Les Québécois plus travailleurs que les Américains !

Nous interrompons, comme c’est notre habitude le vendredi matin, le lancinant commentaire antimodèle québécois des plumes économiques locales pour vous transmettre ce bref message d’intérêt public.

Commentateur de droite apprenant que le taux d'activité au Québec est plus élevé qu'aux États-Unis
Commentateur de droite apprenant que le taux d'activité est plus élevé au Québec qu'aux USA !

Il fut difficile de choisir, cette semaine, quelle information vous livrer. Il y avait bien sûr l’étude internationale de KPMG affirmant que Montréal était la troisième grande ville au monde la plus compétitive (sur 41) pour l’établissement d’entreprises. Les États-Unis ayant la cote 100, Montréal offre des coûts de production et fiscaux globaux moins chers, à 94,2, devant Vancouver (94,9), Toronto (95,8) et devant toutes les grandes villes américaines (deux villes mexicaines devancent notre métropole).

Mais j’ai préféré vous offrir le graphique présenté par André Grenier, coordonateur de l’analyse du marché du travail à Emploi-Québec, lors du récent colloque de l’IREC sur la main-d’oeuvre.

Il y a trois mesures différentes pour parler d’emploi. Le taux de chômage, qui est la proportion de personnes sans emploi et à la recherche d’emploi. Le taux d’emploi, qui est la proportion de personnes en emploi. Puis le taux d’activité, qui nous donne la proportion de personnes qui ont un emploi et de ceux qui en cherchent un. Donc, la proportion de la population active qui est ou désire être active.  En un mot: les travaillants.

Chaque mois, StatCan nous donne ce chiffre, appliqué sur toute la population de plus de 15 ans, donc y compris les papies et les mamies, un peu moins actifs chez nous qu’ailleurs.

Grenier présente la comparaison des actifs dans la population de 15 à 65 ans pour 2008. C’est une plus juste représentation de la volonté de la population active de se mettre à la tâche.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Bref, on sait que les Québécois travaillent moins d’heures par an que les Américains (mais davantage que plusieurs européens), mais ce graphique terrasse le mythe selon lequel les Québécois en âge de travailler y seraient moins enclins que les autres occidentaux. Ils le sont, en fait, davantage que les Américains. De plus, cette mesure fut prise pour l’année 2008, donc avant la crise pendant laquelle le Québec a mieux performé encore.

Finalement je tiens à remercier chaleureusement un de mes lecteurs les plus fidèles, David, qui dirige le site libertarien Antagoniste.net . Dans un des magnifiques tableaux qu’il met en ligne, il démontre que l’écart de taux de chômage entre le poussif et bureaucratique modèle québécois d’une part et le superbe bolide économique néo-conservateur américain d’autre part, s’amenuise  depuis 1998.

On note d’abord une forte chute de l’écart pendant les années de gouvernement Bouchard-Landry (affreusement interventionniste), puis une stabilisation sous M. Charest (plus laissez-faire), puis une nouvelle et forte réduction de l’écart, le modèle québécois résistant beaucoup mieux à la crise que le modèle américain.

Mais, voyez vous-mêmes :

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Nous retournons maintenant à notre programme régulier.

Note en petits caractères :

Les billets du vendredi « Temps durs pour les détracteurs du modèle québécois » ne prétendent pas que tout est parfait au Québec, loin s’en faut. L’auteur a d’ailleurs proposé, dans ses ouvrages et sur ce blogue, des réformes nombreuses et importantes visant à surmonter plusieurs des importants défis auxquels le Québec est confronté. Cependant, la série permet de percer quelques trous dans le discours ambiant qui tend à noircir la situation globale du Québec qui, pourtant, affiche d’assez bons résultats comparativement aux autres sociétés semblables.
Les commentaires sont fermés.

Je me dois de corriger Jean-François Lisée sur la caractérisation qu’il fait de la politique au Québec et au USA.

Lucien Bouchard a grandement contribué a augmenté les libertés économiques au Québec.

Jean Charest les a diminué.

Bref, c’est l’inverse que ce qui est affirmé dans le billet.

http://www.antagoniste.net/2009/11/23/la-justice-sociale-est-neoliberale/

De plus, selon Stats Can, le taux d’emploi au Québec est de 60,3% et le taux d’activité de 65,5%.

On est très loin des chiffres présentés sur le tableau 1.

Autre détail très important qui n’apparaît pas dans le billet…

Un décrocheur qui entre sur le marché du travail fait augmenter le taux d’activité alors que jeune qui décide de poursuivre des études universitaires le fait diminuer…

Devinez quel modèle est préférable ?

David, savez-vous lire ? M. Lisée et André Grenier parlent des 15 à 64 ans et vous des 15 ans et plus, qui incluent donc les 65 ans et plus, qui, l’ignorez-vous, ont un taux d’activité et un taux d’emploi plus faibles que les 15-64… Étonnant, n’est-ce pas !

