résultats instantanés.

Il faut prendre la sortie du PQ pour ce qu’elle est: une tentative d’associer la candidature de Philippe Couillard aux squelettes de l’ère Charest.

Pendant que le ministre de l’Education, Pierre Duchesne, demandait l’intervention du DGEQ, sa chef Pauline Marois a rappelé les controverses éthiques des libéraux de Jean Charest.

La situation est frustrante pour le PQ. L’UPAC tourne autour du PLQ mais elle n’a pas encore terminé son enquête. Et la commission Charbonneau a suspendu ses travaux  pour la durée de la campagne, alors qu’elle s’apprêtait à discuter de financement illégal.

Le PQ est à court de matière neuve pour donner des leçons d’éthique aux libéraux et il est prêt à sauter sur la moindre occasion pour saper les bases du PLQ, un parti d’une surprenante résilience.

Même humilié par les scandales de collusion et diminué par sa gestion navrante du conflit étudiant, Jean Charest a réussi à bloquer la formation d’un gouvernement majoritaire du PQ, il y a à peine 18 mois, et il a permis au PLQ de former l’opposition officielle.

Philippe Couillard est un politicien moyen qui mène une campagne prévisible en misant sur la hantise référendaire des Québécois. C’est peut-être tout ce qu’il lui faudra pour s’imposer lors du scrutin.

* * *

À propos de Brian Myles

Brian Myles est journaliste au quotidien Le Devoir, où il traite des affaires policières, municipales et judiciaires. Il est présentement affecté à la couverture de la commission Charbonneau. Blogueur à L’actualité depuis 2012, il est également chargé de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

Laisser un commentaire

Justement, au sujet de l’éthique, si vous voulez vraiment en savoir plus sur le « deal » du couple Marois-Blanchet avec la mafia syndicale et sur leurs avoirs qu’ils refusent net de dévoiler contrairement à Monsieur Philippe Couillard qui fait preuve, dans ce dossier, d’une transparence irréprochable, votez Libéral.

Ainsi, une fois les Libéraux au pouvoir (préférablement majoritaires!), ils pourront faire comparaître la Marois et son mari, Claude Blanchet en commission parlementaire et ils n’auront ainsi d’autre choix que de nous dévoiler LA VÉRITÉ!!!

Sans vouloir vous contredire pour le plaisir de le faire. Je ne dirais pas que monsieur Couillard est un politicien moyen. Je trouve qu’il s’en tire bien dans le contexte plutôt vicié actuel lorsqu’il se montre jusqu’à présent assez fair-play avec ses adversaires.

Quoiqu’il en soit pour revenir au fond, je trouve que cette plainte logée par le PQ au bureau du DGEQ, relève de ce qui se fait de plus nul dans le domaine de la politique. En campagne électorale et dans celle-ci en particulier, on n’est pas à la moindre petite approximation « prête ».

Tout cela raffermira peut-être la position déjà intransigeante de quelques-uns lorsque dans le meilleur des cas, cela limitera peut-être l’érosion du Parti Québécois. Et si ce parti continue sur cette voie, il n’y a pas loin de la coupe aux lèvres qu’il ne finisse par devenir au Québec ce que le Bloc est devenu à Ottawa.

C’est le choix des péquistes de s’auto-saborder. Ce n’est pas le mien !

Oh…on attend toujours les actifs du couple Marois-Blanchet.

Pourquoi ne veulent-ils pas nous renseigner sur leurs avoirs et ainsi faire preuve de VRAIE tansparence?

Un péquiste pourrait-il nous renseigner là-dessus?

La dernière de Couillard: la divulgation des avoirs
Les « vraies » affaires du PLQ:
référendum…référendum…référendum
Puis là, Couillard va nous dévoiler ses avoirs financiers.
Faudra-t-il choisir son premier ministre sur le nombre de millions qu’il possède?
Choisira-t-on celui qui en a le plus?
Celui qui en a le moins? Celui qui n’en a pas?
Nous savons que M. Couillard a beaucoup d’argent.
Ce que l’on aimerait savoir c’est comment M. Couillard est devenu millionnaire? Avec qui?
Ça, il ne nous le dira pas.
Je connais des gens qui ont travaillé en Arabie saoudite. C’est payant l’Arabie saoudite. Plusieurs de ces gens ont placé une partie de leurs avoirs ailleurs, dans certains paradis.
M. Couillard a passé cinq ans en Arabie saoudite. Va-r-t-il nous dire les avoirs qu’il détient dans certains paradis?

