Les « faits troublants qui soulèvent des questions » de M. Charest

Prenons le premier ministre au mot. Il ne savait pas. Il fut très étonné d’apprendre que son ministre Tony Tomassi avait eu une carte de crédit qui lui permettait de faire des emplettes pétrolières à même les finances de la compagnie BCIA, d’un de ses proches.

«Tony, dawouarre !»
«Tony, dawouarre !»

Et sitôt appris, sitôt mis dehors : du conseil des ministres et du caucus. Et hop ! à la SQ pour une enquête.

Passons sur le fait que cette histoire de carte est grave, mais pas davantage que celle sur le financement illégal, via des prête-noms, dévoilée par La Presse et pas davantage que celle, dévoilée par l’opposition péquiste, de la réallocation par le ministre d’un certain nombre de places de garderies à des entreprises faisant miraculeusement partie de son réseau.

L’important est que le premier ministre et chef libéral ait fait une gigantesque admission : il ne savait pas. Ce qui appelle plusieurs questions.

1) Qu’a-t-il fait pour savoir? Depuis des mois que des allégations sont faites sur le comportement de son ministre de la Famille, a-t-il mandaté quelqu’un — de son entourage, du Parti, de l’externe — pour poser des questions, rencontrer l’exécutif du ministre, interroger Tony lui-même ? A-t-il voulu savoir s’il y avait un peu de feu derrière toute cette fumée, pour connaître la vérité au moins quelques minutes avant les médias, l’opposition, le DGE ?

2) Si oui, qu’a-t-il appris ? Si non, pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?

3) Et puisqu’il admet qu’il ne savait pas, que fera-t-il maintenant pour savoir s’il y a autre chose à savoir ?

4) Et puisqu’il admet qu’il y a des choses qu’on lui cache, qu’existent, selon ses mots, des « faits troublants qui soulèvent des questions », comment peut-il continuer à refuser que la lumière soit faite sur tous les « faits troublants qui posent des questions » dans le domaine de la construction et du financement électoral ?

Le premier ministre sait que le renvoi de Tony Tomassi creuse un trou de plus dans sa ligne de défense, dans sa crédibilité. Il a pris soin de virer son ministre pour un écart — la maudite carte — qui n’a aucun lien avec les garderies ou la construction. Ce n’est pas un hasard.

Le premier ministre, c’est du moins mon hypothèse, sait ce qu’il sait et sait qu’il y a des choses qu’il ne sait pas. Il semble préférer ne pas les apprendre, du moins pas par une commission d’enquête. Il sait qu’il en apprendra bien des bribes, via l’opposition, les médias, les enquêtes de la SQ, au cours des trois ans à venir.

Il fait toujours le même calcul : ce sera dur, mais ce sera moins dur qu’un exercice de torture à-la-Gomery.

Maintenant, il ne peut que gouverner à vue. Il compte les dodos jusqu’à la fin de la session parlementaire en juin. Il remaniera son gouvernement, fin juin ou fin août. Cela changera peu de choses, mais il n’a pas de meilleure carte à jouer. Il espère que l’été sera beau et que les Québécois se reposeront de lui, et lui des médias. Puis, viendra l’automne. Et quoi ? Ça, il ne le sait pas. Il verra. Et on verra avec lui.

Laisser un commentaire

Pendant ce temps, le pays n’est pas gouverné, les élus s’occupant uniquement de leur image, de leur carrière et des élections.

Ce qui m’embête le plus dans tout cela c’est que même si un pourcentage très élevé de la population n’a plus confiance en Jean Charest et son équipe, il semble peu probable qu’il y ait contestation concrète de sa capacité à gouverner. Les gens sont de plus en plus difficile à mobiliser, sauf pour les parades. Tant que le CH sera en vie il ne se passera rien au Québec du point de vue de la contestation. On a une petite chance avant la fin de session parce que les Expos ne sont plus là.

