Les conservateurs et l’information : le feu et l’eau

Depuis que les conservateurs sont au pouvoir, on ne cesse de souligner leur aversion pour une information factuelle et non partisane. L’histoire peut paraître ancienne, mais semaine après semaine, le dossier s’étoffe. Un cas de manipulation par ci, un cas de fonctionnaires muselés par là, il passe rarement une semaine sans qu’on en déniche de nouveaux.

Ce matin, dans le Devoir, je croyais avoir fait le tour – pour l’instant – de cette préférence conservatrice pour la manipulation à l’aide, entre autres, de quelques exemples dénichés la semaine dernière, dont la participation de l’Agence des services frontaliers du Canada à une émission de télé-réalité et l’imposition d’un code de conduite aux bibliothécaires et archivistes.

La lecture des journaux de ce matin m’a fait découvrir deux autres exemples de contrôle outrancier et partisan.

Le premier cas est survenu à l’automne 2011. Le lundi 17 octobre, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et Parcs Canada ont prévu tenir un événement à Halifax pour annoncer la conclusion d’un accord pour la création d’une réserve nationale à l’Île de Sable. L’occasion doit aussi servir à souligner le 100e anniversaire de Parcs Canada. Les avis ont été envoyés, les médias avertis. Le premier ministre de la province et le ministre fédéral de l’Environnement sont attendus.

Tout semble baigner dans l’huile jusqu’à ce que le Conseil privé, le ministère qui appuie le premier ministre, se mette à hacher menu le plan de match de Parcs Canada et ce, à quelques jours de l’événement, révèle la Canadian Press. Le Conseil privé ne veut pas que Parcs Canada utilise sa bannière commémorative (un ordre qui sera ignoré). Il exige des corrections aux communiqués, aux fiches d’information et ainsi de suite.

La plupart des corrections ont en commun de rayer le nom de Parcs Canada des documents pour le remplacer, à une occasion, par le «gouvernement Harper». Le Conseil privé exige aussi d’écarter les dirigeants de Parcs Canada du podium, reléguant le grand patron de l’agence parmi les spectateurs.

Tous ces détails ne seront finalisés que quelques heures avant le début de l’événement, à la suite d’un processus qui aura gardé une poignée de fonctionnaires au travail pendant tout un weekend. À nos frais, évidemment.

Le second cas remonte à juin dernier. Non content d’avoir vu les nouvelles exemptions de droits de douane pour les voyageurs être largement publicisées au moment du dépôt du budget, le gouvernement a voulu souligner à gros traits cette politique populaire. Lui qui refusait à l’époque et refuse encore de détailler les compressions annoncées dans le même budget a pourtant jugé nécessaire de dépêcher six ministres à travers le pays pour annoncer à nouveau ces exemptions.

Expert en matière d’accès à l’information, le chercheur Ken Rubin a voulu en savoir davantage. Dans le Hill Times de cette semaine (texte réservé aux abonnés), il nous apprend que des «douzaines» de fonctionnaires ont été déplacés pour assister les ministres. Tous étaient armés de ces décors et affiches aux couleurs maintenant bien connues du Plan économique du gouvernement.

Chaque ministre devait suivre un scénario d’une précision chirurgicale : 13 minutes pour revoir leurs notes (les mêmes pour tous), huit minutes pour faire leur allocution, sortie de scène à l’invitation du maître de cérémonie et ainsi de suite. Des rapports de l’événement et de la couverture médiatique devaient être faits dans les jours qui suivaient.

Tout cela, à nos frais – encore – et pour une mesure mineure, mais… politiquement rentable.

Laisser un commentaire

Ce que je retiens, »Tout cela, à nos frais – encore – et pour une mesure mineure, mais… politiquement rentable ».

??? »Le greffier du Conseil privé est le plus haut fonctionnaire apolitique du gouvernement du Canada ».

Fonctionnaire muselé?

Dans la fonction publique, il y a une obligation de loyauté qui s’applique peu importe le parti au pouvoir.

Pour le reste, j’ai l’impression que vous allez avoir besoin d’inventer des pseudo scandales plus convaincants.

Pendant ce temps, le CBC a produit une info publicité de deux heures à la gloire de Jack Layton et du NDP et « tout cela à nos frais »!

Les plus populaires