Le soleil va se lever quand même

Oui, ce texte est idéaliste, optimiste au point d’être un peu ridicule, mais comment voulez-vous continuer autrement?

(Photo: AP Photo/Andrew Harnik)

Oupalaï, hein? Je ne crois pas avoir besoin d’ajouter du contexte à mon oupalaï. Vous savez tous de quoi je parle.

Oupalaï, donc.

Les électeurs américains voulaient du changement, et comme ils ont déjà essayé des présidents qui savaient ce qu’ils faisaient, ils en essaient maintenant un qui n’a absolument pas les compétences exigées pour le poste. Pour faire changement, ça risque de faire changement.

Après huit années à être dirigés par un être humain décent, ils donnent maintenant les rênes à un démagogue raciste et misogyne, incapable de passer une journée sans insulter quelqu’un. «What can go wrong?» comme on dit là-bas.

Même si nous vivons à Trudeauland, pays de l’acceptation, de l’amour, des petits lapins et des consultations qui n’en finissent plus, ça nous concerne aussi. Ça nous concerne, parce que nous vivons tous désormais dans un monde «anormal», comme l’écrit le blogueur Claude Villeneuve.

Quand les États-Unis attrapent un rhume, le Canada tousse, dit-on. Que se passe-t-il quand ils attrapent un populiste mégalomane qui carbure à l’intolérance et à la méchanceté? On le saura plus tôt que tard.

Comme vous êtes en train de lire un texte sur le site du magazine L’actualité (aussi accessible en version iPad et dans le rack à côté de la caisse à l’épicerie, procurez-vous-le dès maintenant), on peut présumer que la politique vous intéresse. Vous avez donc peut-être le moral dans les souliers depuis l’élection de Trump. Et les souliers dans le garde-robe. Et la porte du garde-robe fermée. Roulé en boule dans le noir, à faire semblant que le monde extérieur n’existe pas.

La politique prend beaucoup de place dans nos vies. Mais la politique, ce n’est pas tout. Nous ne sommes pas dans Le roi lion, où Scar est tellement un mauvais souverain que son royaume, aux prises avec une sécheresse, est constamment surplombé par un gros nuage gris. (Une sécheresse «et» un éternel nuage de pluie en même temps. Allez comprendre.)

Il y a des choses que la politique ne peut pas gâcher.

Ce matin, n’en déplaise à Trump et à Scar, le soleil s’est levé. Pendant que j’écris ces lignes, ses rayons filtrent entre les feuilles orange dans la cour, et c’est magnifique.

Au dernier décompte, la liste des belles choses qui existent est toujours aussi longue. Le nouvel album d’Avec pas d’casque. Marcher sur le bord du fleuve. Les tartes aux bleuets de ma blonde. Les partys de famille à Noël. Oui, oui: les partys de famille. Lâchez la mauvaise foi.

Il en va de même de la liste des êtres humains formidables: elle n’est pas soudainement devenue moins longue le 8 novembre, juste parce que les racistes et les intolérants ont commencé à se croire tout permis. La grand-mère qui tricote des tuques pour les réfugiés n’est pas disparue dans le néant pendant le dépouillement des votes.

Deux mille ans d’histoire nous ont enseigné une chose: la race humaine est vraiment bonne pour se donner des jambettes et s’obliger à faire des détours, mais le progrès et le meilleur finissent toujours par arriver.

Oui, ce texte est idéaliste, optimiste au point d’être un peu ridicule vu les nouvelles, mais comment voulez-vous continuer autrement? Il faudra bien un jour trouver le courage de sortir du garde-robe pour affronter le monde tel qu’il est maintenant.

Quand la noirceur arrive, on peut se terrer dans l’obscurité et espérer que ça passe. Ou on peut allumer la lampe de poche pour que notre lumière guide ceux qui sont pris dans le noir. Dans les années à venir, des gais, des Noirs, des musulmans, des femmes et bien d’autres vont avoir besoin de lumière. Ce n’est pas le temps de se transformer en trou noir, de rajouter un glaçage de détestation sur un gâteau de haine.

