Les aveux de Bush: un ticket pour la prison ?

On ne peut lui reprocher d’esquiver sa responsabilité. Dans son livre auto-biographique Decision Points, l’ex-président George W. Bush admet — non, se vante — d’avoir autorisé la pratique dite de la noyade simulée dans les interrogatoires de membres présumés d’Al Qaida par la CIA.

Go to jail ? Go directly to Jail ?
Go to jail ? Go directly to Jail ?

Le problème ? Bush ne croit pas que cette méthode « d’interrogatoire améliorée » soit de la torture. Mais les administrations américaines précédentes et la suivante, comme les experts internationaux et tribunaux étrangers, pensent le contraire.

S’est-il donc, par cet aveu, rendu vulnérable à une accusation criminelle ? (Et l’ex-vice président Dick Cheney aussi, qui avait affirmé en entrevue en février dernier avoir été « un chaud partisan de la noyade simulée »)

Pour l’instant, l’administration Obama a refusé d’ouvrir le dossier de la responsabilité des membres de l’administration Bush dans l’utilisation de la torture et l’actuel président a spécifiquement indiqué qu’il ne poursuivrait pas le personnel de la CIA ayant pratiqué la torture, prétextant qu’ils opéraient sous l’autorisation du ministère de la Justice qui leur avait déclaré — de manière fallacieuse — que la noyade simulée, entre autres, n’était pas illégale.

Les déclarations de l’ancien président relancent ce débat le débat et rehaussent la pression mise sur l’actuel président. L’organisme Human Rights Watch, qui dit avoir recensé 350 cas de torture et de mauvais traitements de détenus, perpétrés par 600 militaires et civils américains, note ce mercredi que la Convention des Nations Unies sur la torture oblige ses signataires, dont les États-Unis, à poursuivre les personnes responsables de torture et presse l’administration Obama d’entreprendre des procédures.

Le National Religious Campaign Against Torture, qui regroupe 290 églises, réclame de même une Commission d’enquête sur le sujet et accuse l’ex-président d’avoir « violé la loi américaine et internationale ».

Bush poursuivi… en Espagne ?

La noyade simulée, simulée...
La noyade simulée, simulée...

Mais si aucune action n’est entreprise contre Bush dans son pays d’origine, alors s’ouvre la possibilité qu’il soit poursuivi dans un pays tiers.

Au total 145 autres pays,  dont le Canada,  sont signataires de la Convention des Nations Unies contre la Torture. Tous les signataires se sont engagés à en appliquer les dispositions, même contre des contrevenants habitant sur d’autres territoires.

C’est pourquoi des procédures ont été intentées en Espagne et en Belgique contre des chefs d’État étrangers — notamment le chilien Pinochet — , avec des succès divers.  Or la procédure de la noyade simulée est considérée mondialement comme une forme de torture, dont les responsables doivent être poursuivis.

Le Washington Post citait la semaine dernière un des auteurs de la convention des Nations Unies, le juriste Cherif Boussiani, de l’Univerité DePaul, pour lequel l’aveu de l’ex-président le rend théoriquement vulnérable à des accusations.

En fait, un tribunal de Madrid a ouvert une procédure en janvier dernier contre les conseillers de Bush qui ont écrit les mémos autorisant, illégalement, la torture. La cause est pendante mais est intentée justement parce qu’aucune instance américaine n’a ouvert de dossier contre ces responsables.

Il y a fort à parier que George W. Bush soit maintenant dans la mire du tribunal. S’il venait à condamner Bush, même in absentia,  entrerait alors en action l’entente mutuelle d’extradition en vigueur entre 24 pays européens. Autrement dit, Bush ne pourrait se rendre dans aucun de ces pays sans encourir le risque d’être déporté en Espagne pour y subir sa sentence.

À suivre, et à poursuivre !

Laisser un commentaire

Si jamais il est accusé aux États-Unis, il ne lui sera pas difficile de trouver un pardon présidentiel.

