Les conservateurs, les Canadiens et le haussement d’épaules permanent

Vivement les élections. Avec un peu de chance, on pourra bientôt commencer à hausser les épaules devant les scandales d’un autre parti. Ça va faire changement…

PolitiqueÇa m’a frappé lundi, en lisant l’article en une du Devoir. Il débutait comme ceci :

«Les premières élections à date fixe auront lieu le 19 octobre prochain, mais le déclenchement du scrutin pourrait survenir dès le début du mois d’août.

En attendant, le gouvernement conservateur distribue des chèques de prestations familiales, dont les plus grands bénéficiaires se trouvent dans des circonscriptions à tendance conservatrice. De son côté, Thomas Mulcair entame, ce lundi en Ontario, une tournée prenant tous les airs d’une campagne électorale.»

Les élections s’en viennent. Le gouvernement conservateur détourne l’argent public pour ses fins partisanes. Pendant ce temps, ailleurs…

Mais… hey, ho… PAUSE ! Attendez une minute ! Le Parti conservateur fait quoi ?!

Un cynique (ou le présent blogueur) vous dirait qu’il a fait «comme d’habitude». Tellement «comme d’habitude» qu’on ne s’attarde même plus à la plus récente conservateurerie : on passe tout de suite à autre chose.

«Aujourd’hui, il a fait soleil, j’ai passé la balayeuse, un ministre s’est pointé à une annonce gouvernementale déguisé en mascotte partisane, j’ai mangé du spaghetti pour souper et je me suis couché tôt. Une journée ordinaire au Canada.»

Ben oui, ben oui : le ministre Pierre Poilievre a sorti son plus beau polo du Parti conservateur pour faire une annonce gouvernementale. Ben oui, ben oui : c’était pour annoncer un chèque qui arrive à point, juste avant les élections. Ben oui, ben oui : les circonscriptions à tendance conservatrice vont en profiter plus que les autres.

Que voulez-vous qu’on y fasse ? Conservateurs will be conservateurs, comme on dit. On ne peut empêcher un cœur d’aimer, comme on ne peut empêcher un conservateur de bafouer les principes de base de la démocratie canadienne.

On ne va quand même pas se fâcher chaque fois qu’on nous prend pour des tatas : on finirait pas être trop épuisé pour dépenser notre chèque de la PUGE, et ce serait bien plate de manquer «Noël en juillet».

Alors après neuf années de régime Harper, on réagit aux scandales, gros et petits, comme dans cette scène du film Tu dors Nicole :

Alors qu’on devrait être dans cet état :

Moi-même, je me souviens de la douce époque où je trouvais l’énergie de dire «BEN VOYONS DONC !» en voyant les niaiseries des conservateurs.

Qu’elle était belle, ma colère, devant leur premier projet de loi omnibus changeant d’un seul vote des dizaines de lois et modifiant des trucs aussi variés que le nombre de cours d’eau protégés ou la quantité de rouge qui doit rester sur les doigts pour qu’on puisse parler de «chips au ketchup».

Oooooh ! que j’étais fâché qu’on me prenne à ce point pour un imbécile.

Puis, il y a eu le deuxième projet de loi mammouth. Et le troisième. Qu’elle semblait vaine, finalement, ma colère.

J’avais déjà un peu moins de force quand est venu le temps de crier des bêtises à ma radio en apprenant qu’on allait éliminer le recensement long, parce que… parce que… parce que je ne sais même pas encore vraiment pourquoi. Parce que réfléchir, ça donne mal à la tête ? Parce que f*ck la science ? Allez savoir.

Ensuite, je suis bien sorti marcher pour soutenir Radio-Canada, mais c’était surtout parce que j’avais besoin d’exercice. Je savais bien que Harper ne regardait pas la manifestation en se disant «Oh non ! Il ne faudrait surtout pas que je perde le vote francophone de Montréal !»

Nous voilà à quelques semaines des élections, et je suis rendu comme ces parents qui lancent mollement des «Jérémy, fait pas ça» et des «Jérémy, papa sera pas content» sans même lever la tête de leur téléphone.

Une conservateurerie, maintenant, ça déclenche un tweet et quelques railleries sur Facebook, mais c’est tout. Et je ne suis pas le seul. Collectivement, nos épaules semblent coincées en position «haussement de».

Vivement les élections. Avec un peu de chance, on pourra bientôt commencer à hausser les épaules devant les scandales d’un autre parti. Ça va faire changement.

Laisser un commentaire

On s’habitue à tout, malheureusement.

Personnellement, je fais preuve d’une certaine apathie envers François 1. C’est comme le moustique qui nous bourdonne dans les oreilles. C’est la bibitte fatigante qui hante tous les blogues. On a juste le goût de lui répondre, de lui faire comprendre qu’il est dans l’erreur, mais le faire c’est lui donner l’importance qu’il ne mérite pas. Si, collectivement, on cesse de lui donner de l’attention il ira sévir ailleurs. On se croise les doigts.

