Legault, les Cégeps et le vice

Pendant l’été, quelques billets de blogue, en rappel.

Camil Samson dénonçant la "fornication" dans les Cégeps

Je me souviendrai toujours que le politicien utilisait le mot « fornication » pour décrire ce qui se passait dans les Cégeps. Et ce qui s’y passait, jusque, précisait-il en articulant bien chaque syllabe, dans les salles de classe.

Il s’appelait Camil Samson, était créditiste, et moi j’étais en secondaire IV. Dois-je préciser que tous mes amis étudiants et moi brulions d’impatience d’accéder à ce nirvana de l’activité sexuelle.

Malheureusement, comme c’est parfois le cas avec les hommes politiques, les promesses de fornication sur les heures de classe étaient grandement exagérées. Je n’en suis pas certain, mais je crois que la chute de crédibilité du mouvement créditiste a beaucoup à voir avec la déception ainsi induite chez plusieurs cohortes de futurs électeurs.

Vous voyez bien où je veux en venir. François Legault est-il le Camil Samson des années 2010 ? La réponse est non. Samson voyait du sexe là où il n’y en avait pas. Legault a déclaré y voir de la drogue et du décrochage là où il n’y en a pas… davantage qu’ailleurs !

On apprend à fumer du pot au secondaire et on décroche au secondaire, comme on fume et décroche au Cégep, puis fume et décroche à l’université.

Bref, s’il fallait abolir tous les endroits où on fume et décroche dans le système scolaire québécois (et nord-américain), on ne se rendrait guère plus loin qu’en sixième année.

De toute évidence, François Legault a démontré une fois de plus que, lorsqu’il n’est pas scripté, il s’aventure en terrain dangereux. Même s’il a nuancé son propos (il n’abolirait que le Cégep général, pas le professionnel, et en fait il n’abolirait rien car ce n’est pas une priorité, il disait ça comme ça) sa remarque lui vaudra bien des reproches, surtout en régions où les Cégeps sont considérés comme des pièces vitales du tissu social et économique.

Il n’est malheureusement pas certain que cette nouvelle improvisation à-la-Legault lui soit si dommageable. La proportion de Québécois qui sont passés par le Cégep est très minoritaire .

Pour prendre le pouvoir, le futur parti de Legault n’a pas besoin de 100% du vote. Environ 35% suffira amplement. Et je serais surpris d’apprendre qu’il n’y a pas 35% des Québécois qui partage son avis. Y compris parmi ceux qui sont passés par le Cégep général et y ont, dans la plupart des cas, fumé du pot.

Ils y seraient sans doute davantage attachés s’ils y avaient trouvé ce que Camil Samson leur avait annoncé.

(Billet d’abord publié le 5 octobre 2011)

Laisser un commentaire

François Legault, qui-est-ce ? Pourriez-vous nous présenter cet homme ? Est-ce la CAQ-ADQ-PQ-PLQ de Francois Legault ?

Il y aura toujours des gens pour régenter la vie des autres mais de la mauvaise manière. M. Legault peut dire des énormités et le pire c’est sans le vouloir.Quel manque de discernement. Des idées il en a mais il manque d’analyse pour convaincre le peuple. Ce qui n’est pas votre cas M. Lisée en vous écoutant ça donne l’envie de se dépasser.

Camil Samson était un créditiste naturel,c’était sa personnalité et il était unique dans son genre.

Legault tente de s’intégrer à l’ADQ et à ses électeurs.Mais tout sonne faux…

Grave erreur de n’être pas resté lui même.

Pauvres CAQistes : se rendent pas compte qu’un tel projet – abolir la moitié (?) des CEGEP fera augmenter d’autant le nombre de chômeurs, « officiellement » à 8 pour cent, officieusement le double (et dans tous les pays).

Hélas, médias et syndicats et commentateurs s’obstinent à maintenir le silence à ce sujet. Tout ce beau monde semble craindre que le chiffre réel du chômage soit lâché … il ressemble de très près à celui de la crise de 1929.

Les profs de CECEP n’ont pas monté dans mon estime avec le conflit étudiant. Parfois c’est difficile de différencier le prof des étudiants portant des t-shirt du Che.

Je me pose une question. Si mon souvenir est bon, du temps que Legault était péquiste il ne disait pas de telles conneries.

Est-ce le parti, le PQ, qui l’en prémunissait ? Est-ce sa quête bassement électoraliste ? Est-ce l’homme qui a changé à ce point.

Je pense que la réponse se retrouve dans ces 3 hypothèses. Quand il était au PQ, le programme-même du parti, évidemment, l’encadrait. À contrario, l’actuelle nature de la CAQ, surtout depuis l’arrivée des adéquistes, l’oblige à emprunter une voie singulière d’une droite souvent rétrograde.

De ce qui précède, il s’en suit que Legault et la CAQ doivent faire plaisir à leur base partisane. Les déclarations de Legault sont nécessairement empreintes d’un nécessaire électoralisme, surtout en cette période pré-électorale.

