Le ROC veut-il vraiment parler de constitution?

Je l’avoue, j’étais sceptique. Lorsque j’ai vu ce vendredi la dépêche de la Presse Canadienne annonçant qu’une majorité de Canadiens étaient favorable à rediscuter de constitution, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un cas où les répondants québécois avaient poussé la moyenne vers le haut.

Rouvrir la constitution ? À quel prix politique ?

Alors, j’ai demandé à Harris-Decima de m’envoyer les réponses par province pour en avoir le coeur net. Ils l’ont fait. (Merci). Et on doit se plier à l’évidence: il y a un marché, au Canada anglais, pour entamer la discussion en direction d’une réforme.

Cela ne signifie nullement que les élites vont vouloir s’y engager — ce sera non de la part de Harper pour les cinq ans à venir — ni que la réforme serait un succès.

Mais puisqu’on jase de l’état de l’opinion canadienne, voici ce que ça donne. Oui, les Québécois sont les plus partants pour la réforme, comme d’habitude, mais les écarts ne sont pas énormes.

À la question-clé pour nous:

Seriez-vous favorable à ouvrir la constitution pour introduire les changements suivants:

Offrir des changements qui inciteraient le Québec à signer la constitution:

Oui
Manitoba 43%
Saskatchewan 45%
Alberta 50%
Ontario 55%
Colombie-Britannique 60%
Maritimes 63%
Québec 66%

Le taux d’indécis est faible (10%) et il n’y a de majorité contre cette éventualité nulle part.

Évidemment, on sait que cette bonne volonté de surface cache un refus très net d’accepter chacune des revendications essentielles du Québec, comme on l’a vu ici.

Et pendant la campagne, un sondage Léger indiquait que, pour 62% des citoyens du ROC, des discussions constitutionnelles ne devaient pas être une priorité. (50% des Québécois pensaient le contraire.) Il ne s’agit donc que d’un bruit de fond qui n’a pas de conséquences politiques immédiates. C’est seulement bon à savoir.

Reste que sur des questions non-québécoises, on trouve des convergences:

Pour abolir le Sénat: Québec 72% / Canada 61%
Pour changer le système électoral: Québec 61% / Canada 58%
Pour des élections à date fixe: Québec 76% / Canada 66%

Voici le tableau complet:

Would you be willing to open up the Constitution to enact the following change

Atlant Qc Ont Man Sask Alb BC TOTAL
Reform or abolition of the Senate? Yes 66% 72% 55% 44% 55% 57% 62% 61%
No 24% 21% 32% 46% 26% 33% 29% 29%
Don’t Know 10% 7% 13% 10% 19% 10% 9% 11%
Changing the electoral system? Yes 60% 61% 57% 43% 51% 54% 60% 58%
No 34% 33% 36% 43% 47% 43% 36% 37%
Don’t Know 6% 6% 7% 14% 2% 3% 4% 6%
Instituting fixed election dates? Yes 70% 76% 62% 63% 52% 61% 68% 66%
No 25% 18% 31% 28% 35% 35% 30% 28%
Don’t Know 5% 5% 7% 10% 13% 3% 2% 6%
Limiting the ability of the Prime Minster to ask Parliament be prorogued? Yes 61% 62% 51% 32% 40% 34% 45% 51%
No 23% 28% 34% 50% 37% 46% 39% 34%
Don’t Know 16% 10% 15% 17% 23% 19% 16% 15%
Offering changes that would encourage Quebec to sign the constitution? Yes 63% 66% 55% 43% 45% 50% 60% 58%
No 27% 24% 33% 37% 42% 38% 37% 32%
Don’t Know 10% 10% 12% 19% 13% 11% 3% 10%
Laisser un commentaire

Visiblement, un nouveau cycle politique s’est entamé le 2 mai…

Dans une lettre ouverte envoyée au Devoir le 4 mai dernier, le philosophe Michel Seymour a vu juste en affirmant que la majorité des souverainistes québécois sont des « souverainistes de conclusion »… Le PQ devrait avoir le courage de laisser de côté son projet de souveraineté et adopter vos conclusions dans Sortie de secours, M. Lisée! Autrement, le PQ risque de paraître encore plus déconnecté de la société québécoise qu’il ne l’est présentement et, qui sait, sombrer comme l’UN dans les années 1960 au profit d’un parti dirigé par Legault…

Voilà M. Lisée il y aurait 75% de yes à toutes ces questions qu’aussi il faut que la classe politique du Rocanada s’y engage et que 7 provinces sur dix composant au moins 50% de la population du Canada (selon la formule d’amendement de 1982) consentent à ces changements. C’est pas demain la veille que la décolonisation du Québec se fera…

Vous oubliez de mentionner que la majorité des citoyens du ROC sont prêts à accepter des modifications à la constitution pour que le Québec l’accepte. L’écart d’opinion entre le ROC et le Québec n’est pas si grand que vous pensez.

