Les jeunes québécois: plus travaillants que les jeunes ontariens!

Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec
Commentateur de droite apprenant que les jeunes Québécois sont moins paresseux que les jeunes Canadiens.

Nos jeunes décrochent, sont mous, lambins, inintéressés, inintéressants? Aucun doute qu’ils décrochent, pour raccrocher ensuite, mais les chiffres sont formels: ils sont travaillants.

À la demande générale, je vais vous parler aujourd’hui du taux d’activité. Plus inclusif que le taux de chômage, il comptabilise les personnes en emploi et celles à la recherche active d’emploi. Un bon indicateur de la vigueur du marché du travail.

Historiquement, ce taux a été plus bas au Québec qu’en Ontario, mais l’écart tend à se refermer. Une récente note du professeur d’économie à Dawson, Charles-Albert Ramsay, indique que ce taux, chez les jeunes québécois, dépasse désormais celui des jeunes ontariens.

Ça a été long, mais on a fini par les dépasser... (Cliquez pour agrandir)
Ça a été long, mais on a fini par les dépasser... (Cliquez pour agrandir)

Spécifiquement, les groupes d’âge des 15-24 ans et celui des 25-44 ans présentent des taux d’activité plus élevés que ceux de l’Ontario et de la moyenne canadienne. Il n’y a pas de différence significative, selon Marsan, entre les taux d’activité des 45-54 ans dans les trois cas. L’écart dont souffrait le Québec s’est donc, en 2009, complètement refermé et ce phénomène est le résultat d’une montée structurelle, pas d’un accident conjoncturel.

Cependant nos pré-retraités, les 55-64 ans, sont moins vaillants que ceux de l’Ontario. Mais comme l’illustre le graphique qui suit, ils travaillent de plus en plus — avec le même enthousiasme de retour au boulot que les Ontariens — mais partent d’une situation de plus grand désengagement. Bref, la tendance est bonne, mais les Ontariens gardent leur avance.

Cliquez pour agrandir
Un taux passé de 41% à 56% en 13 ans. Cliquez pour agrandir

Puisque l’économie québécoise a surperformé par rapport à l’ontarienne (et à l’Américaine, et à l’Européenne) pendant toute l’année 2010, une future mise à jour de ces tableaux devraient encore améliorer la position québécoise.

Si on veut être bien à jour, notons qu’en octobre 2010 le taux de participation global était au Québec de 65,6%, accusant un léger retard sur l’Ontario (67,1%), et le Canada, (67,2%), mais affichant un léger avantage sur les USA, (64,5%).

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :
Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Nous interrompons, comme chaque vendredi, le lancinant commentaire anti-modèle québécois des plumes locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.
<img class= »size-full wp-image-3414″ title= »tobin » src= »/assets/uploads/2010/05/tobin1.jpg » alt= »Commentateur de droite apprenant que le taux de chômage est moins élevé au Québec » width= »125″ height= »90″ />
Commentateur de droite apprenant que les Québécois tombent moins dans le panneau des jeux de hasard que les autres nord-américains.

J’avoue que cette statistique m’a surpris. Probablement moi-même affecté par le discours misérabiliste ambiant sur le Québec et conscient, comme chacun, de l’omniprésence des produits de Loto-Québec, j’ai toujours pensé que les Québécois seraient, malheureusement, parmi les plus enthousiastes consommateurs de cette taxe régressive que constituent les jeux de hasard.

Il n’en est rien. Regardons d’abord ce graphique compilé par les sociétés provinciales de jeux d’argent et de hasard et trouvé récemment <!–more–>sur le site de Loto-Québec. Les chiffres valent pour 2004-2005 et indiquent la dépense annuelle par habitant au Canada:

<a href= »/assets/uploads/2010/10/saviez-vous_que_fr.jpg »><img class= »size-full wp-image-5736″ title= »saviez-vous_que_fr » src= »/assets/uploads/2010/10/saviez-vous_que_fr.jpg » alt= »Étonnant. » width= »357″ height= »211″ /></a>
Étonnant.

Évidemment, comme cela vient de Loto-Québec, je me méfie. Une autre mesure, de 2007, est <a href= »http://www.statcan.gc.ca/pub/75-001-x/tables-tableaux/topics-sujets/gambling-jeuxdehasard/2009/tbl004-eng.htm » target= »_blank »>offerte par Statistique Canada</a>. On y constate aussi que la dépense moyenne québécoise pour l’ensemble des jeux de hasard est en queue de peloton:
<p style= »text-align: center; »>927$ Alberta
731$ Saskatchewan
726$ Ontario
709$ Manitoba
646 $ Canada
628$ Colombie-Britannique
599$ Nouvelle-Écosse
567 $ Terre-Neuve
525$ Ile-du-Prince-Édouard
<strong>456$ Québec</strong>
440$ Nouveau-Brunswick