Quand le pire de l’humanité se met à crier, c’est le rôle des personnes décentes d’être aussi bruyamment décentes que possible. Pas pour s’enfermer dans le déni, ça ferait beaucoup trop d’alertes de nouvelles à ignorer sur notre téléphone, mais au contraire pour faire consciemment le choix de l’amour et de la lumière.

Alors en attendant que le pire arrive, prenons le temps de nous souvenir que le beau existe encore, respirons un grand coup et brillons.

Demain, vous verrez, le soleil va se lever quand même.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

48 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Écrivez donc sur un sujet à votre portée que vous connaissez un peu, comme les tartes aux bleuets par exemple.

« … mais le progrès et le meilleur finissent toujours par arriver. » Avec Trump, c’est un curieux chemin pour y arriver.

Bien sûr, Trump n’était pas le choix espéré par plusieurs d’entre nous, mais il n’y a pas que du négatif dans ce personnage. Une grande qualité: finie la langue de bois, le ‘politicaly correct’. Beaucoup de gens en ont marre. Avec Trump, un chat c’est un chat. Et comme aujourd’hui c’est souvent n’importe quoi, alors il est temps que l’on dise ce qui est tout croche, au lieu de se taire…

Faux. Tout ceux qui ont suivi la campagne savent que Trump mentait beaucoup dans ses discours. Ce que vous devriez dire, c’est qu’il disait ce que certains pensent (dont vous…) mais qu’aucun politicien ne disait, par simple décence. En outre, un politicien d’expérience sait que les solutions simplistes ne fonctionnent pas et que faire croire le contraire c’est exploiter la crédulité des gens. D’ailleurs, si Trump croit ce qu’il dit (et malheureusement je crois que c’est le cas pour une partie de son discours), il va avoir un réveil brutal très rapidement, en se rendant compte que ses solutions ne sont pas applicables, comme tout ce qui vient des extrêmes, de gauche comme de droite; et ceux qui ont voté pour lui vont se sentir tout aussi rapidement trahis encore une fois. Alors imaginez le climat: les pro-Trump et les anti-Trump seront tout autant frustrés les uns comme les autres! Que ça va être plaisant…

« Tout ceux qui ont suivi la campagne savent que Trump mentait beaucoup dans ses discours. » (sic)

Parce que Hillary n’a pas menti?

Elle a passé presque tout son temps au pouvoir à mentir!!! De plus, je crois qu’un bon coup de pied dans la fourmilière fera le plus grand bien. Les USA en sortiront grandis dans 4 ans.

Ne pas répondre à Eric? Sur une entrée de blog portant sur l’espoir, il répond agressif, insultant. La même rhétorique, pas de faits. Une accusation. Pas de compassion. Si tu lui expliques, il se sent insulté que tu le prennes de haut. Tu es un bienpensant. Il te déteste. Maintenant il se sent légitime. Au sud, il se sent légitime et armé. Aucune raison objective ne vas le faire changer d’avis. Effectivement, ça va prendre autre chose que des raisons à donner. Je sais pas quoi au juste. Mais je vais commencer par: Peace Eric.

Comme le levant est la transition de la nuit au jour. Le couchant celle du jour à la nuit. Le passage du témoin est une transition, un passage obligatoire entre deux législations.

Comme l’a si bien dit avant-hier Barack Obama pour conclure l’élection : « Nous faisons partie de la même équipe (…) Et notre équipe ce sont les États-Unis d’Amérique (…) »

En démocratie, les têtes changent…. Et c’est pour cela que nous sommes en démocratie…. Pour donner l’opportunité à d’autres d’occuper diverses fonctions.

C’est pour cette raison aussi qu’il y a une Constitution et des institutions. Les têtes changent, la Constitution et les institutions demeurent.

