Les médecins québécois sont-ils trop payés ?

Les augmentations de salaire accordées aux médecins vont accaparer 40 % de la hausse du budget en santé. Est-ce qu’ils se sont engagés à être plus productifs ? Même pas…

Mon index pissait le sang !

Ce n’était qu’une coupure, mais profonde et longue d’un bon centimètre. Me voyant grimacer, mes filles attablées ouvraient de grands yeux, impressionnées. Elles croyaient que je grimaçais de douleur, mais non : je songeais au fait que j’avais manifestement besoin de points de suture.

J’allais donc devoir me transformer en patient, attendre des heures à l’urgence. Peu de choses me rebutent autant dans la vie.

L’urgence ? J’avais entendu à la radio un peu plus tôt que l’attente pouvait atteindre 17 heures dans certains hôpitaux. Ma voisine, qui me faisait un pansement, m’a suggéré de me rendre à la clinique sans rendez-vous. J’avais plutôt envie de laisser tomber ou de faire comme Rambo et de me recoudre moi-même avec du fil à pêche. Tout sauf attendre des heures dans une salle d’attente !

Docile, j’y suis quand même allé. La salle était pleine à craquer. Je me suis assis sur la dernière chaise disponible, furetant sur le net avec mon téléphone.

Après une demi-heure, l’impatience a commencé à faire son œuvre et je me suis dit que rien n’avait changé depuis ces élections, en 2003, quand Jean Charest promettait avec sa recrue vedette de l’époque, le bon docteur Couillard, de mettre fin à l’attente en santé.

Une heure est passée et je me suis mis à essayer de calculer la part des impôts que ma blonde et moi avons payés depuis 2003 et qui avaient été consacrée au système de santé. Résultat, très approximatif : 100 000 dollars.

Une autre demi-heure d’attente et je me suis mis à calculer le nombre de fois où nous avions bénéficié des services de santé. J’ai commencé à fréquenter le système en devenant papa, ce qui arrive souvent aux adultes en santé qui ont de jeunes enfants. Ma première fille faisait de l’asthme, la seconde des infections urinaires et la troisième, juste la routine des otites et autres infections.

Supposons que j’aurais eu à payer pour les soins, je ne vois pas comment j’aurais pu dépasser la somme de 10 000 dollars. Disons 20 000 dollars pour être sûr. J’aurais donc subventionné, au net, le système de santé à hauteur de 80 000 dollars.

J’ai consacré la demi-heure suivante à examiner le budget de la santé depuis 2003, ce qui n’est pas facile avec un téléphone. N’empêche, selon le CIHI, le Québec y a dépensé 13 milliards de plus en 2013 qu’en 2003. Plusieurs dizaines de milliards de plus et pas d’amélioration, en tous cas pour l’attente en première ligne. Vous comprenez que ça ne m’a pas calmé pantoute !

J’ai rangé mon téléphone, mais il s’est mis à sonner. C’était ma plus grande qui se demandait si j’allais revenir à la maison bientôt : «Pourquoi c’est long de même?», qu’elle me demande. Arrrggghhh! Comment te dire, ma chérie

Après deux heures et demie d’attente, l’impatience grandissant, j’ai repris mon téléphone pour penser à autre chose. Pas moyen de décrocher : je tombe sur un article à propos du salaire des médecins. Justement, où sont-ils quand on a besoin d’eux ?

Et puis je me suis souvenu des premières semaines du gouvernement Marois, alors que j’étais au cabinet de la première ministre. Quand on a pris connaissance de l’état des finances, on s’est aperçu que le gouvernement précédent avait accordé d’immenses augmentations de presque 9 % par année aux médecins, sans aucune contrepartie en échange.

Neuf pour cent d’augmentation sur un salaire de 50 000 dollars, c’est 4 500 dollars. Pas mal. Mais 9 % de 525 000 dollars, le salaire moyen d’un radiologiste comme le Dr Barrette, par exemple, c’est 47 250 dollars, soit environ ce que gagnent les Québécois en moyenne pour toute une année de travail!