Comment comparer ensuite avec les États-Unis ? Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’enquête utilisant le même méthodologie que celle de Statistiques Canada, mais la volonté d’être exhaustif dans la participation au jeu apparaît similaire. <a href= »http://responsiblegamblingcanada.com/articles/gambling_in_US_survey_dec_2002.pdf » target= »_blank »>L’étude américaine de 2002</a>, portant sur les dépenses de 2000, indiquent un investissement beaucoup plus important des Américains que des Canadiens en général dans les jeux d’argent et de hasard.
<p style= »text-align: center; »>2627$ Nouvelle-Angleterre
1905$ Texas
1815$ Californie
1735 $ États-Unis
1701$ Sud
1562$ Mid-West
1467$ Ouest du pays (sauf Californie)
<p style= »text-align: left; »>La différence est encore plus forte lorsqu’on considère que les chiffres canadiens représentent la dépense par ménage (donc plus d’une personne) et que les chiffres américains représentent la dépense par personne !</p>
<p style= »text-align: left; »>À voir tous ces chiffres, on ne peut que conclure que les Québécois ne sont, heureusement, tout simplement pas dans la game !</p>

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.
<h6 style= »text-align: left; »>Note en   petits caractères :</h6>
<h6 style= »text-align: left; »>Les billets   du vendredi « <a href= »/jean-francois-lisee/category/temps-dur-pour-les-detracteurs-du-modele-quebecois/ » target= »_blank »>Temps durs pour les  détracteurs du modèle québécois</a> » ne prétendent pas que tout est parfait  au Québec, loin s’en faut.   L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses  ouvrages et sur ce blogue, des   réformes nombreuses et importantes visant  à surmonter plusieurs des   importants défis auxquels le Québec est  confronté. Cependant, la série   permet de percer quelques trous dans le  discours ambiant qui tend à   noircir la situation globale du Québec qui,  pourtant, affiche d’assez   bons résultats comparativement aux autres  sociétés semblables.</h6>

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

56 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Bonjour!

Lors de la lecture du graphique illustrant l’évolution des taux d’activité des pré-retraités québécois en relief d’avec les pré-retraités ontariens, il me revient à la mémoire une entrevue qu’avait donné René Lévesque.

Cette entrevue semblait avoir été tenue à la fin des années soixante-début soixante-dix, en anglais, possiblement à la CBC.

Dans cette entrevue, le journaliste lui demande pourquoi les « vieux » canadiens-français d’alors ne semblent pas adopter ses convictions indépendantistes…

Lévesque répond alors que cette génération ( dite : » génération silencieuse »: pré-boomer) ayant eu la vie trop difficile, et ce, à tous les niveaux, se sent tout-à-fait incapable de s’imaginer maître de son propre destin….

Cette explication de Lévesque semble quelque peu s’approcher de ce dernier graphique, ainsi que de votre présentation power-point sur le sentiment identitaire québécois ( qui, lui, est lié à l’estime de soi collective des québécois…).

Qui lui, est lié au sentiment de capacité d’être souverain!

Effectivement, le taux d’activité est plus significatif du marché du travail que le taux de chômage, trop…politique ! C’est le taux que j’ai toujours utilisé dans mes études économiques et dans l’élaboration de politiques du marché du travail. Plus ce taux baisse, plus nous avons de personnes découragées qui ne cherchant plus de travail, ne sont pas comptabilisées par le taux de chômage.

Maxime Bernier ne serait pas content de lire cela! (Ni Lucien Bouchard, tant qu’à y être…) En fait, c’est tellement à la mode, par les temps qui courent, de dire que les Québécois sont des paresseux au crochet de leur système et du reste du Canada que ces indicateurs tomberont dans l’oreille des sourds.

On pourrait aussi interpréter les résultats de la manière suivante.

Les jeunes Québécois sont très travaillant. Tellement travaillant qu’il quitte l’école pour aller se trouver une job au salaire minimum alors que les paresseux en Ontario préfère rester sur les bancs d’école.

On peut être fier.

P.-S. C’est le taux d’emploi qui faut regarder.

En fait David, le taux de diplomation universitaire est plus élevé au Québec qu’aux USA, au Canada et en Grande-Bretagne.

Taux d’emploi des 15-24 (2009):
Québec: 56,1%
Ontario: 51,4%

Voilà qui confirme l’intuition que j’avais (commentaire #4). Au Québec les jeunes travaillent plus probablement parce qu’ils décrochent plus (pour aller travailler). Dommage que les jeunes ne soit pas aussi travaillant sur les bancs d’écoles.

