L’épreuve Twitter du président

Dès son entrée en fonction, en janvier prochain, Donald Trump héritera de @Potus, le compte Twitter officiel du président des États-Unis.

(Photo: C. Somodevilla/Getty Images)
(Photo: C. Somodevilla/Getty Images)

Tous les tweets publiés par Barack Obama depuis l’ouverture du compte, le 18 mai 2015, seront alors supprimés, ce qui laissera un compte vierge à la disposition de Donald Trump. Le même traitement sera réservé aux autres comptes officiels rattachés à la présidence d’Obama, comme @WhiteHouse (compte de la Maison-Blanche), @VP (vice-président) ou @Flotus (première dame).

Tous les micromessages de ces comptes ne disparaîtront pas. Ils seront mis à la disposition du public par la National Archives and Records Administration, entre autres dans un compte créé pour l’occasion: @Potus44 (Barack Obama étant le 44e président des États-Unis).

C’est à l’initiative du président Obama que l’administration américaine s’est abonnée à Twitter, Facebook, Snapchat et autres Instagram. Bien qu’il doive bientôt céder @Potus (et ses 11 millions d’abonnés), Obama pourra toujours continuer à tweeter depuis son compte personnel, @BarackObama, suivi par 78 millions de personnes.

M. Trump, lui, compte 14 millions d’abonnés sur @realDonaldTrump. Reste à savoir s’il se servira de @Potus comme de son compte personnel, où il s’en prend régulièrement à ses adversaires sur un ton hargneux et vindicatif. Son équipe de campagne lui a d’ailleurs interdit d’écrire quoi que ce soit sur Twitter dans les derniers jours de la campagne électorale, pour éviter toute polémique…