L’économie va super bien : pour le 1 %

Extra-extra-ordinaire ! (Cliquez pour agrandir)

Cessez de vous en faire avec  la crise, un récent calcul du partage des revenus annuels le démontre : le 1 % de la population américaine peut enfin respirer.

Comme vous le savez sans doute, 1 % des Américains avaient réussi, en 2007, à engranger 23,5 % de tous les revenus générés cette année-là aux États-Unis.

Un exploit — merci Ronald Reagan, merci George W. Bush — qui s’approchait de leur niveau record de 23,9 % atteint en 1928, juste avant la Grande Crise.

Mais, patatras ! Comme pour la crise de 1929, celle de 2008 allait dégrader la part de tarte du 1 % jusqu’à un maigre 18,1 % en 2009. Heureusement, en 2010, afin de rétablir la situation et de remettre les hyper-riches en piste vers un nouveau record historique, l’économie américaine a bien fait les choses.

Ayant généré 288 milliards de plus que l’année précédente, elle a envoyé vers le 1 % des plus riches 93 % de cette somme. Les 99 % qui n’ont pas eu la bonne idée d’être membres du 1 % n’ont récolté que 80 $ par personne. Mais il faut admettre qu’ils ont beaucoup moins de goûts de luxe. Alors ça tombe bien.

Cela fait de la reprise économique actuelle l’expansion la plus sympathique envers les super-riches. Bon, vous allez me dire que la reprise actuelle est à peine visible, qu’elle a un effet minime sur le taux de chômage américain. Que le taux de pauvreté augmente. Certes. Raison de plus pour que la faiblesse de la reprise soit massivement détournée vers le haut de l’échelle.
La reprise des années 1990 sous Clinton était beaucoup plus robuste, et avait versé 45 % de la richesse supplémentaire dans l’écuelle du 1 %. Celle de Bush dans les années 2000 l’était moins — et générait moins de nouveaux emplois —, mais la proportion versée aux plus riches a atteint 65 %. La souffreteuse reprise entamée en 2009 sous l’égide de Barack Obama — que les républicains accusent d’être socialiste — envoie 93 % aux ploutocrates. (Pour tous les chiffres, on peut voir le fichier Excel de Piketty et Saez)

Et au Canada ?

Une nouvelle étude canadienne donne une idée de la composition du 1 % au Canada. On y retrouve massivement des hommes, des diplômés et des gestionnaires d’entreprises et d’institutions financières. Mais les médecins, dentistes et vétérinaires y sont également bien représentés. Voici le tableau :

Qui sont les membres du 1% (Recensement de 2006)
Top 1 % Population totale 

 

Revenu médian 452 887 $ 36 837 $
Part du revenu provenant du salaire 69,9 % 82,7 % 

 

Hommes 82,7 % 48,4 %
Travaillent plus de 50/h semaine 52,2 % 18,6 % 

 

Éducation :
Moins qu’un bac 41,8 % 81,0 %
Bac 28,1% 12,3 %
Médecins, dentistes, vétérinaires 8,4 % 0,5 % 

 

Autres diplômés de second cycle 21,7 % 6,2 %
Âges :
Moins de 35 4,5 % 28,8 %
35-64 79,0 % 54,5 %
Plus de 64 16,5 % 16,7 %
Professions :
Haute direction 14,1 % 0,9 %
Cadres 19,1 % 6,1 %
Professionnels de la santé 11,6 % 2,0 %
Professionnels des entreprises et du secteur financier 7,1 % 1,8 %
Source : Canadian Inequality: Recent Developments and Policy Options

Merci à mon ami Twitter
André N. pour le premier signalement.

Laisser un commentaire

Ouf une chance, sinon y’aurait fallut que j’fasse d’autre don à la fondation des 1%, un organisme à but très lucratif.

Une jolie chanson a été écrite il y a quelques années, que vous auriez dû utiliser pour égayer votre propos comme à l’émission «Planète Terre».
Elle convient parfaitement à l’exception qui confirme la règle à l’envers, énoncée juste avant qu’elle commence: « Dans la vie on fait ce qu’on peut, pas ce qu’on veut »

«J’aurais voulu être un artiste…» (pôôvre de nous) N’est-ce pas la méditation transcendentale de la minorité silencieuse top 1% délaissée dans le pitoyable matérialisme des banques suisses?

