Le Verdict sur François Legault: -45%

La plateforme est presque aussi efficace que Tout le monde en parle. Quelque 891 000 personnes ont écouté lundi l’émission Le Verdict, animée par Véronique Cloutier, qui confronte ses trois invités à des résultats de sondage à leur sujet.

François Legault était le troisième invité cette semaine, un peu mal à l’aise aux côtés de l’hyper-sexuelle Anne-Marie Losique, mais prompt à passer ses messages.

Le principal est celui-ci, sur lequel il est revenu deux fois et qu’il répète devant tous les micros:

Le revenu moyen au Québec est 45% moins élevé qu’aux États-Unis. Pas 4 ou 5 %, 45%. […] À partir du moment où le revenu moyen aux États-Unis est 45% plus élevé qu’au Québec, c’est-à-dire que pour des taux d’impôts équivalents, les Américains collectent 45% plus d’impôts et de taxes que le Québec. Comment on peut compétitionner avec ça ? Il y a quand même une limite !

Le seul problème avec ce chiffre de 45% est qu’il est faux. Et que François Legault est assez informé et intelligent pour le savoir. C’est donc volontairement qu’il utilise à répétition une statistique à la fois erronée et trompeuse.

Au Verdict: Un politicien qui joue avec les chiffres comme les autres ?

Certes, le chiffre existe. François ne l’a pas inventé. Il a été calculé par l’OCDE pour comparer le produit intérieur brut par habitant entre les États-Unis et le Canada (notez: pas le Québec, le Canada). L’OCDE adapte son calcul en tenant compte du coût de la vie dans chaque pays.

Le problème est que l’OCDE s’est trompé. Statistique Canada lui a tapé sur les doigts et a démontré (publication 13-604-M, no 064, page 12 et tableau 2) que l’OCDE surestime considérablement le pouvoir d’achat américain par rapport au Canadien. Selon Statistique Canada, l’écart entre les deux pays n’est pas le 45% dont parle François Legault, mais plutôt 29%.

Et si on tenait compte de la réalité québécoise ?

Mais Legault parle du Québec, et pas du Canada. Pour être rigoureux, il devrait ajuster ce chiffre en fonction du pouvoir d’achat, non de la moyenne canadienne, mais de la réalité québécoise qui, il le sait très bien, est avantageuse pour les Québécois.

Il sait aussi que ces calculs existent, gracieuseté de l’économiste Pierre Fortin utilisant les données de Statistique Canada sur le coût de la vie.

Ainsi, l’écart passe de 45% (ce que François dit) à 29% (dixit Statistique Canada pour le Canada) à 21% (une fois ajusté pour le Québec).

À ce point du calcul, Legault aurait techniquement raison d’affirmer que « le niveau de vie » Québécois est inférieur de 21% à celui des États-Unis. Techniquement.

Mais il sait que, en pratique, il utilise un terme économique qui n’a pas la même signification pour les  891 000 téléspectateurs non-économistes qui l’écoutent. Pour les gens normaux, le « niveau de vie moyen » signifie le niveau de vie des gens normaux, de la classe moyenne.

Leur dire que leurs voisins américains jouissent d’un niveau de vie supérieur de 21% ou, encore pire, de 45% c’est les tromper en leur faisant croire que l’Américain moyen est significativement plus riche que le Québécois moyen.

Mais c’est faux. Comme Pierre Fortin et moi l’avons démontré ici, l’écart entre nous et nos voisins est complètement absorbé par la scandaleuse accumulation de revenus chez les 5% des Américains les plus riches. Les États-Unis sont une société malade de leur inégalité et affichant un niveau anormalement élevé de pauvreté pour un pays occidental.

Lorsqu’on soustrait les 5% des Américains les plus riches de cette équation, on se rapproche d’une réelle comparaison entre les Américains et les Québécois moyens, et voici ce qu’on obtient, pour 2007:

Bizarre ! On ne voit pas le 45% supplémentaire !

En fait, 95% des Québécois ont un niveau de vie légèrement supérieur à 95% des Américains. Mais pour y arriver, nos voisins du Sud doivent travailler en moyenne… 270 heures de plus par année ! Environ 15% de plus ! Dans les faits, donc, profitant de cette richesse qui est le temps, la quasi-totalité des Québécois sont significativement plus riches. (Pour les détails et les calculs, voir ici.)

Notez, ce sont les chiffres de 2007, donc avant la crise économique qui a été beaucoup plus dure chez nos voisins du Sud que chez nous. Les chiffres pour 2010 et 2011 seront encore plus avantageux pour le Québec (le délai dans la production de ces chiffres tient au calcul des revenus du 1% et du 5%, disponibles plus tardivement que les autres données).

Mais, peut-être François est-il plus près de la réalité si on réinsère dans le calcul presque tous les riches Américains, et qu’on compare 99% des Québécois avec 99% des Américains:

Encore plus bizarre ! Le 45% est toujours absent !

Ici, l’écart de niveau de vie en faveur des Américains est de 4%, soit 10 fois moindre que ce qu’affirme Legault. Mais, encore une fois, les Américains travaillent en moyenne 270 heures de plus par an pour s’offrir ce 4%. C’est beaucoup.

L’autre versant de l’argument

Pour ce qui est de la capacité fiscale comparée du Québec et des États-Unis, le chiffre de 21% du PIB devrait, là, s’appliquer. Théoriquement, nos voisins disposent d’une base fiscale 21% plus étendue que la nôtre — et que de la plupart des pays occidentaux, sinon tous.

Mais voilà comment la théorie s’échoue sur le réel: le système politique américain refuse d’utiliser cette base fiscale, par pure idéologie néo-libérale. Leur fiscalité sur cette richesse supplémentaire (les 21% captés par les super-riches) est la plus faible en Occident et la plus faible depuis… les années 1920 !

Il est donc également faux de dire qu’on ne peut pas compétitionner sur le plan fiscal, puisque les Américains se mettent eux-mêmes hors-jeu.

François Legault a décidé de faire d’un écart imaginaire de 45% de revenu avec nos voisins son argument principal pour convaincre les Québécois d’accepter des réformes importantes (quoique, pour l’instant, il ne demande de sacrifices réels qu’aux profs et aux étudiants).

Il est dommage qu’un homme de sa valeur, s’élevant contre le cynisme ambiant, s’entête à tromper ainsi les citoyens. Je le tiens en assez haute estime pour espérer qu’il se ravise.

Laisser un commentaire

« Mais pour y arriver, nos voisins du Sud doivent travailler en moyenne… 270 heures de moins par année ! »
« Mais, encore une fois, les Américains travaillent en moyenne 270 heures de plus par an (…) »

De moins ou de plus? Il y contradiction dans le texte. Selon le contexte j’imagine que d’est 270 heures de plus.
Belle argumentation néanmoins !

Julien J.L.

Incroyable! je me doutais bien qu’il y avait une crosse quelque part, mais pourquoi au profit de qui au juste? je n’ai pas mérité cela.

Le cynisme ambiant? Dites plutôt le cynisme des politiciens de la trempe de François Legault!

Le lecteur non économiste sait que l’imposition des riches américains au nom de la récompense idéologique du mérite ou de la grandeur idéalisée de l’individu est faible.
Que la protection sociale est faible aux É.U au nom de raisons idéologiques du même type. Sans être un jongleur de chiffres, nous savons que cet écart de revenus est imaginaire selon l’ambitieux et faux lucide Legault, un grand conservateur libéral du même acabit que L.Bouchard.

Les politiciens vénérés par les médias complaisants sont des pratiquants du mensonge ou de la manipulation parce que c’est ce qui rapporte. Legault tout comme Lawton ou Khadir sont de la même eau. Lawton par sa déclaration enflée de Sherbrooke, Khadir par son intervention brutale et cynique pendant l’élection fédérale. F.Legault? M.Lisée vient d’expliquer les acrobaties chiffrées de l’ex ministre de Lucien Bouchard.

Le souvenir de René Lévesque se meurt. Les politiciens cyniques sont légions.