On avait essayé de ramener les augmentations à des niveaux plus raisonnables, mais les médecins ne voulaient rien savoir. De sorte que si je me souviens bien, leurs augmentations de salaire vont accaparer 40 % de toute la hausse du budget en santé.

Est-ce qu’ils se sont engagés à être plus productifs ? Même pas… Est-ce qu’on va attendre moins longtemps à l’urgence ou à la clinique ? Même pas…

Après trois heures d’attente, quand la «boucane» commençait à me sortir par les oreilles, j’ai entendu mon nom dans le haut-parleur. Yes sir ! L’attente était finie. Le médecin, sympathique, m’a gelé le doigt et l’a recousu, enfilant l’aiguille en expert. Mieux que Rambo et sans douleur. Je l’ai remercié, je pouvais enfin retourner chez moi.

Merci docteur !

Comme d’habitude, j’allais oublier tout ça, enfin débarrassé de l’attente. Mais je me suis dit :  Cette fois-ci, tu vas leur dire ce que t’as sur le cœur».

On aime tous les médecins, surtout quand on arrive enfin à y avoir accès. Mais il faut bien le dire : ils se comportent en parfaits égoïstes lorsqu’ils exigent de telles augmentations de revenus sans rien faire pour nous, en retour. Pire que ça : selon une étude de Damien Contandriopoulos, professeur à la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, leur productivité a diminué !

Ça ne me dérange pas de subventionner le système pour les autres, qui ont moins de moyens. Mais ça me dérange beaucoup qu’une grosse part de mes impôts servent à enrichir toujours plus les plus riches d’entre nous : les médecins. Leur rémunération moyenne les place en effet bien confortablement dans le 1 % des revenus les plus élevés.

Depuis 2003, toujours selon le CIHI, la rémunération globale des médecins québécois a augmenté de 100 %. Il a doublé !

Pendant ce temps-là, l’argent versé à tous les autres professionnels de la santé a augmenté de 42 % et le revenu des familles, de seulement 10 %. Incroyable :

Médecins Tableau revenu

Le problème d’accès aux soins de première ligne s’explique aussi en bonne partie par le monopole qu’ils exercent sur la pratique médicale. Personne ne va me convaincre qu’une infirmière bien formée serait incapable de faire des points de suture. Ou de prescrire des antibiotiques pour contrer une infection urinaire.

Je suis désolé, docteur, mais tant qu’à moi, vos augmentations de salaire ne seront pas méritées tant que vous ne nous en donnerez pas plus pour notre argent. Vos revenus devraient être gelés, comme c’est le cas en Ontario. Et vous ne faites pas pitié : un petit gel ne vous empêchera pas d’acheter la Mercedes de vos rêves ni de vous payer ce que vous voulez.

Avec l’argent que le Québec va économiser, on pourra au moins réduire le déficit ou alors, investir dans la formation et le salaire des infirmières praticiennes ou des pharmaciens, qui, eux, pourront nous donner des services pour bien moins cher. Au même prix, on va économiser du temps.

Je vous entends déjà nous dire que vous faites moins d’argent que les médecins de l’Ontario. Eux se plaignent d’en faire moins qu’aux États-Unis.

Méchant argument ! Et si vous osez encore nous menacer d’aller faire tourner des ballons sur votre nez aux États-Unis, sachez que le respect que je continue à vous porter se transformera en mépris.

On ne devrait jamais céder au chantage.

En exigeant des augmentations de revenu indécentes sans rien donner en retour, les médecins exagèrent.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

32 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Salaire des médecins en France (c’est à peu près le tiers des notres!) Pis la-bas on n’attend pas trois mois pour voir un spécialiste

http://www.la-croix.com/Ethique/Medecine/Revenus-des-medecins-le-grand-ecart-_NP_-2013-03-01-916620
En bas de l’échelle, on trouve les psychiatres (63 030 €), les dermatologues (64 270 €) et les pédiatres (70 890 €). Les généralistes sont juste au-dessus (71 320 €). Le trio de tête est composé des ophtalmologues (145 870 €), des anesthésistes (190 200 €) et des radiologues (217 910 €).

