Le tricheur : le film

Un dimanche soir de juin 1994, un demi-million de Québécois étaient au petit écran pour regarder, sur le réseau TVA, le documentaire produit à partir du livre Le tricheur.

Ce document, réalisé par Daniel Creusot, n’a plus jamais été disponible sous quelque forme que ce soit. Or le voici, en exclusivité pour vous, fidèles lecteurs, et pour tous vos  amis. (Attention, il y a six parties — alors cliquez  « lire la suite » mais présenté sans pauses publicitaires !)

https://www.youtube.com/watch?v=JXyJZ-hqghI

Remarque : qu’est-ce qu’on était jeune !

https://www.youtube.com/watch?v=RgdZjw8mpjw&feature=channel
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=26mAyUOIOp8[/youtube] [youtube]https://www.youtube.com/watch?v=8myL9sot7fc[/youtube] [youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Rv7AfyE4gng&feature=channel[/youtube] [youtube]https://www.youtube.com/watch?v=qP3EX96eCdM[/youtube]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

58 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Monsieur Lisée,
merci. Merci. Merci.

J’ose croire que plusieurs Québécois verront, à nouveau et pour la première fois, ce docmentaire anthropologique.

Quand on regarde les politiciens de cette époque, on ne peut que se bidonner (ou pleurer, c’est selon) en pensant à Jean Charest.

Martin Viau

Monsieur Lisée,
merci. Merci. Merci.

J’ose croire que plusieurs Québécois verront, à nouveau ou pour la première fois, ce documentaire anthropologique.

Quand on regarde les politiciens de cette époque, on ne peut que se bidonner (ou pleurer, c’est selon…) en pensant à Jean Charest.

Martin Viau

» Mon premier ministre , je vous tend la main » Jacques Parizeau moment historique , rendez vous manqué .Tergiversation, tromperie et pleutre , voici ma défénition de Robert Bourassa , oubliez le nom d’un boulevard , pensez plutôt à un rond point .

Monsieur Lisée,

Je trouve particulièrement morbide (je tente de demeurer poli…) votre façon de vous en prendre continuellement à l’un des plus grands Premiers Ministres qu’ait connu le Québec, Monsieur Robert Bourassa, comme s’il était, avec les députés fédéraux, le seul fossoyeur de Meech alors que vous passez presque sous silence le fait que les séparatistes de l’époque, votre Jacques Parizeau le premier, étaient également CONTRE MEECH étant en osmose avec les Clyde Wells, Pierre-Elliott Trudeau et Jean Chrétien de l’époque. Bourassa, contrairement aux séparatistes québécois, LUI, était POUR et défendait Meech avec ardeur et conviction.

Les grandes réalisations de Robert Bourassa nous prouvent qu’il est tout sauf un tricheur et un traître au Québec:

– Novembre 1970: Programme québécois de l’asssurance-maladie qui offre encore aujourd’hui à tous les citoyens l’accessibilité à des soins de santé gratuits.
– Mai 1972: Le gigantesque complexe hydroélectrique de la Baie-James qui fait toujours la fierté de TOUS les Québécois à travers la planète (alors que le Parti québécois favorisait le NUCLÉAIRE!) et qui contribue à affirmer notre identité nationale. Il est considéré par tout le Québec comme le « Père de la Baie James »!!!.
– Juin 1973: Le premier programme d’aide juridique destiné à préserver l’accès à une justice impartiale pour les personnes à revenu modeste.
– La création du Conseil du statut de la femme fut une autre réalisation de M. Bourassa.
– Juillet 1974: M. Bourassa fit adopter la Loi 22, première loi visant à consacrer le français comme langue officielle du Québec. Cette loi fut sanctionnée en juillet 1944 à l’Assemblée nationale.
– juin 1975: M. Bourassa fit adopter la Charte québécoise des droits et libertés de la personne bien avant que ce soit la mode dans les autres provinces.
– La signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois, un accord entre le Québec et les Cris et les Inuits est une autre grande réalisation de Robert Bourassa.
– Etc…

…et vous Monsieur Lisée, qu’avez-vous accompli de si « grand » et de comparable pour vous en prendre haineusement et avec hostilité à un grand Premier Ministre QUÉBÉCOIS dont le sens d’engagement et du devoir sont légendaires et en plus qui n’est malheureusemment (heureusement pour vous…) plus là pour se défendre???

