Les mères changent les couches; les pères forment les leaders, écrit MacKay

OTTAWA – Le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, a fait sourciller des fonctionnaires, ce printemps, en rendant des hommages très différents aux hommes et aux femmes du ministère lors des fêtes des Mères et des Pères.

En mai, M. MacKay a félicité les mères de son ministère qui occupent deux emplois à temps plein: un au bureau et un à la maison.

Le courriel de souhaits, obtenu récemment par La Presse Canadienne, n’a pas déclenché trop de réactions jusqu’à ce que la version pour pères atterrisse dans les boîtes de réception. Dans ce courriel-ci, le ministre ne faisait aucune mention des tâches domestiques et familiales, mais soutenait que les pères «forment l’esprit et l’avenir de la prochaine génération de leaders».

Le courriel pour la fête des Mères n’évoque aucunement l’impact des femmes sur l’avenir de leur progéniture.

Dans les deux cas, M. MacKay a fait référence au fait qu’il était lui-même père d’un jeune enfant.

«Avant le moment où vous arrivez au bureau, vous avez déjà changé des couches, fait les lunchs, couru après l’autobus scolaire, déposé les enfants à la garderie, pris soin d’un proche vieillissant et peut-être même pensé au souper», dit M. MacKay dans son courriel pour les mères.

Pour les pères, par contre, «nul besoin de dire que cela peut être colossal de considérer l’immense influence que nous aurons sur nos enfants tout au long de leur vie. Nos paroles, nos actions et notre exemple façonnent grandement qui ils deviendront.»

Le cabinet du ministre MacKay n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de La Presse Canadienne.

«En ce qui a trait aux messages adressés au personnel du ministère de la Justice, le ministre saisit chaque occasion pour remercier les employés pour leur contribution et pour faire avancer les enjeux de la justice au nom de tous les Canadiens», a répondu par courriel la porte-parole Paloma Aguilar.

La porte-parole libérale en matière de commerce, Chrystia Freeland, trouve que les différences sont frappantes entre les deux messages, qui encouragent des stéréotypes parentaux dépassés. «Je ne pense pas que cela reflète la famille canadienne moderne, et c’est humiliant pour les mères et pour les pères», a-t-elle affirmé.

«Les mères comme les pères changent des couches et pensent au souper, et les deux tentent de développer l’esprit de leurs enfants, et de leur donner l’exemple.»

Récemment, Peter MacKay en avait également fait sursauter quelques-uns lorsqu’il avait attribué le manque de femmes juges au pays par le lien plus étroit entre les mères et leurs enfants.

Les commentaires sont fermés.

J’espère ne pas être le seul a voir qu’en semblant délaisser le modèle politique social démocrate, ici au Québec, on ouvre la porte à ce genre de dérive, style Tea Party américain et républicain…..

Combien les évangélistes ont-ils donnés à la campagne électorale de Peter?
Combien donneront-ils à la prochaine?
Il ne reste plus qu’à faire des grosses familles et ainsi enfin les femmes retourneront qu’à leurs chaudrons et leurs couches et il y aura beaucoup de travail de disponible pour les hommes…qui veulent travailler…0% de chômage et il faudra faire venir plus d’immigrants pour occuper les emplois à bas prix, et abolir le salaire minimum partout au Canada…la concurrence se chargeant sans aucun doute de réguler le marché…et quoi d,autres? Ai-je oublié quelques choses?

Quand « les mères changent les couches et que les pères forment les leaders » le résultat , bien, c’est ce genre de bonhomme!
on voit un peu partout dans le monde ce que cela a donné ( bien sûr, ce n’est pas la seule cause…)

Heureusement, ici,de plus en plus les hommes et les femmes changent des couches et forment des leaders, ensemble!
Mais, ça c’est ici…