Legault persiste: Avant moi le déluge!

Ici, François Legault, aidant un premier ministre à faire "reculer le Québec"...

Ce mercredi, René Homier-Roy demandait ceci à François Legault, à propos de sa déclaration de la semaine dernière:

Vous avez déclaré que le Québec n’avait pas eu de bon gouvernement depuis 30-40 ans. Bourassa, Lévesque, Lucien Bouchard, que de mauvais gouvernements ?

Legault répond ainsi:

Il y en a qui ont fait des bons coups mais si on regarde depuis 1980, la dette a augmenté, on n’est pas arrivé à moderniser nos réseaux d’éducation et de la santé, notre écart de richesse depuis 30 ans a augmenté avec les autres États en Amérique du Nord, donc, oui il y a des gouvernements qui ont fait des bons coups, mais au total il reste que depuis 30 ans le Québec a reculé.

...et ici, aidant un autre Premier ministre à faire "reculer le Québec".

Il persiste et signe. Non seulement François Legault entend faire plus et mieux, mais il critique tous ses prédécesseurs — y compris les deux gouvernements dont il était un membre important — pour avoir fait reculer le Québec. C’est très fort.

Mais décomposons maintenant sa déclaration et voyons les faits:

*Il y en a qui ont fiat des bons coups mais si on regarde depuis 1980 [donc sous Lévesque, Bourassa, Johnson, Parizeau, Bouchard, Landry, Charest],

*la dette a augmenté [comme partout ailleurs en Occident – donc tous les gouvernements au monde ont été irresponsables],

*on n’est pas arrivé à moderniser nos réseaux d’éducation [les taux de réussite scolaire ont augmenté, les élèves québecois trônent au sommet des palmarès internationaux, le taux de décrochage des garçons est passé de 44% en 1980 à 22% en 2010, soit une baisse de moitié]

*et de  la santé [le réseau de la santé a connu plusieurs réformes importantes, dont celui du virage ambulatoire, son efficacité s’est accrue, mais le réseau  peine, comme partout ailleurs en Occident, à répondre à une demande croissante],

* notre écart de richesse depuis 30 ans a augmenté avec les autres États en Amérique du Nord [l’économiste Pierre Fortin démontre exactement le contraire, car il tient compte de la richesse réelle des ménages, non de la richesse inégalement réparti entre les super-riches, plus nombreux, et les très pauvres, plus nombreux aussi, chez nos voisins.)

*donc, oui il y a des gouvernements qui ont fait des bons coups, mais au total il reste que depuis 30 ans le Québec a reculé.

Le combat et le coq

Affirmer que « le Québec a reculé » depuis 1980 est une énormité telle que ce serait une insulte à l’intelligence que de vouloir y répondre sérieusement.

Ce qui est plus clair, cependant, est que François Legault a franchi une ligne. Celle qui sépare le réformiste bagarreur, qui peut plaire à une partie de l’électorat, et le prétentieux qui affirme être le seul à savoir quoi faire et qui veut se grandir en rabaissant tous les autres.

Ce Legault-là ne fera pas recette dans un électorat qui aime ceux qui sont prêts au combat, mais déteste ceux qui se prennent pour des coqs.

Vous avez déclaré que le Québec n’avait pas eu de bon gouvernement depuis 30-40 ans. Bourassa, Lévesque, Lucien Bouchard, que de mauvais gouvernements ? 

Il y en a qui ont fiat des bons coups mais si on regarde depuis 1980, la dette a augmenté, on n’est pas arrivé à moderniser nos réseaux d’éducation et de la santé, notre écart de richesse depuis 30 ans a augmenté avec les autres États en Amérique du Nord, donc, oui il y a des gouvernements qui ont fait des bons coups, mais au total il reste que depuis 30 ans le Québec a reculé, le Québec a creusé son écart avec les autres États en Amérique du Nord et il est temps qu’on se concentre à réduire notre dette, à réduire notre écart de richesse, à régler nos problèmes et c’est ça que la coalition propose.
Vous avez déclaré que le Québec n’avait pas eu de bon gouvernement depuis 30-40 ans. Bourassa, Lévesque, Lucien Bouchard, que de mauvais gouvernements ?

Il y en a qui ont fiat des bons coups mais si on regarde depuis 1980, la dette a augmenté, on n’est pas arrivé à moderniser nos réseaux d’éducation et de la santé, notre écart de richesse depuis 30 ans a augmenté avec les autres États en Amérique du Nord, donc, oui il y a des gouvernements qui ont fait des bons coups, mais au total il reste que depuis 30 ans le Québec a reculé, le Québec a creusé son écart avec les autres États en Amérique du Nord et il est temps qu’on se concentre à réduire notre dette, à réduire notre écart de richesse, à régler nos problèmes et c’est ça que la coalition propose.

Laisser un commentaire

Plus je m’intéresse à la politique et l’économie, plus je peine à essayer d’y voir clair. Comme dans le cas du calcul des revenues des universités, les chiffres ne sont pas les même pour tous, car ils n’utilise pas tous les même données et ne prennent pas en considération tous les fonds et sources de revenues selon leur nature (Éric Martin et Maxim Ouelette, « Université INC »)

Ils y a une divergence entre la droite et la gauche à chaque statistiques, chacun calculant différemment (comme dans le cas du calcul de richesse).

Comment peut-on alors trouver l’objectivité dans tout ça quand on est un néophyte intéressé à la chose?

Ce qui est inquiétant avec M. Legault et son parti, c’est la désinvolture avec laquelle ils utilisent la démagogie et les expressions à la fois choc et creuses pour s’attirer des votes. Zéro rigueur intellectuelle, scientifique ou économique.

Vous accordez beaucoup d importance a un si petit
bonhomme.Tout d un coup ,le Quebec se cherche un
sauveur. Il prend n importe qui, n importe quoi.
Les grands quebecois (lesvesque,bourgeault,falardeau,chartrand) sont morts. Ce n est pas legault qui va les remplacer.

Ha, oui j oubliais Bouchard ,le pire double face que j ai vu en dehors des liberaux provinciaux
et federaux.

Legault est devenu un populiste j’ai cru ,un moment,qu’il pourrait avoir l’étoffe d’un chef d’état mais c’est évident qu’il n’aura jamais la carrure d’un premier ministre.

Lorsque on tente de diviser au lieu de ressembler on ne mérite pas de diriger un état.

De plus que fait Charles Sirois en politique ,je ne pourrai jamais croire que ce milliardaire y est présent pour le bien commun.

J’ai aussi l’impression que Legault devrait cesser sur le champs de se montrer avec Deltell. Parce que s’afficher avec Gérard ça fait pas très sérieux…

La CAQ me semble être l’ADQ sous un autre nom. Mêmes idées, même vieux thème de se faire passer pour nouveau en reprenant le programme conservateur… Même publicité gratuite de Québécor qui accorde une importance démesurée au nouveau messie (on se rappelle la supposée tournée d’autobus annoncée à LCN avant même que Legault fonde son « groupe de réflexion »!)
Bref, même avec un nouveau logo déconseillé aux épileptiques, je me demande pourquoi on s’encombrerait de cette bande-là. LE « avant-moi le déluge », Mario Dumont le disait avec plus de verve et autant de substance (c’est à dire pas beaucoup).
Les leftovers de l’ADQ et quelques transfuges, pour moi, ça ressemble à une autre bande de juniors. Et des partis de juniors (ou de poteaux si vous préférez), on en a déjà essayé. Deux fois. Pour absolument rien.

IL y a un réel problème dans les partis de droite ou de centre-droit ,(collons à la CAQ l’étiquette de populisme malgré leurs cravates et complets de PDG), en ce sens qu’ils n’arrivent jamais à trouver de bons écrivains pour leurs discours ou de bons faiseurs d’images. On appelle cela aussi des artistes. L’UMP en France en est un exemple flagrant. Ou serait-ce la prétention de Monsieur Legault de tout vouloir gèrer,même son image.Quel gouffre entre le ton calme et serein d’un homme d’affaires soi-disant aguerri et prospère qu’il donnait lorsqu’il était ministre et répondait aux questions des journalistes avec un sourire sur des sujets pointus et l’hystérie de son dernier discours public devant ses militants. Une mauvaise mise en scène digne de secondaire V, serait-ce le dernier grade scolaire de Monsieur Deltell. Les élections ne sont pas déclenchées qu’il commence maintenant à vouloir convaincre par l’émotion. Il est minuit moins une et il devra travailler sur un terrain encore inconnu, celui de l’image. Pas sûr qu’il aura le temps. IL se trompe de cible en plus. Il n’a pas besoin de tirer sur les Libéraux, ils sont déjà par terre. Ce sont au moins 20 pour cent des péquistes dans l’électorat francophone qu’il faut aller chercher.L’arrogance de Monsieur Deltell chez Anne-Marie Dussault au début de la semaine en est un autre exemple. Ils sont tous au-dessus de tout le monde; des monarques.

M. Legault, comptable de profession, a fait un placement heureux dans Air Transat.
Mais il n’était qu’un des administrateurs de Air Transat.
Comme ministre de l’Éducation, il a présidé à l’implantation des compétences transversales et au non-redoublement.
Pour les compétences transversales, depuis dix ans, plusieurs ministres s’efforcent de corriger le tir. C’est un désastre.
Quant au non-redoublement, la mesure a accentué le décrochage.
Il faut être conscient que gérer une entreprise de biens et services et gérer un état, c’est deux choses bien différentes. Un joueur de hockey peut être très bon sur la glace mais être un gros zéro sur le terrain de football.

Depuis le début, il fait un peu « m’as-tu vu ». Imbu de lui-même. Si sa cause et son propos trouvent écho (vue la popularité des politiciens dit « du changement »), son attitude risque d’en refroidir plusieurs. Mais bon, il a encore le temps de frapper quelques murs. Ça pourrait le ramener sur terre. Sa cause n’est pas perdue. Mais la balle est dans son camp.

Y`a juste les fous qui se remettent pas en cause.

Mais je suis loin d`être sûr que Legault va être la solution.

Le Québec a besoin d`éliminer des fonctionnaires et pour ça il faut que le gouvernement donne l`exemple. Élimner au moins 60 députés. Pas besoins d`autant de palabreux.

Il faut que le Québec annule la formule Rand ou complique la syndicalisation. Il faut que le Québec minimise le fardeau fiscal des entreprises. On perd des entreprises, pas aux mains des Chinois, pas au mains des Mexicains, aux mains des Américains. Ça pas de sens.

Il faut que le Québec ouvre la porte aux privés en santé et aux assurances privés. Ça se fait dans les pays scandinaves.

En éducation, on pourrait commencer par dégraisser les milliers de fonctionnaires inutiles en commençant par les Commissions Scolaires et leurs stupides élections avec du 10 % de voteurs si s`est pas moins.

Il faut forcer le développement des ressources naturelles. Ça avance pas au Québec. On a tous les braillards dans les jambes. Le placottage fini jamais et y`a rien qui avance.

Et finalement, un vrai plan pour rembourser la dette.

Je suis bien d’accord avec Legault. Pour moi, cet homme est notre Chuck Norris québécois et vous aurez donc de la difficulté à le mettre K-O!