Ce dernier chiffre est toutefois contesté par le docteur Jacques Niney, président de la Fédération des radiologues. « Il a été établi à partir des déclarations globales faites par les sociétés d’exercice libéral (SEL) où exercent 60 % des radiologues », indique ce responsable en affirmant que le « vrai chiffre, issu notamment des déclarations faites à notre caisse de retraite, est d’environ 128 000 € par an »

Vous n’avez pas tort.

Si on formait plus de médecins il y aurait plus de compétition donc des pressions de salaires à la baisse.

Mais les dretteux fédéraleux qui protègent les riches vont protéger les médecins.

Au contraire, en tant que « dretteux », je préconise, tout comme vous, une saine compétition entre tous les corps de métiers et en plus, je pousserais votre pensée un peu plus loin en préconisant la privatisation complète et entière de la santé histoire de faire jouer la dite compétition au max.

Remarque: ce sont les gouvernements qui ont mis en place le système de contingentement et la mise à la retraite forcée (merci à Pauline Marois en passant!!!) ce qui a fait en sorte que la dite compétition s’est grandement amoindrie et que nous avons manqué de médecins et de personnel soignant pendant des décennies.

« en tant que « dretteux »,

Bon comme dretteux préconisant la privatisation complète et entière de la santé comme aux USA, prenez connaissance de ceci:

« Système de santé Canadien Québécois 4 000$ par citoyens pour les meilleurs soins de santé; le système très privé Américain pour des soins de santé moindres presque 10 000$ par citoyens plus les déductibles d’assurances pour des soins presque médiocres si on regarde les stats de L’OCDE. » (youlle)

http://www.lactualite.com/actualites/politique/les-medecins-quebecois-sont-ils-trop-payes/

Une des solutions que j’ai déja communiqué quelques parts…ca serait d’abolir… »Le college des Médecins » rien de moins.
Tu le dis toi même. Je te cite:

Le problème d’accès aux soins de première ligne s’explique aussi en bonne partie par le monopole qu’ils exercent sur la pratique médicale.

Or, C’est le Collège des Médecins qui contrôle plein de mécanismes qui fait en sorte qu’il protège pas nécessairement le patient..mais bel et bien ses membres contre justement 2-3 choses fondamentales.
1- Le niveau de rémunération
2- le monopole des pratiques réservées aux médecins
3- l’arrivé de nouveau médecin ( surtout les Md étrangers

Ces 3 éléments sont liés:
L’assiette budgétaire relié à la rémunération des Md est liée aux augmentations convenus ds la « convention collective » . Donc une enveloppe connue, convenue d’avance et prévisible
Le blocage se situe justement là

Par exemple, l’enveloppe est de 8 milliard$$$ divisé entre 10,000 médecins.
Si les actes médicaux sont « partagés » avec infirmières, pharmaciens, physiothérapeutes, etc…c’est dans le même 8 milliard$$$ que ces derniers seront rémunérés. Donc moins de $$$ pour les Md.
Ajoutons maintenant 1000 nouveaux médecins étrangers…diplômés. qui arrivent dans l’assiette au beurre de 8 Milliard $$$$ ca résulterait à encore moins de $$$$ pour les Md…

Voilà ce que contrôle le collège de Médecins….et de plus..ajoutons que 85% des médecins, des dirigeants du collège des médecins et dirigeants des hôpitaux du Qc sont fédéralistes et proches du PLQ…

Tout ca ensemble fait que le système est bouché…
Je veux bien leur demander quelques choses en échange de l’augmentation…mais ca changera fondamentalement pas grand chose…
Ma Solution: Abolir le Collège des Médecins et imposé un nouveau contrat social aux Md du Québec

Le Collège des Médecins du Québec est une organisation qui assure la qualité de l’acte médical au Québec. Il n’a aucune voix dans les négociations salariales. Renseignez vous avant.

Du modèle québécois dans toute sa splendeur!!!