François Legault est un politicien libéral qui n’a jamais cru à l’indépendance. Comme Bouchard d’ailleurs.

Et d’utiliser les chiffres lui permettant de gonfler son électorat éventuel.

Issu des milieux d’affaires et éduqué à celui-ci, il ne pense le Québec qu’en des termes de rentabilité et de compétitivité. Sa vision sociale est dominée par l’élitisme et ne fonctionne qu’à la hiérarchie des classes.

Déjà il s’est trompé en matière d’éducation et de santé. Pourtant, dans son domaine de prédilection qu’est l’économie, on se serait attendu à davantage de rigueur.

Un idéologue de droite portant un discours centriste.

On ne votera pas pour ça !

C’est malheureusement un discours populisme et entièrement à droite et le populisme ne peut que profiter au(x)politicien opportuniste. Car dans le fond, le peuple il s’en sacre ce qui compte pour lui sont les connaissances(Sirois).Je me demande ce qu’un archimillionnaire comme ce monsieur et d’autres peuvent vraiment rapporter au Québec ;au niveau politique donc pour le bien commun

Donc Legault demeure et demeurera plusun comptable, riche, qu’un future chef d’état.

Je n’ai pas vu le verdict mais selon ce que je viens de lire Legault est prêt pour devenir le prochain chef Adéquien….

Oui M. Lisée la démocratie est un jeu complexe qui se joue plus souvent qu’autrement avec l’indifférence des uns, l’inconscience des autres, l’ignorance, les demeurés, les invertébrés, les démagogues, les mythomanes, les manipulateurs et j’en passe…Très peu de politicien(e)s sont honnêtes et font abnégation de leurs intérêts personnels. Voilà, Françoios Legault ne fait malheureusement pas exception.

Avez-vous remarqué quand Legault a vu les résultats donnant le PQ en avance sur son éventuel parti? Son visage parlait, ça l’a assomé. Même chose quand il a reçu les résultats du tableau qu’il inspirait la confiance par seulement 23% des citoyens.

J’espère que les gens ne seront pas dupes à ce point pour voter pour lui.

Malheureusement M. Leageault n’a aucun charisme. Si il
veut créer un nouveau parti, good luck!

Il ne faut pas ses surprendre. Monsieur Legault a déjà affirmer qu’il se dégagerait une marge de manoeuvre de 600 000 000 $ en abolisant les Agences de santé. Par la suite cette marge de manoeuvre a été réduite à 100 000 000 $. Pour économiser 100 000 000 $ M. Legault oublie de dire qu’il devrait cesser toute les activités régionales de la santé publique car environ 50 % des budgets des Agences est dédié à la santé publique.

Surprenant pour un ancien ministre de la santé !

Bravo pour avoir démoli, point par point, ce que je dénoncais hier.

19 rod :
mai 25, 2011 à 6:44
La pire énormité qu’il dit c’est que le Québec a un niveau de vie 45% inférieur à celui des États-Unis! Où est-ce qu’il prend ca?

—-
Prochaine cible: Gérard Deltell. Deltell n’arrête pas de dire 2 énormités:
1) qu’on a la 5e plus grosse dette au monde
2) qu’on reçoit 8 milliards de la riche Alberta parce qu’on est une province pauvre.

Y’a toujours une maudite limite à dire pareilles énormités. Un politicien peut dire les pires niaiseries mais il n’a pas droit de tricher sur les faits.

En quoi les profs et étudiants doivent faire des sacrifices? Les profs auront un meilleur salaire en échange d’une évaluation de leur travail. En quoi est-ce un sacrifice? Est-ce qu’un hausse des frais de scolarité est un sacrifice pour les étudiants? Je vois plutôt l’opportunité d’obtenir un diplôme de plus grande qualité comme un investissement.

Il ne faut pas se surprendre. Monsieur Legault a déjà affirmé qu’il se dégagerait une marge de manoeuvre de 600 000 000 $ en abolisant les Agences de santé. Par la suite cette marge de manoeuvre a été réduite à 100 000 000 $. Pour économiser 100 000 000 $ M. Legault oublie de dire qu’il devrait cesser toute les activités régionales de la santé publique car environ 50 % des budgets des Agences est dédié à la santé publique.

Surprenant pour un ancien ministre de la santé !

Ça prendrait toujours une personne pour le confronter sur ses faussetés dites en public.

Nous ne pouvons pas trop laisser un politicien arranger la vérité à sa façon.

Je suis enseignante et les vues de cet homme, et sa profonde incompréhension du monde de l’éducation (bien qu’il fût Ministre de l’éducation?!?!) m’inquiètent au plus haut point. Le seul fait qu’il croit qu’une augmentation de salaire attirera de meilleurs candidats en est la preuve. Le prérequis pour consacrer sa vie à l’enseignement est l’amour des enfants/jeunes. Même à 100 000$ si tu n’aimes pas travailler 180 jours par année avec des enfants tu ne resteras pas. Ça, j’en suis convaincue.

Quelle surprise! J’avais à peine commencé à lire votre texte que déjà 2 points me venaient à l’esprit concernant la déclaration de François Legault: 1. Les États-Unis sont le pays occidental dont la disparité entre les riches et les pauvres est non seulement la plus grande, mais la plus scandaleuse 2. Se faire soigner et s’éduquer ne coûte RIEN ici. Moi qui croyait (naïvement) que Legault essayait de soulever de vrais débats. Mais non, il préfère nous prendre pour une bande d’imbéciles et faire du Québec un endroit comparable aux États-Unis. Non merci!

François Legault me déçoit beaucoup, beaucoup. Je souhaite que lui et ses partisans ne forment jamais le parti politique qui semble être projeté.

Que le PQ prenne le pouvoir aux prochaines élections et pour plusieurs mandats, est ce qui peut arriver de mieux, à mon avis, à toute la population du Québec, incluant tous les québécois francophones, anglophones et allophones d’origine québécoise de vieille souche et de souche plus récente et tous les immigrants d’origines étrangères au Québec.

M. Lisée, j’aimerais bien avoir une information. Sur le site http://www.capsurlindependance.org/, on mentionne que les Québécois donnent 50 milliards au Fédéral. Je ne pensais pas qu’on en donnait autant. Ce serait bien d’écrire un article à ce sujet et de parler de la péréquation.

Je suis bien d’accord avec rod, il faut dénoncer les faussetés de Deltell.

Et pour ce qui est de Legault, son idée d’évaluer les professeurs, c’est n’importe quoi. Imaginez un instant qu’un professeur est reconnu comme étant membre du PQ ou autres partis politique, ça se peut très bien qu’ils reçoivent une mauvaise évaluation même s’il est compétent. Et s’il est incompétent et qui fait partie du parti de Legault, il pourrait avoir une bonne évaluation.

La raison pour laquelle on a décidé au Québec d’avoir un emploi permanent au gouvernement, c’est justement pour éviter ce genre de conflit.

Si François Legault dit des « conneries » tout en sachant que ce sont des « conneries » alors pourquoi le fait-il?

Réponses potentielles:

1) Il est prêt à tout pour empêcher Pauline Marois de devenir Premier ministre du Québec;

2) Il est tombé sous le charme de Charles Sirois;

3) « Mononc Paul » lui a fait une proposition qu’il n’a pu refuser?

Bravo pour avoir démoli les calculs mesquins et trompeurs de ce diviseur et faussaire. J’ai confiance en tes chiffres de la même manière que j’avais confiance aux chiffres de Jacques Parizeau lorsqu’il était ministre des Finances. Il est à souhaiter que ta réponse soit connue et publiée le plus largement possible. Parce que s’il continue à répéter 10, 20, 30 fois les mêmes mensonges, ceux-ci deviendront vérité, on connaît la formule.