Et en plus, votre graphique qui compare les taux de chômage ne tient pas compte de la différence de la définition du chômage entre les États-Unis et le Canada. Statistique Canada évalue grosso modo que la différence de définition sous estime de 1 point de poucentage le taux des États-Unis (ou surestime celui du Canada de la même différence).

Au moins reconnaissez le spectaculaire rattrapage que nous vivons depuis la deuxième moitié des années 1990…

@ David

«alors que jeune qui décide de poursuivre des études universitaires le fait diminuer»

Savez-vous que le taux d’emploi des étudiants à temps plein âgés de 20 à 24 ans était en 2008 supérieur à 50 % ? Bref, la poursuite des études ne fait à peu près pas diminuer de taux d’emploi, mais fait augmenter drôlement la proportion d’emplois à temps partiel. Alors, l’augmentation du temps partiel chez les jeunes de 15 à 24 ans ne serait-il pas finalement une bonne nouvelle ?

Cherchez encore, peut-être trouverez-vous un autre sophisme pour appuyer votre négationnisme…

@David
Si la justice sociale veut dire
… faire exploser des plateformes de forage et refiler la facture aux citoyens
… jeter l’économie par terre et quêter l’argent des payeurs de taxes du pays le plus riche pour sortir les pauvres riches du trou (sans perdre leurs bonis!)
… monter en bourse des compagnies monstrueuses, insister que tous les employés y mettent leur fonds de pension et tirer la plogge pour maximiser le profit (et partir avec le pognon)
… détruire, violer et piller pays après pays dans le but de les rendre dociles à une économie centralisée à Wall Street, déconnectée des réalités vécues ailleurs
… se servir de l’hystérie causée par des opérations « false flag » (événements montés de toutes pièces pour blâmer ses ennemis, qu’ils soient fictifs ou réels) pour convaincre des pays entiers d’actions qu’ils n’auraient pas autrement acceptées, tel que documenté dans l’excellent documentaire « The Power of Nightmares » d’Adam Curtis –> http://en.wikipedia.org/wiki/The_Power_of_Nightmares

… Alors l’expression « la justice sociale est néolibérale » est non seulement boiteuse mais elle pue la désinformation distribué par, par exemple, l’Institut Économerdique de Montréal et le Fraser Institue (qui annonçait sans rire, début 2000, qu’on pouvait vivre correctement avec quelques 7870$ par année … http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/ArchivesForum/2001-2002/011015/543.htm).

Qu’on se le dise, le cheval de bataille du néolibéralisme c’est la déréglementation des marchés. Or c’est EXACTEMENT cette déréglementation qui est à la racine de beaucoup de catastrophes modernes (dont celles mentionnées ci-haut). Les exemples n’en finissent plus. Les marchés financiers sans réglementation invite la corruption. Et ce que la corruption déteste plus c’est la justice, spécialement quand elle est de nature sociale.

Sans rancune.

Ça fait me fait sourire de voir que vous vous donner la peine d’écrire une notice en bas de page…

Le constat est fait depuis fort longtemps:

Québec = plus haut taux de chômage nord-américain.
Et comme par hasard, Québec = état le plus taxé.

Ceux qui ne sont pas capable de faire ce simple lien se voilent la face plus qu’une burqa.

Bravo, oui, on a mieux fait que tout le reste de la planète lors de la dernière crise. Faut-il vous rappeler que seule l’URSS avait bien fait durant la grande dépression? Vraiment pas un gage de succès pour l’avenir. Vraiment pas. On est pourtant dans un scenario similaire: on fait beaucoup de tapage parce que POUR UNE FOIS, le modèle québécois fonctionne alors que durant les 30 dernières années, on était à la traîne. Je suis prêt à parier que lorsque l’économie globale mondiale ira mieux, on va se faire dépasser par les USA et le reste du Canada. Et à cause de quoi je vous prie?

Si vous n’êtes pas capable de faire le lien, je vous plain.

Plusieurs variables peuvent expliqué ce fait. Je pose l’hypothèse que la situation des femmes monoparentales en ait un poid dans les résultats de cette analyse. S’il y a beaucoup de femme qui se retrouvent chef de famille, elles n’ont d,autres choix que celui de travailler. Je suis d,accord avec votre analyse sur le poid de la variable des décrocheurs et j’ajouterai les analphabètes qui sont sur le marché du travail dans une échelle ou la deuxième marche est trop haute et qu’ils ne pourront jamais l’atteindre. Est-ce qu’on a pris en compte les travailleurs étrangers qui doivent venir travailler dans l’agriculture pour qu’on arrive a avoir la main d’oeuvre alors qu’il y a quand même des gens sur le bien être social capable d’occuper ces emplois mais qui les refusent. Malheureusement a cause de nos lois nos prisons sont pleines de colosses qui font la vie de pachat au lieu de devoir participer a payer au minimum leur pitence. Est-ce que le travail humanitaire a été considéré comme force de travail même s’il n’est pas payé ces occupations (bénévolat, prendre soins des enfants, des personnes agées, des handicapées, protection de l,environnement etc.) sont des activités qui contribue au fonctionnement de notre société. D’ailleurs plus j’y pense plus je pense qu’on devrait avoir des parts sociales dans chaque entreprise peut importe leur cadre juridique(privé, coop, osbl, publique) donc une part ex de 5% pour les employés, 5% fond régional, 5% provinciale et 5% fédérales. Au moins les subventions auront des instences de controle. Que ce soit de participer au profits et aux dépenses ça donne un poid aussi dans les décision de fonctionnement qui de toute façon sont imputables sur toutes ces parties. Mettons le terme partenariat encore plus à la mode de chez-nous. Si une entreprise est en difficulté et veut grandir elle peut offrir une plus grand part de ces actions mais ça serait un minimum.