Mais ce que nous observons est aussi sans doute la conséquence d’un triste changement chez M. Legault.

«L’esclave n’a qu’un maître ; l’ambitieux en a autant qu’il y a de gens utiles à sa fortune.»
[Jean de La Bruyère]

M. Legault, ancien séparatiste de cœur et nouveau fédéraliste de poche, chef de la CAQ, parti de droite, qui ne veut rien savoir des demandes constitutionnelles du Québec, avant la prochaine génération de Québécois, semble aussi crédible qu’un M. Charest qui deviendrait séparatiste, juste avant la prochaine élection « provinciale » du genre : Sortons le Canada avec son passeport et sa monnaie, du Québec et, Vive le Québec francophone…séparé !

Si M. Legault veut redevenir populaire, il doit choisir une option constitutionnelle crédible et claire pour le Québec à la place du : On verra, si et quand nous serons assez prospères pour nous séparer, ce qu’il faut faire…peut-être. LA réponse possible suggérée : Une véritable confédération canadienne d’États souverains avec certains services centraux communs, principalement économiques…canadiens. « Ce que voulaient M. Lévesque au référendum de 1980 et Messieurs Parizeau, Bouchard et Dumont, à celui de 1995. Ça va probablement revenir au PQ de Mme Marois où devrait revenir M. Legault.

Au moins, Legault aura eu l’heur de vous sortir la tête de dans le sable où elle était enfouie depuis longtemps Jean-François.

Le Québec engendre des décrocheurs à la pelle (beaucoup plus que les autres provinces canadiennes qui vivent pourtant dans le même Canada que nous!) et le Québec a l’entière responsabilité de la gestion du Ministère de l’Éducation. 1 + 1 = 2.

Plutôt que de tenter de nous amuser à faire un parallèle boueux entre Legault et le regretté Samson (ça commence à devenir une habitude chez vous de dénigrer les personnes décédées…), pourquoi ne nous entretenez-vous pas sur les SOLUTIONS que vous appliqueriez si jamais vous vous décidez un jour à vous présenter en politique?

Legault est le plus rand opportuniste que le Québec ait reçu en politique.
Sans gêne le Bonhomme, passer de la Gauche à l’extrême Droite !
Nous prend-il pour des cons?
J’espère qu’il frappera un mur de béton aux prochaines élections.

@ François 1

On fait dans la nécrologie maintenant ? Il(Camil Samson) sera surpris d’apprendre sa mort en vous lisant. Votre pelle, doit être à géométrie variable fort probablement. Vous lisez les statistiques comme vous faites de la nécrologie, tout de travers.

@ François 1

« …faire un parallèle boueux entre Legault et le regretté Samson… »

Sauf info de dernière minute Camil Samson est toujours vivant.

Je me répète M. François 1, il ne faut pas se fier aux dretteux ils mentent toujours. La raison profonde reste encore inconnue, mais certains le savent.

@ Richard Leclerc (# 12):

« Legault est le plus grand opportuniste que le Québec ait reçu en politique. » (sic)

Après Pauline Marois…bien sûr!

@ Marc Sauvageau (# 13) & Youlle (# 14):

Vous avez tous les deux raison.

J’ai mêlé Samson avec Caouette…

On lit ici les répliques des Cyniques…

40 ans plus tard.

Qu’est-ce qu’on avance au Québec, avec la gauche le pied sur l’accélérateur du changement et la droite, les deux mains sur le volant…, et droit dans le mur.

Pfffff Vivement les élections pour qu’on en finisse avec la névrose collective imposée par les Libéraux et leurs amis bouffeurs d’espoir et surtout de ressources.

Côté opportunisme, on a de quoi être servi. Voyons voir…
1) Jean Charest, chef du PLQ, ancien chef fédéral du PC payé à gros prix (caché) pour diriger le PLQ. Il a promis d’abolir les listes d’attentes (il avait pensé auss iabolir la neige), des TGV un peu partout, et déclaré « que le Québec est ce que l’humanité a de mieux à offrir ». Rendu là, ce n’est plus de l’opportunisme, c’est juste têteux.
Ah oui: il a baissé les impôts EN PLEINE CAMPAGNE ÉLECTORALE et youppi pour « la-dette-qui-est-trop-élevée-pour-les-générations-futures ». Côté Opportunisme, ça bat tous les records.
2) François Legault, chef de l’ADQ 2.0, ancien membre du PQ qui a bretté deux fois (DEUX) pour en devenir le chef, qui a changé d’idée les DEUX FOIS malgré un fan club qui n’attendait que ça pour quitter le PQ et devenir le chef de la dernière patente de droite que Québécor essaie de nous enfoncer en travers de la gorge.
3) Pauline Marois, cheffe du PQ qui n’a jamais cessé d’être péquiste. Oui, oui, je comprends que les spin doctor ont demandé d’essayer de la faire passer pour la plus opportuniste des trois mais euh… est-elle vraiment pire que les deux autres?