Je crois que le temps de nous comparer aux É.U. est maintenant révolu. La folie militaire de ce pays l’a plongé dans un gouffre financier et l’inconscience de ses problèmes domestiques en fait un des pays où la justice sociale est la plus malmenée. Le dollar américain est en train de devenir une monnaie de singe et bientôt nous serons tous réduits à faire des grimaces.

la droite ne doit sa survie qu’à la désinformation. C’est ainsi, par ailleurs, que Harper a obtenu sa majorité. le problème, c’est que le citoyen moyen ne s’informe pas et tend à accepter des énormités parce que cela frappe son imagination.

Merci Monsieur Lisée.

Je vis aux USA 6 mois par année, depuis 10 ans. Mon expérience m’indique que nous avons globalement une plus grande qualité de vie que la moyenne des Américains…surtout depuis la crise dans l’immobilier.

Je n’ai pas la bosse des affaires, mais je ne comprenais vraiment pas comment monsieur L’Égo pouvait en arriver avec une différence de 45%…entre les Québécois et les Américains.

Encore une fois merci de vous adresser à notre intelligence… grâce à vos pertinentes et éclairantes explications…

Espérons que Monsieur L’Égo vous lira?

Dans votre extrait, François Legault parle de l’impôt. Vous parlez plutôt du niveau de vie. Vous détournez ses propos pour exposer une de vos thèses qui est peut être valable, mais qui ne constitue pas une véritable réplique.

Le problème soulevé par M. Legault n’est pas celui de la répartition de la richesse et du niveau de vie, mais celui des revenus que l’état peut aller chercher chez les contribuables. Vous ne parlez donc pas de la même chose que lui en partant.

Aussi, si vous parliez bel et bien des impôts (et ce n’est manifestement pas le cas), il serait impensable d’exclure les plus riches du calcul comme vous le faites. Il en paient une part significative…

Selon l’Institut de la statistique du Québec la différence est de -29,4% (exprimé en PPA).

Mais bon, j’imagine que selon la méthode de calcul isotérique de JF Lisée l’Institut de la statistique du Québec est aussi dans le champs…

Dogmatisme…

Ce monsieur a déjà en effet été ministre de l’éducation. Je connais des parents qui changeaient de canal sitôt qu’il apparaissait à la télé. Il s’exprimait tellement mal, incapable de pondre une seul phrase (le + souvent incomplète) sans au moins une faute grossière de syntaxe, impropriété, anglicisme etc., que ces parents voulaient soustraire leurs enfants à ce déplorable exemple de français avachi. Venant d’un ministre de l’éducation, pire que pire. Certains se disaient: «au moins il est fort en chiffres». Eh bien on le voit, c’est pire encore. Certains le défendent en rappelant ses prouesses à AirTransat. Ouais, c’était à l’époque où le avions d’AT partaient quand ils voulaient et vous laissaient en plan à l’autre bout du monde…ça c’est de la part des mauvaises langues…Si mauvaises que ça?

Bravo M. Lisée
Selon votre approche dite « franchise totale » a-t-on déjà contredit vos chiffres et ceux de M. Fortin ? Quant à moi je n’ai rien lu ou entendu à cet effet.

« Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose. »

[Voltaire]

Autant il est irresponsable de faire croire aux Québécois qu’ils sont beaucoup moins riches que les Américains, autant il est irresponsable de faire croire que tout va bien au Québec.

Le Québec est moins riche par habitant que l’Ontario, la France, l’Allemagne et la Suède. On peut bien twister les chiffres, c’est la réalité. Regarder le nombre de Hyundai Accent louées qui roulent sur les routes du Québec et la qualité moyenne de la maison neuve typique de Laval et vous comprendrez que non, nous ne sommes pas très riches. Nous sommes juste »corrects ».

Votre candeur me renverse. Penser que Legault puisse se raviser ? C’est comme si démagogie et lucidité allaient de pair.

Monsieur Lysée,
Vous me décevez là. Vous ratez complètement la cible qui est visée par Monsieur Legault, soit celle d’une vision, d’un projet de société.

Ce qui importe de reternir, c’est que nous sommes en train d’hypothéquer la génétation future si le statu quo se maintien. C’est un débat, une réflexion pour forcer le changement qui est à la base de la coalition.

Vous savez très bien que les différents rapports économiques donneront des ratios différents en fonction des indicateurs qu’ils choisissent pour appuyer leur argumentation.

Que ce pourcentage soit de 45%, 1% ou encore de 4% selon les rapports de référence, Ceci n’a pas d’importance. C’est s’enfarger dans les fleurs du tapis pour rien.

Peut-on regarder en avant et retenir l’essentiel?

« Les États-Unis sont une société malade de leur inégalité et affichant un niveau anormalement élevé de pauvreté pour un pays occidental. »

Suivant cet argument, après avoir enlevé les riches de l’équation et conservé le nombre anormalement élevé de pauvres, nous obtenons: le Québec.

Morale de cette histoire: tout le monde est de mauvaise fois quand il s’agit de contrer un argument qui ne nous plait pas.

François Legault,comme d’autres,compare le Québec à d’autres pays dans différents domaines. Rien de plus souhaitable, même si, semble-t-il, il fait des erreurs.

Chacun de nous c’est ce que nous faisons aussi. Nous nous comparons aux autres pour savoir où nous nous trouvons. Cela permet de mieux se connaître.

Mais c’est le but poursuivi qui, d’après moi, pose problème.

François Legault semble utiliser les données disponibles pour établir une échelle qui permette de savoir lesquels sont les meilleurs et lesquels sont les pires, comme à l’école. Et, enfin, son but semble être de vouloir prendre des moyens pour que le Québec, dont il s’agit ici, puisse monter dans l’échelle le plus haut possible comme si c’était un bien en soi.

C’est comme si pour lui les pays étaient en compétition les uns avec les autres et que le seul but recherché serait d’être le meilleur ou pas loin du meilleur, comme aux jeux olympiques.

On peut rechercher autre chose lorsque l’on fait des comparaisons. On peut se comparer aux autres ou comparer des pays entre eux, pour mieux savoir ce qu’il est souhaitable de faire, non pas pour être le meilleur à tout prix, ou pas loin,mais pour plutôt atteindre les objectifs qu’on s’est fixés au préalable.

Le travail de comparaison à ce moment-là s’insère dans une démarche plus vaste. Il ne constitue qu’un élément parmi d’autres à considérer. Et je trouve que c’est de beaucoup préférable.

Etre le meilleur pour uniquement être le meilleur c’est-à-dire uniquement pour gagner, ça n’a pas de sens parce que c’est passer à côté de l’essentiel.

Il faut d’abord déterminer ce que l’on considère comme souhaitable pour soi, ou pour son pays, avant de se comparer aux autres, autrement on court au désastre.

Et en plus, en procédant comme il le fait, François Legault nous considère nous les simples citoyens comme de simples pions, comme de simples instruments au service du but qu’il prétend pour poursuivre, soi-disant pour notre bien. Mais nous ne pouvons plus alors être des citoyens actifs.

Non merci monsieur Legault.

Bref, le sondage dit tout : « Legault est un politicien comme les autres »…

on a l impression de quelqu’un qui va a la pêche et quand il flaire un poisson a sa ligne il le ferre les québecois se cherche mais je ne crois pas que M Legault soit le nouveau sauveur du Québec.Le Québec a besoin de changement assurément mais changer de gouvernement ne change rien .C est au niveau de l institution qu il faut regarder notre système doit être mis a jour avec une forte cure de jouvence

Habituellement, statistique canada utilise le revenu médian afin d’éviter l’effet des extrèmes sur la moyenne. J’aimerais bien avoir une donnée comparative du revenu médian des Québécois et des Américains.

Je suis attristé de lire des mensonges venant d’un homme politique d’expérience. Mais le plus triste, c’est qu’il domine les sondages. Le Québec a-t-il de l’avenir avec ce manipulateur de masse ignorante ?

Après avoir enlevé les pauvres de l’équation, nous obtenons: les États-Unis. Pas besoin visiter les quartiers pauvres et les ghettos des grandes villes américaines pour savoir ca.

Souate que cette statistique ne peut être étirée et interprétée de la sorte,j’en convient, sauf que le message de fond est assez simple.Faut remettre de l’ordre dans la maison si on veut rester compétitif et être en mesure de continuer à fournir des services à la population.