Legault n’est pas un politicien, c’est La Politique!

J’aime mieux que la rigueur soit présente dans l’évaluation des élèves et des professeurs, plutôt que le nivelage par le bas actuel !
( passage obligé au niveau supérieur )

Il est vrai parcontre , que le québec n’a pas ce recul » avancé » par Legault, mais il n’a pas non plus » l’avance » des lunettes roses gauchistes et populistes!

L’électorat devra choisir » L’action maintenant » , plutôt que de se faire ramener à l’ordre dans une décennie de la même manière que les pays Européens aujourd’hui en graves difficultés.

Le pelletage en avant n’est pas synonyme d’avancement, mais de recul , encore une autre génération qui y passera ! Faire le nécessaire, prendre LES décisions qui s’imposent, bouger , réfléchir, prendre action, se tromper peut-être et surement, l’admettre, tomber certainement, mais recommencer et avancer par avant , FINALEMENT !
C’est ce que mon père m’a appris , donne l’exemple me disait-il, et tu seras entendu !

Être leader ça se vit, ça se sent, ça se voit et ça s’entend , mais ce n’est surtout pas facile !

De prétendre que Legault se qualifie de messie est démagogique, c’est faire de la petite politique de peur et est carrément irresponsable de votre part M. Lisée. La peur est un bien mauvais présage pour les défendeurs du statu quo !

Emmanuel Desalliers

C’est pas vendeur de s’abaisser a dénigrer les concurents.
Une image vaut mille mots.
Dans le débat en français aux dernières élections fédérales, Duceppe dit a Layton, quelque chose dans le genre, tu n’as pas l’équipe pour diriger le pays.
Qu’a répondu Jack? Le dénigrer a son tour??? Non
il a dit mais je peux compter des buts.
Qui a gagné ce débat? Jack, et il a gagné beaucoup plus qu’un débat.
En s’élevant au dessus du niveau des attaques émotives et élevant le débat au niveau intellectuel, il répond en parlant de ses capacités a lui et non les incapacités de son adversaires. Et gagne.
Les hommes dans leur enfance son plus physique et règle leurs problèmes émotifs en frappant, les filles en arguementant. Pour les chicanes de mots et es stratégies pour gagner il y a beaucoup a apprendre de l’expérience des femmes. Et comme mère on en aaprend un bout aussi, car les enfants surtout les filles nous font dépasser nos limites sur ce points jusqu’a exceller. Quand je vois madame Marois demander la démission de ces adversaires, les dénigrer je me dis que ça ne peut pas être une femme qui a écrit ce scénario et qu’elle est très médiocre dans ce rôle. Elle doit agir comme une femme et élever le débat en amenant au niveau intellectuel les débats et en focussant sur ces atouts au lieu des faiblesses des adversaires. En chicane de mots les femmes sont plus souvent gagnantes que les hommes. C’est peut-être la raison pourquoi dans des couples beaucoup d’hommes parlent peu.
Il y a de plus en plus de femmes en politique partout dans le monde, et quand elles agissent comme des femmes en utilisant les mot et en focussant sur leurs points forts plutot que les faiblesses de l’adversaire, elle gagne. Plusieurs femmes sur la scène québécoise se sont démarquée, dans des luttes au bras de fer, et elles n’ont pas gagné en dénigrant leur vis a vis mais en justifiant leurs arguement sur des bases rationnelles et en laissant mijoter leur vis a vis à roter du vieux sûr.

Décidément Monsieur Legault se prend pour plus fin qu’il n’en a l’air. Effacer d’une seule remarque tout ce qui s’est passé avant lui, même en ayant participé à deux de ces gouvernements comme « ministre » et ne pas utiliser plus de discernement qu’il ne l’a fait jusqu’à présent, démontre que cet homme est vide et qu’il revient en politique pour exécuter une commande. Il n’est pas arrivé avec la CAQ comme par hasard et ce qu’il nous réserve, les Québécois n’en reviendront pas de l’entendre quand et, si un jour, il ose nous dire carrément qu’elles sont ses solutions drastiques pour retourner en arrière. Car, c’est là où le bât blesse dans toutes ses interventions, il ne fait que dépeindre une situation tragique, des scénarios à la grecque sans jamais mettre franchement sur la table ce que lui ou ses patrons veulent faire avec les richesses que le Québec possède et qui échappent aux spéculateurs pour profiter à l’état, donc à l’ensemble des Québécois. Jusqu’à maintenant, c’est encore de l’ADQ à la Mario Dumont, en moins flamboyant, que de la critique de gérants d’estrade mais sans jamais connaître comment et où veut nous mener son équipe hétéroclite apeurée et sans expérience.

Attention Jean-François, les Québécois peuvent nous surprendre. Ils ont élu deux fois Jean Charest, qui entre dans la deuxième catégorie, et rappelons-nous ce qui s’est passé le 2 mai dernier. Pour être franc, ils (les Québécois) me font peur!

Je discutais justement de ce sujet ce matin avec mon mari, et nous nous disions que les Québécois ne seraient pas prêts à tomber sur la tête des enseignants comme Legault le suggère en petit démagogue qui rêve de grandeur.

Mais quand le temps sera venu de voter, qui incarnera le meilleur choix? Charest? Marois? Legault?

Face à ce que je n’ose pas appeler une telle « brochette », tant elle est peu reluisante, j’ai bien peur que nous nous acheminions vers un gouvernement minoritaire. Ou encore, un peu comme au fédéral, les Québécois donnent un grand coup de balai et portent au pouvoir « l’ego » et ses caqueteux, quitte à s’en mordre les pouces pendant bien des années.

« *la dette a augmenté [comme partout ailleurs en Occident – donc tous les gouvernements au monde ont été irresponsables] »

Oui, justement. un déficit étatique devrait être exceptionnel, PAS la règle

Qu’est-ce que les citoyens attendent d’un politicien? Qu’il agisse en bon^père de famille pour gérer de manière responsable le budget familial. de manière a assurer la sécurité financière de la famille mais aussi d’assurer la satisfaction des besoins protection, logement, éducation, santé, transports, environnement tout en une sécurité et stabilité économique.
Le problème c’est que souvent après un temps ils deviennent avec un égo de plus en plus gros et focus plus sur leur pouvoir, leur influence et leur image que sur leurs responsabilités.
Qu’est-ce qu’on attend d’une femme chef en politique qu,elle agisse comme l’homme ou plutôt qu’elle agisse en bonne mère de famille. Y a t-il une différence? Oui, au lieu d’imposer sa vision, elle agira en respectant davantage la volonté des citoeyns. Si vous développer un programme politique qui vise une gauche efficace c’est a dire répondre aux besoins de la population en inovant pour trouver les moyens de les financer et de les rendre autosuffisants. De développer un modèle de société plus performant au niveau financiers justement parce qu’on veut avoir les moyens de se payer des services. Au lieu d’un état qui controle avec des sociétés d’états, des chasses gardé et le développement d’un état controlant imposant des r`gles stricte et une seule façon de fonctionner. Si au contraire on développe l’autonomie en ne mettant pas tout ces oeufs dans le même panier, en ayant au lieu de sociétés d’états des activités publique comme hydro mais pas exclusive en supportant le développement de coopératives en acceptant aussi la présence du privé mais en imposant des impot sur l’exploitation avant dépenses. En ayant un modèle qui repose sur le développement de l’autonomie mais en ayant une diversification des initiatives et encourageant une concurence saine.
En se positionnant sur les besoins des électeurs au lieu de se montrer comme voulant leur imposer des idées. Si on montre que même si on valorise individuellement la séparation dans ce parti, on est au service de la population et c’est a la population de faire ses choix, qu’un parti n’est pas la pour imposer mais écouter et servir. Là on parle en mère de famille. Car la mère de famille même si elle exige que ses jeunes acquiert leur autonomie en s’éducquant et apprenant a voir des comportements responsables face à l,argent, elles ne leur imposera pas les choix, mais la manière pour arriver a leur but. Elle sera la pour les motiver a atteindre leur but, et les obligeant a travailler et mettre des efforts a maintenir leur cap sur leur objectif mais non pas en les laissant s,en éloigner ou les obligeant a changer d’objectif.

Je ne vois pas le symbole d’une marque de commerce, alors je me permettrai de plagier le plus souvent possible votre « Avant moi le déluge ». J’adore, un gros merci. Cest cinq mots décrivent avec telle justesse cette nouvelle tradition politique pratiquée par les Républicains, les réformistes canadiens, et maintenant par les réformistes québécois.

Gerald Kaplan a écrit un merveilleux texte il y quelques semaines, paru dans le Globe and Mail (Conservatives Concoct their Own Reality). Il y cite David Frum (loin d’être un libéral) :

« Backed by their own wing of the book-publishing industry and supported by think tanks that increasingly function as public-relations agencies, conservatives have built a whole alternative knowledge system, with its own facts, its own history, its own laws of economics. »

Il semble que la méthode s’est implantée au Québec. Les citoyens peuvent bien devoir se pincer le matin pour s’assurer qu’ils sont bien vivants dans un monde bien réel.

http://www.theglobeandmail.com/news/politics/second-reading/gerald-caplan/conservatives-concoct-their-own-creepy-reality/article2266484/

Reculer? non! Nous nous sommes rapprochés du trou!…
En trente ans, ce qui a augmenté c’est la disparité entre les travailleurs du public (et assimilés) et ceux du privé.
Nombreux sont ceux qui ne supportent plus les avantages exorbitants des fonctionnaires, les taux d’imposition décourageants face à la précarité grandissante des travailleurs du privé!

Elle n’est pas là pour leur faire voir la vie en rose et focusser seulement sur leur réussites.
Elle reconnait leur forces et leurs bons coup en mettant en lumière les risques qui sont devant pour réajuster les efforts pour atteindre les buts fixés. (Par exemple oui c,est excellent tu as eu de belles notes, mais attention tu te situe dans tel rang et si tu ne mets pas plus d,efforts tu ne pourras te rendre ou tu veux. Comment maintenant peux-tu améliorer ta position ou faire d’autres choix qui vont t’amener a atteindre une situation gagnante pour toi?)
http://ca.finance.yahoo.com/news/quebec-could-soon-be-poorest-province.html
C’est tu vraiment la quon veut aller? Quels sont nos objectifs et quels moyens devont nous prendre pour les atteindre en tenant compte du contexte et des resultats des autres. Si on est dernier, ça affectera notre cote de credit ce qui viendra modifier les moyens pour atteindre nos objectifs. Comment a partir de ça on senligne est-ce que nos objectifs doivent changer ou on change les moyens et les efforts pour les atteindre.

Heille! Wooow!

Un politicien qui admet ses erreurs et qui veut changer les choses au Québec pour les améliorer!!!

Ça s’peut pas!

Faut arrêter ça tout de suite hein Monsieur le néo-jovialiste?