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/201005/21/01-4282548-la-crise-de-leuro-rend-la-dette-canadienne-attrayante.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO4_la_2343_accueil_POS4

«Ainsi la semaine dernière, le Québec a facilement vendu une tranche de 500 millions d’obligations venant à échéance en 2041. Le rendement est de 4,925%, un écart de 97 centièmes sur une obligation fédérale de 2037. Le 26 avril, elle avait aussi vendu une tranche semblable. L’écart consenti était seulement de 90 centièmes, mais le taux s’élevait à 4,969%.

«L’émission a fait un carton», conclut M.Godin.

Pour compléter les infos de David (100% vraies), les USA de Clinton en 2000 avaient 8.6/10 au niveau des libertés économiques (3e plus libre au monde) alors que les USA de Bush le closet socialist sont tombés à 8.0 (2007) et vont chutés davantage avec les bailouts et Obama.

De plus, le taux d’emploi c’est le meilleur indice car les chiffres sont plus difficiles à traffiquer.

En terminant, le Québec n’est pas un pays et donc ne peut pas être comparé à un pays de 300 millions qui a une armée, une banque centrale et beaucoup plus de responsabilités qu’une simple province qui vit sur le BS (péréquation).

Faut le comparer avec des états et provinces voisines…

Vous allez faire de la peine a votre ancien patron lucien Bouchard qui croit dure comme fer que les Québécois ne travaillent pas suffisemment . Intéressant de constater que ces études contredisent toutes celles du de droite comme celles de l’Institut Frazer et l’Institut économique de Montréal financé par les grandes entreprise pour nous polluer l’esprit ……

Bonjour.
Peut importe les graghiques et les interprétations sur le travail ,les spéculateurs mise sur des pertes en bourse ,et mise sur les pertes de leurs entreprises,les paradis fiscaux creuse de plus en plus un trous dans l’économie,et tout les produit toxiques .

M.Lucien Bouchard dit au travailleurs d’être plus en plus productif,alors que la somme du travail et des travailleurs à augmenter de 13-semaines et leurs salaires à baissé de 10% plus ajout de plusieur tâche.

M.Lisée voulez-vous poser la question à M.Lucien Bouchard si il a voter sur la loi sur les paradis fiscaux de un et le pourquoi?

Merci.

Bonjour M. Lisée,

Dans les graphiques du chômage, il ne faut pas oublier le fait suivant: le taux de chômage aux États-Unis (ni au Canada d’ailleurs) n’inclut pas le taux très élevé (le plus haut en Occident) d’incarcération, soit 0.7% de la population TOTALE (chiffre de 2008).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prison_aux_%C3%89tats-Unis

Être cynique, je dirais que les États-Unis règle une partie du problème du chômage par l’incarcération…

Christian

On est loin de la société des loisirs et de la belle vie promise par les libertariens d’extrème droite
Les capitalistes après avoir enrégimenté au travail nos femmes dans les années 70 tout en détruisant systématiquement nos familles voilà qu’ils se préparent à enrégimenter les vieux qu’ils ne réussiraient pas à pousser dans l’euthanasie.
Les capitalistes n’auront jamais suffisamment d’esclaves et le peuple Québecois mal informé par des irrespectueux de la vie est facile à endoctriner dans les travaux forcés volontaires et » l’autogénocide involontaire » en détruisant notre religion notre langue, nos lois, notre Québec inc, et en nous empèchant d’exprimer le moindre respect de la vie .
Les Québecois travaillent plus en étant payés moins car ils sont plus facile à endoctriner n’ayant aucun contrôle médiatique favorable à Notre Nation Francophone

Bonjour,

Est-ce que je saisis mal, ou bien suis-je le seul à voir un problème de rédaction (et donc de sémantique, de sens) dans la phrase suivante «Puis le taux d’activité, qui nous donne la proportion de personnes qui ont un emploi et qui en cherchent» dans le paragraphe qui commence par les mots «Il y a trois mesures différentes…».