Autre chiffre intéressant… le taux d’emploi global (2009)

Québec: 59,7%
Ontario: 60,2%

L’écart de 0,5 pt de % peut sembler minime mais ça représente… 32 185 jobs !!!

Notons qu’en Octobre 2010 le taux d’emploi était de:

Québec: 60,4%
Ontario: 61,3%
Écart: 0.9 pt de %

Donc à la fin de 2009 l’écart était de +0,5 pt de % (pour l’Ontario) et en Octobre 2010 cet écart est passé à 0,9 pt de %. Ça représente… 58 863 job !!!

La vie des jeunes aujourd’hui nésite de l’argent, par conséquent un emploi. Nos styles de vie et nos gouts nous forcent d’avoir l’argent disponible à n’import quel moment. Aller aux films, magasinés, manger, toutes ces choses-là ne peuvent pas se dérouler sans l’argent et dès un certain âge nos parents ne paient pas pour tout ! Et bien, les frais de scolarité sont en accroissement, et c’est souvent nous qui devons les payer. Il faut que nous commençons a épargné notre agent le plus tôt que possible. C’est vrai que les jeunes Québécois sont plus actifs que les Ontariens, mais je me demande, à grande échelle est-ce que les jeunes canadiens auront un taux d’emploi plus élevé qu’au passé ? De même, le cout de la vie n’abaisse pas, alors je me pose pourquoi un graphique de retraite est pertinent ? Peut-être il fallait mieux montre un graphique qui illustre le change (s’y en a) des prises de retraites aujourd’hui qu’au passé. De ce moyen, nous pourrions comparer les taux d’emploi et les taux de retraite pour voir s’il y a une corrélation. Tout de même, c’est important de savoir que les ados de nos jours ne sont pas aussi paresseux qu’on y prétend.

Monsieur Lisée, si on inclut dans les données les fonctionnaires, notoirement et extraordinairement plus nombreux au Québec qu’en Ontario, bien que la population y soit, elle, moins nombreuse, on cemprend mieux la statistique…

Le Québec ne survit actuellement que grâce à la péréquation canadienne qui gonfle ses revenus de $ 8.5 Milliards récurrents par année (le Québec ne représente que 23% de la population canadienne mais reçoit 60% de la péréquation, merci surtout à l’Alberta!!!) et nos jeunes Québécois sont supposés en bénéficier quoique notre gouvernement soit plutôt nébuleux sur ce sujet; cependant, je suis du même avis que Pierre Simard dont je vous laisse le lien ci-dessous et qui préconise de remettre le montant de cette péréquation canadienne DIRECTEMENT AUX CITOYENS et non au gouvernement!!! Ainsi, nos jeunes pourraient être moins actifs » sur le marché du travail et peut-être plus actifs sur les bancs d’école…

Qu’en pensez-vous?

Encore une fois David (#4) montre que tout peut être interprété de façon négative lorsqu’il est question du Québec. Il trouve toujours le moyen d’y arriver.

Bref, pour le paraphraser, je dirais qu’on est tellement poches au Québec qu’on est finis!

Jean-François Lisée

Pas fort comme preuve du modèle du Québec. C’est vrai, mais c’est seulement depuis 2006 que les jeunes Québécois sont plus performants, soit 4 ans. Les jeunes Ontariens ont dépassé les Québécois de 1976 en 2005, soit 29 ans.

29 ans > 4 ans

Pensez-vous que les jeunes Québécois peuvent maintenir leurs niveaux vis-à-vis les Ontariens pendant 25 autres ans? Cela reste à voir.

Est-il possible de faire une corrélation avec le taux d’immigration au Québec ? Question de voir si ce progrès ne serait pas dû, dans une certaine mesure à l’entrée de nouveaux citoyens.

@Benoit Carré

Non. Les immigrants vieillissent le Québec plutot que de le rajeunir. En 2001, les immigrants formaient 10% de la population du Québec mais 14% de tous les vieux. J’ai pas les derniers chiffres, mais l’écart doit s’être accentué (allez faire un tour dans les centres d’accueil de montréal, vous allez faire un saut)

C’est tellement vrai qu’on est traité comme les pas corrects du Cadnada que je ne peux que rappeler notre mauvais sort entre les mains de la Droite »idéologique » à Québec et à Tatawa. En plus, la gang de CONservateurs harperiens encore heureusement minoritaire, est composée de »Reformists », des gens qui ont la Vérité Absolue et qui dans un élan de générosité CONdescendant, veulent bien s’occuper de nous pour nous RÉFORMER, NOUS, les »pas corrects » du CadnadOIL.

Que faisons-nous dans ce pays qui ne nous respecte pas et pire, qui veut nous enlever notre culture et nos manières de vivre pour nous EXPLOITER comme de simples consommateurs serviles, en s’accaparant en plus de NOS ressources et en nous obligeant à travailler comme des bourreaux aux fins du capitalisme débridé, tout comme ailleurs dans le ROC.