Voici qui complète le dossier:

http://www.antagoniste.net/2014/01/22/soigner-dans-la-dignite/

Extrait:

« Être fortement imposé c’est une chose, être fortement imposé et finir systématiquement dans la cave du classement s’en est une autre…

Et pendant ce temps, nos politiciens parlent de « mourir dans la dignité »… Il faut dire que faire mourir les gens dans la dignité, ça coûte moins cher que de soigner les gens dans la dignité… Et n’allez surtout pas croire que les économies ainsi réalisées vous seront retournées, après tout, il faut bien financer les vacances voyages expéditions de Jean-François Lisée. »

Voilà…le dossier est clos.

Encore une fois, quel est le rapport entre le salaire des médecins et Jean François Lisée….? Vraiment, votre haine du PQ est viscérale et ça devient une véritable lubie. Faudrait un moment donné changer de disque. Ça transpire dans toutes vos interventions.

Parfaitement d’accord avec vous. Dans votre article vous mentionnez le fait qu’il y a même eu une baisse de productivité chez les médecins . On peut très bien le comprendre : avec de pareils revenus ils n’ont plus besoin de travailler très longtemps. Et puis il leur faut plus de temps libre pour pouvoir dépenser tout cet argent 🙁

bonjour, vos comentaires sont appropriés et je dirai même , que les soins de santés sont primordiales et l’ont devrai utiliser les CHUM 24h sur 24h, et surtout les salles opératoires , comme cela l’on diminuerai la durée d’attente pour les opérations et cela serai plus efficace. Suivre l’exemple des pompiers et de la police . Salutation

Tout à fat de votre avis. Le servie est pourri dans les cliniques familiales. Mon médecin a pris sa retraite bien méritée. Il a laisse plus de 1500 dossiers. Parmi ces 1500 à peine 40 patients ont été pris en charge. Il y a la clinique sans rendez- vous, privilégiée par les nouveaux médecins, car pas de prises en charge des cas chroniques, des personnes âgées et de tous ceux dont la condition demande un suivi. On ne peut les consulter pour renouveler une prescription ni pour remplir les papiers pour les assurances, les employeurs et autres. Le médecin vient faire son 4 heures de sans rendez- vous quelques jours semaines. il est rémunéré plus cher ,encore plus la fin de semaine, et bingo il a le salaire d’un médecin de famille qui lui doit faire plus d’heures, de temps et d’énergie pour suivre sa nombreuse clientèle. Ses médecins sont en voie de disparition car ils atteignent l’âge de la retraite. En cas de besoin, je dois me présenter la clinique, au moins 2 heures avant l’ouverture …attendre dehors au froid (-40), attendre une autre heure en dedans pour avoir un numéro. Ce matin là , un samedi le maximum était de 35 patients tous les autres retournaient la maison après avoir gelé dehors: des enfants malades des familles des personnes souffrantes etc…si tu as le bon numéro tu dois attendre un autre 4 heures pour voir le médecin. Je me présentait pour 2 problèmes et la médecin m’a dit que dans un sans rendez-vous, je devais me présenter avec un seul problème et que pour un suivi que je devais aller revoir mon médecin. De plus , à l’entrée il est écrit qu’on ne peut se présenter pour renouveler nos médicaments et notre suivi médical. On en est rendu là. Beaucoup ne veulent travailler que 35 heures,,, mais avec le salaire de celui du médecin de famille qui en fait 60 à 80 heures et qui suit ses patients avec dévouement et professionnalisme. Quand allons- nous se réveiller et exiger de nos médecins qu’ils nous soignent…et pas seulement des problèmes ponctuels. Est-ce normal de devoir envisager de consulter un médecin en privé à 300$ de l’heure, alors que je paie par mes taxes et mes impôts pour avoir ce service. Est – ce normal que l’Etat accepte ce privé alors que la population a tant besoin? Les médecins créent la demande pour demander des augmentations .ils ne veulent pas déléguer au super-infirmière, au pharmacien etc…Plus le d’amande est forte, plus il y a de l’attente, plus ils demandent une augmentation avec moins d’heures pour le même salaire ou plus. La population désespérée, finira par accepter que ces pauvres médecins travaillent trop et qu’ils méritent un salaire dans l’espoirs d’être mieux servi…il seront mieux rémunérés pas le service ne sera pas au rendez-vous…

Ceux-ci devraient commencer par accepter de déléguer certaines tâches aux infirmières et autres employés de soutien. Ils aideraient ainsi à financer leur hausse de revenu par des gains de productivité. Mais, comme chez bien d’autres groupes au Québec, c’est l’esprit corporatiste qui domine.

