Le problème de cœur de Simon Jolin-Barrette

Même une réforme bien intentionnée peut se fracasser sur une mauvaise exécution. C’est ce qui se produit avec les modifications au PEQ en matière d’immigration. Pourtant, il ne suffirait de presque rien, un peu d’empathie et quelques ajustements, pour réorienter la réforme sans tollé, explique Alec Castonguay.

Simon Jolin-Barrette le 30 octobre 2019 (Photo : La Presse canadienne)

La première fois, c’est une erreur. La deuxième, c’est un manque de cœur.

Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, aurait dû apprendre de son faux pas du printemps dernier, lorsqu’il a mis à la poubelle, sans état d’âme, 18 000 dossiers de nouveaux arrivants. La manœuvre avait créé la panique chez près de 6000 personnes déjà au Québec qui attendaient une réponse du gouvernement.

Au-delà des chiffres et des dossiers en traitement, il y a des êtres humains. Qui ont mis leur vie entre parenthèses dans l’espoir de réorienter leur destin et celui de leurs enfants, avec le Québec comme terre promise.

Pour calmer la grogne, le ministre Simon Jolin-Barrette avait ensuite permis à ces 6000 personnes de faire une demande en vertu du Programme de l’expérience québécoise (PEQ). S’ils parlaient français, résidaient déjà au Québec et avaient un emploi depuis au moins un an, ils seraient admissibles au PEQ, qui permet d’obtenir le Certificat de sélection du Québec (CSQ) — le papier qui donne accès à la résidence permanente — en seulement un mois, plutôt qu’une moyenne de deux ans par la voie très incertaine du processus régulier.

C’est ce programme, le PEQ, que le gouvernement vient de réformer. Une décision qui touche essentiellement les étudiants étrangers déjà ici et les travailleurs temporaires. Et le ministre Jolin-Barrette refait la même erreur : balloter des humains comme s’ils n’étaient que des chiffres dans la machine étatique.

Ça ne veut pas dire que toute la réforme de l’immigration de Simon Jolin-Barrette est mauvaise. Au contraire, il y a de bonnes intentions dans plusieurs domaines. J’y reviendrai plus loin. Mais même une réforme bien intentionnée peut se fracasser sur une mauvaise exécution.

Pourtant, comme le chantait Serge Reggiani, «il suffirait de presque rien» pour que l’atterrissage soit moins brutal.

Le 30 octobre, le ministre Simon Jolin-Barrette a annoncé le nouveau test des valeurs imposé à l’arrivée des immigrants. Une nouvelle qui en a obscurci une plus importante : dès maintenant, les étudiants étrangers et les travailleurs temporaires devront détenir un diplôme ou avoir une expérience d’emploi dans des domaines définis par le gouvernement afin d’avoir accès au PEQ.

Par le passé, aucune distinction n’était faite selon le domaine de formation ou le travail occupé. Le gouvernement souhaite davantage arrimer l’immigration avec la pénurie de main-d’œuvre.

Créé en 2010, le PEQ concentre l’immigration idéale, celle que le gouvernement souhaite encourager. Ceux qui y sont admissibles ont étudié ou travaillé au Québec, alors leur diplôme ou leur expérience est facilement reconnu par les employeurs. Pas de chichi sur l’équivalence des compétences. Ces candidats sont déjà intégrés, parfois depuis plusieurs années. Ils parlent français, ont un réseau d’amis, parfois même de la famille ici et certains sont en couple et ont eu des enfants au Québec. Ils sont souvent jeunes et brillants. Dans certains domaines de pointe, comme l’intelligence artificielle, les pays s’arrachent ces candidats qui ont choisi le Québec. Quoi demander de mieux?

Immigrer au Québec n’est pas un droit, c’est un privilège. Le gouvernement peut changer les règles et les adapter au contexte social ou économique. C’est même sain de réévaluer ses pratiques régulièrement. Il faut donner ce mérite à Simon Jolin-Barrette : pour la première fois depuis longtemps, le gouvernement se préoccupe de la réussite de l’immigration au Québec.

Mais ça ne dispense pas le gouvernement de ses responsabilités. L’État québécois n’est pas le dépanneur du coin. Quand il prend une décision, il y a des conséquences. Il doit être habile quand il redirige le paquebot étatique. Il doit y aller avec doigté, douceur même, quand des vies sont en cause.