Ben voyons donc!

Le pire là dedans, c’est que si l’objectif est de relancer l’économie, il serait beaucoup plus efficace de redistribuer la richesse au 99 %. Pourquoi ? Donnez 1000 $ au 1 %, ils vont probablement le mettre de côté. Donnez le au 99 % et il vont le dépenser. Cela engendrait une hausse de la demande, profiterait aux gent et par la suite les actions et obligations du 1 %. Cela illustre la très courte vue de la politique budgétaire du Canada, qui préfère concentrer la richesse aux mains des corporations ( baisses d’impôts) et des riches ( baisses d’impôts + traitement privilégié des options d’achat, crédit pour dividendes, alouette). C’est probablement le moyen le plus inneficace pour stimuler la demande finale, ce dont l’économie a le plus besoin actuellement.

Lisée fait-il partie du 1%? Quand un journaliste se critique le salaire des autres il devrait donner le sien surtout quand le dit journaliste à une job par par des fonds publics dans une université.

Si je résume; le ploutocrate canadien moyen est un individu de sexe masculin, probablement de race blanche, ayant entre 35 et 64 ans, disposant d’un revenu annuel de plus de 450000$ provenant à plus de 30% d’autres sources qu’un salaire, travaillant plus de 50 heures par semaine, à un poste de haut niveau dans de sélectes entreprises privées et possédant une formation universitaire.

Ce portait doit ressembler à la plupart des aristocrates libertariens qui interviennent sur ce blogue et qui se prosternent devant l’autel de la religion de la devise monétaire. Car pour aduler ce genre de position, il faut que la possibilité d’être admis à ce concile mondain demeure à porter de main.

Mais je sais M. Lisée, vous, moi et tous ceux qui ont soif de justice sociale et d’une redistribution équitable de la richesse, ne sommes qu’une bande d’anarcho-communo-socialo-bolchéviquo-léninistes nostalgiques d’une époque révolue et adulateurs de Trotsky et Che Gevara.

Arrêtez-donc de cracher au visage et de mordre la main de ce valeureux 1% qui travail pour notre bien et qui, comme un percolateur et selon son bon vouloir, redistribue avec mansuétude toute cette richesse au bénéfice des plus indigents.

Adoptez-donc cette maxime si cher à nos capitalistes membres de cet auguste conciliabule: « There’s a sucker born every minute and never give a sucker an even break ».

M. Lisée, vous ne le saviez pas?

La lutte des classes, c’est dépassé, obsolète et accompli. Le petit père des peuples, le grand timonier, le génie des Carpates et le leader Maximo ont déjà réglé tous ça par le passé…

C’est y pas beau l’évolution?

Ces données sont intéressantes mais sèches.

Il faut régulièrement rappeler le nombre de personnes au BS, le nombre de personnes travaillant à temps partiel imposé, le nombre de personnes ayant un salaire inférieur à 30 000, 40 000 et à 50 000 etc. puis comparer ces chiffres au coût réel de la vie. Et voir ce qui reste à certains dans leur poche, en tenant compte de l’impôt versé … ou évité.

Retour à l’humanisme : parler moins en pourcentages, et faire, à la place, référence davantage aux personnes.

Merci M. Lisée pour ces statistiques. Ça fait changement de la monomanie des casseroles qui de toute évidence vous assaillait…

Faisons-nous l’avocat du diable. Ces Américains plein aux as qui ont empoché 93% des 288 milliards de dollars supplémentaires générés en 2010 sont aussi proportionnellement plus nombreux à avoir un baccalauréat et à travailler plus de 50 heures par semaine. Ne méritent-ils pas, en quelque part, une plus grande part de la tarte? (allez, envoyez les tomates 🙂

« les 1% Américains avaient réussi, en en 2007, à engranger 23,5% de tous les revenus générés cette année-là aux États-Unis. »

et ont payés plus de 35% de l’impôt sur le revenu

nuff said

Durant la récession, riches et pauvres ce sont appauvrit et les écarts de richesse ont diminué.

Lors de la reprise, riches et pauvres ce sont enrichis et les écarts de richesse ont augmenté.

Ce qui scandalise Lisée c’est l’augmentation des écart même si cela c’est produit au même moment où les pauvres ce sont enrichis.

