Les aveugles lavallois

Deux anciens ténors du PQ, l’actuel chef du NPD et un député libéral d’arrière banc connaissaient les méthodes louches de Gilles Vaillancourt.

La question est sur toutes les lèvres depuis l’arrestation de l’ex maire Gilles Vaillancourt et de ses 36 présumés complices. Comment un groupe organisé, spécialisé dans la corruption et la collusion, a pu agir en toute impunité pendant un quart de siècle à Laval?

On trouve une partie de la réponse dans les dénonciations des enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ), produites pour obtenir des mandats de perquisition qui ont sonné le glas du cartel lavallois.

Les députés provinciaux de Laval en connaissaient un bout sur l’appétit de Gilles Vaillancourt pour les enveloppes brunes. Le monarque de Laval ciblait systématiquement les candidats en quête de leur première élection, qu’ils soient libéraux ou péquistes. Il a approché deux libéraux (Thomas Mulcair et Vincent Auclair) et deux péquistes (Serge Ménard et David Cliche) avec des enveloppes maudites. Des quatre, seul M. Auclair a accepté l’argent.

Ces élus, interrogés par les enquêteurs de la SQ, connaissaient trop bien les risques associés à ce marchandage impropre. Ils auraient été liés au maire Vaillancourt, et forcés peut-être à se montrer plus favorable à ses demandes. Accepter l’enveloppe est «un mauvais début de carrière en politique», voire «un prélude à d’autre chose», ont-ils expliqué aux policiers.

Pourtant, ils n’ont rien dit de ces tractations. Serge Ménard, un ex-ministre de la Justice et de la Sécurité publique, a fait promettre à son organisateur politique, Jean Polloni, de garder le silence sur la tentative de corruption du maire M. Vaillancourt.

Dans les documents de la police, obtenus par Le Devoir, La Presse et Radio-Canada, les paroles attribuées à l’ex ministre de l’Environnement, David Cliche, sont les plus choquantes.

Député de Vimont de 1994 à 2002, M. Cliche a été mis au courant par des membres de son entourage «d’un système de redevances dans l’administration Vaillancourt».

«À chaque début d’année, le chef de cabinet du maire, accompagné du directeur des travaux publics de la Ville, invite tous les principaux bureaux d’ingénierie et les entrepreneurs en construction pour discuter des projets à venir, explique-t-il aux enquêteurs. Ils se départageaient les contrats et la redevance au parti PRO serait de l’ordre de 10 % des profits nets».

Les travaux de la commission Charbonneau ont démontré que la ristourne au PRO des Lavallois, «étroitement lié à la collusion» selon les enquêteurs de la SQ, était de l’ordre de 2 %.

Qu’importe. Deux anciens ténors du PQ, l’actuel chef du NPD et un député libéral d’arrière banc connaissaient les méthodes louches de Gilles Vaillancourt. Il a fallu que les journalistes tirent les vers du nez à MM. Ménard et Auclair pour que l’affaire éclate au grand jour… en 2010.

Gilles Vaillancourt en était à son premier mandat lorsqu’il a approché les Cliche, Mulcair et Ménard. Par leur passivité, ils ont permis au maire de prolonger son règne jusqu’à ce que l’usure du pouvoir et des scandales le rattrape en novembre 2012.

Les politiciens ont un sens du courage à géométrie variable. Il se manifeste surtout quand l’adversaire est déjà au sol. Les péquistes ont fait la leçon aux libéraux pour leur proximité avec Gilles Vaillancourt, et pour leur indifférence généralisée à la tenue d’une commission d’enquête sur la construction.

Plus on gratte le bobo de la collusion, plus on constate qu’il faut plus que des fourbes actifs et mal intentionnés pour que le système fonctionne. Il faut surtout qu’ils puissent compter sur l’inertie des pouvoirs publics, un ingrédient essentiel à l’éclosion d’une culture d’impunité. À cet égard, ni le Parti québécois, ni le Parti libéral ne sont en position de donner des leçons.

Laisser un commentaire

Le monde municipal est de faire tout ce qui leur plaît car aucune instance gouvernementale ne les surveille. À quoi servent vraiment les réunions de conseils municipaux ? À rien car les décisions sont déjà prises et le citoyen n’a que le pouvoir ridicule de poser simplement des questions qui n’ont jamais de réponses. Dans mon village en Haute Mauricie bien des choses sont illégales, la petite école, fermée par la Commission scolaire en 2003 et pourtant subventionnée à même nos taxes et programmes. Notre fosse septique commune en plein village est illégale car ne rencontre pas les normes environnementales. La circulation des VHR, quads, motoneiges, side-by-side qui se promènent sans aucune réglementation mais autorisés de circuler par le MTQ lui-même.. Le financement des sentiers de véhicules motorisés est sous la compétence exclusive des MRC et pourtant notre village est tout simplement une municipalité locale qui n’a aucun pouvoir en matière d’aménagement et financement de ces sentiers et c’est nous qui finançons ces sentiers. Même en portant plainte au MAMROT ça ne donne rien….donc ça continu et continuera encore. Le monde municipal Québécois est corrompu partout depuis 100 ans.

L’obligation de dénoncer

Le 16 décembre 1999 M. Serge Ménard alors qu’il était Ministre de la sécurité publique dans le Gouvernement péquiste a présenté et fût l’ardent défenseur d’un projet de loi sur la police. Cette nouvelle Loi (LSP) qui fût adoptée le 16 juin 2000 impose aux policiers des obligations auquelles ne sont soumis aucun autre citoyen: l’obligation de dénonciation! En vertu de ces nouvelles mesures relatives au respect de l’étique le policier a l’obligation de dénoncer tout comportement susceptible de constituer une infraction criminelle. L’obligation de dénonciation vise également les fautes disciplinaires et déontologiques! Un policier qui omet de dénoncer un comportement déviant le rend passible d’une amende pouvant aller jusqu’à $10,000. peut à la limite être accusé d’entrave à la justice. On disait à l’époque que l’adoption de la LSP s’inscrivait dans un désir sociétal de transparence des institutions publiques. Faites ce que je dis et non ce que je fais… Après on se demande pourquoi les gens sont si cyniques envers les politiciens.