Vous brulez…. parce que le problème de fond est celui de la formation des médecins.

Depuis 20 ans, on forme, en large majorité (plus de 75%) des médecins féminins.
Les femmes médecins travaillent beaucoup moins d’heures par année que les hommes médecins.

Résultat: on a beau avoir plus de médecins par 1000 hab que le reste du continent, l’accès demeure difficile.
Mais voila: le sujet est tabou.

Essayez de questionner Mme Marois sur le sujet, genre
« Madame la première ministre,
considérant que les femmes médecins travaillent moins que les hommes médecins
considérant que les Québécois éprouvent des difficultés à consulter un médecin
considérant que les études en médecine sont les moins chères en Amérique
considérant que les hommes forment moins d’un quart des admissions en médecine
considérant toutes les politiques d’équité établies par le Québec au cours des dernières décennies
seriez-vous en faveur de programme d’équité en faveur de l’admission de plus de gars en médecine?

Bonne chance!

La productivité n’est pas tojours souhaitée par le gouvernement, ça génère des coûts. Je suis un méchant radiologiste qui travaille à la fois en hôpital et en cabinet. Un de mes collègues plus âgés qui ne fait que des actes couverts par la carte d’assurance-maladie en cabinet, désengorgeant ainsi les hôpitaux, s’est vu retirer 2 semaines de salaire par la RAMQ en décembre 2013 parce qu’il avait atteint son plafond. Les ententes avec les spécialistes sont claires, il ne reverra jamais la couleur de son argent. Alors on veut bien être productifs mais si c’est pour du bénévolat, j’aime mieux aller le faire à l’école de de mes filles…

Misère de misère.

Vous et votre ami faites réellement pitié.

À 600 000$ milles dollars c’est la misère des riches.

tu fais pittier pauvre radiologiste commence a contrôler tes dépense a place de demander toujour plus

quand tu achetes des voiture de luxe tu ne retrouveras jamais ton argent par ce que les 2 première année tu perd au total 40 % de ce quelle vaut donc arrêter de vous plaindre pour l’amour du ciel

Très bonne analyse monsieur Gobeil. À cause d’une chute en vélo l’été dernier, nous avons du fréquenter des médecins spécialistes (plastie, orthopédie) et des paramédicaux (ergothérapeute et physiothérapeute) à raison de trois fois par semaine, ceci pendant cinq semaines. L’attente pour les spécialistes est de deux heures minimum pour un cinq minutes d’examen. L’attente en ergothérapie à l’hôpital est d’environ dix minutes, alors qu »il n’y en aucune en physiothérapie dans le privé (mais payé par notre assurance).
En ophtalmologie, à l’hôpital, pour un rendez-vous dûment donné, j’ai attendu deux heures et demie pour une consultation de dix minutes.
J’ai remarqué, que ce soit à l’Hôpital Hôtel-Dieu, Notre-Dame ou Maisonneuve-Rosemont, que les patients sont convoqués à leur rendez-vous auprès des spécialistes à la même heure (premier arrivé premier servi?) mais que la durée de l’attente est à peu près la même pour tous.
L’attente s’est un peu améliorée depuis 35 ans mais pas assez par rapport à tous les développements technologiques susceptibles d’aider le service à l’accueil (secrétaire, infirmière ou autre).

Chez mon cardiologue, clinique privée, le temps d’attente est de minimum 45 minutes avec un rendez-vous. J’ai pris l’habitude d’arriver en retard et j’attends moins longtemps.

Ils sont tous pareils 3/4 à une heure d’attente.

Ils font arriver les patients très tôt au cas ou chaque cas serait moins long que prévu.

Un racket!