Nous sommes une société qui tourne en rond en quelque sorte, les médias, sous l’emprise du show business carburent à la redondance, nos partis politiques sont gérés comme des cartels et notre système d’éducation met tout en oeuvre pour s’assurer que tout le monde pense comme tout le monde. Pour couronner le tout on est d’accord pour dire que notre système de santé,qui consomme plus de 45 % du budget de l’état, est malade…La prochaine révolution a beaucoup de choses à remettre en question. Ce qui nous manque dramatiquement, à mon sens, c’est un véritable projet de société. Mis à part les grands voeux de prospérité économique et d’une société très éduquée, serait-il possible de se doter d’objectifs concrets.

Jean David

Cette carte de crédit a servi d’un prétexte utile pour Jean Charest pour congédier son ministre mais ce n’est qu’une suite de collusions et de corruptions reliées au financement du PLQ . IL n’y a rien de réglé présentement et une enquête publique demeure le seul outil qui permettrait de nettoyer l’atmosphère et redonner confiance envers leurs institutions …. Ce n’est qu’un petit pas monsieur Charest , aller un peu de courage et décréter cette enquête publique en 24 heures comme vous l’avez fait pour l’enquête Bastarache …….

Quelle différence y-a-t-il entre une carte de crédit sans limite de fonds et une carte limitée à $ 75,000?

Jean Charest n’a pas besoin d’ennemis pour nuire au parti Libéral ni à l’univers de la politique en général. Il creuse lui-même l’écart qui existe entre la confiance des électeurs et la nécessaire confiance envers les institutions. Bravo Monsieur Charest de vous tirer d’aussi belle façon dans le pied.

En attendant les contribuables contribuent au maintien de ce système de corruption par leur apathie. Et on attend Godot ou les prochaines élections pour se donner l’espoir du changement…

Mais de quel changement parlons-nous ? Le PQ n’est plus tout à fait à la hauteur des attentes et Q.Solidaire reste virtuel.

2 parties à 2…

Fier d’être québécois !
Quelque chose comme un grand peuple…

Je vais être un peu dur mais néanmoins réaliste . Le premier ministre Charest est à la fois un menteur et un vendu. Qui croit cet homme quand il regarde la caméra et affirme qu’il ne sait rien du système de financement au parti Libéral qu’il a lui-même mis en place?
Quel citoyen peut avoir confiance en cet homme qui a vendu l’accès au premier ministre du Québec à des entreprises amies du parti Libéral pour un salaire de 75’000$ par année?
Comme Judas avait vendu le Christ pour de l’argent, Charest a vendu le Québec pour de l’argent.
Et n’espérez pas qu’il construise le CHUM car il va nous couter cher!

La ligne de défense des partisans libéraux; les parties politiques sont tous pareils. C’est faux

Il faut briser cette assertion. Seuls les partis libéraux (fédéraux comme provinciaux) sont les rois de la corruption et de la magouille.

S’il y avait une commission d’enquête, ce serait la mort du parti libéral et Charest le sait.

Le parti de Jean Charest fait un tort énorme à la classe politique entière.

Finalement ce sera ça son héritage politique.

La vraie question maintenant à se poser est: mais où va cet argent que ramasse bon an, mal an, les fédéralistes.

J’émets une hypothèse: dans le monde municipal. Il faut savoir que les plus gros donneurs de contrats publics, après les gouvernements provincial et fédéral, sont les municipalités. Il faut donc que les élus soient tous du même bord.

Quand on regarde certaines villes, Saguenay comme exemple, tous les élus sont fédéralistes en commençant par le maire qui en est un d’ultra, comme la majorité des élus de cette région. Il doit en être de même dans plusieurs autres régions du Québec.

Alors j’émets l’hypothèse que cet argent est utilisé pour faire élire cette racaille fédéraliste qui empoisonne l’avenir du Québec et de son peuple au profil de leur cause et, surtout, de leurs petits amis qui, en retour, leur accordent plein de petits avantages…

Cette situation ne pourra pas continuer bien longtemps ou bien Charest trouve des bons coups pour redorer son image ou bien la pression médiatique va l’emporter. Il y a une pétition qui circule sur le net réclamant sa démission. C’est à mon avis plus fort que seulement la pression de l’opposition. La période estival aura-t-elle raison detouts ces mauvais dossiers ? À suivre…!!!

