Une partie de chaises musicales à l’Assemblée Nationale

C’est pas compliqué: on croirait qu’il y a une élection qui s’en vient dans deux ans.

Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne
Photo: Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Politique

On peut dire qu’il était attendu, ce remaniement. En deux ans au pouvoir, on avait appris à haïr une bonne partie des visages de ce gouvernement. On pourra maintenant commencer à les haïr pour de toutes nouvelles raisons. Ça va faire du bien.

Avec 38 % de femmes dans son cabinet, dont certaines se retrouvent à la tête de puissants ministères tels que Lutte contre l’intimidation, Accès à l’information, et Tourisme, le gouvernement Couillard peut sabrer le 7up: il est dans le couloir qui mène à quelque chose qui ressemble peut-être à un début de parité.

Une question turlupine cependant les observateurs: mais quels documents compromettants Sam Hamad a-t-il en sa possession? A-t-il dans sa malette la preuve que Pierre Moreau a voté Oui en 1995 ou qu’Arthur Porter n’est pas mort et vit caché dans le sous-sol de Philippe Couillard? Autrement, comment expliquer qu’on lui donne des fonctions toujours plus importantes? Pas besoin d’avoir inventé la roue à trois boutons pour comprendre qu’il se passe quelque chose de louche. Si j’étais journaliste à Enquête, je fouillerais le dossier.

François Blais a perdu l’Éducation, mais ce n’est pas encore clair s’il était même au courant qu’il avait ce poste. Lui qui avait récemment surmonté sa peur des moisissures et visité une école de Montréal, ça aura été en vain. Blais cède sa place à Pierre Moreau, qui devient le 48e ministre de l’Éducation en 10 ans (calcul approximatif). On lui souhaite un règne plus long que ses prédécesseurs, à ce ministère qui use ses titulaires plus vite que le PQ n’use ses chefs.

La nouvelle arrivée Dominique Anglade se retrouve à l’Économie, à la Science, à l’Innovation et à la Stratégie numérique. Rien que ça. Relax. Que fera-t-elle de tout son temps libre, une fois qu’elle aura relancé l’économie, développé une grande stratégie numérique pour le Québec et fait de la province un chef de file en innovation? Elle pourrait essayer de trouver un remède au cancer, tiens.

Martin Coiteux, quant à lui, quitte le Conseil du Trésor pour atterrir aux Affaires municipales et à la Sécurité publique. Fait rare, on raconte que monsieur Coiteux aurait ressenti une émotion en apprenant la nouvelle.

«La vie n’est pas que chiffres», s’est soudainement rappelé le premier ministre dans son discours, hier. Tout un retournement de situation, après deux années à gérer le Québec comme s’il n’était qu’un budget! C’est pas compliqué: on croirait qu’il y a une élection qui s’en vient dans deux ans.

En changeant les titulaires de la moitié de ses ministères, Philippe Couillard veut envoyer un message de renouveau. On nous promet de passer de l’austérité à la prospérité. Mouin. Sauf que les deux dernières années de serrage de ceinture, elles ne disparaîtront pas par magie. On va en ressentir les effets pour un bon bout de temps encore.

Prospérité? Je parierais plutôt sur de la «Praustérité», au mieux.

Laisser un commentaire

Toujours aussi divertissant monsieur Charlebois ! Malheureusement, tout comme partout sur la planète l’austérité est au rendez-vous et le demeurera pour plusieurs années avec des périodes d’accalmies durant les années pré-électorales.

Avez-vous remarquez que les personnes âgées ne sont pas touchées si ce n’est que l’essentiel, le manque de médecin et de soins. Mais durant les élections nous ne discutons que “d’arrrhent” (sic, sic et re-sic) et le pouvoir des têtes grises dont je fais partie ne comporte pas beaucoup de scolarité, surtout pour les plus âgés, il y aura donc une augmentation phénoménale du nombre de sièges des péquoistes (un, voire deux).

De toute façon quel que soit le gouvernement, personne ne fera de miracle et des mirages si ce n’est que par l’endettement sous le PQ, aussi bien voter pour le statu quo (nouveau Parti politique) aux couleurs “caille et brune” pour exprimer le véritable ton de couleurs dans lesquelles nous avons les deux pieds.

ce que je déplore quand je lis les commentaires de certaines personnes ils sont incapable de donner leur opinion sans descendre les PQ c’est quoi leurs problèmes Dans ce commentaire c’était le PLQ qui était cité, dans leurs aveuglement il ne se sont pas rendu compte que le PLQ a dépensé des sommes énormes mais seulement pour les médecins et le PQ n’a rien y à voir j’aime lire les commentaires mais je décroche lorsqu’ils attaquent que ce soit le PQ, le PLQ etc. Oui moi aussi je n’ai pas eu la chance d’être instruite et j’ai les cheveux blancs, mais de grâce arrêté de parlé d’un autre parti que celui qui mentionné Que dire de mr Roger la couleur rouge dégouline.
madelein

C’est le type de réponse que l’on doit s’attendre lorsque l’on vie dans l’aveuglement volontaire. Lorsque je « politilise » le débat c’est tout simplement pour rappeler quel est la source des embêtements.

Je suis un professionnel rentier marié à une professionnel rentière qui avons des portefeuilles bien fournis mais ce sont aux plus démunis à qui je pense et pourquoi ils demeurent démunis car nous consacrons chacun 30 heures par semaines en bénévolat depuis des années et constatons les résultats déplorables et souvent irréparables des pratiques incohérentes mais aussi des méthodes d’application hors de tout sens commun lorsque ce n’est pas leurs innombrables bavures à saveur émotionnelle résultant de leur « chantage » politique pour prendre le pouvoir. Bravo madelein, comme dirant l’autre « attaboy le Québec ».

Pour votre information, je me positionne entre le NDP et les libéraux.

Bonjour

On peut maintenant passer la tête haute à la phase 2 du plan d’inaction libéral…

Et contrairement à ce que j’ai lu dans un autre commentaire, les aînés ont gagné quelque chose: France Charbonneau, la protectrice des CPE. Youpie…

Quel article méprisant ,Et vide de contenu intéressant, aller faire soigner votre dépression