Vous trouverez ici tout ce qu’il faut pour démolir les affirmations de votre blogueur gauchisto-péquiste préféré:

http://jomarcotte.wordpress.com/2012/02/08/martin-coiteux-et-sa-lutte-contre-le-neo-jovialisme/

Ça vient d’un prof d’économie des HEC (ô horreur!!!), pas d’un prof de Science po. ou Sciences sôôôôôciales de l’UQUAM mais j’espère le tout conforme quand même…

Quand on veut parler de chiffres, on s’adresse à un pro des chiffres, pas à un politique.

Bonne écoute à tous!

François Legault n’a même pas assez de colonne pour défendre ses arguments. D’autant plus que ses petits arguments ne passent même pas la rampe lorsque vient le temps de les mettre à l’épreuve des faits. Porté à nager en surface, il pense que la population va se contenter du flash aveuglant de ses projecteurs.

Je vais laisser Ciceron répondre à ce cher Legault.
Profitons-en pour ne pas oublier que la démagogie ne date pas d’hier …

«On ne saurait stigmatiser par trop d’expressions le vice de ces hommes souples et trompeurs toujours prêts à parler comme vous le voulez, non comme la vérité l’exige.»
[Cicéron]

…Suite.
Les politiciens et universitaires, recrutés parmi les nantis de la société, n’ont pas pris en compte l’importance de cette disparité.
Les avantages des fonctionnaires ont été obtenus, la plupart du temps, en prenant en otage la population. Cela constitue, plus qu’un problème d’équité, un problème moral; peut-être, au même niveau que la corruption…

Comment ne pas voir les murs pourris derrière la tapisserie quand ont analyse le discours des plus démagogique de ce vendeur de gugusses électorales !!!

Legault , le père ( péquiste ) du bilan économique positif de l’an UN d’un Québec souverain qui renie de façon hypocrite ses propres chiffres en revêtant l’uniforme du petit soldat canadien nouvellement amoureux des Rocheuses avec son ami Sirois , un opportuniste d’envergure de même nature de Lulu Bouchard !

Legault , détenteur de la grande VÉRITÉ ( comme tous les vendeurs de gugusses ) qui vénère celui qui aura mis la hache dans le système de santé et le Québec dans le pétrin avec son obsession du déficit Zéro , le Grand Narcissique Lucien Bouchard lui-même !

La CAQ et les transfuges de l’ADQ veulent notre BIEN collectif et ils feront TOUT pour s’en accaparer et se partager le butin entre petits arrivistes du privé et du monde des affaires. La liste des donateurs au CAQ risque de ressembler a celle du PLQ avec peut-être un peu moins de mafieux anglophones !

@ Felix Desrosiers

Il faut donc diversifier les sources d’information. Il faut aussi s’efforcer d’identifier les objectifs réels de ceux et celles qui font des déclarations explosives.

Il faut aussi être capable de mettre entre parenthèse nos propres convictions, le temps de prendre connaissances des thèses qui ne sont pas, à priori, celles que nous favorisons.

Enfin, je dirais qu’il faut aussi se fier, à un moment donné, un peu à son bon sens.

« Le bruit de la vérité les épouvante comme la crécelle d’un lépreux. »
[Henry de Montherlant]

M. Lisée,

Vous êtes donc bien naïf!

Tous les David, Francois 1, lemoutongris, appuyé par les Martin Coiteux et Nathalie Elgrably-Lévy de ce monde vont réussir à vous affirmer tout le contraire avec une lecture biaisée et tordue de ces mêmes chiffres en vous référant à de soi-disant études (relevant plus d’un travail bâclé de cégepiens blasés que de la rigueur scientifique) sur des sites propagandistes du style «antagoniste ou vigile» .net

Un jour un agriculteur a demandé à ses 100 poules si elles pensaient qu’il devrait continuer à produire des oeufs ou convertir sa production vers le poulet de gril.

Il a organisé un référendum et le résultat du vote fut le suivant :

– Pour le maintien de la production d’oeufs : 100
– Pour la transformation vers la production de poulet de gril : 0

Legault est cet agriculteur. Il demande au peuple de lui permettre de chambarder de fond en comble pratiquement toutes les Institutions, en partant de la prémisse que rien ne fonctionne correctement. Est-ce bien vrai?

Quand tu donnes un pouce ça veut prendre un pied. Et plus ils ont du pouvoir, plus ils en mènent large. C’est la syndicalisation appliqué de cette façon qui nous a mené a un tel endettement. On s’offre des services que partout ailleurs au Canada on considère trop dispendieux pour assumer collectivement une aussi grande charge. Et voilà que nos services de garde demandent de plus en plus en ne respectant pas le ryhthme des négociation en prenant la population en otage. Ils ne seront jamais satisfait et conscient de l’investissement collectif qu’on fait ,
ils demandent 6 semaines de congé, je ne connais pas la convention des médecins mais j’ai vraiment l’impression qu’on ne réalise pas ici combien ça coute et qu’il y a des maudites limitent a exiger.
Ça n’est pas une gauche efficace.

C’est la logique de la coalition. Ensemble avec moi…dit M. Legault. Avant lui c’était la division idéologique, constitutionnelle, linguistique qui limitait le pouvoir d’action du gouvernement. On coalise les divisions traditionnelles. Les fameux ni à gauche, ni à droite, ni fédéraliste ni souverainiste… Il accepte même l’appui de William Johnson ancien président d’alliance-Québec pourfendeur de la loi 101. Une seule lumière traverse le prisme des couleurs de la coalition M. Legault… suivons la lumière

*la dette a augmenté [comme partout ailleurs en Occident – donc tous les gouvernements au monde ont été irresponsables]

Oui la dette a augmenté ailleurs en occident, mais ça ne fait de nous rien de mieux. On voit ce que ça donne des dettes élevé en europe.
Ce n’est pas tout les pays qui ont augmenté leur dette depuis 30 ans. Il y en a un exemple important et c’est le Canada. Le plus meilleur pays au monde, le pays qui a le mieux traversé la crise. Notre pays dont on peut être fier.
Merci aux Jean Chrétien, Paul Martin et Brian Mulroney.

Caricature canadienne du jour: Bonhomme carnaval se rend dans une soupe populaire. Sujet de l’article du national post: Le québec bientôt la province la plus pauvre au pays.

Comme un mensonge mille fois répété, la gauche arrivera peut-être à convaincre les gens d’ici d’ignorer le problème, mais elle n’arrive pas à vendre sa propagande à l’extérieur.

La gauche dit que la droite attaque l’estime de soi québécoise. La droite dit que la gauche se réconforte artificiellement en niant les problèmes. Pour faire la souveraineté il faut que tout semble bien aller.

J’aimerais qu’on parle de nos problèmes comme des adultes et qu’on ai assez confiance en nous pour les régler. Les gens qui ont construit le québec n’ont pas eu peur de se retrousser les manches. Ceux qui sont resté assis à rien foutre ne sont pas passés à l’histoire.

Qu’est la CAQ? Qui est M.Legault?
Voici l’avis d’un de ses amis…du moins, il l’était.

« Chers amis(es), ceux et celles qui me lisent depuis longtemps savent que je fus l’un des signataires fondateurs de cette nouvelle formation politique. C’était avant que je me réveille et réalise l’évidence; et cela me sauta au visage: la CAQ , qui proclame sur toutes les tribunes être un nouveau parti, incarner le changement ,faire tout différemment n’est en fait qu’un regroupement de m’as tu vu et de has been politiquement défroqués. Tout y est légal, réfléchi et ficelé: simultanément, tout y est archaïque, dépassé et la signature de tout vieux parti politique duplessiste qui se respecte. Un mirage, une vision embrouillés ; des cocktails, levées de fonds et prosternations devant le chef omnipotent . Plus ça dit vouloir changer et plus c’est pareil. Une farce politique comme toutes celles auxquelles le citoyen québécois est habitué et réagit, non pas avec cynisme, mais avec réalisme. » Christian Dumont

@François 1

Pierre Fortin est professeur émérite au dép. des sciences économiques de l’UQAM.

@Cincibole
C’était sûrement pas des poules québécoises! Parce qu’elles se seraient elles-même «garocher» à l’abattoir!

Sans tomber dans l’exagération de Legault, qui simplifie tout en vrai populiste, je ne peux que souligner qu’effectivement, depuis 30 ans, on a plus recul. qu’avancé.
Cela fait 30 ans que je le dit (et le prédit). Depuis le virage néo-libéral de Lévesque de 1982 (comme l’a fait le reste de l’Occident dans ces années Tatcher-Reagan), les choses se sont détériorées sur de nombreux plans (malgré des progrès dans certains domaines).

Les baisses d’impôt gigantesques accordées aux très riches et aux grosses corporations ont causé des déficits monstres (lisez le prix Nobel d’économie Paul Krugman, cela fait des années qu’il explique, données exhaustives à l’appui, ce phénomènes).

Les écarts de richesse ne cessent de croître: Tandis que les très riches deviennent de plus en plus riches, la classe moyenne s’érode (en nombre, en catégorie sociale et en pouvoir d’achat) et pauvreté est devenu synonyme de misère. On voit même apparaître une nouvelle catégorie de pauvres: es « working poors » (travailleurs à temps plein sous le seuil de la pauvreté, le salaire minimum étant trop bas).

Les services publics ont subis des coupures sauvages qui en rendant l’accès difficile. Ils ont été privatisés à tours de bras, accentuant les problèmes qu’ils subissent.
Tout en ouvrant grande la porte à la corruption et aux conflits d’intérêts (quand le gouvernement engage, à nos frais, une firme-conseil pour rédiger les paramètres d’un contrat auquel la dite firme aura le droit de soumissionner, on peut se poser des questions).
Un exemple: Le « privé » occupe maintenant le tiers du « marché » de la santé au Québec. Et on sait (les études de l’OCDE le prouvent) que plus le privé occupe de place en santé, plus les services de santé coûtent cher (en tenant compte de tout: fonds publics, assurance et frais imposés aux patient).

Les sociétés d’État et les gouvernements pratiquent la politique des portes ouvertes: on engage des gestionnaires venant des conseils d’administration des grandes entreprises pour gérer le bien public; ce qu’ils font, au profit de leur réseau de contacts (et non du nôtre), avant de retourner dans leur milieu naturel, empochant au passage de généreuses primes de toutes sortes. Après avoir implanté des techniques de gestion dommageables (commandites à des entreprises privées, primes de « rendement » pour les dirigeants (eux), primes de départ, etc.)

Et pendant ce temps, les grands dirigeants de l’État se contentent de faire des réformes managériales (comme justement les propositions de la CAQ) qui ont comme seul effet tangible, outre de flanquer la pagaille pendant un certain temps, de faire gonfler à outrance la bureaucratie.
Tactique managériale: On coupe en première ligne et on accroit la bureaucratie, cela fait plus de problèmes à « gérer », donc garantit des années de « réformes » à faire…avec les mêmes effets.

Monsieur Lisée,

Plus Legault parle, mieux on le connaît.
Mieux on le connaît, plus on le rejette.

Mais attendons que Deltell s’ouvre la trappe.
Là, on aura à faire à du vrai vaudeville.

Que je n’ai hâte pas de découvrir par l’absurde
Que bêtise et superficialité ne tuent pas.

Mon dieu, s’il me reste une prière
au fond de l’âme,
Qu’elle serve à vous supplier
De nous préserver de ce courroux.

