Les Anglos et le français: le débat continue

Restons zen...

Notre dossier sur les Anglos et le français a créé une petite tempête dans les médias anglophones du Québec.  Tout y a passé: la méthodologie, la formulation des questions et, pour quelques-uns, la présence dans le dossier de votre blogueur favori, qui ne semble pas être le favori de tous.

L’attaque la plus surprenante est cependant venue de Jack Jedwab. Le directeur de l’Association des études canadiennes avait pu longuement — et sobrement — donner son point de vue sur le sondage dans les colonnes du magazine, juste après mon analyse. Son nom apparaît d’ailleurs sur la couverture du numéro.

Jack Jedwab, dans les deux langues officielles

Notre surprise fut donc grande de lire une critique vitriolique de notre numéro dans les pages de The Gazette de samedi dernier. Omettant d’informer ses lecteurs anglophones qu’il avait été invité par L’actualité à commenter la chose ou que Josh Freed était blogueur invité pour deux semaines sur notre site, Jack nous a reproché de ne pas avoir voulu ouvrir un dialogue (!!).

Puis il m’a accusé personnellement d’avoir sciemment imaginé des questions pour démontrer que les Anglos ne sont pas intégrés, donc pour souffler sur les braises de la discorde linguistique.

La Gazette a bien voulu publier la réplique que j’ai préparée. La voici, dans la langue de Shakespeare:

J’avais intitulé mon texte:

My not-so-hidden agenda

Mais la Gazette a titré plus sobrement:



Poll result surprised L’actualité

Magazine expected bilingual anglos to be more sympathetic to French

By JEAN-FRANÇOIS LISÉE, The Gazette March 29, 2012

I’m a pretty straightforward guy. I say, and write, exactly what I think. After 12 books, some say I actually have a way with words. Imagine my surprise then, upon reading Jack Jedwab’s piece last Saturday on L’actualité’s survey of anglo Quebecers (Opinion, March 24, « A survey that sets up Quebec anglos to fail the integration test »).

« Lisée implies » this or that, writes Jedwab.

Some other impure thought « appears to be the verdict » of Lisée, he adds.

I didn’t recognize any of my thinking in Jedwab’s attempt to interpret my work. For instance, there is absolutely no mention or allusion to the notion of « integration » in my article. So let me announce that, as a translator of my views for Gazette readers, he’s fired.

Since 2000, I have been on record as a proponent of the reframing of Quebec’s language policy with long-term security as a common goal – a common goal for the francophone majority, for the English-speaking community and for First Nations.

I wish for a time when all Quebecers will feel they have a stake in securing the predominance of the French language in Quebec, in securing the rights and vibrancy of the Quebec English speaking community and in enabling a robust culture, including linguistic resilience, for the First Nations. In this more inclusive vision for the future of languages in Quebec, should we ever come to see that we are falling short with respect to one of these objectives, I think we ought to act together to correct the situation.

I am also, of course, a separatist, as are, as of last week, half of francophone adults in Quebec. I was also the author of former Premier Lucien Bouchard’s notable Centaur Theatre speech to anglo Quebecers after the 1995 referendum. (Remember when he said: « When you get to the hospital, you might need a blood test, but you certainly don’t need a language test »? Well, those were my words.) So that is my not-so-well hidden agenda.

In conceiving L’actualité’s survey, we simply wanted to have a better understanding of the current reality of anglo Quebecers’ use of French – and of their views on the future of French in Quebec.

We made sure to inform our readers of the massive growth in both their knowledge of French and their interactions with French-speakers. (Ironically, Jedwab, in calling in his piece for « dialogue, » forgot to mention that he makes these very same points with respect to French and interactions in a long Q&A interview that was published in the same issue of L’actualité, the current April 15 issue, in which our survey can be found.

To our surprise, we found that there was a disconnect between the considerable – and admirable – investment that anglo Quebecers have been putting into acquiring a knowledge of French and their apparent lack of concern for either the future of French in Montreal or the rights of francophones.

Yes, it came as a surprise to us that 63 per cent of Englishspeakers feel, that « as a rule, » « large Montreal corporations should be allowed to hire unilingual anglophones as managers, even if this means that French-speaking employees need to work in English. » We thought, naively it would seem, that this had been settled decades ago. That the proportion is higher still in the 18-to-34 age group (77 per cent) had us genuinely scratching our heads.

We were also baffled to find that 63 per cent of anglo Quebecers disagreed with the following statement: « The predominant position of the French language is the key component of Montreal’s originality. Without it, the city would lose its soul. » Naively, we thought this was a given.

We were taken to task by some for having asked English-speaking respondents if « as a citizen of Quebec, I feel it is my duty to do my part to make sure that French remains the most important language here. » Let me point out right away that 28 per cent of them answered yes. The proportion rises to 37 per cent in the 55-plus age group. A significant portion was therefore not antagonized by the question. Our expectation had been that 80 per cent or so of anglo Quebecers who had made the effort to learn French and send their kids to immersion school would simply say: « Yes of course! That’s exactly what I’m doing! »

We did not expect that a majority of respondents would reject the idea of contributing to Quebec’s distinctiveness – especially not the younger ones.

In the Jedwab Q&A, he is quoted as pointing out that it is « tough to ask anglos to show solidarity with the majority in a linguistic conflict where they are perceived as the problem. » And much of the reaction points to that understandable defensiveness.

It seems that most anglo Quebecers are individually invested in adapting to a French-speaking environment, but show a strong reluctance to identify with the collective objective of maintaining that environment.

We at L’actualité are totally aware that the questions asked reveal just as much about the questioner as the respondents. The questions reflect exactly what we, bilingual Frenchspeaking journalists, wanted to know. The answers reflect exactly what the respondents wanted to say.

Now the question is: Can we all handle these truths?

Jean-François Lisée is an author and journalist, and was an adviser to former premiers Jacques Parizeau and Lucien Bouchard.

