Legault et l’éco: un très bon déjà-lu !

Ne m’en voulez pas de présumer que vous ne lirez pas ce billet jusqu’au bout. Le soleil, le BBQ… je ne vous blâme pas. Je vais donc commencer par la conclusion.

Legault et Marois: copier-collé?

Si François Legault n’avait pas démissionné de son poste de député péquiste et qu’il devenait, comme prévu, ministre de l’Économie et des Finances d’un futur gouvernement Marois, il n’aurait absolument aucune difficulté à faire adopter, lors de son tout premier budget, la totalité des réformes économiques qu’il a proposées ce mercredi.

Car, sur le fond, j’ai bien quelques réserves — mineures — sur ce qu’avance François Legault. Je pourrais vous parler de ce qui manque: rien sur l’importance de l’économie sociale et solidaire, entre autres. Rien d’audacieux sur la tarification de l’électricité — alors que ce fut hier le cheval de bataille du nouveau chef de la Coalition pour l’avenir du Québec. Rien sur l’indépendance énergétique du Québec — une importante source de richesse. Rien sur la corruption — une importante source de perte économique.

Mais pour l’essentiel, le couple Legault-Sirois avance des propositions de bon sens. Et, comme je me fais fort de lire les documents, j’ai comme perçu à la lecture de celui-ci un air de… déjà-lu.

Mais où donc avais-je vu des idées très similaires ? Bon sang mais c’est bien sûr ! Dans le nouveau programme — exceptionnellement peu lu — de l’Opposition officielle québécoise, mieux connu sous les initiales de PQ.

Jouons ensemble à un petit jeu. Mettons en parallèle les propositions économiques de François Legault avec celles du parti qu’il a quitté parce qu’il n’était pas assez (quoi déjà, centré sur la croissance?), soit les propositions économiques adoptées par le parti de Mme 93%, Pauline Marois, il y a de cela un très long… cinq semaines ! Je suis l’ordre du document Legault:

#1: Assurer une participation économique du Québec et des Québécois dans les entreprises de ressources naturelles.

Coalition Legault:

Créer un fonds de 5 milliards de dollars financé par la Caisse de dépôt et placement du Québec et par un appel à l’épargne, pour prendre des participations minoritaires dans les projets d’exploitation de nos ressources naturelles.
Le Fonds des Ressources naturelles du Québec (FRNQ) permettrait des participations minoritaires dans les projets d’exploitation de nos ressources naturelles. Il serait financé, avec l’accord des déposants, par la CDPQ et par un appel à l’épargne publique.
Les Québécois désirant investir dans le FRNQ pourraient inclure leurs investissements dans un REER.

Parti Québécois:

Donnera le mandat à la Société générale de financement de prendre des participations dans les projets qui répondront à des objectifs de développement économique rentable et durable;
Créera un Régime de capital action (RÉA) forestier et minier de façon à encourager la participation financière des travailleurs et des Québécois en général à la relance des entreprises forestières;
L’État prendra, si un ou des gisements d’hydrocarbures sont découverts, une participation dans les entreprises de production, de façon à assurer l’adoption des règles environnementales et sociales les plus strictes et pour répondre aux besoins résiduels d’hydrocarbures au Québec;
Prendra les moyens pour maintenir ou augmenter la participation québécoise (publique comme privée) dans les entreprises agricoles et d’exploitation des ressources naturelles.

(note du blogueur: toutes d’excellentes et convergentes idées !)

#2: Mieux utiliser la Caisse de dépôt

Coalition Legault:

Accroître les investissements de la Caisse de dépôt et placement au Québec. […] Il est vital que la Caisse augmente de façon importante ses investissements dans les entreprises québécoises.
La Coalition propose par conséquent de revoir, avec l’accord des déposants, la mission et les objectifs de la Caisse de dépôt et placement du Québec afin qu’elle contribue plus directement à la prospérité économique du Québec.

Parti Québécois:

Reverra le mandat de la Caisse de dépôt et placement de façon à rehausser son rôle de soutien au développement économique du Québec.

(note du blogueur: ils ont raison tous les deux !)

#3: Mieux épauler l’agriculture

Coalition Legault:

Favoriser le regroupement des terres agricoles afin de conserver leur propriété au Québec.

Parti Québécois:

Actualisera la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles de façon à l’adapter aux réalités diverses et nouvelles et à mieux protéger les terres agricoles de l’étalement urbain.

Coalition Legault:

Soutenir le transfert d’entreprises aux générations suivantes ou aux employés. […]
La Coalition propose de doubler l’exemption à 1,5 million de dollars et de l’appliquer aussi au dividende imposable au transfert à un membre de la famille. Des discussions devront être entreprises avec le gouvernement fédéral en ce sens.