Bien sûr chaque nouvel élu a un style qui lui est propre et… on peut préférer plutôt le style de l’un ou l’autre. Mais ce qui ne change pas, c’est que l’occupant de la Maison Blanche se doit de suivre le protocole qui est assigné à tous les présidents.

Un président des États-Unis pour aussi puissant qu’il paraisse, ne bénéficie pas de tous les pouvoirs, il est entouré de conseillers et encore de secrétaires d’État (ministres), il ne peut gouverner et imposer quoi que ce soit sans devoir au préalable consulter.

Monsieur Trump se disait charmé de sa discussion (plus longue que prévue) avec Obama, il n’hésitait pas à dire que même une fois en poste et assermenté, il ne manquerait pas de le consulter. Par la gentillesse, son autorité naturelle et sa diplomatie, Obama a réussi à s’imposer et je pense, Donald Trump a bien compris qu’il ne pourrait faire sa marque comme président qu’en s’efforçant d’offrir à tous les américains la meilleure politique qu’il soit tout au cours de son mandat.

Après donc les invectives et les utopies de campagne ; ce sont les vraies affaires, la gestion optimale des affaires publiques qui reviennent à l’avant-scène.

On comprend la déception naturelle de celles et ceux qui attendaient plutôt l’entrée de madame Clinton…. — But those are the rules of democracy; that’s the reason why we have to take care of one another! Who exactly knows what the future will be?

C’est bien beau la démocratie mais le problème c’est que le discours de Trump tout au long de la campagne a accentué les divisions dans la population. Quand on dit que le KKK défile pour appuyé un président, c’est loin d’être rassurant. Quand on voit 4 jours de manifestation après une élection ce n’est pas rassurant ( je n’ai jamais vu ça). Après sa victoire il a fait un beau discours rassembleur mais c’est plus facile de créer des divisions que de les effacés par la suite. Trump est de ceux qui crois que l’important c’est de gagner et que tout les coups sont permis. Il ne se préoccupe pas du tout des conséquences des ses paroles sur la stabilité sociale, il y a déjà une croissance des actes de violences envers les minorités, noire, mulsumane et mexicaine. Beau travail M. Trump!! :-((

@ Jacques,

D’après-moi, Trump n’a pas créé de divisions ; il s’est simplement contenté d’exploiter celles qui existaient déjà à son avantage. Beaucoup de sociétés dans le monde son fracturées. En partie d’ailleurs en raison de diverses fractures sociales qui se sont opérées au cours de ces 30 dernières années.

Beaucoup de gens dans le monde ne se sont pas remis de la crise financière de 2008. Beaucoup d’américains, même ceux qui ont retrouvé un emploi, ne bénéficient plus du même pouvoir d’achat. Et d’autres ne cherchent plus de travail.

Si les État-Unis laissés par Obama étaient si bien que cela. Trump n’aurait eu aucune chance de gagner les élections. Il n’aurait pas même pu recevoir l’investiture républicaine.

Comment expliquer par exemple que des gens qui soutenaient Bernie Sanders, aient voté Trump ou se soient abstenus de voter ? Dans environ cinq États les écarts entre madame Clinton et monsieur de Trump étaient de l’ordre ou inférieurs à 1%. Si madame Clinton n’a pu faire le plein de ses voix dans ces État-là (on peut penser notamment au Wisconsin, au Michigan et à la Pennsylvanie), c’est aussi parce qu’une partie de l’électorat progressiste ne se retrouvait pas dans cette candidature.

Dans quatre ans, on sera probablement obligé de prendre les progressistes un peu plus au sérieux. Pour Barack Obama d’ailleurs, la société américaine n’est pas si divisée que cela. — D’après-vous qui dit vrai ?

Vous avez la chance de ne pas avoir monsieur Trump comme votre futur chef d’état. Tel n’est pas le cas chez nous aux USA.