Les réalisations de feu Robert Bourassa remplissent de fierté les Québécois et les Canadiens encore en 2010 et je vous prierais de bien vouloir lui présenter vos plus humbles et profonds respects ainsi qu’à toute sa famille.

Je me demande comment vous réagieriez si un petit prétentieux s’en prendrait à un membre de votre famille ainsi que vous le faites depuis quelques jours envers Monsieur Bourassa.

Il est intéressant de revoir les fossoyeurs de Meech tels les Wells , Carstairs , Harper , PET , Chétien et tous les autres qui ont agi en coulisse ! Quel occasion manquée et quel manipulation de Robert Bourassa des leaders souverainistes car il s’est de toute évidence écrasé et il a adopté les couilles de sa femme Andrée Simard … Comment expliquer monsieur Lisée que Radio-Canada qui passe souvent des insignifianes n’a pas trouvé d’espace pour vos reportages et vos écrits ?

Notre histoire au grand jour! Le cynisme que font preuve les québécois envers leurs chefs politiques n’est probablement pas justifié dans son ensemble. Il faut reconnaître cependant que nous avons vu le pire comme le meilleur chez nos gouvernants et que la population n’a jamais su faire la différence. Bravo pour ce documentaire.

D’abord merci M. Lisée d’avois mis ce documentaire en ligne. Je n’avais pu le voir à l’époque. Vous avez fait un excellent travail.
Je suis frappée par la façon dont votre conclusion que la démocratie repose sur les liens de confiance entre les gouvernants et les gouvernés s’applique encore aujourd’hui.
Le cynisme et le désintérêt total pour la politique qui mine l’électorat québécois actuel trouverait-il ses racines à cette époque??

Ce vidéo devrait être publié dans toutes les maisons du Québec pour montrer comment les fédéralistes mentent et détruisent la Nation québecoisae

Le jour où nous serons tannés d’avaler des couleuvres, nous écrirons notre propre histoire nationale. L’histoire d’un peuple éveillé, déterminé, qui se reconnaît, libre et souverain!

Tous les Québécois devraient voir ce film, particulièrement, les libéraux… Si on se souvenait de ce qui s’est passé, on comprendrait qu’on s’est fait berner. Aujourd’hui, avec le poid du Québec qui diminue et Montréal qui est à la veille d’avoir une majorité qui utilise l’anglais, ce n’est plus Le temps d’agir ( un livre que j’ai écrit après avoir présenté un mémoire à la Commission Bélanger-Campeau), mais L’URGENCE D’AGIR…

Votre blog est super intéressant et j’apprécie beaucoup de pouvoir profiter de votre expérience du monde politique.

Merci!

Excellent document.

Félicitations ! En espérant le voir au petit écran, un de ces jours, pour le plaisir de ceux qui ne l’ont pas vu encore et le plaisir de le revoir.

Ce que je trouve d’une grande tristesse, c’est que ce sont pratiquement toujours des Québécois qui tiennent le poignard du fratricide…

Effectivement Robert Bourassa fut un tricheur et un naufrageur. Être malpoli j’oserais dire, un crosseur de catégorie A gros. Et voilà où nous en sommes aujourd’hui. Ce n’est pas simplement déçus que nous avons été, c’est trahis.

Merci pour ce document Jean-François. Effectivement je ne pense pas que cela soit un jour diffusé sur les ondes radio-canadiennes. C’est tellement moins intéressant que la recherche de Ben Laden et autres fadaises… Mais pourquoi pas sur le canal Savoir par exemple ?

Et dire qu’on continue à faire confiance à tous ces libéraux qui sont encore vivants. Bourassa devrait élevé au statut de TRAÎTRE NATIONAL.

Et bonne St-Jean

« Y’en as-tu qui ont pas encore compris » sauf les malhonnêtes… et ou les imbéciles.

C’est clair que l’on a dit Bourassa le louvoyant.
Toutefois monsieur Lysée, Bourassa avait tous les défauts du monde dont celui de TRICHEUR mais aussi manipulateur, filou, maquilleur et le plus important c’était un traître. Lorsque l’on fraude un peuple, lorsque l’on joue l’illusionniste même l’avenue du Parc ne veut pas de son nom. Lorsque l’on a trahit son peuple auprès d’une autre nation, tous savent savamment s’éloigner de lui même la nation qui en a tiré profit.

