L’ennui du simple député

Les députés provinciaux auraient-ils trop de temps libre?

Sam Hamad et Martine Ouellet (Photos: PC/Jacques Boissinot et PC/Graham Hughes)
Sam Hamad et Martine Ouellet (Photos: PC/Jacques Boissinot et PC/Graham Hughes)

La politique, c’est difficile. C’est prenant. On a vu plus d’un élu démissionner pour passer plus de temps avec sa famille, d’abord, et plus de temps dans son nouvel emploi dans le secteur privé, ensuite.

Être député, c’est travailler fort, même le samedi. Et s’il y avait une journée de plus dans la semaine, on y planifierait sans doute un souper spaghettis où aller serrer des mains.

Ils font des heures de fous, nos députés! En tout cas, c’est ce qu’on nous répète tout le temps. Et pourtant…

Sam Hamad a été exclu du Conseil des ministres en avril 2016. Depuis, Sam, le magicien des mots, le grand maître de la phrase qui déboule les marches, mon ami Sam, il s’ennuie. Il «fatigue assis dans le bureau de comté», nous révèle Le Soleil.

Pauuuuuuvre Sam! Tous les problèmes de sa circonscription de Louis-Hébert étant réglés (on présume), le voilà qui se tourne les pouces derrière son bureau. Peut-être pourrait-il se mettre au tricot? Ou alors faire des sudokus? Relire les pages roses du dictionnaire? Inventer, finalement, la roue à trois boutons?

«Attendre, attendre, c’est long» et «pas facile». «Je ne “tofferai” pas des années», nous prévient-il, sous-entendant que s’il ne redevient pas ministre, il pourrait quitter son poste.

Prendre soin d’une circonscription de 56 000 âmes, c’est à peine assez pour sortir Sam de son lit le matin. Quand on lui parle des problèmes triviaux de son coin, Sam fait semblant d’écouter pendant que son esprit vagabonde et imagine ce qu’il pourrait faire d’intéressant s’il était quelqu’un d’important, s’il était ministre.

«Simple député», c’est pour les nuls. Sam, lui, c’est ministre ou c’est rien. Et en attendant un remaniement qui ne vient pas, Sam est un député qui a plein de temps libre et qui s’ennuie. «Sad», conclurait un certain président.

Une autre qui semble avoir l’agenda étonnamment léger, c’est Martine Ouellet.

Elle se lance dans la course à la chefferie du Bloc québécois et elle n’a pas l’intention de quitter son poste de députée à Québec si elle l’emporte. Ici, «si elle l’emporte» n’est utilisé que pour la forme, on s’entend. Au Bloc, ses adversaires sont une mitaine de four avec un trou dans le pouce et une patate qui commence à germer. Martine Ouellet devrait gagner.

Déjà, on a hâte de la voir défendre les positions de Gaétan Barrette devant le gouvernement Trudeau à Ottawa le lundi, avant jouer son rôle de députée d’opposition qui trouve que Barrette ne fait pas bien son travail à Québec le mardi.

Les électeurs de la circonscription de Vachon ne souffriront pas du double emploi de madame Ouellet, qui nous assure que c’est possible d’être chef d’un parti fédéral ET députée à l’Assemblée nationale. Son plan est simple: une journée à Ottawa, trois à Québec et trois dans son comté.

Laissez-moi sortir ma calculette, mon calendrier maya, mon boulier et mon astrolabe… Hum… Un jour, trois jours, trois jours… Ha. C’est bien ce que je pensais: son plan, c’est de travailler sept jours sur sept, en cumulant au passage à peu près 10 heures de déplacements d’une ville à l’autre chaque semaine. Martine Ouellet s’engage à être la Gregory Charles de la politique! Elle dormira quand le Québec sera indépendant!

Député, ce serait donc un emploi extrêmement prenant qui t’empêche de voir ta famille ET un truc léger qui laisse du temps pour faire autre chose sur le côté? On apprécie le fait que, en restant députée provinciale, elle nous permette d’économiser collectivement le prix d’une élection partielle, mais on a des doutes.

Et puis, si Martine Ouellet décidait finalement de ne pas cumuler les deux postes, Sam Hamad pourrait aller s’occuper de sa circonscription. Paraît qu’il n’a rien à faire, ces temps-ci…

**

Mathieu Charlebois blogue sur la politique avec un regard humoristique.


À lire aussi:

La machine à radicaux


Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

23 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Drôle comme toujours, mais Impossible votre scénario – Martine Ouellet ne peut pas défendre les positions de Barette devant M. Trudeau le lundi pour deux raisons: le Bloc ne formera jamais le gouvernement, et les questions des députés ne s’adressent qu’au gouvernement. L’opposition ne défend rien, ne répond de rien, n’est pas responsable. De plus, et surtout, Mme Ouellet ne peut pas selon les lois électorales canadienne et québécoise cumuler les postes de député à Ottawa et de député à Québec.