Toutes ces comparaisons sont tant qu’à moi inutiles, la base de notre société étant fausse, elle, menée par d’autres et pour d’autres à l’extérieur du Québec, les Québécois(e)s et l’économie du Québec ayant tous les droits d’être particulières et ainsi « « non-comparables » », en toute honnêteté.

C’est sûr et certain qu’aux yeux du »boss », on n’en fait jamais, jamais, mais au grand JAMAIS assez, nous les dits ‘‘nègres-blancs’’ d’Amérique, « pas-corrects » en plus.

Les riches vivent plus vieux et en meilleure santé mais, ils se paient de 3 à 4 vacances par année, pendant que les « »pas corrects » paresseux » s’épuisent au travail !!!

Vive le Québec . . . LIBRE !! (aussi de toutes les conneries)

Quelqu’un pourrait dire à François 1 que les indépendantistes Québécois ne veulent plus de la péréquation fédérale et, par conséquent, ne plus jamais payer d’impôt au Canada? Deux bons pays sont mieux qu’un seul mal géré et mal embouché!

La véritable indépendance c’est celle des individus.

Moi je ne dis pas « vive le Québec libre », je dis « vive les Québécois libres ».

@François1 : Pour chaque dollar investi dans les sables bitumineux, le Québec reçoit 3 sous en péréquation.

Beau partage de la richesse!

@François1: «Sur la question précise des sables bitumineux, les documents budgétaires notent que depuis l’imposition d’un plafond des paiements de péréquation en 2008, il n’y a plus de lien entre les revenus que l’Alberta tire de son pétrole et les paiements que reçoit le Québec. »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2010/04/06/128553.shtml?auteur=2094

Moi aussi je suis capable de faire du copier-coller d’articles quelconques sur la péréquation. C’est presque un art chamanique.

@AntonioN

29 ans > 4 ans. Vrai.
Sauf que 4 ans = maintenant.

Et la tendance est davantage à observer. Pendant combien de ces années les jeunes Québécois ont-ils augmenté leur taux de participation?

Ça ne durera surement pas éternellement. Sauf qu’après s’être fait répéter à quel point on était à la traîne du reste du Canada, voilà que c’est de moins en moins le cas. Et il y en a qui s’en plaignent!

@ Jean Rêve (# 17):

…alors, démontrez-nous ICI comment vous administrerez votre pays québécois SANS les $8.5 Milliards de beaux dollars que nous recevons ANNUELLEMENT du reste du Canada (surtout des sables bitumineux de l’Alberta!!!), parce que votre Parti québécois peine follement à nous le mettre en évidence.

Ça fait 15 ans qu’il n’a pas mis à jour son imaginaire « Budget de l’An 1 ».

Vous devriez laur offrir vos précieux services. Je crois qu’ils en ont grand besoin…

@ Julien Beauregard (# 21):

…et combien reçoit le reste du Canada pour chaque dollar investi dans n’importe quelle industrie du Québec?

ZERO! Que dalle!!!

Pire, le Québec reçoir 60% du montant alloué par le reste du Canada à la préquation alors qu’il ne représente que 23% de la population.

Ah…elle est belle votre so-so-solidarité sôôôôciale..

@ Caligula (# 19):

FAUX!!!

Les gaucho-socialo-interventionistes sont fiers de recevoir du BS canadien. Jamais ils ne voudraient s’en passer.

Voilà…votre affirmation est maintenant corrigée et reflète mieux les faits!!!