Perdre avec 300,000 votes de plus que son adversaire!
Toute une démocratie

Effectivement, vous avez raison et Mme Clinton le sait et elle a concédé la victoire à son adversaire en conséquence. Le système du Collège électoral est justement pour éviter que les grands centres monopolisent le monde politique américain et veut laisser une place à l’Amérique rurale. Ça cause nécessairement des distortions, surtout si les grandes villes votent avec une forte majorité pour un candidat – ça n’augmente pas le nombre de grands électeurs pour autant. Par exemple, si je ne m’abuse le District de Columbia a voté à environ 90% pour Clinton mais ça ne donne pas plus de grands électeurs (3) que s’ils avaient voté à 51% pour Clinton. Un état comme la Californie avec une population de près de 40 millions a 55 grand électeurs (1 par 700 000) et l’Idaho qui a une population d’un peu plus de 1,6 millions en a 4 (1 par 400 000) – donc la balance va plus en faveur de l’Idaho quant au nombre de votes pour un candidat que pour la Californie. Il n’est donc pas étonnant que lorsque le décompte sera terminé (c’est toujours en cours) Mme Clinton pourrait avoir environ 2 millions de votes de plus que M. Trump puisque ses appuis sont concentrés surtout dans les grandes villes mais ça ne change rien au décompte du Collège électoral.

Très bonne explications ! Et ses distortions auraient pu avantager les démocrates! Si les électeurs auraient voter en masse, ça aurait effectivement favorisé les démocrates. Donc vu le % de vote qui n’ est pas très élevé, la victoire est allé du côté des républicains! Aujourd’ hui la plupart des manifestants qui sont dans la rue et qui crient à l’ injustice ne même pas votés !!!

Merci. C’est plus ou moins ce que j’écrivais il y a quelques jours.

Notre système canadien ressemble un peu à celui des américains en ce sens que les comtés ruraux ET les comtés citadins sont pris en ligne de compte; cependant, il existe une certaine distorsion dans la représentativité de ceux-ci. Par exemple, un votre dans les Îles-de-la-Madeleine vaut environ 20 fois plus qu’un vote du centre-ville de Montréal.

Pas un système parfait mis somme toute relativement juste et équitable.

Non seulement le soleil va-t-il continuer à se lever au grand dam de nos gauchistes de salon qui commencent à voir le tapis leur glisser sous les pieds, mais en plus, Trump ne va pas venir manger nos enfants la nuit…

L’élection de Trump est une excellente nouvelle et je souhaite la même chose au Canada. Vous aimez vraiment mieux trudeau avec ses celfies à la minette et un discours vide de sens et aucun programme ? Les gens sont écoeurés des ces politiciens avec des discours vides. Alors bravo à Trump.

Que l’on soit d’accord ou pas les américains ont exercés leur droits. Le vote est le résultat de la démocratie à l’américaine. Le respect de ce droit est une obligation point barre!!! Pour le moment des milliers de manifestants sont dans les rues des grandes villes. Qui sont ils? Certainement pas des vrais démocrates. J’aurais préféré Mme Clinton malgré son passé. maiiiiiisssssss la démocratie a parlée, soyons respectueux.

Plusieurs d’entre nous en avons assez de votre cynisme… Avez-vous lu un seul livre sur Donald Trump ? Suivi sa carrière ? Avez-vous la moindre idée de son parcours d’homme d’affaires ? En fait, savez-vous de quoi vous parler ?

Danielle Bouchard

Avez-vous la moindre idée de son parcours d’homme d’affaire?
Une »université » frauduleuse, liens avec la mafia, multiples faillites successives…
J’ajouterai un mot à ta phrase : son DÉSASTREUX parcours!

Parfois pour que les choses changent, pour que les humains changent, il leur faut un douche froide, ou un pot sur la tête…j’ai quand même de l’espoir aussi. Merci Mathieu Charlebois.

Trumpvader a déjà baissé le ton depuis une semaine, son mur est devenu une “clôture” (faut le faire quand même) et ce n’est plus 15 millions qu’il rapatriera mais plutôt 2 selon ce qu’il a déclaré à l’émission 60 Minutes de CBS.