Laisser un commentaire

On dirait bien que la seule façon de s’assurer que le français reste la langue principale au Québec, ce soit en l’imposant.

Nous devons donc remballer notre belle confiance de voir nos concitoyens anglophones participer à la survie et au développement du fait français en Amérique du Nord.

Donc à la guerre comme à la guerre. Nous devons adopter une nouvelle loi 101; nous devons exiger l’utilisation de la clause nonobstant; nous devons donner des dents à cette nouvelle loi 101.

Cessons de nous leurrer. Jamais nous n’aurons jamais le support de ceux et celles qui se voient toujours comme les maîtres conquérants du Québec. Le rapport de force sera toujours nécessaire. Cessons de nous faire des illusions à ce sujet.

«Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.»
[Winston Churchill]

L’attaque la plus intéressante vient de Henry Aubin, en page A2 de The Gazette d’aujourd’hui. Pourtant, vous n’en parlez pas!

De plus, vous oubliez de mentionner que vous êtes membre du comité Marois sur la souveraineté.

Henry Aubin déconstruit le sondage de l’Actualité dont vous avez été l’un des constructeurs. Bonne et excellente lecture:

http://www.montrealgazette.com/opinion/Henry+Aubin+blame+anglos+French+decline/6376026/story.html

Henry Aubin note entre autre à quel point les réponses qui vous tracassent étaient des réponses à des questions vagues ou confuses utilisant des mots vagues ou irritants comme “meaningful”, “predominant” (on sens ici la “domination” si chers au PQistes), “duty”, etc.

Quelques extraits pertinents:

» L’actualité got Jean-François Lisée, an adviser to a series of Parti Québécois leaders as well as a journalist, to write two reports on the poll. Bear in mind that anxiety over the status of French is what drives public support for the PQ and that the party’s leader, Pauline Marois, last month named Lisée to her 12-member Comité sur la souveraineté to brainstorm ways to win a referendum. (…) Nowhere does the magazine identify him as a PQ stalwart. Indeed, nowhere does it mention that Lisée actually helped plan the poll, something Beaulieu acknowledged to me in an email. (…)

If you look at CROP’s hard data, you’ll see that 48 per cent had indeed answered “No” when asked if they ever had a “meaningful contact with the French language.” But the term “meaningful” is fuzzy. So is “contact.” Lisée gives too much importance to a confusing question.

Lisée stresses that 63 per cent disagreed somewhat or totally with the statement, “The predominant position of the French language is the key component of Montreal’s originality. Without it, the city would lose its soul.” Respondents might have had two problems with that. First, the word “predominant” sounds too much like domination. (“Primary” would be a less grating word.) Second, even francophile anglos might take issue with the overall sentiment. Anglos happen to have helped build Montreal (just look at most of the architectural gems). (…)

The poll finds that 72 per cent say it is not their “duty to do my part to make sure that French remains the most important language here.” Lisée scowls at what he says is a “massive dissociation from the combat” for French. But “duty” implies a solemn moral obligation. Most anglos might respect the cause for protecting French, but why should they embrace it as their own battle? (…)

But hold on. Just as the choice of words can affect the poll, so can the nature of the sampling. CROP quizzed only 129 people in this young group – a small number from which to draw hand-wringing conclusions. This is also the most mobile generation. It includes students and immigrants who spend a few years in Montreal, then move on. (The poll’s “anglophones” include foreign-born allophones who speak English.) There might be enough such freewheelers to affect the results.

Je suis d’accord avec Aubin. Plusieurs questions sont très mal formulées. Un poll d’opinion est une chose trop sérieuse pour être laissée entre des mains de partisans comme vous. Je ne dis pas que ce poll est pire que d’autres polls. Je dis qu’il ne recontre pas les exigences de tout esprit scientifique le moindrement sérieux et attentif.

Si je comprends bien, au Québec:

Pour la plupart des francophones, le bilinguisme individuel est souhaitable, mais le bilinguisme institutionnel est à rejeter.

Pour la plupart des anglophones, le bilinguisme individuel ET le bilinguisme institutionnel sont souhaitables.

Conclusion: il y a unanimité sur le fait que bilinguisme individuel est une bonne chose. Mais la plupart des anglophones refusent d’admettre que le Québec est d’abord et avant tout un territoire de langue française. Pas surprenant, ils considèrent que nous vivons ici au Canada, pays « officiellement » bilingue, et non au Québec.

Tant que nous n’aurons pas réglé cette situation contradictoire et confuse, le bilinguisme (positif lorsqu’individuel mais nocif lorsqu’institutionnel), menacera la survie de la langue française sur ce continent. En effet, pourquoi apprendre la langue d’une minorité, si la langue de la majorité canadienne retrouve petit à petit son statut dominant au Québec? L’actuel taux de bilinguisme individuel des anglophones n’est pas là pour durer.

La seule solution ne passe pas par un renforcement des lois linguistiques, mais par la souveraineté du Québec.

J-F

Come on: these Qs are designed to elicit a aggressive-defensive response from the target anglo audience. Headline! Pollster gets the answers he goes looking for! And if I were you, I wouldn’t ask anyone to give you credit for Bouchard’s Centaur speech: with Bouchard, actions always said more than words (funny how anglos grasped this much earlier than the PQ!)

Oui, la verite fait mal, Msr. Lisee – vous voyez votre option dans la toilette, et vous cherchez encore une fois un stratagem divisif – c’est votre MO, dans le PQ comme dans la societe quebecoise. Par contre, les Montrealaise sont plus content que jamais – mes enfant vont a l’ecole quartier CSM, leurs petits amis viennent des quatre coins de ce beau monde, le futur est promettant, si ma franglais est laide, la langue de mes enfant est belle – ca c’est la realitie, J-F. Get used to it!!

