Le principe de la négo expliqué à Charest…

Le petit Nathan, dix ans, rendu célèbre par Pierre Foglia pour la qualité de sa pensée et de son expression écrite, a un conseil à donner au Premier ministre:

Laisser un commentaire

Comme quoi «la valeur n’attend point le nombre des années!» (Le Cid – Pierre Corneille)

Bravo jeune homme ! Voilà ce qu’est de parler avec la tête et le coeur, avec générosité et bon sens.

Le problème c’est que Jean Charest n’est pas intéressé au jeu de la négociation. Il ne souhaite pas partager une victoire. Les histoires de gagnants-gagnants, ça ne l,intéresse pas. Pour lui les étudiants ne sont qu’un instrument.

En fait le seul jeu qui intéresse Jean Charest est le jeu du Pouvoir. Il veut être le seul à gagner. Il s’est fait le pari qu’il gagnerait les prochaines élections. Tous les moyens sont bons et ils les a à peu près tous utilisés jusqu’ici.
Ce qu’il aime de la politique, ce sont ces jeux de stratégie pour gagner. Sa dernière tactique ? Frustrer les étudiants au maximum, attiser la violence pour ensuite arriver avec sa matraque et frapper pour mieux casser ces éléments qui ne voteront d’ailleurs jamais pour lui.
Une pierre deux coups, car en même temps, il se fait du capital politique en jouant les durs devant cette minable minorité d’étudiants entêtés et baveux, enfants gâtés et voyous…
Et le pire c’est que ça marche. Plusieurs tombent dans son panneau. Les étudiants cassent. t Les mesures matraques sont applaudies par le bon peuple. Les radios poubelles et les chroniqueurs de feuilles de choux scandent en coeu :Ben bon pour ces jeunes qui ont ce qu’ils méritent.
Jean Charest est content. Jean Charest se croit bien bon. Il pense bien qu’il est en train de gagner. Dans le domaine de la tricherie et du cynisme Charest chausse de grandes pointures.

Je déteste tout ce qui ressemble à l’instrumentalisation des enfants. Même si les idées qu’ils expriment leur sont personnelles, même s’ils s’expriment plutôt bien.

Je trouves ces propos un peu biaisé…avec un beau carré rouge en arrière de lui.
Mr Lisée il ne faut oublié que le Québec est un état dans l’amérique du nord….le sous-financement universitaire doit être aussi compris dans le contexte compétitif nord américain….la compétion est dans le Roc et aux USA…..je connais ds profs qui nt des coll`gues qui travaillent maintenant dans le roc ou au USA pour plus de moyens et $$$$….il faudrait aussi dans votre façon de voir les choses considérer ça…..le Québec ne peut plus vivre en vase clos..on doit s’inscrire dans un contexte universitare Mondiale…..Je suis pour une hausse des droits de scolarité….mais pas de 82% il y avait moyen de faire autrement mais néenmoins il faut une hausse….aussi par contre Le gouvernement Charest a fait dans ce conflit de nombreuses erreurs…la loi en sera sa dernière….car même si la hausse est porté par la population la façon de gèrer de Charest en sera sa perte….un 1er ministre qui ne s’implique pas personnellement avec sa jeunesse laisse entrevoir un mépris gouvernementale pour celle-ci…..C’est dommage mais je n’aurais jamais cru un gouvernement québécois aussi mal foutu que les Libéraux des années 2000….vous êtes chanceux qu’il n’y est pas eu de vrai opposition à Québec dans les 10 dernières années …mais là avec Legault la donne vas changer

Je crois plutôt que le petit Nathan devrait aller expliquer les principes de la négo aux « leaders » étudiants qui n’ont plus de « leader » que le nom à ce que l’on m’a dit…

A nouveau ,une demonstration de Ve rite faite par un garcon ayant un GROS BON SENS.

John James, l’adulescent parrain liberal, saura très tôt taxer, intimider et matraquer ce petit génie; le taxage, l’intimidation et le matraquage ne sont-elles pas les méthodes employées depuis dix ans déjà par l’associations des malfrats actuellement au pouvoir ?