On ne peut s’élever lorsque on fusionne avec l’ADQ .

Ceux qui ont fait progresser le Québec et son peuple sont Lesage,Gérin Lajoie,Parizeau,Bourassa et le grand Lévesque.On est loin de Gérard Deltell et Charles Sirois et les néo créditistes qui forment le noyau de ce parti.

@Emmanuel Desalliers

« J’aime mieux que la rigueur soit présente dans l’évaluation des élèves et des professeurs, plutôt que le nivelage par le bas actuel !
( passage obligé au niveau supérieur ) »

Sachez que le non-redoublement, véritable nivelage absurde vers le bas, a été instauré par Legault.

Il est aussi celui qui implanté le principe de « compétence transversale ». On se demande encore ce que ça veut dire.

De même qu’il voulait remplacer les notes par des nuages et soleils pour ne pas choquer les enfants et éviter que les jeunes se comparent entre-eux. Pour un gars qui ne connait que les mots « productivité » et « compétition », c’est assez ironique.

Bref, c’est Legault lui-même qui a foutu le bordel dans notre système d’éducation avec sa réforme tout croche.

Aujourd’hui, il prétend pouvoir tout régler ça (tout en évitant de dire que c’est de sa faute). Et comment compte-il régler ça?

En démolissant les commissions scolaires pour tout pelleter dans la cours des écoles déjà trop surchargées.

Et en augmentant le salaire des profs! Comme si cette augmentation allait rendre la matière plus intéressante, les élèves plus attentifs, les parents plus impliqués, réduire le nombre d’élève par classe, donner plus de ressources humaines et matérielles aux profs et aux élèves, réduire le nombre d’enfant allant à l’école le ventre vide, etc.

Aux prochaines élections, pour plusieurs, il faudra choisir pour le parti le moins pire.

Legault se prétend effrontément un Dieu de l’économie. Pourtant, point de vue économie, les libéraux corrompu, sont pas mal plus fort. Le pire est que Legault est un opportuniste qui reçoit des financement louches.

Entre CAQ et PLQ, me semble que le choix est facile si ont est obnubilé par la performance économique. La CAQ ne fait pas le poids.

Évidemment, reste le PQ. Excellent en économie, mais surtout constitué de gens intègre.

Je ne parle pas de QS. Malheureusement, ils ne sont pas prêts à prendre le pouvoir. Mais ils ont d’excellentes idées dans leur chapeau.

@François 1

Supposons que Martin Coiteux aie raison (faudrait demander à Pierre Fortin son opinion sur le même sujet) on pourrait y voir là le résultat des 3 mandats des libéraux de Charest.

Intéressant !

«La radio n’a pas rendu les hommes plus sots. Mais la bêtise est plus sonore.»
[Jean Rostand]

@senscommunrugueux

Vous avez votre propre étude ?

Dites-moi en quoi l’étude de l’économiste des HEC, Martin Coiteux, serait biaisée ? Il s’appuie sur des chiffres depuis 1976.

Je suis prêt à écouter vos arguments et à changer mon opinion. Si vous continuez à dénigrer les personnalités au lieu d’apporter une contribution intelligente et utile au débat, je présumerai que vous avez échoué vos examens au Cégep…

Martin Coiteux explique son étude avec son aplomb habituel:http://www.youtube.com/watch?v=PRT3ExKMOjQ

http://www.youtube.com/watch?v=KwW8_pd1zPk

« Réformiste bagarreur », je vous trouve généreux. Il n’y a rien de pire que l’Ancien qui veut jouer le Nouveau pour jeter aux gogos qu’il veut tromper la poudre de l’illusion du changement. C’est Brutus qui veut s’y mettre, mais, société pacifiée oblige, le nôtre plonge la troupe de ses pères dans le néant existentiel et les charge de tous les maux, écornant au passage la règle de la solidarité ministérielle.

Je suis né au début des années 80. À l’éqoque, les salles d’attente dans les hôpitaux étaient bondées (c’est encore le cas aujourd’hui), le gouvernement avait une dette beaucoup plus importante en % du PIB qu’aujourd’hui, les écoles n’offraient aucun programme enrichi, etc. Bref, dire qu’on a reculé depuis 30 ans est effectivement une énormité. Nous n’avons peut-être pas autant avancé que nous aurions pu mais ça, c’est autre chose.

Personnellement, je suis très déçu de Legault : je croyais vraiment qu’il offrirait une alternative pertinente aux partis en place. Finalement, il a rapidement versé dans le populisme appliqué par l’ADQ depuis plusieurs années. Son message mise sur l’ignorance de la masse : comme plusieurs personnes ne savent pas comment fonctionne l’appareil gouvernemental au Québec (je ne les blâme pas, c’est complexe comme partout ailleurs), Legault table sur cette ignorance pour faire croire que les choses vont tellement mal que nous aurions besoin d’un sauveur. Je trouve encore plus hypocrite, et je pèse mes mots, de se présenter comme un sauveur après avoir été ministre pendant tant d’années. Bien franchement, il aurait du baptisé son parti la Coalition des Opportunistes du Québec. Je comprends mieux aujourd’hui pourquoi son ami Joseph Facal n’a pas sauté dans le train.

Le haut-parleur Legault ne maîtriserait pas assez la langue de son maître selon les colonisés finis. Quelle insécurité terrible cela provoquerait dans la colonie si jamais ce minus ne pouvant pas s’adresser parfaitement dans la langue de son maître prenait les rênes de l’intendance coloniale de la Province of Kwibek.

Nous voilà revenu à l’époque où les Québécois sous la botte du maître devaient désespérément garder la tête hors de l’eau pour ne pas disparaître comme peuple.

Nous revenons à l’époque du colonialisme consenti du clergé intégriste, à l’obscurantisme, au masticage de gomme en étant incapable de marcher en même temps, à genoux devant la volonté du maître et toujours prêts à lui cirer les bottes.

Si les Québécois entérinaient ce retour au passé lors des prochaines élections, nous n’aurons plus alors comme peuple que le mérite de mourir de peur d’avoir peur. Sommes-nous pas tannés de mourir bande de caves, que trop nombreux encore nous sommes ?

« Cette abstraction de nous-mêmes a été poussée si loin qu’aujourd’hui elle est devenue notre nature d’être, que nous n’en concevons pas d’autre, que nos yeux sont fermés à l’évidence, que nous n’apercevons même pas le niveau d’abaissement où nous sommes descendus, et que nous considérons comme une bonne fortune unique de n’avoir plus la charge de nos destinées. » – Arthur Buies, la Lanterne, 1868-1869

Je pense que M.Legault est en mode pré électoral.Il se veut très flamboyant et cherche à créer un espace qui lui appartient.
Je suis d’accord avec vous qu’il se fait des ennemis et qu’il a l’analyse assez simpliste.

J’ose croire que Mme Marois ne jouera ce jeu de la formule choc qui ne fait pas appel à l’intelligence.Elle a en mains plusieurs cartes et il est souhaitable qu’elle nous fera la démonstration de sa capacité à gérer dans un contexte où il faut faire mieux avec autant.

Le québec à t’il reculé?
Hmmm…
Voyons voir en 1980 les viaducs, paralumes, pont et autre morceau d’hôtel ne nous tombait pas sur la tête à répétition. Nos écoles primaires étaient pas remplis de moisie. Elles enseignaient des connaissances et non des compétances-transandentales-à-géométrie-variable. Le nombre des lois étaient moins asphyxiant et la burocratie moins soviètique. L’Etat était moins endetté, nos ressources naturelles étaient moins près de l’épuissement, le climat moins incertain, la population moins vieille. Le poid politique et économique du Québec dans le Canada était plus grand. On ne pouvait pas avoir un gouvernement majoritaire sans le Québec.

Hmmm, le Québec à t’il reculé? Poser la question c’est y répondre!

@Eric:

T’as quoi, comme solution, à ce déficit migratoire? Tu as l’air d’avoir une idée de faite…

@ Emmanuel Desalliers

Il est donc facile d’écrire de telles choses quand on ne connait pas le système que l’on critique. La grande majorité des enseignants évaluent très bien les élèves et sont très compétents. Premièrement, les jeunes enseignants sont évalués pendant les cinq premières années de leur carrière lorsqu’ils occupent une tâche similaire dans un même champ. Les directeurs ont une grande liberté de ne pas les recommander (les congédier ou l’équivalent de) pour l’année suivante. Par la suite, les futurs enseignants font 800 heures de stage. Alors si les incompétents gravissent les échelons on se doit de regarder vers les maîtres de stages, les coordonnateurs et les directeurs d’école. Est-ce qu’il faudrait également évaluer les enseignants permanents ? Monsieur Legault pourrait le négocier lors de la prochaine ouverture de la convention collective s’il le désire, personnellement, je ne m’y opposerai pas.

Deuxièmement, le beau nivelage par le bas que vous décriez tant est en partie l’oeuvre de François Legault lui-même. Il était le Ministre de l’Éducation lorsque cette réforme a été mise en place avec de nombreux défauts et ses qualités malheureusement mal exploitées.

Troisièmement, M. Legault veut nous faire porter, à nous les enseignants, la responsabilité du trop haut taux de décrochage scolaire au Québec. Nous avons certainement une responsabilité importante dans la réussite des élèves, mais nous ne pouvons pas porter la responsabilité des conditions socio-économiques des élèves, la responsabilité des parents face à l’éducation de leurs enfants et aussi la motivation intrinsèque des élèves. 20% d’augmentation de salaire pour me rendre responsable de réalités sociales sur lesquelles je n’ai aucun contrôle ? Non merci!

@ François 1er

Par vos commentaires vous prouvez que vous ne connaissez pas le Québec dans lequel vous vivez. À chaque jour de grandes réussites arrivent au Québec. Cesser de lire les journaux défaitistes où tout va mal et de lire vos sites internet apocalyptiques et sortez dehors et apprenez à connaître les gens qui travaillent dans les hôpitaux, les écoles, les chantiers de construction, etc. et vous verrez que tout n’est pas noir au Québec. Nous avons certainement des finances à redresser et des dettes à payer, mais ce n’est le cynisme, pas plus que le jovialisme, qui va nous aider à régler nos problèmes, mais aussi reconnaître qu’au Québec jour après jour il se vit énormément de succès! Je vais vous donner un exemple bien concret, dans mon école publique 90% des élèves obtiendrons leur DES dans les limites fixées par le Ministère, mais c’est donc bien vrai que la propagande défaitiste dit que les éleves sont nuls, sous instruits, ne respectent pas l’autorité, ne travaillent pas, etc. Beaucoup de faussetés pour justifier une idéologie qui ne peut exister en dehors du négativisme et du défaitisme et bien rassurante pour ceux qui n’osent pas s’impliquer dans la société qu’ils cherchent à démolir.

Hé zut…

D’un côté nous avons Marois qui ne cesse de proposer des idées où l’insignifiance le dispute au populisme telles que : le vote à 16 ans, l’augmentation des impôts de $6500 pour la caisse santé, le sénat des régions, etc.