Voilà qui confirme que la gauche c’est l’idéologie de la jalousie, que pour la gauche, les pauvres sont des boucliers humains qui sert à défendre leur idéologie.

À monsieur Paul Robert.
Le droit de critiquer la répartition des richesses appartient aussi à ceux qui ont un revenu au-dessus de la moyenne. Même si ce genre de critique est faite par quelqu’un qui appartient au top 1%, elle peut valoir pour tout le monde y compris lui-même. Contre l’écart grandissant du revenu entre les riches et les pauvres, l’américain Warren Buffet qui est le troisième plus grand miliardaire au monde s’est permis de recommander une hausse des impôts des plus riches. Jean-François Lisée ne joue pas les philanthropes mais il ne s’exclut pas des règles d’équité qu’il souhaite.

Arretons d’etre mesquin nous ne faisons pas parti de ce 1%.
Ce qui m’inqiete c’est que depuis la crise de 2008 et 2009 ils sont de plus en plus coincés et ils ne sont pas tous des Warren Buffet pour demander au gouvernement den taxer plus
De ce groupe, je sais qu’il en a un certain nombre qui sont pres a mettre la planete a feu et a sang pour maintenir leurs privileges

Je suis d’accord qu’une meilleure répartition des fruits du travail serait bienvenue. Mais ce n’est pas ça le noeud du problème à mon avis.

Je n’ai rien contre les médecins et autres professionnels qui travaillent fort et rendent service dans la société. Mon problème, ce sont les bandits, les mécréants, les tricheurs qui ne rendent aucun service à personne, s’en mettent quand même plein les poches et magouillent pour imposer leurs vision du monde aux autres en achetant des juges, en faisant voter des lois injustes et anti environnementales, en envoyant la police matraquer le pauvre monde.

Je ne vois vraiment, mais vraiment pas où est le problème.

En gros, ceux qui s’éduquent et s’instruisent le plus, qui triment le plus d’heures, qui sacrifient leur vie de famille et leurs loisirs plus que les autres finissent par entrer dans le 1%. So what? Ce n’est que justice non? C’est leur priorité à eux.

Qu’y a-t-il de mal à ça? À moins bien sûr de les envier et de les jalouser. Ils comptent en plus parmi ceux qui paient le plus d’impôts et de taxes…

On devrait les remercier.

Il y aura toujours un 1% quelque part. En sport, en vie professionnelle, en talent artistique, en succès économique, etc. Je ne comprends pas la teneur de votre intervention Jean-François.

Avoir du succès et devenir riche est-il devenu une tare au Québec?

Nous n’avons jamais produit autant de richesse depuis le début de l’histoire de l’humanité.

C’est tout ce que j’ai à dire sur ce point.

Rappel apprécié mais si peu diffusé que le champs demeure très largement ouvert aux voix libertariennes. Il est quand même inouï que certains intervenants sur ce blogue restent insensibles à ces données statistitques.

Au secours Bernie Sanders !

Je ne peux m’empêcher de soulever l’abîme qu’on peut percevoir entre les commentaires 4 et 5.

@ François 1
Vous avez bien raison. C’est bien ce que se disait le Tsar. Alors il y eut, en Russie, 1905.

Même chose à Versailles. Louis XVI aurait bien été de votre avis. Mais il y eut la Bastille de 1789 et tout le tintouin.

Alors, ce sera quoi la prochaine fois ? Votre grande connaissance de la société peut-elle nous mettre sur la piste ?

«Une fois qu’on a passé les bornes, il n’y a plus de limites.»
[Alphonse Allais]

À François1
Demandez aux fournisseurs de la caisse électoral du Parti Libéral comment ils (1%) triment plus dur que les autres pour encaisser des centaines de millions pour des contrats sans appels d’offres?

Statistiques impressionnantes… qui confirment ce dont on se doutait. Mais, à l’image des travaux de la Commission Laurendeau-Dunton, y a-t-il des études qui abordent la division du capital au Canada selon l’appartenance linguistique ?