Nous devons constater qu’au sein du parti Libéral de Charest il y a une culture aberrante pour ne pas dire choquante. En preuve, le DGE poursuit des vérifications auprès de la ministre de l’Éducation, Michelle Courchesne, et du ministre délégué aux Transports, Norman MacMillan. Et on sait que le DGE enquête formellement dans le cas de Julie Boulet la ministre des Transports.

Donc voilà trois ministres qui déclarent candidement qu’ils est normal que des entreprises du Québec participent illégalement au financement des partis politiques. Il est donc légitime de supposer qu’au sein du parti Libéral du Québec on ne s’oppose pas à ce que de des compagnies, des personnes morales, participent financement de leur propre parti politique même si c’est illégal. Ça fait donc parti de la culture du PLQ et ça expliquerait que les coffres du PLQ débordent d’argent comparativement à tous les autres partis politiques tant au Québec qu’en Ontario.

Je pense que Tomassi à été puni par Charest non pas pour ce qu’il a fait mais parce qu’il s’est fait prendre. Il devient de plus en plus évident que le PLQ de Charest contourne volontairement les règles de financement des partis politiques québécois et que ce comportement est généralisé, reconnu et encouragé par la tête-même du PLQ.

Je pense que la PLQ dirigé par Charest est un parti politique pourri et corrompu. J’ajoute que s’il reste encore des députés honnêtes dans ce parti et que s’ils veulent que leurs noms ne soient pas associés à ceux du PLQ et du Premier ministre ils devraient démissionner et siéger comme indépendants. Peut-être la population leur en serait gré aux prochaines élections. Sinon leurs noms seront certainement associés à cette puanteur qu’est le PLQ de Charest.

Nous sommes en train d’assisté à la «banananisation» du Québec. L’histoire avec un petit h, car au Québec on n’aura jamais d’histoire avec un grand H, les anglais veulent pas, se souviendra de John James. C’est juste très très décevant pour nos enfants, que de beaux exemples d’honnêteté, de rigueur, de travail, je le dis encore, j’trouve qu’on fait dur!!! Et même si on réussi à avoir un semblant de pays, les mêmes dirigeants, gestionnaires, sous-ministres et mandarins de l’état seront là.

Tant que le CH sera là, tant que RDS diffusera des tournois de poker, tant que la UFC sera à V, tant que Musique Plus diffusera des téléréalités de fille bisexuelle à nos adolescents, tant que le comté de Darcy McGee votera libaral, il n’y a pas d’issue.

N’allez pas croire que je suis un conservateur fini, je suis juste un hétéro blanc, éduqué au public sous le premier gouvernement péquiste, qui n’utilise pas encore à outrance le système de santé, qui recycle ses vidanges, qui va commencer à faire du composte cette année probablement et qui cherche à avoir la paix, ce que je ne trouve pas beaucoup de ce temps là, dans ma société distincte.

Pour vous aider à passer à travers la dureté de mon commentaire, si vous le trouvez dur, il y a des poubelles à batterie chez Costco qui s’ouvre toute seule… Quelle belle époque!!!

Les Québécois sont totalement désabusés des politiciens québécois, autant libéraux que péquistes, et pour cause: ces derniers ne cherchent en fait qu’à se faire réélire à n’importe quel prix (c’est l’argent des autres après tout…) point barre.

Mais il y a PIRE: les gauchisto-interventionistes du genre de Monsieur Lisée veulent que nous donnions aux politiciens encore PLUS de pouvoir d’intervention. Lisez-le bien: il n’y a pas un domaine qui lui échappe…l’État québécois quasi-bolchévik n’est pas encore suffisamment adipeux et fouineur. Il doit s’introduire encore plus dans NOS VIES PRIVÉES et réduire d’autant nos libres choix !

