Les cris se racontent

Le Grand Conseil des Cris se lance dans le cinéma pour éduquer les jeunes autochtones sur un moment charnière de leur histoire.

Les cris se racontent
Photo : R. Remiorz / PC

D’ici 2014, il produira quatre documentaires traitant du combat que les Cris ont livré pour se faire entendre sur le développement de leur territoire et qui a mené, il y a 35 ans, à la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.

Le premier de la série, Together We Stand Firm, lancé en février, aborde des épisodes méconnus de l’histoire, comme l’affront fait par Robert Bourassa au père de Billy Diamond, l’un des artisans de la Convention. L’aîné lui expliquait le mode de vie traditionnel des Cris quand le premier ministre s’est levé et est parti. Dans les heures qui ont suivi, les Cris demandaient une injonction pour bloquer le projet hydroélectrique de la Baie-James.

Le film raconte aussi la comparution, lors de l’instruction subséquente, de 167 témoins, dont des trappeurs et des chefs qui venaient pour la première fois à Montréal. Du côté adverse : un gouvernement décidé à prouver qu’ils n’avaient aucun droit et n’étaient plus des Cris puisque, comme Québec le disait à l’époque, ils « mangeaient du poulet frit Kentucky et habitaient des maisons ordinaires », relate Brian Craik, de l’ambassade crie d’Ottawa.

Together We Stand Firm sera projeté dans les communautés autochtones. Pour en obtenir un exemplaire, on peut téléphoner aux ambassades cries de Québec ou d’Ottawa.