Parti Québécois:

Reverra les règles fiscales liées aux transferts d’entreprises, notamment pour simplifier les transferts familiaux d’entreprises;
Prendra des mesures de soutien à la relève des producteurs agricoles et des pêcheurs. Ces mesures pourront aller de l’établissement d’un parcours personnalisé, à un Régime d’épargne retraite adapté, à la mise en place d’un cadre permettant la location à long terme des terres ou des
bateaux de pêche, jusqu’à un nouveau cadre fiscal et réglementaire.

(note du blogueur: que du bon pain !)

#4: Investir à plus long terme, encourager le capital « patient »

Coalition Legault:

Encourager les Québécois à investir à long-terme dans des actions d’entreprises installées au Québec. […]
Nous proposons donc qu’il soit prévu que les entreprises à charte québécoise offrent des actions à droits de vote multiples aux actionnaires qui détiennent leurs actions plus de 12 ou 24 mois.
Par ailleurs − s’inspirant de mesure adoptées en France − la Coalition propose d’examiner la possibilité d’augmenter l’exonération à 75 % pour les gains en capital sur la vente d’actions de compagnies québécoises détenues durant plus de six ans, et une exonération complète sur la vente d’actions détenues pendant plus de 12 ans;

Parti Québécois:

Créer une Banque de développement économique du Québec (BDÉQ). La BDÉQ aura des succursales dans toutes les régions et aura pour mission de soutenir la création et l’essor de nos entreprises, entre autres par l’offre de capital « patient », de capital de risque, de prêts directs et de garanties de prêt.
La BDÉQ pourra financer les PME, les entreprises d’économie sociale, les collectivités, les institutions de recherche ou leurs organismes de valorisation, des regroupements d’entreprises, des organismes culturels et des entrepreneurs en démarrage, toujours sur une base d’affaires.

(note du blogueur: l’exonération de 75% de Legault est trop généreuse — mieux vaudrait
réduire l’exonération pour la vente rapide.
Pour le reste, des stratégies convergentes avec
des modalités qui peuvent s’additionner.)

#5: Augmenter la recherche et le développement technologique

Coalition Legault:

Augmenter les crédits d’impôts aux entreprises qui investissent en technologie. Favoriser l’émergence de fonds d’investissements ouverts à l’épargne publique et investissant dans des entreprises technologiques.
La Coalition propose d’offrir un Régime public de fonds d’entreprises technologiques. Le gestionnaire devrait d’abord investir dans au moins trois entreprises technologiques et atteindre un niveau minimum de rendement.
Par la suite, il pourrait faire un appel public à l’épargne de son fonds éligible au Régime public de fonds d’entreprises technologiques. Ce Régime permettrait aux investisseurs de bénéficier de déductions fiscales comparables à l’ancien Régime d’épargne-actions.

Parti Québécois:

Se donnera l’objectif de hisser le Québec au niveau des cinq premiers pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) (Suède, Finlande, Japon, Corée, États-Unis) en visant une cible de 3 % du PIB consacré aux investissements publics et privés en recherche et développement.


(note du blogueur: avantage Legault.)

#6: Export-Import

Coalition Legault:

Convenir avec les fonds fiscalisés (FTQ, CSN et Desjardins) d’ajouter une nouvelle mission concernant spécifiquement la commercialisation de produits québécois à l’étranger

Parti Québécois:

L’indépendance énergétique contribuera à l’enrichissement des Québécois en leur offrant des moyens de se soustraire à l’achat de produits pétroliers – essence, diesel et mazout – qui grugent une part de plus en plus importante de leur budget. Une telle réduction permettra en outre de stimuler fortement
l’économie québécoise puisque les milliards actuellement consacrés à l’importation de pétrole seront investis chez nous dans les énergies propres.

(note du blogueur: avantage PQ)

#7: Priorités

Coalition Legault:

Miser sur nos pôles naturels: université, tourisme, divertissement. [Mais pas de propositions spécifiques]

Parti Québécois:

(Tourisme seulement) Déploiera un vaste programme d’amélioration des infrastructures hôtelières et des attraits dans les régions touristiques afin de mieux correspondre aux attentes des visiteurs d’aujourd’hui;
Soutiendra des projets de destination touristique d’envergure dans les régions où l’industrie
touristique représente un vecteur économique de premier plan;
Appuiera la constitution d’un réseau d’aéroports régionaux de bonne capacité de façon à favoriser l’offre touristique;
Prendra les moyens pour résorber les pénuries de main-d’oeuvre particulièrement en fin de saison
touristique estivale et s’appliquera à mettre en place un programme de valorisation des métiers du tourisme.