On s’en fout de l’avis du bwana blanc. Pourquoi lui faire la «belle» et espérer avoir un no-n’os en retour ? On n’a pas à s’excuser de poser la question et de justifier l’interprétation qu’on fait de la réponse et surtout à ceux qui au départ n’ont pour notre malheureux sort, aucune empathie.

Me semble que son commentaire ne me surprends pas… Quandt’es habitué de parler des deux côtés de la gueule!

« …you certainly don’t need a language test. »

Eh non ! Et encore tout à l’heure, aux nouvelles de 18h00, on parle d’une patiente de 76 ans qui n’arrivait pas à obtenir un service en français au Royal Vic; et en plus elle souffrait d’Alzheimer !

Inacceptable dit Bolduc. Ben oui chose ! Inacceptable, mais ça perdure. Notre famille a dû accepter l’inacceptable aussi; exactement le même inacceptable; et ça a duré des mois. C’était il y a une vingtaine d’année au Reddy Memorial.

Imaginez une vielle dame anglophone incapable d’obtenir des soins en anglais dans un hôpital de Toronto.

Just imagine !

Je ne vois pas de haine ni d’agressivité envers les anglophones dans ce dossier de l’Actualité. J’y vois une défense et un appel à la protection de la langue française au Québec.

Par contre, la communauté anglophone semble y voir une attaque directe envers eux. Ils semblent interprétés qu’un gain d’une communauté linguistique se fait nécessairement au détriment de l’autre.

Ne pas pouvoir se faire soigner en français dans les hôpitaux anglophones de Montréal. C’est plus qu’une réalité pratique c’est un symbole du tempérament anglophone envers la simple réalité de la différence culturelle qu’ils rejettent a priori.

Serge William ici a exprimé par statistiques le niveau faible de bilinguisme des Canadiens entre Vancouver et Toronto tout comme le numéro de l’Actualité a démontré le caractère fonctionnel et artificiel du bilinguisme des angloquébécois.

La culture anglophone du continent est tellement habituée de fonctionner en autarcie en vase clos par la présence américaine que l’autre n’existe qu’à distance.

Problème de file d’attente dans un marché, un pied sur le pied d’un autre client comme moi, tentative d’explication avec l’individu qui n’a pas voulu entendre un mot de français ni n’en voulu dire un seul mot puisque le français lui est inutile à Montréal et incompréhensible.

Ce genre d’incidents ne fera que s’accroître de plus en plus si rien n’est fait. Nous ne sommes pas des immigrants à Montréal, le français est la langue du Québec et de Montréal! Je n’ai pas parlé anglais à cet individu, il ne faut pas vivre à genoux et donner raison à des lobbys anglophones et se sentir coupable d’exister.

Les Anglos sont offusqués de se faire mettre un miroir à pleine face.

Ils disent aimer les francophones, tenir à la langue française, mais en fait ils se foutent de savoir si Montréal sera toujours francophone dans 20 ans, ils se foutent que les francophones ne puissent pas travailler dans la langue de leur pays.

Vous avez dévoilé leur hypocrisie et maintenant ils jouent les vierges offensées.

Nous subissons énormément de pression, nous les francophones d’Amérique.

Dès que nous ouvrons la bouche, nous sommes racistes, xénophobes, nazis…

Durant l’occupation de la France, les collaborateurs de Vichy condamnaient la résistance, pourchassaient même leurs propres compatriotes qui aspiraient à la libération.

La résistance est dénoncée par celles et ceux choisissent la capitulation, la résignation.

Les peureux et les lâches envient les résistants, alors ils les condamnent, les jugent, les dénoncent. Au fond, ils envient leur courage et ils souffrent de ne pas leur ressembler, s’accrochant désespérément, pathétiquement, à leur fausse sécurité.

Pendant l’occupation, de l’autre côté de la Manche, un homme d’envergure criait aux Français: « Libérons la France! » Et la France fut libérée.

Quelques années plus tard, ce grand personnage est venu au Québec et du haut du balcon de l’hôtel de ville de Montréal, dans un élan du coeur, Charles de Gaulle a semé les germes de notre propre libération…résister c’est choisir de vivre.

Vive le Québec libre!

Non, M. Drouin, il ne faut jamais dire jamais pour une telle chose. Peu probable, difficile à réaliser, qui demande des efforts supplémentaires mais «jamais»…never.

Aussi longtemps que nous serons une province canadienne, le Québec « DANS LE CANADA » est tenu d’être bilingue puisque que le Canada l’est, au moins…en principe.

Nous pouvons forcer le français jusqu’à un certain point mais, faudrait y ajouter un peu de miel pour que ça passe mieux dans les gorges anglophones. Un peu de carotte et un peu de bâton devrait faire le job.

Ce débat est inutile!

Les anglophones de souche et les francophones de souche seront démographiquement sans importance sur l’Ile de Montréal, mais aussi dans la grande région de Montréal d’ici moins de 20 ans.

Dans les anglophones de souche, il faut inclure les anglos d’origine grecque et italienne.

Nous accueillons 50 000 immigrants par année et ils s’établissent dans la région de Montréal à plus de 90%.

C’est un remplacement de population car c’est 1 million de nouveaux immigrants en moins de 20 ans qui s’établissent à Montréal. Il ya environ 1,5 million d’habitants à Montréal ou 3,5 dans la grande région métropolitaine. Il est facile d’imaginer la situation dans 50 ans. Il suffit de faire des calculs démographiques car 500 000 anglophones et francophones de Montréal ne seront plus de ce monde d’ici 20 ans.

Le Québec a décidé de favoriser l’immigration francophone ou francophile en provenance de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ( 40 %).

Montréal sera probablement encore francophone dans 50 ans, mais une proportion importante des francophones sera de confession musulmane.

Est-ce que ces nouveaux Québécois auront le même intérêt à défendre le français et les valeurs québécoises telles que d’égalité entre l’homme et la femme?

