Les conservateurs et le Parlement: deux planètes

Les conservateurs sont majoritaires. Ils ont l’assurance de faire adopter leurs projets de loi et le temps de le faire dans le respect des meilleures traditions parlementaires, c’est-à-dire de manière posée et réfléchie et en donnant aux députés, organisations et citoyens une chance de se faire entendre. Idéalement, cela devrait s’assortir d’une volonté d’écouter.

Aussi bien parler chinois. Depuis l’élection du 2 mai dernier, les conservateurs ont renoué avec leurs habitudes et ont sorti le rouleau compresseur. Ils ont limité les débats aux Communes sur six projets de loi et se prépare à le faire à nouveau avec le projet de loi sur la représentation à la Chambre des communes.

En juin, on avait compris, sans nécessairement être d’accord, que le temps pouvait presser dans le cas du premier projet de loi budgétaire et de celui de la reprise du service postal. Mais il n’y a aucune urgence dans le cas du projet de loi omnibus en matière de justice (C-10), du second projet de loi budgétaire qui élimine la subvention aux partis politiques, du projet de loi modifiant la représentation électorale ou des projets de loi mettant fin au monopole de la Commission canadienne du blé et du registre des armes d’épaule.

Et comme si limiter les débats à la Chambre ne suffisait pas, les conservateurs pressent le pas en comité. Le nombre de témoins est limité. Ils sont convoqués sans trop de préavis. Ils ont peu de temps pour se faire entendre et se retrouvent souvent à partager la tribune avec des groupes aux positions disparates.

Dans le cas du projet de loi mettant fin au monopole de la Commission canadienne du blé – une institution vieille de 75 ans qui gère des milliards en exportations et dont dépendent des milliers de fermiers, on a même limité la durée de l’étude en comité: deux soirs pour entendre tous les témoins et un autre pour adopter le projet article par article. Et si le travail n’est pas terminé à minuit (ce soir), tout ce qui restera à étudier sera soumis aux voix sans débat. De mémoire récente, on n’a jamais vu pareille précipitation pour adopter un projet de loi courant qui ne vise pas à répondre à une urgence.

De quoi les conservateurs ont-ils peur? Après tout, ce sont des politiques auxquelles ils croient depuis toujours. Craignent-ils qu’une étude approfondie amène les citoyens à reconsidérer leur appui? Qu’elle révèle des faits embarrassant ou contredisant le gouvernement?

En tronquant le processus, le gouvernement ne permet pas de répondre à toutes les questions, de vérifier les faits, d’apporter des nuances, ce qui laisse le champ libre aux mensonges et demi-vérités. Un exemple? Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a affirmé aux Communes que la protection de la vie privée expliquait la décision de détruire les données du registre des armes d’épaule. La commissaire à la vie privée Jennifer Stoddart a nié cette affirmation en réponse à une question écrite d’un député néo-démocrate. Selon elle, les exigences en matière de protection de la vie privée n’empêche pas Ottawa de transférer aux provinces les données du registre des armes d’épaule.

Il y en a combien d’autres comme celle-là? Et pourquoi le gouvernement veut-il augmenter le nombre de députés si c’est pour traiter le Parlement de cette manière?

Laisser un commentaire

Les conservateurs n’ont pas peur, c’est leur manière d’agir et le despotisme est la caractéristique principale de cette administration majoritaire avec moins de 40% des votes des électeurs… Toute leur plateforme est idéologique et comme ils sont détenteurs de la vérité, comme les Talibans d’ailleurs, ils ne voient pas la nécessité de faire traîner les débats, pour eux ça ne donne rien.

Faut dire aussi que l’opposition ne réagit pas beaucoup ces temps-ci (est-ce parce que les médias n’en parlent pas?) et que les faits ne se retrouvent souvent pas à la une des journaux.

Ceci dit, cette administration est une des plus grandes menaces à la démocratie canadienne depuis les mesures de guerre de Trudeau et cie. Ils ne gouvernent que pour la petite minorité qui les a élus, pas pour la nation en général et agissent en dictateurs au Parlement. Ils le font impunément à cause de systèmes électoral et politique anachroniques qui ne reflètent pas les valeurs démocratiques du XXIè siècle – alors ils ont beau jeu.