(note du blogueur: avantage PQ)

#8: Endettement

Coalition Legault:

Utiliser 100 % des nouvelles redevances sur les ressources naturelles non renouvelables pour rembourser la dette.

Parti Québécois:

S’assurera que l’utilisation des ressources naturelles génère davantage de retombées pour les régions et constituera des fonds régionaux qui seront notamment financés en partie par les redevances sur ces ressources;
Respectera la Loi sur l’équilibre budgétaire de façon à ne pas handicaper les générations futures par un endettement excessif. Le mot d’ordre : «responsabilité».

(Note du blogueur: avantage Legault)

La coalition Legault est muette sur l’entrepreneuriat. Le programme du PQ y consacre tout un chapitre. La Coalition parle d’une nation de « propriétaires », parlant surtout des ressources naturelles, le PQ ajoute un « programme d’accès à une première propriété pour les familles ».

La conclusion générale, j’y reviens, est qu’il était inutile de sortir du PQ pour faire avancer ces idées-là. Une bonne partie aurait pu être intégrée dans le programme par le militant Legault, puis le reste dans la législation par le ministre Legault.

Le fait est que François aura beaucoup plus de difficultés à faire adopter ces mesures par un futur parti où figureraient des adéquistes — réfractaires à l’intervention et à la participation de l’État dans l’économie — que dans son ancien parti.

Tout ça pour ça ?

Laisser un commentaire

« La conclusion générale, j’y reviens, est qu’il était inutile de sortir du PQ pour faire avancer ces idées-là. »

C’est bien vrai, mais une chose reste et c’est :
Finançons et restons minoritaires en empochant quelques sous dans la piastre.

En bout de ligne on reste exploité et colonisés sans empocher.

Sa n’a pas tellement changé depuis Duplessis.

Quel bon travail, M.Lisée. J’ai tout lu (je n’ai pas tellement de mérite le soleil n’est pas là aujourd’hui). Cela m’a permis de prendre connaissance des deux « programmes ». Je serais curieux de voir ainsi côte-à-côte les programmes du PL, de L’ADQ et de QS.

C’est beau M. Lisée de pouvoir mettre le nez de M. Legault dans son propre caca.

Bravo pour la recension.

Alors, si Legault vient à former un parti politique et remporter la prochaine élection vous serez pleinement satisfait

C’est vraiment drôle parce que moi aussi j’ai une impression de déjà vu. Mais bien avant les rédactions de ces plate-formes dans les blogs, pour ceux qui lisent et écoutent les commentaires des bloggeurs ils sont nombreux à réclamer la même chose. Mais ce qui m’a peut-être échappé est la demande sans cesse répété d’améliorer les transports. Incoryable quand même que des beaucoup plus petits bassins de population avec des superficient comparables soient tellement mieux servi. Pourquoi simplement parce qu’on considére la population d’une manière plus globale puisqu’il y a moins de villes. Je parle de Ottawa-Gatineau ou il est drôlement plus rapide de se déplacer économiquement et efficacement en transports en commun qu’en automobile. Comme ça devrait être dans toute régions urbaine. Mais au Québec tant qu’on ne se dotera pas de transport efficace global à l’échelle de la province on contribura a notre sous-développement. Au maintien dans la pauvreté de nos régions a une urbanisation sans plan global. Ridicule je regard

Tant mieux si on retrouve les mêmes choses c,est qu’ils ont peut-être entendu la même chose venant de la population. Mais quand arrive les élections il leur faut trouver une idée porteuse pas mentinné par l’autre autrement il peut arriver ce qui est arrivé aux libéraux.

Vous faites ici la preuve par A + B que ce que Legault veut avant tout, c’est être le grand cheuf. Et tout le reste est littérature…

Legault aurait voulu être vizir à la place du vizir (Marois). C’est un imposteur et y en a marre des ex-politiciens qui viennent nous dire quoi faire et comment le faire… Il a quitté qu’il assume et fasse autre chose. Aucun regret de son absence en ce qui me concerne. Et « ses réflexions » on en a rien à cirer…

Le BBQ n’est pas fort aujourd’hui … Alors j’ai lu.

Je trouve intéressant de voir ces 2 groupes [ dont l’un sont deux … 😉 ] parler de développement à long terme basé beaucoup sur la richesse collective que peuvent générer les citoyens. À ce titre ça me rappelle les belles années où Parizeau s’occupait des finances.