Merci de bien en prendre note…

On devient du cheap labor, donc il faut travailler plus pour arriver. Mais de toute façon les employeurs ne vous donnent plus le choix. Ils ont de longues heures d’exploitation et malgré les temps de commutation extrêmement longs pour allez et revenir du travail(entre 2 et 4hrs par jour) on exige que vous fassiez 37, 40, 50 et plus. Soyez disponible les soirs, les fins de semaines donc non seulement vous n’aurez plus de vie sociale et familiale on s,assure ainsi que vous ne pourez suivre aucun cours pour améliorer vos condition et risquer de vous perdre. On veut votre sang jusqu’à la dernière goutte. Alors du temps pour du communautaire non seulement vous n’en aurez plus mais on finira par vous faire perdre votre santé. Si un commerce employant majoritairement des femmes a besoin de couvrir 70 heures d’ouverture par semaine. Pourquoi ne crérait-il pas des postes flexibles de 30 a 40 heures, des 20 heures et des 10heures(pour étudiants. Bien sur il aura plus de gens a gérer. Mais il pourra bénéfiecier d’une main d’oeuvre disponible qualifié et répondre a ces besoins ainsi que de tenir compte de ceux de ces employés. Donc la personne qui a besoin de plus de revenus pour offrir 30-40 hrs (bien pratique pour remplacer les congés, les absences et combler les besoins en période plus achalandé). Les 20 hrs permettront aux mamans de prendre soin de leurs jeunes enfants et d’avoir un revenu, un contact avec le marché du travail ou a une personne d’étudier un peu plus et bien sur de profiter des jeunes retraités qui ont encore bien de l’énergie, une insécurité financière face a leurs placements de retraite et de combler les besoins du marché du travail. Les 10 heures pourront offert aux étudiants car avant la diplomation on ne devrait pas leur permettre de mettre plus d’heures en tout cas on ne devrait pas leur demander de faire plus d’heures, ça sera bien pratique de les employer plus d’heures durant l’été pour remplacer les vacances. Et bien plus facile de remplacer des 30 heures et des 20 heures. Ainsi on réduirait ainsi la pression qui est mise sur les même employés de temps plein a qui on demande de faire plus d’heures pour remplacer les absences de ceux qui finissent par craquer et de combler les périodes plus achalandées. Beaucoup d’jeures oui mais pas pour les raisons qu’on pense et pas par choix. On ne fait pas le lien avec le décrochage, le surendettement(parce qu’ils travaillent comme des fous ils veulent dépenser plus), les burn out et la violence. Des chiffres ça ne veut pas dire grand chose si on ne sait pas lire.

Allez sur workopolis pour le fun chercher des postes temps partiel ou 20-24 heures il n’y en a plus. On veut l’exclusivité de votre temps. Pourquoi dormir 10 heures quand vous pourriez en dormir 7. Pourquoi ne pas aller travailler au centre ville de montréal et vous taper 4 heures de voyagement par jour au lieu de vous occupper de vous-même, votre famille. Pourquoi faire du bénévolat et avoir des amis? La seule chose qui compte c’est le travail n’est pas. Alors espéront que vous aurez du beau temps dans vos vacances et n’allez pas fermer votre cellulaire on pourrait avoir besoin de vous rejoindre pour vous demander conseil ou peut meme vous faire revenir plus tôt. Alors ne vous posez pas de question sur le pourquoi il faut vous payer le moins cher possible, mesdames des revenus trop élevés pourrait vous faire prendre le controle de votre vie alors on n’hésitera pas a payer le gars qui change les lumières a 50%plus que vous mais on te fera croire que tu es surpayée. Pas question de te permettre de travailler moins d’heures.

Àa veut dire quoi c’est quoi le burt si tous les jours on applaudit tes résultats, les clients te donne plein de commantaires par écrit mais que quand vient le temps d’écrire l’évaluation on la met beaucoup moins bonne en te disant je le sais je te vois aller tu travaille fort, très bien et tu obtient d,excellents résultats. Pourquoi ça n’est pas ça que tu écris d’abord? Donc tu te donne la peine d’écrire les résultats objectivements les chiffres dans ton évaluation et là l’autre file cheap et écrit la vérité de l’autre côté. Comment ça se fait quil ne t’en donne pas la copie. Qu’est-ce qu’il dira au gens qui vont appeler pour des références? Ils ont fait quoi de tous les commantaires des clients? Et les chiffres? Non si on te donne de mauvaises évaluations malgré des résultats extraordinaires c’est pour d’autres raisons… va racontez ça en entrevue pour voir on va tout de suite imaginer que c’est toi qui ment. Pis tu devrais continuer a travailler pour cette personne quoi d’autres queele va faire pour te caler?

Jean Rêve

Pas de quoi. Mais comme vous pouvez le constater avec la réaction de François dernier, les fédés ont quand même honte de l’avouer ouvertement.

Les seuls qui veulent vraiment se débarrasser de la péréquation sont les indépendantistes. Car eux seuls ont assez confiance en leur peuple pour savoir qu’il est capable d’assumer sa destinée sans recevoir du BS d’une nation étrangère.

Les fédés croient que leur peuple a besoin d’aide, qu’il n’est pas capable de se prendre en main. Ce sont des pense-petit.

Argent de l’Alberta envoyé au Québec: ZÉRO
La péréquation vient d’Ottawa.
Vrai que le Québec re^coit 60% des 14 milliards la de péréquation mais il ne recoit que 15% des 19 milliards de la Défense et à peine 9% des 7 milliards des Affaires indiennes
fin du sujet

Si les Canadiens des autres provinces trouvent que les Québécois font la « belle grosse vie sale », ils n’ont qu’à déménager chez nous pour en profiter eux-aussi.

Et vivre sur le bras avec leur propre péréquation !!!

@ Caligula:

» Car eux seuls ont assez confiance en leur peuple pour savoir qu’il est capable d’assumer sa destinée sans recevoir du BS d’une nation étrangère. » (sic)

…cependant votre démonstration se fait diablement attendre ne trouvez-vous pas?