Après tout, l’empathie est aussi une valeur québécoise.

C’est le premier problème du coup de barre que vient de donner le ministre Jolin-Barrette : la date d’entrée en vigueur des modifications au PEQ.

***

Contrairement à ce que le ministre laissait entendre en conférence de presse, les modifications réglementaires ne s’appliquent pas qu’aux nouvelles demandes faites depuis le 1er novembre. Les candidats ayant postulé au PEQ et dont le dossier n’a pas encore été traité sont également concernés par ces mesures.

Il y a environ 48 000 étudiants étrangers au Québec. Ils ne sont pas tous désireux de s’installer ici en permanence, mais plusieurs milliers ont répondu à l’appel de nos universités et centres de recherche, et pensent rester ici. D’autres ont répondu à la demande des entreprises et bénéficient du statut de travailleur étranger temporaire.

Tous ont cru aux promesses du Québec, qui les encourageait à venir s’installer dans notre beau coin de la planète. Ils sont venus de bonne foi, et voilà qu’en cours de route, le gouvernement change les règles du jeu.

Depuis quelques jours, les témoignages de détresse, d’incompréhension et de peur se comptent par centaines sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Il aurait été si simple de modifier les règles pour qu’elles s’appliquent aux étudiants étrangers qui s’installeront ici à partir de janvier 2020 ou septembre 2020. Même chose pour les travailleurs temporaires, pour ne pas pénaliser ceux qui sont déjà ici et qui occupent un emploi. Pourquoi les mettre à la porte?

Ainsi, ceux qui ont répondu à l’appel du gouvernement, des universités et des entreprises selon les anciens critères ne seraient pas touchés, alors que les nouveaux venus, dans quelques mois, le feraient en toute connaissance de cause. On réoriente le navire, sans faire trop de vagues.

Un tel délai d’adaptation, en plus d’être plus humain, calmerait la colère qui monte depuis quelques jours dans les milieux universitaires, les centres de recherche de pointe, à la ville de Montréal, chez les organismes de démarchage comme Montréal International, au sein de la communauté d’affaires et dans celle de l’intelligence artificielle.

***

L’autre problème de cette réforme, c’est la liste des diplômes admissibles ou celle des métiers dans le volet des travailleurs temporaires pour obtenir l’accès au PEQ. Du jour au lendemain, le gouvernement restreint le programme à ce qu’il juge être des domaines où sévit une pénurie de main-d’œuvre.

Il y a là une bonne intention à la base, mais une part de subjectivité qui complique la vie de ceux qui recrutent dans certains secteurs très prometteurs. Par exemple, dans la liste des 218 diplômes qui donnent maintenant accès au PEQ, il n’y a que 7 types de doctorats et 24 maîtrises. Et aucun en informatique ou en mathématique, dont le domaine de l’intelligence artificielle (IA) a grandement besoin.

La sommité mondiale de l’IA, Yoshua Bengio, tire la sonnette d’alarme. Bien des jeunes chercheurs talentueux ne vont pas attendre sur la liste régulière d’immigration du gouvernement, ils vont simplement prendre la voie rapide qu’offrent les États-Unis ou l’Ontario. Il sait de quoi il parle. Son centre de recherche, le Mila, accueille 435 étudiants, dont 339 proviennent de l’étranger. Il est une pépinière vitale pour les autres entreprises en IA au Québec.

Le gouvernement a choisi de valoriser davantage les métiers techniques, ajoutant des professions absentes autrefois et assouplissant le nombre d’heures minimum requis d’expérience dans certains domaines pour être admissible au PEQ. Ainsi, des métiers comme boucher, briqueteur, maçon, extracteur minier et peintre en bâtiment sont maintenant admissibles au PEQ. Les monteurs de lignes électriques aussi, si on souhaite donner un exemple collé à l’actualité des derniers jours. C’est bien.

Il y a aussi plusieurs professions et diplômes reliés à la médecine et à la santé, ça se comprend. Mais comment expliquer que le Québec souhaite offrir la voie royale d’admission à un vétérinaire, mais pas à un doctorant en informatique? Le diplômé en littérature française n’a plus accès au PEQ, mais on n’a pas davantage fait de place pour les diplômés de second cycle en travail social ou en protection de l’enfance, alors qu’on a des besoins en ce sens.