De l’autre nous avons Legault qui ne cesse de décevoir depuis un certain temps avec des sorties de ce genre, la fusion avec un parti moribond que personne n’a jamais vraiment « trusté » et ses imbéciles heureux qui mordent à tous les hamecons que nous leurs tendons (i.e. Deltell)…

Ne me dites surtout pas que ce que je suis en train de constater que le choix fiable et sérieux se limiterait au PLQ… misère! Non!!

J’ai déjà voté par le passé « en me bouchant le nez », comme par exemple pour les conservateurs de Mulroney pour le libre-échange et pour le PLQ pour la réduction du déficit (eh oui, malgré tout le reste). Mais là c’est vraiment le bouquet! Le PLQ est néfaste pour le Québec… il m’est absolument impossible de voter pour ces bandits et ces menteurs incompétents. Il devrait y avoir des enquêtes, des poursuites, il devrait y en avoir en prison.

Je sens que je suis en train de devenir politiquement orphelin.

Je ne renouvellerai pas ma carte du PQ. Surtout parce que je me sens horriblement seul : j’ai le choix entre les 3 stooges.

Bonjour,

Pour en calmer quelques-un(e)s qui parlent pour parler – pour s’écouter écrire…

« Les CPE, un casse-tête? » Médium Large

…. «Les centres de la petite enfance (CPE) sont au coeur de négociations syndicales ces jours-ci. Une journée de grève est prévue demain, une deuxième cette semaine. Ces discussions sont-elles la manifestation d’un malaise plus profond?

Les CPE étaient-ils une utopie? Avons-nous les moyens d’avoir un système du genre?

« C’est un projet formidable, mais ces tensions font partie des problèmes de développement. C’est l’une des plus importantes réalisations au Québec des 30 dernières années », croit Guillaume Lonergan, un réalisateur qui a tourné un documentaire sur le sujet, Le casse-tête des garderies (diffusé à Canal Vie les 20 et 27 février à 23 h).

– Écoutez la discussion sur les enjeux dans les CPE du Québec. >>

Des problèmes de gestion seraient responsables de la situation actuelle, croit Claudette Pitre-Robin, vice-présidente de l’Association québécoise des centres de la petite enfance.

« On ne prévoyait pas une telle augmentation du taux de naissance, on a été surpris. »

Selon l’économiste Pierre Fortin, l’instauration des CPE a favorisé une hausse de 70 000 participations de femmes au marché du travail. Le système apporte plus de 5 milliards de dollars annuellement dans les poches du gouvernement. Le système coûte 1,9 milliard de dollars, alors c’est profitable.

Marie-Pierre Duval, qui a déjà réalisé le documentaire Bébé ou CV?, participe aussi à la discussion.

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia%3Dhttp://www.radio-canada.ca/Medianet/2012/CBF/MediumLarge201202090908_1.asx

L’incohérence de Francois Legault, plus tard sera l’élection, plus les gens auront la chance de voir les vrais couleurs du « plus grand des grands ».IL veut s’attaquer aux « méchants » syndicats, pourtant il s’est mis riche en raison de l’investissement du fonds de solidarité de la FTQ qui est venu sauver Air Transat de la faillite, ce qui lui a permis par la suite de vendre ses parts et de s’en mettre plein les poches.

Même si Legault est le roi de l’Auto-Peluredebananisation, je crois que les gens blasés devraient regarder vers Jean-Martin Aussant. Boudé par les médias, il explique clairement ses positions, son programme est clair. Il représente pour moi un vent de fraîcheur et j’étais extrêmement déçu de le voir quitter le PQ. Ils auraient dus tout faire pour le garder, car cet homme inspire la confiance, le changement et la rigueur sans tomber dans la basse politicaillerie…
Je sais que ça ne plaira pas à Monseiur Lisée, mais vous avec perdu un as avec JMA…

Je reviens sur la déclaration de ce M. Legault : Il y en a qui ont fait des bons coups mais si on regarde depuis 1980, la dette a augmenté…

1980 : l’année ou le taux directeur de la Banque du Canada, en août, atteignait 21,03 %… et en haut des 15 % pour quelques années…

Peut-être qu’on devrait demander à ce M. Legault ce qu’il aurait fait de différent des Trudeau, Lévesque et autres dans de telles circonstances.

Lego et Sarko : même combat!

tout ce qui a vécu avant eux n’était bon que pour la fosse à purin. Ils sont à la fois l’alpha et l’omega de la turpitude de l’insignifiance.

François Legault devrait regarder avec qui il s’apprète à faire la lutte électorale : des opportunistes, des gens au cursus trafiqué, des has been avant d’avoir été quelqu’un. Lui même comme ministre n’a rien fait qui vaille.

Il aura sa leçon dans peu. Le seul problème est qu’il va permettre la réélection de Charest-le-paresseux.

@Philippe

L’étude de Martin Coiteux n’est pas biaisée en soi, elle est incomplète, c’est différent. En effet, il aurait fallu qu’il tienne compte de l’offre des services publics pour faire une comparaison valable. Autrement, sa comparaison consiste à comparer des pommes avec des oranges. En effet, son étude tient compte uniquement du revenu disponible. Il tient compte du coût de la vie, ce qui est bien puisque ça permet de comparer des entités plus semblables. Toutefois, il aurait dû inclure l’offre de services publics, puisque cette dernière fait une grosse différence sur ce qu’un ciotyen peut faire avec l’argent dont il dispose.

Prenons un exemple simple : les garderies au Québec. Un Québécois et un Ontarien ne sont pas équivalents sur ce point. Si les deux avaient le même revenu (je sais que ça n’est pas le cas mais c’est simplement pour illustrer) il serait faux de conclure que les deux peuvent faire la même chose avec le revenu dont ils disposent. Le Québécois est avantagé sur l’Ontarien parce qu’il peut faire garder ses enfants pour 7 $ par jour, pas l’Ontarien.

Je ne dis pas que le Québec est forcément mieux que les autres parce qu’il offre plus de services : je n’en ai aucune idée. Cependant, si M. Coiteux avait vraiment voulu comparer des pommes avec des pommes, il aurait dû tenir compte de cet élément. Des exemples comme le service des garderies, il y en a d’autres au Québec. Pensons, par exemple, aux frais de scolarité qui sont les plus bas au pays : un Québécois peut donc s’attendre à aller à l’université pour beaucoup moins cher qu’un Ontarien. Il n’a donc pas besoin du même revenu disponible que l’Ontarien parce que ses services publics lui coûtent moins cher. On pourrait même dire que son revenu disponible est moins élevé parce qu’il en laisse plus au gouvernement qui, en retour, lui donne plus de services. Le fait que le Québécois ait un revenu disponible inférieur, n’est donc pas une indication fiable de son niveau de richesse. L’étude de M. Coiteux est donc intéressante, mais il reste du chemin à parcourir pour avoir une image plus juste du niveau de richesse de chacun.

René Lévesque avec d’autres ex libéraux a fondé le Mouvement Souveraineté association puis le PQ qui a accueilli le RIN des premiers souverainistes en continuité de la révolution tranquille amorcé par le gouvernement Lesage dont il était membre.

Par rapport aux libéraux de Lesage, Lévesque a marqué une rupture mais en même temps une continuité avec le gouvernement qui a nationalisé l’électricité. La perspective d’un homme politique se trouve dans sa capacité d’horizon et de rassemblement.

Nous ne pouvons comparer Lévesque et Legault puisque ce dernier va jusqu’à renier le gouvernement péquiste dont il est issu politiquement.

Legault qui se place dans l’orbite des conservateurs d’Harper ou des républicains ne peut nous offrir le -bien public-.

Vouloir s’occuper d’économie sans s’occuper de la question constitutionnelle, alors que l’on veut en même temps « moderniser le Québec » est une utopie. C’est que les décisions prises par le gouvernement fédéral ont d’importantes répercussions sur l’état des finances publiques des provinces. On n’a qu’à se rappeler un passé assez récent où le « pelletage » du fédéral se faisait dans la cour des provinces, lesquelles pelletaient à leur tour dans la cour des municipalités.

Je trouve que M. Legault démontre son ignorance de ces questions, lorsqu’il affirme vouloir mettre de côté l’aspect constitutionnel. Ça va bien finir par le rattraper.

Chose certaine les réseaux de l’éducation et de la santé ont reculé. Les écoles sont vétustes, la rigidité des conventions rendent toute innovation impossible et les enseignants sont maintenus dans un statut de simple travailleur ou fonctionnaire!

Selon une récente recherche de Martin Coiteux des HEC, le revenu des Québécois stagne alors que celui des autres provinces notamment dans l’ouest s’accroît. Certes, le coût de la vie est moins élevé au Québec mais l’inflation nous entraîne vers un coût de la vie comparable aux autres états et provinces qui nous entourent. Malheureusement, nos revenus ne suivent pas au même rythme. Donc nous nous appauvrissons.

Je respecte les idéaux absolus gauchistes de M. Lisée. Toutefois, je crains qu’ils bercent aveuglément trop de Québécois vers une illusion teintée par des lunettes nettement trop roses!

À défaut de reconnaître l’état de la situation, M. Lisée tend à discriminer le chef de la CAQ en titillant sur ses propos et sa rhétorique comme s’il était à bout de ressources.

Legault a raison.
M. Lisée, en nous faisant croire qu’il n’y a pas de problèmes au Québec, qu’on est tous fins, qu’on est tous beaux, etc., vous nuisez à votre propre cause.

Nous sommes les plus endettés, les plus taxés, les moins entreprenants, les plus syndiqués en Amérique du Nord.

Le Québec a encore la liberté de faire des choix. Il viendra un temps lorsque notre débalancement fiscal ne nous permettra plus de faire ces choix, et qu’on devra imposer des mesures d’austérité.

Arrêtons de jouer à l’autruche avant que l’on ne se retrouve dans la même situation que la Grèce.

@ Denis Drouin (# 41):

« …on pourrait y voir là le résultat des 3 mandats des libéraux de Charest. » (sic)

…qui eux-mêmes ont hérité d’une situation catastrophique directement des syndicalistes péquistes d’où ma tendance à lorgner pour un NOUVEAU parti tel que la CAQ…du moins pour l’instant.

Je n’endosse pas toutes les idées du NOUVEAU parti mais certaines me plaisent beaucoup comme l’évaluation des compétences ges profs.

@ Pollux (# 49):

Je veux bien devenir optimiste (voire angélique comme Lisée) pour le Québec mais les données et les chiffres sont têtus.

Il y a plein de bonnes personnes et tout le tralala au Québec mais le fait demeure que lorsque nous sommes comparés à des comparables (i.e.: les autres provinces canadiennes qui vivent pourtant dans le même Canada que nous!), nous faisons figure d’andouilles et la tendance est vers le bas. Pas vers le haut!!!

Écoutant les gauchistes de l’époque, nous avons remis une grande part de nos libertés individuelles entre les mains des politiciens (ceux que nous considérons tous comme aussi crédibles que des vendeurs de chars de seconde main!) qui, eux, ont fait des choix catastrophiques durant les derniers soixante ans et nous en payons le prix aujourd’hui et il y a pire encore: nos enfants et nos petits-enfants CONTINUERONT à en payer le prix durant toute leur vie.