IMAGINEZ…ces évaporés désirent que nous fassions intervenir l’État québécois (les politiciens quoi! vous savez…ceux que nous considérons à peine plus crédibles que des « vendeurs de chars de seconde main » sondage après sondage…) encore PLUS dans nos vies. Comme s’ils ne nous avaient pas suffisamment enfonçés dans les emmerdes comme ça!!!

Il faut RÉDUIRE le rôle l’État tentaculaire et malpropre québécois et redonner aux Québécois et aux Québécoises la LIBERTÉ individuelle de choisir!!!

Le rubicon a été franchi je pense et l’opinion est cristallisée. Tôt ou tard Charest devra se retirer il a perdu la légitimité et le respect de la population.

La colère qui s’exprime est dangereuse, stridente et en crescendo et il me semble que vient un moment ou il faut tirer des conclusions.

Il est à souhaiter que Charest y réfléchisse, et ça commence à presser.

Dans tout cela il y a une chose qui me chicotte,
pourquoi ne parle t on pas du passé trouble de Jean
Charest? n’a t’il pas été obligé de démissionner de
son poste de ministre après avoir essayer d’influencer un juge?
Alors dans son cas ne peut-on pas dire que le passé
est garant de l’avenir?
Cet homme à toujours essayer de tirer parti de tout ce qu’il peut pour son avantage personnel.
Même son salaire qui lui vient du parti libéral, n’est-ce pas lui son patron et non les électeurs du Québec? Drôle de situation n’est-ce pas?

Les enquêtes journalistiques vont continuer pendant l’été, et les délateurs vont s’exprimer.

Son chat est mort.

Qu’est-ce qui est le plus illégitime pour le parti libéral. Recevoir quelques pétro-dollars des amis du parti ou recevoir 75,000$ par année de ces mêmes amis?

Il faut savoir que Tomassi et sa gang gèrent Charest depuis Ottawa ou Charest commetait déjà le même genre de frasques avec la même gang

Et que dire de Jean Charest qui lui emprunte la carte de crédit du Parti Libéral du Québec. Pour 75,000$ on peut se payer beaucoup plus que de l’essence.

Avec tout l’effort et le temps qu’il mets pour son « sideline » à la tête du parti Libéral, il ne reste plus grand énergie et de temps pour sa tâche principale à la tête du Québec!

Paradoxe bizarre le fait qu’il gère mieux la caisse du PLQ que celle du Québec!?!?!

On le paie $184 000 annuellement alors que le PLQ le paie $75 000. Il me semble que le contribuable québécois devrait en principe passer avant le contribuable du parti!!!

Voir ma proposition dans les commentaires du blog « L’image : la construction du CHUM progresse » de J-F Lisée.
Si vous aimez le « Jour de la marmotte »,vous endosserez le PQ et le PLQ et le PQ et la vis sans fin.
Si c’est un divertissement pour vous d’en parler comme vous en avez parlé lors du scandale des commandites,je trouve que avez des passe-temps dispendieux.
Quand un enfant fait mauvais usage d’un jouet cher, on lui enlève, jugeant qu’il n’est pas assez mature et qu’on s’est trompé dans nos choix.

Dans sa déclaration à la « teevee » hier Johnny Boy s’est empressé de parler de la carte de crédit d’une pétrolière appartenant à la cie BCIA dont le propriétaire a fait failitte ou a été rescapé par des soutiens gouvernementaux.

Puis il s’est empressé de remettre le dossier à la sureté du Québec. Tout le monde doit certainement savoir que pour remettre un dossier à la sûreté du Québec on doit avoir un motif (Quel est ce motif?)…et là Charest ne répond pas.

Alors ou il ne sait pas ou il va ou c’est un cave ou nous sommes tous des caves.

Alors on a chacun nos théories. Une de ces théories a une longueur d’avance. Johnny Boy était pris avec les garderies de Toni-Té, du financement du parti libéral (Il a exigé que ses ministres rentre $100,000 par année pour le financement du parti libéral dont $75,000 vont directement dans ses poches) du financement des ses autres ministres qui n’ont pas suivi les règles, pris aussi avec les demandes répétées d’une enquête sur la corruption dans la construction et les contrats gouvernementaux et municipaux……ainsi ils ont fini par trouvé la carte de crédit pour montrer que c’est lui qui avait décidé du sort de son ami Toni-Té mais à titre de premier ministre….et non l’opposition sur qui il a tiré, fâché rappelant aux journalistes francophones que c’était la faute de l’opposition péquiste…..et soudain aux questions des journalistes anglophones il devint mielleux et repris un ton contrôlé.