Où est votre mise à jour du « Budget de l’An 1 » tant promis??? Et qui paiera pour ces $8.5 Milliards que nous ne recevrons plus du reste du Canada via la péréquation canadienne? Les malades? Les pauvres? Les étudiants? Les fonctionnaires? Ou plutôt la classe moyenne? Ou encore les quelques rares et presqu’introuvables riches québécois (comme Mme. Marois!) qui persistent encore à vivre ici? Ou nos sociétés québécoises?

Allez…du courage… Exposez-nous ICI les résultats de votre profonde réflexion et évitez vos phrases creuses habituelles SVP.

@ Julien Beauregard (# 22):

Pour un peu et on croirait que le Québec finance le reste du Canada à lui seul…

Il est indéniable que le Québec reçoit une somme astronomique du reste du Canada (on dit « du fédéral » mais notre gouvernement fédéral doit bien le prendre quelque part, cet argent non?) ce qui engendre une culture de la dépendance envers celui-ci et qui devient malsaine pour le Québec.

Et c’est sans compter que notre gouvernement provincial s’est lancé, suite aux transferts de la péréquation canadienne, dans une orgie de dépenses extravagantes qu’il n’avait pas les moyens de se permettre ce qui a fait en sorte qu’il réussit le tour de force, année après année, de creuser sa dette nonobstant la généreuse aide du fédéral. Faut le faire!!!

Il est normal que de temps à autre, qu’une province fasse appel à une certaine aide du fédéral mais c’est rendu systématique au Québec et je le répète, cet argent VIENT du reste du Canada.

@Francois 1

Faut croire de par vos affirmations, le reste du Canada nous aiment tellement qu’ils sont prêts a nous payer pour nous garder au sein du Canada !!!!

Finalement, question de l’offre et de la demande… c’est qu’on vaut pour nous garder!

François 1

L’indépendance, contrairement à la dépendance, oblige les individus et les peuples à vivre selon leurs moyens.

La dépendance vous sied? Tant mieux pour vous et continuez à vouloir vivre au crochet des autres, votre option fédérâleuse vous y mène, n’ayez crainte.

François premier devrait savoir que le Québec paye une bonne partie de la péréquation.

L’Ontario reçois de la péréquation et le Québec aussi. L’Ontario et le Québec représente 75% de l’économie du Canada. Ce ne sont surtout pas le maritimes qui nous font vivre.

En Alberta ils ne sont que 3,5 millions d’habitants, même pas 10% du Canada et François premier voudrait nous faire croire que l’Alberta à 10% de la population fait vivre 75% de la population par la péréquation.
Non l’Alberta paye probablement un peu plus de 10% de péréquation canadienne. 2 milliards au max. Et nous avons payé pour le développement de leur sable sale et pendant 60 ans pour leur agriculture. De plus nous allons recevoir la facture de décontamination exigé intentionnellement.

Les libertariens déforment et mentent chaque jours.

Quand ils regardent un bilan lis ne voient qu’une colone: le passif pour le Québec et l’actif pour les autres.

@ Caligula

Tu attends quoi pour te joindre au RLQ et à maxime Bernier pour réclamer la fin du système de péréquation ?

À moins que tes prétendus revendication ne soient pas honnête…

Parce que des séparatistes qui demandent la fin de la péréquation, j’en connaît aucun au PQ et au Bloc.

Mais on sait tous que la souveraineté c’est un projet gauchiste. On va se retrouver avec un gouvernement encore plus contrôlant qu’Ottawa.

Les souverainiste veulent l’indépendance du Québec pour rendre les Québécois encore plus dépendant.

P.-S. Au moins je suis content de voir que tu ne défend pas le « budget Legault » qui affirmait que le Québec donne plus à Ottawa qu’il ne reçoit.

Voici la réalité, les faits:

Depuis 1997 (dernière année disponible dans les statistiques), sauf en 2000, le Québec a toujours eu un solde positif avec le fédéral c.-à-d. le Québec a toujours plus reçu qu’il a donné. Dans le reste du Canada, plus souvent qu’autrement, ce solde a été négatif. De plus, à tous les ans depuis 1997, la différence entre les recettes et les dépenses du fédéral a toujours été à l’avantage du Québec par rapport au reste du Canada.

De 1997 à 2007, chaque Canadien dans le reste du Canada a envoyé au fédéral 4 211$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente -16 844$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 4 906$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente +19 624$.

Le cas de l’Alberta…

En 2007 (l’année la plus récente dans les statistiques), le fédéral a dépensé au Québec (dépenses courantes et de programmes) 7 980$/personne. Les recettes du fédéral (revenus fiscaux) de leur côté ont totalisé 5 948$/personne. Au final, le fédéral a plus dépensé qu’il a prélevé au Québec; la province affiche donc un bilan positif de +2 032$/personne.