C’est une injustice intregénérationnelle inacceptable et scandaleuse, héritage des dirigistes-socialistes-progressistes-syndicalistes qui nous ont « organisé » depuis trop longtemps.

Un coup de barre à droite s’impose et un VRAI!

Il faut redonner aux citoyens québécois la LIBERTÉ (comment pouvez-vous être contre la liberté je vous le demande???) de choix et les extraire de la cage à homards dans laquelle les socialeux les ont cadenassés.

Avec ce que l’on peut lire ici, si la tendance se maintient, on peut prévoir que les Libéraux formeront le prochain gouvernement !!

Comme le dit Dutil:
» je ne suis que la courroie de transmission ».

Ça nous fait une belle jambe !

Et misère !!

@ Martin Legault, Il faut préciser que monsieur Coiteux travaille aussi pour l’Idée fédérale. Ce qui disons pourrait l’aider à taire certains paramètres, comme Pierre Fortin semble le dire, et ce peut-être pour ne pas nuire à sa cause…

@Emmanuel Desalliers
Nivelage vers le bas? Comme dans augmentation des frais de scolarité (lubie de la tite-drette)?

Passage obligé au niveau supérieur? Parlez-vous de cette mesure préconisée par l’OCDE (9février 2012) pour vaincre le décrochage scolaire? Pourquoi le Québec (remarquez cette majuscule que la tite-drette oublie trop souvent lorsqu’on parle du Québec ou des Québécois!)? Vous vous posez comme plus apte à nous renseigner que l’OCDE, alors convainquez-nous!
http://www.oecd.org/document/25/0,3746,fr_21571361_44315115_49623385_1_1_1_1,00.html

Et si vous ne comprenez pas que Legault se qualifie lui-même de Messie, prière de relire l’article du blogueur et d’usez de votre logique.

«Avant mon commentaire, personne n’a émis de commentaire qui avait de l’allure…» Si je dis pareille sornette, car oui c’est un propos ridicule et mensonger, vous comprendrez que je me crois tout puissant. Et bien, c’est ce que fait Legault si vous avez lu le billet du blogueur.

@Bob
Franchement! Quel propos ridicule! Comme si 30 années d’utilisation ne laissaient pas de marque!

C’est certain que le CH est meilleur en ce moment que l’équipe qui a gagné la Coupe Stanley dans années 70, tous les joueurs de cette époque sont rendus vieux!

En passant, Québec, ça prend un Q majuscule, je veux bien croire que pour la tite-drette 101, le Québec est pauvre, mais il a quand même les moyens de se payer une lettre majuscule! Sont en spécial au Dollarama!

Ah oui, mon Bob, le nombre de décrocheurs a diminué depuis 1990 à un rythme bien plus élevé que l’Alberta! Et en plus mon Bob, tu dois avoir lu cet article de l’OCDE où, pour contrer le décrochage, on suggère de «Supprimer le redoublement, qui est coûteux et inefficace.» T’en penses quoi mon Bob? T’es sûrement mieux placé que l’OCDE, alors laisse toi aller et parle nous de tes solutions!
http://www.oecd.org/document/25/0,3746,fr_21571361_44315115_49623385_1_1_1_1,00.html

Ah oui, mon Bob, une compétence transversale tu ne sais pas c’est quoi? Ayoche! Pour faire un parallèle avec quelque chose que tu devrais connaître mon Bob, c’est comme être capable de patiner même quand t’as pas la rondelle! C’est compliqué, n’est-ce pas? Peut-être pour certains joueurs du Canadien… 🙂

Être capable de faire quelque chose dans plusieurs cours, c’est décloisonner le savoir. Pourquoi vouloir niveler par le bas mon Bob et demander aux élève de savoir écrire correctement, par exemple, juste en français? Trop compliqué? Écrire correctement dans tous les cours, est-ce trop transcendantale pour toi mon Bob? Vois-tu mon Bob, avant de tenter de ridiculiser quelque chose, il faudrait savoir de quoi on parle!

@ François 1, le vrai liberté passe simplement par l’indépendance du Québec. Comment voulez-vous faire des réformes avec 50% du contrôle de vos décisions économiques… C’est un non sens total.
Avec 100% du contrôle de nos actions et avoir nous aurons les pouvoirs de mener les réformes. Le faire à l’intérieur du Canada qui a d’autre priorités que les notre constitue une aberration. Comme a dit Jean-Martin Aussant alors qu’il était député du PQ, pourquoi essayer d’aider les autres à mieux nous aider quand on peut le faire sois-même… LA CAQ n’ira nulle part, depuis que le haut et le bas canada ont fusionnés, on ne fait qu’entretenir quelque chose qui ne fonctionne pas… En reniant l’idée de faire la souveraineté, Legault n’aura aucune marge de négociation devant Harper, qui va continuer à couper les vivres au Québec et à se comporter comme si 75% de la population canadienne l’avait élu… Aller donc négocier avec votre boss en lui disant à l’avance que vous acceptez tout ce qu’il va vous offrir, vous allez voir que vous aurez rien…

@ Francois 1er

Ok mettons que je m’ouvre l’esprit à écouter vos solutions. Quelles sont elles et comment les appliquerez vous ? Je veux savoir comment on fait un solide coup de barre vers la droite.

Le débat gauche-droite en ce moment n’est ni constructif, ni productif, car nous allons trop loin dans les extrêmes. En passant la liberté n’est certes pas la propriété de la droite et son sens à tellement été édulcoré que cela ne veut plus rien dire.

C’est drôle à quel point pour les gens libertariens M. Lisée est trop à gauche et que pour Québec solidaire et M. Léopold Lauzon il est trop à droite. La réalité historique du Québec va toujours nous amener vers le centre à droite ou à gauche…

Alors je me tais et j’attends les propositions…

hihihi, ca va bien au Québec. hahahaha
Laissé moi rire.
On est bon….et glou et glou

Il y a plein de monde qui sont parti ailleurs, avant la descente de la police S&P

Yen a une gang qui sont sur le party au Québec et qu’ils veulent pas qu’ont ouvrent les lumières de peur de voir le bordel a ramasser dans la cave….

Bonne chance.

@Martin Legault :
Sur quoi vous basez vous pour dire que le réseau de l’éducation a régressé?

Depuis 20 ans le nombre de décrocheurs à diminué de près de 6%. Le Québec se classe 4e de l’OCDE en ce qui concerne les compétences en lecture :
http://qe.cirano.qc.ca/graph/competence_en_lecture_2009
Le Québec se classe 11e au sein de l’OCDE pour le niveau de scolarité.
http://qe.cirano.qc.ca/graph/niveau_de_scolarite_2008
Les élèves québécois font bonne figure dans les concours internationaux.

En 1991, 15% des Québécois avait un grade universitaire, en 2001 c’est 20.4%.

Etc.

J’aimerais que vous prouviez votre propos.

« Il faut redonner aux citoyens québécois la LIBERTÉ (comment pouvez-vous être contre la liberté je vous le demande???) »

Ah, le vieux débat entre « liberté » et « égalité ». Deux beaux concepts abstraits que certains aiment bien mettre en opposition: plus on s’approche de l’égalité, plus certains disent qu’on perd des libertés (curieusement, ils n’impliquent pas l’inverse: que pour avoir plus de libertés, il faut favoriser les inégalités).

Mais, est-on libre quand on n’a pas les moyens de se soigner quand on est malade (aux États-Unis, 45 millions de personnes n’avaient aucune couverture médicale avant Obama et même sa réforme en laisse 10 millions sur le carreau) ?

Est-on libre quand on n’a pas les moyens d’habiter dans un quartier avec « une bonne école » ou de payer l’école privée (la première question que pose un couple qui visite une maison aux États-Unis c’est « comment est l’école du quartier »; parce que le diplôme de certaines écoles ne permettent pas d’accéder aux études supérieures, même pour les premiers de classe) ?

Est-ce qu’on est libre quand les choix qui s’offre à nous restent inaccessibles faute d’argent ?

Qui parmi nous est « libre » de se bâtir un empire médiatique de la taille de Québécor ? De se payer un parti politique comme Sirois vient de le faire ? De choisir comme carrière « membres de nombreux conseils d’administration », comme Hélène Desmarais (belle-fille de Paul Desmarais senior) ?
Est-ce que nous sommes tous tellement « bêtes » et « incompétents » que ces avenues nous soient fermés, pour nous et nos enfants ?
Est-ce qu’un jeune immigrant de Montréal nord est aussi « libre » de son avenir qu’un jeune de Westmount ?

La « liberté » est un beau concept abstrait. Quand on arrive à la définir, ça commence à être un peu plus difficile.

Comme quelqu’un le disait: « La liberté de presse n’existe que pour ceux qui peuvent s’en payer une. »

L’égalité et la liberté sont des asymptotes: on peut s’en rapprocher autant qu’on veut, on ne les atteindra jamais.

On ne peut qu’essayer de promouvoir les deux sans trop nuire à l’autre. Mais avoir la liberté sans une relative égalité est illusoire, sauf pour ceux qui forment le 1%.
Quelle surprise qu’à toutes les époques ce sont eux les plus grands défenseurs de la « liberté » contre la tyrannie de « l’État ». Il faut lire les écrits de l’aristocratie parasitaire d’avant la Révolution pour mesurer à quel point ce discours leur tenait à cœur et comment ils étaient « opprimés » par le roi (qui les empêchait de faire la justice à leur gré dans leurs terres, entre autres « atteintes à la liberté fondamentale des êtres humains »).

« certaines me plaisent beaucoup comme l’évaluation des compétences ges profs. »

Ah misère! Malheureusement cette idée racoleuse plait beaucoup chez ceux qui ignorent que les compétences des profs sont déjà évaluées (par les profs d’universités, par les profs tuteurs pendant leurs stages, par les directions d’école dans leurs années de probation) et qui croient que « tous les problèmes » viennent de « l’incompétence des profs » (et il y a souvent un peu de jalousie face à ces « gras durs » instruits).

Sans énumérer tous les vrais problèmes du réseau (sous-financement, classes et écoles qui débordent, élèves avec troubles d’apprentissages graves intégrés dans les classes régulières sans aucune ressource pour les aider), on peut se rendre compte que la soit-disant incompétence de « certains » profs est un problème relativement mineur.

Et la vision d’une évaluation des compétences (ça vous rappelle pas l’évaluation des « compétences » des élèves de la réforme Legault des années 90?), est une idée purement managériale. On va demander à des gestionnaires (les directions d’école), qui ne connaissent pas grand-chose à la pédagogie pratique, d’évaluer les travailleurs de première ligne (les profs). Sur quels critères ? Les gestionnaires ont une fâcheuse tendance à préférer les béné-oui-oui à des profs « dérangeants » (pas toujours, mais c’est malheureusement souvent le cas et « l’évaluation des profs » ne va qu’amplifier le problème dans ces écoles). Or un prof qui veut innover, ou simplement réclamer des ressources pour donner un bon cours, est « dérangeant ». Quand un prof essaie de faire de la discipline, cela peut provoquer des plaintes de certains parents (pas tous, mais il s’en trouve toujours pour « prendre » pour leur enfant « contre » le méchant prof). Ou quand un élève coule, certains parents se plaignent que c’est la faute du prof (encore une fois une minorité, mais c’est cette minorité qui va casser les pieds de la direction).
C’est exactement ce qui s’est passé aux États-Unis. Des très bons profs ont été mis à la porte, inutilement.