Des «personnes qui ont un emploi et qui en cherchent [un?]», ce serait selon ma compréhension des personnes qui justement ont un emploi mais qui, en étant peut-être insatisfaits, en cherchent un autre. À moins que l’auteur n’ait voulu dire : «Puis le taux d’activité, qui nous donne la proportion de personnes qui ont un emploi *OU* qui en cherchent *UN*»?

Merci.

«On note d’abord une forte chute de l’écart pendant les années de gouvernement Bouchard-Landry (affreusement interventionniste), puis une stabilisation sous M. Charest (plus laissez-faire)»

Pardon?

Concrètement, qu’a fait Charest vers le «plus laissez-faire»?

– Retourner les actions (et les droits associés) d’Hydro-Québec dans les mains des contribuables plutôt que dans les mains des politiciens?
– Libéraliser le marché des alcools, courses et des jeux?
– Libéraliser le marché de la santé, de l’énergie?
– Cesser de réglementer les tarifs des universités?
– Réduire la taille de la fonction publique, le nombre d’organismes et ministères?

– Réduire le pouvoir du politique sur la liberté des gens à choisir par eux-mêmes?

J’attends qu’on m’énumère, concrètement, là où il y a eu une plus grande part de libéralisme civique, politique et économique.

(Prière de ne pas confondre corporatisme et capitalisme libéral)

Et, chapeau! Pour une nouvelle fois, vous nous avez encore montrés que vous ignorez les différences entre conservateurs et libertariens en mettant les deux termes ensemble.

(Un bon article: «Les libertariens sont-ils à droite?» de Martin Masse)
http://www.quebecoislibre.org/philo1d.htm

L’un souhaite un gros gouvernement interventionniste partout pour moraliser la société – comme le font aussi les sociaux-démocrates corporatistes, les autres souhaitent au contraire mettre fin à ce régime qui met fin aux libertés des uns pour les contraindre à vivre dans le régime choisi par les tenants du pouvoir.

@David
J’ai failli m’étouffer en lisant que la justice sociale est néo-libérale!
Liberté économique ne va pas de paire avec la liberté tout court!
Souvent, c’est comme si les néo-libéraux appliqueraient leurs principes de la libre économie sans réglementation à la libre conduite automobile sans réglementation tout en ajoutant que cela est pour la sécurité!

Pour le reste, étant une société avec encore une certaines avances sur le plan social, nous avons beaucoup de pré-retraités à partir de 55 ans, ce qui n’est pas le cas aux USA, les soins de santé (en autre chose) étant trop lourds pour les personnes d’un certain âge. Ce qui a pour effet de faire augmenter le taux d’emploi et par nécessairement une société meilleure. (Notion qui sans doute vous dépasse)

Dolcevita
Une nuance dans votre commentaire.
Le québécois moyen est probablement le plus taxé/imposé en Amérique du nord. Par contre, le québécois riche l’est moins qu’aux USA et les entreprises le sont encore beaucoup moins, et ce, par rapport a tout les pays occidentaux!

Cela démontre que malgré le faible taux de taxation des entreprises au Québec, le taux de chômage reste malgré tout élevé.
Pourquoi?
Sans doute qu’en contre parti, le travailleur québécois est mieux protégé. C’est une peu un genre de contrat social entre les entreprises et le Québec: On vous taxe moins mais respectez le travailleur, parce que lui, il paie pour vous!

Pour le reste, il n’est pas question de « pour une fois », mais seulement que le modèle québécois est plus stable, pour ne pas dire plus durable…

@Martin
Sans doute que les données sont vrais mais je n’en dirais pas autant de leur interprétation!
Le gros problème avec les néo-libéraux comme les antagonistes, c’est qu’ils fonctionnent à partir d’une doctrine donc ils font la promotion, c’est à dire a l’envers du bon sens!
Lorsqu’on analyse des chiffres, il faut se demander « Pourquoi » et non pas « Parce que »….

Évidemment, la doctrine a toujours amené au dogmatisme.
C’est comme lorsque Mme Elgrably-Lévy qui dit s’exprimer comme simple payeuse de taxe et d’impôt. Sauf que Mme Elgrably-Lévy est payé par l’IEM (subventionné par l’entreprise privée) pour s’exprimer ainsi!!!
Okay, j’avoue que pour tout bon néo-libéral qui se respect, on ne s’attarde pas sur ce genre de détail….

@Dolcevita (#6): Où allez vous pêcher que le taux de chômage au Québec est le plus élevé en Amérique du Nord?

Vous devriez lire le dernier communiqué du Bureau of Labor Statistics, publié ce matin. En voici un extrait:

Michigan again recorded the highest unemployment rate among the states, 14.0 percent in April. The states with the next highest rates were Nevada, 13.7 percent; California, 12.6 percent; and Rhode Island, 12.5 percent.

Les dernières données pour le Québec indiquent que le taux de chômage chez nous se situe à 7,9%. Faudrait éviter d’écrire des choses qui ne sont pas vraies.