Le débat devrait se dérouler à ce niveau au lieu de s’entre-déchirer entre anglophones et francophones qui partagent des valeurs communes sauf celle de la langue…

Jedwab est le digne représentant de ces anglos qui, avec leur réseau scolaire au Québec, leurs nombreuses universités, leurs nombreux hôpitaux,leurs nombreuses stations radio et leurs deux chaînes de télévision, etc. continuent de se percevoir comme des «victimes», des membres d’une «minorité maltraitée» par ces méchants Québécois qui refusent d’accepter la disparition «naturelle» de la culture française sous l’influence du «speak white»… Mais que de mauvaise foi de leur part de ne jamais aborder, par exemple, la dure bataille de l’hôpital Montfort, en Ontario. Ou ce cas récent d’une vieille dame québécoise francophone, incapable d’être servie en français dans un hôpital anglo du Québec… Ou encore, il y a quelques années, ces anglos de l’Ouest canadien qui signaient des pétitions et faisaient pression pour empêcher l’ouverture d’une station de télé de langue française. Se sentaient-ils vraiment «menacés» ou bien ne s’agissait-il pas plutôt d’un exemple d’intolérance pure? Jedwab est, comme beaucoup de ses congénères, passé maître pour poser en victime, tout en étant parfaitement conscient que cette imposture est très rentable sur le plan stratégique.

Jedwab tient un double discours, exactement comme le faisaient Trudeau, Chrétien : l’un pour se montrer bons princes auprès des francophones, et l’autre, pour se «racheter» devant les anglos et leur prouver qu’on déteste et méprise autant qu’eux ce petit peuple appelé à disparaître.

Drôle de hasard, tout de même, que la quasi-disparition du Bloc québécois coïncide avec l’arrogante résurgence du blôke québécois !

Denis Drouin vous sortez de quel congélateur?
»qui se voient toujours comme les maîtres conquérants du Québec. Le rapport de force sera toujours nécessaire »
On a tu encore beaucoup de cette espèce de zombie?
Arrêtez de regarder en boucle les déclarations de René Lévesque, s’il vivait toujours il aurait avancé et changé de discours. La réalité a changé. On parle mieux français ici qu,en france, il y a plus d’anglophone bilingue au canada que de francophones bilingues.
Cessez de vous voir en victime et de demander au gouvernemaman de vous protéger, le communisme est mort en colombie alors marx a pas fait vieux os.
Passer au 21ième sciècle. Les coopératives c,est plus réalites et rentables pour les travailleurs que les entreprises syndiqués. Pourquoi? Parce que les revenus sont basés sur la vraie vie et non sur des hypothétique rendement, résultats de sondages, idéologies, rêves, illusions. L’argent ça existe, les dettes aussi, le gouvernemaman c’était un père noel avec une carte de crédit. ben généreux mais cassé comme dans tout les pays socialistes. Attendez-vous l,appel du gérant de la banque pour faire vos comptes? Allez donc a la caisse et ayez un budget réaliste vous pourrez cessez de vous endetter.

(Il n’est pas requis de publier mon commentaire:)

Si on est un tant soit peu informé de ce qui se passe ailleurs sur Terre, on devrait savoir que le mot «séparatistes» est maculé de sang.
Vous n’êtes sans doute pas sans ignorer que les fédéralistes nous traitent de «séparatistes» pour nous associer, ne fût-ce que par ricochet, aux autres séparatistes dans le monde où ce terme est synonyme de «terroristes».
Nos fédéralistes savent que c’est rentable pour eux d’associer les souverainistes québécois à ces «séparatistes» d’ailleurs.
C’est nourrir la haine envers la moitié des francophones du Québec. Et cela est surtout rentable auprès de certaines communautés venant de pays (Espagne, Inde, Indonésie, Sri Lanka, Tchétchénie, etc.) où, ces dernières décennies, les séparatistes basques, par exemple, sont responsables de la mort de plus de 800 personnes; et les séparatistes indonésiens et autres séparatistes ont tué des dizaines de milliers de personnes.
La démarche pacifique et démocratique des souverainiste étant à l’opposé de celle guerrière et sanguinaire des «séparatistes» dans le monde, je m’étonne simplement du fait que vous écriviez: “I am also, of course, a separatist,”

@ lagentefeminine (# 19):

Vous faites bien de mentionner leur René Lévesque qui était plus évolué que Denis Drouin en…1982!

Souvenez-vous de son ouverture d’esprit envers le fédéralisme lors du « beau risque ». Magnifique à voir…

Mais! Il a alors été lâchement abandonné par la plupart de ses ministres et députés qui se gardent bien aujourd’hui de mentionner cette inavouable trahison envers leur leader et chef spirituel.

Les pieds de tous les Denis Drouin du Québec sont solidement ancrés dans les Plaines d’Abraham et ils n’abandonneront pour rien au monde leur pensée jurassique pour la tourner vers l’avenir et le XXIe siècle.

Ça ne correspond pas à leurs lubies.

@François 1 #12

Les textes suggérés apportent des éléments de réflexion intéressants mais votre conclusion quand au K.O. infligé au blogueur tient davantage du fantasme obsessionnel que de la réalité.

@honorable:
Plusieurs des réponses sont des évidences. Pas besoin de « tricher » quand tu as juste à tendre un micro et dire « parle! » Je pense que la vraie manipulation politique n’est pas dans le sondage mais dans son existence. CROP est reconnue pour être une maison de sondage fédéraliste. L’Actualité était qualifiée de « revue de dentiste » par Falardeau pour son penchant fédéraliste. Pourquoi accepteraient-ils d’être utilisés comme outils de propagande?
Parce que ça sert AUSSI le PLQ. Les anglos votaient CAQ à 30% il y a 2 mois et ça montait. Des éditoriaux de The Gazette encourageaient même à voter CAQ pour punir les Libéraux. Il leur restait quoi, comme votes, sans cette base traditionnelle? Avec la commission Charbonneau qui s’en vient, ça risquait d’être encore pire!
Maintenant, vous pensez que nos anglos ont envie d’une coalition avec des francos qui s’énervent ENCOOORE avec la langue? Maintenant qu’ils se font ENCOOORE pointer du doigt? Bin voyons!
Pas besoin de manipuler le sondage. Juste besoin de le faire au moment voulu.