« Plus que tanné » de toutes ces flèches lancées aux francophones….ça va faire.

La nation québécoise ne se fait pas fourrer par le fédéral uniquement mais par son propre gouvernement. Reste le pouvoir de la rue.

Il a mis Tomassi dehors après qu’un scandale « qu’il ignorait » ait été rendu public. Mais il y a bien des scandales au moins aussi pires et sur lesquels il ne réagit pas.

Conclusion logique: Il ne sévit que lorsqu’un mauvais comportement est commis sans qu’il le sache; les scandales dont il connaît le tenants et aboutissants ne méritent donc pas d’action.
Ce qui implique qu’il est au courant de tous les autres cas de collusions, pots-de-vin, copinages et autres magouilles; d’où son inaction.
Bref, péchez tant que vous voulez, mais mettez-moi au courant avant, sinon…

C’est du moins l’impression qu’il donne avec ses réactions ponctuelles dans une mer de scandales. et avec des explications aussi bêtes que « je ne le savais pas ».

@François 1:

Le problème n’est pas que l’État ait trop de pouvoirs, c’est qu’il est géré comme une entreprise privée, par des gens qui proviennent de l’entreprise privée (pas les PME, les grosses et énormes entreprises). Avec en plus des collusions incestueuses entre certains hommes d’affaires et la gestion publique. Entre dans les conseils d’administration, c’est la règle de se « renvoyer l’ascenseur ». Alors que l’État devrait être libre de ces magouilles.
C’est la même gang qui « gère » si bien l’état, les banques, les institutions financières et autres entreprises. D’où proviennent (et ont vont ensuite) les Sebia, H-P Rousseau et autres Tomassi ? C’est le système institué par Reagen des « portes tournantes »: un gestionnaire privé entre au service de l’état pendant quelques années où il met à profit sa position pour enrichir ses amis et anciens et futurs employeurs, avant de retourner travailler pour ceux qu’il a enrichi (cf Phillipe Couillard). En plus d’enrichir les riches et puissants, ça a le mérite de « démontrer » que l’état ne sait pas gérer (évidemment puisque c’est exprès).

Le jour où on devra se faire soigner dans un hôpital gérer par un Vincent Lacroix, je suis sûr qu’on pourra se sentir en sécurité.

Bref, il faut:
1) Faire la séparation de l’État et de l’Église (la nouvelle Église: c-à-d le Marché)

2) Installer (ou réinstaller) les contrôles qui obligent les dirigeants à plus de transparence

3) Installer des verrous pour empêcher les gouvernements de décider sans consulter (Charest peut présentement diriger encore trois ans alors qu’il n’a aucune légitimité et il a pu passer le budget Bachand qui instaure une « révolution culturelle » sans mandat et contre la volonté très claire d’une large tranche de la population).

Bref, il faut instaurer un jour une démocratie (démos = peuple, cratie de kratos = pouvoir) et sortir de la ploutocratie (de ploutos = richesse).

Allez sur plq.org, il y a une section « écrivez-nous ». Ça vaut la peine de leur faire savoir ce que vous pensez.

Il y a aussi une section « Financement » pour les masochistes rampants.

@Mario Gladu
«On devrait … pouvoir reconnaître que les choses sont sans espoir et être néanmoins déterminé à faire en sorte qu’il en aille autrement.»
[F. Scott Fitzgerald in The Crack-Up]
Baisser les bras et ne rien faire c’est leur donner raison 🙁

@François 1
Choisir quoi ? Qu’avez-vous à proposer ? Nous n’avons rien lu de votre part à ce sujet. C’est ben beau chialer mais à un moment donné il faut aller au bâton.:-0

Je disais dans un prédédent billet que les partisans libéraux (honteux) tentent de mettre sur le même pied tout les partis politiques québécois.

