Les hommes d’État du Parti québécois

En l’espace de 48 heures, les trois derniers premiers ministres péquistes ont pris leurs distances du projet de Charte des valeurs du gouvernement actuel.

Photo: Jacques Boissinot/Presse canadienne
Photo: Jacques Boissinot/Presse canadienne

En l’espace de 48 heures, les trois derniers premiers ministres péquistes sont sortis, dans divers médias, pour prendre leurs distances du projet de Charte des valeurs du gouvernement actuel. Et ils ont tous proposé la même sortie de crise: remplacer l’interdiction de signes religieux dans toute la fonction publique et parapublique — le seul point réellement controversé de cette Charte — par une interdiction ciblant les employés de l’État en position d’autorité, et en particulier ceux exerçant le monopole étatique sur la coercition (policiers, juges, gardiens de prison). C’est ce que proposait le rapport Bouchard-Taylor.

Jacques Parizeau dans le Journal de Montréal, Lucien Bouchard dans La Presse, et Bernard Landry à Radio-Canada. J’ignore si l’action était concertée, mais on n’aurait pas pu imaginer plus grand coup médiatique: les trois ex-PM, dans trois grands médias, en l’espace de deux jours.

Certains ont noté qu’il ne manquait que Pierre-Marc Johnson pour compléter le tableau. Et il vrai qu’il serait intéressant de l’entendre, même si un texte récent, publié dans le contexte de l’élection municipale à Montréal, suggère fortement qu’il se rangerait, lui aussi, derrière les dissidences de MM. Parizeau, Bouchard et (maintenant) Landry.

Ces interventions remarquables n’apportent pas de nouveaux arguments substantiels dans le débat en cours. D’un côté comme de l’autre, les plaidoiries sont terminées depuis déjà plusieurs jours. Il faut croire que, dans le tumulte des dernières semaines, les trois ex-PM se sont rendus, en tout ou en partie, aux arguments des opposants à la Charte: la nécessité de cette mesure n’a pas été démontrée; elle procède d’une conception erronée de la laïcité des institutions publiques; elle rendrait l’État moins neutre, elle isolerait le Québec sur la scène internationale; elle enverrait le signal que seul le gouvernement fédéral protège les minorités culturelles; elle catégorise et ostracise injustement un groupe de citoyens; elle est certainement inconstitutionnelle; elle n’a aucun lien rationnel avec la montée de l’islamisme, etc.

Plutôt que des idées neuves, ces trois hommes ont investi leur autorité morale dans le débat en cours: la perspective de politiciens proches du Parti québécois, dont la loyauté envers le Québec est inattaquable, mais dont les préoccupations dépassent la prochaine élection.

Contrairement à d’autres, MM. Parizeau, Bouchard et Landry ne cherchent pas à se faire réélire. Ils figurent déjà dans les livres d’histoire. Outre le retour de la paix sociale, leurs interventions visent sans doute à s’assurer que le parti qu’ils ont dirigé — et, par association, leur héritage personnel — ne soient pas ternis par une manoeuvre politique qui déconsidérerait durablement le Parti québécois aux yeux de l’Histoire. Ils veulent présumément pouvoir continuer à garder la tête haute quand ils parleront du parti dont ils ont été chef.

L’adage veut qu’un politicien pense à la prochaine élection et l’homme d’Etat à la prochaine génération. Alors que les rumeurs d’élection se précisent tous les jours davantage, MM. Parizeau, Bouchard et Landry ont visiblement choisi d’agir en hommes d’État. Espérons que d’autres les imiteront.

Laisser un commentaire

Il ne semble pas que M. Landry soit du même avis que Messieurs Bouchard et Parizeau. Voir ce qui suit :

Au final, Bernard Landry qualifie le projet de « globalement positif». Il ajoute qu’étant donné que le Parti québécois forme un gouvernement minoritaire, que le résultat final « devra forcément être modéré ».

Lorsque la hache est rentrée dans la forêt, les arbres se sont dit: au moins le manche est l’un des nôtres

Proverbe turque.

On ne demandera pas aux Bouchard, Taylor, Parizeau, Landry … de se battre pour l’émancipation des femmes …

À lire: Le foulard n’est pas un détail, M. Parizeau ” de Marie-Claude Lortie

Et Marie-Claude Lortie n’est pas une référence! Elle ne connait aucune femme voilée. Qu’à t’elle accompli pour être ainsi comparé ainsi aux hommes mêmes qui ont bâti le Quebec moderne que vous prétendez vouloir défendre, Moi, contrairement à bcp de pro-charte, j’ai connu et cotoyé ces femmes voilées, né au Québec et enfant de la loi 101. Ces dernières sont de fières québecoises et il est totalement faux d’insinuer qu’elles sont tous dominées. À titre d’exemple, bien au contraire, les femmes nord africaines sont bien souvent les chefs de la maison hahaha, voile ou pas voile. La société entière est basée sur la violation de droits naturels et l’usurpation. Ceci veut-il dire qu’on doit détruire la société entière ? L’église catholique, le communisme, le milleu des affaires patriarcal, toutes ces entités ont du sang sur les mains. Pourtant on ne vous entend jamais dire qu’on doive bannir ces entités de l’espace public. La laïcité à pour but de s’assurer que le gouvernement ne tienne pas compte de pratiques socio-culturelles religieuses dans son administration de l’état. Point final. Tout le reste est intolérance et peur de l’autre. Le meilleur moyen d’assimiler les nouveaux venus c’est l’assurance de soi et la beauté de sa culture.

Trois ex-Premiers-ministres du Québec moumounes. Ça prenait une femme, comme Mme Marois, pour brasser la cage de ces religieuses qui ont plus de voiles que de gouvernail envers les hommes musulmans jaloux et dominateurs.

Pas de doute sur l’orientation de médias qui consacre a peut près 90 % de l’espace aux anticharte , ceci dit en ciblant les postes d’autorités on laisse en plan les garderies etc.etc le berceau de la culture , on est tu naïf a ce point , il n’y a pas de tel compromis dans les pays d’ou viennent ces gens