Puisqu’il a un très grand nombre de détracteurs au sein du Parti et que les votes se font en secret pour la promulgation d’une loi ou l’amendement d’une de celles-ci, Trump n’obtiendra pas ce qu’il veut et il fera du “sur place” pour la durée de son mandat.

Je crois que le pire sera dû au fait que les emplois qu’il pensait rapatrier de l’Asie ne se fera pas, il devra faire face à “ses électeurs” qui pourraient bien faire beaucoup plus que du bruit.

Ses tartufferies contre la Chine lui rebondiront en plein visage puisque monter des chaînes de montages dans le domaine électronique aux États-Unis est tout simplement impensable, les salaires y sont beaucoup trop haut même au salaire minimum.

Son fameux tarif douanier de 45% qu’il veut instaurer contre la Chine ne fera qu’augmenter les prix des biens tel que les iPhone de ce monde. Combien de consommateurs achèteront des iPhone à 1,000$. C’est la dure réalité de tous les biens fabriqués en Asie.

Je ne donne pas deux ans à Trumpvader pour qu’il abdique et c’est la gang d’écervelés qui l’obligeront à le faire.

Lisez la presse européenne et verrez que l’Europe se prépare à contrecarrer Trumpvader sur plusieurs plans.

Oui, très certainement, la vie continue. Mais si le passé est garant de l’avenir, il faut regarder un peu l’Histoire avec un grand H pour voir que l’humanité s’est tirée dans le pied plusieurs fois et que ça lui a coûté très cher. On est entré dans une ère de « désunion » avec le Brexit et l’administration Trump va en remettre. On sait que ce n’est pas un petit événement qui crée les catastrophes mais un enchaînement d’événements dont un d’entre eux provoque la catastrophe. Par exemple, l’assassinant d’un petit duc austro-hongrois à Sarajevo en 1914 a provoqué la Grande Guerre et 17 millions de morts… Ce n’est pas la seule catastrophe à avoir frappé l’humanité et la plupart sont causées par… nous même. Avec Trump et la résurgence de l’extrême droite en Europe on sait aussi que ça donne les mains libres à Poutine pour aller chercher les pays baltes et probablement l’Ukraine. L’UE va probablement se désintégrer et les ÉU de Trump vont très probablement cesser leur participation à l’OTAN. La nature ayant horreur du vide et l’humanité de même, le vide créé par les ÉU sera comblé par…??? On verra.

Mais l’important c’est de voir cette élection comme ce qu’elle est et ne pas se fermer les yeux. La droite canadienne est heureuse mais elle oublie un peu trop facilement que cette élection est fondée sur une série de mensonges, de démagogie et de vilification de « l’autre », qu’il soit musulman, Mexicain, gai ou même féminin etc. C’est une élection basée sur la rancoeur, pas sur un projet politique séduisant. Il est vrai que le choix n’était pas très bon… Les deux partis, les Républicains et les Démocrates n’ont pas su lire l’électorat et n’ont pas compris qu’il fallait que les choses changent et l’électorat s’est retrouvé à chercher le changement en passant du mauvais au pire – en anglais on dit « they jumped from the frying pan into the fire ». On ne peut rester passif devant ce dérapage car il va nous entraîner tous dans son maelstrom et il incombe aux humains de demeurer vigilants et de dénoncer les abus aux droits humains.

Trump a été élu démocratiquement non pas par des imbéciles mais par des citoyens américains qui veulent du changement et aspirent à une meilleure compréhension de la part de leurs dirigeants ! Un point c’ est tout ! Le ciel est encore bleu et l’ avenir est encore positif et prometteur pour les citoyens américains ! Oui M. Charlebois le soleil va se lever quand même demain et après demain et le pire n’ arrivera pas ! Ce qui va arrivé c’ est le meilleur pour le peuple américain et n’ oubliez pas que ceux qui ont élu Trump sont étrangement les chiaileux qui sont aujourd’hui dans les rues et qui pour la majorité ne se sont pas prévalus de leur droit de vote !!!!