Et voilà.
Je savais.
J’attendais que sa sorte.
Et j’ai été surpris qu’il aborde lui-même le terrain de l’éthique et surtout par le biais des déclarations d’impôts.
Et donc Philippe Couillard lorsqu’il était en Arabie a placé son argent à Jersey (lieu de résidence de certains de mes ancêtres…).
Pour ceux qui ne savent pas c’est un paradis fiscal par excellence reconnue pour la confidentialité!
Ça fait des semaines que je parle de la question des paradis fiscaux.
Mais pas les politiciens.
Et pas les journalistes reliés à la campagne électorale.
Mais la c’est sortie.
On verra bien ce que les communicateurs professionnels feront de la question.
Taperont-ils sur le clous comme sur le référendum?
Le premier à avoir soulevé la question en voulant examiné les façons de faire des banques, fut le ministres des finances Yves Séguin durant son premier mandat. Il avait été présenté comme le bras droit de JC et comme son homme de confiance pour gérer les finances du Québec. Quelques mois après les élections, lorsqu’il a abordé la question …des banques… en un temps trois mouvements il c’est retrouvé sur les banquettes arrières de l’assemblée nationale. Il a finit par démissionné.

« Pour ceux qui ne savent pas c’est un paradis fiscal par excellence reconnue pour la confidentialité! » (sic)

FAUX!!!

http://www.lesaffaires.com/blogues/francois-pouliot/paradis-fiscal-philippe-couillard-a-t-il-mal-agi/567577/2

Extrait:

« Or, la liste noire de l’OCDE ne date que de juin 2000 (ce n’est pas la version de monsieur Couillard, c’est notre propre trouvaille). De laisser entendre qu’il a pu choisir cette juridiction parce qu’il la savait plus cachottière que d’autres est injuste. À cette époque, tous les paradis fiscaux étaient pas mal sur un pied d’égalité côté secret bancaire. C’est après les faits que l’île Jersey est devenue délinquante.

À moins de nouvelles révélations, il semble donc malhonnête, avec les faits actuels, d’attaquer la probité de Philippe Couillard. »

Fin de l’extrait.

De plus:

http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec-2014/201403/26/01-4751775-philippe-couillard-et-francoise-david-ouvrent-leurs-livres.php

Par contre, on attend toujours les actifs du couple Marois-Blanchet!!!

Combien d’argent ont-ils reçu suite au « deal » avec la mafia syndicale?

Combien d’argent ces milliardaires ont-ils transféré dans de VRAIS abris fiscaux???

Et ça se prétend transparent et éthique…

« Or, la liste noire de l’OCDE ne date que de juin 2000 »
Ce n’est pas parce que la liste noire n’existait pas au moment que Monsieur Couillard a décidé de choisir un paradis fiscal démontre que ceux voulant le faire ne connaissait pas cette particularité que l’Ile Jersey offrait à ceux qui voulaient y placer leur argent.
Une liste, d’autant plus qualifiée de « noire » ne se constitue pas instantanément au moment de la connaissance de faits supposés ou même avérés et prouvés.
L’ile Jersey n’a pas offert cette confidentialité le 31 janvier 1999 et la liste noire publié le lendemain soit le 1er janvier 2000 !

D’autant plus qu’il ne faut pas trop encenser Plippe Couillard pour avoir pris le devant en offrant une transparence discutable et angélique en provoquant les autres chefs en leur demandant de faire la même chose.
En effet il savait que le journaliste d’enquête sortirait l’information 2 jours après puisque comme les autres, il avait été questionné sur le sujet par Alain Gravel.