Et c’est une réforme managériale (selon la ligne de la pensée managériale des années 1980, « gestion 1.0 »). Donc une recette sûre pour une enflure de la bureaucratie (c’est ce qui s’est produit aussi aux États-Unis).
Il en faut des gestionnaires pour:
déterminer les compétences à mesurer, puis les critères d’évaluation, en tenant compte de facteurs de comparaison selon le niveau des groupes, les matières (mathématiques et éducation physique ne doivent pas s’évaluer de la même manière) et les différences socio-économiques des groupes
concevoir les grilles salariales en fonction de ces critères
préparer les formulaires d’évaluation, en tenant compte des différents critères des différentes compétences
distribuer les dits formulaires
s’assurer que tout le monde les remplit adéquatement (les profs vont encore perdre du temps à de la paperasse et j’ai hâte de voir les parents forcés de remplir 7 ou 8 formulaires pour chacun de leurs enfants au secondaire)
ramasser les formulaires
colliger les résultats et les reporter dans les grilles de conversion pour ensuite reporter le résultat pondéré dans les grilles salariales
(et j’en oublie)

C’est ce qui se passe partout (incluant les grosses boîtes privées) où ce genre de gestion 1.0 a été essayé.

Mais la fine pointe de la gestion (gestion 3.0) a depuis longtemps dépassé ce stade où tout est décidé, colligé, évalué et normalisé par les gestionnaires. En informatique on appelle cette nouvelle gestion la « méthodologie Agile » et c’est très efficace (au contraire de a gestion 1.0 qui est lourde et « gère » les problèmes au lieu de les régler).
Le principe: Faire confiance au professionnalisme des travailleurs de première ligne et se baser sur leur expertise pour faire la planification et les plans. Les gestionnaires (au lieu de tout décider et de surveiller que chacun suive bien le « protocole » qu’ils ont décidé) deviennent alors plutôt des animateurs et des « chefs d’équipe ». Pas les « boss ».

Mais Legault est visiblement de la très vieille école. Un comptable et un gestionnaire des années 80.

Et taper sur les profs est beaucoup plus racoleur et facile que de remettre en question les vieilles manières de faire managériales qu’on applique depuis 30 ans.

Oh lala! La saison d’élection s’annonce prometteuse.
En passant M.Lisée, grâce (ou à cause de) au but de Scott Gomez, peu de monde on pris connaissance de cette entrevue calamiteuse. Merci, vraiment.

@ Philippe #42

Suffit pas de passer ses « grades », faut aussi développer un esprit critique!

« Pierre Fortin est professeur émérite au dép. des sciences économiques de l’UQAM. »

économie. UQAM. Même chose que études démocratiques à l’Université de Pékin

« (lisez le prix Nobel d’économie Paul Krugman »

Cet homme n’a AUCUNE crédibilité. Il a souhaité une nouvelle bulle en 2000, qu’il a eu. Il souhaite une nouvelle guerre ou une uinvasion extraterrestre pour « stimuler » l’économie

Petite question:

Mais qui est donc lemoutongris pour discréditer un professeur d’université avec un doctorat de façon si arrogante et suffisante avec encore une fois des commentaires réducteurs et simplistes ?

Je sais très bien que le fait de possèder un doctorat ne donne pas la vérité, mais je suis quand même conscient que pour atteindre un tel niveau il faut avoir une certaine forme d’intelligence.

Alors lemoutongris donnez-moi une réponse sérieuse svp. Vos études, votre champs de compétence ?

Option Nationale propose l’école obligatoire jusqu’à 18 ans,comme en Allemagne, où le taux de décrochage est de 5%…

Revalorisons la formation professionnelle pour les élèves (souvent des garçons) moins intéressés par les matières plus académiques…

LegaulT a été l’un des pires ministres de l’ÉDUCATION DES 30 DERNIÈRES ANNÉES.

Quel clown.

@lemoutongris

« économie. UQAM. Même chose que études démocratiques à l’Université de Pékin »

Fais-en la preuve au lieu d’affirmer en l’air.

« Cet homme n’a AUCUNE crédibilité. »

Si un prix Nobel n’a pas de crédibilité, alors il en est de même avec les libertariens qui ont gagné ce prix, que les autres libertariens vantent PARCE QU’ILS ont gagné un prix Nobel.

« encore une fois des commentaires réducteurs et simplistes ? »

Un homme qui se prétend économiste et qui trouve des points positifs au salaire minimum n’est pas digne du nom

Les études sont sans importance (mais j’ai un bac) si on ne comprend pas les principes de base

@ P. Lagassé

Votre intervention #72 reflète très bien la réalité. Mon épouse était enseignante et elle a passée tous ces échelons. Quand un futur prof. sort de l’université en enseignement il n’a pas le droit d’enseigner. Il doit, avant d’enseigner, obtenir son permis d’enseignement ce qui prend environ deux ans supervisés si ma mémoire est bonne.

« On va demander à des gestionnaires (les directions d’école)… »

Je dirais plutôt gestionnaires de commissions scolaire. Les directeurs d’écoles sont le plus souvent des enseignants. Ayant souvent travaillé avec eux il se plaignent souvent de la gestion stricte des CS.

L’évaluation impressionne ceux qui n’en ont jamais entendu parler. Ces évaluation systématiques sont rares au privé. C’est très difficile a faire et sa met la chicane dans l’entreprise et les tricheurs ne manque pas le rendez-vous.

« “(lisez le prix Nobel d’économie Paul Krugman”

Cet homme n’a AUCUNE crédibilité. Il a souhaité une nouvelle bulle en 2000, qu’il a eu. Il souhaite une nouvelle guerre ou une uinvasion extraterrestre pour “stimuler” l’économie »

Encore rapporté tout croche.

Le plus grand argument est pour plusieurs la désinformation.

Ben oui pourquoi changer les choses, 240 G de dette, taux de decrochage chez les garcons a 33 %, les eleves les plus drogues au ritalin,
Sur 30 ans taux de chomage dans les plus haut au pays (28 fois sur 30)
Ca va tellement bien notre modele, tous le monde veut l’imiter et le bilan migratoire nette est tellement bon…

Bon moi je vais faire vous le commentaire suivant…..moi le débat gauche-droite je m’en fous mais ce que je remarques c,est que moi et ma conjointe dans votre système de gauche Cpe 7$ université pas cher ……on paie le même prix que ceux que moi j’identifie comme riche (100000$ de revenus familiale et plus)et ça il y en a plein au Québec Vous M Lisée en faites partis…..
Moi et ma conjoint on fait 50 à 60 k a deux et on paie le même pris pour nos services que la famille a 100k. je les vois ils viennent porter leur petit chéri en bmw moi je suis à pieds…..

Mr Legault il a un avantage il brasse la cage en essayant d’améliorer les choses….oui parfois il va trop loin…ouvrir les Conventions collectives est allez un peu loin mais au moins il propose quelque chose de nouveau…..
Moi je vous propose ceci les garderies a 7$ pour tous c’est stupide …..ce qui devrait être c,est un prix régressif avec le salaire…..tu fais moins de 40k de revenus familiale …c’est gratuit…tu fait entre 40k et 75k c’est 7$a 10$ et en haut 100k ben je m’excuses mais toit tu payes 20$ par jours ça sa serait équitable ….mais je vois les riches de 100k et plus commencer à crier hein???? dont vous mr Lisée…aie vous profitez au max des avantages que je vous procures avec mon petit salaire ça c,est l’injustice totale de votre beau système de gauche qui privilégie le riche…….

Moi j’en ai marre…..vive le changement….payons de façons régressive par rapport au salaire sur tous là sa va être équitable ….mais malheureusement au Québec cela ne marcheras jamais car les bien nantis qui nous dirige avec leur gros salaires ne l,accepterons jamais…..C’est-à dire tu fais en bas de 30k tous est gratuit tu fais entre 40 et 75K tu paies moyennement …tu fais plus de 75K tu payes deux ..voir trois plus ….là se sera juste….
à bon entenduer salut

Encore une fois manque de nuance: il y a des avantages et des désavantages au salaire minimum, cela dépend de bien des facteurs.

http://www.observateurocde.org/news/fullstory.php/aid/1843

Les études sans importance ? Vraiment? Alors je devrais m’inquiéter quand je roule en voiture sur un pont (études en génie civile), de la qualité de l’enseignement (études en enseignement), de la qualité des soins de santé (études en médecine) et j’en passe… Est-ce que vos principes représentent ceux de la base ? De votre base personnelle probablement.

Nous sommes passés de l’ère des « feseux » à l’ère des « connaisseux ». Il ne faut pas confondre des opinions (y compris les miens) pour des faits scientifiques. L’économie (de gauche ou de droite) n’est pas une science avec des lois absolues, elle est inévitablement imparfaite.

@ Christian 2003

Si vous gagnez 25 à 30K vous devez aussi prendre en considération que ceux qui gagnent 100K et plus payent pour faire garder vos enfants et payent pour vos propre soins de santé et bien d’autres.

@ Le Loup Blanc (# 80):

…et où se situe l’UQUAM dans le palmarès des 200 meilleures universités dans le monde?

Je cherche…je cherche…

Ah…tiens… au Canada, y’a McGill en 17e place, University of Toronto en 23e place, University of British Columbia en 51e, University of Alberta au 100e rang, Université de Montréal (enfin, une francophone!!!) au 137e rang, Queens University au 144e, etc…mais ô horreur, pas d’UQUAM!!!

Ça en dit long sur la qualité de l’enseignement là-bas…

Legault Poker:
« Proposer une prime aux enseignants contre un
objectif irréaliste. »….Tout un deal !

Le courage de l’inconscience !

« L’économie (de gauche ou de droite) n’est pas une science avec des lois absolues, elle est inévitablement imparfaite. »

Oui, il y en a : l’intervention du gouvernement crée des distorsions indésirables. l’Histoire en contient plein d’exemples, que j’ai énumérés souvent

@ youlle
Je m’attendais exactement à une réponse du genre de votre part…..mais ce que vous ne savez pas c’est que moi le cpe a 7$ je n,y ait pas droit car pas de place alors je paie 20$ par jour mr et vous autres gens riches vous prenez ma place …..qui pour moi serait très très utile pour mon budget….car moi Mr je ne vais pas au restaurant pas les moyens….vous j,en suis sûr vous devez y allez au moins 1 à 2 fois semaine…hein??? est-ce que je me trompe??……votre système c,est sûr vous voulez le gardez ils vous construit des ponts en or sur le dos des moins nantis…..
Voyez-vous mr ce que je commences à considérer c,est d,aller vivre ailleurs dans le Roc j,aurais pour moi et ma conjointe un beau 300$ a 400$ de plus par mois ……pis là-bas il y en a des garderies a 20$ pour moi aucune différence……

Voilà la méchantes vérité……pouvez-vous me garantir 10% d’économie sur notre revenus en restant au Québec…..hein???
la prochaine fois que vous irez au restaurant vous pourrez-vous dire que c’est grâce à ma quote part si vous êtes là ……moi avec mon impôt je paie votre sortie au restaurant….

