Le voyage dans le temps de Jean Charest

Jean (Harry) Charest, revenant dans le temps pour inviter la CLASSE!

Il fut un temps où le Premier ministre Jean Charest accusait tous ceux qui acceptaient de négocier avec la CLASSE d’avoir du Jell-O dans la colonne vertébrale. Le refus de la Fédération étudiante de dénoncer sans nuances tout type de violence l’excluait de pouvoir négocier avec des gens civilisés.

Pourtant, ce vendredi, le négociateur de la CLASSE était admis à la négociation comme s’il s’agissait d’un pacifique représentant de la FTQ Construction. Il était devenu fréquentable.

Comment est-ce possible ? Nous excluons d’emblée l’hypothèse voulant que M. Charest se soit fait remplacer la moelle épinière par le Jell-O.  Le Premier ministre a donné la clé de l’énigme ce dimanche à l’émission Larocque-Lapierre:

«Le représentant de la CLASSE a dénoncé la violence très clairement surtout le vendredi soir», a-t-il dit.

C’est quand même curieux, puisque le représentant de la CLASSE a été convoqué le vendredi après-midi, avant que les violences ne commencent à Victoriaville en début de soirée.

Mais voilà, Charest est le plus fort. Il a su, en l’invitant, qu’il y aurait de la violence un peu plus tard et que le représentant de la CLASSE allait le dénoncer.

Comme Harry Potter revenant quelques heures plus tôt dans le temps pour se sauver lui-même d’une attaque de Détraqueurs, Jean Harry Charest est arrivé à Victoriaville en soirée, a vu la violence qui y sévissait, a entendu à la télé le représentant de la CLASSE la dénoncer, puis est revenu dans le temps en début d’après-midi pour se sauver lui-même et la négociation en invitant celui qui allait devenir respectable.

Et dire qu’il reste encore des gens insatisfaits de notre Premier ministre !

Les commentaires sont fermés.

Le Journal de Montréal dans son édition de samedi a publié en première page une photo choc qui vient renforcer sa ligne éditoriale contre les étudiants :

On voit un manifestant un bloc de pavé (ou brique) à main,sur le point de le lancer en direction des « forces de l’ordre ».

Or cette photo a été truqué grossièrement selon un prof en infographie, le pavé a été ajouté (photo shop) pour créer un effet dramatique afin de manipuler l’opinion publique.

Si cette manipulation s’avère, Quebecor Media, ce cirque ambulant de l’information, aura perdu le peu de crédibilité qu’il lui reste dans la couverture de cette grève.

Un vrai menteur ce Charest! À peine bon pour vendre des chars usagés.

J’apprécie beaucoup les commentaires de quelqu’un qui peut m’expliquer le raisonnement de mon sage leader!

Vous avez réussi à me faire sourire sur ce sujet plutôt propice à grincer des dents. Chapeau!

Et comment convevoir que l’on puisse dire n’importe quoi et son contraire dans la même phrase et gagner des pointes dans l’opinion ?

C’est qu’au Québec, c’est possible. Un peuple malléable, peureux et résigné.

Heureusement qu’une élite journalistique et intellectuelle veille au grain. Autrement, Charest nous ramènerait aussi vite qu’il n’en faut à Tony Accurso et autres dirigeants de SNC Lavallin et autre amis des Libéraux de lancer ses invitations à venir magouiller entre lurons patentés.

Nous serions redevenus quelque chose comme un peuple soumis ?

Les forces obscures gouvernent et un funeste destin se dessine pour les Québécois à moins que l’insatisfaction à hauteur de 70 % ne fasse disparaître toute cette peste.

Vivement les élections !

Comme quoi l’intransigeance de la CLASSE,la violence, la casse, le non respect des jugements des tribunaux, tout cela paye en fin de compte. Plus besoin d’élections. Un mouvement fort impose les nouvelles règles.

Il reste encore des gens insatisfaits de notre Premier ministre !?

Ah oui, vraiment ?

Hé bien!

Encore une fois ce n’est pas de sa faute c’est la faute des autres…

En se foutant de tout sauf des oligarchies, c’est facile de comprendre que, débutant sa dixième année comme premier ministre il n’a pas l’air fatigué !

Ce qui veut dire qu’on a un premier ministre probablement très paresseux,par contre ses ministres vont au front s’y brûlent et périssent.

Le dernier où la dernière est Beauchamps…De plus on apprend ce matin qu’il y aurait eu arnaque avec l’entente .

Ça risque de continuer à chauffer et quel prochain ministre enverra t’il au front ?