Il fait bon de revoir ce documentaire « sur l’honnêteté » du grand théâtre de la politique constitutionnelle !

Et parlant de grand théâtre, il est bon de se rappeler cette citation mémorable : » Vous n’êtes pas écoeuré de mourir, bande de caves ! C’est assez ! » Jordi Bonet

Si j’ai bien vu sur ce document, Jacques Parizeau a ajouté un astérisque à côté de sa signature au bas du rapport de la comission Bélanger-Campeau.

Sait-on à quoi cette astérisque nous renvoie ?

J’ai trouvé ma réponse dans votre article précédent portant sur les belles-mères du PQ.

Merci

Je ne crois pas avoir vu ce document lors de sa première diffusion. Mais, maintenant, vingt ans après, j’oscille entre la colère et la honte. Les Québécois sont-ils tolérants comme vous le dites ou naïfs, incapables de voir la duplicité là où elle existe? Cette incapacité, c’est un manque de sens et de réalisme politique qui nous a conduit dans l’impasse où nous sommes maintenant et pour longtemps. Quel désastre. Merci de nous avoir remis en possession de cette «vérité» qui nous assassine.

« Lizée, je me rappellerai toujours ce que tu as fais à Robert Bourassa »
Laurent Boisvert 9

Moi je me rappellerai toujours de ce que Robert Bourassa a fait au Québec.

Confusion des certitudes. Robert Bourassa a « créé » les barrages et envoyé à la poubelle le nucléaire, on peut dire bravo, il a refusé le rapatriement d’une constitution injuste pour le Québec, encore bravo, il a fait jouer la close non obstant, encore bravo @ MM. Boisvert et François Premier, Jean-François. Lisée ne juge pas Robert Bourassa sur l’ensemble de son oeuvre, mais sur un épisode précis de l’Histoire où le Premier de l’époque a sciemment menti et triché, sachant qu’il mentait et trichait. Relisez Machiavel, le mensonge et la tricherie sont les collaborateurs amoraux du pouvoir fort. Tricheur, c’est vrai que le mot est dur. Mais, aucun des témoins participant favorables ou proches politiquement de Robert Bourassa, n’a élevé de protestation contre le livre ou le documentaire, en disant haut et fort : » page 90 du Tricheur ou 153 du Naufrageur, ou à telle moment du film, Jean-François Lisée dit ça, c’est faux, voilà la preuve du mensonge de M. Lisée ».
M. Lisée montre au début du documentaire des cassettes enregistrées des entrevues qu’il a réalisées et qu’il restitue en parties dans le livre et dans le film. On peut imaginer qu’elles sont gardées dans un endroit sécuritaire et seront léguées aux Archives nationales du Québec. L’Histoire jugera alors.

Oups! erratum. « close nonobstant » Naturellement, il fallait lire clause et non close avec l’excuse d’un lapsus révélateur de la présente obsolescence de l’utilisation de la clause dérogatoire. (Entrées : Loyola, religion, laïcité)

J’aimerais beaucoup ,si vous le vouliez faire comme Mr Lévesques une émission de télévision peut être à T.V.A une foi par semaine, une demie heure ou une heure pour nous apprendre la vrai histoire qui nous concerne en nous remémorant l’hitoire du Québec et en la faisant découvrir aux plus jeunes.

@François 1

On a pas besoin d’être là pour être reconnu et condamné pour les actes méprisables qu’on a posé. Il suffit que les preuves soient solides et corroborées.

On appel ça jugé par contumace.
============================
Ce qui m’écœure tout autant que la traîtrise de Bourassa, c’est la partisanerie aveugle de tous ces libéraux qui n’ont pas eu le courage de s’insurger et de se désolidariser de la perfidie de leur chef, Robert Bourassa. Tous des bénis-oui-oui castrés ces libéraux, tant ceux d’hier qu’aujourd’hui.

Il est stupéfiant de penser que le PLQ a érigé une statue à R. Bourassa devant l’Assemblée nationale. Dans les grands moments de notre histoire, comme la Crise d’octobre et l’échec de Meech, R. Bourassa s’est complètement écrasé. Il n’avait pas l’étoffe d’un chef d’État et aujourd’hui nous payons toujours le prix de sa lacheté, de ses mensonges et de son hypocrisie.