Défendre le statu quo et discréditer de la sorte un homme politique qui a osé proposer des réformes,au moment où il était ministre,et qui en suggère encore au lieu de se contenter de garder la parade,mettons que l’argument est facile.

Bien sûr que si,pour se faire une opinion d’une nouvelle proposition, on regarde l’arbre dans tenir compte de la forêt, on risque de passer à côté d’une option intéressante qui,à tout le moins,nous sortira de l’immobilisme.

Le personnage Legault m’intrigue; je ne sais pas où il va ni ce qu’il veut. Il me fait l’impression de quelqu’un qui donne des coups de pied dans une fourmilière et qui observe les réactions des fourmis. Bizzare, bizarre…

On n’a pas besoin d’être économiste pour constater que les gens de Plattsburgh ne vivent pas deux fois mieux que les citoyens de Sherbrooke…

@ sébastien

Je suis un enseignant et crois moi que la proposition de François Legault pour les enseignants est foncièrement mauvaise. Il nous demande de sacrifier notre sécurité d’emploi en échange d’une augmentation de salaire et d’une évaluation.

Premièrement, lorsque que l’on est précaire nous sommes déjà évalués (pendant les cinq premières années)si qui permet déjà de trier les bons des mauvais ou de permettre une amélioration à ceux ou celles qui en ont besoin par le biais d’une formation continue.

Deuxièmement, l’évaluation doit être faite par mon directeur ou mes pairs, mais pas par un comité de parents ou des membres du conseil d’établissement.

Troisièment, une augmentation de salaire mur à mur de 20% en échange de ma sécurité d’emploi n’est pas une proposition alléchante. Cette propostion vise à diminuer l’incompétence (qui n’est pas aussi répandue que l’on croit dans l’enseignement) et à attirer de meilleurs candidats en enseignement. Le critère pour embaucher quelqu’un en enseignement doit être l’amour des jeunes, de la pédagogie, de la matière que l’on enseigne et non pas l’argent que l’on peut y gagner. De plus, une augmentation mur à mur est profondément inéquitable, car on devrait récompenser ceux qui s’impliquent dans les écoles en payant des heures supplémentaires.

Finalement, la sécurité d’emploi en enseignement est primordiale pour solidifier l’équipe école et sortir les jeunes enseignants de l’insécurité qu’ils vivent souvent trop longtemps au début de leur carrière et qui est carrément démotivante. Ce n’est pas intéressant de toujours tout recommencer à zéro.

C’est certain mpotvin, prenons n’importe quel chiffre, servons-nous en pour prendre le pouvoir, masquons la réalité pour arriver à une fin. Des vrais chiffres pour aller de l’avant : http://www.lesaffaires.com/imprimer/archives/generale/entrepreneuriat-une-situation-alarmante/523663. Comme le dit Eugène Tassé, les entrepreneurs ici se font encore traités de voleurs : http://www2.tfo.org/Panorama/Video/3356. Ce sont les mentalités qu’il faut changer avant tout. Joseph Facal l’a dit : avant de redistribuer de la richesse, il faut être capable d’en créer ! Pour la réforme : faut aussi accepter que la souveraineté c’est fini et aller de l’avant : c’est à dire éliminer tous les services en double que Québec a mis en place pour contrer les méchants canadiens. Des fonctionnaires québécois d’ici avec des accès informatiques, et donc de l’argent à gros volume qui sort dans les poches de firmes informatiques pour faire des liaisons inutiles, et des formations pour gérer des programmes fédéraux. Pourquoi quand Québec a décidé de créer des CLSC en parallèle aux hopitaux personne n’a chiâlé ? Pourquoi il y a des administrations locales différentes (CLD, carrefour-jeunesse-emploi, etc) alors qu’on pourrait avoir une administration commune ? Ce n’est pas mon niveau de vie qui m’inquiète, c’est le gaspillage d’argent. Pas d’imputabilité des fonctionnaires, pas de réelles sanctions. Pourquoi ça prend toujours des programmes alors qu’on devrait parler de mentalité et d’habitudes…

Quand va venir le temps de monter vos impôts, monsieur Mpotvin, on verra bien si le chiffre de 1% ou 4% ou 45% vous importera peu ! Des chiffres, c’est important tout le temps. Si on veut une vraie réflexion, au moins, les bases de discussions se doivent d’être solides.

Sincèrement, jamais un parti politique, une coalition va faire changer quoi que ce soit. C’est à l’école, dans des entreprises qui ont décidé d’avoir une empreinte sociale qui n’est pas uniquement du marketing, dans des gens qui vont cesser de croire que tout est gratuit que tout ne coûte rien, que des programmes cadeau ça ne vaut pas une élection, qui va faire bouger les choses. C’EST UNE QUESTION D’ÉDUCATION ET DE MENTALITÉ !!!! Comme un patient n’ira pas chez un psy tant qu’il ne sera pas prêt, même s’il dit que sa vie est de la merde. Les votes ADQ et NPD c’était des votes pour dire : on veut que ça change, mais on ne sait pas quoi ! Tant qu’on ne sait pas ce qu’on veut et comment l’atteindre, il n’y a pas un parti ou une coalition qui va, en 4 ans, changer quoi que ce soit !!!!!

La thèse du qui dit vrai. La réalitée elle véridique vérifiable et comparable.? Plus ont torture les statistique plus elles ont tendance a parler a notre guise. M LEGAULT tend a demontrer
que les gens sont des chiffres et cela chiffre a l appui. Ou sont les vrais reformes attendu et comment ne pas s apercevoir que agir avec la tete a Papineau c est pas ce que les gens veulent.
Du reve a la realite le chemin du vrai ne doit pas se perdre en conjonctures biaise. De la science politique fait en mathematique verbal…plutot indigeste et superficiel… vraiment a cote de la verite attendu.

Avec le besoin de changement qui nous caractérise, peut-être M. Legault sera-t-il déjà considéré usé au moment des élections. Après tout, son passé au PQ et ses deux ans de préparation sur la scène publique finiront bien par blaser les électeurs en manque de nouveauté.

Quant à moi, son hypocrisie me rebute.

@ Alain Carré

http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/researchpublications/prb0639-f.htm

Voici le lien qui affiche les revenus du gouvernement fédéral pour 2004 ( je n’ai rien trouvé de plus récent), en gros, on nous explique à l’aide de graphiques qu’en 2004 le gouvernement fédéral a perçu environ 48 $milliards du Québec et en a retourné 17$ milliards incluant les paiements de péréquation, dans l’imaginaire collectif et surtout fédéraliste, le discours ambiant laisse continuellement sous-entendre que le gouvernement fédéral apporte richesse et abondance au Québec, même qu’un ami , organisateur électoral fédéraliste dans l’est du Québec a toujours cru que le Québec recevait plus qu’il en donnait, il y a des gens qui ont intérêt à ce que la désinformation règne dans les pays de la clip vidéo, et ça fonctionne.

Bonjour M. Lisée,

je tente de retrouver la critique de Statistique Canada par rapport à la PPA de l’OCDE et tout ce que je trouve dans la publication en question est le paragraphe suivant faisant état de différences méthodologiques:

Les données sur la PPA provenant de l’étude multilatérale de l’OCDE, exprimées en termes d’unités de devises étrangères par dollar canadien, sont également publiées par Statistique Canada. Comme on peut le voir dans le graphique 4, la PPA de l’OCDE pour l’économie totale (États-Unis/Canada) est moins élevée que celle de la présente étude, en raison de l’utilisation, dans ce rapport, d’estimations améliorées des prix, incluant une estimation différente de la PPA pour la balance commerciale (voir la section 6 pour une explication plus détaillée)et à la mise-à-jour de données sur les dépenses (pondérations). La différence tendancielle entre les deux séries
PPA provient des différences dans les méthodes de projection. Les PPA de Statistique Canada utilisent les changements relatifs des indices de prix implicites pour la demande intérieure finale des deux pays, ce qui englobe les variations des termes de l’échange. De leur côté, l’OCDE continue d’utiliser une projection des PPA basée sur le changement relatif entre les deux pays des prix implicites du PIB.