Ce n’est pas l’anglais qui est menacé au Québec, c’est le français.

La minorité anglophone du Québec est sûrement parmi les plus choyées au monde. La radio anglophone semble être majoritaire à Montréal. Un réseau hospitalier anglophone gras dur, avec un CHU svp. Avec trois universités anglophones pour 7% de vrais anglophones, va-t-on pour une fois s’interroger sur le degré de subvention des universités anglophones du Québec eu égard au poids démographique des vrais anglophones du Québec ?

On en est rendu au point où le Québec finance lui-même son assimilation à l’anglais : alors que les véritables anglophones représentent 7 % de la population du Québec, le réseau collégial et universitaire anglophone québécois reçoit environ 25 % des subventions. Ce qui revient à dire que les universités francophones ne reçoivent pas la juste part qu’elles devraient avoir. On en est rendu au point où le Québec finance lui-même son assimilation à l’anglais. À quand une Commission d’enquête sur cette situation absurde?

Pour une question de justice envers la majorité, il est grand temps que le réseau d’enseignement anglophone au Québec ne soit subventionné qu’au prorata de la proportion de véritables anglophones au Québec, et ce à tous les niveaux : primaire, secondaire, et surtout aux niveaux collégial et universitaire.

Le génocide culturel du peuple québécois francophone est en marche, gracieuseté du gouvernement libéral du Québec.

Nous sommes en train de perdre notre pays, le Québec. 400 ans d’essouchage, de défrichage et de développement pour en arriver là ?

Le français, en Amérique depuis 400 ans. Le français, qui a été parlé dans toute l’Amérique du Nord par nos ancêtres. Le français, de plus en plus menacé dans notre pays le Québec.

OUI au Cégep en français.

NON au surfinancement du réseau anglophone au TRIPLE de : leur pourcentage de population.

Qu’on se le dise : « Au Québec, c’est en français que ça se passe. »

En tout temps il est important de leur rappeler à eux et à nous qu’ils sont la minorité la mieux traité au monde.

Et nous il est plus qu’important de se rappeler que seul l’indépendance peut nous sauver de l’assimilation.

Mais pour ça, la première étape est de se libérer des libéraux.Un autre mandat de ces collabos nous ferait rapetisser encore un peu plus sur l’île de Montréal.

M. Lisée, je ne suis simplement pas d’accord avec le traitement et l’angle que vous prenez pour parler des anglos.

Oui, il est intéressant de connaitre l’opinion des anglos sur la langue française, mais la façon dont vous vendez vos magazines avec des phrases choques et une grenouille menacée sur la couverture est indigne. Et ce des mêmes personnes qui s’offusquaient du Bonhomme carnaval en couverture du Maclean’s.

C’est la même chose au Globe and Mail. Des articles pas faux sur le Québec, présentés avec des titres et formules qui accrochent et qui créent une flopée de commentaires anti-Québécois par les Canadiens anglais les plus fermés et francophobes. Ensuite le journal se déresponsabilise en disant ne pas être responsable des commentaires.

Vous êtes sans doute très respectueux envers les anglos M. Lisée, mais ça ne change pas le fait que vous créez la polémique pour alimenter le débat et, par le fait même, encourager les francophones les plus anglophobes et racistes a se laisser aller dans leur critique d’une communauté dont ils ignorent a peu pres tout.

Je me considère nationaliste. Je serais sans doute une Loi 101 renforcée et d’autres mesures de promotion du français langue commune. J’en ai simplement marre du populisme et de l’opportunisme du PQ (et de vous même). Ça me rappelle le Front national (qui se dit officiellement très ouvert!) et c’est pas digne de la nation québécoise.

Comme dirait Rima Elkouri, Pauline Marois et vous être les idiots utiles des Québécois xénophobes.

@ lagentefeminine

« …il y a plus d’anglophone bilingue au canada que de francophones bilingues.
Cessez de vous voir en victime… »

C’est faux ce que vous écrivez.

Au Canada les anglos sont bilingues de 6 à 10% alors que les franco sont bilingues de 80 à 95% selon les provinces. De plus il y a des coopératives syndiqués qui fonctionnent très bien.

Allez relire le Daniel Charette #13, sa vous convient très bien.

La vraie réalité n’est pas nécessairement la vôtre.

@ M. Saint-Arnaud, il serait bon de rappeler que le PQ a toujours maintenu le financement des collèges, universités et hopitaux anglophones. Et parions que si le PQ retourne au pouvoir, ils continueront sur la même lancée.

Mme Harel a deja affirmé qu’elle avait changé d’idée concernant la réduction du financement de McGill lors d’un voyage a Hong Kong, ou elle a vu un affiche de l’alumni de McGill. Elle aurait alors réalisé a quel point McGill faisait rayonner Montréal sur la scene internationale.

La réalité c’est que McGill ou Concordia ne peuvent etre remplacées par des universités francophones. Si on perd ces institutions, leurs étudiants et sans doute beaucoup de contribuables (et de donateurs privées) anglophones et anglophiles qui les financent partiront pour Toronto.

Beaucoup de francophones qui étudient dans les cégeps et universités anglophones iraient étudier en Ontario ou aux États-Unis si nous n’avions pas la chance de poursuivre des études supérieures en anglais au Québec. Je préfère pour ma part que les 25% d’étudiants francophones de McGill étudient en anglais a Montréal plutot que de les perdre pour Toronto ou Vancouver.