Bonjour Monsieur Gobeil,

Je comprends où vous voulez en venir avec votre article, mais quand même. Une coupure de 1cm, aussi impressionnant que cela puisse l’être (et même assez profonde qu’on peut y distinguer les couches du derme), vous auriez été capable de vous en occuper vous-même avec six diachylons (skin closers). Surtout que vous aviez des aides autour de vous… Suivre un cours de premiers soins est à mon avis, une très bonne idée pour faire face à ce genre d’ennui et ainsi éviter de se taper une longue attente (sans bouquin) dans une salle d’attente d’hôpital.

C’est certain que, une fois les diachylons posés, l’ouvrage ne s’arrête pas là car il vous faudra surveiller l’état de votre doigt afin d’agir s’il y a infection (on vous indiquerait quoi surveiller pour détecter une quelconque aggravation). Mais, une aggravation suite à une auto-intervention n’est pas une chose certaine de se produire. C’est certain qu’unE médecin (et même unE infirmièrE) a une plus grande dextérité et qu’avec des points de suture, les risques que votre doigt soit défiguré (!) sont pour ainsi dire nuls. Mais ça, ça se paye. Et personnellement, payer un médecin un tel salaire annuel, c’est quand même moins pire que de payer un haut directeur d’entreprise qui met des gens au chômage à la pelle mécanique partout dans le monde. On paye pour ça aussi… mais un médecin, avec tout son bagage académique et sa dextérité, c’est plus important et plus utile à la société parce qu’ils ne font pas que recoudre des doigts

Bravo Stéphane pour votre article. C’est tout de même incroyable que les médecins s’accaparent de près de 25% du budget du gouvernement du Québec dans son entier. De plus, souvenez-vous de leurs publicité il y a à peine 3 ans concernant les 2 à 3 millions de québécois qui n’ont pas de médecins de famille. Bien ils sont toujours 2 à 3 millions qui n’ont pas de médecins de familles. Ils se sont comparé aux médecins du reste du Canada et des USA mais ils ne se sont jamais comparé à ceux de l’Europe. TV5 avait d’ailleurs présenté un reportage sur ce sujet dont Javk2 donne un résumé. Je vous recommande de visionner se reportage que la fédération des médecins du Québec a décrier. Une autre commission d’enquête peut-être ?

Nous sommes déjà les plus taxés et les plus imposés en Amérique, conséquemment, il serait normal que nous nous attendions à avoir droit au meilleur système de santé en Amérique…

Autre chose?

Selon le père de l’assurance maladie, Claude Castonguay, il faudrait changer le mode de rémunération des médecins. D’autres le pensent depuis longtemps, mais rien ne change. En attendant, j’aimerais savoir quelle est la part des médecins dans le 1% des plus riches. En dollars et en proportion: combien de personnes forment le 1%, combien de médecins dans le 1%? Aussi quel est la part de la rémunération globale des médecins dans le budget de la santé? Maintenant et avant les fortes augmentations de leurs revenus?

Effectivement les médecins Québécois sont payés pas mal cher.

et un des moins cher en Amérique, mais ce n’est une raison pour gober de augmentation de 10% par année ou vider la caisse. Les USA ont un système de santé qui arrive bientôt environ à 10 000$ par citoyens. Au Québec c’est environ 4000$ par citoyens.

Espérance de vie des Américains en 2012, 78,49, des Canadiens 81,48, et les Québécois ont une espérance de vie à la naissance de 82,00. Seulement six ou sept pays dans le monde ont une espérance de vie supérieure aux Québécois.

Effectivement nous avons un des meilleur système de santé au monde et le meilleur en Amérique.

Je peux vous raconter brièvement mon expérience personnelle dans le domaine: j’ai deux (2) cousins médecins spécialistes qui ont œuvré au Québec pendant plusieurs années puis ils sont partis (trop de taxes et impôts et pas suffisamment de place en salle d’opérations). L’un est maintenant aux USA et l’autre en Ontario. Ils reviennent de temps à autre au Québec lorsque la famille fait face à des funérailles ou lors du temps des Fêtes mais ils retournent toujours chez eux, là bas, à « l’étranger » et selon leurs dires, ils n’ont, ni l’un ni l’autre, quelque intention quelle qu’elle soit de revenir habiter le Québec.

Combien d’autres personnes agissent comme elles???

Les lecteurs sont habitués.

