Les Québécois volent au secours d’Obama

La semaine de Barack Obama avait mal commencé – son parti a perdu deux postes de gouverneur mardi. Mais depuis mercredi, on peut penser que le champagne coule à flot sur l’avenue Pennsylvanie à Washington car la firme de sondage Nanos a annoncé que pas moins de 82,4% des Québécois appuient le président.

Précisément, nous sommes ce nombre à estimer que le président démocrate est « sur la bonne voie en ce qui concerne les changements qu’il veut apporter au système de soins de santé ». Ailleurs au Canada, le soutien est réel mais moins appuyé : 73 % en Ontario, 78 % en Colombie, 65% dans les provinces atlantiques et juste sous la barre des 60% dans les Prairies. (pdf ici) (Merci à J. Livernois d’avoir porté ce sondage à mon attention.)

Alors désormais, Obama sait où sont ces vrais amis en Amérique du Nord. Ni en Virginie, ni au New Jersey, qui viennent de lui tourner le dos, mais au Québec. Il ne lui reste qu’à nous remercier. Deux gestes sont attendus par ce blogueur : une entrevue exclusive à L’actualité et un discours à Montréal organisé par le CÉRIUM.

Par ailleurs, pour clore le dossier des Un an d’Obama, il vaut la peine d’aller lire sur le site Politico.com leur choix des 10 meilleurs coups et des 10 pires de sa première année.


Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

L’expression nul n’est prophète dans son pays prend tout son sens avec Obama. Je me souviens que lorsqu’on avait fait un sondage, un peu avant les élections à travers le monde pour tater le poulx de l’opinion mondiale pour qui les gens voteraient entre McCain et Obama.

Obama avait obtenu dans beaucoup de pays y compris le notre une majorité écrasante beaucoup plus convaincante que celle donnée par la population Américaine lors de la présidentielle.

Et l’histoire se continue de plus belle alors que nous relativement étranger à la politique Américaine et avec un point de vue de l’extérieur continuons d’être abasourdi par le rejet et la violence de ce rejet des politiques d’Obama par une segment assez important de cette population.

L’histoire se répète quant à la différence des pourcentages entre le Québec et l’ouest.

Rien de surprenant quand la mémoire rappelle que Harper était toujours en très bonne compagnie avec G. Bush.

Et le titre ronflant « Les québécois volent au secours d’Obama » attire l’attention mais en quoi?

Les Québécois votent au Québec et au Canada.