Merci Monsieur Lisée de nous avoir rendu disponible le visionnement de ce document extrêmement intéressant. Je n’avais jamais eu l’occasion d’en prendre connaissance, et maintenant, je comprends mieux ce qui s’est passé à l’époque et pourquoi. Quelle déception de réaliser que les pires ennemis du Peuple Québécois sont des Québécois… une chance qu’ils ne sont pas tous comme ça.

J’avais toujours vu en Bourassa un pleutre, un couard, qui tergiverse sans cesse sans jamais arriver à prendre une décision quand cela pouvait brasser la cage… mais de suivre ainsi toute la saga de ses tricheries et manipulations, on n’a pas de quoi être fiers d’avoir eu un tel premier ministre.

Il faut se souvenir aussi que c’est celui qui est allé pleurnicher auprès de «PET» à Ottawa en octobre 1970 et qu’il a laissé mettre le Québec en « état de guerre ». Je n’ai aucun respect pour cet homme et il ne mérite pas le titre de GRAND HOMME pour le Québec… comme le veule quelques internautes qui ont laissé un commentaire ici.
Et avec une journée en retard, BONNE FÊTE NATIONALE DU QUÉBEC À TOUS LES QUÉBÉCOIS/SES.

P.S.: je suis déçue qu’à Québec l’on ait accepté, sans protester, de changer l’Autoroute Du Vallon – qui portait si bien son nom – pour celui de Robert Bourassa. Je continue de l’appeler de son ancien nom 😉

J’ai häte que mon abonnement finisse. Avant, ce n’était une feuille de chou de propagande séparatiste.

@François 1

Faudrait revoir les 11 désengagements de Bourassa.
Notamment celui où il déclarait solennellement que, dorénavant, il ne négocierait plus à 11(fédéral +m les provinces) mais à deux.Or,en 1992, il est retourné négocier à 11(Charlottetown).

Il en a réalisé 10 autres du même genre!!!

@ François 1

« La Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ) est un organisme du gouvernement québécois relevant du ministère de la Santé et des Services sociaux et institué depuis 1969. »

Donc il y a quelqu’un, un nommé Bertrand qui a aussi agit avant Bourrassa.

De plus les libertariens comme François 1 son contre cette loi puisque que pour eux le gouvernement n’a pas d’affaire là dedans.

De plus sa majesté premier, traite le grand premier ministre Pierre Éliot Trudeau sur le même pied que Jean François Lisée.

Trudeau traitait Bourrassa de mangeur de hot-dogs.

Les Québécois l’ont mis à la porte en 1976 et ce même dans son compté.

Alors François 1 beaucoup de Québécois n’aiment pas Bourrassa et ils en ont le droit.

Il semblerait que nous sommes passés tout près au moins deux fois – à ce moment-là et en 1995 ! Oui, Bourassa, un tricheur ! et comment ! je dirais – en québécois – un trou de cul !

Mais comme j’aime Jacques Parizeau, un des seuls hommes politiques vraiment intègre au Québec, je veux dire intellectuellement , si intelligent et si Québécois, émotif, piégé.

Finalement, je ne peux que dire que nous n’étions pas encore prêts, encore trop petits….

J’ai 71 ans et le goût de dire à mes compatriotes « grow up » !

@François 1 Les 11 désengagements de Bourassa:

1-Négocier dorénavant à 2 et « jamais » à 11:23 juin 1990,Salon rouge, réaffirmé en mars 1991, puis en mars 1992.

2-Nécessité de redéfinir le statut politique du Québec:Loi intsituant la commission Bélanger-Campeau, 4 sep 1990.
2bis-Obligation de résultat:présentation du rapport Allaire, 29 janvier
1991.
3-Le statu quo est la pire solution pour le Québec: Discours d’ouverture, congrès libéral de mars 1991.
4-Organiser un référendum sur la sougeraineté, au plus tard le 26 octobre 1992:rapport Bélanger-Campeau, 29 mars 1991; loi 150, le 15 mai
1991.

5-Seule une offre liant formellement le gouvernement du Canada et les provinces pourra être examinée: idem.

6-Réforme en profondeur,sinon,souveraineté:Addenda Bourassa-Rémillard, rapport Bélanger-Campeau, mars 1991.
6bis-Dans ce cas, la pleine souveraineté, toutes les lois, tous les impôts:rapport Bélanger-Campeau,29 mars 1991; loi 150, 15 mai 1991.

