Le vote des jeunes, prise 2. Combat PQ-CAQ

François Legault et Pauline Marois ont reparlé du conflit étudiant et de la perturbation des cours à l’UQAM et à l’Université de Montréal ce matin. Le PQ courtise le vote étudiant, alors que la CAQ estime que l’intimidation actuelle est inacceptable et propose même de recourir à la force pour permettre aux étudiants de retourner en classe.

La fin de la campagne approche et même si le conflit étudiant n’a pas été au centre des débats, il est en toile de fond depuis des mois.

Et surprise, chez les jeunes comme chez les électeurs plus âgés, la lutte se fait entre le Parti québécois et la Coalition avenir Québec. Notons que Québec solidaire et Option nationale y font leurs meilleures performances, mais loin derrière.

Près de la mi-campagne, le 13 août, j’avais écrit ce billet sur les intentions de vote des jeunes. Depuis, il semble même que l’écart entre le PQ et la CAQ ait rétrécit.

Comme quoi ce qu’on nomme parfois un peu simplement «la jeunesse» n’est pas un bloc monolithique.

Intentions de vote du sondage Léger Marketing publié le 25 août dernier.

18-24 ans                   25-34 ans

PQ 35 %                     CAQ 32 %

CAQ 27 %                  PQ 31 %

PLQ 12 %                   PLQ 23 %

ON 11 %                     QS 7 %

QS 10 %                     ON 3 %

Rien d’étonnant à ce que Pauline Marois courtise cette tranche de l’électorat, qui a voté à hauteur de seulement 36 % en 2008. Si les 18-24 ans se rendent aux urnes, elle aura un avantage.

Dans sa sortie de ce matin, François Legault s’adresse davantage aux électeurs hors de Montréal, où le conflit n’a pas toujours été bien perçu. Y compris chez plusieurs étudiants qui n’ont pas (ou peu) fait la grève, contrairement à la région de Montréal.

QS et ON tentent aussi de tirer parti du vote étudiant pour être en selle le 4 septembre, notamment Jean-Martin Aussant dans Nicolet-Bécancour et Françoise David dans Gouin.

À suivre mardi soir…

Laisser un commentaire

La jeunesse est d’autant moins un bloc monolithique que tous ne vont pas au CEGEP, ni à l’université. Tous ne sont pas politisés. Tous ne sont pas répartis sur le territoire uniformément. Tous ne sont pas issus d’un foyer social identique. De plus dans la tranche 25-35 beaucoup d’entre eux ont un emploi, paient des impôts et ont aussi une famille. Ils ou elles sont confrontés exactement aux mêmes difficultés (et quelquefois plus quand il y a un prêt étudiant à rembourser) que les autres tranches d’âge de la classe moyenne.

Des promesses de crédits d’impôts ou toutes autres formes de baisse sont séduisants pour toutes les tranches d’âge de la classe moyenne. On est toujours mieux avec un peu d’argent dans les poches que les poches vides.

Ce qui aussi est plutôt significatif dans le sondage, c’est le quasi consensus, hormis les électeurs du PQ, quant au fait que le prochain gouvernement sera minoritaire. S’il devait apparoir que cela soit vrai, c’est la répartition par partis qui est à surveiller de près.

Il y a une différence significative entre former un gouvernement minoritaire avec une cinquantaine de députés ou bien avec une soixantaine. Je comprends que dans ce cas, ce sont les jeunes, comme les abstentionnistes de 2008 qui, s’ils se manifestent, disposent cette fois-ci du pouvoir certain de permettre ou à leur convenance de durcir la suite des débats.

Ce qui est réjouissant dans les résultats du sondage est le fait que 61% des jeunes du groupe d’âge 18-24 et 45% des 25-34 appuient les trois partis prônant l’indépendance du Québec et tout le reste y est tributaire.

Ce que je constate, c’est que plus on est jeune, inexpérimenté, naïf et influençable et plus on vote péquiste.

Par contre, plus on est expérimenté, responsabilisé, éclairé et compétent et moins le Parti québécois nous attire.