« Oui, il y en a : l’intervention du gouvernement crée des distorsions indésirables. l’Histoire en contient plein d’exemples, que j’ai énumérés souvent »

Correction: Certaines interventions du gouvernement.

Ajout: L’absence d’intervention du gouvernement (dont la réglementation) rend le système ingérable et il s’écroule. La crise de 1929 est un excellent exemple. Pendant 3 ans, les Républicains ont laissé le « marché » (cette curieuse entité abstraite) agir parce que la théorie disait qu’une intervention de l’État empirerait les choses et que le marché était capable de s’autoréguler lui-même. Résultat: la situation ne cessait de se détériorer et il a fallut le New Deal pour sauver le capitalisme.
Le laisser-aller en économie est aussi ridicule que prétendre qu’on n’a pas besoin de lois, de police et de système de justice parce que la « société peut s’autoréguler elle-même » (ce qui se produit effectivement quand l’État se désagrège, mais de manière terriblement imparfaite: mafia, tong, yakuza, seigneurs de la guerre, milices, etc. viennent combler le vide pour « maintenir l’ordre ». Mais ce n’est pas ce qu’on souhaite et c’est loin d’être efficace et toujours terriblement injuste et oppressant).

Et il ne faut pas perdre de vue que l’économie n’est pas uniquement une affaire de spécialistes: C’est d’abord et avant tout un phénomène social, auquel nous contribuons tous. C’est donc normal que les autorités qui sont censés nous représenter collectivement agissent sur ce phénomène social.
Voudrait-on d’une société sans loi du travail ? Sans norme interdisant: le travail des enfants, le mauvais traitement des employés, l’absence de normes de santé et de sécurité, etc. ?

Bien sûr que cela créé des « distorsions ». Tout cela vise à restreindre la « loi du plus fort ».

Et pensez-y, sans la nationalisation de l’électricité:
– la grande majorité de la population n’aurait toujours pas d’électricité
– pas de grands barrages (tous les grands barrages dans le monde ont été faits par intervention de l’État, parce qu’aucune entreprise n’a les reins assez solides pour de tels projets et n’aurait de toute façon l’intérêt d’un investissement tellement long à amortir)
– l’État se priverait de centaines de millions de dollars en dividendes chaque année
– l’État, les hôpitaux, écoles et jusqu’à nous-mêmes paierions l’électricité au « prix international », c’est-à-dire plusieurs fois le prix coûtant

Autant un contrôle total de l’État serait nuisible, autant l’absence d’implication de l’État serait désastreux. Ce qu’il faut, c’est trouver le bon équilibre au lieu de se raccrocher à des dogmes économiques datant d’il y a deux siècles.

@ Luc Boivin (# 89):

Un « objectif irréalisable »… Hum!

Pourrait-on savoir SVP quel est cet « objectif irréalisable » Monsieur Boivin parce qu’à ce que je sache, Legault n’a encore évoilé aucun de ces objectifs…

» Pendant 3 ans, les Républicains ont laissé le “marché” (cette curieuse entité abstraite) agir parce que la théorie disait qu’une intervention de l’État empirerait les choses et que le marché était capable de s’autoréguler lui-même »

POUAQHAHA!!! merci de ce brin d’humour

Hoover était un interventionniste jusqu’à le moelle. Dès les premiers signes que la bulle CRÉÉE PAR LA FED explosait, il a injecté de l’argent comme jamais auparavant : travaux publics, tarifs douaniers encore plus prohibitifs…

Roosevelt n’a fait que continuer ce que Hoover avait entamé

»
Voudrait-on d’une société sans loi du travail ? Sans norme interdisant: le travail des enfants, le mauvais traitement des employés, l’absence de normes de santé et de sécurité, etc. ?

Oui, parce que c’est complètement futile. Un employeur, dans un marché complètement libre, qui maltraite ses employés n’en aura pas très longtemps.
Le travail infantile s’est rendu caduque lui-même grâce à la croissance économique encouragée par le libre-échange

@ Christian 2003 # 61

Respectueusement,

« …mais ce que vous ne savez pas c’est que moi le cpe a 7$ je n,y ait pas droit car pas de place… alors je paie 20$ par jour mr et vous autres gens riches vous prenez ma place»

Oui il manque de place en garderies, mais autant pour les riches que pour les pauvres et la loi interdit formellement le favoritisme. Il faut se rappeler qu’il y a quelques années, il n’y avait aucune. Quand mes enfants sont nés c’était le cas et il y avait bien moins de garderies qu’aujourd’hui. Il fallait se trouver soit des amis des parents ou fouiller dans les annonces. Ma mère gardait les enfants une fois par semaine. Je vous jure qu’au moment où mes enfants sont nés les restaurants absolument exclu$. Leur mère gagnait bien moins cher que vous comme enseignante à temps partiel.

Pourtant aujourd’hui, moi et ma compagne qui n’avons jamais eu droit aux garderies ni aux congés parentaux, nous en payons pour les autres et nos enfants et c’est bien comme cela.

« …moi Mr je ne vais pas au restaurant pas les moyens….vous j,en suis sûr vous devez y allez au moins 1 à 2 fois semaine…hein??? est-ce que je me trompe?? »

Oui vous vous trompez, mais j’aurais les moyens d’y aller. Je suis bon cuisinier et pour cette raison, les restaurants deviennent bien moins intéressants. Étant partiellement retraité je fais la cuisine pour trois. Je prépare à l’avance les lunchs de ma compagne et d’une amie handicapée. C’est mon côté industriel. De plus c’est moi qui prépare les purées pour les bébés sans espérer qu’ils penseront à moi. Il y en a un autre qui est né hier.

« Voyez-vous mr ce que je commences à considérer c,est d,aller vivre ailleurs dans le Roc j,aurais pour moi et ma conjointe un beau 300$ a 400$ de plus par mois ……pis là-bas il y en a des garderies a 20$ pour moi aucune différence…… »

Alors Monsieur dans votre considération étudiez tous les paramètres. Vous devez considérer que les logements sont plus chers à l’extérieur du Québec. Vous devez aussi considérer que le coût de la vie y est plus cher : les assurances auto, la bouffe, et biens d’autres dépendant de l’endroit. C’est vite « pété » 5000$ de différence dans une année.

Une bonne partie de ma famille ont essayé aux états et ils ne sont pas mieux qu’ici. D’ailleurs mon fils est allé travailler dans le ROC un peu plus d’un an. Son but était différent du vôtre, c’était pour apprendre l’anglais. Malgré sa bonne compétence c’est la période la plus pauvre de sa vie. Il était contremaître.

« … moi avec mon impôt je paie votre sortie au restaurant… »

Non Monsieur. Si les données que vous nous avez données sont vraie, vous ne payez pas ou presque pas d’impôt. L’impôt c’est l’impôt, ce n’est pas les cotisations à l’assurance emploi et les cotisations au régime de rentes du Québec ou les assurances et les cotisations syndicales, c’est l’impôt, provincial et fédéral.

Cela étant écrit il est faux de dire que les 38% qui ne payent pas d’impôt au Québec ne payent pas. Ils payent des taxes de vente, sur l’essence, l’alcool et autres.

Bonne journée!

@ youlle
Bon je vois que l,on est engagé dans un dialogue de sourd mais je vais au moins vous dire ceci. Mon salaire est de 38k et je paie 8k d,impôt ce qui est 21% ma conjointe autour de 15% elle fait 17 a 18K c’esr 2a 3k alors votre point que je paie pas d’impôt est faux ,faux ,faux, et c’est en plein cela qui me fait suer des Québécois ils pensent que l’autre ne paie pas. En plus moi je n’ai pas droit au retour de Tps et tvq car revenus familiale en haut de 40k.
pourquoi j’ai de tel donné …j’ai la chance que mon beau-frère est avocat-fiscaliste ….donc mon comptable et gratuit à part ça .
Puisque vous vous servez de votre milieu je vais me servir du miens….tous mes amis font des salaires 100k familiales et pas un n’a pas de garderies a 7$ trouvé la logique ….hein? deplus c,est gens pour la plupart ça travailles a hydro-Qubec ,SAQ, Revenus Québec ou Canada ,Prof ….pis ça a des chalets et 2 autos par familles pis ça chiâlle la fin de semaine qu’ils paient trop impôts et de taxes qu’ils ne peuvent pas arriver . Pis allez vivre ailleurs…..mon secret regardez un peu comment côutun logement en banlieu de ottawa…..de plus la taxes de ventes en Ontario est a 6% …ah oui Pis les beer store et alcool store j’y vais souvent c’est moins cher que la Saq ici 15 a 20% moins cher …informer vous monsieur …..De plus le linge faite 100 km plein sud allez dans une Factory outlet aux Usa ….2 pairs de Jeans Lévis pour 40$ ici au centre Eaton les même Jeans 80$ la paire 2 paires 160$ + la taxes 200$ ….
De plus les chers restaurants ….Au Québec je n’y vais pas….mais l’an passé à ma fête ma soeur me donne un coupon de Steakhouse aux usa …je dit parfait en allant refaire mon garde robe là-bas on va utiliser le coupons …..eh bien tenez vous bien ça ma couté 80$ vin inclus ici un repas pour deux chez bâton rouge même affaire vin steak etc….160$
Et vous allez me dire que que le cout de la vie et le même à l,etérieur du Québec ….Faux,Faux ,archi faux……Mr Promenez vous un peu vous allez voir c’est beaucoup moins cher ailleurs que au Québec….Tous est plus cher ici beaucoup plus cher…….
Bonne journée et souhaiter moi un bon déménagement….

@ P. Lagassé (# 92):

1- la grande majorité de la population n’aurait toujours pas d’électricité

FAUX et pure spéculation. Plusieurs pays n’ont PAS nationalisé l’électricité et leurs citoyens y ont accès!

– pas de grands barrages (tous les grands barrages dans le monde ont été faits par intervention de l’État, parce qu’aucune entreprise n’a les reins assez solides pour de tels projets et n’aurait de toute façon l’intérêt d’un investissement tellement long à amortir)

FAUX. Pure spéculation. Les barrages ont été construits selon les ressources hydroliques de l’endroit où elles se trouvent. Si elles représentent un atout financier, le privé les construira.

– l’État se priverait de centaines de millions de dollars en dividendes chaque année

Tant mieux. Ça leur ferait MOINS d’argent à GASPILLER!

– l’État, les hôpitaux, écoles et jusqu’à nous-mêmes paierions l’électricité au “prix international”, c’est-à-dire plusieurs fois le prix coûtant

VRAI et nous gaspillerions moins cette énergie, et nous y investierions plus de fonds car plus rentable. Les hôpitaux, écoles, etc. seraient privées et ainsi plus efficaces et moins dispendieux qu’actuellement parce que confrontés à la saine compétition.

Il faut PRIVATISER Hydro-Québec!!!