Devinez ce que font les trolls dretteux quand ils sont coincés; ils changent de sujet. Ce n’est pas nouveau.

Je disais qu’effectivement nous avons un des meilleur système de santé au monde et le meilleur en Amérique. Évidemment cela est frustrant pour les ennemis du Québec, trolls Québécois qui font beaucoup de dommage à leurs concitoyens, particulièrement au niveau économique en essayant de faire paraître le Québec pour un enfer économique.

Alors ils nous chantent fleurette, évidemment des mensonges pour nous séduire dans l’espoir que nous aussi nous démolissions le Québec. Évidemment leurs maîtres à penser qui se servent d’eux comme tapis se frottent les mains debout sur ce tapis en leur donnant un nanan.
Alors il fallait s’attendre à ce qu’ils nous servent les médecins qui quittent le Québec à pleine porte, laissant les patients du Québec mourir sur une chaise à l’urgence, faute de soins.

Moi aussi j’ai des cousins qui ont fui aux USA, mais les histoires sont authentiques.

Le premier est Québécois d’origine. Ses ancêtres sont d’origine écossaise. Il a déménagé en Ontario parce qu’il voulait renier sa terre d’origine haïssait à mourir Québécois francophones. Par la suite, sa conjointe qui l’avait endurée jusqu’à ce que les enfants soient autonomes en a fait un célibataire, ce qui l’a fait détester encore plus le Québec. Alors il a déménagé aux USA abandonnant ses enfants qui sont aujourd’hui d’aller aux USA pour voir si leur père est encore vivant.

Évidemment, il déteste tellement le Québec et le Canada qu’il mentirait à tour de bras comme les dretteux et les libertariens pour dire qu’il fait plus d’argent aux USA.

Un autre a déménagé en Floride pour s’ouvrir une clinique médicale. Il a fait faillite et est revenu au Québec la queue en dessous du ventre pour pratiquer à Longueuil.
Il faut dire qu’en 2008 les assurances pour un médecin en Floride coûtaient 285 000$ feuillards par année plus la location du cabinet et de l’équipement et à cela il faut ajouter la secrétaire et si on veut donner un bon service, l’infirmière. À tout compter 400 milles et 400 milles pour son salaire?

Attendez un peu, 800 000$ dollars divisé par 250 jours par année = 3,200 par jour. L’avant midi il est obligé de négocier avec les assurances pour se faire payer. À partir d’une heure, il reçoit des clients, mettons 3 à l’heure jusqu’à sept heures du soir. Au total 21 clients scusez 21 patients ce qui fait 152$ pour une consultation.

Devinez combien une consultation coûte en Floride.

J’ai demandé à un assureur que je connaissais bien, quel était le prix de l’assurance pour un médecin au Québec. Il m’a répondu entre 3000$ et 4000$. Le médecin du Québec est gras dur comparé à la Floride.

Pour les libertariens et dretteux qui veulent nous faire croire au bonhomme sept heure, que le Québec perd des médecins à tour de bras, voici un tableau à partir de stat can :

http://jeanneemard.files.wordpress.com/2012/11/exode1.jpg

De 2001 à 2010 le Québec a gagné 55,2 médecins de plus qu’il en a perdu. Entre 2001 et 2010, 30,7 médecins sur 34,2 sont revenus au Québec et ont abandonnés l’exil.

.
.
Système de santé Canadien Québécois 4 000$ par citoyens pour les meilleurs soins de santé; le système très privé Américain pour des soins de santé moindres presque 10 000$ par citoyens plus les déductibles d’assurances pour des soins presque médiocres si on regarde les stats de L’OCDE.

Ce que les gens semblent incapable de comprendre, c’est que le « salaire » des médecins n’est pas vraiment un salaire, mais comprends tous les frais de fonctionnement d’une PME. Ce « salaire » est la somme des éléments suivants:

– le salaire du médecin
– le salaire des secrétaires et autres employés
– les frais de bureau
– les coûts des équipements pour pratiquer la médecine
– les coûts des matériaux pour pratiquer la médecine
– les coûts des systèmes informatiques pour les données des patients
– plusieurs d’autres coûts
– 55% d’impot

Le vrai salaire d’un médecin québécois (après les dépenses d’entreprise) est environ 60-70% du salaire d’un médecin canadien et 40-50% du salaire d’un médecin américain. La différence est encore plus grande après impôts. Non seulement ils sont moins bien payés que tous les autres médecins en Amérique du Nord, mais le Québec est la seule province en Amérique du Nord qui ne cesse de se plaindre que les médecins locaux sont trop payés.