Mais à quand une vision différente de l’économie. Je pense ici aux idées contenues dans le livre dont il est question dans le journal de ce matin: « Plaidoyer pour un nouveau capitalisme »

Si le Québec pouvait un tant soit peu se prémunir des activités spéculatives qui assassinent l’économie. Peut-être un rêve utopique, mais souhaitable.

«Le progrès n’est que l’accomplissement des utopies.»
[Oscar Wilde]

Sur l’agriculture:

« Favoriser le regroupement des terres agricoles afin de conserver leur propriété au Québec. »

Je ne suis pas certain de bien comprendre ce que la CAQ veux dire par là. Le regroupement des terres agricoles en « blocs » indivisibles (un des effets pervers de la LPTAQ) constitue déjà un frein important à l’essors des entreprises agricoles innovantes, qui pratiquent souvent l’agriculture sur de petites surfaces. L’assouplissement de LPTAQ à ce niveau est d’ailleurs l’une des plus importante recommendation du rapport de la CAAAQ, la commission Pronovost (voir recommendation 43 et discussion). De protéger les terres agricoles contre la main-mise par des étrangers est une bonne chose; de les regrouper encore plus n’est pas absolument pas nécessaire.

Effectivement: du copier-coller photoshoppé!

Tant que l’on ne se sera pas doté des moyens pour combattre l' »hypercriminalité financière », dont les « paradis fiscaux » en font partie: dessiner l’économie, c’est comme dessiner une maison qui sera battie sur du sable mouvant!…

Une fois enrayée la « fuite » des capitaux, il faudra avoir une vision claire de la façon dont nous voulons vivre…
Quant à l’économie, c’est simple: il faut favoriser ce qui fait gagner du temps; et, favoriser l’agitation!…
Outre le fait que le temps c’est de l’argent, gagner du temps c’est faire plus de choses; et, l’agitation est la seule chose qui crée de la vraie richesse! Le reste: ce sont des détails…

Exactement : «François aura beaucoup plus de difficultés à faire adopter ces mesures par un futur parti où figureraient des adéquistes — réfractaires à l’intervention et à la participation de l’État dans l’économie — que dans son ancien parti.»

Et à la fin on se demande carrément, mais à quoi au juste joue Legault ? À quoi ça rime tous ces simagrées ?

Soleil et BBQ, pas sûr; plutôt nuages et vent.

Pourquoi Legault a-t-il quitté le PQ? 2 hypothèses. Il voulait être le boss de son éventuel parti. Il ne voulait pas être soumis à une femme. Il ne s’entendait pas bien avec Mme Marois.

2e hypothèse: Il a perdu la foi dans l’indépendance du Québec ou dans la possibilité de sa réalisation au cours des dix ou vingt prochaines années.

Cette deuxième hypothèse est, à mes yeux, plus valable moralement que la première. Mais je crois que c’est plutôt le premier motif qui a été déterminant.

Il serait plus que dommage que le futur parti de Legault vienne diviser les votes contre le Parti libéral. Peut-on imaginer -O catastrophe- que ce dernier conserve le pouvoir aux prochaines élections?

Donc, M. Legault a bel et bien dit que si ces idées étaient repris par des partis politiques, il abandonnerait l’idée de créer son parti politique.

Mais on commence à le connaître, il va nous dire que ses idées ne sont pas repris à 100%, qu’il a raison sur toute la ligne et il va créer son propre parti.

Non M. Legault, je sais que vous lisez ce blogue, vous faites pitier. Pour moi, vous avez perdu votre crédibilité lorsque vous nous avez dit qu’il fallait devenir souverain car on perdait beaucoup d’argent et quelques mois plus tard, vous dîtes qu’il faut abandonner cette idée.

Une chose est sûr M. Legault, je suis d’accord avec vous quand vous mentionnez que les Québécois ont de la misère à faire confiance aux politiciens et qu’il faut regagner la confiance des gens. Mais c’est surtout à cause des gens comme vous que les citoyens ne croient plus à la politique car vous être une vraie girouette et vous ne cherchez pas à servir le peuple mais bien à prendre le pouvoir et c’est SEULEMENT cela qui vous intéresse.

Assez pitoyable! Vous me décevez…

À quoi joue monsieur Legault? Mais à un trip de pouvoir; c’est aussi simple que ça.

Il va le faire son parti parce qu’il veut être chef et avoir son 15 minutes de gloire.

Et son histoire qu’il est « nationaliste » pour aller chercher le vote fédéraliste: c’est bidon!

Il est souverainiste et le sera toujours parce qu’il sait que c’est le seul moyen pour le Québec d’avoir les moyens de ses ambitions. Mais pour être élu, il a besoin de plus que 43% de la population. Et comme il n’acceptera pas d’être le bras droit de madame Marois; il veut être chef, bien il va le faire son parti.