Attention aux modifications relativement au sénat. Ce que les Québécois demandent, c’est fort probablement une abolition, alors que le ROC souhaite un sénat électif (donc proportionnel), du coup éliminant la proportion fixe (le quart) réservée au Québec.

Peut-être qu’une vaste majorité de Québecois devrait s’informer avant d’avoir une opinion sur la question…

Tout le monde veut sans doute apporter des changements à la constitution, mais tous n’ont certainement pas le même « agenda »…

Quelle perte de tmeps que cette discussion. Effectivement ils sont ouvert. À la condition que cela ne change rien à leur vision de leur Canada, et que ce soit négocié par des fédéralistes comme John J Charest and Jack Layton et Harper ?

Parce que l’essentiel c’est que comme vous le dites «cette bonne volonté de surface cache un refus très net d’accepter chacune des revendications essentielles du Québec,».

Les revendications essentielles, ils ne les accepteront jamais.

L’abolition/la réforme est une nécessité. Ces personnes n’ont aucune légitimité et coute très cher.

Le seul autre point qui devrait être discuté dans une ronde constitutionnelle, c’est le pouvoir de dépenser du fédéral. Enlever ce point sera une économie inouïe pour tous, puisque le fédéral cessera d’intervenir ou il ne doit pas. Les impôts diminueront en conséquence, et les provinces pourront récupérer ces baisses si elles le veulent

Ce ne sont pas les Canadiens qui sont cons. Ce sont leurs chefs. Étrange non ? Il doit bien exister un pouvoir relié à l’argent ou à la peur d’en manquer derrière ce paradoxe.

L’égalité entre les êtres n’est-il pas une valeur Canadienne ?

La cupidité est à l’Homme ce que le cancer est à un organisme vivant.

Un Cappucino glacé avec ça ?

Avec la quasi-disparition du revendicateur et menaçant Bloc, le ROC est moins sur les freins…normal.

Pour moi, ce sondage pan-canadien révèle ou fait ressortir l’évidence d’un SENTIMENT MAJORITAIREMENT PRO-QUÉBEC dans l’ensemble des autres provinces canadiennes.

Autrement dit : Ce sondage révèle qu’une majorité de canadiens des autres provinces tient fermement à ce que le Québec demeure toujours un joueur à part entière pleinement considéré et respecté au sein de l’ensemble canadien;

et qu’ils sont prêts, pour que le Québec accepte d’être réintégré, de son plein gré, à l’intérieur de la constitution canadienne, à accepter – outre sa langue française et ses particularités culturelles – de satisfaire à ses demandes d’accomodement raisonnable qui soient jugées équitables et équilibrées par rapport aux droits et privilèges existants des autres provinces canadiennes, ceci dans le but de préserver un Canada uni où tous ses concitoyens et concitoyennes pourront continuer, dans l’harmonie, d’aspirer à la dignité, à la paix et à la propérité.

À Gilles de NDH, les revendications essentielles du Québec, c’est quoi au juste, actuellement ?

Les canadiens nous aime car leur identite est conditionelle a un association quelconque avec les qebecois.Toutefois ils sont egalement sensible au histoires que leur racontent ceux qui dominent leur societe.Je sais pour en avoir parle avec eux que comme nous ils desirent une societe juste et equitable.Pour ne pas m`eterniser,je dirais que l`humain etant,c`est a nous de chosir ce que nous voulons et de faire confiance en nous donnant un rapport de force contre l`alienation de n`importe quelles nations.
Vive le solidarisme!
Vive le Quebec libre!
Andre de Calgary.