En 2007, le fédéral a dépensé en Alberta 6 034$/personne. Les recettes du fédéral de leur côté ont totalisé 10 550$/personne. Au final, le fédéral a plus prélevé qu’il a dépensé en Alberta; la province affiche donc un bilan négatif de -4 516$/personne.

De 1997 à 2007, chaque Albertain a envoyé au fédéral 36 071$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente 144 284$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 5 864$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente 23 456$.

http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

@ Albert

Voici la réalité, les faits:

Depuis 1997 (dernière année disponible dans les statistiques), sauf en 2000, le Québec a toujours eu un solde positif avec le fédéral c.-à-d. le Québec a toujours plus reçu qu’il a donné. Dans le reste du Canada, plus souvent qu’autrement, ce solde a été négatif. De plus, à tous les ans depuis 1997, la différence entre les recettes et les dépenses du fédéral a toujours été à l’avantage du Québec par rapport au reste du Canada.

De 1997 à 2007, chaque Canadien dans le reste du Canada a envoyé au fédéral 4 211$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente -16 844$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 4 906$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente +19 624$.

Le cas de l’Alberta…

En 2007 (l’année la plus récente dans les statistiques), le fédéral a dépensé au Québec (dépenses courantes et de programmes) 7 980$/personne. Les recettes du fédéral (revenus fiscaux) de leur côté ont totalisé 5 948$/personne. Au final, le fédéral a plus dépensé qu’il a prélevé au Québec; la province affiche donc un bilan positif de +2 032$/personne.

En 2007, le fédéral a dépensé en Alberta 6 034$/personne. Les recettes du fédéral de leur côté ont totalisé 10 550$/personne. Au final, le fédéral a plus prélevé qu’il a dépensé en Alberta; la province affiche donc un bilan négatif de -4 516$/personne.

De 1997 à 2007, chaque Albertain a envoyé au fédéral 36 071$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente 144 284$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 5 864$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente 23 456$.

http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/TSC/pdf/chap13.pdf

Aux gauchistes qui mettent en doute les faits sur la péréquation:

Les faits divulgués ici, par David, sont publics, clairs, limpides et connus de tous les gens qui s’intéressent au Québec et proviennent de sites gouvernementaux officiels dont celui de Statistiques Québec (à moins que ce site ne trouve pas grâce à vos yeux…!!! Même votre Parti québécois ne les met pas en doute, d’où d’ailleurs sa paralysie devant la mise à jour de son « Budget de l’An 1 »!!!

Je vous mets au défi de nous révéler ici votre « Budget de l’AN 1 » où votre Républik devrait se débrouiller SANS l’aide de la péréquation canadienne.

@ Albert :

Ça fait des lustres que l’Ontario n’as pas reçu de péréquation alors que c’est un modus operanti au Québec d’être sur le BS canadien!!!

@ François 1 et David

Le cherry picking est réel et presque toujours tiré du public.

@ François 1

Qui va payer la péréquation du Québec et de l’Ontario qui sont 75% de l’économie canadienne?

Les autres 25% pauvres pour la moitié d’entre eux?

8,5 millions d’habitant canadiens vont payer 14 milliards de péréquation à 25,5 millions de Canadiens?

C’est presque la moitié du budget de l’Alberta!!!

@David et Francois 1

Avant de parler de chiffre, comprenez donc d’abord le concept et l’objectif de la péréquation.

Cela vous aideras grandement sur l’interprétation et la compréhension des chiffres….

Certains sont sur le BS, d’autres pensent en BS, c’est-à-dire vivent au-dessus de leurs moyens intellectuels!!!

@ Albert

Tu m’accuses de faire du cherry-picking.

Tu pourrais m’expliquer où, quand et comment ?

Quand je compare le Québec au ROC, comment peux-tu m’accuser de faire du cherry-picking ?

@ Benton:

Le but de la péréquation ?

Freiner le développement économique en encourageant la médiocrité, bref, un bon programme de gauche (nivellement par le bas, tous médiocre équitablement).

« This system transfers money from rich to poor provinces. Since economic freedom spurs prosperity and growth, fiscal federalism in effect transfers money from relatively free provinces to relatively unfree provinces, muting the impact of economic freedom and perversely creating incentives for provincial politicians to limit economic freedom and, thus, economic growth since this increases the flow of federal transfers, which are directly controlled by these politicians. This enhances their power and their ability to reward friends and penalize enemies. »

http://www.fraserinstitute.ca/shared/readmore.asp?sNav=pb&id=855

La péréquation c’est une dépense d’un des programmes du fédéral, c’est du cherry picking.