La liste des diplômes et des professions sera mise à jour chaque année, en fonction des besoins du marché du travail. Rien n’est donc coulé dans le béton. N’empêche, quitter son pays natal et immigrer au Québec n’est pas une mince décision. Ce ne sera pas simple pour quelqu’un qui souhaite venir étudier et s’installer ici de prévoir ce que le gouvernement privilégiera dans quelques années, lorsqu’il sortira du DEP, du cégep ou de l’université.

Le premier ministre François Legault a souhaité calmer les inquiétudes lundi, en affirmant que «si c’est nécessaire d’ajuster, on ajustera». Or, c’est nécessaire.

François Legault a ajouté : «C’est clair que l’intelligence artificielle, c’est un secteur où il manque et il manquera de main-d’œuvre. Il n’est pas question de refuser une personne, que ce soit un travailleur ou un étudiant en IA.»

Ce qui est embêtant pour le gouvernement, c’est que la réforme annoncée la semaine dernière entre en contradiction avec son agenda économique dans certains secteurs de pointe, comme l’IA, mais également sur ses visées identitaires.

Je le répète, les nouveaux arrivants admissibles au PEQ, autant les étudiants étrangers que les travailleurs temporaires, sont les plus faciles à intégrer et à franciser. La moindre des choses serait de protéger ceux qui sont déjà ici. Le gouvernement ne peut pas perdre au change. 

***

L’exécution déficiente de la réforme annoncée la semaine dernière, comme celle des 18 000 dossiers le printemps dernier, fait malheureusement de l’ombre à d’autres initiatives de Simon Jolin-Barrette.

Dans la semaine du 26 août, j’avais salué, lors d’une chronique à la radio, l’augmentation importante des ressources consacrées à l’accompagnement des immigrants en régions.

Québec investira 8,3 millions de dollars par année afin de tripler le nombre de bureaux régionaux du ministère de l’Immigration, qui passera de 21 à 61. Ce qui permettra au ministère de desservir plus de 50 villes. Le nombre d’employés du ministère de l’Immigration qui accompagnent les nouveaux arrivants passera de 51 à 162. Plus de 75 % des nouveaux employés travailleront à l’extérieur de Montréal.

Ce redéploiement s’inscrit dans la volonté du gouvernement d’inciter les immigrants à s’installer hors de Montréal et de mieux répondre aux besoins de main-d’oeuvre des entreprises. On le sait, la régionalisation de l’immigration est un échec depuis des années. Entre 2006 et 2015, 74 % des immigrants se sont installés dans la région métropolitaine (Montréal, Laval et Longueuil), soit 272 000 personnes. À Québec, c’est 5,4 %. En Outaouais, 3,1 %. En Abitibi, à peine 0,2 %.

Un meilleur accompagnement, plus personnalisé, ne peut qu’être bénéfique. «La présence insuffisante du ministère de l’Immigration sur le terrain a des conséquences concrètes, notamment le manque de services adéquats. C’est pourquoi un changement majeur s’impose», disait alors le ministre Simon Jolin-Barrette, avec raison.

Dans la même semaine, Québec annonçait 55 millions de dollars lors des deux prochaines années pour faciliter le recrutement et l’intégration à l’emploi des immigrants. Le gouvernement aidera les entreprises qui partent à la chasse aux meilleurs talents, notamment en absorbant une partie de leur facture lors des missions à l’étranger.

Le budget du ministère de l’Immigration vient de bondir de 146 millions de dollars par année, soit une hausse de 42 %, essentiellement pour la francisation et l’intégration des nouveaux arrivants. Il y aura plus de classes de français et une allocation plus généreuse pour les suivre.

Des décisions positives.

Le trait commun de ces annonces? Pour une rare fois depuis le début du mandat de la CAQ au pouvoir, l’immigration n’était pas qu’un problème, mais un atout pour le Québec. L’immigration n’est pas la panacée, loin de là, mais ce n’est pas non plus un problème lorsque tout se fait dans l’ordre.

Avec ces annonces en août, le gouvernement reconnaissait que la réussite des nouveaux arrivants est une tâche partagée. L’immigrant doit contribuer à son intégration, bien sûr, mais le Québec doit aussi lui donner les outils de sa réussite. Ce n’est pas qu’une question de nombre ou de seuils annuels.

