Les amitiés toxiques de Tomassi

Mafia. Tony Tomassi. Décontamination des sols. Ingérence politique. La commission Charbonneau a trouvé les ingrédients d’une recette toxique.

L’enquête a fait du surplace toute la semaine, jusqu’à ce que le cofondateur de Carboneutre, une firme de décontamination des sols infiltrée par la mafia, déballe son sac. Benoit Ringuette a jeté la honte sur l’ex ministre de la Famille, Tony Tomassi.

Selon le témoin Ringuette, le député libéral était assez proche de l’entrepreneur Domenico Arcuri pour le tutoyer et l’aider à obtenir, pour Carboneutre, un certificat de décontamination des sols avec métaux lourds.

En août et septembre 2009, M. Tomassi a fait du lobbying pour Carboneutre, en organisant la tenue de deux rencontres avec François Crête, le chef de cabinet de la ministre de l’Environnement, Line Beauchamp, et des fonctionnaires du ministère. Le but? Forcer le ministère à délivrer plus rapidement à Carboneutre un certificat de décontamination temporaire pour le traitement des sols avec métaux lourds. La firme infiltrée par la mafia obtiendra l’autorisation convoitée en mai 2010, alors que ses concurrents en seront privés. Tout un avantage concurrentiel.

L’amitié de Tony Tomassi avec Domenico Arcuri, ce n’est pas rien. Arcuri est lié à la mafia. Il a fait partie du cartel des entrepreneurs à Montréal. Lors de l’opération Colisée, il a été filmé à 45 reprises au café Cosenza, le quartier général du clan Rizzuto. En novembre 2010, à la suite de l’assassinat du parrain Nicolo Rizzuto, M. Arcuri et un deuxième actionnaire indésirable de Carboneutre, le caïd Raynald Desjardins, seront impliqués activement dans la réorganisation de la mafia.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Tony Tomassi choisit mal ses amis. Bien sûr, il pourra plaider l’ignorance. Après tout, c’est le propre de la mafia de ne pas annoncer ses couleurs lorsqu’elle s’apprête à infiltrer la politique, l’économie légale… ou les deux.

La où le bat blesse, c’est quand le chef de cabinet de la ministre Beauchamp vient expliquer comment il a fermé les portes du ministère de l’Environnement aux «gens louches» de Carboneutre.

François Crête ne connaissait pas le profil de Domenico Arcuri. L’avocat d’une firme concurrente de Carboneutre, Michel Yergeau (il est aujourd’hui juge) l’a mis en garde. Et?

Et c’est presque tout. Sans poser de questions, sans faire de vérifications, M. Crête a dit à Tony Tomassi de ne plus ramener les hommes de Carboneutre à son ministère. M. Tomassi avait l’air «sonné», comme un petit garçon pris «en train de faire un mauvais coup».

M. Crête n’a surtout pas cherché à en savoir plus. Il n’a pas prévenu la direction du Parti libéral. Qui était derrière Carboneutre? Que savait Tony Tomassi de Domenico Arcuri? Quelle était l’étendue de leurs relations?

Autant de questions qu’il ne fallait surtout pas soulever, de peur de trouver des réponses.

C’est finalement pour avoir utilisé une carte de crédit payée par la firme de sécurité BCIA que Tony Tomassi sera chassé de la grande famille libérale. D’abord dépossédé de son ministère, en mai 2010, il quittera la vie politique en mai 2012.

Gracieuseté de l’indolence libérale, il a pu s’accrocher à son siège de député pendant près de trois ans de trop.

Laisser un commentaire