Je crois en effet qu’il serait dommage qu’il divise le vote au profit des libéraux. A moins que se soit son but…………….

@ Marilène Pilon (# 16):

« Il est souverainiste et le sera toujours parce qu’il sait que c’est le seul moyen pour le Québec d’avoir les moyens de ses ambitions. » (sic)

…et comment comptez-vous vous en tirer SANS les $ 8.5 Milliards PAR ANNÉE que nous procure généreusement les autres provinces Canadiennes? Parce que jusqu’à maintenant, on ettend toujours, depuis des années et avec un certaine expectative votre « Budget de l’an 1 »!

Elle est bonne celle-là!!!

À chaque sortie de Monsieur Legeault, toute la nomenklatura gauchisto-péquiste se ligue et se mobilise pour torpiller bassement ses NOUVELLES idées et voilà Monsieur Lisée, illustre et infatiguable péquiste, qui nous révèle qu’il aurait pu faire avancer ces mêmes idées à l’intérieur du Parti québécois…!%&*?

Les mêmes idées manifestées à l’intérieur hyper-contrôlé du Parti québécois seraient géniales alors qu’elles deviennent subitement crapuleuses hors de l’Église séparatiste.

Comme logique, on repassera…

Tout ça c’est bien beau mais est-ce qu’il ne faut pas situer tout ça dans un plan d’ensemble?

C’est à ce moment-là que toutes les mesures prises individuellement prendraient tout leur sens.

Est-ce que ce n’est pas ce qu’il manque à François Legault?

La première question qu’il faut se poser et à laquelle il faut répondre pour être crédible et pour savoir à quoi s’en tenir, est-ce que ce n’est pas la suivante : quel avenir considérer comme souhaitable pour le Québec? Au sein du Canada ou en dehors du Canada? Quel avenir apparaît possible pour le Québec ? Quel avenir vouloir pour le Québec?

Et si la réponse est l’indépendance comme le souhaite et le veut le Parti québécois , pourquoi cet avenir plutôt que celui qu’est en train de nous construire le PLQ et pourquoi cet avenir plutôt que celui dont rêve Québec Solidaire? Et pourquoi cet avenir plutôt que celui souhaité par l’ADQ?

A ce sujet on ne sait plus ce que pense et ce que veut François Legault. On ne pourrait donc pas lui donner carte blanche si jamais il créait un nouveau parti politique sans donner de réponses aux questions posées plus haut.

Monsieur Lisée,
Un mot pour vous souligner que le texte que vous utilisez semble celui de la proposition principale qui elle a été amendée au Congrès bien que dans l’ensemble le sens des propositions n’a pas été altéré, en matière de développement de nos ressources naturelles les propositions sont encore plus concrètes.

@ Lucie De Bellefeuille (# 8);

» y en a marre des ex-politiciens qui viennent nous dire quoi faire et comment le faire… »

BRAVO!

Les Libertariens prônent la même chose que vous: MOINS d’État et PLUS de LIBERTÉ!!!

Ironique de voir les libertariens s’accrocher aux mamelles du fédéral en refusant que le Québec devienne indépendant.

« Un très bon déjà-lu » dites-vous, M. Lisée. Ça m’a rappelé les commentaires du ministre Bachand qui disait qu’il n’y avait rien là de nouveau, sans dire toutefois, s’il y avait là quelque chose que son gouvernement aurait dû, ou pourrait, ou allait faire.

Ça m’a rappelé aussi mes nombreuses années où j’ai dû faire l’exercice nécesaire des gens d’affaires: planifier pour l’avenir.

J’avais remarqué que les résultats de plusieurs d’entre nous étaient souvent inversement proportionnels aux ambitions. Ça m’avait amené à dire à la blague que d’aucuns devaient sûrement préparer les raisons de leurs mauvais résultats en même temps que leurs prévisions budgétaires.

Aujourd’hui, je me contente d’une évaluation globale, à savoir: les libéraux sont contrôlés par un pouvoir invisible, les péquistes sont contrôlés par le pouvoir syndical. À quel autorité François Legault aurait-il à sacrifier une bonne partie de ses pouvoirs?

Parler du pouvoir et l’exercer est souvent très différent. Parlez-en à Jean Charest.

« To be or not to be, that is the question ».