Ce contrat implicite, moral, entre celui qui vient refaire sa vie au Québec et l’État qui le reçoit est aussi primordial que fragile. Les deux parties doivent assumer leur part de responsabilité.

Or, en réformant le PEQ sans préavis, sans délai d’adaptation et sans considération pour le chemin parcouru par ceux qui souhaitent devenir Québécois à part entière, le ministre Simon Jolin-Barrette ne respecte pas sa part du contrat.

Parfois, un peu d’empathie ne ferait pas de tort. C’est si simple, il suffirait de presque rien…

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Laisser un commentaire

La raison que la CAQ n’avait pas inclus les postulants, candidats d’intelligence artificielle est que tout se passe en anglais dans ce domaine et çela ne changera jamais. Alors le choix des immigrants les plus recherchés au Québec ne doivent pas parler anglais, le Quebec aime mieux se passer d’un des champs d’affaire le plus important au monde en préferant et choissant des candidats d’immigration qui parlent français, alors adieu les candidats de l’intelligence artificielle. Quel manque de logique? Garder le Québec dans sa pauvreté qui dure depuis 40 ans à cause du français, semble être le but de la CAQ. Quand apprendront ils que la langue n’est qu’un outil de communication et non une religion?

Répondre

Oui, c’est cela, un peu d’empathie. Et ce pas rien qu’«en prime». Mais comme fondement plutôt. C’est là la base. La base? Bien sûr, tout ou presque étant en la manière. Or, ça, oh la la, il l’a pas. Ils l’ont pas. Ni l’un ni l’autre, chef et leader.

Cela est apparu aujourd’hui de façon on ne peut plus éclatante, pathétique, en ce refus, récurrent, gênant, n’en finissant plus…, d’accepter d’aller parler aux étudiant.e.s, qui étaient là dans les tribunes. À l’évidence, sensibilité et relations humaines constituent la pierre d’achoppement, le point faible, et du PM et du leader.

Car, quelle chance ratée! Quelle « chance » avait-il là, en effet, le ministre, d’aller expliquer, calmement, tranquillement, posément, aux étudiant.e.s le pourquoi du choix-décision du gouvernement. Acte manqué. Encore.

Comme vous dites, il refait la même erreur que l’autre fois. À nouveau culbute-t-on, de manière assez cavalière, merci, sans raison le justifiant, d’«innocentes» personnes. À qui, soit avait-on fait des ‘accroires’ ou chez qui avait-on suscité espoir. Quel gâchis! Quel manque d’élémentaire humanité, a fortiori pour CE gouvernement dont c’eût censé être la ‘marque de commerce’ – l’HUMANITÉ -, suivant la consigne inaugurale prioritaire du chef à ses ministres à cet égard, il y a un an.

Ainsi, de même qu’on a déclassé, l’été dernier, des étudiantes ayant fait leurs classes; de même, aujourd’hui, en déclasse-t-on d’autres. Tout aussi irrationnellement. Ce parti incarne, de plus en plus, la désolation? En tout cas, c’est trop souvent désolant leurs (mêmes)* façons de faire et de penser. *Imaginez, cela ne fait qu’un an qu’ils sont là et déjà à maints égards c’en est quasi ‘désespérant’ (n’évoquons à titre d’exemple que ce ’dossier’ de jeunes 18-20 ans, qu’ils choisissent, eux, obstinément, de renvoyer dans les mailles-filets du crime organisé).

Répondre

S’il suffisait d’un peu d’empathie pour régler les problèmes du jour. Eh bien nous le saurions !

L’un des principal défaut de ce gouvernement, c’est qu’il a adopté une vision rigide et technocratique. La rigidité est attribuable en partie au manque d’expérience. Le caractère technocratique démontre l’incompétence car les hommes et les femmes qui forment ce gouvernement ne sont pour la plupart pas précisément des technocrates. Ils se réfugient derrière des techniques érodées et non point rodées pour ne pas montrer leur impéritie.

Qui plus est, ce gouvernement tire la légitimité de ses actions par cette règle imaginaire des 70%. Quoiqu’ils disent et quoiqu’ils fassent, c’est toujours 70% des Québécois et des Québécoises qui soutiennent leur action.