Je soupçonne qu’elle aurait plus de temps à consacrer à ses electeurs que ses collègues à Québec qui commenceront cet été à se préparer pour l’élection de 2018.

Actuellement, comme députée avec le personnel de son bureau elle a suffisamment de temps pour répondre à toutes les demandes dans la circonscription de Vachon comme elle en avait pendant les 2 campagnes à la chefferie qu’elle a faites partout au Québec. Quand, elle était ministre en 2012 c’est à ce moment qu’elle était le moins disponible à Longueuil St Hubert.
Alors, voyager et travailler en même temps avec un chauffeur ça va , puis pour les dossiers du Bloc est n’a pas à aller à Ottawa à chaque semaine à Montréal les grands médias québécois font la couverture fédérale .Et À Québec comme elle n’a plus à assister au caucus du PQ elle a plus de temps pour discuter plus que ses seuls dossiers d’énergie ressources naturelles ou communications … elle peut en dire autant qu’elle le désire sans avoir à suivre la ligne de parti .

Sauf que la couverture média se fait à Ottawa, avec la presse parlementaire. On ne dépêchera pas un journaliste de Montréal ou Québec exprès pour elle. Ça crée déjà des situations confuses où elle convoque des points de presse à Québec pour parler de l’ALENA. Pourquoi devrait-on se soucier de la position de la députée provinciale de Vachon sur l’ALENA? Il faut comprendre qu’elle le fait à titre d’aspirante-chef du Bloc dans la mesure où ce n’est pas un dossier qui concerne particulièrement Vachon. Elle mobilise des ressources au Parlement de Québec pour se positionner sur des dossiers fédéraux. Ce ne sera pas tenable à long terme.

Beau scénario, mais croyez-vous sincèrement que les politiciens de l’Assemblée nationale ne parleront pas de l’Aléna quand les négociations toucheront des industries québécoises?

En fait, Couillard et Lisée n’ont-ils ps déjà commencé à en parler?

Madame Ouellet peut passer son temps libre au Bloc. Elle en aura plus que les députés de l’Assemblée nationale qui chercheront à se faire réélire en 2018. Le leader parlementaire du Bloc peut continuer son travail. Le Bloc demeure un parti qui ne cherche à faire élire des députés qu’au Québec, les médias québécois lui sont bien plus utiles..

1% de la tâche d’un député est de dire comme son chef, agir comme son chef et approuver toutes les décisions de son chef.
9% pour les commissions parelementaires.
Le reste de son temps lui appartient. Il travaille alors à sa ré-élection.
Que peut bien faire un représentant de comté pour un électeur? Surtout s’il est dans l’opposition?

Rappelez-vous Yves Bolduc dont la situation fut décriée par les péquistes de l’époque:

« En juillet 2014, des médias rapportent que pendant les 19 mois où il a été député dans l’opposition, Yves Bolduc aurait pratiqué la médecine et pris en charge environ 1 500 patients… »

Martine serait-elle une autre Yves Bolduc en devenir???

Et de plus M. Bolduc a eu double rémunération: Celle de l’Assemblée nationale et celle de la RAMQ. Comme c’est beau L’éthique des libéraux

C’est la même chose pour Amir Khadir. Cela dit, dans le cas de Bolduc, il était l’un des plus assidus au Parlement; sa pratique n’a donc pas affecté sa présence à l’Assemblée ou en commission, sans compter que sa circonscription était à Québec, ce qui limitait les déplacements.

L’éthique des péquistes: Rapport Moisan!!!

Et c’est sans parler de l’argent sale ($200,000.00!!!) que le PQ doit toujours rembourser au DGEQ alors que les autres partis politiques ont déjà fait amende honorable, des employés politiques propagandistes payés à même le budget de fonctionnement de l’Assemblée Nationale (tiens…comme le Bloc…), de PKP qui tarde encore à rembourser de l’argent au DGEQ, etc…

Bref, le PQ n’a aucune, mais alors aucune leçon de probité à donner à quiconque.

Martine veut être cheffe d’un parti peut importe la gymnastique requise pour y arriver. être cheffe de parti ça fait glamor! Ça paraît bien dans un C.V.