Les leaders péquistes savent très bien que limiter l’éducation supérieure en anglais au Québec résulterait en une perte sèeche en terme de savoir et de rayonnement pour le Québec. Mais ça le PQ ne le dira jamais trop fort, car ça irait a l’encontre des opinions de sa base xénophobe et de son discours identitaire populiste.

@ Jean-François Coté: En tout temps il est important de vous rappeler que les francophones du Canada dans leur ensemble sont la minorité la mieux traitée au monde.

Quelle autre minorité dans le monde peut bénéficier d’un État avec les pouvoirs de la province de Québec?

La minorité angloquébécoise est un prolongement de la majorité anglophone au Canada en conflit culturel contre les francophones de là ses institutions qui sont en disproportion de leur réalité démographique à Montréal ou Gatineau.

La pensée anglophone davantage encore que le reste du monde occidental est marqué par la théorie de l’évolution. Dans l’inconscient anglosaxon, le message de Darwin porte comme quoi que les espèces qui sont les mieux adaptées dans le monde animal dont l’homme est partie prenante survivent et remplacent inévitablement des espèces inférieures pour l’adaptation ou prétendues telles.

Les anglophones canadiens, à peu de choses près également les Américains et les Britanniques croient que les nations et les individus à travers une transposition sociale de l’évolutionnisme se départagent entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent et peuvent disparaître ou s’effacer dans un état mineur subordonné.
Le multiculturalisme chez les anglophones est compatible avec l’évolutionnisme social ou plutôt darwinisme social puis qu’il permet à des membres de nations perçues inférieures au niveau économique de ne pas s’assimiler complètement en pouvant garder un certain nombre de traditions lorsque des Pakistanais ou des Chinois immigrent par exemple au Canada ou en Grande Bretagne.

Sorte de condescendance -démocratique- ce multiculturalisme qui encourage l’immigration de masse dans les pays du nord du marché global jouant sur la pression des salaires pour toute la société par l’utilisation d’une main d’oeuvre moins qualifiée tout en servant de caution démocratique pour un capitalisme notamment angloaméricain distribué sur toute la planète faisant de l’anglais, la langue de référence de ce marché théocratique. Donc comme dirait le journaliste français Éric Zemmour, tel est ce capitalisme de la libre circulation des capitaux, des marchandises, des hommes celui ci c’est politiquement le néolibéralisme dont la laïcité ouverte du multiculturalisme est l’un des aménagements de ce système qui fait un tout et qui pourrait s’accommoder de la disparition du Québec français sans grands regrets.

L’évolution ou l’évolutionnisme n’est telle pas aussi la plus belle métaphore ou parabole qui soit pour exprimer la dynamique du capitalisme depuis le 19ème siècle celle d’un système qui dans sa quête de profit fait le tri entre les méga entreprises, les moyennes entreprises, les petites et celles qui connaissent la faillite.

Pour les angloquébécois, il n’existe qu’une loi pas celle d’une démocratie largement surfaite et imaginaire, idéalisé dans une démocratie qui reste théorique à bien des égards et surtout partielle en Occident même. N’existe que la loi de ceux qui luttent pour s’affirmer se garder en santé et prospères. Si le gouvernement libéral gouverne depuis presque 10 ans et que celui ci est au service de son électorat principal et stable profitant de la division politique des francophones, les anglophones de Montréal de leur côté se comportent comme si ces Québécois qui ne se prétendent pas Canadiens ne méritaient que peu de considération eux et leur langue française puisqu’ils se défendent et affirment mal sur le plan politique.

Cela se passe ainsi une nation se détermine souveraine à quel niveau que ce soit par défaut de la souveraineté étatique pour l’instant, elle doit le faire autant que possible sur le plan provincial ce qui est connu précédemment par la loi 101.

Cela se saurait en sociologie et psychologie si l’amour universel existait et le respect a priori des autres.

La théologie a été remplacée relativement non pas tant par les droits humains mais par la théologie de l’économie de marché et sa métaphore évolutionniste. La compétition évolutionniste ou capitaliste détermine davantage le libéralisme ou hyper libéralisme que les droits de l’homme et la démocratie.

C’est le monde réel dans lequel les Québécois comme toute la planète respire.

En deux mots, les anglophones ne seront pas ceux qui protègeront le français à part une petite minorité démocrate et militante ce sont les Québécois francophones encore majoritaires au Québec à cette heure qui doivent protéger le français. C’est ainsi.

L’angélisme ne marche pas.

@F. Brosseau:
« Les leaders péquistes savent très bien que limiter l’éducation supérieure en anglais au Québec résulterait en une perte sèeche en terme de savoir et de rayonnement pour le Québec. »

Cela ne te dérange pas un petit peu toi, que ce « rayonnement du Québec » soit financé par un sous-financement des universités francophones?

Si les universités francophones seraient financés au même niveau que les universités anglophones, le Québec ne pourrait-il pas « rayonner » quand même?

En réponse à votre « questionnaire » car votre exercice ne peut vraiment être nommé un « sondage » tellement il est vérolé, voici ce qu’en pense La Presse:

http://www.cyberpresse.ca/debats/editorialistes/francois-cardinal/201203/30/01-4511058-a-manipuler-avec-soin.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO40_editoriaux_199_accueil_POS1

Extrait intéressant:

« Ajoutez à cela le fait que le magazine s’est éloigné de l’objectivité dont il fait habituellement preuve dans ses dossiers d’actualité en confiant le tout à Jean-François Lisée, un commentateur hors pair qui a néanmoins la particularité d’être teinté politiquement.

