Les espoirs du grand chef

Le budget «change la donne» pour les autochtones, selon le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde. Portrait.

(Photo: Matthew Usherwood/La Presse Canadienne)
(Photo: Matthew Usherwood/La Presse Canadienne)

Perry Bellegarde, chef de l’Assemblée des Premières Nations (APN), était tout sourire lors de la lecture du budget du gouvernement Trudeau. Avec 6,9 milliards de dollars d’argent frais pour les autochtones, ce budget « change la donne », dit-il. Qui est cet interlocuteur que l’on verra sans doute de plus en plus au cours des prochaines années ?

Origine

Né en 1962 à Fort Qu’Appelle, en Saskatchewan, il a grandi dans la réserve de Little Black Bear, à environ 80 km au nord-est de Regina.

Diplôme

En 1984, il devient le premier autochtone à décrocher un baccalauréat — en administration — de l’Université de Regina.

Parcours professionnel

Après avoir été directeur du personnel de l’Institut indien des technologies de la Saskatchewan, il est élu au conseil de bande de Touchwood File Hills Qu’Appelle, et s’occupe, depuis, de négocier avec le gouvernement fédéral sur des questions sociales, politiques et économiques.

Revendications

Établir de nouvelles relations économiques avec le fédéral ; favoriser l’autodétermination des peuples autochtones ; revitaliser et conserver les langues autochtones ; et augmenter l’influence politique de l’APN. L’une de ses principales revendications, une enquête nationale sur les femmes et les fillettes autochtones disparues ou assassinées, a déjà obtenu le feu vert du gouvernement Trudeau.

Les commentaires sont fermés.

Après avoir lu qu’un chef de bande (de 80 personnes) se donnait un salaire annuel d’un million de dollars, j’espère qu’Ottawa va jeter un coup d’oeil sur la façon de dépenser cet argent, que le fonds serve aux citoyens et non pas à quelque(s) privilégié(s).