Salutations cordiales

Çs pas vraiment rap comme disent les jeunes:

#6: Export-Import
Coalition Legault:

Convenir avec les fonds fiscalisés (FTQ, CSN et Desjardins) d’ajouter une nouvelle mission concernant spécifiquement la commercialisation de produits québécois à l’étranger

Parti Québécois:

L’indépendance énergétique contribuera à l’enrichissement des Québécois en leur offrant des moyens de se soustraire à l’achat de produits pétroliers – essence, diesel et mazout – qui grugent une part de plus en plus importante de leur budget. Une telle réduction permettra en outre de stimuler fortement
l’économie québécoise puisque les milliards actuellement consacrés à l’importation de pétrole seront investis chez nous dans les énergies propres.

Il aurait en effet été si simple pour François Legault de participer au dernier Congrès du PQ et d’y défendre ses projets dont un bon nombre auraient sans doute acceptés.

Toutefois, le vrai problème de François c’est qu’il veut à tout prix devenir Premier ministre du Québec… Il n’a jamais accepté de ne pouvoir devenir Chef du Parti Québécois à la place de Pauline Marois et – incité par son ami Sirois et plus discrètement pas “Mononc Paul” – il a succombé “au côté sombre de la force”: il est malheureusement maintenant prêt à toutes les compromissions intellectuelles pour barrer à Pauline la voie vers la gouvernance du Québec.

François Legault a publiquement renoncé à travailler à faire la souveraineté du Québec. Il a pactisé avec ceux qui lui ont promis “vengeance” et “gloire”. En contrepartie de devenir PM, il a vendu son âme et accepte donc de continuer à faire tourner le Québec en rond comme un “cobaye” dans sa cage canadienne avec l’illusion qu’on le laissera faire “sa marque” dans l’histoire du Québec à la place de Pauline…

Quel pathétique “égo trip”!

Le résultat sera sans doute d’empêcher l’arrivée au pouvoir du seul parti politique capable de résoudre les vrais problèmes du peuple du Québec par la mise en oeuvre de solutions qui doivent nécessairement passer par l’exercice d’un vrai rapport de force avec le Canada et par un changement fondamental de régime politique.

En hauts lieux on se fait de plus en plus pressant: il faut à tout prix empêcher le PQ de prendre le pouvoir aux prochaines élections. Diviser pour régner est une vieille stratégie et, avec la complicité de François Legault, elle risque encore de fonctionner…

François réveilles-toi!

Pauline t’a récemment publiquement tendu la main au nom de l’avenir de tous les Québécois. C’est un geste noble et généreux. Il est encore temps de prendre pleinement ta place comme porteur de réformes fondamentales au sein du Parti Québécois et d’apporter ta contribution à l’élaboration d’un vrai projet de société pour le Québec pour le 21ième siècle. Il y a toutefois une prémisse importante: devenir en tant que nation maître chez nous et pleinement responsable de toutes nos décisions.

Est-ce trop demander pour nous et pour les générations futures de Québécois?

Combien de réformes fondamentales entreprises par l’Assemblée nationale du Québec se sont butées au cours de son histoire à des décisions de la Cour suprême du Canada, à la constitution canadienne (qui a été imposée au Québec en 1982 et que le Québec n’a jamais signée) et aux décisions envahissantes du gouvernement fédéral canadien payées à même les taxes des Québécois?

Comment peux-tu encore penser François que le gouvernement fédéral et la Cour Suprême du Canada ne tireront pas sur “ta laisse” le jour où comme Premier ministre de la province de Québec ou autrement tu auras la prétention de vouloir faire des réformes qui changeront vraiment les choses…

Pendant trop longtemps la main droite a défait ce qu’a fait la main gauche ou vice-versa. Est-ce l’avenir que tu souhaites encore à ton peuple François?