Or c’est bien connu, les sondages révèlent autant sur ceux qui posent les questions que sur ceux qui y répondent, comme le reconnaissait d’ailleurs Lisée cette semaine dans The Gazette. Mais pourquoi, dans ce cas, un magazine sans parti-pris a-t-il permis à un militant de poser les questions et d’interpréter les réponses? Aurait-on demandé à un conservateur de piloter une «enquête inédite» sur la peine de mort? »

Voilà…

M. Lisée, sauf tout le respect et même étant un de vos grands fans…
Il faut admettre que la méthodologie de ce « sondage » était très discutable, pas étonnant que les médias anglos aient sauté dessus.
Il suffit de regarder la formulation des questions et votre échantillon de répondants.
C’est décevant venant de vous et de l’Actualité.
Faites gaffe la prochaine fois.

La maladie dont souffre la Gazette s’appelle le négationisme. La négation de la réalité.

@Francois 1:

Parce que l’équipe éditoriale de La Presse n’est pas teintée politiquement? Ils approuveraient une étude avec une conclusion à des milles de leur credo politique?
Bin voyons!

PS:

Je n’ai pas tendance à les croire à chaque fois qu’ils parlent de question pas claire. C’est un de leurs (tes?) arguments favoris.

Eh oui, le débat continue:

Allez les fédés, expliquez-nous comment la comédie Brazeau-Trudeau, deux pugilistes francophones, représentant, l’un une circonscription québécoise, l’autre (jusqu’en 2049 !!!) une province (division) québécoise également, fut « annoncée » à 100% en anglais dans la capitale d’un pays bilingue et dans une ville à 38% francophone.

Il est vrai que ces derniers sont bilingues à 98,7% !! D’ailleurs vous pourrez refiler cette petite étude à vos amis:
http://www.spcottawa.on.ca/sites/spcottawa.on.ca/files/pdf/2010/Publications/Profil%20des%20Francophones%20Finale.pdf

Pôve ti-choux, nos anglos sont tellement à plaindre que j’en ai le coeur brisé.

Allez valeureux preux fédés, chevaliers de Durham, convainquez-nous pendant que vous pouvez encore (à peu près) vous exprimer dans la langue de Lévesque, que c’est l’anglais qu’il faut protéger.

@GastondeGatineau: Je ne suis pas certain de comprendre le sous-financement des universités francophones.

Si 25% du budget des universités va à des universités anglophones, c’est parce que 25% des Québécois CHOISSISSENT d’étudier en anglais. Le financement universitaire est octroyé par étudiant.

Retirer le droit d’étudier en anglais à l’université serait un non sens pour Montréal. Perdre McGill et Concordia se traduirait par une fuite des cerveaux, et ultimement il n’y aurait pas de ressources supplémentaires à allouer aux universités francophones.

McGill est notamment financée par des frais de scolarité beaucoup plus élevés payés par les Canadiens des autres provinces et les Américains qui viennent y étudier. Si vous croyez que ces étudiants iront étudier au HEC ou à l’UL à la place, vous vous tromper.

Il y a plus d’un million de Québécois qui vivent en anglais (bien plus que les 500 000 anglophones de souche officiellement reconnus), que ça vous plaise ou non.

Je suis un ex-Québécois, né dans une famille anglophone ou le père seul était bilingue. J’ai vécu les années 50 dans le bon vieux Montréal. Je viens de rentrer dans mon pays après une absence de 40 ans. Je puis vous dire des choses sur votre sondage. C’est un tripotage scandaleux: méthodologiquement faux, trompeur, menteur, raciste, des fantasmes de minables.Vous n’est pas digne de votre audience, ce magnifique peuple du Québec.

Serge fait le suivant: « Allez les fédés, expliquez-nous comment la comédie Brazeau-Trudeau, deux pugilistes francophones, fut “annoncée” à 100% en anglais »
… ce qui n’a Zéro à voir avec le sondage en question, mais allons-y.
Ce fameux match Brazeau-Trudeau fut montée par la Sun News, chaîne anglophone, privée, match diffusé vers son public. Regrettable, mais c’est pas la fête nationale. A enterrer la trame Maurice Richard s.t.p.?

Hum…. pas fort, Revenant.

Salle comble :780 personnes dont vraisemblablement 38% francophones

Ville : Ottawa, encore pour un temps, capitale d’un pays bilingue dont 38% sont francophones

Combattants… cause… etc…non, pas fort.
Vous ne m’avez pas convaincu. Meilleure chance la prochaine fois.

Mais vous avez raison, le sujet manque visiblement d’intérêt. Par contre, il n’a pas « Zéro » à voir avec le sondage. Sondage qui, pour moi contrairement à JFL, ne me surprend aucunement. Voyez-vous j’ai grandi dans l’Ouest de l’île et j’ai côtoyé des anglos toute ma vie.
D’ailleurs je fus autrefois anglophile, comme notre blogueur; à 13-14 ans je lisais des petits romans en anglais, des revues américaines sur les voitures, les sports et la musique. Plus tard, j’écoutais surtout de la musique anglaise et les « talk radios » du temps. Je m’enrageais après les Royal Orr et autres Neil McKenty.

Et, finalement, j’ai compris.

« Si vous faites les moutons, vous serez tondus » disait, fort à propos, Jean-Luc Mélanchon. Peut-être est-ce la section mouton de notre peuple que vous louangez en la qualifiant de magnifique; rassurez-vous, à regarder les étudiants se battre avec intelligence et acharnement pour leur cause, je crois que cette section sera en sérieuse régression d’ici peu.

Ce sondage n’a donc rien de surprenant mais… »raciste, faux… » revenez en cher Revenant.

Et bon retour au pays du Québec.

@F. Brosseau:

« Si 25% du budget des universités va à des universités anglophones, c’est parce que 25% des Québécois CHOISSISSENT d’étudier en anglais. Le financement universitaire est octroyé par étudiant. »

« McGill est notamment financée par des frais de scolarité beaucoup plus élevés payés par les Canadiens des autres provinces et les Américains qui viennent y étudier. Si vous croyez que ces étudiants iront étudier au HEC ou à l’UL à la place, vous vous tromper. »

M. Brosseau, vous faites des raccourcis qui relèvent de la démagogie. Voyons voir ce que disent les chiffres.

Les trois universités anglophones servent 56,132 étudiants équivalent à temps plein (eetp). De ce nombre, 10,159 sont des étudiants canadiens hors-Québec, et 6,180 sont des étudiants étrangers. Donc, près de 30% sont non-québécois.