Tout ça pour pouvoir dire à la fin du congrès, nous en sommes venus à une entente ou plutôt j’ai réussi à tous les
regrouper pour une entente, on peut maintenant passer
au plan nord.

C’est du n’importev quoi avec Jean Charest … Si les électeurs se souviennent de toutes ses contradictions , il n’aura pas beaucoup de votes ….

C’est sûr qu’il savait qu’il y aurait de la violence. N’importe qui qui a déjà manifesté le savait: en début de soirée, petites clôtures bébé-faciles placées beaucoup trop près de la salle où le premier ministre allait parler, trop petit nombre de policiers… un peu plus loin, des piles de briques et de pierres s’offrent aux regards… (alors que les magasins sont claquemurés, le mobilier urbain rangé, etc.) Ne soyons pas naïfs, c’était prévu que ça allait mal tourner et que l’opprobre de ces violences allait retomber sur les manifestants. Et puis, entre nous, les «fauteurs de troubles» qui commettent des actes criminels depuis trois mois dans les rues de Montréal, pourquoi n’ont-ils pas été arrêtés? N’importe quel badaud peut les identifier, mais pas la police? Là, on nous prend manifestement pour des imbéciles!… Ne nous laissons pas manipuler et instrumentaliser comme l’ont été les militants de 1970!…

j’pense que les étudiants en science-po viennent tout juste de se faire servir une petite leçon de realpolitique 101 accélérée,par patapouf et fiona,1)demander a vos zamis proprio de 2 des ‘ournaux de manipuler les électrons jusqua bouillonement y ajouter quelques épices étudiantes pour relever la sauce et soupoudré par dessus,pour justifer un tapochage collectif en règle,quelques casseurs/agents infiltrateurs,laisser ensuite mariner quelques semaines jusqu’a écoeurement collectif généraliser,faite ensuite intervenir quelques dirigeants syndicaux bien appréciés de nos régionaux 2)faite ensuite une offre bidon et contrediser celle-ci quelques minutes plus tard pour lui faire dire exactement le contraire et innonder les pseudo-médias de résultat anticipé de façon a rendre toute contre offre impossible et vous etes réélu ,pis tout le monde retourne se coucher pour encore 4 ans.bonne nuit

Il me semble que, dans la conjoncture actuelle, ce serait vendeur un nouveau livre, dont le titre pourrait être l’un des suivants: »Le Grand Tricheur », »Le Maître-Tricheur », ou encore »Monsieur Manipulation »!

@Maxime Z

Je ferais remarqué que la CLASSE (pas plus que la FEUQ, la FECQ et la TACEQ) n’ont rien gagné pour l’instant.
Par contre, les recteurs ont gagné, eux, la hausse des frais de scolarité pour avoir plus d’argent à dépenser.

Ce qui paie au Québec (comme à bien des endroits), qui paie vraiment, c’est de se payer des lobbyistes, de recevoir le PM et les grands gestionnaires (comme Sabia) dans son manoir, d’assister à des soupers bénéfices, de faire circuler des enveloppes brunes, d’engager d’anciens ministres, etc.
Mais tout cela exige beaucoup, beaucoup d’argent. C’est peut-être pour cela que ceux qui s’offrent ces moyens sont si avides de dépouiller le peuple et de s’accaparer nos services publics.

Jean Charest = menteur, voleur, tricheur, corrompu
Voteur libéral = appréciateur de mensonges, vols, tricheries et de la corruption

La vérité est encore plus amusante : La CLASSE n’était pas invitée aux négociations. Pas question de négocier avec elle. Cependant, il y avait un représentant de l’ASSÉ…

@ Dupe

À prendre avec un grain de sel.

« Et comment convevoir que l’on puisse dire n’importe quoi et son contraire dans la même phrase et gagner des pointes dans l’opinion ?

C’est qu’au Québec, c’est possible. Un peuple malléable, peureux et résigné. »

Et vous demandez des élections!!

« …trop petit nombre de policiers… un peu plus loin, des piles de briques et de pierres s’offrent aux regards… (alors que les magasins sont claquemurés, le mobilier urbain rangé, etc.) Ne soyons pas naïfs, c’était prévu que ça allait mal tourner et que l’opprobre de ces violences allait retomber sur les manifestants. » (Monique Thibault)

L’évidence!

C’était prévisible que les casseurs qui viennent d’on ne sait toujours pas d’où ils viennent comme d’habitude avantageraient le gouvernement au détriment des étudiants qui sont aussi le peuple.