Comment parler d’éthique sans aborder le viol perpétré par le Parti québécois de la nouvelle loi 3 sur les élections à date fixe.

Rappelez-vous les paroles de Drainville lorsqu’il était honnête et intègre:

Je le cite: «En fixant une date d’élection, on fait disparaître la stratégie partisane de la date électorale. Finis les déclenchements en fonction des sondages, finis les déclenchements en fonction des commissions d’enquête. Finie la machine à rumeurs (…). Avec des élections à date fixe, tous les partis partent sur le même pied. Ça met de l’ordre dans les règles du jeu.»

Vous avez oublié ces paroles? Ne vous en faites pas… Lui aussi.

…et ça vient nous parler d’éthique et de transparence…

Le PQ est devenu du n’importe quoi!

Maintenant, le PLQ a acepté dans leur équipe 3 anciens du secteur boursier et des banques ( Coiteux, Laetao, Daoust ). C’est le lobbyisme financier qui vient de s’introduire dans la politique active au Québec, comme aux USA….

Le même genre d’individus qui ont précipités les USA et le reste du monde dans la prire crise économique que la planéte ait connue….C’est le début de la fin de la démocratie au Canada comme au Québec…

Les partisans libéraux sont en pâmoison devant la résilience du PLQ… Faut-il être d’une naiveté crasse, pas à peu près… Le parti Libéral a toujours été le parti le plus riche sur la scène canadienne et québécoise. Ils ont TOUJOURS été des experts du financement de parti. C’est une trés vieille culture d’argent illicite, de retour d’ascenseur et de diner à $5000.00 le couvert….

Pas étonnant, qu’il pouvait se maintenir en place et étouffer, la plupart des scandales que des journalistes intègres tentaient de dévoiler… Mais voilà, que depuis l’arrivée du Parti Québécois au pouvoir, ce gouvernement a fait passer plusieurs lois pour assainir les moeurs politiques au Québec. Bien sûr que cela empêche certains milieux d’affaires de DANSER EN ROND…. La Commission Charbonneau ne les enchante pas non plus !!!!

Bien sûr que le conseil du Patronnat est contrarié… Et, POURQUOI a-t-on vu une telle ruée des médias et de certains journalistes pour combattre (harceller) le PQ tandis que le PLQ n’était qu’à peine effleuré… Seul l’INDIGNATION des citoyens PEUT changer leur comportement….

J’ose croire que la VOLONTÉ des gens à exiger de l’intégrité peuvent encore avoir une influence pour contrebalancer l’effort de désinformation que l’argent peut produire….

Il ne faut pas négliger ce pouvoir souterrain d’influence… COMMENT pouvons-nous expliquer qu’il n’y a personne qui semble assez intelligent pour comprendre qu’il est impensable de vouloir tenir un référemdum dans la conjoncture économique actuelle et qui va perdurer, au minimum, une décennie encore.

Il en a fallu des perroquets pour imprimer cette couleur à la campagne…. Et je ne parle pas que des Finfinaux sur twitter ou sur les bloques, je parle du travail de journalistes, des gens ( pour la plupart ) assez « allumés » qui, tout en comprenant cette impossibilité, ont continué à soutenir la tactique libérale… Qu’est ce que le Parti Québécois a de si menacant pour EUX ????

N’a-t-il pas eu une très bonne gouvernance, n’a-t-il pas assaini les moeurs politiques pour une meilleure Démocratie, ne possède-t-il pas une bien meilleur fiche en terme d’honnêteté et de transparence ???? Les analystes sérieux avouent même que leurs politiques économiques se ressemblent !!!

Ben Oui, qu’ils peuvent avoir une ou deux pommes pourris, eux aussi .(la politique a le don de les attirer !!!) MAIS, au moins ce n’est pas le TONNEAU lui-même qui est POURRI et qui les contamine tous !!!!

ALORS, en dehors de la petite politique mesquine, est-ce qu’il y quelqu’un d’assez COURAGEUX pour dire, à NOUS les citoyens, QUE SE PASSE-T-IL VRAIMENT ????