Trump, un caillou dans la chaussure du Parti conservateur

Malgré la faible approbation dont jouit le président Trump au Canada, près du tiers des conservateurs s’affichent pro-Trump. Le prochain chef risque d’avoir du mal à concilier les avis des uns et des autres…

Crédit : L'actualité

Le moins que lon puisse dire, cest que ça brasse chez nos voisins du Sud. Les manifestations se multiplient depuis le décès de lAfro-Américain George Floyd après une intervention musclée de policiers de Minneapolis, qui a une fois de plus mis à lavant-plan le racisme systémique et le profilage racial que subit la population noire aux États-Unis. Une autopsie indépendante commandée par la famille a révélé que George Floyd avait perdu la vie par asphyxie après une pression soutenue sur son cou et son dos. Le policier (maintenant ex-policier) qui aurait causé sa mort a été formellement accusé de meurtre au deuxième degré et les trois qui l’accompagnaient, de complicité de meurtre au deuxième degré.

En réponse aux manifestants, le président Trump a suggéré fortement aux gouverneurs des États de faire appel à la garde nationale, puis a menacé, lundi soir dernier, denvoyer larmée pour maîtriser la situation — avant de revenir à sa première idée.

Sans surprise, de sondage en sondage, les électeurs sont hautement polarisés au sujet de la présidence de Trump et leurs impressions, alignées en fonction des clans partisans. Mais quen est-il au Canada ? Des partisans du président Trump sont bel et bien présents au pays (particulièrement sur les réseaux sociaux…), mais quelle est la proportion réelle de pro-Trump ?

Le plus récent sondage hebdomadaire de Léger pour le compte de lAssociation des études canadiennes a exploré la question sous plusieurs angles. Dabord, celui de la confiance.

Voici les résultats de léchantillon canadien (n=1 536 répondants) :
C’est au sujet de la relance de léconomie que les Canadiens sont plus divisés :  64 % font confiance au premier ministre Trudeau sur ce point, mais 20 % des répondants choisissent plutôt le président Trump.

Sur cette question de léconomie, lorsque nous répartissons les résultats selon les intentions de vote au Canada, nous obtenons les résultats suivants :
Près de la moitié des électeurs conservateurs font davantage confiance au président Trump pour la relance de léconomie. Chez les électeurs favorables aux autres partis, Justin Trudeau surpasse Trump par des marges plutôt confortables.

Léger pose ensuite une question en apparence toute simple : « Préféreriez-vous avoir Justin Trudeau ou Donald Trump comme leader de votre pays ? » Évidemment cette question est hypothétique, mais de nombreux sondages antérieurs ayant montré que Justin Trudeau est lui-même une figure polarisante au pays, il devient intéressant de le comparer avec le président américain, lui-même fortement polarisant.

Trois Canadiens sur quatre préfèrent Justin Trudeau à Donald Trump, mais 1 sur 10 penche plutôt vers le président Trump (14 % des répondants ne savent pas ou ont choisi de ne pas répondre). Et les chiffres sont semblables au Québec : 79 % sont du côté de Trudeau, contre seulement 6 % pour Trump :
Léger a posé la même question à léchantillon américain du sondage (environ 1 000 répondants). En dépit du fait que certains Américains ne connaissent pas le premier ministre canadien, 42 % préféreraient Trudeau comme chef d’État (particulièrement chez les démocrates). Et 38 % disent préférer Trump.

Au Canada, seulement 5 % des femmes choisiraient Trump, contre environ un homme sur sept (14 %).
Lorsque nous divisions lensemble des résultats canadiens selon les intentions de vote, nous remarquons que la vaste majorité des supporters de Trump sont en fait des électeurs conservateurs. 
Il sagit sans doute dun des plus grands défis depuis la fondation du parti en 2003 auquel font face les leaders conservateurs au Canada : comment réunir les conservateurs fiscaux, généralement plus centristes (anciennement appelés les Red Tories) avec des partisans dune politique plus à droite sous une même bannière ? En Alberta, Jason Kenney a gagné son pari en unissant les forces de droite de la province — le Parti progressiste conservateur et la Wildrose Alliance — avant de remporter avec une certaine aisance lélection provinciale du printemps 2019. Au fédéral, Stephen Harper a su contenir les députés les plus controversés de son parti pendant près dune décennie…

Pourtant, près dun tiers (31 %) des électeurs conservateurs au Canada saffichent pro-Trump — malgré la faible approbation dont jouit le président Trump au Canada. Se pourrait-il que cette fraction de sympathisants conservateurs aux élans populistes nuise aux efforts du PCC pour élargir sa base électorale ?

Lors de la dernière campagne fédérale, cest en attaquant Andrew Scheer sur ses positions conservatrices sociales que le Parti libéral du Canada et le Bloc québécois ont pu déstabiliser la campagne conservatrice — particulièrement au Québec et en Ontario, où les conservateurs devaient impérativement améliorer leur sort pour remporter l’élection.

Lorsque les Canadiens retourneront aux urnes, le PCC aura-t-il réussi à se recentrer ou aura-t-il succombé à sa minorité « trumpienne » ? Le dénouement de la course à la chefferie conservatrice à la mi-août pourra sans doute répondre partiellement à cette question.

Laisser un commentaire

Pourquoi faire un lien entre les electeurs Canadiens et Donald Trump? Votre sondage a strictement comme but de discréditer le Partie Conservateur du Canada. Votre sondage tendancieux est un éditorial. Vous avez le droit de faire des éditoriaux. Mais vous n’avez pas le droit de donner une apparence d’objectivité à une information qui ne l’est pas.

Répondre

Le droit à une apparence d’objectivité je veux bien, mais c’est quand même étonnant d’apprendre que le tiers des conservateurs sont pro-Trump….

Pourquoi s’insurger contre le magazine l’Actualité alors que le sondage de Léger a été produit dans le cadre des sondages hebdomadaires pour le compte de l’Association des études canadiennes? Votre commentaire tendancieux a strictement comme but de discréditer le magazine et prouve ironiquement qu’on touche à une corde sensible lorsqu’on aborde les idéaux trumpistes avec des Conservateurs.

Je suis, au contraire, bien heureux de voir ce lien entre un tiers des Conservateurs et Donald Trump. Il démontre, en effet, que le tiers des Conservateurs sont prêts à appuyer n’importe que homme ou parti qui favorise l’exploitation des énergies fossiles et qui nie les changements climatiques ( climato-septique ) comme l’est Donald Trump. L’exploitation des sables bitumineux ravage des centaines d’hectares de forêt en Alberta et est visible de l’espace. Qu’importe, disent ces Conservateurs, puisqu’elle apporte des jobs payantes !…

Avez-vous remarqué un point qu’ont en commun Justin Trudeau et Donald Trump ? Tous les deux ont gagné leur élection pour ce qui est du nombre de députés ou de grands électeurs élus, mais sont minoritaires au niveau des voix obtenues par les électeurs. En effet, Hilary Clinton a eu plus de votes que Donald Trump et Andrew Sheer en a eu plus que Justin Trudeau. Surprenant, non ?…

Répondre
Les plus populaires