Lectures pour comprendre le conflit syrien

Une sélection d’articles et d’images pour aborder le conflit syrien, en allant des intentions du régime Assad, à cette véritable mosaïque qu’est l’opposition syrienne.

La complexité du conflit syrien est parfois déroutante. Voici donc une sélection d’articles et d’images pour aborder le conflit syrien et ses divers aspects, en allant des intentions du régime de Bachar al-Assad, à cette véritable mosaïque qu’est l’opposition syrienne, en passant par les intérêts des grandes puissances dans ce conflit.

L’article de Max Fisher publié dans le Washington Post constitue une bonne entrée en matière, en neuf questions. « Pourquoi y a-t-il un conflit en Syrie ? », « Pourquoi la Russie est-elle l’alliée de la Syrie ? », « Pourquoi les Américains se font réticents à l’intervention ? », vous aurez un début de réponse à toutes ses questions en lisant cet article. Pour les amateurs de géographie, la carte, publiée dans le Washington Post, est une excellente manière d’illustrer la complexité du découpage ethnique, religieux et communautaire en Syrie. Celle-ci a été réalisée dans le cadre du Gulf/2000 Project de l’Université Columbia.

L’article de Marc Lynch, intitulé The Syria Crisis, publié dans la revue Foreign Policy et paru pourtant en 2012, est encore pertinent malgré les développements des derniers mois. Il présente brièvement les postures adoptées et les opinions défendues par les États de la région et par la communauté internationale vis-à-vis du conflit syrien. Al Jazeera résume d’ailleurs à travers une ingénieuse représentation graphique les positions des différents États, favorables ou opposés à l’intervention militaire.

À un niveau plus méso-analytique centré sur les dynamiques internes au conflit syrien, des textes un peu moins accessibles analysent les interactions entre les parties, notamment les communautés et les acteurs de l’opposition. Parmi ceux-ci, le texte de Sabrina Mervin, L’étrange destin des alaouites syriens, paru dans Le Monde Diplomatique, résume l’histoire des tensions entre la minorité alaouite et la majorité sunnite en Syrie. Il explique les dynamiques ayant permis l’accession des alaouites au pouvoir et les stratégies qui ont été développées pour le conserver.

De manière concomitante, les textes de J.Dana Stuster et de Kirk H.Sowell, Making sense of the Syrian rebels’ order battle et The fragmenting FSA, parus tous deux dans Foreign Policy, se penchent sur la pluralité d’acteurs au sein de l’opposition. Dans une précédente note de recherche, nous avions souligné les difficultés de structuration de l’opposition syrienne. La question est aussi abordée de manière rigoureuse dans l’étude d’Aron Lund, The Non-State Militant Landscape in Syria, publiée par le Combating Terrorism Center de West Point. Pour creuser davantage, le rapport d’International Crisis Group, Syria Metastasising Conflicts, réalise un travail de documentation minutieux, notamment grâce à la multiplicité des sources auxquelles l’organisme a accès.

Les lecteurs souhaitant se pencher sur l’utilisation des armes chimiques peuvent se reporter au rapport d’enquête de l’ONU publié le 16 septembre et confirmant leur utilisation lors de l’attaque du 21 août 2013 contre Ghouta, banlieue de Damas. Notre dernière note de recherche, De l’utilisation des armes chimiques à une potentielle intervention militaire : « une ligne rouge » en pointillés peut compléter cette lecture. Elle dresse les différentes hypothèses quant aux responsables de l’attaque.

Enfin, pour ceux qui souhaitent tester leur connaissance après ces lectures, le New York Times propose un petit quiz en 12 questions sur le conflit syrien.

 

Adib Bencherif

Chercheur en résidence, Observatoire sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord

Chaire @RDandurand @UQAM

Suivez-le @AB_analyst