Finalement, est-ce qu’on peut vraiment dire que l’OCDE s’est trompé?

Qu’espérez-vous!

Comme société, on dirait qu’on est affecté d’une lobotomie collective. On oublie d’où on vient. L’histoire du Québec, pas tellement lointaine, celle des années cinquante. Qu’était la situation économique du canadien français québécois!

Les affaires et la direction des affaires étaient contrôlés par les anglophones de Montréal. Et cela allait jusqu’aux petits boss en bas de l’échelle.

La commission Laurendeau-Dunton (1972) a démontré
que le salaire des québécois francophones n’était que 60% de celui d’un anglophone unilingue. Nous, les francophones, étions du « cheap labor ».

Qu’espère-t-il! Que l’on reprenne tout le terrain en retard sur le reste de l’Amérique, en criant : »Sesame, ouvre-toi »! Passer de 60% à 100%, cela prend du temps. Un peu d’histoire et de réalisme!

Monsieur Legault perd de plus en plus de crédibilité en jouant sur les chiffres.

Ceux qui disent que c’est épouvantable d’être les plus taxés sans considérer l’ensemble de la situation et les services reçus du gouvernement ont une vision tronquée de la réalité.
Ils me font penser à ces journalistes qui disent comme c’est épouvantable que des gens dans les pays sous-developpés ne gagnent qu’un dollar ou deux par jour, mais sans mentionner qu’un repas au restaurant dans ces pays coûtent 25 cents, qu’ils n’ont pas à se chauffer ni à s’habiller pour l’hiver car il fait toujours chaud, etc.

Il faut toujours voir les deux côtés d’une médaille et aussi son pourtour! Mais les dénigreurs de l’État québécois ne sont que trop heureux de salir et rapetissser le Québec.
Malgré les masochistes dépendantistes qui s’acharnent à rapetisser et discréditer le Québec, le Québec demeure un des endroits au monde où il fait le mieux vivre.
Le vrai indice social est l’ INDICE DE BIEN-ÊTRE qui tient compte de tous les facteurs de la vie. 
Le Québec a un si bon système et un si bon indice de bonheur que les immigrants veulent y venir à la pochetée.
Ceux que le Québec tuent n’ont seulement qu’à aller voir ailleurs.
Il ne nous manque que d’être réellement maîtres chez nous, et de ne pas voir nos juridictions continuellement empiétées par le Fédéral.

Oui, nous sommes bien au Québec, et nous voulons le rester, mais il y a des dangers avec les vents de droite soufflés par le ROC et les affairistes québécois, et avec les tendances multiculturalistes qui visent à diluer notre identité québécoise.


Monsieur Legault est un démagogue, mais son manque de charisme ne le mènera nulle part.

L’on ne cesse de tenter de nous emplir comme des outres.

L’on ne cesse de nous inonder de chiffres à qui mieux mieux.

L’on ne cesse de nous étourdir avec des statistiques à tout vent.

En ce qui me concerne, je me base sur ma simple expérience personnelle. Lorsque j’ai vécu dans le RduC mon revenu net était certes plus élevé, mais mes dépenses de toutes sortes l’étaient d’autant plus. Ce que je ne payais pas en impôt pour recevoir des services, je devais les défrayer avec le résidu de mon salaire.

Depuis que je suis de retour dans la province de Québec, mon porte-feuille s’en porte mieux pour une rémunération équivalente.

Deux exemples patent: les services de garde et le logement.

Lorsque je vivais dans le RduC les services de garde coutaient une petite fortune et il n’y avait pas nécessairement plus de places disponibles que dans la province de Québec. Depuis que je suis de retour dans la «belle province», même si aujourd’hui mes enfants sont d’âge scolaire, la différence sur ces frais est notable. Je suis fier de contribuer par mes impôts à l’ensemble de la collectivité afin de réduire le fardeau des familles qui ont une progéniture en âge d’avoir accès à notre système de garderies.

Second exemple, le coût de l’habitation. Depuis que je suis de retour dans la province de Québec, j’ai pu avoir accès à la propriété. Dans l’ouest canadien c’était impensable. J’ai pu me procurer un «bungalo» dans la région de Québec pour moins de 250 000$ avec un amortissement sur 25 ans. Dans l’ouest canadien le même «bungalo» se détail entre 600 000$ et 750 000$. Mon revenu n’était pas 3 fois plus élevé et je ne pouvais amortir mon emprunt hypothécaire sur 3 fois plus longtemps (maximum 35 ans au Canada). Je devais donc me résigner à faire vivre ma petite famille dans un logement pas très spacieux. En tout cas, rien à voir avec ce que je possède aujourd’hui. Le coût du logement est le poste budgétaire le plus élevé de toute famille canadienne et c’est là (en frais d’intérêt sur un moins long terme et avec des remboursement hypothécaires moins élevés que la différence a été la plus significative dans mon porte-feuille).

C’est comme l’énigme de la péréquation. À en écouter et lire certains, il y a seulement 3 711 000 personnes (résidents de l’Alberta) qui contribuent exclusivement pour le train de vie des 30 000 000 autres canadiens. Car les provinces pauvres on les connaît: Ile-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Québec, Manitoba. Il semblerait que l’Ontario en fasse désormais partie comme il semblerait que Terre-Neuve ne le serait plus. Il ne reste plus que la Saskatchewan et la Colombie-Britannique où l’on ne sait pas véritablement à quelle enseigne elles logent et la richissime Alberta qui pourrait contribuer à elle seule à l’enrichissement de toutes ces provinces à la mendicité.

C’est fou comme environ 10% de la population canadienne puisse faire vivre les autres 90% (comme si le gouvernement du Canada ne récoltait pas un pécule des provinces dites «pauvres » et que ces trente autres millions de canadiens ne payaient ni taxes, ni impôts et qu’aucune entreprises n’expédiait un sou à Ottawa à l’exception des pétrolières de l’Alberta).

Pus capable de me faire prendre pour un idiot par ceux qui s’imaginent que si la province de Québec devenait un État indépendant, elle rejoindrait irrémédiablement la queue du peloton des pays «sous-développés».

Je n’y crois pas un seul instant.

Tout cela n’est que foutaise et bouillie pour les chats!

@Caroline Labelle: Vous dites dans votre deuxième point, et je cite, que de « se faire soigner et s’éduquer ne coûte RIEN ici ». Bien sûr, cette affirmation est absolument grossière et mensongère, je me suis même questionné à savoir s’il s’agissait de sarcasme de votre part mais je ne crois pas que ce soit le cas.

Bien sûr, c’est absolument FAUX de dire que cela ne coûte rien, allons donc, cela nous coûte des impôts très très substantiels. Cela dit, c’est le choix de société que nous avons fait et je m’y conforme mais j’en ai vraiment assez de ces gens qui viennent dire que la Santé et l’Éducation ne coûtent rien, c’est d’une connerie abyssale.

@mpotvin

Je ne crois pas que qu’être crédible ou non, c’est s’enfarger dans les fleurs du tapis.

Justement, la meilleure façon d’atteindre la cible, c’est d’être crédible.

Pour le reste, le Québec est loin d’avoir le monopole d’hypothéquer sa génération future, c’est mondiale.
Comme on dit, quand l’on se regarde, on se désole et quand l’on regarde ailleurs, on se console.

Maintenant qu’on est poné avec la caisse de jus d’orange qu’on a acheté au mois de mai, j’espère qu’à la prochaine occasion on va pas se préparer un rire jaune, comme la fois qu’on a réélu John James, en élisant cette fois monsieur confusion.

Au lieu de comparer le Québec, province de 7 millions d’habitants, avec les États-Unis, un pays de 320 (?) millions d’habitants, ne serait-il pas préférable de comparer le Québec avec les grands États et les grandes provinces? Comment le Québec s’en sort-il face au Massachussets, à l’État de New York, à la Caroline du Nord, à la Californie, l’Ohio et l’Ontario? Quelle est notre performance économique et notre niveau de vie lorsqu’on se compare à la Suède, les Pays-Bas ou la Belgique?