7-La réforme doit être fondamentale, en profondeur, pas une réformette »:entrevue au Soleil,septembre 1991.

8-Ne rien décider avant d’avoir vu les textes juridiques:25 octobre 1991,Iles-de-la-Madeleine.
9-Ne pas organiser de référendum sans être sûr de le gagner:Conseil général du PLQ, mars 1992.

10-Trois conditions à satisfaire avant de négocier à 17:mi-juillet 1992.

11-En cas de rejet de Charlottetown, rediscuter de souveraineté:Congrès libéral,29 août 1992.

Bravo Pierre Desrochers pour nous rappeller tous ces événements et aussi nous faire constater que certains fédéralistes purs et durs et certains libertaires comme l’anonyme Francois 1 ont la mémoire bien sélective et ont oublié de grands pans de l’histoire particulièrement ceux qui les fait mal paraître !!!! Facile de se souvenir de seulement ce qui fait notre affaire …..

@François 1 que valent toutes ces réalisations de Bourassa pour permettre au Québec d’être solide sur ses pattes si, au moment de marcher seul ou de voler de ses propres ailes, il lui met un bâton dans les jambes ou lui coupe les ailes?
Des conjonctures politiques telles, permettant à un peuple d’accéder à la souveraineté, sont rares et en 1990-91, on se l’est fait voler…

Merci infiniment à Monsieur Lisée et à l’Actualité. Je viens de m’ouvrir les yeux encore plus grands qu’ils ne l’étaient. Moi qui croyait quasiment ce que Boubou avait dit dans ces années-là… Mais, je ne savais pas 1% de toute cette historie.

Je vais acheter « Le tricheur » et le lire. Et me rappeler…
JE ME SOUVIENS…

Peut importe, le momentum est passé, non seulement vous n’obtiendrez jamais plus l’appuit nécessaire pour réaliser ce rêve irréaliste sur le plan économique (puisque malgré nos richesses nous croulons sous le poid de nos dettes, nos programmes sociaux, nos engagements et nos responsabilités mais de plus le poid statistique des gens voulant encore la réalisation de ce rêve n’est plus suffisant pour obtenir un vote suffisant (et vous avez beau transporter tous les internés que vous voudrez) la majorité de la population étant déjà pluriethnique et surtout de langue autre que québécoise (les francophones ne sont pas tous des apuuis à ce projet. La stabilité politique du Canada, sa position sur l’échiquier politique et la force de son dollard confère une sécurité auquelle peut de gens sont prêts d’une manière réaliste pour aller dans l’anonymat poser un x sur une décision qui pourrait être imputable sur notre sécurité physique, financière, économique d’une telle ampleur. Alors que bien des grande gueles hypocrites se prononcent pour nous savons bien qu’au moment de faire le x dans l’isoloire avec leur bulletin de vote, ils se défileront. Inutile de clamer des accusation de peur nous ne sommes pas des enfants, ces désicisons sont basés sur des fait et des spéculations non moins réfléchies que les votres.

Qui est-ce qui est assez naif pour pêter foi aux promesses et aux paroles des politiciens? Psoit disant pourquoi jouer aux autruches quand tant d’enquêtes ont démontrées le peut de crédibilité que porte les gens aux paroles des ploiticens? Avant ou après vendeurs de chars usagés selon ces sondages? Quand on les voit s’accuser les uns les autres et ressortir les cross qu’ils ont fait chacun de leur côté personne n’est surpris. Vous pouvez en sortir autant pour pratiquement chacun des élus à tous les paliers de gouvernements et d’organismes publics. Alors c’est quoi le point exactement, le réveille du peuple? Mais il ne dort pas le peuple quand il répond aux sondages. Alors essayer de regrouper les gens vis a vis un ennemi commun on a déjà vu neiger. Et que le pure lance la première pierre. L,immunité n’existe pas plus pour les intellectuels, les politicens, les partisants que les criminelles. Vous pouvez toujours vous tenir un discours de duple quand vous devez faire un examens de concience il n’y a pas que vos élus, vos relations, vos amis et votre famille qui n’est pas blanc comme neige mais en différentes circonstances tous et chacun a eu a agir contre sa propre idéologie. La différence entre la théorie et la pratique n’existe pas juste en matière économique, politique mais aussi morale. Alors une petite question existencielle pour voir si vous êtes vraiment aussi blanc que vous l’affirmez? Si quelqu’un menace la sécurité de votre famille serai vous aussi irréprochable concernant votre conduite et vos actions? Qu’est-ce qui est vraiment légitime pour vous? La loi? Les votres? Ou votre moralité? Quand vous jugez les gestes des autres êtes vous certain d’avoir toutes les données nécessaires pour poser votre jugement?