Il faut considérer l’ensemble des programmes pour avoir l’heure juste. En 2008, au total, le fédéral a dépensé 5,3 milliards de plus au Québec que les revenus qu’il y a prélevés. Donc si on concentre tout cela sur la seule péréquation de 8,5 milliards, cela revient à dire que les Québécois ont payé 3,2 milliards de leur péréquation. Cependant, en bout de compte, il y a tout de même 5,3 milliards du budget québécois qui ne provient pas du Québec.

Certains prennent la péréquation pour dire que nous recevons plus que notre part, d’autres utilisent le ministère des affaires autochtones (??) pour dire que nous recevons moins que notre part. Ce qui compte c’est le total des revenus moins le total des dépenses et dans ce cas des provinces comme l’Ontario et l’Alberta ont des revenus qui excèdent les dépenses, au Québec c’est l’inverse les dépenses excèdent les revenus. C’est donc une évidence que le Québec reçoit de l’argent des autres provinces.

@David

En parti, l’Institut Fraser n’a pas tort dans son analyse. (Évidemment, l’intérêt de l’Institut Fraser serait le transfert du pouvoir public vers le privé.)

Par contre, l’on peut affirmer que la liberté économique génère de la prospérité et de la croissance mais qu’est-ce que la prospérité et la croissance quand elle ne profite qu’à une minorité de personnes ?

David,

Je ne connais aucun séparatiste qui est fier de recevoir de la péréquation.

Cette formule a été enchâssée dans la constitution en 82 par Trudeau. Connais-tu un séparatiste qui, de un, endosse le rapatriement de la constitution, de deux, est d’accord avec Trudeau?

Pour tes lubies d’un Québec indépendant plus contrôlant que le Canada, laisse-moi rigoler. Quand on est indépendant on prend de la maturité et on vit selon nos moyens. Le fédéralisme est le meilleur moyen de laisser les Québécois dans une sorte d’immaturité politique dont nous vivons présentement les conséquences.

@ JeffB

C’est faux.

Le fédéral donne plus au Québec qu’il ne prélève.

De 1997 à 2007, chaque Canadien dans le reste du Canada a envoyé au fédéral 4 211$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente -16 844$.

De 1997 à 2007, chaque Québécois a reçu au fédéral 4 906$, pour une famille de 4 personnes (2 adultes, 2 enfants) cela représente +19 624$.

En 2007 (l’année la plus récente dans les statistiques), le fédéral a dépensé au Québec (dépenses courantes et de programmes) 6 840$/personne. Les recettes du fédéral (revenus fiscaux) de leur côté ont totalisé 5 587$/personne. Au final, le fédéral a plus dépensé qu’il a prélevé au Québec; la province affiche donc un bilan positif de +1 253$/personne.

@ Benton

Au Québec, quand l’indice de liberté économique calculé par l’institut Fraser augmente, on peut remarqué que le taux de pauvreté diminue !

http://www.antagoniste.net/2009/11/23/la-justice-sociale-est-neoliberale/

@ Caligula

Je te l’ai déjà dit.

Quand le but du Parti Québécois sera de libéré les Québécois , et pas le Québec, je serai un souverainiste.

Quand le slogan du PQ sera « vive les québécois libres » et pas « vive le Québec libre », je serai souverainiste.

Quand le PQ dira qu’il veut, par exemple, faire la souveraineté pour se débarrasser du CRTC et non pas pour avoir un CRTC québécois, je serai souverainiste.

Mais JF Lisée a affirmé très récemment dans un billet que le PQ était un parti de gauche, alors je ne peux pas être souverainiste.

@David,

Qu’est ce qui est faux?

Vous dites le fédéral donne plus au Québec qu’il ne prélève et c’est exactement ce que mon texte démontre. D’ailleurs, la dernière ligne était: C’est donc une évidence que le Québec reçoit de l’argent des autres provinces. Je vous suggère de relire mon texte…

PS: le tableau auquel vous faites référence est maintenant de 1998 à 2008

@Caligula,

Je trouve curieux que des souverainistes disent que ce sont les fédéralistes qui s’accrochent à la péréquation. Faut-il vous rappeler que les montants de péréquations ont beaucoup augmentés lorsque le calcul a été modifié. Or c’était là un cheval de bataille du bloc (vous vous rappelez sans doute du déséquilibre fiscal). A moins que vous considériez que le bloc soit une formation fédéraliste.

@ JeffB

Tu as raison, je me suis simplement emmêler dans mes commentaires.

On est sur la même longueur d’onde.

@David

Pour votre tableau, cela ne se vérifie pas année après année.
De plus, j’ai un bémol pour des organismes avec un parti pris et une idéologie a soutenir.

Problème d’éthique….