Je connais les travailleurs québécois/ses, je les connais très bien. Ce sont les meilleurs, les plus vaillants, débrouillards, inventifs, ingénieux. Tout ce qu’ils, elles touchent, se trouve amélioré. Ils ont du coeur au ventre et un excellent jugement. Ils sont résistants, persistants et courageux, pacifiques, ce sont des créateurs-inventeurs. Ils excellent en tout.

Maurice Richard traversait la ligne bleue adverse avec deux colosses accrochée après lui, pour aller loger la rondelle derrière le gardien abasourdi!

Les québécoises et les québécois portent le Canada sur leurs épaules et le fédéral comme un boulet et malgré tout ça, ils réussissent à se classer parmi les meilleurs.

Les québécois sont des géants qui s’ignorent!

Quand même désolant de constater que certains préfèrent faire le jeu de l’économisme à tout prix (et à leur seul avantage) et se désolidariser de la société, cet ensemble collectif, qui nous permet d’être et de progresser. Tout aussi désolant ce manque d’humanisme dont se revendiquent les libertariens pour le simple plaisir cupide d’augmenter sa propre cagnotte. On monte au front avec des notions nébuleuses et à géométrie variable comme la liberté économique et la responsabilité individuelle. Ne vivons-nous pas dans un monde qui prône et favorise la liberté économique? On dénigre l’expression démocratique de la population en se faisant chantre d’un libéralisme libertarien extrême déconnecté du bien commun. On souhaite un gouvernement qui n’intervient dans aucun domaine qui pourrait promouvoir le bien collectif au détriment du libéralisme économique. Se pourrait-il que les libertariens (et toute la déclinaison des tendances s’y frottant) ne veulent pas d’un monde équitable et qu’y favorise l’émancipation des moins nantis?

Malgré les masochistes dépendantistes qui s’acharnent à rapetisser et discréditer le Québec, le Québec demeure un des endroits au monde où il fait le mieux vivre.

Le vrai indice social est l’ INDICE DE BIEN-ÊTRE qui tient compte de tous les facteurs de la vie.

Le Québec a un si bon système et un si bon indice de bonheur que les immigrants veulent y venir à la pochetée.

@ Benton

La liberté économique est la plus fondamentale de toutes les libertés. Elle est plus importante que la liberté politique sous plusieurs aspect.

http://www.dailymotion.com/video/x5khrf_la-liberte_news

C’est pourquoi la liberté économique a été la toute première assasiné par les dictateurs.

En privant les gens de leur proprité, on peut les contrôler.

Avoir des retraité à 55 ans, je ne vois pas comment on peut qualifié ça d’une avance sociale. À moins d’avoir la Grèce comme modèle économique.

Le seul dogamatisme il vient de toit. Moi j’ai des faits et j’utilise la raison. Toi tu as des préjugés et tu utilises tes émotions.

P.S.: Je trouve amusant de voir des gens qualifier la même pensée économique à la fois de néo-conservatrice et de néo-libérale. C’est un signe que les gens ne savent pas vraiment de quoi ils parlent. Leur but c’est de faire du dénigrement et de la démagogie en accolant une étiquette à quelques chose qu’ils ne sont pas capables de comprendre.

On voit bien ici que les libertariens et libéralistes mentent et déforment continuellement pour pouvoir faire la propagande de leur dogme, leur foi, qui finalement est pratiquement une religion.

Quelques exemples :

Dire que le Québec a le plus haut taux de chômage alors qu’il est un des plus bas en Amérique.

Dire que le Québec est le plus endetté alors que c’est faux.

À court d’argument ils font dévier le sujet.

Dire que le Québec est communiste etc.

Il en est de même pour les fédéralistes qui doivent dénigrer et rabaisser le Québec pour se

« David, savez-vous lire ? M. Lisée et André Grenier parlent des 15 à 64 ans et vous des 15 ans et plus, qui incluent donc les 65 ans et plus…” (Darwin)

La façon classique de tricher pour les libertariens.

Plusieurs ici ont probablement remarqué que beaucoup de personnes âgées (jusqu’à 75 ans et plus) aux USA travaillent. Évidemment ils ne font pas un travail de gros bras, mais plutôt un travail qui demande une présence constante et souvent à temps plein : halls d’hôtels, bagagiste, derrière le comptoir d’un dépanneur, surveillance, gardien. Ces personnes âgées travaillent parce qu’elles n’ont pas le choix, le filet de sécurité social étant très mince.

Évidemment le taux d’emploi chez les 65 ans et plus aux USA est énormément plus élevé qu’au Québec où les personnes âgées ont le moyen d’avoir une retraite.

Les USA ont un taux d’emploi plus élevé parce qu’ils font travailler les ti-vieux.

Pas de quoi à être fiers.

Et pour cette raison, les Québécois passent pour des parresseux.

@ Darwin

Mon point c’est qu’en prenant un groupe d’âge pour trouver des statistique favorable, on fait du cherry-picking.