Même à l’étranger, je vois difficilement un pays créer un imbroglio diplomatique en arrêtant Georges Bush. Pas parce qu’il est au-dessus des lois. Plutôt parce que son arrestation serait interprétée comme une attaque à la souveraineté des États, considérant la fonction de Bush lorsque les crimes ont été commis.

Tout le monde sais que Bush devrait être poursuivit pour crime de guerre mais tout le monde sait aussi que les tribunaux internationaux ne servent qu’à juger ceux que les États-unis considère comme des criminels.

Tous les civils, victimes innocentes irakiennes, des centaines de milliers de morts, de mutilés,de blessés pour toute la durée de leur vie.

Pouvons-nous parler de crimes de guerre?

Ne devrait-il pas y avoir de poursuites par un tribunal international?

Que font les Nations-Unies, face à une guerre menée sous de fausses allégations, des mensonges?!

Si le système politique-juridique-judiciaire états-unien a garanti une quasi impunité pour les responsables de crimes de guerre des USA, il reste que le Tribunal de l’Histoire a déjà commencé à les juger. Il ne faut pas avoir d’attentes irréalistes face aux institutions judiciaires étatiques: en effet, même les plus engagées dans la défense des droits humains, comme celles de la Belgique ou de l’Espagne, ont échoué à procéder au jugement de criminels de guerre tels que ceux d’Israël ou du Chili.

Le Canada, qui, comme le Paraguay, a servi de refuge à des criminels nazis, saura bien, sous un gouvernement Harper, accueillir les Bush et cie qui seraient convoqués par la Justice de leurs pays …

Yves Claudé

Il n’y a que les dirigeants des pays du tiers-monde qui se retrouve devant le tribunal international à La Haye. Sharon peut mourir paisiblement rien ne sera opéré contre lui et Bush peut dormir tranquillement. Sans être cynique, il y a longtemps que je suis consciente que la justice a et continue d’avoir deux poids deux mesures.

Cela me fait penser au roman ‘The Ghost writer’ tel que raconté par Robert Harris, sans le dénouement un peu Hollywoodien de Roman Polanski. L’ex premier ministre du Royaume Uni Adam Lang (Blair) risque d’être banni par la communauté internationale pour avoir secrètement endossé la torture pratiqué par les USA en Irak. La scène où les juristes informent le couple Lang qu’ils risquent de ne plus pouvoir voyager que dans les pays n’ayant pas signés le traité international condamnant la torture, ce qui inclut l’Irak, l’Afghanistan et la Corée du Nord est désopilante, Heureusement pour le couple Bush, l’uchronie a peu de chance de se réaliser et si par malheur le tribunal pénal venait à porter des accusations contre l’ex-président, ce dernier pourrait toujours venir prendre ses vacances au Canada.

Comme la plupart des organismes ou organisations dites internationales font l’objet de sarcasmes et de dérision pour leur indifférence ou ignorance des faits même graves comme en a commis GW Bush notamment en agressant l’Irak sans justifications , il est assez peu probable que Bush et autres criminels de guerre soient menacés de poursuites.
Tant que les USA et les autres grandes ou moyennes puissances auront cette envergure économique qui leur donne aussi le poids politique et militaire actuels, aucunes poursuites ne seront intentées contre eux.

Hypothèse:
On vient d’intercepter un individu et lors de la fouille de la personne on trouve un enregistrement lui demandant de filmer la scène lorsque les avions percuteront leurs objectifs et de remettre ces films à CNN pour montrer au monde ce dont le groupe est capable. L’enregistrement indique que les plans n’ont pas changé et que le tout se déroulera à l’heure et à l’endroit prévu.

Questions : Quels moyens devraient prendre les autorités pour avoir plus d’information ? Devraient-elles être autorisées à utiliser la torture ?
Si la torture est refusée, que les informations n’ont pas été obtenues et que l’action terroriste réussisse avec ses milliers de morts, comment les autorités qui auront refusé de donner l’ordre d’utiliser la torture seront-elles jugées par la population et par l’Histoire ?

