Les partisans du Non de 1995 = des légumes ?

La compagnie Toyota a fait un choix très particulier dans sa nouvelle campagne de promotion présentée dans les salles de cinéma et bientôt à la télé.

Non ou Oui, une bonne pub ?
Non ou Oui, une bonne pub ?

La publicité veut démontrer qu’avec une voiture de cette marque, on peut traverser l’histoire. Entre autres événements marquants, elle montre un instant la géante manifestation, dite « de l’amour », organisée en fin de campagne référendaire en 1995 par les partisans du Non.

Mais cette photo est plus vendeuse au canada-anglais qu’au Québec. L’image des partisans du Non sera remplacée, dans la version française. Par quoi ? Les génies de la pub de Saatchi et Saatchi, à Toronto, avaient déjà prévu le coup, apprend-on sur Canoë:

Le constructeur avait toutefois déjà senti au départ l’aspect sensible de cette publicité pour le Québec. D’ailleurs, on avait confectionné une séquence différente pour le marché québécois dans laquelle l’image du grand rassemblement du Non est totalement éclipsée et remplacée par celle de légumes et de fruits biologiques.

Bon, vous savez que je penchais plutôt pour le Oui, en 1995 (et encore aujourd’hui). Mais, j’ai honte pour nos amis du Non. Se faire remplacer par des légumes et des fruits ? Même biologiques ? Quelle déchéance ! Toyota leur fait ainsi savoir que les légumes ont une valeur historique plus grande que le rassemblement du Non ? Il y a du souffre dans l’air !

Je note finalement que les publicitaires de Toronto n’ont pas pensé que cette séquence aurait pu être remplacée, au Québec, par une scène de la grande manifestation du 24 juin 1990, avec une mer de drapeaux québécois. Non, car la règle est simple: on peut être flagorneur en faveur du nationalisme canadien dans une pub, pas en faveur du nationalisme québécois.

Si je connaissais quelqu’un à la SSJB, il y aurait une petite menace de boycott dans l’air. Si je connaissais quelqu’un dans le camp du Non, il y aurait, heu… un lancer de tomates ?

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

17 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je ne comprend pas qu’une compagnie comme Toyota (j’en conduis une) utilise des compagnies publicitaires de Toronto pour des annonces au Québec. Souvent, on parle français sur une publicité anglaise et c’est très mauvais.
On sait qu’en 1995, dans plusieurs comtés anglophones, les directuers de scrutin ont donné ordre au personnel des commissions de révision d’inscrire toute personne qui le demanderait et de ne pas poser des questions indues (on sait que plusieurs personnes de d’autres provinces participant à ce love-in se sont inscrites et ont voté contre le pays du Québec, ce qui a fait basculer le vote en faveur du non). C’est probablement ce que Parizeau a voulu dire en parlant de l’argent et des ethnies.

Je vais appeler chez Toyota pour faire part de mon insatisfaction et mentionner que la publicité au Québec doit être distincte du Canada anglais. Une autre erreur commise par un
publicitaire de Toronto qui n’a aucune sensibilité pour la nation québécoise reconnue par une résolution du Parlement canadien. Il faut croire que l’impact de cette reconnaissance est minime tout comme le supposé amour de Ignatief envers le Québec. Je ne suis plus péquiste et bloquiste. On ne pourrra pas m’accuser de partisanerie. Il faut dire les choses telles qu’elles sont et ne pas utiliser la langue de bois.

Une référence à la solidarité Québécoise face à la crise du verglas aurait pu très bien remplacer ce segment. Sinon une référence à l’inondation au Saguenay avec la petite maison blanche qui à résistée.

J’aime quand même les légumes!

Je retiens surtout que Toyota va continuer à présenter la publicité dans le reste du Kanada… En plus, j’arrive du magasin Apple sur Sainte-Catherine et le vendeur français-de-France me donne une carte d’affaire en anglais en m’expliquant qu’ils n’ont plus de cartes en français depuis un bon bout de temps… Faut vraiment être zen pour être québécois et vivre à Montréal…

La séquence la plus méprisante est le pylône qui tombe pendant le verglas.Comme le symbole du Québec qui s’effrondre…Pauvre Canadians,un jour il sera peut être trôp tard…

Vous êtes provoquant aujourd’hui me Lisée, interpréter ça comme une image qui voudrait représenter les partisans du non. CHEAP SHOT.
Si ça peut avoir pour conséquence que les consommateurs canadiens (même ceux qui vivent au Québec, je m’explique car pour certain ça n’est pas l’évidence… ) vont acheter américain fabriqué au Canada, tant mieux. Maintenant qu’on a investie ‘solidairement’ dedans, vaudrait mieux que ces entreprises deviennent profitables. 🙂
Mais j’ai plus confiance que ces entreprises vont rester ici, que les compagnie japonnaise si elles viennent à ‘monopoliser’ le marché.