Il y a en politique une loi non écrite qui est la loi des 100 jours. Ce n’est pas sur 4 ou 5 ans qu’on voit si le gouvernement a le contrôle de l’agenda ou si c’est l’opposition. Les Conservateurs ont parfaitement bien compris qu’il devaient imprimer leur leadership au pas de course dès la rentrée parlementaire. À la fin de la session présente, ils auront marqué une bonne fois pour toute le paysage canadien.

Avec une opposition qui n’a pas beaucoup de dents, ni de mordant et qui ne performe absolument pas. On n’a d’autre choix que de prendre la vie au présent et de regarder la caravane passer. C’est peut-être dommage qu’il en soit ainsi, mais c’était le choix de nos concitoyens dûment consenti le 2 mai dernier.

Aux Etats-Unis, le président Barack Obama a donné aux chambres la possibilité de débattre librement et longuement. Grand mal lui en a pris. Le résultat est qu’après trois ans, tout ou presque est resté au point mort ; même sa prochaine réélection risque d’être difficile dépendamment de qui lui sera opposé.

Mais si vous entendez voir se transformer le Canada pour en faire un pays qui soit une véritable démocratie. On vous recommande dans ce cas de consulter un spécialiste des troubles mentaux. Puisque quelque soit le parti au pouvoir vous êtes ici dans le plus grand, plus beau, meilleur pays au monde. Et si vous en doutez, c’est sans doute que vous êtes malade !

– Vous aussi vous voulez un meilleur pays ? C’est le temps de le changer dès maintenant en partant de la base. Yes we can and we can do it now !

«De quoi les conservateurs ont-ils peur?» demandez vous?

Ils n’ont peur de rien. Ils ont le pouvoir absolu et ils l’exercent un point c’est tout.

Même quand ils n’avaient pas la majorité ils se comportaient de la même façon.

Et ils le faisaient parce que l’opposition était trop pleutre pour les défaire sur un vote de confiance.

Alors pourquoi alors qu’ils ont la majorité et une majorité solide, pourquoise priveraient-ils d’exercer le pouvoir comme bon leur semble ?

Quant à moi c’est le systême dans son entier qui est corrompu. Mais comme personne ne veut s’attaquer à ça ben c’est simple, subissez-le le systême.

Et ne venez pas brailler que le gouvernement agit à sa guise…

Les Conservateurs font EXACTEMENT ce qu’ils ont promis durant la campagne électorale et c’est tant mieux!

On est loin du « niaisage avec le puck » des péquistes avec leur référendum qu’ils nous sortent de temps à autre pour ensuite mieux le cacher pour tenter de se faire élire.

Les Conservateurs sont directs, déterminés, fermes et inébranlables; toutes des qualités qui nous font cruellement défaut au Québec moumounisé par la gauche.

Vous vouliez la DICTATURE… la voici
Bientôt, vous verrez adoptée la loi des mesures de guerre, la police débarquer chez vous sans mandat et vous fouter en prison pour vos opinions politiques glanées (à votre insu) dans Facebook ou Twitter… l’écoute électronique, l’espionnage-vidéo, etc. bref le mépris total de la vie privée (jusque dans vos chambres à coucher) si on les laisse aller…
La Révolution moins tranquille que la première est la seule arme contre ces Cons…
Voyez plutôt comment le mouvement mondial des Indignés pacifiques sera bientôt attaqué, provoqué pour justifier ensuite la répression et la violence policière…
« Moi j’aime mieux mourir DEBOUT que de passer le reste de ma vie À GENOUX » (Emiliano Zapata)

La dictature!!!