« Quoi qu’on dise et quoi qu’on pense le Québec est une société distingue… »

Chaque fois que j’entends cette déclaration je ressends toujours la même émotion. Dommage que cette belle déclaration est été faite par quelqu’un qui n’y croyait pas.

———————————–
Merci M. Lisée pour ce documentaire. Je vous en suis reconnaissant.

Aux séparatistes de salon: si je vous comprends bien, vous reprochez à l’un des plus grands Premiers Ministres de l’histoire du Québec (tout juste après Maurice Duplessis qui nous a donné notre drapeau) de n’avoir pas déclaré l’indépendance du Québec après le refus de Meech (que votre propre parti refusait également…). Bref, de ne pas avoir fait la job à votre place.

Je comprends votre frustration. Robert Bourassa a atteint des sommets qu’aucun de vos chefs n’a même effleuré… mais Robert Bourassa a été un Premier Ministre responsable et profondément démocrate et il a réalisé des choses qu’aucun autre premier ministre séparatiste n’a même frôlé (voir l’énumération faite dans mon autre message) et son extraordinaire oeuvre fait encore aujourd’hui la fierté de tous les Québécois.

De plus, il y a eu après Meech un (autre) référendum que vous avez ENCORE lamentablement PERDU je vous le rappelle; sans compter les innombrables sondages depuis qui confirment clairement la défaite de votre option séparatiste…à tel point que votre chef(fe) a finalement reconnu cette lancinante observation et a fait disparaître toute attestation à un référendum de votre propre programme (l’article UN a disparu!). C’est dire!

Or, si les Québécois étaient aussi esquintés à l’intérieur de notre Canada, pays envié par toute la planète (c’est confirmé par des sondages!), que vous voulez nous le lassser croire, ils auraient depuis longtemps descendu dans les rues et renversé le gouvernement. Mais ils ne sont pas fous, les Québécois et ils savent parfaitement bien que sans le garde-fou fédéral, nous serions dans le tiers-monde de l’Amérique, d’où la sagesse de LEUR choix résolument fédéraliste.

Meech a été refusé? so what… Qu’est-ce que ça change dans nos vies de tous les jours à part bien sûr le fait que nous appartenions à la nation canadienne qui fait l’envie de toute la planète et qui nous secoure à chaque année via la péréquation nous permettant ainsi de nous payer des patits luxes que nous n’aurions pas les moyens de nous payer sans l’argent des autres provinces…

En passant, votre René Lévesque n’est pas blanc pur lui non plus. Parlez-en à Corrine…

Bon il y a des distinctions a faire pour les distinguées de cette province? Faudrait peut-être recompter le nombre de moutons et faire la distinction entre les noires et les blancs (évidement vous avez compris que je ne parle pas de race ici, mais bien d’allégeance et surtout d’autenticité. Il ne faut pas se laisser berner par les teints et les rasés). Y a t-il des moutons chauves dans cette salle? Chauvons la planète pour une heure de plus sur terre *-*

Félicitations M. Lisée. J’ai lu vos deux livres, le menteur et le tricheur. Je penssais avoir tout entendu de la part de R. Bourassa qui n’a jamais crû un instant de faire l’indépendance. À lire quelques commentaires, comme ceux de l’agente féminine (2 articles le 26 juin), heureusement minoritaires qui selon ma compréhension disent: Nous sommes nés pour un petit pain et restons petits et continuons à nous quereller pour avoir droit au chapitre dans un pays (le Canada) qui fixe des priorités qui sont différentes des nôtres sur plusieurs aspects (environnement, interventions en Ahghanistan,le Sénat, aide aux compagnies pétrolières, etc…)

Autre commentaire. Comment faites-vous pour publier des articles sous des pseudonymes (agente feminine) qui semble avoir beaucoup à dire mais qui se cache derrière un peseudonyme. On ne cache pas derrière une burqua quand on veut faire connaître son opinion sur un sujet aussi important que notre avenir. On parle à visage découvert.