Et le « spectaculaire rattrapage » correspond à une période de libéralisation de l’économie au Québec et à une période d’étatisation de l’économie aux USA !

De plus ton affirmation la poursuite des étude n’a aucun effet sur le taux d’emploi est plutôt risible.

@David,
Tu aurais intérêt à lire l’excellent livre d’Alain Germain intitulé « crises » (la fin d’un certain rêve américain) au édition Stanké.

Ça te ferais peut-être revenir sur terre en ce qui concerne ton idôlaterie du modèle Américain.

Ce livre a été publié en 2004 et pourtant l’auteur annonce déjà l’éclatement de la bulle immobilière, et il n’est pas le seul à l’avoir vu venir. Et pourtant tous ces fraudeurs en cravates prétendaient à l’époque que tout était au beau fixe. Et après la crise prétentaient encore qu’ils n’avaient rien vu venir. Escrocs et menteurs quel beau modèle.

En fait je conseille cette lecture à tous, pour mieux comprendre ce qui se passe actuellement dans le monde. Ça explique la crise de 2008, l’invasion de l’Irak et bien d’autres choses.

@ Louis Horvath

Laisse moi rire.

Ton problème avec BP n’est pas de nature environnementale, mais bien de nature économique. Comme la plupart des écolo-catastrophistes, tu utilises l’environnement comme un prétexte pour faire la promotion du socialisme, une idéologie qui a prouvé sa dangerosité.

Autrement, comment expliquer le silence des écolo-catastrophistes au sujet du Venezuela ?

L’exploitation intensive du pétrole au pays d’Hugo Chavez est en train d’asphyxier un des plus grands lacs d’Amérique latine. Situé dans la province de Zulia.

Mais les écolo-catastrophistes s’en fiche parce que le venezurla est un régime socialiste.

ET devine quel pays a plus de sable bitumineux que le Canada ?

Le Venezuela ! Mais aucune critique parce que les sables bitumineux socialistes sont probablement moins polluant que les sables bitumineux capitalistes.

Et contrairement à ce que tu affirmes, la crise économique est le fruit de l’étatisme, pas du capitalisme.

http://mercatus.org/publication/gambling-other-peoples-money

La justice sociale est néolibérale. Chaque fois que le Québec a libéralisé son économie, le taux de pauvreté a diminué, c’est un fait.

@ Dolcevita:

Vous avez oublié: Québec = plus haut taux de syndicalisation nord-américain! Ce qui empire encore plus la situation.

Monsoeur Lisée, comme c’est son habitude, biaise l’analogie en comparant la province de Québec actuelle, bien emmoutoufflée dans le confort que lui procure son appartenance au Canada et dont une grosse part du modèle est subventionnée par les autres provinces canadiennes à un autre pays.

Qu’en serait-il d’un Québec séparé du Canada qui aurait accepté d’entrer dans leur cage à homards et de subir au moins 5 ans de bordel économique tel que promis par leur Madame Marois? Poser la question est y répondre…

Nous serions la Grèce, qu’écri-je…l’Islande de l’Amérique du Nord!!!

«C’est comme lorsque Mme Elgrably-Lévy qui dit s’exprimer comme simple payeuse de taxe et d’impôt. Sauf que Mme Elgrably-Lévy est payé par l’IEM (subventionné par l’entreprise privée) pour s’exprimer ainsi!!!»

Allez leur demander d’où viennent leurs sources de financement. Je crois que cela vient beaucoup de petites et moyennes fondations et de parts d’héritages.

«Okay, j’avoue que pour tout bon néo-libéral qui se respect, on ne s’attarde pas sur ce genre de détail….»

Serait-il plus acceptable si l’IEDM était payé par l’État?

Ça n’existe d’ailleurs pas déjà des groupes de pression et des lobbys subventionnés par l’État?

Imaginez si on apprenait qu’Eau-Secours, Greenpeace Québec ou que le FRAPRU sont payés par l’ensemble des contribuables, même ceux qui ne sont pas d’accord avec leurs combats idéologiques, en quoi cela est-il juste?

En quoi sont-ils donc meilleurs que l’IEDM, en contraignant tout le monde – même les non-consentants – à payer pour leurs heures de manifestations à Québec, à Montréal ou à Ottawa?

@MichelG:

Un peu de lecture, de grâce!

Si vous connaissiez un peu mieux vos opposants, au-delà de la barrière des préjugés, vous en conviendrez qu’ils ne sont pas des corporatistes ou des esclavagistes, des gens qui veulent contraindre – comme dans la plupart des idéologies collectivistes – à vous sacrifier pour les autres ou selon la volonté des politiciens.

Un petit extrait sur lequel on pourrait réfléchir ensemble:

http://www.quebecoislibre.org/philo1.htm
«La philosophie du Québécois Libre est libertarienne. En quelques mots, nous croyons que la liberté individuelle est la valeur fondamentale qui doit sous-tendre les rapports sociaux, les échanges économiques et le système politique.