Une gouvernance véritablement démocratique fait une nette différence entre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire. Le système britannique est totalement bancal et fait du premier ministre un vrai monarque .Il dirige les législateurs (ses propres députés, à cause de la ligne de parti, ne sont là que pour endosser ses mesures); il supervise l’exécution du tout en nommant ou en dégommant les ministres. De plus, il a une certaine influence, sinon une influence certaine, sur la nomination des juges. C’est en fait un véritable dictateur pour la durée de son mandat.
Les députés, dans ce système, ne sont que des béni-oui-oui, des estampilles totalement sous le contrôle du premier ministre.
Nous nous devons de bonifier notre système démocratique. Si nous croyons véritablement en la démocratie, nous n’avons pas le choix. C’est devenu une nécessité.
Donnons-nous une constitution qui établit une nette distinction des pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire.
Élisons notre président, ou chef de l’état, au suffrage universel.
Permettons à nos députés de voter selon leur conscience et selon les besoins de leurs commettants.
Revoyons le financement des partis politiques afin qu’ils demeurent la propriété de la population et non des machines au service des riches.
Donnons-nous un système électoral (à deux tours, ou une proportionnelle, ou une combinaison des deux) qui permettra d’avoir une députation vraiment représentative de toute la population.

il y a quand meme 61% des canadiens qui ont voter contre eux et leurs dictature ,leurs idées et leurs programmes si c est cela la démocratie et bien il est grand temps que ça change

Lorsqu’un chef d’un parti provincial ou fédéral dit avoir un mandat clair avec moins de 50% des voix, j’ai toujours cru que son mandat venait des partisans du parti ou des journalistes en mal de nouvelles.

C’est quoi le problème? Est-ce de la démagogie ou autre maladie du pouvoir ?

Bonne fin de journée

@François 1

Quand on est élu majoritairement avec 24% de l’électorat, le bon sens veut que l’on fasse preuve une certaine retenue.

De plus, un gouvernement « responsable » se doit de respecter l’ensemble des concitoyens et non pas la ligne du parti.

Manifestement, ce gouvernement manque a ces responsabilités….

Bienvenu dans le merveilleux monde du gouvernement Royal Harper du Dominion de Sa Majesté la Reine du Chef du Canada (bis)!!!

Le Canada, j’y suis, j’y reste.

Et bien subissez maintenant…

On vient seulement de commencer, ça fait seulement 6 mois qu’ils sont au pouvoir, il ne vous en reste que 7 fois cette période avant de retourner aux urnes.

À moins que ce bon gouvernement décide d’annuler les élections qu’ils jugent inutiles afin de faire économiser de l’argent aux contribuables.

C’est la politique de la terre brulée. Advenant une défaite des conservateurs lors d’une prochaine élection (nul parti est éternellement au pouvoir), il sera très difficile voir impossible de refaire ce que les conservateurs ont défait…

Christian

Harper est majoritaire? Non. Il est convaincu qu’il s’est fait élire dictateur. C’est tout.

@ Benton (# 10):

Les règles électorales sont les mêmes pour tout le monde et les Conservateurs ont GAGNÉ et sont MAJORITAIRES.

Vous pouvez vous étrangler d’indignation; ça ne changera rien.

Pour ce qui est de l’opinion des adversaires des Conservateurs, ces derniers ont toute la latitude voulue pour s’exprimer, soit à la Chambre des Communes ou soit via les différents medias.

Les Québécois se sont isolés eux-mêmes dans l’opposition à Ottawa depuis plus de 20 ans et on en voit aujourd’hui les malheureux résultats. Dans le fond, le Bloc a nuit au Québec.

Si les Conservateurs veulent se faire élire dans le Québec, ils savent parfaitement quoi faire, à moins que les Québécois n’entendent finalement raison et qu’ils cessent de croire au Père Noël gauchiste.

Un dictateur dans l’âme restera un dictateur. Il a la majorité des sièges mais pas des votes. Alors, comme dit François 1 (le roi?), vive la démocratie: les Conservateurs ont GAGNÉ et sont MAJORITAIRES même si la majorité des canadiens n’ont pas voté pour lui!

Pu capable des conservateurs… Complètement dictateur et rétrograde. Si le peuple et l’opposition ne se réveillent pas, il ré-ouvriront le dossier de l’avortement, des droits au homosexuels, l’église reviendra en force et nous n’aurons d’autres choix que de subir, ils sont majoritaires!!!! J’ai encore de la difficulté a croire les canadiens ont voté pour ça. Faut dire que les adversaires n’étaient pas fort du côté libéral et je suis très contente de la percé du NPD mais il faut une organisation plus forte pour déloger les conservateurs, sinon, nous serons bientôt comme tous les fonctionnaires, c’est-a-dire un peuple « harperisé »….!

Les plus populaires