Comparer le salaire des médecins québécois au salaire des médecins dans d’autres pays de l’autre côté de la planète, comme la France ou la Tanzanie, est complètement ridicule, car ce sont des marchés complètement différents.

« …car ce sont des marchés complètement différents. »

Les marchés de la santé? Ouille!

Ken Denton,

Les médecins au Canada ont tous des secrétaires, tous des employés, tous des frais de bureau, des équippements, etc etc.

Pour le 55% d’impôts, il faut être « maladrette » en ti-péché pour payer 55% d’impôt en business au Québec.

Les médecins du Québec de 2003 à 2013 ont vu augmenter leurs revenus de 202% alors que leurs employés ont augmenté d’environ de 110% à 13%.

89% d’augmentation net!!!

Il y a 86 000$ entre un médecin de l’Ontario (les plus chers au Canada) et leur homologues Québécois. Mais les coûts d’exploitation sont plus chers et la vie beaucoup beaucoup plus élevée, donc des revenus nets pas mal égaux. De plus des coûts de 30 à 40% du salaire pour l’exploitation de la clinique, vous beurrez épais.
Il y a 13 ou 15 médecins à ma clinique médicale qui a 17 ans et 5 employés à bas salaires. De plus des locaux sont loués à d’autres professionnels de la santé. Donc l’immeuble est payé.

« Comparer le salaire des médecins québécois au salaire des médecins dans d’autres pays….est complètement ridicule… »

Pourtant vous vous ne vous gênez pas pour le faire.

c’est difficile de répondre à de tels arguments. Vous êtes vraisemblablement un expert sur cette question.

« …Pour le 55% d’impôts, il faut être « maladrette » en ti-péché pour payer 55% d’impôt en business au Québec. »

Qu’en savez vous? Et comment peut-on être moins « maladrette » et en payer moins quand c’est le gouvernement qui nous paie et donc connaît à la cenne près combien on gagne. #pathetique

Allez voir le salaire horaire moyen des médecins spécialistes ou généralistes américains sur le site de l’AMA ou autre, et vous verrez que les médecins québécois sont aussi bien payés (peut-être plus dans certaines spécialités?) qu’eux. La différence réside essentiellement dans le nombre d’heures travaillées; dans plusieurs spécialités, ils ne travaillent pas à temps plein car le gouvernement n’a pas le choix de mettre un quota (ou de déclarer faillite). Ainsi, un chirurgien qui m’a fait une arthroscopie il y a quelques années ne travaillait que 6-7 mois au Québec car il atteignait son plafond salarial rapidement. Donc un salaire horaire exorbitant, le monopole quasi absolu sur la profession et la santé en général (et la santé en général; il faudrait d’ailleurs renommer le ministère de la santé, ministère de la médecine), des études peu coûteuses (donc des dettes d’études minimes comparées à quelques centaines de milliers de dollars aux USA) et un coût pour travailler beaucoup moindre (entre autres les assurances et les poursuites beaucoup moins fréquentes et coûteuses). J’ai un cousin américain médecin spécialiste là-bas et disons qu’il ne pleure pas sur le sort de ses collègues québécois (il a fait ses externats ici, alors il connait). Les augmentations consenties par le gouvernement Charest n’ont pas amélioré le service, car justement les spécialistes peuvent encaisser le gros lot en travaillant moins. Il y en a encore plusieurs qui font de la médecine pour les bonnes raisons, mais je crois malheureusement que, comme le reste, cette profession est devenue pour la majorité une business comme une autre… Les conséquences seront terribles pour les gens qui ont besoin d’autres services de santé (physiothérapie pour un enfant handicapé, etc…).