Je crois qu’on s’engage un peu vite dans des conclusions. Pourquoi cette fois-ci cela serait différent de Meech? À cette époque, le Bloc n’existait pas encore me semble-t-il. Et certains vont essayer de nous faire croire que c’est la présence du Bloc à Ottawa qui freinait l’amour du ROC pour le Québec. À d’autres SVP !

Le Québec a déjà joué dans un film qui finissait très mal pour lui. Loin d’être une fiction, ce film était celui de la réalité canadienne. Avant de dire que le ROC est prêt à satisfaire les demandes historiques du Québec pour qu’il puisse adhérer à la Constitution canadienne, j’attendrai l’épreuve de l’actualité. En 1990, beaucoup ont cru que l’affaire était réglée. Il a suffit d’un autochtone et d’un Klide Wells pour couper court à ce mirage.

Si le ROC veut véritablement effacer la rebuffade de Meech, qu’ils le prouvent. Pas par des sondages. Mais en respectant la parole qu’ils donneront à la satisfaction du Québec en apposant leurs signatures sur des documents à cet effet.

C’est seulement alors et pas avant que je croirai à leur bonne volonté. En attendant, tout cela n’est que baratin.

Attendez juste pour voir comment les Npédistes québécois verront comment leurs propositions pro-québécoises seront reçues, si tant est qu’ils en présentent. Nous aurons alors déjà une bonne idée de la réalité.

«L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.»
[Gandhi]

Je pense que si un sondage demandait, seriez-vous prêt à accorder au Québec un droit de véto sur les amendements constitutionels, la réponse serait un gros non, très majoritaire. Quant au reste, il n’y aurait sans doute aucune problème.

Ce sondage est une illusion d’optique car nos leaders politiques ne s’embarqueront pas dans ce débat et comme c’est leurs habitudes , le ROC sera prêt a accorder des miettes et des symboles en autant que le Québec soit une province comme une autre dans ce pays …. Le concept de nation ne pèsera pas lourd et rien de concret ne s’y attachera …….

L’état actuel des choses correspond parfaitement à l’état d’esprit du Québec: ni chair ni poisson, entre deux eaux. Le Québec ne veut pas faire partie du Canada au point de signer la constitution (il répond ainsi aux souhaits séparatistes), mais ne veut pas quitter le Canada au point de répondre oui à un référendum séparatiste (il répond ainsi plaisir aux souhaits fédéralistes). Qu’il en soit donc ainsi. Quand le Québec voudra faire partie enthousiaste du Canada, il va la signer, cette constitution. Le reste du Canada n’a pa à plier pour les yeux capricieux d’un noyau de 35 % de séparatistes.

Alors si on comprends bien, les derniers sondages suggèrent que le Canada montre une petite ouverture sur la forme ( pour la forme) et non sur le fond ( reconnaissance complète de l’autre nation)….

Conséquemment, il me revient à l’esprit cette phrase de Robin Philpot: « les anglos aussi savent « lire » les vents et marées »…

Merci. Thank you.

Solidaritisme peut-etre?
Serait une implication de l`individu ds le but de satisfaire ses pulsions solidaires.
L`etre social et individualiste a la fois se donne le privilege de partager et developper l`information solidaire pour satisfaire un besoin individuel.
C`est un peu le model qui se developpe en ce moment sur la place publique moins les peurs et l`obligation de devoir pretendre.
Le socialisme evoque trop la probabilite d`etre absorbe par une masse inerte,d`etre coince ds un dilemne ou on aura d`autre choix que de se sacrifier ou de s`elever et devenir la nouvelle elite qui ne fera que reproduire ce systeme de peur et d`isolement.
La solidarite qui priorise l`individu ne pretend pas etre vertueuse,elle doit promouvoir l`enrichissement de l`individu.
En meme temps,ce n`est pas a titre individuel qu`on developpe le solidaritisme.C`est un geste solidaire qui a pour effet de satisfaire un besoin individuel.
J`espere que je me comprend bien…
Andre de Calgary

Il serait intéressant de faire un sondage spécifiquement sur les 5 conditions de Meech, pour voir quel est l’appui réel…

La grande fourberie canadienne-anglaise reprise une autre fois : faire croire à des négociationns.

Le procédé a été utilisé depuis les années 60 pour se terminer avec la Constitution de 82 à laquelle le Québec, même fédéralisateur, fédéralisatif ou fédéralisant n’a jamais adhéré.

