Turcot : la vraie raison du refus de Québec

On comprend le refus du gouvernement québécois à refaire tout le travail de préparation pour la réfection de l’échangeur Turcot. En effet, les panneaux étaient déjà prêts :

Les commentaires sont fermés.

Vous avez raison. De plus tout les entantes et arrengement obscur sont déjà pris, les pourcentages octroyés et les coûx de dépassements déterminés.

Typique du gouvernement Charest. L’improvisation et le manque de rigueur. C’est comme si tout ce qui était important ,c’est ce qui reviendra à la Caisse électorale du parti Libéral.
Du Suroît à Orford en passant par le CHUM ,tout ce que touche ce gouvernement finit de la même manière.
Pour Turcot Charest se braque ,regardez le bien faire marche arrière dans les prochains mois.

Je ne peux qu’espérer ne pas avoir à me déplacer dans ce coin là pour les dix prochaines années quelque soit le projet retenu.

Je n’en reviens pas de voir les politiciens montréalais ainsi que les gauchistes-écolos tomber en pâmoison devant le projet du maire Tremblay dessiné à la va-vite sur un bout de napperon (pas d’échéancier, pas de budget, pas d’évaluation des coûts, RIEN!) alors que celui du Ministère des Transports du Québec est chiffré, évalué et est le fruit d’une longue réflexion où tous les participants ont eu leur mot à dire.

J’ai une solution pour le maire de Montréal: que le ministère québécois du transport mette son budget sur la table et que Montréal comble la différence entre les 2 projets… Nous verrons alors si Tremblay sera toujours aussi « vert et à l’écoute de la Terre ». Tout est facile avec l’argent des autres!!!

Non seulement Montréal est-elle traitée de haut par Québec mais elle contribue maintenant à s’étouffer économiquement et écologiquement elle-même. Le BAPE (organisme pure-laine québécois!) est compétent et il a clairement spécifié que le projet Turcot ne devait pas réduire le flot actuel des véhicules sinon, la pollution AUGMENTERAIT sans compter sur l’économie montréalaise qui en souffrirait énormément!!!

Que croient les verts? Que nous livrerons les électros, les matériaux de constructions, les aliments et tout ce que Montréal consomme en métro et en bixi?

6 milliards pour quelques sortie d’autoroute. C’est juste au Quebec que les gens sont capable de faire ca.lol

Les experts scientifiques (urbanistes et autres savants du développement des infrastructures) disent que le projet Charest correspond à la vision des années 50. Avec du béton plus durable aujourd’hui, malheureusement. Les québécois ont voulu du changement en donnant la majorité aux libéraux. Ça prenait ça pour arriver à la réalité ! Mais à quel coût économique et humain ?

Les libéraux sont les fossoyeurs d’un Québec sans vision ni projet.

Merci Monsieur Charest d’être aussi incompétent, vous accélérez le processus menant à l’indépendance.

La vraie raison du refus de Québec, les libéraux reçoivent plus de cotisations (et d’enveloppes brunes) à la caisse électorale avec le projet du MTQ de la part des contracteurs choisit par Québec que le projet du maire Tremblay ou l’argent ne va pas dans la bonne poche.

Jean GODBOUT
Victime d’un crime d’État

La négation du bon-sens. Tableau bucolique, à vous donner la colique! Welcome to Kwibec, labyrinthe aux contours de Babel, émané d’un pseudo-bâtisseur halluciné.

À tous ceux qui sont pour la solution du MTQ avec plus de chars: le saccage de terres agricoles pour la 30 sur la Rive-Sud est pour des prunes? Un des arguments pour le prolongement de la 30 était de détourner le transit par Montréal, donc une diminution de véhicules passant sur l’île. Les urbanistes de Montréal sont plus cohérents que les fonctionnaires du MTQ!

J’ai vu les dégâts que causeront la 30 pour une ville comme St-Constant… Si on démolit la trame urbaine et agricole d’un côté sur la Rive-Sud, que les fonctionnaires du MTQ fassent un effort pour favoriser le développement du tissu urbain sur l’île.

Christian

La VRAIE raison réside dans le fais que les gouvernements se font et se défont grâce aux votes de la couronne de Montréal, et non dans la ville même, où les comptés votent plus ou moins du même bord depuis 30 ans.
Le pont de la 25, l’autoroute Notre-Dame et maintenant ce monstre Turcot reflètent tous cette priorisation des intérêts des 450-boulot-auto-dodo.