Les questions que je pose sont-elles théoriques ? Qui sait ? Elles se sont peut-être déjà posées. Peut-être le saurons-nous dans 10 ou 20 ans. Qui sait ?

« Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »
Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? …

Au-dessus des lois ?
Et pourquoi pas lui aussi à son tour ?

Tant que la Loi ne sera pas appliquée à tous, ce principe restera une farce sinistre.

Bush poursuivi ? Ben voyons! La farce n’est pas finie

Même raisonnement dans le cas des prêtres/évêques/etc. pédophiles et leurs complices… Le pape lui-même ne sera pas poursuivi en justice, encore moins condamné pour complicité de ces crimes abjects.
En espérant que les remords de conscience le réveillent un jour de son cauchemar: « Des renards lui grugeant le cervelet » 😉

Alors si je comprends bien, nos dirrigeants sont des criminels mais nous nous en accomodons assez bien n’étant pas nous-mêmes victimes de leurs exactions. Il est vrai que la mort des autres ne nous fait pas trop mal et puis les fêtes approchent, on ne va tout de même pas s’appesantir sur le massacre d’étrangers.

Et puis la guerre ça crée des emplois tout en faisant rouler l’économie!? L’industrie de guerre n’est-elle pas inscrite dans les bourses, c’est donc légal et surtout extrêmement lucratif…Les partis politiques sont eux-même « largement » financés par les entreprises de guerre et la boucle est bouclée! Nos bons gouvernements fomentent guerres et conflits, les cartels vendent des engins de guerre, retournent une partie des juteux bénéfices aux partis politiques qui leur accordent des contrats faramineux. Voilà,le tour est joué!

Le gouvernement d’Ottawa allié « inconditionnel » des criminels sionistes, qui décide de laisser des effectifs en Afghanistan après avoir affirmé depuis plus de deux ans que la participation canadienne se terminait en décembre 2011. De qui se moquent-ils les conservateurs?

Pourquoi sommes-nous obligés de payer en vies humaines et en centaines de milliards de dollars, pour des guerres dont nous ne voulons pas?

Quand nous lèverons-nous pour manifester notre profond désaccord avec les politiques néfastes de Harper? Son soutien aveugle des criminels de guerre sionistes qui anéantissent toute chance de réaliser la paix au proche-orient.

Ces fanatiques qui cherchent, par tous les moyens, à entrer en conflit avec l’Iran, afin d’utiliser leurs armements, prendre le contrôle total des ressources de la région, l’eau du Liban entre autres.

Ottawa ne veut même plus entendre parler de la Palestine, elle n’existe déjà plus sur sa « carte » du monde. Un génocide est en train d’être commis avec l’appui aveugle d’Ottawa. Allo la politique étrangère!

Après on se questionnera sur les motifs d’exclusion du Canada au conseil des Nations-Unies!?…

Le gouvernement fédéral d’Ottawa me dégoûte et « je sens la colère s’installer au fond de moi, entre la chair et l’os. » (Félix)

Le scénario est improbable :

1. Il y a peu de chance que l’ex Président se décide de voyager hors des États-Unis advenant de telles procédures contre sa personne. Il faut se rappeler que M.Bush n’a eu son premier passeport qu’en devenant Président.

2. Pensez à Omar Al Bashir, le président du Soudan, qui se trouve sous mandat d’arrêt de la cours internationale de justice et qui n’a aucun problème à effectuer des voyages en Afrique sans que personne ne l’arrête.

3. Les USA ne reconnaissent pas la CIJ.

4. Une procédure présidentielle pour gracier George Bush viendrait le sauver en dernier recours.

Finalement, il faudrait juger toute une bande d’individus et non une seule personne.