P.s J’ ai mal fini ma phrase ! Ceux qui sont dans la rue actuellement sont pour la grande majorité des gens qui ne se sont pas prévalus de leur droit de vote! Et pourquoi ils ne l’ ont pas fait Alors que c’ était le temps? That’s the question!!

Heu, il y a quand même 2,000,000 (2 millions) de personnes de plus qui ont voté pour Clinton que pour Trump. Ce n’est pas rien.. Le système américain fait en sorte que cela fait deux fois en 16 ans que la personne qui a reçu le moins de votes gagne la présidence aux USA, et étrangement à chaque fois, il s’agit du candidat républicain. Mais en plus cette fois-ci, c’est par 2 millions et non 500,000 comme dans l’autre situation.

Duplessis, grâce aux comtés ruraux avec moins de citoyens par comté, faisait de même, i.e. il était élu et réélu avec moins de vote que l’autre parti (dans ce temps, il y avait aussi juste 2 parti principaux au Québec). Et on a appelé cela la période de la grande noirceur.

Bush a récolté moins de vote et cela a donné le bordel en Irak (Daech est une entité venue directement de l’énorme camps de prisonniers que l’équipe à Bush avait créée en Irak pour y mettre les soldats de Saddam Hussein.) Quand on met un incompétent et un menteur pathologique en poste de direction, ça fini par faire n’importe quoi, et surtout des dommages. Renseignez vous sur la carrière de Trump, pas juste lire son livre dans lequel il fait sa propre apologie. Vous pourriez être surpris du genre d’homme qu’il est.

Vous avez raison pour la distorsion du système américain ! Pour ce qui est de Trump non je n’ ai pas lu sur lui et ça ne m’ intéresse pas pour le moment car je ne vote pas aux USA ! Malheureusement il n’ y a pas de système parfait et je persite à dire que si le % de vote aurait été plus élvé Mme Clinton aurait été élue ! Donc les électeurs américains récoltent ce qu’ il méritent!

Toute cette campagne m’a remis en mémoire ce texte de Marc Sautet dans un Café pour Socrate que je me permets de citer in exptenso :

En Grèce, les clans n’ont pas pris le pouvoir, et ce n’est pas leur
révolte qui a conduit la Grèce à sa ruine, mais la paupérisation de la masse des citoyens libres. …. La fin de la démocratie grecque obéit à une autre lutte: la lutte des pauvres contre les riches et celle des riches contre les pauvres. Les pauvres, citoyens au même titre que les riches, ont refusé de se laisser faire plus longtemps et ont exigé des riches que cette situation cesse .Aveuglés par leur prospérité, comme le montre Sophocle, rendus fous par leur soif inextinguible de richesse comme le révèle Platon, fascinées par le pouvoir qu’a le profit de faire du profit , comme l’explique Aristote, les riches sont demeurés sourds à la plainte des pauvres. Misant sur une solidarité de fortune qui dépassait les frontières de leur cité, ils ont opté pour la guerre, (du Péloponèse) préférant l’arbitrage des armes à celui de la raison.
Amusés par le spectacle quelques aristocrates trouvèrent sans doute quelque regain d’intérêt pour l’existence dans l’exacerbation
insoutenable de la tension, et la lutte s’engagea.
Dès que les pauvres des pays riches sortiront de leur torpeur, c’est
exactement ce qui nous attend.

Un café pour Socrate Marc SAUTET p. 306. Robert Lafond

Le Soleil se lèvera…, oui, mais sur quel monde se lèvera-t-il?

Imaginez-vous en Allemagne, le lendemain de l’élection de Hitler! Vous auriez pu écrire les mêmes mots. Et non, le Soleil ne s’est pas levé pour tout le monde. Pas pour les juifs. Pas pour les handicapés mentaux et autres. Pas pour les Tziganes. Pas pour les Polonais. Pas pour les autres pays européens. Pas pour ceux qui étaient contre lui. Surtout pas pour la démocratie allemande. Ni pour les millions de morts, et autres ravages de la guerre qui s’en est suivie.