Retirer les 1% les plus riches de tout calcul, c’est aussi ne pas tenir compte de leur apport à la richesse collective, que ce soit au travers des impots, des taxes à la consommation ou de la philanthropie. Comparer les revenus de la classe moyenne, c’est oublier de regarder tous les actifs d’une société, l’état des infrastructures, et tant d’autres choses.

Quel est notre PIB ajusté au pouvoir d’achat? Il me semble que comparer les revenus des ménages ne veut pas dire grand chose compte tenu des services publics différents entre les États, du niveau de taxation et autres considérations. Les économistes, il me semble, se fient toujours au PIB par habitant ajusté au pouvoir d’achat, mesure la plus fiable pour comparer les États.

Depuis longtemps, vous adoptez, M. Lisée, un contre-discours jovialiste servant à rassurer les Québécois et les convaincre que la souveraineté est possible. Vous deviez, à l’époque, vous réjour du (fictif) budget d’un Québec souverain de M. Legault. Ces chiffres étaient complètement farfelus – et semblent être contredis par M. Legault lui-même aujourd’hui.

Mon verdict: M. Legault et vous venez de la même école, où l’agenda politique passe bien avant les faits économiques.

@Pollux

Je ne suis pas complètement contre votre argumentaire. En fait je vous donne raison sur plusieurs points.

Mais parlez-moi dont des séances d’affectations qui se déroulent vers ce temps-ci de l’année. Est-ce que les directions d’écoles peuvent choisir ceux et celles qui arriveront l’année suivante dans leurs écoles ? Je pense qu’ils ne peuvent pas choisir leurs effectifs, ils les subissent. Alors la notion «d’équipe école» ne renvoie pas quelque chose de très fort. Tant qu’on y est, une fois que l’enseignement a décroché son poste, comment se fait l’évaluation de cet enseignant ? À part d’agresser un élève, dites-moi comment et dans quelles circonstances, une direction d’école peut-elle se débarrasser d’un enseignant qu’elle considère comme incompétent ou qui ne correspond pas au profile de l’équipe-école ?

Voilà des irritants pour la société que les autorités et les syndicats devraient avoir à cœur de faire disparaître.

QU’EN PENSEZ-VOUS ?

«Les hommes trébuchent parfois sur la vérité, mais la plupart se redressent et passent vite leur chemin comme si rien ne leur était arrivé.» [Winston Churchill]

@Monsieur Benton, on juge la crédibilité d’une cause au partage d’idées qui lui succèdent ainsi qu’à son degré d’adhésion. Mais avant, encore faut-il avoir le courage d’énoncer et de brasser des idées.

LOL:))) J’ai l’impression d’être devant un mur de lamentations…. Si vous transformiez tous cette énergie défaitiste et négative en énergie créative, c’est incroyable comme le débat serait riche du moins… sur ce mur….

Je souhaite, M. Lisée, qu’on vous donne l’occasion de rétablir ces chiffres devant un auditoire tel que « tout l’monde en parle » et le « verdict ». Il faut convaincre le plus d’électeurs possible et à ce genre d’émissions qu’il vous est possible de les rejoindre avant les prochaines élections !!!

Sur cet article,M.Lisée, je suis parfaitement d’accord avec vous, Bravo, en particulier sur la « capacité fiscale » supérieure au usa, ce n’est que du vent, aucun, aucun président n’osera y toucher de peur de se faire……….

Bonjour! Bloguistes chez JFL. Comment tenir le fort M. le Président de la Coalition-Québec, François Legault? Devant tant de comptes-rendus, étoffés et truffés de l’OCDE, État du Monde’ 11/La Découvertre/Boréal, Statistiques Can./Qc./Ont./É.-U. Surtout de la part de l’éconiste Pierre Fortin. Qui n’est pas le dernnier venu comme économiste. Et ce depuis belle
lurette: de la Révolution tranquille à aujourd’hui. Et particulièrement avec l’actuel Ministre des Finances Raymond Bachand. Surtout, depuis le départ de Madame Jérome-forget, adjointe du PM Jean Charest: « les 02 mains sinon les 04 mains sur le volant. Que M. Charest a remerciée prestamment dès le début de l’année 2010 devant le désastre de la 2e Crise mondiale, née et en cours, encore, aux É.-U. en 2008/2009 (ex.:Caisse de Dépôt et Placement du Qc: plus 40
G$ – milliards. Oui, Raymond Bachand, qui à chaque année budgétaire consulte, toujours les mêmes et qu’il co-préside avec Robert Gagné/Hec-UdeM; et avec les Pierre Fortin/Uqam, Luc Godbout/U.Sherbrooke, et Claude Montmarquette/UdeM.

M. Lisée,

M. Legault trompe la population mais vous, vous trompez votre lecteur en ne parlant pas des Américains pauvres qui tirent la moyenne vers le bas dans votre calcul! De toutes manières, aux É.-U., outre le chômage, c’est chacun pour soi, si je ne m’abuse… Ils n’ont pas les programmes sociaux que nous avons au Québec et qui réduisent l’écart entre les pauvres les gens de la classe moyenne.

@Pierre Blais et Alain Carré à propos des transferts fédéral/provincial

http://www.statcan.gc.ca/pub/13-018-x/2009002/t/tab0724-fra.htm

Tableau de statistique sur l’état des transferts en 2007.

On y voit que le Québec a envoyé au fédéral 45,7 milliard et que le fédéral nous a retourné 50,5 milliard.

Nous recevions donc, en 2007, 4,8 milliard de plus.

Cependant, en 1991, la Commission Bélanger-Campeau établissait que le Québec perdait 3 milliard en doublon de programmes et ministères.

Dans les faits officiels, nous gagnons seulement 1,8 milliard.

Mais encore, depuis la Commission Bélanger-Campeau, les empiètement du fédéral sur les compétences du Québec ont augmenté. C’est donc moins de 1,8 milliard.

De plus, il semblerait que depuis 2007, les transferts destinés au Québec aient diminués.

Si on gagne de quoi du fédéral, ce n’est que des peanuts.

daniel gomez #40
mai 27, 2011 à 10:20

« Le personnage Legault m’intrigue; je ne sais pas où il va ni ce qu’il veut. Il me fait l’impression de quelqu’un qui donne des coups de pied dans une fourmilière et qui observe les réactions des fourmis. »

« …je ne sais pas où il va ni ce qu’il veut. »

Le pouvoir tarbrule, le pouvoir.

============

@ SensCommunRugueux #51

Bravo pour votre témoignage qui nous informe.
=======

@ F. Brosseau

« Retirer les 1% les plus riches de tout calcul, c’est aussi ne pas tenir compte de leur apport à la richesse collective…au travers des impots, des taxes à la consommation ou de la philanthropie. »

Voulez-vous dire que le 1% des riches des États Unis d’Amérique qui ramassent près de 25% des revenus le partagent avec leurs concitoyens moins riches? Ou nous dites-vous que 1%, UN POUR CENT, des citoyens américains flambent 25% du TOTAL de la consommation des États Unis?

Ils doivent faire la grosse vie pas à peu près eux.

Dites-nous au moins que c’est une farce ce que vous écrivez.

Ou alors vous connaissez très bien Elvis Gratton.

@ Pollux, # 42:

Ayant été moi-même enseignant, agent de sélection de personnel enseignant francophone et anglophone et directeur de services d’activités scolaires, je trouve que votre commentaire @ Sébastien est très pertinent.

J’espère que François Legault puisse prendre connaissance de tels commentaires d’enseignants actuellement en fonction et d’ex-enseignants à la retraite, et qu’il aura la sagesse d’accepter de réviser entièrement son point de vue sur la fonction d’enseignant suite à une nouvelle réflexion sur le sujet.