La torture c’est pas vraiment gentil, je l’avoue. Mais la question qu’il faut ce poser. Qu’est ce qui est mieux. Soit qu’on décide de mettre un peu d’eau sur la figure d’un terroriste afin qu’il discute. Soit qu’on le laisse tranquille en le laissant planifié la destruction d’une école pour jeunes enfants. Avec le nombre d’actes terroristes qui ont pu être stopés dernièrement, poser la question c’est y répondre.

Ce n’est pas pour rien que les USA ont refusé de reconnaître la Cour pénale internationale.

La Cour pénale internationale (CPI) est une juridiction permanente chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité et de crime de guerre.

La CPI peut en principe exercer sa compétence si la personne mise en accusation est un national d’un État membre, ou si le crime supposé a été commis sur le territoire d’un État membre, ou encore si l’affaire lui est transmise par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Statut de Rome prévoyant la création de la Cour pénale internationale a été signé le 17 juillet 1998. Au 18 août 2010, 113 États sur les 192 que reconnaît l’ONU ont ratifié le Statut de Rome et acceptent l’autorité de la CPI.

Les pays suivants ont refusé de ratifier le Statut:
– États-Unis
– Israël
– Russie
– République populaire de Chine
– Soudan

Ce que ces pays ont en commun en rapport avec la CPI n’est pas très reluisant.

Pour ce qui est des agents de la CIA qui ne seraient pas poursuivis par la Justice pour avoir administré la simulation de noyade… Est-ce que les principes de Nuremberg ça vous dit quelque chose ?

Un soldat qui recevrait l’ordre de commettre une action illégale ou immorale a le devoir de s’y opposer moralement. Sinon, il est aussi coupable. Reste à savoir si de tels principes s’appliquent à des membres d’organisations secrètes ou qui relèvent du paramilitaires, où les conventions internationales ne s’appliquent pas vraiment…

Condamer le président George Walker Bush pour avoir tassé Saddam, c’est comme condamer le président roosevelt pour avoir tassé Hitler.

Toujours la même rengaine des pro-torture ( et donc complices de tortionnaires, de fait !) . Comme le nommé PPK, au-dessus … qu’il vaut mieux ne pas fréquenter hors de son écran !… Et qui ferait mieux de se limiter aux violences des mondes virtuels !… Parce que dans la vraie vie, j’ignore où se situe cette » école pour jeunes enfants » !… Par contre, des listes de gens martyrisés par d’immondes sadiques pour leur extorquer de faux aveux, leur faire signer des accusations contre d’autres personnes … qui vont permettre d’organiser de nouvelles rafles, il s’en trouve des livres entiers, et pas seulement à la gestapo ( et peut-être aussi à la NKVD ) !… Et quelle jouissance pour le bourreau quand sa victime, qui avait osé prétendre pouvoir penser par elle-même, finit par lui obéir !… Quelle belle chose que la Douleur !…

Au fait, quel est ce « …nombre d’actes terroristes qui ont pu être stopés dernièrement, … » ???… Ils n’existent que dans les scénarios hollywoodiens de ces justiciers imposteurs : les vrais attentats, eux, ne sont pas « stoppés » !… D’ailleurs, l’identité de leurs véritables auteurs serait encore à établir : on vient de prouver en France que les violences survenues au cours des grandes journées de manifestation ( contre la réforme des retraites ) sont organisées par des flics camouflés, des sbires casseurs du ministère de l’Intérieur et de l’Elysée ….

Au fait, la « noyade simulée » n’est rien d’autre que la technique de « la baignoire » , conçue par la gestapo … Elle est elle-même inspirée de la méthode « médiévale » ( en réalité de la Renaissance ) où l’on noyait ( réellement ) de jeunes adolescentes en « transes » ( hystériques ) en prétendant qu’il s’agissait de « sorcières se rendant au sabbat » !… Un exorcisme à laquelle les pauvres gamines ne survivaient pas !…