L’élection d’un extrémiste peut s’expliquer par ceci ou cela, mais s’avère toujours une très mauvaise nouvelle. Parlez-en, entre autres, aux Turcs en ces jours d’Érogan (sauf évidemment si vous êtes islamistes), aux Italiens de Mussolini (sauf si vous étiez fascistes), aux Russes de Staline (et aux millions de morts qui lui doivent ce sort), aux Argentins de 1955 à 1983 et aux Chiliens de Pinochet (sauf si vous étiez de l’extrême droite militaire). Et aux Romains de Néron (tant qu’à parler de l’histoire). Plus près de nous, on n’a pas appelé pour rien la période de Duplessis comme étant la grande noirceur (coïncidence, peut-être, mais lui non plus ne souhaitait pas s’adresser aux gens ayant un minimum d’éducation)

Les effets de l’élection d’un homme tel que Trump ont toutes les chances d’être catastrophiques et ce n’est pas en faisant de la philosophie tirant sur le rose nanane que cela va nous aider à passer au travers les temps qui viennent. Ça ressemble à la victoire de l’ignorance sur le savoir, de la peur sur l’espoir, du mépris sur le respect. Les raisons ayant amené tant d’Américains à voter pour cet homme peuvent être et doivent, à mon humble avis, être analysées et comprises. Il y a un message fort là-dedans. Mais l’histoire nous apprend qu’à chaque fois que les gens ont permis que de telles personnes s’installent au pouvoir, quelles qu’en soient les raisons, ce fut le précurseur d’importantes catastrophes.

Aujourd’hui, tout en regardant le Soleil illuminant de ses rayons une magnifique journée d’automne, j’ai peur pour ma société, j’ai peur pour le futur de mes enfants, j’ai peur pour l’avenir de notre humanité. Jamais auparavant, l’humain n’avait été en possibilité de s’autodétruire. Maintenant, nous en avons la capacité, et un homme, à mon avis dangereux, contrôle une puissance incroyable et les codes nucléaires. Alors le Soleil va se lever demain, oui, mais le Soleil n’en a rien à cirer des humains vivant sur sa troisième planète. Une grande noirceur scientifique, philosophique, intellectuelle et spirituelle étend encore plus son long manteau sur cette troisième planète. Et cela m’inquiète au plus haut point.

Je n’ai jamais tant espéré me tromper!

Je me doutais bien que le point Godwin arriverait bientôt.

C’est un « must » dans toute conversation sur Trump qui implique un gauchiste.

Pouvez-vous m’expliquer ce que vous entendez par « le point Godwin »? Je n’ai aucune idée de ce que vous voulez dire ici!

« Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1. »

Merci M. Charlebois pour cette bouffée d’air frais. Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse il sera là pour quatre ans (et peut-être moins si la job l’ennuie…) Alors on passera à quelqu’un d’autre qui corrigera ; c’est le balancier avec ses forces et ses faiblesses.

Il ne faut pas oublier que Trump ne sera pas seul à gouverner.
Il y a la chambre des représentants et le sénat qui, eux également, voudront se faire élire et qu’il y a les élections de mi-mandat…
Le système politique américain de levier et de contre-poids fera en sorte que Trump devra éventuellement adoucir plusieurs de ses prises de position.

Le soleil va continuer à se lever. Croisons les doigts, espérons et attendons que les 4 ans passent…

Haaaaaa! Mathieu! Juste ton « Oupalaï » , juste ça, et bien ça m’a fait rire un bon coup. Merci à toi! Ça fait du bien 🙂

Bonjour. Vous savez, l’histoire nous a donnée de grands noms: Jules Cesar, Alexandre le Grand, Napoléon Bonaparte, les Pharaons d’Egypte, et on en passe. Maintenant, on a le Fanfaron de Washington…Hihi. Bonne chance à tous…