Depuis ce 1982, 30 années de sommeil, de tentatives d’accommodements stériles.

Pour éviter l’indépendance du Québec, on ressort le miroir aux alouettes : négociations stériles et liminaires pendant un autre quart de siècle, on met ça sur la glace pour un autre 30 à 40 ans et bingo !

Plus de nation québécoise. L’assimilation a fonctionné.

Lord Durham triomphe et devient le héros des Qwebecers !

At last !

« Plus de nation québécoise. L’assimilation a fonctionné.

Lord Durham triomphe et devient le héros des Qwebecers ! »

Coïncidence ou non, profitant de la journée des musées, je suis passé en coup de vent à la prison du Pied-du-Courant. Ça m’a remis en mémoire Durham et son projet d’assimilation.

Encore un effort et ce projet se concrétisera en entier. Bonne St-Jean à l’avance!

Nous sommes un peuple d’insoumis, de rebelles et de futés. Il y a belle lurette que le peuple québécois serait tombé dans l’abîme de l’oubli de l’histoire de l’humanité si depuis 400 ans il s’était trouvé inapte dans un premier temps à survivre et, dans un deuxième temps, à ériger la société dans laquelle aujourd’hui nous vivons. Il ne lui reste plus qu’à consolider ces acquis chèrement payés en labeurs et combats de toutes sortes en entrant, tout autant combatif et déterminé, la tête haute dans le concert des nations, non pas en simple observateur qui regarde le train passé, comme participant actif ayant place aux nombreuses tables internationales où se décident la destinée de tous les peuples. Pour ce faire il y a, en droit international, une condition incontournable qui se nomme « SOUVERAINETÉ ». Cela ne sera jamais négociable. Que le Rocanada renonce à sa politique impérialiste sur la nation québécoise et nous en viendrons à une entente mutuellement avantageuse.

M. Lisée, arrêtez de gaspiller votre précieuse
énergie sur cette cause perdue à l’avance. Vous ne verrez jamais ça de votre vivant, ni moi non plus d’ailleurs!

Le Canada va encore leurrer le Québec en lui offrant, peut-être, de négocier des ajustements mineurs à son statut et à ses conditions de domestique.

Une autre agonie orgasmique pour les Québécois fédéralistes apeurés.

@ Gilles Bousquet Les revendications essentielles du Québec, c’est exactement ce que dit JF Lisée dans son billet quand il écrit «Évidemment, on sait que cette bonne volonté de surface cache un refus très net d’accepter chacune des revendications essentielles du Québec, comme on l’a vu ici.».

Et il nous conduit à cette chronique montrant que dans tous les cas d’espèce, les renvendications essentielles du Québec, (la liste est là consultez-là monsieur Bousquet), il y a un clivage important entre le ROC et le Québec.

Ce qui conduit JF Lisée à dire que dans les affaires vraiment importantes, le refus est massif et que cette soi-disant ouverture est superficielle.

Et c’est exactement ce que je pense moi aussi. Cette manchette est trompeuse, cela ne veut rien dire.

Et croyons nous également au Père Noël?

Le sondage ne semble pas le prendre en considération!

Le Québec a commencé sa tentative de réintégration canadienne par le NPD. Et c’est par la gauche que ça pourra se faire. Un projet de gauche pour le Canada porté par le Québec.

Gilles de NDH, vous écrivez : «« Évidemment, on sait que cette bonne volonté de surface cache un refus très net d’accepter chacune des revendications essentielles du Québec, comme on l’a vu ici.».

Les questions posées au Canadiens du ROC portaient sur des revendications québécoises seulement. Si les questions avaient été posées pour des changements qui seraient offertes à toutes les provinces, le tout aurait été différent, très différent. L’affaire serait passée de simple revendication à décentralisation générale du Canada, le jour et la nuit.

Comment faire accepter au ROC que le Québec serait le seul à pouvoir légiférer sur les langues, l’immigration et tout le reste, pendant que les autres provinces ne pourraient pas ?

M. Bousquet, à votre dernier commentaire nous devinons que vous n’avez jamais assimilé certaines connaissances 101 en droit international. Ça explique votre perception erronée de l’assimilation du peuple québécois à la culture rocanadian et sa soumission politique au Rocanada comme irrémédiables.