Je sympathise avec votre approche. Pour ma part je lui réponds dans le seul objectif de soulever certaines évidences qui peuvent échapper à ceux qui le lisent et qui partagent son opinion. C’est peut-être futile comme démarche, en fait, j’espère que ce le soit, car ça nous confirmerait qu’il prêche dans le désert.

J’attends toujours cette « démonstration d’une certaine évidence » parce que jusqu’à maintenant, c’est le plutôt désert total comme « évidence » de votre côté…

Il y a une différence entre une opinion et une évidence et cette particularité vous a sans doute échappé…

Mais allez-y Paul…faites-moi « comprendre » (logiquement SVP sans vos phrases creuses!!!) que je suis « dans l’erreur » simplement parce que je ne partage pas vos idées et que je ne rentre pas bêtement dans le rang comme les autres brebis bêtasses qui vous lèchent les bottes.

Je suis curieux de lire le genre de méthode, de syntaxe et d’argumentaire que vous utiliserez…

Au plaisir.

Penses tu je le PET a fait mieux avec sa charte et que Tom avec son foulard islamique?

OK, si je comprend bien, on peut détourner les fonds publics à des fins partisanes parce que le père PET lui nous a donné la Charte des droits et des libertés (que je conçois vos cohortes conservatrices détestent au plus haut point – imaginez-vous, on ne fait pas confiance au bon gouvernement Harper et on ose le défier avec les droits humains) et parce que Tom aurait porté un foulard islamique? Hmmmm pas fort… Mais dans un sens vous faites la preuve par l’absurde que les conservateurs se fichent des droits humains et… de la liberté de religion (ah oui, vous savez l’islam est une religion qui jouit de la protection de la Charte à PET… diable!). Merci de nous éclairer!

Pas fort votre article ! Quand on n’a rien à dire, il vaut mieux se taire. Vous ferez mieux la prochaine fois.

Ha! Quelle belle preuve de la pertinence de l’article et du haussement d’épaule face aux manigances des néo-conservateurs…

Mathieu Charlebois vous avez le don de bien décrire la situation qui est désolante mais bien vraie. Merci pour cet article teinté d’humour malgré la tristesse du sujet …Combien je souhaiterais que l’éveil se fasse en politique !

S’il est vrai que ce genre de manoeuvres à la veille des élections n’est pas nouvelle, ce qui est nouveau c’est l’ampleur de ce que les conservateurs font – du jamais vu. Aussi ils ont poussé l’audace du « jamais vu » avec les projets de loi mammouth, le musèlement des fonctionnaires et la guerre à la science… Mais on sait bien qu’au royaume des aveugles, les borgnes sont rois…

L’apathie n’est pas que fédérale malheureusement. Couillard dépasse les bornes et le bon peuple ne rechigne même pas, ou si peu. On aurait des tonnes de bonnes raisons de se séparer du Canada et l’appui à la souveraineté fait du sur place à un niveau où espérer atteindre le seuil magique de 50% tient pratiquement du miracle. Les politiciens dépassent les bornes et c’est devenu la norme. L’apathie, c’est comme être écoeuré d’être écoeuré. La seule bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’il y a toujours un retour du balancier. Il ne reste qu’à espérer qu’il coïncide avec la date de l’élection.

@M. Charlebois: «Avec un peu de chance, on pourra bientôt commencer à hausser les épaules devant les scandales d’un autre parti. Ça va faire changement.»
Avec cette dernière phrase, vous avez tout dit. Et, question de «faire changement», pour ma part, le «changement» que je crains le plus c’est de voir la bande d’apprentis du NPD se ramasser au pouvoir. Tout le monde, ou presque, a probablement oublié le désastreux passage du NPD dans la province alors la plus prospère et la mieux gérée du Canada, l’Ontario de Bill Davis. Vous espérez du «changement»? Là, vous allez en avoir du «changement». À moins, et c’est mon seul espoir, que Tom Mulcair qui, à mon avis n’est pas aussi à gauche et inexpérimenté que son parti, force un au moins un «recentrage».
Quant à l’autre possibilité, à savoir le jeune Trudeau, qu’y aurait-il à ajouter à tout ce qu’on a pu voir et entendre de sa bouche depuis qu’il a été mis aux affaires de son parti?
Alors, on fait quoi? Pour paraphraser le philosophe Cioran, tant qu’à plonger dans un mal inconnu mais certain, pourquoi ne pas conserver un mal tout aussi certain mais déjà connu?

Votre jupon dépasse… vous écrivez « la province alors la plus prospère et la mieux gérée du Canada, l’Ontario de Bill Davis »… Avez-vous oublié l’Ontario du très conservateur Mike Harris? Il a pris en charge une province au bord du gouffre et l’a poussée dedans! Ou la tellement bien gérée métropole, Toronto, du très conservateur Rob Ford? Et pour continuer sur la veine de Cioran, « La seule condition pour que le mal puisse triompher, c’est que les bons ne fassent rien » Edmund Burke.