Nous sommes informés que chez les jeunes, il y en a qui penchent à droite (injonctions et recours collectif) et il y en a qui penchent à gauche (vote de grève, manifestations). Ils sont à l’image même de la population québécoise. Il y a des facultés universitaires qui, à l’image de l’élite fortunée de notre société, n’ont pas voté pour la grève et ont pu généralement continuer leurs cours sans beaucoup d’entraves. Mais moi j’ai confiance, que ce mouvement de contestation, qui a dépassé largement la cause des frais de scolarité pour nous amener dans un grand débat de société, nous conduise le 4 septembre prochain, vers un avenir prometteur de lendemains qui chantent. Permettons-nous d’y rêver pour nous relever le 5 septembre, hauts et fiers d’être québécois/ses.

Heille…les jeunes…avant de voter pour le Parti québécois, sachez que:

« Les Québécois qui voteront pour le PQ mardi doivent donc être d’accord avec un certain nombre de choses. Premièrement, ils doivent accepter le fait que la vaste majorité des jeunes Québécois adultes qui ont fait leurs études primaires et secondaires en français se verront retirer leur droit de faire des études collégiales en anglais. Ils doivent aussi accepter qu’un nouveau concept de citoyenneté basé sur la langue crée deux classes de citoyens aux droits inégaux. En outre, ils doivent accepter qu’une charte de la laïcité introduise une limite à la liberté de culte qui est totalement étrangère à nos traditions politiques et civiques.

Les Québécois qui voteront pour le PQ mardi doivent aussi être d’accord avec l’idée qu’une part extrêmement importante des énergies du gouvernement sera consacrée à planifier et à provoquer des conflits constitutionnels avec le gouvernement fédéral, dans l’espoir de créer les conditions gagnantes à la tenue d’un troisième référendum sur l’indépendance du Québec. Ils doivent même accepter que ce troisième référendum puisse être déclenché par la simple mobilisation des militants souverainistes les plus radicaux et pressés de notre société. »

Source:

http://www.lapresse.ca/debats/nos-collaborateurs/martin-coiteux/201208/29/01-4569397-referendum-sur-nos-valeurs.php

L’opinion de Martin Coiteux est aussi prévisible que demain le Soleil se lèvera à l’Est. Plus enfermé que ça dans des œillères fédéralistes, t’es rendu aveugle. Alors évitons de se faire prendre par la job de bras de cette personne qui appuie sur le bouton panique. Remarquons que dans son texte hargneux, jamais Coiteux n’explique valablement en quoi la souveraineté serait néfaste pour le Québec. Il a juste peur sans doute de perdre ses belles Rocheuses et la pollution et l’inflation venant de l’Alberta.

«Il y a plusieurs façons d’être con, mais le con choisit toujours la pire.»
[Frédéric Dard]

Le PQ semble prendre le vote des jeunes pour acquit. Erreur! Les carrés rouges ne représentent que 20% de la population étudiante et ce sont des Y qui n’ont pas grandi avec une notion de territorialité très développée. Ils appartiennent à une génération qui n’a pas de frontière et semblent peu attirés par l’idée d’une nouvelle frontière autour du Québec. Cela sans compter la volte-face de Pauline qui dit maintenant qu’une hausse des droits de scolarité est incontournable… mais qu’elle négociera, elle! La belle affaire. Le petit Bureau-Blouin a l’air fou et pas qu’un peu auprès de ses ex-commettants. La politique l’aura récupéré. S’il était intègre, il se retirerait et retournerait à l’école avec son carré rouge.

@ François 1

Franchement gros vos affirmations qui semblent être des slogants tout droit venu du PLQ.

Dire que les jeunes qui appuit le PQ sont inexpérimentés et je sais quoi d’autre est franchement insultant et un tantinet provocateur.

Va falloir vous dépaseer un peu et pondre un texte de votre cru plutôt qu’un copier-coller.

@ Denis Drouin (# 6):

Si vous vous étiez donné la peine d’aller sur le blogue de Monsieur Coiteux (Économiste, professeur à HEC Montréal, collaborateur régulier au journal La Presse et chroniqueur économique à l’émission Maurais Live sur CHOI-FM Radio X (Québec, Montréal et Saguenay)), ceci vous aurait évité d’étaler ici votre ignorance:

http://martincoiteux.blogspot.ca/2012/08/a-propos-du-cadre-financier-du-parti.html

Voilà!

Autre chose Denis?

@ Richard Laurin (# 8):

Bien sûr, lorsque les arguments sont solides et irréfutables, on attaque le messager…

Les plus populaires