Juste à lire quelques commentaires de libéraux, vous frappez dans le mille avec toutes les imformations que vous poubliez sur cette période sombre du Québec et du manque de transparence de R.Bourassa.

Déclaration de R. Bourassa suite à l’échec de Meech: “Quoi qu’on dise et quoi qu’on pense le Québec est une société distincte…”
Comment peut-on dire cela alors qu’environ 50% de nos impôts vont à Ottawa et que nous devons sans cesse nous battre pour obtenir ce qui nous revient, selon nos besoins et nos priorités? Quand nous passons des lois pour affirmer notre caractère francophone et nous protéger, elles sont continuellement modifiées par la Cour Suprême du Canada. Des pans entiers de la Loi 101 ont été modifiés pour respecter la Charte des droits et libertés. Que faisons-nous de l’avenir des francophones au sein d’un mer anglophone (à l’est, au sud et à l’ouest)de l’Amérique du Nord? On veut protéger notre langue et notre culture et que fait la Canada avec cela? On s’en moque éperdument.

This is the canadian way.

Continuez votre EXCELLENT TRAVAIL,M. Lisée, je vais continuer à lire avec attention vos écrits et vous écouter à la radio. C’est très instructif mais en même temps démoralisant quand on a le courage de regarder plus en détails tout ce qui s’est produit autour de cet échec de Meech. On peut découvrir de très belles choses mais aussi des choses moins belles.

Le jour que nous prendrons en main et que nous arrêterons d’aller voir notre père(Le Canada) quand notre mère (le Québec)dit non à nos demandes, nous deviendrons un peuple adulte (nous quitterons notre période d’adolescence). Comportons-nous comme des adultes évolués qui veulent décider de leur avenir comme un peuple mature, comme l’ont fait, à titre d’exemple la république tchèque et la Slovaquie et TOUS, nous nous porterons mieux et cesserons ces chicanes stériles et improductives.

Un gros merci Monsieur Lisée.

À 21 ans, c’est le genre de chose que j’aurais aimé savoir durant mes cours d’histoire au secondaire. Je suis tanné que les fédéralistes (qui d’autre?) cachent notre histoire.

J’ai trouvé ce documentaire bouleversant. C’est dégueulasse ce qu’à fait Bourassa. Je n’ai plus aucun respect pour lui. Cet enjeu était trop grand et il a trahi le peuple, littéralement.

Je distribue ce documentaire en ce moment même à plein de gens. C’est à voir!

On a beau dire ce qu’on voudra, Bourassa ne nous a pas fait de tord comme Charest le fait au Québec depuis 7 ans, bien loin de là.

Alors, s’il-vous-plaît, laissons-le tranquille, il n’a pas fait pire que les autres premiers ministres du Québec depuis le règne exceptionnel de Lesage, qui a fait remarquablement mieux que tous les autres avec son équipe du tonnerre.

Pensez-y bien, Charest est en train de noyer rapidement avec l’immigration annuelle, et pour de bon peut-être, le fait français à Montréal, et ce, depuis sept (7) longues et interminables années, et il continuera de le faire tant qu’il sera là ET MÊME APRÈS, s’il retourne au fédéral, en plus d’avoir, lorsqu’il quittera dans 3 ans, substantiellement accru la dette du Québec avec les grands projets de bâtiments publics que l’on prévoit, en plus, payer de 35 à à 40% trop cher, nous dit-on.

Àjout à mon commentaire # 47, »On a beau dire ce qu’on voudra … »

À l’exception , bien sûr, de René Lévesque, à mon avis le meilleur ministre du gouvernement Lesage des anées 60 et le meilleur premier ministre, de 1976 au début des années 80, que le Québec n’a jamais eu.

M. Lisée,

Bravo pour toutes ces explications.

Mais le plus important est que ce message se rende au petit peuple comme le disait le grand PET.

Nos droiteux, fédéralisses et libertariens d’ici, s’acharnent à faire à faire leur propagande de peur, de dénigrement et de désinformation auprès de ces gens.

On ne se bat pas avec des épées de bois contre des armes à feu.

Cela démontre bien que Charest est dans la lignée de Bourassa qui a toujours considéré les canadiens français comme des illettrés et des bons a rien.

Sauf si ils se comportent et pensent comme des anglais…

Harper veut étouffer la bête, simplement. Une taxe sur les transactions financière aurait pu servir à réduire la dette des pays.