Ce qui est surprenant c,est que si sur papier les péquisses ont des idées comment ce fait t-il que chaque fois qu’ils ne sont pas d,accord avec le gouvernement au lieu de suggérer des idées constructives ils ne font que réclamer la tête de quelqu’un. Aussi prévisible et qu’inutile, cette attitude est lassante. Un parti qu’il soit au pouvoir ou dans l’opposition doit être prêt a contribuer a faire avancer des projets et solutions EFFICACEs. Oui je remarque et félicite la contribution de plusieurs projets récement portés autant par le parti au pouvoir que le parti québécois. C’est faire preuve d’écoute et de travail concerter pour répondre aux demandes des québécois. Et ça fait avancer concrètement les choses. Mais quand il arrive des problèmes au lieu de se cantonner dans un discours stérile de blâmer et demander la tête de celui qui est en haut de la pyramide (on connait aussi le pouvoir des syndicats des employés, ça ne sont pas toujours le les dirigeants politiques et les cadres les responsables), il faut dans ces occasions saisir l’opportunité de faire des propositions constructives. Ça ne sert a rien de garder ses idées pour le jour ou on sera au pouvoir, ils sont payés pour travailler maintenant, pas dans un futur hypothétique qui ne viendra peut-être jamais non plus. Du moins qui a moins de chance de venir si durant leur passage ils n’ont pas réussi a faire avancer des solutions constructives et mis l’épaule à la roue. L’attitude d,aller blâmer le Canada et de poursuivre les chicanes du bloc n’est pas une bonne stratégie non-plus. Ils ne faut pas oublier la position qu’ont pris les citoyens avec ce genre d’attitude aux dernières élections fédérales. On en a assez des discours stériles, et des blccages inutiles. On veut travailler a faire avancer des projets constructifs et pour ça il faut agir en partenaire et non en enfant gâté qui refuse de participer et rester cantonné dans son coin a crier contre contre contre. Exactement ce que Kadir a fait cette semaine. Ne pas écouter et essayer de comprendre et participer, Rester cantonné dans son coin a répéter le même discour stérile. Il n’a pas gagné de gallons. Bien au contraire. Trouvé un ennemi commun pour rallier les gens, et bien en prenant le parti de l’ancien dg déchu qui ne veut que courcircuiter les projets et n’a rien de constructif aproposer, en faisant preuve d’immaturité à persister de ne pas comprendre qu’un contrat qui tout contrat comporte des conditions (de la réalisation de ces conditions dépendent d’autres entente et que le non respect de la réalisation des conditions annule non seulement l’entente entre ces deux partis, mais les autre propositions qui avaient comme condition la concrétisation d’une première entente. Ex. Quelqu’un signe un contrat avec un constructeur de maison usinée, conditionel a l’obtention du financement et a l’émission d’un permis de construction. Mais si une tierce partie le vendeur du terrain ne peut faire la preuve que les infrastructures vous seront livrés avant les délais de livraisons prévu de votre maison, plus rien ne marche. Or même si le fabricant et vous même êtes prêts si vous n’avez pas les infrastructure tout tombe, le vendeur de terrain peut se revirer et vendre le terrain a quelqu’un qui veut juste faire un investissement et n’est pas pressé d,avoir les infrastructures).

Bonjour M. Lisée,
Et si la longue et laborieuse démarche entreprise par le duo Legault-Sirois n’était qu’une manoeuvre pour que M. Legault en vienne à… succéder à Jean Charest?
Ça permettrait à M. Charest de quitter ses fonctions sur un mode relativement honorable.
Et surtout, ça permettrait au PLQ de se débarrasser d’une bonne part des casseroles qui lui traînent aux fesses, en matière de scandales dans la construction notamment, tout en rajustant son programme électoral sur un modèle pouvant plaire aux nationalistes qui votent PQ mais qui ne prisent guère Mme Marois ou qui boudent l’indépendance.
Ce serait la manière idéale de conserver le pouvoir pour les libéraux, non?
Et ça éviterait à M. Legault d’avoir à bâtir patiemment un nouveau parti et d’accélérer son ascension au poste de premier ministre.
Le PLQ est, dans sa fibre intime, un type de formation capable de s’ajuster à tout, y compris un modèle legaultiste de société apparenté au modèle péquiste à beaucoup d’égards, comme vous le signalez… à la condition évidemment que la lutte pour l’indépendance soit exclue du programme.
L’appétit du pouvoir va jusque-là dans la tradition libérale.
Salutations

Citation : Les Libertariens prônent la même chose que vous: MOINS d’État et PLUS de LIBERTÉ!!! — François 1

Il y a déjà eu le 19ème siècle (et avant) et on sait ce que ça donne, là. ‘Moins d’État’ doit être compris comme signifiant l’État au service des riches, du capitalisme débridé, de ‘la loi et l’ordre’, d’une armée puissante instrumentalisant l’hégémonie mondiale (WASP) et autorisant un très, très florissant Complexe Militaro-Industriel (WASP), tout ça à l’aide de la chair à canon (la ‘belle’ jeunesse du Peuple) et de la main-d’œuvre exploitée d’une population abandonnée aux soins d’un djeu introuvable ayant ‘promis’ un monde meilleur, . . . après la mort cependant.

Et ‘la Liberté’, elle, est celle des ‘bourgeois’, de ceux qui ne se satisfont que de «pouvoir faire égoïstement tout ce qu’ils veulent, quand ils le veulent et comme ils le veulent », cela sans égard pour rien ni personne, étant justifié par les hiérarchies naturelles de la jungle de ‘kréation djivine’ (‘la loi du plus fort’), des hiérarchies consacrant par la force les inégalités et justifiant l’exploitation institutionnalisée sous toutes formes dans ‘la plus grande hypocrisie’.