Dans le billet 14 François 1 nous le démontre pleinement, il écrit « Les Québécois sont totalement désabusés des politiciens québécois, autant libéraux que péquistes. »

C’est faux et il faut le dire. Charest par ses agissements dévalorise la classe politique. C’est lui le grand responsable. Pas les autres partis politiques québécois. Votez pour qui vous voudrez, autre que le parti libéral, vous ne risquez pas de voter pour des magouilleurs.

QUAND M Tommassi a-t-I cessé d’utiliser les cartes de crédits? La semaine passée?
Personne ne le demande à M Charest.

Est-ce que M Charest ne reçoit QUE 75 000 $ par année du PLQ?
Personne ne le demande à M Charest.

M Charest admet certaines choses, mais il ne dit jamais tout.

Pour un conservateur, l’État devrait s’éclipser au profit du privé. Cette équation magique devrait dégager des sommes englouties frauduleusement par les élus suite à leur mauvaise gestion des fonds publics.

Cette vision simpliste confère au privé la gestion honnête des fonds.

Et pourquoi les gens d’affaire seraient-ils plus éthiques que les élus qui sont redevables à la population ? Les affairistes n’ont de compte à rendre qu’à leur conseil d’administration, lorsqu’il y en a un. Autrement, c’est bar ouvert à l’année.

C’est pourquoi la démocratie ne peut être mieux servie que par un État honnête…

L’affaire Tomassi n’est qu’une goutte d’eau dans l’univers des petits amis de Jean Charest. Ce dernier doit convoquer immédiatement une commission d’enquête publique sur la construction au Québec, sur les politiques du parti libéral du Québec et sur les dépenses exagérées engendrées par toutes les mauvaises structures politiques que Jean Charest et son équipe ont mis en place. Le grand responsable du gâchi actuel est JEAN CHAREST. C’est lui qui doit être puni par la population du Québec en démissionnant immédiatement et que les Québecois aillent voter massivement pour mettre dehors les responsables du désordre actuel au Québec. La popualtion se doit de voter pour l’ADQ qui représente au moins le seul espoir que la situation pourrait se corriger.

réplique @14
François 1, il semble y avoir une confusion dans ton esprit entre gouvernement et appareil étatique.
Premièrement réduire la taille de l’appareil étatique ne réduira pas le nombre de députés, il y a aura toujours un premier ministre, des ministres et un nombre de députés corrompu ou pas.

En ce qui concerne la réduction de la grosseur de l’appareil de l’état ça n’a aucun rapport avec la corruption des politiiciens.

Il faudrait te mettre à jour en ce qui concerne ton discours politique. Parler de Bolchévisme de nos jours est d’un ridicule. Ton discours est passé date depuis longtemps. IL faudrait que tu jette cette cassette là à la poubelle.

Si gesca le voulait la commission d’enquete serait déclachée asser vite. C’est une affaire d’opinion publique. Mais on sait qu’ils sont copains et que Charest est le bras droit des Desmarais, donc, gesca et les médias en générales se font complices dans toutes ses affaires de magouilles en ne mettant pas la pression qu,on aurait droit a s’attendre en temps normal. Ils aident Charest a se maintenir au pouvoir par la force de l’opinion publique. Ils font semblant de critiquer. La corruption est pire que ce qu’on peut penser au Québec.
On est toutes des bouche-trous payeurs de taxes, des vauts riens de batards.

Monsieur Perron,

Je suis d’accord avec vous.

Je ne crois pas que les Québecois soient désabusé du Parti Québécois présentement, qui fait un travail de chien renifleur remarquable.

Si de élections avaient lieu aujourd’hui je voterais pour Pauline.