Le 1% paie les impôts à la hauteur de ce qu’ils empochent annuellement? Cela reste à voir! Nous connaissons beaucoup plus de gens dans le 99% qui travaillent plus de 50 heures et qui resteront toujours dans le 99%, on parle de chefs de petites entreprises, de gens qui ont besoin de 2 emplois et + pour arriver. Pourquoi? parce qu’ils ne sont pas cotés à la bourse ou qu’ils n’ont pas d’amis bien placés… Lorsque nous sommes rendus à croire qu’il est normal que 1% encaissent le pactole jusqu’où nous rendrons-nous???? Malheureusement, ce sont les indices boursiers et la corruption qui gèrent l’économie et non pas la valeur du travail humain.

@Francois 1

« Je ne vois vraiment, mais vraiment pas où est le problème. »

Le seul mot qui me vient à l’esprit en lisant votre commentaire c’est : pitoyable.

C’est tout de même étonnant de voir le nombre de veilleurs de nuit et de chauffeurs de taxi parmi les défenseurs du 1%. Et le plus marrant, c’est que les 1% comptent sur eux pour les défendre. Allez donc comprendre quelque chose. Remarquez que ce genre de paradigme s’est déjà produit avec la montée de la droite dans les années 30.

@ Jacques B. #24

Ce que vous dites est parfaitement vrai, je le constate aussi. C’est la désinformation comme ici au Québec et Canada. C’est aussi le cas des manifestations au Québec. On pose des questions aux gens et ils n’en savent rien ou sont désinformés. Pourtant ils se prononcent autant en politique que pour les manifestations.
++++++++++++++++

« Lors de la reprise, riches et pauvres ce sont enrichis et les écarts de richesse ont augmenté. »
(David)

Premièrement on pourrait se demander quelle reprise. De plus le 99% s’est appauvrit d’environ 720$ en 2010. En fait leur enrichissement couvre à peine 10% de l’inflation.

Maintenant, à partir de là, on peut imaginer les pauvres.

« Allez donc comprendre quelque chose »

Sans le 1% (ou plutôt, le 53% qui paie de l’impôt), les programmes sociaux généreux

Le 1 % a besoin de soutien. Il l’obtient auprès de petits droitistes lèche-pompe qui rêvent de faire partie de l’élite et qui ne gagnent même pas ce que je gagne. Pitoyable !

En 1970 je gagnais 7000$
En 1990 je gagnais 70,000$
En 2010 je gagnais 50,000$
En 2012 je gagne à me retirer de ce marché de dupes.

1

«C’est tout de même étonnant de voir le nombre de veilleurs de nuit et de chauffeurs de taxi parmi les défenseurs du 1%. Et le plus marrant, c’est que les 1% comptent sur eux pour les défendre. Allez donc comprendre quelque chose.»

No. 24 Jacques B. juin 6, 2012 à 18:19

Pour votre édification (et peut-être pas pour votre sérénité) je vous prescris un petit film de Youtube. Un dessin animé, bijou de surréalisme illustrant des propos déprimants. Mais qui dit qu’un médicament devait avoir bon goût. Ou que l’analyse de la réalité devait être souriante. Mais si on y met un peu d’ironie…

Le commentaire et les images expliquent très bien le phénomène mais ne convaincront que les déjà informés et ne surprendront que les esprits juvéniles.

Il est tout aussi évident que les personnes atteintes sont immunisées contre toute dose de raison et de sens critique. Quant à leur sens de l’humour ou d’auto dérision…

Encore quelque chose qui ne servira à rien mais qui vous distraira.

Le syndrome du larbin

http://www.youtube.com/watch?v=HH5fVD-1_I4

Texte du syndrome du larbin :

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-syndrome-du-larbin-76062

Le syndrome du larbin

Définition

Chez un individu, le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique l’incitant à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent.

(…)

« à agir préférentiellement contre ses propres intérêts au profit de ceux qui l’exploitent. »

contre ses propres intérêts? exploitation?

Wow, j’ignorais que Marx s’était réincarné

2

Marx serait intéressant. Mais trop sérieux. Trop de syllabes.

Et le texte accompagnant le dessin animé est très français (dans le ton de voix aussi) mais si précis. Si joliement ironique et pince sans rire. Le dessin animé est terrible de sobre méchanceté.

Et on parle de Droite et de Gauche alors qu’il faudrait varier les mots. Après tout, ne dit-on pas que la Droite vient des amis du roi Louis XIV qui se tenaient à sa droite lors de son procès. Ses ennemis étant à gauche.