@mpotvin

« Monsieur Benton, on juge la crédibilité d’une cause au partage d’idées qui lui succèdent ainsi qu’à son degré d’adhésion. Mais avant, encore faut-il avoir le courage d’énoncer et de brasser des idées. »

Loin de moi de dire pas le contraire!!!

Il y a la cause et il y a ceux qui font la promotion de la cause. Je dis simplement que certains aideraient plus la cause en ne disant pas des niaiseries!

Pour le reste, c’est sûr que sans les lamentations, le débat serait plus riche…. de 45%! 😉

@Hugo

Il y pire comme système de santé universel, comme le système de santé privé des américains!

Bien que privé, le gouvernement injecte deux fois plus d’argent par habitant dans le système de santé qu’au Canada… et il n’est pas universel…. et ils vivent 3 ans de moins que nous… et ils sont au 37ième rang pour la mortalité infantile… et le PIB dans la santé est presque que le double que la moyenne occidentale, en majorité universel!!!

Effectivement, peu importe le système de santé, rien n’est gratuit… sauf que certains sont plus chères que d’autres…

@ Denis Drouin

Je vais seulement émettre une réponse pour la réalité que je connais. Dans ma commission scolaire, les directeurs et la commission scolaire ont le pouvoir de refuser une affectation temporaire (une application d’un permanent sur une tâche libre) pour justement garder le plus possible l’équipe-école. Pour une mutation volontaire (une mutation vers une autre école ayant un poste libre) je ne saurais vous dire si les directeurs ont la possiblité de la refuser.

Pour ma part, j’ai toujours été pour l’évaluation continue des enseignants peu importe s’ils sont précaires ou permanents ainsi il serait davantage possible de vérifier leur compétence. Pour l’instant, il est vrai que c’est difficile pour un directeur de se débarasser d’un incompétent tant les outils syndicaux sont puissants. Je crois que la solution serait de changer la culture syndicale de protéger quiconque peu importe leur apport ou non à la profession, mais là je crois que j’ai un voeu pieux.

La personne qui a écrite le budget de l’an 1 d’un Québec souverain se trompe, c’est impossible :-p

@Youlle,

Non, ce n’est pas une farce. Je suis bien d’accord avec vous, c’est ridicule que 1% des Américains flambent 25% des revenus. Cependant, ce 25% des revenus, il n’existe tout simplement pas au Québec. Ce n’est pas comme si cette richesse était distribuée ailleurs.

Aussi outrancier que cela puisse être, ces super-riches Américains dépensent dans leur pays, et malgré toute l’évasion fiscale, ils paient tout de même des impôts et taxes.

Votre argument se résume ainsi: il est préférable d’etre plus pauvre collectivement, plutot que d’avoir une classe de super-riches…

Ça ressemble à un argument des dirigeants de l’Allemagne de l’Est qui voulaient convaincre les camarades que l’Allemagne de l’Ouest était le diable.

François Legault veut le pouvoir. Voilà pourquoi il fréquente les fédéralistes. Une pitié.

Le faux raisonnement de Monsieur Lisée me fait penser à celui tenu par les gauchistes des années ’70 qui défendaient corps et âme le régime gauchisto-communiste de Fidel et du Che de Cuba. On leur a posé une question à l’époque: « mais dans quel sens vont les radeaux??? ». Ce fut la fin de leur château de cartes.

La dernière fois où j’ai vérifié, je n’ai constaté aucun afflux anormal de réfugiés américains vers le Québec. On n’a même pas encore construit de mur anti-immigration Québec-USA! C’est dire…

C’est même plutôt le contraire: on reproche ici aux Québécois exilés de manquer de solidarité pour ne pas vouloir demeurer au Québec et de continuer à se faire arnaquer par nos gratte-papiers technocrates.

Je vous l’a écrit à multe reprises Monsieur Lisée: lorsque vous vous aventurez en économie, vous jouez les idiots utiles.

@kevin

Le Québec ne reçoit pas 50,5G d’Ottawa puisque 7,3G vont au service de la dette canadienne. En réalité, donc, les Québécois, en 2007, n’ont reçu que 43,2G d’Ottawa. Bref, on s’est fait voler 2,5G. Mais nos Elvis, à la Deltell, continuent de nous faire accroire qu’on vit aux crochets de l’Alberta qui nous envoie chaque année un beau chèque de 8G puisés directement dans les sables bitumineux.

Pourquoi ne pas envoyer ce billet de M.Lisée au principal intéressé en lui suggérant de répondre. Y a-t-il un internaute qui connaît son adresse internet?

M.Legault affirme que les USA ont un plus grand potentiel fiscal par habitant que le Québec. C’est vrai théoriquement. En pratique, les USA croulent sous leurs dettes et le déficit annuel est gigantesque. Ils n’offrent pas d’assurance-maladie à tous leurs citoyens. Le transfert de la richesse est inexistant. Etc. Etc. Pourquoi M.Legault nous sert-il le très mauvais exemple des USA?

Nouveau membre du club négationniste monsieur Lisée?

«Le problème est que l’OCDE s’est trompé»

Pourtant à la page d’accueil de l’OCDE on retrouve un document dans lequel on retrouve comment travail l’OCDE. Le schéma se lis comme suit :
-> Collecte de données
-> Analyse
-> Discussion
-> Décision
-> Mise en œuvre

Et surtout,

-> Examens par les pairs et Surveillance multilatérale.

Donc dire que l’OCDE se trompe c’est dire que tout le monde se trompe mais que nous on a raison…

Quand j’ai commencer a consulter les rapports de l’OCDE il y a une dizaine d’années on trouvait sur la page d’accueil dans la définition de leur mission: la production de statistiques de référence qui soient plus fiables et neutres que celles possiblement plus complaisantes produites dans chaque pays.

Je présume que cette approche sans complaisance est toujours de mise, malgré les frustrations qu’elle peut occasionner.

@Francois 1

Tu oublies de mentionner le fait que Pierre Fortin, économiste qui a fait les recherches avec M. Lisée n’est pas réputé pour être un gauchisto-communiste, mais plutôt le contraire.

Ton raisonnement ressemble à ceux exposés par Reagan et Thatcher dans les années 80: sénile et borné dont le sens de l’humour masque un profond mépris pour ceux qui pensent le contraire d’eux.

Comme quoi que quand tu parles toi-même d’économie, ton château de sable s’écroule sous les inondations de ton mépris aveugle. Tu accuses M. Lisée de jouer les idiots inutiles avec une recherche plus poussé et exhaustive que les chiffres avancés par François Legault? Dans ton cas, on peut donc parler du fait que tu joues au con soldé.

Et si les USA sont un paradis sur terre, qu’attends-tu pour y déménager afin d’échapper aux arnaqueurs technocrates du Québec pour te frotter à ceux des corporations gloutonnes de profits dont tu vas sans doute lécher les bottes pour accroître ton niveau de vie?

Tu serais bien plus utile là-bas qu’ici et plus heureux plutôt que de chialer sans être constructif.

@rod

Le tableau de statistique Canada représente le total des transferts incluant, en principe, le service de la dette.

À moins que ce soit le gouvernement du Québec qui soit en charge de rembourser sa partie de la dette canadienne et qu’elle soit inscrit dans le budget provincial. (Ce qui serait assez étonnant.)

Je dois avouer que je ne connais pas le processus du paiement de la dette. Avez-vous des sources?

J’aimerais bien que ce que vous dites soit véridiques 😛

Kevin

@ Mathieu Lemée (# 76):

Premièrement, nous ne nous connaissons pas, donc, je vous prierais de cesser de me tutoyer. Ça dénote de votre part un manque total de savoir-vivre.

Deuzio, votre repartie est remplie de phrases creuses et d’idéalisme enfantin.

Si vous m’aviez lu correctement et que votre fanatisme ne vous avait pas aveuglé, j’ai posé en fait une question à M. Lisée et j’attends toujours sa réponse: si le Québec est le véritable paradis décrit par ce dernier, où sont tous les immigrants américains qui devraient nous innonder de leurs demandes d’entrée surtout qu’ils traversent depuis quelques années une crise sans précédent?