Quand je vois ceux qui parlent de corruptions et de grosses accusations, je n’en revient toujours pas! Vous ne savez pas que tous les partis font la même chose, que ce soit le parti de Mme Marois ou l’ADQ, ils font tous la même chose, c’est comme çà faire de la politique! L’hypocrisis des autres partis qui essaient de faire accroire qu’ils sont blans comme neige, BEN voyons donc! Premièrement tous ces allégations qui sont présentement des allégations ne sont toujours pas fondésce sont des ragaux de journalistes et des autres partis qui tout ce qui se passe au niveau des Libéraux! Regarder les autres partis à la loupe et vous allez voir que vous allez trouver des vertes et des pas mur! Quand est ce qu’on va réellement parler de vrai choses, ce qui compte c’est que le Québec avance et non essayer de détruire celui qui gouverne, pour avoir la place dans trois ans. Je crois que l’oppsition et les journalistes font tout pour dtruire le parti au pouvoir et çà c’est du cynisme. Ils devraient plutôt travailler avec le parti pour aider le Québec et non le nuire.

Lucette, c’est le parti au pouvoir qui fait tout pour se détruire lui-même. Vous êtes payé combien pour défendre l’indéfendable. Ouvrez-vous les yeux, ça presse.

@Denis Drouin commentaire 27

M.Drouin,

votre citation de F.Scott Fitzgerald est très à propos. Cependant, depuis 30 ans, je n’ai voté sérieusement qu’une seule fois et c’est au référendum de 1995. En 1980, j’avais 16 ans et en 1992 pour l’accord de Charlottetown, c’était une autre bonne blague. C’est la seule fois ou mon vote à vraiment penser à essayer de peut-être commencer à faire quelque chose.

SVP comprenez un peu mon découragement face à ce magma. Déjà qu’il faut convaincre 5 personnes sur 8, (Les 2 autres ne voteront jamais pour que le Québec soit un pays) la tâche est ardue. Les héros au baseball manquent leurs coup 7 fois sur 10 et on les portes en triomphe.

Qui sait peut-être que le bon Dr. Khadir saura faire ce qu’il faut pour secouer notre léthargie. Faudrait par contre que la garde partagée à QS se termine, histoire de faire plus sérieux, à moins qu’eux aussi, ne veulent que chialer…

@Lucette

Je ne prétend pas être un saint. Cela ne veut pas dire que je crois qu’il faudrait laisser Vincent Lacroix tranquille sous prétexte que « tout le monde a déjà menti ou trompé dans sa vie ». Tout est une question de nuances.

Vrai: Le pouvoir conduit certaines personnes à profiter de leur situation (quelques fois même sans se rendre compte qu’elles faut « quelque chose de mal »).

Vrai: Le PQ a eu son lot de scandales et de magouilles.

Mais, il faut admettre que le PQ a une feuille de route beaucoup, beaucoup moins entachée que celle du PLQ. Les scandales du PQ restaient, jusqu’à preuve du contraire, des cas isolés, alors que le PLQ a installé un SYSTÈME de corruption. Charest a changé bien des règlements depuis qu’il est là pour permettre d’agir le plus possible discrètement et en douce.
Ce ne date malheureusement pas d’hier. Pensez au gouvernement Taschereau (quand on pense que Duplessis a été une amélioration par rapport à lui). Ou aux premiers mandats de Robert Bourassa (qui a perdu le pouvoir en 1976 essentiellement parce que les gens étaient écoeurés de la corruption ambiante).
Je ne prétend pas que tous les membres du PLQ sont corrompus. Plusieurs, même parmi les ministres, sont de bonne foi et croit vraiment pouvoir aider le Québec. Mais il est clair que la direction du PLQ entretient des relations incestueuses avec plusieurs milieux d’affaires et qu’un grand ménage s’impose.

P.S. Je ne suis pas péquiste et je ne voterai pas PQ aux prochaines élections (à moins que d’ici là bien des choses changent). Mais je suis capable de reconnaître que le PQ est bien moins pire que le PLQ (jusqu’ici).

@lucette

> ce qui compte c’est que le Québec avance

Démolir ce qui a été bâti depuis le Révolution Tranquille (ce qui nous ramènera à l’ère Duplessis, voire Taschereau), ce n’est pas ce que j’appelle avancer.