Les candidats passent à table

Quatre aspirants chefs. Onze questions en rafale. Les candidats à la direction du Parti québécois se prononcent sur les bons et les mauvais coups de leur parti, et se dévoilent un peu…

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Comme je le disais dans un autre article précédemment; Alexandre Cloutier est pour moi pas assez mature pour chausser le poste de chef de l’ opposition et affronter les libéraux! Il est pas encore branché sur l’ indépendance et je pense sincèrement qu’ il pense plutôt à son image et sa personne que d’ économie et de progrès économique ! Il n’ est même pas conscient du défi qui l’ attend et encore moins de la conclusion !

Pour Martine Ouellet !!!! Je pense qu’ elle défend très bien l’ article no 1 du programme mais n’ a aucune expérience économique sur le terrain et dans le privé ; car je le rapelle à tout vent , ce n’ est pas le gouvernement qui crée l’ économie ; ce sont les entreprises !!!! Martine l’ ingénieuse ne correspond pas du tout a un leader indépendantiste mais bien plus à une gauchiste socialiste de Québec solitaire !

Plamondon, c’ est plus court ! Il veut bien mais verbalise beaucoup comme les premiers soldats du PQ dans les années 1969-70 ; mais l’ auditoire est soit trop vieux ou trop jeune , mais pas pour les mêmes raisons !!! Il n’ est tout simplement pas dans la course !

Jean François Lisé : Malgré la décrépitude de ce parti, le seul dans la course qui actuellement a l’ l’étoffe de mettre dans l’ embarras les libéraux et aussi la C.A.Q c’ est bien lui ! Il a l’ expérience et est habitué à la game politique. Il peut ramener ce parti à un niveau respectable sans toutefois nous parlé d’ indépendance à court terme! La seule chose qui m’ embarasse est comment il va faire pour rassembler les indépendandistes autant de la droite et de la gauche et forcément de la gauche extrême !!!

J’ai beaucoup aimé ce petit questionnaire.
Mr. Lisée vous êtes très zen, trop a mon goût. Vous avez répondu à ces questions à la légère, n’oubliez pas que le Québec vous a lu. Êtes-vous sérieux dans cette course car un premier ministre zen pas pour moi merci

Très très bonne entrevue. La meilleure que j’ai lue depuis longtemps
J’avais oublié l’histoire de Joe Clark et des créditistes
Pas fort les réponses de St-Pierre. Surtout celle sur la démographie
La plus grosse gaffe du PQ demeure le soir du référendum de 95. Pas l’argent et le vote ethnique (Il avait 100 fois raison) mais plutot de ne pas avoir déclaré le référendum nul (parce qu’Ottawa avait triché) et en tenir un autre dans un an (ce qui aurait entrainé la fin de la carrière de Jean Chrétien)

Vous savez pourquoi le PQ n’a pas suivi votre conseil? Simple: il aurait clairement PERDU ce deuxième référendum. Et à plus de 65%. D`ailleurs, depuis de référendum présumément « volé », tous les sondages, TOUS, vous donnent PERDANTS même que le dernier ne vous promet que 30% d’appuis. Bref, c’est la catastrophe!

Vous oubliez que le PQ s’est également fait prendre à tricher lors du dernier référendum (dizaines de milliers de votes dans des circonscriptions fédéralistes non-comptabilisés) et que pour atteindre le 49%, les péquistes ont dû faire appel à Lucien Bouchard (avant sa venue, ils « toppaient à moins de 40% avec Parizeau seul!!!), et ils ont également dû promettre de garder le passeport Canadien, les institutions Canadiennes, la monnaie Canadienne, les frontières Canadiennes, les fonctionnaires canadiens, et alleluia Canadien. Ce fut un tel méli-mélo que 25% des gens qui ont voté « oui » pensaient sincèrement que le Québec continuerait à demeurer DANS le Canada.

Ce capharnaüm fantaisiste a engendré la loi sur la clarté référendaire et Dieu merci, les péquistes ne pourront jamais plus tenter de berner le peuple comme ils l’ont fait en ’95.