Voilà: simple, clair, direct et surtout intelligible et LOGIQUE.

@43Gary:
Tout à fait d’accord avec vous sur le point qu’il faut travailler à changer les mentalités.

Sur quelles valeurs au-delà des principes devra s’appuyer la réforme de la société québécoise!
Il ne s’agit pas seulement de les dire, mais aussi de les représenter concrètement et user d’arguments pour convaincre et rallier la population.

Peut-être que si Monsieur Legault avait expliqué les valeurs qui l’animent dans son discours du 45%, nous n’assisterions pas, sur ce mur, à des envolées de balle de ping pong, à mon avis tout à fait stériles face à l’urgence du changement de société que nous devons amorcer.

Les valeurs sont au coeur même de chaque être humain, et c’est en touchant au coeur de chaque québécois, que nous réussirons à resolidifier ensemble les bases fragiles de notre société.

Tout changement souhaité sera stérile sans un consensus fort sur les valeurs qui animeront les débats.

ps: dommage que je ne puisse pas Twitter ce commentaire….

@ FRANCOIS 1, vous faite référence a un texte de Martin Coiteux, qui selons vs « démoli » l’argument de Mrs. Lisée et Fortin, bien pas tant que cela d’apres moi, M. coiteux termine son explication avec un tableau dans lequel (colonne de droite)il utilise volontairement le calcul avec le PPPA de statcan.Pour les 99% moins riches ca donne 1.16 et pour les 95% moins riches ca donne 1.11 en d’autres mots le niveau de vie des 99% puis des 95% des américains les moins riches est de 16% et 11% plus élevé que leurs comparables québécois.A 2 reprises, ds son texte, Coiteux déclare qu’il ne s’est pas penchez sur l’ensemble des calculs du tandem Lisée/Fortin.Vs parlez donc de « démolition » et bien j’ai vue des « démolitions + spectaculaire que cela.La vérité est peut’etre autour de ces 2 chiffres (suite).

Ah ben, tabarouette! Des séparatistes,souverainistes,indépendentistes qui s’appuient sur de fausses statistiques.

On aura tout lu.

» FRANCOIS 1 M. Coiteux ne parle aucunement des 270hres de plus que les américains (les moins riches)doivent faires pour arriver a ces chiffres.Enfin de mon coté, je suis tres a l’aise qu’on retranche les grandes fortunes tant américaines que Québécoises pour établir les comparables, ces fortunes créer des distorsions tres grandes, trop grandes avec la réalitée que constitue la majorité de la population dans chacun des pays, les vrais chiffres sont par essence plus révélateurs et nous permettent de sortir du cadre strictement économique, les vrais chiffres, d’une certaine facons ns aurait permit de prévoir les renversement de régimes en Tunisie et en Égypte ou une grande part du PIB de ces pays profitait a une poignée de personnes et lorsque les sociologues s’aventure en économie comme vs dite si bien, ce n’est pas pour jouer les idiots loin de la.

@François 1 (78)

Quelles sont les provinces du ROC qui reçoivent un tel afflux de demandes d’immigration de citoyens américains qui vous rendent si malheureux qu’il n’en soit pas de même au Québec ?

Des boat-people d’Américains qui arrivent aux provinces maritimes ? Des preuves ?

Des immigrants illégaux américains qui franchissent les frontières des provinces de l’ ouest canadien ? Jamais entendu parler !

Comme grotesque, vous attirez l’attention.

Même avec le vouvoiement…

@Francois 1

« Voilà: simple, clair, direct et surtout intelligible et LOGIQUE. »

Voilà bien une affirmation fallacieuse qui sert d’excuse à la droite libertarienne pour défendre ses idées rétrogrades.

Au cas où vous auriez bien lu l’article de M. Lisée, si vous n’êtes pas analphabète comme vos pieds, vous aurez remarquer qu’il n’est jamais fait mention du fait que le Québec est un paradis sur Terre.

L’article cherche à démentir une donnée mensongère de François Legault concernant le retard économique sur les USA, en se basant sur d’autres chiffres qui amène UNE VUE PLUS LARGE que celle foncièrement économique qui occulte plein d’aspects.

Si les économistes de droite sont si brillants et soucieux du bien commun, nous n’aurions jamais eu de Krach boursier dans l’histoire. Ça prouve que même les personnes qui se disent intelligentes peuvent raconter un tas de bêtises.

Curieusement, le Québec s’en est sorti mieux que l’Ontario à cause justement de son filet social. L’Ontario sera maintenant forcé de toucher de la péréquation à cause de cette crise économique.

M. Lisée avance seulement le fait que le Québec a fait un choix différent des USA et l’assume. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’améliorations à faire, bien au contraire, il l’a mentionné dans plusieurs de ses articles antérieurs. Mais cela veut dire également que le Québec n’est pas dans une situation catastrophique digne de la fin du monde, comme certains le colportent au gré du vent pour faire peur au monde.

Ce n’est pas en jetant le bébé avec l’eau du bain que l’on règlera tous les problèmes, ne vous en déplaise.

« Le faux raisonnement de Monsieur Lisée me fait penser à celui tenu par les gauchistes des années ’70 qui défendaient corps et âme le régime gauchisto-communiste de Fidel et du Che de Cuba. »

En matière d’obscurantisme, de fanatisme et de reparties remplies de phrases creuses et d’idéalisme enfantin, j’aurai beaucoup à apprendre de vous.

Et puisque vous aimez les questions SIMPLES écrits par des droiteux et que vous portez le focus sur l’immigration dans votre argumentaire bidon, vous n’avez pas répondu à la mienne: qu’attendez-vous pour déménager aux États-Unis si le Québec en tant que régime « go-gauche » castriste vous horripile au plus au point et que les États-Unis sont la plus belle nation capitaliste du monde?

@François 1

« Voilà!!! Tout est dit… »

Il me vient en tête ce directeur d’un bureau de brevet américain qui voulait fermer son bureau à la fin du 19ième siècle en affirmant que tout avait été inventé!

La raison que l’on soustrait les plus riches c’est que bien qu’ils peuvent apporter beaucoup à la production de par leurs investissements, ils apportent peu à la consommation, donc peu au roulement de l’économie!

@ Benton (# 86):

L’argent que les « riches » possèdent n’a pas poussé, comme ça, dans les arbres de leur cour. Ils ont dû trimer et prendre des risques pour la gagner (pour un gagnant, plusieurs ne réussissent pas!), comme les Bombardier, Molson, Desmarais et autres de ce monde. Ils ont créé des sociétés qui profitent à TOUS en recrutant des employés, en achetant des produits et services (intrans), en payant des impôts et des taxes, etc.

De plus, les profits qu’ils font, qui sont leur récompense, ne disparaissent pas dans un trou noir. Ils sont ou utilisés pour faire des investissements qui rendent la société plus compétitive, ou pour dépenser en produits de consommation, ou sont déposés dans des fonds qui, à leur tour, profitent à d’autres car pour tout montant emprunté, il faut que le même montant ait été économisé par quequ’un d’autre.

@François 1

Décidément, un pan de mur vous échappe de ce que j’écris!

Les riches ne sont pas à plaindre et je n’ai aucun problème avec la richesse qui a été acquis de façon juste, équitable et honnête.

Le débat n’a pas a être réduit aux riches mais à la richesse et sa juste répartition.

Mes valeurs sont que si je gagnerais $1000 de l’heure, j’aurais un certain malaise de vouloir gagner $2000 de l’heure en coupant dans le salaire de mes employés!
Un employé qui a un salaire assez décent pour contribuer à un REER contribue tout aussi bien à des investissements…

Vous et Legault mélangez tout…

1- Ne pas confondre PIB et revenu, c’est grossier.

2- La notion de revenu est calculée aux US en terme de revenu des ménages médian. En utilisant le médiane, on évite l’impact des fort salariés sur la moyenne. Or, au Québec le ménage type est moins grand (plus de personne vivant seule… Donc comparer le revenu des ménages entre le Qc et les USA n’est pas intéressant.