Pendant la Révolution Française. 1789.

Et le propre frère du roi (qui régnera aussi plus tard) votera pour condamner son frère. Et cette Révolution qui devait être au service du peuple accoucha d’un Empire et d’un empereur. La Révolution Russe ou Chinoise ne fut pas mieux.

Des termes datant de 1789 devraient être changés.

On devrait rire de tout ça un peu plus. On ne plaisante pas assez. On prend les choses tellement au sérieux.

Et qu’on prennent encore les mots Droite et Gauche encore au sérieux de nos jours est surprenant.

Ici, pour analyser le phénomène, on recrutera plutôt Chaplin. Mel Brooks. Les Cyniques ou Rock & Belles Oreilles ou les Denis Drolet.

À ce niveau, il n’y a plus que les humoristes qui peuvent sinon soigner ou soulager sinon la personne atteinte qui est sans doute irrécupérable mais son public qui n’en revient pas de ce qu’il entend et voit.

Je vois très bien Sade pour nous pondre une jolie description.

@ Denis Drouin (# 18):

Vous devez vous rabbattre sur le XIXe siècle pour trouver des arguments?

Pas fort…décevant même.

Les riches de ce monde ont amassé leur richesse aujourd’hui, dans le système démocratique actuel et n’ont rien à voir avec les dynasties des systèmes politiques d’antan et y faire un lien aussi ténu soit-il dénote la pauvreté de votre argumentation.

@ Sylvain Beauséjour (# 19):

Vous avez un point mais la corruption dont vous faites mention existe depuis les années soixante (référez-vous au témoignage du premier témoin de la Commission Charbonneau) et implique TOUS les partis politiques qui ont géré le Québec, y compris le Parti québécois, domestique inférieur de la mafia syndcale, et jusqu’à présent, les seuls personnes impliquées dans ce patronnage l’ont été au niveau MUNICIPAL et non provincial.

Attendons la suite…

En fait, le patronnage et la corruption sont la conséquence directe du système socialiste et progressiste que nous avons hérité de la Révolution tranquille: donnez à des politiciens, soit ceux que nous considérons comme aussi crédibles que des vendeurs de chars de seconde main, PLUS de pouvoir et PLUS de privilèges monayables et vous avez la recette parfaite pour la corruption.

Mais rassurez-vous, tout n’est pas perdu car la droite prend de l’ampleur au Québec et aura comme conséquence une RÉDUCTION du rôle actuellement tentaculaire et opressif de l’État obèse et inefficace.

Notre LIBERTÉ est en marche!!!

Oh…en passant…tous les millionnaires de ce monde ne sont pas des magouilleurs. Certains ont trimé dur et ont fait d’immenses sacrifices et pris de gros risques pour pouvoir amasser leur fortune. Je sais bien que ça ne « fitte » pas avec l’image que vous et voos semblables veulent projeter mais c’est ça, la RÉALITÉ.

Parlez-en à…Guy Laliberté entre autres.

@ François 1

« Les riches de ce monde ont amassé leur richesse aujourd’hui, dans le système démocratique actuel et n’ont rien à voir avec les dynasties des systèmes politiques d’antan »

« En fait, le patronnage et la corruption sont la conséquence directe du système socialiste et progressiste que nous avons hérité de la Révolution tranquille: »

Est-ce que vous voulez nous berner avec ces faussetés ou si vous étalez votre ignorance?

Le patron risque de ne pas être content.

@François 1

«En fait, le patronnage et la corruption sont la conséquence directe du système socialiste et progressiste que nous avons hérité de la Révolution tranquille». Wouah! Je savais pas ça! Mais pourquoi socialiste et progressiste ? Socialiste n’aurait pas été suffisant ? Progressiste, ça fait quand même, un peu «progrès», c’est comme sans trop m’avancer, un peu positif … Mais j’admets sans l’excuser que sous le feu de la diatribe, on puisse se laisser emporter par les mots. Mais bref, j’avoue qu’il y a de ces évidences pour la droite qui échappent totalement à la gauche. Un héritage de l’esprit cartésien faut croire. Héritage dont ne s’encombre pas la droite libertarienne, hélas!

Les plus populaires