Quant à moi, je pense que Martine Ouellet est une boule d’énergie. La voir à l’Assemblée nationale (chef-lieu de la Nation québécoise) et en même temps chef du Bloc à la Chambre des Communes (chef-lieu du ROC) serait simplement savoureux. Juste pour le côté ironique de la chose, j’aimerais voir cela.
Pour en revenir au Québec, eh bien on va rajouter prochainement un autre bon libéral à la liste des députés indépendants semble-t’il…

A entendre parler Martine Ouellet lors de son entrevue avec Mario Dumont à LCN, elle est facilement capable de cumuler la fonction de député à Québec et de s’ occuper d’ un mouvement séparatiste ( groupuscule appelé Bloc québecois ) à Ottawa ! Eh ! Bien! Titine pour nous faire avaler la couleuvre sans qu ‘ on s’ en apperçoive nous explique qu’ elle va devenir député indépendante pour l’ image mais qu’ elle restera en contact constant avec le caucus du PQ !!! Pour ce qui est d’ Ottawa elle resteras oficiellement en contact constant avec SON caucus car elle va devenir cheffe de ce groupe qui veut séparer le pays à Ottawa! En tout cas moi j’ y vois quand même un petit peu de positif ! En effet elle va peut-être réveiller de leur profond sommeil les plantes vertes libérales qui sont supposées défendre les intérêts du Québec à Ottawa !! Non pensez-y un petit peu ; quand il faut compter sur une députée péquiste à temps partiel au provincial pour mettre un peu de marde dans le fan à Ottawa; faut-tu être mal pris !!!

Il serait grand temps de faire comme en Ontario, c-à-d réduire le nombre de députés et faire correspondre les comtés avec ceux du fédéral. On passerait de 125 à 78 députés. L’Ontario , avec presque deux fais la population du Québec, vit très bien avec 102 députés provinciaux. Aussi, la carte électorale serait bien moins politisée en suivant le découpage fait au fédéral. En plus on sauverait beaucoup d’argent

Très…très…très bonne idée.

Si Titine peut s’occuper de son comté à demi-temps, c’est effectivement qu’il y en a trop.

Ça paraît que vous ne connaissez pas Martine Ouellet personnellement, car depuis qu’elle est en politique, elle a travaillé 7 jours sur 7. Ministre des ressources naturelles et 2 courses à la chefferie.

Et puis après, quand bien même qu’elle travaillerait 8 jours /sem ; c’ est indécent et surtout indéfendable cette situation ! Tu es payée pour être dans ton compté et pour siéger à l’ assemblée nationale et non pour faire de la politique à Ottawa et être payé par l’assemblé nationale du Québec

Ce double emploi génère tellement de malaise que même son propre chef, Lisée, désapprouve ce genre de chose.

Elle incarne l’aile séparatiste radicale du Québec ce qui ferait en sorte que si elle fait le saut au Bloc, les plus pressés se retrouveraient à…Ottawa et les plus tièdes et modérés à …Québec avec Lisée qui n’en finit plus de retarder l’inévitable effondrement du PQ.

Les singeries des séparatistes m’étonneront toujours. N’importe quoi pour faire entrer le peuple québécois dans leur cage à homards.

Hier, on a eu droit à la première question de Titine en tant que députée indépendante à l’Assemblée nationale et elle confond déjà les deux parlements.

Ça promet…:
http://www.journaldemontreal.com/2017/02/14/martine-ouellet-accusee-par-les-liberaux-de-detourner-les-fonds-de-lassemblee-nationale

Wow le bouffon qui exige le respect de ses interlocuteurs et qui se permet d’appeler Martine Ouellet par le surnom a tout le moins irrespectueux de « Titine ».

Sa question était tout a fait légitime puisqu’elle visait le bois d’œuvre et le lait diafiltré et que ça concerne les travailleurs québécois.

Le respect dans l’esprit de notre grand démagogue est-il one way?

Question parfaitement légitime, oui…à Ottawa!!!

Combien d’usines de bois d’oeuvre et de lait y-a-t’il dans son comté déjà???

Vous semblez oublier qu’elle est une députée INDÉPENDANTE maintenant et qu’il est très…très rare que ce genre de député questionne le parti PROVINCIAL au pouvoir sur des enjeux INTERNATIONAUX et qui plus est, compte tenu de sa position ambigüe par rapport au Bloc québécois qui végète à OTTAWA, ça frise le détournement des fonds de l’Assemblée nationale. D’autant plus que le provincial n’a rien à faire dans ces dossiers de compétence FÉDÉRALE.

http://www.journaldemontreal.com/2017/02/06/malaise-a-quebec-autour-de-martine-ouellet

Extrait: « «Personnellement, je privilégie l’hypothèse du non cumul. En regardant les avantages et les inconvénients, je crois qu’il serait préférable qu’elle ne siège pas à l’Assemblée nationale tout en étant chef du Bloc», a déclaré Jean-François Lisée. »

Fin de l’extrait.

Et ça vient de Lisée…