Lisée lui c’est un pro de la négo. Lisée c’est le pro qui a dit le 5 mai que l’entente avec le gouvernement était une victoire totale des étudiants. Mais de 24h plus tard le pro de la négo est devenu le pro du flip-flop.

Et est-il illusoire de croire que notre jeune pourrait infléchir la pensée d’un honorable suite à son succès auprès du pm.

Je lis les commentaire de certain et ils n’aprécie pas de se faire donner la leçon par quelqu’un qui n’as que dix printemps.

hahahahahaha!

« Les étudiants devraient se déclarer satisfaits d’avoir protégé leur pouvoir d’achat pour au moins l’année à venir, d’avoir mis les budgets des universités dans la mire, d’avoir introduit dans le débat public la notion de gratuité. De s’être dotés d’une capacité organisationnelle sans précédent. C’est déjà énorme. » dixit un pro de la négociation à propos de l’entente du 5 mai.

La valeur n’attend pas le nombre des années.

Les valeurs non plus n’attendent pas le nombre des années.

Quand on connait l’entourage de ce petit… On comprend bien des choses. Ne soyez pas dupes…

Quand on connait l’entourage ce petit, on comprend bien des choses. Ne soyez pas dupes…

Le principe de la négo n’a pas à être expliqué à Charest!

La plupart des participants à ce blog se sont « enchainés » dans leur paradigme consistant à penser que l’augmentation des frais de scolarité devait nécessairement faire l’objet de négociations.

Permettez-moi de diverger totalement d’opinion.

Tout gouvernement doit, dans l’exercice de ses fonctions prendre un nombre important de décisions, certaines relatives à l’augmentation ou l’imposition de frais pour des services qu’il rend directement ou par le biais « d’agences ».

Dans le cas des frais pour les études collégiales ou universitaires, je ne vois pas en quoi la situation diffère de celle du coût de l’électricité, des taxes que le gouvernement prélève sur le carburant, de la cotisation à l’assurance maladie, etc.

Aussi, la conclusion hâtive à l’effet que M. Charest a été un mauvais négociateur est erronée. En fait, il a fait la seule chose à faire dans les circonstances : appeler le mouvement un boycotte et non une grève et donc n’avoir rien à négocier.
Il aurait pu, il est vrai, « s’asseoir » avec les étudiants et discuter. Je suis certain qu’il aurait été accusé de paternalisme s’il avait dit le moindre mot.
S’il avait acquiescé à la demande de Marois et d’autres et se serai assis pour « négocier », on lui aurait certainement reproché d’avoir créé un précédent et que tous les gouvernements dorénavant auraient à « négocier » TOUTES les augmentations de coûts.

André DAVID, Laval

Je crois que ça prend un début à tout en termes de négociation et d’argumentation sur les décisions du gouvernement d’augmenter les frais de ceci et de cela. Jamais on ne se choque, mais cette fois, c’est fait. C’auront été les étudiants qui auront initié le pas, soit notre nouvelle génération et tant mieux. Ça nous servira de modèle pour les futures décisions à venir, que nous jugeront peut-être inappropriées de la part du gouvernement actuel ou futur. Nous avons élu une démocratie, que cela soit donc respecté dans tous les sens du terme. Nous avons notre mot à dire, qu’il soit chochoté ou crié bien fort. Vive à liberté d’expression!

J’habite en espagne lors des manifestations du 22 mai les étudiants á León ont porté la carré rouge en signe de solidarité.
Quand la police est partout les libertés regressent.
De Montréal á Madrid, la jeunesse á de bonnes raisons de manifester.
Les dirigents politique savent très bien que c’est le systéme qui est en cause et ils ont peur alors ils sortent dans la rue les forces de répression.
La myopie politique des gouvernements là ou ailleurs est pathétique.
La jeunesse en lutte c’est toujours un signe d’espoir!!!