Nous croyons que la coopération volontaire entre les individus dans un marché libre est préférable à la coercition exercée par l’État.

Nous croyons que le rôle de l’État n’est pas de poursuivre des objectifs au nom de la collectivité – comme redistribuer la richesse, « promouvoir » la culture, « soutenir » le secteur agricole, ou « aider » la petite entreprise – mais bien de se limiter à protéger les droits individuels et laisser les citoyens poursuivre leurs propres objectifs de façon libre et responsable.»

Certains parlent de dogmatisme. Je vous dis, regardez-vous le nombril.

Vous accueillez ce que vous ne connaissez pas ou n’avez jamais débattu réellement avec tant de mépris alors que la société que vous défendez, chaque jour, se fait plus contraignante et elle ouvre des niches de privilèges et d’avantages qu’à ceux qui têtent vos politiciens, eux-mêmes qui donnent gracieusement VOS sous à ceux qui leur flattèrent le mieux l’égo.

Mais je peux vous comprendre, je suis moi-même sorti du Cégep membre de l’UFP (Union des Forces Progressistes, ex-QS) puis j’ai fait mon université avec une implication au PQ.

Jusqu’à ce que je me mette à débattre de mes idées, à connaître des fondements de l’économie, à m’intéresser à la période préparant la Révolution française.

L’Ancien Régime guette les contemporains, même dans un régime démocratique représentatif.

@ David

«Mon point c’est qu’en prenant un groupe d’âge pour trouver des statistique favorable, on fait du cherry-picking.»

Les 15 à 64 ans, du «cherry-picking ?». On appelle cela la population en âge de travailler ! Ne pas utiliser cette donnée et privilégier les 15 ans et plus comme vous le faites, c’est profiter du fait que le Québec compte proportionnellement plus de 65 ans et plus que les autres territoires pour dénigrer le rattrapage constant qu’il a fait au cours des quinze dernières années.

En outre, utiliser les 15 à 64 ans, j’appelle plutôt cela tenir compte de la structure démographique du territoire qu’on compare avec un autre. Mieux, si on compare les taux d’emplois par tranches d’âge, le Québec domine l’Ontario dans toutes les tranches, sauf chez les 55 ans et plus.

Ça s’appelle de l’analyse…

Et parlant de quelqu’un qui ne publie que les statistiques favorables à sa thèse, vous êtes notre maître incontestable !

@ jacques d.

Voici un article publié dans le New York Times le 30 septembre 1999:

In moving, even tentatively, into this new area of lending, Fannie Mae is taking on significantly more risk, which may not pose any difficulties during flush economic times. But the government-subsidized corporation may run into trouble in an economic downturn, prompting a government rescue similar to that of the savings and loan industry in the 1980’s.

« From the perspective of many people, including me, this is another thrift industry growing up around us, » said Peter Wallison a resident fellow at the American Enterprise Institute. « If they fail, the government will have to step up and bail them out the way it stepped up and bailed out the thrift industry. »

In July, the Department of Housing and Urban Development proposed that by the year 2001, 50 percent of Fannie Mae’s and Freddie Mac’s portfolio be made up of loans to low and moderate-income borrowers. Last year, 44 percent of the loans Fannie Mae purchased were from these groups.

http://www.nytimes.com/1999/09/30/business/fannie-mae-eases-credit-to-aid-mortgage-lending.html?sec=&spon=&pagewanted=print

La voilà la source de la crise.

Statistiques, statistiques, il ne mange et ne rêve que de ça le gars.

Conclusion; il n’a pas le temps d’être heureux.

Moi, je suis un retraité heureux, qui a bien planifié sa retraite dans un Québec assez bien nanti.

Faites donc comme moi David et oubliez donc un ti-peu les statistiques. Travaillez plus sur votre retraite et un peu moins sur les stats.

@David
Liberté 55 n’est pas un rêve socialiste ni gouvernemental mais une entreprise privée de placement. Tout ce qui a de plus économique comme objectif.
Pour que les gens prennent leurs retraites à 55, 62 et 65 ans, ce n’est pas une subvention/intervention de l’état mais de l’investissement et des calcules actuariels sur genre 30 ans. (et non un recalcule sur une année de crise comme l’utilise des groupes comme IEDM!)
Il n’y a rien de gratuit là-dedans.
Seul les grands argentiers et PDG de ce monde de verse des retraites hallucinantes sans commune mesure avec de l’investissement et des études actuariels.

@Matt
Ce que je veut dire c’est si je verse de l’argent a Greenspace, je m’attends a ce qu’ils défendent l’environnement, si je verse de l’argent à pro-vie, a ce qu’ils défendent la vie et à pro-choix a ce qu’ils défendent le droit à l’avortement.
C’est pareil pour l’Institut économique de Montréal, je m’attendrais d’eux on retour aux libertés économiques comme à la grande époque 1870 à 1930 ou le gouvernement n’intervenait que pour rétablir l’ordre dans la rue et non dans l’économie!!!