Non, je n’ai pas oublié Mike Harris. Pas plus que je n’ai oublié les années désastreuses de Bob Rae et son ministre des Finances, Floyd Laughren, surnommé Pink Floyd à cause de ses budgets à l’encre rouge qui ont mis l’Ontario «dans le trou» d’où la province n’a jamais pu s’extirper.
Quant à mon «jupon» qui dépasserait, je ne crois pas avoir dit que j’étais conservateur ni que j’appréciais certaines lubies de notre actuel premier ministre. J’essayais juste d’illustrer le manque réel de choix quoique pour des raisons différentes selon les candidats en lice. En fait, je me sens un peu comme un personnage de film dont j’ai oublié le titre et qui invitait les gens à voter «None of the above».

Vous semblez détester les conservateurs mais on ne comprend pas trop pourquoi?? La couleur des chips au ketchup? Le polo de P. Poilièvre? Le recensement long?? Faites un peu d’introspection et essayez de trouver une raison sérieuse.

La guerre à la science, la négation de la crise sur les changements climatique auxquels fait face la planète, la dilapidation des fonds publics dans des avions inutile F35, l’émasculation des lois de protection environnementales pour plaire à l’industrie au mépris de la santé publique, l’hystérie du terrorisme au mépris des droits fondamentaux, l’utilisation des fonds publics pour des pubs partisanes sans précédent au pays… et plus encore.

Les nominations éclairées au Sénat.
Les manoeuvres douteuses pour dissimuler les dépenses frauduleuses de ces nouveaux sénateurs.
La présentation de projets de lois qui ne respectent la constitution du pays.
Ses attaques mesquines contre la juge en chef de la cour suprême.
Les coupures dans la culture, notamment Radio-Canada.
Les coupures de l’assurance emploie pour les travailleurs saisonniers.
Les coupures aux vétérans après avoir envoyés nos militaires en mission de combat.
Les coupures dans les inspections des productions alimentaires.
La politique économique orientée exclusivement sur le pétrole.
Son manque de vision pour une économie diversifée qui aurait atténué le présent choc pétrolier
L’abandon du recensement long qui prive le gouvernement et les industries d’informations pour bien planifier.
La distribution inégale des contrats de construction navales, avec des miettes pour les chantiers Québécois.
Son soutien inconditionnel à Israël malgré leurs actions souvent inhumaines.
Les coupures aux organisations humanitaires, sauf pour celles qui distribuent la bonne parole de la bible.

Une gestion efficace les boys! Les coupures ne sont pas des coupures ce sont des arrêts d’ exagérations! Quand le plat de bonbons est vide , on cesse de le remplir c’ est tout!!!

Vous voulez une raison sérieuse? Il y en a une dans le 3è paragraphe :

« En attendant, le gouvernement conservateur distribue des chèques de prestations familiales, dont les plus grands bénéficiaires se trouvent dans des circonscriptions à tendance conservatrice. »

Faites un peu de lecture et essayez de trouver un argument cohérent.

Ah ben je suppose que le Québec sera exclu de ces prestations vu que les circonscriptions à tendance conservatrice y sont rares. Bravo, vous avez sélectionné la raison la plus stupide! Le NPD et le Bloc sont là pour vous.

Êtes-vous vraiment sérieux? Parce que juste dans ce seul texte, je vois toutes ces raisons de ne pas aimer les conservateurs :

– Ils font de la partisanerie outrancière.
– Ils déposent des projets de lois omnibus antidémocratiques.
– Ils n’en ont rien à faire de l’environnement.
– Ils ont «scrappé» le recensement, qui était un outil scientifique important.
– Ils n’écoutent jamais les scientifiques.
– Ils ont coupé exagérément dans Radio-Canada parce qu’ils ne croient pas à l’importance d’un diffuseur public indépendant.

Et si vous en voulez plus, vous pouvez relire ce que j’écris sur ce site depuis un an et demi.

Ce ne sera pas nécessaire, il y a déjà Mme Cornellier qui s’emploie à plein temps à les diaboliser. D’ailleurs qu’est-il arrivé à son billet anti-conservateurs quotidien??

Je me demande ce qu’ un journaliste blogueur comme toi a l’ esprit aussi limité fait dans l’ actualité au sens large du terme!! Tu es un simple blogueur comme nous et en plus tu n’ es pas capable de te mettre au-dessus de la mêlée

La psychiatrie a identifié le mal. Désolé les fans de PKP, c’est en anglais:

« Harper derangement syndrome », or “HDS” for short. The description is as follows: “the inclination by otherwise smart and well-informed people, to excessively and irrationally criticize Stephen Harper, and to obsessively oppose any policies he supports.”

Et que dire du BTHS, le Blind to Harper Syndrome: Oblivious to the fact that Harper like Bush is an Evangilical Christian, an Armageddon superstitious fanatic sacrificing Canada’s policy towards Israel to this irrational belief, resulting in W’s case in the inhuman turmoil in the Middle-east and the rise of the Islamic State. It’ called self-fullfilling prophacy.