Drumheller en Alberta, là où l’on trouve le plus important parc de dinosaures en pièces détachées. Un site remarquable puisque s’y côtoient les ossements fossiles des sauriens et le plus important concessionnaire automobile du pays. Toyota aura eu le nez fin en établissant pignon sur rue là où l’on risque de trouver les derniers litres de pétrole à pomper d’ici juillet 201?…

Je comprend bien que Toyota ait changé sa publicité pour le marché québécois étant donné la nature chialeux de ces derniers (surtout ceux du genre nationaliste) qui vont sans nul doute profiter de cette situation pour gueuler encore plus, se sentant bien sûr toujours victimisés.

…Fruits et légumes biologiques? Et les québécois qui se disent « de souche » s’en offusquent? Faites-vous une idée!

SSJB? Je suis convaincu que Mario Beaulieu adorerait vous parler.

Tout comme Pierre Dubuc.

Vous avez d’ailleurs écrits tous les deux un article qui était de même nature sur le dernier travail des économistes » Kashers » du ministre Bachand.

Lire son article là-dessus dans: L’Aut’journal.

bonne journée.

Raphaël Erkoréka

La confusion des genres n’est pas, de tout temps, le moindre détour intellectuel que se permettent les promoteurs politiques à la mode qui font flèche de tout bois pour attiser le feu et la passion populaire à l’égard de leurs propres opinions..

Toujours ce bon vieux truc de la cage à homard.

Votre argumentaire me désole, compte tenu de l’intelligence et la raison qui, me semble-t-il, vous habitent. Ce billet vous positionne malheureusement dans la même cathégorie que les vendeurs de « chars » avec votre théorie du double langage et la mise à jour d’un nouveau « complot de dupe » susceptible fouetter la fibre nationaliste des Québécois(es).

Allez; laisser nos chers concitoyens acheter le « char » qu’ils souhaient. D’ailleurs, si vous fouillez les stratistiques pertinentes quant aux motivations de l’acheteur, vous verrez que ce n’est pas un drapeau ou un légume qui détermine leur choix. A moins que je sois complètemenet dans mes pompes et que, au fond, vous soyez à la solde d’un autre concessionnaire automobile…ce qui m’étonnerait évidemment venant d’un intellectuel de votre calibre.

…et voilà…la Grande Inquisition nationalo-québécoise rides again!!! On a réussi à politiser une annonce de char! faut le faire…

J’imagine que Toyota veut probablement s’associer à des gagnants (le camp du NON) plutôt qu’à des loosers (le camp du oui) et il a parfaitement raison. C’est normal et sensé sauf…au Québec nationaliste et pure-lainiste où on aime bien se complaire dans le rôle de l’éternelle et innocente victime et où on adule des loosers qui ont lamentablement raté l’objectif de leur vie comme René Lévesque.

Ironiquement, c’est au Québec que Toyota a eu le plus de succès dans les ventes de véhicules si je ne me trompe. Pour nous en remercier, Toyota a installé toutes ses usines en Ontario et rajoute l’insulte à l’injure en mettant de l’avant une publicité carrément politique: la seule réponse à cette claque dans la face est de boycotter les produits Toyota. That’s it thats’s all! comme dirait le chanoine.

Le Québec sous commandites fédéralistes est devenu une grosse annonce tapissé de feuilles d’érable partout à en vomir.
Après mcDo , et des centaines de marques voilà le Pepsi à feuilles d’érables, les céréales à feuille d’érables .
Ces feuilles d’érable rouges et morte sont omniprésentes .
Propagande Canada ferait honte au reich qui tapissait l’Allemagne et ses possessions de croix gammées . Et nous payons des de milliards $$$$ pour cela, pour ces marques qui acceptent de se soumettre à propagande Canada pour payer moins d’impôts .
Le Québec paie 101 de sa colonisation mais ne le sait pas.

Contre exemple:

Les paquets de cigarettes Macdonald Spécial de JTI-MacDonald sont de couleur bleu avec fleur de Lys au Québec et Rouge avec feuille d’érable de l’autre côté de la rivière Outaouais.

Rémi.Net

Remplacer la manifestation du NON par n’importe quoi d’autre relève de la logique la plus élémentaire. 49% des acheteurs potentiels de ton produit risquent d’être choqués en voyant cet événement-là. Pourquoi agresser inutilement quelqu’un qui pourrait trouver aussi beau bon pas cher juste en face chez Honda?
Une spéculation qui risque de tomber plus pile que celle de Francois 1:
Un gars au marketing a poussé un gros « oups! » Réalisant que sa bourde risquait de lui coûter son poste (comment ça, tu provoques la moitié de nos clients????), il s’écria « Des légumes! Ça choque personne, des légumes! ». Il poussa ensuite un soupir de soulagement en voyant le boss sortir de son bureau un peu moins furieux que quand il y était entré.
Des fois, vous savez, faut pas se compliquer la vie…

@ Pierre Laramée

votre reproche à M. Lisée est incompréhensible. Vous serait-il possible de mettre de l’ordre dans vos arguments afin que l’on comprenne ce que vous voulez dire?

Aussi, il m’apparait évident que personne ne déclarera avoir acheté une voiture à cause des légumes de la pub, mais est-ce à dire que le marketing, la sémiotique et la propagande n’ont
aucun impact?

Et ces compagnies qui engagent ces spécialistes… il faudrait leur dire!

En quoi y a-t-il confusion des genres? La pub de Toyota est à saveur nationaliste, non?