Combien de personnes ici se sont données la peine de lire le Projet de loi 21 ? Mais 70% l’on déjà approuvé. Bin voyons don’ !

S’il n’y avait que les questions liées à l’immigration et au PEQ, nous pourrions parler d’une faiblesse. Mais tout est à l’avenant. Tout en passant par les Commissions scolaires, le sort des chauffeurs de taxi ou la définition des zones inondables et la détresse matérielle et psychologique des sinistrés.

Les membres de ce gouvernement ne veulent pas comprendre que des étudiants de tous pays qui viennent étudier dans nos CEGEP et nos Universités représentent toutes formations confondues, une richesse appréciable et sans égal pour notre communauté. Il y a des carences au Québec dans presque tous les domaines de l’économie, il faut donc concentrer notre attention et mettre les ressources sur l’accueil. Et non seulement sur la francisation.

Nous désirons devenir une province plus riche, mais nous le sommes assez pour dédaigner des personnes de tous âges qui ont choisi de s’engager avec nous. Les positions du gouvernement de la CAQ sont autodestructrices, dans le moins pire des cas elle va nous engager beaucoup plus tôt qu’on ne le croit dans les affres de la récession. Lorsque cela pourrait bien devenir une faiblesse dont on ne se relève pas.

Répondre

Fallait regardécouter le téléjournal, ce soir, avec Patrice Roy, où a retenti crûment-nettement la ‘différence’ entre qqn ayant un ‘scope’-vision élargi du monde, vs qqn d’autre en ayant une aussi mince qu’étroite (i.e. le recteur de l’UdeM suivi du ministre de l’Immigration). Celui-ci ne voyant l’ensemble du monde et du devenir qu’à l’aune et dans le corridor de l’économie; celui-là les appréhendant comme embrassant toutes aires ou sphères.

Qu[o]i dit, en effet, qu’il n’y aurait que le marché ou/et l’économie important ou que ce ne pourrait être qu’elle ou/et lui au moyen desquels le monde puisse… marcher? Important, le génie? Indispensable, «supérieure», l’informatique? Aujourd’hui, hic et nunc, here and now, p’t’être. Mais demain? Qu[o]i dit que ce ne sera pas la culture (en général) ou la philo en particulier — (pour [re]penser le monde comme du monde) — qui s’avéreront le plus nécessaires dans un avenir rapproché, pour que le monde puisse continuer?…

Le ministre, pas plus que le premier ministre, ne sont capables de se représenter chose semblable. Qqn a dit un jour de qqn d’autre qu’il vivait intellectuellement au-dessus de ses moyens. Eh bien, le PM a beau n’en avoir jamais fini d’évoquer l’intelligence artificielle; lui semble incapable d’intelligence naturelle, fonctionnelle, intellectuelle, culturelle, émotionnelle ou universelle. Leur seul credo, à ces deux, est l’utilitarisme*. «Matériel». Immédiat et actuel seulement. Étroitement circonscrit et limité. Tant spatialement que temporellement. Transcendance zéro.

* Juste avant l’entrevue avec P. Roy, le ministre était encore en Chambre, échangeant avec l’ex-ministre des Finances (libéral). Lequel lui disait alors, avec un sourire, qu’il avait une approche… marxiste; au sens où il ne considérerait les gens, les personnes, que comme des « [f]acteurs de production ».

Répondre

La CAQ enfin est un gouvernement qui à coeur de défendre le Québec. BRAVO au ministre de l’Immigration, M. Simon Jolin-Barrette.
Défendre les droits du QUÉBEC ou des QUÉBECOIS aucun des gouvernements ( les libéraux et leurs semblables ) n`ont travaillé dans ce sens pour le Québec. BRAVO AU GOUVERNEMENT DE LA CAQ.

Répondre

« BRAVO AU GOUVERNEMENT DE LA CAQ »
Mais oui M Bérubé encore une gaffe de la CAQ. Vous parliez d’un « gouvernement qui a du cœur ». Preuve en est n’en a pas beaucoup, pour ne pas dire pas du tout. Demander à M Jolin-Barrette de démontrer un peu (juste un peu) de regret s’est vraiment trop en demander; un automate ne démontre jamais rien. Votre Québec, M Bérubé, n’est pas celui que je veux.