Le prix du silence d’Ignatieff

Le chef libéral Michael Ignatieff a repris la route depuis le début du mois d’août, visitant ses militants et les électeurs de la Gaspésie, du sud de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse. Mais qu’importe qu’on lui reproche depuis le début de l’été de ne pas exposer ses idées, il résiste. Il ne veut pas ouvrir son jeu trop vite car il craint de subir le même sort que Stéphane Dion. Ce dernier s’est fait tailler en pièces par les conservateurs et a chuté dans les sondages après le dévoilement de son Tournant vert, en juin 2008.

La prudence de Michael Ignatieff ne semble pas le prémunir contre une menace semblable. Le dernier sondage Strategic Counsel, paru dans le Globe and Mail cette semaine, place le Parti libéral deux points derrière les conservateurs et ce, à deux mois du possible déclenchement d’élections fédérales.  Stéphane Dion affichait le même score en juin 2008, deux mois avant l’appel aux urnes de l’automne dernier.

Le sondage de cette semaine montre en outre que Michael Ignatieff devait encore rallier les groupes d’électeurs généralement bien disposés à l’endroit des libéraux, c’est-à-dire les jeunes, les femmes, les citadins et les sympathisants du NPD. Des libéraux commencent à reconnaître qu’il est difficile de se tourner vers un parti dont on ignore la mission.

Laisser un commentaire

Pourtant facile la mission…..être honnête, mais c’est mission impossible chez les libéraux.
Alors, si le prince d’origine russe a peur des conservateurs, c’est qu’il n’a rien d’intéressant à proposer et surtout qu’il n’a aucun courage.
On l’a vu quand il avait gueuler pour la réforme de l’assurance-emploi pour s’éclipser lorsque le temps fut venu de passer aux actes…..
Ignatieff….Ha! Ha!Ha!….ni plus ni moins que moins d’un très petit arriviste.
Duceppe est le plus grand représentant du Québec.
Heureusement au Québec il y a un parti propre.

La mission du Parti libéral c’est d’agir en tant qu’opposition officielle. Il se doit de critiquer sans relâche le gouvernement – ce qui devrait être très facile et efficace, les Conservateurs se retrouvant eux aussi au même endroit dans les sondages qu’avant l’élection de 2008.

En tant que membre du PLC, je suis plutôt triste de lire ce matin que c’est un premier ministre de l’Ontario – un bon libéral quand même – qui fait les manchettes avec une critique du gouvernement concernant le sort de Suaad Hagi Mohamud. Il me semble que ce devrait être Ignatieff.

Si Ignatieff se mettait à critiquer le gouvernement sans relâche, il se démarquerait automatiquement des politiques du gouvernement. Le programme électoral peut attendre la période électorale.

Pour Monsieur Duceppe , je suis totalement en accord…
C’est une vraie farce , ce pays -la….
On passe de Libéral a conservateurs depuis combien d’années ????
Et a chaque fois , les électeurs se laissent charmer…. le renouveau , disent-ils a chaque fois….

A-t-on déja oublié les COMMANDITES ????
Ce parti corrompu qui a engloutti NOTRE argent pour essayer de nous vendre le beau grand canada !!!

C’est ca les sauveurs ?? Insignatief et compagnie ????

Et la roue tourne !!!!!

Mme Cornellier,

On peut voir le verre à moitié vide ou le verre à moitié plein.

Je remarque pour l’instant qu’il y a un travail qui a été fait. La situation financière du parti libéral s’est améliorée, et M. Ignatieff semble avoir fait l’unité de son parti. Aussi, au niveau de son apparence physique, il y a eu une grande amélioration. Toutefois, s’il pouvait finir par se débarrasser de ses tics, cela l’aiderait encore plus. Avec M. Dion, on n’avait pas l’impression que ça progressait.

On se souviendra que M. Duceppe a passé par une période difficile au début. Il faut se rappeler de son p’tit bonnet qui a fait scandale, et ses indécisions comme celle-ci : Irais-je au PQ ?

Ce qui a fait la différence chez M. Duceppe, c’est qu’il est un grand travailleur. Aujourd’hui, il est « gras dur » parce qu’il a bien travaillé.

On finira bien par l’avoir le programme électoral des libéraux, et travailler, ce n’est pas nécessairement s’agiter.

Présentement, rien n’est certain. On a l’impression que nos Canadiens obéissent surtout ces temps-ci à leurs instincts associés au territoire. C’est du régionalisme. Ce sera difficile à changer. On a l’Ouest des conservateurs et l’Est des libéraux, ainsi que des valeurs différentes. Les spécialistes disent que les valeurs ne se discutent pas et ne se raisonnent pas. Ils font trop parti intégrante de la personne.

On est peut-être condamné à s’opposer. Comme disait le philosophe Pascal, il faut savoir distinguer ce que l’on peut changer, et ce que l’on ne peut pas changer. M. Ignatieff devra en tenir compte.

Pour avoir un Québec fort nous devons élire plusieurs députés québécois.
Ces députés Québécois sont des Québécois qui aiment le Québec et travaillent au profit du Québec, car ils sont au pouvoir.
Avec le Bloc, on garde le Québec reculé et arriéré,
Le Bloc pas de pouvoir et Gilles Duceppe n’est bon qu’a gueuler, sans ne rien construire.
Je suis bien tannée de l’entendre…

Vite l’harmonie et le Québec peut trouver
son compte dans ce beau grand pays qu’est le Canada.
Pour rien au monde je ne voudrais me séparer.

Regardez ailleurs ce qui est arrivé lorsqu’il y a eu séparation, l’Ex Yougoslavie par exemple……..
M.B.

J’aimerais ajouter à mon commentaire que le Québec gère la santé et l’éducation et voyez quel
désastre, alors qu’arriverait-il si le Québec était séparé? inquiétant……..n’est-ce pas?
M.B.