On a qu’à regarder du côté des USA pour réaliser à quel faux discours on a affaire, celui de la DROITE idéologique et religieuse s’objectant effrontément aux interventions de l’État de genre ‘Justice sociale « minimale »’ en autorisant cependant des dépenses pharaoniques pour les armements à l’aide de déficits, de l’endettement chronique, créant ainsi une économie parallèle ne profitant aucunement au prolétariat, même pire, l’écrasant toujours un peu plus.

C’est un projet de Société basé sur l’Égalité des Droits et Libertés qu’il faut et non des idéologies archaïques à la défense des hiérarchies établies.

Legault-Sirois, c’est du vent, du rêve et conséquemment de l’égarement.

Mon Cher @François1

Nous avons des actifs au Canada. Nous irons les chercher au même titre que nous irons chercher notre part de la dette et de l’impôt qu’on donne au fédéral.

Nous créerons notre richesse et les 8,5 millions seront de la petite bière et nous administrerons en fonction de nos priorités et non pas celles des F-35 du PCC.

Si nous étions un coût pour le Canada, il ne nous empêcherait pas de partir avec la C-20; au contraire, il nous dirait bon débarras.

Salutations.

oups, c’est milliards et pas millions hihihihihi Enfin, le message reste le même!

D’ailleurs, concernant le dossier de l’amphithéâtre, avez-vous lu l’article suivant (du journal de Québec évidemment) :

http://fr.canoe.ca/cgi-bin/imprimer.cgi?id=929494

Je cite quelques perles :

« Compte tenu de la taille du Québec, a ajouté le président de la Coalition pour l’avenir du Québec, un colisée entièrement financé par le privé aurait été impensable. Avec l’appui de Quebecor, je suis rassuré, car il y a quelqu’un au bâton avec de l’argent. »

Remarquez ici les belles valeurs de monsieur Legault et ce pourquoi on ne doit pas lui faire confiance pour question affaires. Faire affaires avec des gens que parce qu’ils ont de l’argent et surtout, si c’est eux qui tiennent le bâton…Non merci ! Le monde des affaires et de la politique, c’pas royaume de nathalie (enfin encore drôle, mais passons).

François Legault s’est dit par ailleurs surpris de l’accord d’Agnès Maltais, députée péquiste du comté Taschereau, sur les prises de position de la Coalition pour l’avenir du Québec en matière de santé. « Nous parlons de modifier le mode de rémunération des médecins, d’abolir les agences de santé et de baisser la rémunération aux pharmaciens. Je n’ai jamais vu ce genre de positions du côté du Parti québécois », s’est-il étonné.

« C’est peut-être stratégique, a continué François Legault, le PQ veut peut-être profiter de la vague de popularité de notre Coalition. »

Tiens, tiens, madame Maltais, c’est ti pas intéressant ça, en plus dans le journal de Québec.

Je suis d’accord sur l’intérêt pour le Québec d’un retour de M. Legault au PQ car il véhicule une forme de nationalisme économique qui est compatible avec le programme de ce dernier, comme vous l’avez démontré.
Cependant, à l’heure actuelle il serait un peu masochiste de se rapprocher du PQ, because…!
Par ailleurs, son départ demeure toujours un mystère pour moi et j’espère qu’il ne prend pas trop au sérieux sa popularité à l’heure où les Québécois ont tendance à s’enticher rapidement pour toute «nouveauté nouvelle».
Ses idées sont intéressantes, même si elles sont incomplètes, et sa Coalition devrait demeurer encore un mouvement jouant la mauvaise conscience de tous les partis, malgré les réactions négatives de ceux-ci. Un mouvement de plus en plus fort pourrait réussir à faire accepter quelques réformes, alors que la création d’un autre parti mobilisera ses forces dans l’organisation et non plus dans les idées. Ses éventuels succès risquent de plus de créer un effet de division semblable à ce qui s’est passé à Montréal en 2009 avec la présence de 2 partis d’opposition aux positions et aux idées comparables, au profit du parti au pouvoir, peut-être minoritaire dans le cadre d’un régime parlementaire? Avec une certaine remontée de Québec Solidaire, imaginez la dispersion de l’opposition.
Résultat: le gouvernement, quel qu’il soit mais probablement libéral, se retrouverait alors affaibli, de même que la gouvernance et le processus de décision. Le beau dilemme de la représentativité ou de la diversité ( de nos sociétés pluralistes)versus l’efficacité (parfois nécessaire pour résoudre les problèmes).

Les plus populaires