92% des étudiants canadiens hors-Québec choisissent une université anglophone. 64% des étudiants étrangers choisissent une université anglophone. Cette clientèle a donc une influence déterminante sur la prospérité des universités anglophones.

Il est vrai que les étudiants canadiens hors-Québec doivent payés un supplément. Celui -ci s’élève à $3,600. par eetp.

Or, le Québec subventionne chaque eetp à hauteur de $12,600. Au net, nous payons donc $9,000 pour chaque étudiant canadien hors-québec.

Ce n’est pas tout. Cette surcharge de $3,600 que doivent payés les étudiants canadiens hors-Québec est sujet à certaines exemptions. Par exemple, les étudiants inscrits à des programmes conduisant à l’obtention d’un grade de
doctorat, les étudiants en rédaction de mémoire de maîtrise, ou les étudiants inscrits en stage de résidence en médecine n’ont pas à payer cette surcharge.

Or, 36.7% des doctorats au Québec sont produits par les universités anglophones. Se pourrait-il que cette popularité s’explique par notre grande générosité envers nos compatriotes hors-Québec?

Vous dites: « Le financement universitaire est octroyé par étudiant. ». C’est vrai, mais en parti seulement. Par exemple, les subventions pour l’enseignement et le soutien à l’enseignement sont sur cette base. Toutefois, les subventions pour les terrains et les bâtiments sont basées sur leur superficie.

Si 30% de la clientèle des universités anglophones sont de l’extérieur du Québec, nous devons encore là payer pour leur fournir des locaux, espaces de stationnement, espace récréatifs et sportifs, etc…

Ici, je n’ai fait que gratter la surface. Le Québec contribue 58% du total du financement des universités. Le fédéral contribue à hauteur de 12%. Comment se réparti cette contribution fédérale entre les universités francophones et anglophones?

Il y a aussi les subventions à la recherche. Sont-elles répartis équitablement?

Bonjour.
Je suis de ces Québecois de langue française (QLF) qui font vie commune depuis 26 ans avec une Québecoise de langue anglaise (QLA). Les deux langues et les deux cultures ont leur place chez nous. Nous connaissons Marie-Mai et Jan Arden.
Le dossier de l’édition du 15 avril m’indique que les QLA ont fait leur bout de chemin: ils ont appris l’autre langue, ils se sont rapprochés et sont sortis de leur isolement, ils sont prêts à participer à notre société.
Ils ne sont pas prêts à s’y « intégrer » car comme nous ils veulent conserver leur identité. Ils en sont fiers.
C’est ce qui manque à trop de QLF, la FIERTÉ !!
Nombre de QLF changent à l’anglais dès que l’interlocuteur a le moindre accent. Ils abordent tout immigrant et toute personne d’apparence étrangère en anglais malgré les millions investis à leur apprendre le français et malgré que plusieurs sont nés ici et parlent très bien le français. Combien de QLF ne savent pas qui est Marie-Mai? Ils écoutent des postes de radio Francos qui ne jouent pratiquement que des « tounes » étrangères (Américaines); certains n’écoutent que des postes Anglos même s’ils sont incapables de parler anglais!
La statistique qui m’a le plus frappé dans cette édition: 15,3% des QLF ont un diplôme universitaire contre 26,6% des QLA. Personne n’a commenté ces chiffres mais ils en disent long sur les attitudes dépendantes des QLF.
Il y trop d’exemples du manque de colonne vertébrale des QLF face aux autres cultures. C’est là le véritable problème du Québec et il est temps de se dire les vrais choses: Soyons fiers et cessons de blâmer les autres pour nos faiblesses!!

Une boutade: Depuis la loi 101 c’est encore les maudits anglais qui ont les meilleures jobs.Ils sont bilingues eux!!!

@Pierre Désautels:

« La statistique qui m’a le plus frappé dans cette édition: 15,3% des QLF ont un diplôme universitaire contre 26,6% des QLA. Personne n’a commenté ces chiffres mais ils en disent long sur les attitudes dépendantes des QLF. »

Cette statistique m’a également fortement interpellé (au #40 du blogue http://www2.lactualite.com/jean-francois-lisee/bonjour-mon-nom-est-j-f-lisee-je-suis-anglophile/12217/)

Je ne sais pas trop comment l’expliquer ou l’interpréter. Si tu as une opinion là dessus, je serais bien intéressé à te lire.

Gatondzgatineau, alors on coupe l’acces auw etudiants qui viennent de l’exterieur du Quebec? Comment on fait pour discriminer les bons etudiants francophones et les mechants anglos?

@F Brosseau:

« alors on coupe l’acces auw etudiants qui viennent de l’exterieur du Quebec? Comment on fait pour discriminer les bons etudiants francophones et les mechants anglos? »

1- Je n’ai jamais dit, ni écrit que l’on devrait couper l’accès aux étudiants qui viennent de l’extérieur du Québec. Qu’ils soient canadiens, ou non. Toutefois, je ne vois pas l’intérêt pour les québécois de financer à hauteur de 50% l’éducation des étudiants des autres provinces (qu’ils soient francophones ou anglophones).

2- Si vous voulez discriminer les bons franco des méchants anglos, c’est votre problème. Pour ma part, je crois que le traitement des anlos-québécois et les francos-québécois devraient devraient être tout à fait égal et équitable.

P.S: Vous savez, quand on configure un clavier pour qu’il soit bilingue, vous ne perdez aucun des caractères anglais. Et, en prime, cela ne coûte rien, sinon un petit effort intellectuel.