Mais le but de la droite est de limiter les dépenses des gouvernements… dans les programmes sociaux.

Car dépenser un million dans un lac artificiel, ça c’est un bon investissement.

@Francois 1

Encore un prophète d’apocalypse qui nous accable de tous les maux si on fait la séparation… Bourassa, le plus grand après Duplessis? DUPLESSIS? Pour un bout de tissus et une grande noirceur? Bourassa AVANT Lesage? Même pour un Libéral, ça n’a pas d’allure! Nomme-moi donc des mesures de Bourassa qui ont été si bonnes pour le Québec! Meech, c’est Lévesque qui l’a négocié et Bourassa qui n’A pas été en mesure de le défendre. Charlottetown, c’est négocié par Bourassa, Victoria aussi, ce sont des flops monumentaux. Je sais, c’est dur à comprendre pour quelqu’un qui considère une victoire par 50 000 voix comme une victoire éclatante.
Le tout se termine par un potin sur Corrine qui appartient davantage aux pages people qu’à cette chronique. De la grande classe.

Dans le meme sens on pourrait dire que le PQ nous avais promis l’Independance et ne l’ont pas fait.
Ce sont donc des « tricheurs »?

Les vrais « tricheurs selon moi ce sont Messieurs Levesque,parizeau et bouchard pour avoir essaye de nous faire avale la « couleuvre » de l’independance et ce sans l’approbabtion de la majorite Quebecoise.

@ Jean-Francois Trottier:

« Lévesque a négocié Meech… » ?&*!#

Pas mal déconnecté non? Comme vous le dites, ce genre de fausseté appartient plus aux pages des journaux jaunes qu’à un livre d’histoire…

Voir mon commentaire # 4 pour les extraordinaires réalisations de Robert Bourassa dont le nom aurait dû, en toute justice, apparaître sur les panneaux du nom de la rue Dorchester au lieu de celui de « Ti-Poil » dont les dernières années de pouvoir ont été, pour le moins, pénibles et malheureuses pour tout le peuple québécois. Il fut abandonné par la plupart de ses ministres seniors (dont Jacques Parizeau), il devenait erratique et même risible, cumulant lui-même plusieurs ministères dont celui de la condition féminine…

Pour ce qui est du dernier référendum que vous avez PERDU, je vous souligne que depuis cette pénible défaite, votre propre parti séparatiste a tout fait pour faire disparaître tout renvoi à un quelconque référendum dans un avenir rapproché (leur article PREMIER!). C’est votre René qui doit rager…

C’est dire combien vous étiez « proche de la victoire » et combien le peuple québécois est « écorché dans le Canada »!!!

Je conseille à toutes les personnes qui m’ont précédé dans leurs commentaires de lire attentivement les deux livres de monsieur Jean-François Lisée: Le Tricheur (Robert Bourassa et les québécois 1990-1991) et Le Naufrageur ( Robert Bourassa et les québécois 1991-1992).
Ces mêmes personnes en perdront leur salive venimeuse.

Je n’oublierai jamais les mots de BOurassa: » Quoi qu’on dise et qu’on fasse le Québec est aujourd’hui et pour toujours une société libre de ses choix et capable d’assurer son développement… »

Bourassa voulait utiliser les souverainistes pour faire peur aux Anglais. Utiliser cette tactique, penser qu’elle pouvait fonctionner c’est ne pas connaître les Anglais. Jamais ils ne plient à moins de leur donner un bon coup sur la tête. Même les Allemands n’ont pas réussi à les décourager en les bombardants à tous le soirs. Ce n’était sûrement pas des petites menaces qui leur faisait peur. Pauvre Bourassa, tu voulais encore gagner du temps. Tu as réussi. Tu as complètement démobilisé les forces du Québec. Tous ces gens qui croyaient en toi. A force d’arriver à rien les gens se démobilisent et abandonnent. C’est ce qui est entrain d’arriver aux Québécois. Ils sont tannés d’essayer d’être respectés et ils se disent que ça n’en vaut pas la peine.

Bourassa tu as empêché au Québec d’avancer. Tu nous as fait faire du surplace.

Merci, tu as été un minable politicien qui chiait dans ses culottes et je suis sûr que tu n’étais pas homosexuel car ces gens là ont plus de couille que toi.