Ce qui faut comprendre, et je sais que cela dépasse le néo-libéraliste parce que cela est contraire à sa doctrine, c’est que ce sont les libertés économiques qui génère des dictatures et le communisme. Qu’est-ce qu’un dictature et le communiste si ce n’est qu’une façon extrême d’essayer de mettre fin aux abus d’une minorité (bien nantis) sur la majorité des gens.

Le côté utopiste de libertarianisme c’est une fausse méritocratie du genre: « mon Q.I. est élevé et ça me donne le droit de mieux profiter des opportunités de la vie que les autres. Et tous les gens comme moi, on fait partie de la même confrérie, et ça nous donne le droit de revendiquer notre libartau-é. »

1- Ton Q.I., ce n’est pas toi qui en a décidé ainsi ce sont tes parents et tu ne les a pas choisis.

2-Tu as pu aller dans les meilleurs collèges. Papa, Maman n’a pas eu un mot à dire là-dedans?

Bref, tu hérites de tes parents et tu les envoies promener pour affirmer ta liberté.

Ensuite toute la théorie repose sur des gens plutôt masculins, pas trop jeunes, pas trop affecté par la vieillesse, en bonne santé physique et mentale, performants 12 mois par année. Ça commence à exclure pas mal de monde…
Y compris ta mère quand elle te portait!

@ Benton:

« Seul les grands argentiers et PDG de ce monde de verse des retraites hallucinantes sans commune mesure avec de l’investissement et des études actuariels. »

Z’êtes au courant du traitement de faveur obtenu par le mari de Mme. Marois (elle était sa patronne!!!) alors qu’il a passé un gros 4 ans à la SGF, présidant aux pires années de cet organisme?

J’aimerais voir la liste de tout les ex présidents, PFG ou grands Serviteurs de l’état québécois depuis les 30 dernières années et surtout les primes de départs mérité ou non et leurs rentes annuelles reçues depuis leur départ.

Ça permettrait d’identifier lequel des deux partis, Libéral comme Péquiste, a été le plus généreux avec leurs ti-namis respectifs.

Un souhait que partagerait sans nul doute, François the first.

@François 1

Oui, je suis au courant et cela confirme ce que je disais:
Grand argentier: Pauline Marois
PDG: Son mari

J’ajouterais que c’est vrai qu’il y a eu une perte de 30 millions dans l’histoire des Ailes de la mode.
Faut croire que le problème d’éthique est plus apparent quand la perte est de 40 milliards et que les conflits d’intérêts sont récurant semaine après semaine!

@François Isabelle:

C’est quoi le rapport du Q.I. ou de l’éducation?

Ce sont juste des gens qui réclament une plus grande part de liberté et moins d’autoritarisme pour vivre sa propre vie.

Une liberté pleine et entière dans la limite du respect d’autrui, à la fois civile/sociale/politique et à la fois économique.

Rien de plus. Ce ne sont pas tous des gens ayant un doctorat, des parents fortunés, des multimillionnaires ou des gens payés en douce par les pétrolières (les clichés habituels de la propagande du système).

Venez faire un tour dans un souper-conférence du Québécois Libre: des professeur-e-s, des étudiant-e-s, des petits entrepreneurs, des inventeurs, de simples travailleurs et ouvriers, des chômeurs, des fonctionnaires réalistes, des Francophones, des Anglophones, etc.

Tous n’ont en commun que le désir de voir diminuer le pouvoir des politiciens et des États de moraliser leurs vies (leur interdire de…, les contraindre à…, les forcer à…, les taxer davantage pour…).

Ils s’opposent aussi aux collectivismes (ça inclut les nationalismes) où on cherche à en faire de serviles brebis au service du pouvoir.

Ils sont les filles et fils spirituels des libéraux classiques et des anarchistes libertaires.

@Benton:
Si seulement vous saviez un peu…

http://www.suburbainlucide.net/?p=1438

@Matt

Je crois bien que l’on écoute trop la radio!

Je sais si peu effectivement… mais c’est déjà mieux que de savoir ce que l’on veut bien savoir!!!

Aux libertariens:
« Nous croyons que le rôle de l’État(…)mais bien de se limiter à protéger les droits individuels et laisser les citoyens poursuivre leurs propres objectifs de façon libre et responsable.»

C’est tout-de-même un rôle important que vous lui attribuez!

Portez le chapeau s’il vous fait. Mais les lois, règlements et tout ce qui vous fait suer, ce n’est pas pour les bons citoyens, mais pour la minorité comme les Vincent Lacroix et les Earl Jones, Madoff, Marc Lépine et tout ceux qu’on ne connait pas qui coupent les files d’attente et qui exagèrent et qui exercent leur liberté en empiètant sur la VÔTRE.

Ne soyez pas susceptibles et arrêtez de démoniser l’ÉTAT, puisque vous croyez en son rôle. À moins que vous fassiez du « cherry-picking » sur ce qu’il doit faire;-)