Lettre à la Sarah Palin québécoise, Nathalie Elgrably

Très chère Nathalie,

Nathalie, dans le peloton de tête de mes plumes favorites!

On ne s’est jamais rencontrés. Sachez que je le regrette énormément. J’ai cru comprendre en lisant votre chronique de ce jeudi dans le Journal de Montréal que je vous avais causé un chagrin.

[Lisée] y va d’une affirmation qui dévoile son incompréhension des motivations des pourfendeurs de l’étatisme. Il écrit: «On sent bien qu’une droite québécoise carbure à la détestation du Québec, à la détestation de soi. Il y a une joie non feinte à présenter le Québec comme retardataire, tribal, paresseux.»

Vous expliquez ensuite que vous aimez tellement le Québec que vous acceptez la tâche ingrate d’en dénoncer toutes les faiblesses, pour son bien. C’est votre « tough love ». Ce serait tellement plus facile, et moins aimant, expliquez vous, d’en dire du bien, comme je le fais.

Dans le peloton de tête!

Chère Nathalie, je ne demande qu’à vous croire. Et c’est pourquoi j’annonce officiellement que vous êtes désormais dans le « peloton de tête » des mes chroniqueurs québécois favoris.

Je vous avais critiqué hier, dans Pourquoi la droite aime les hauts taux de suicide, car j’avais noté que vous n’aviez rien trouvé de mieux à faire, la veille, qu’à remettre en ligne un tableau fautif affirmant à tort que le Québec avait le 5e plus haut taux de suicide au monde.

Je me suis demandé ce qui poussait une amoureuse du Québec comme vous à diffuser de toute urgence cette information, tel un réflexe pavlovien, de peur que mon chiffre (nous ne sommes que le 26e) ne puisse détromper les Québécois sur l’ampleur de l’abîme dans lequel les pousse l’étatisme.

Je vous ai reproché de ne pas avoir fait un travail sérieux de vérification. Me voici donc ravie, chère Nathalie, de constater que vous avez répondu à mon appel et que vous avez fait chauffer votre fureteur et vos fichiers Excels pour un nouveau billet de blogue.

Vous y confirmez — c’était facile, il suffisait de regarder les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé — que, effectivement, nous ne sommes que 26e sur 105 pays. Cette confirmation, venant d’une économiste sénior de l’IEDM, m’honore.

Puis, en grande amoureuse du Québec, voici comment vous interprétez cette donnée:

elle signifie que sur 105 pays, à peine 25 ont un taux de suicide supérieur ou égal au notre, tandis 80 pays ont un taux de suicide plus faible que le notre!  Nous sommes donc dans le peloton de tête, i.e dans le top 25%.  Y a-t-il vraiment de quoi célébrer?

Attendez, attendez, Nathalie… Chaque semaine, je m’échine à dénicher des statistiques qui démontrent que le Québec est second en ceci, cinquième en cela. Et tout ce temps là, le « peloton de tête » pouvait inclure la 26e place ?

Mais pourquoi ne pas me l’avoir dit avant ? Si c’est vrai, le Québec est dans le peloton de tête en presque tout, chère Nathalie, presque tout !

Bon, je ne sais pas si c’est vraiment une marque d’amour du Québec d’insister pour dire qu’il est dans le « peloton de tête » d’un des pires palmarès qui soit, alors qu’il n’est que 26e. Je ne le dirai pas. Je vous laisse juge de votre conception de l’amour.

Mais permettez moi de vous retourner au moins la moitié d’un compliment que vous m’aviez fait, naguère, dans une de vos chroniques. Vous aviez écrit  que j’étais un « idiot utile ». Je me contenterai de dire de vous, très chère Nathalie, que grâce à votre nouvelle définition du peloton de tête, vous êtes très, très utile.

Bien amicalement,
Et dans l’espoir de pouvoir un jour jaser de vive voix,
Votre tout dévoué,

Jean-François

Laisser un commentaire

Idiot « utile » dîtes vous?

Elle est bien aimable cette Nathalie de vous qualifier d’utile.

Moi à vous voir vous débattre pour perpétuer un modèle qui nous mène au déclin et à la ruine je vous trouve plutôt nuisible.

La douceur de votre plume vous honore.

Je me demande quelques fois quel est l’intérêt de la droite de démoniser de la sorte.Et pourtant tout le monde sait que les québécois veulent conserver leurs services et même en veulent plus encore.

La démonstration à faire, autant de la droite que de la gauche, serait de démontrer comment, pour les conserver, nous devons les améliorer.Pas les couper et de tout changer.Juste moderniser et surtout avoir des gestionnaires avec des couilles et du courage.Faire mieux avec ce que l’on a. Mettre de l’ordre dans la baraque.

On veut aussi savoir à quoi peut ressembler une gestion intègre des affaires de l’état.On veut que les contrats publics soient attribués dans le meilleur intérêt de la population et non dans l’intérêt des contributeurs.

J’ai bien plus confiance dans un élu qui n’a pas d’attaches, qui a les mains propres, qui est solide et compétent que de faire affaire avec un élu qui obtient son financement avec des partys privés gros prix et qui n’a comme compétence que de bien vendre sa salade vide d’engagements réalisables.Est-il plus de droite que de gauche? Des fois, je me pose la question malgré que notre histoire récente montre que le PQ a mis en place beaucoup plus de réformes durables que le PLQ.

M. Lisée, Pourriez-vous cependant nous expliquer pourquoi les Québécois sont les champions du suicide au Canada?
Je tiens à préciser que je ne m’en réjouis pas du tout, contrairement à ce que vous prétendez des gens de droite.

Au plaisir de lire votre réponse.

26e, 5e, 1er, 104e, quelle différence ?

Il y a des gens qui travaillent dans des instituts; des gens qui travaillent pour des partis politiques; des journalistes… et il y a les gens d’affaires qui eux font la différence entre les chiffre 26, 5, 1 et 104. Pour faire fructifier un capital il faut savoir compter et comprendre les chiffres. Madame Elgrably peut remercier le bon Dieu et l’état qui lui fournissent un occasion de gagner sa vie. Dans le milieu des affaires, elle ferait patate.

Les pays occidentaux, à commencer par le Québec, ont des données très précises sur le suicide. Dans le tiers-monde c’est plus flou comme données.
Bref, les données occidentales en suicide sont fiables alors que les données du tiers-monde sous-estiment le problème.

M. Lisée,

En omettant, dans votre billet du 23 janvier, de préciser que votre chiffre de 26e place était par rapport à 105 pays, vous pouviez tromper des Québécois qui ont été habitués à voir les taux de suicides au Québec comparés à ceux d’un nombre plus restreint de pays industrialisés.

En terminant le même billet en affirmant: « Mais il ne faut pas se penser faible là où on est fort. Il ne faut pas se laisser assommer par les sophismes de droite. », vous augmentiez encore les chances de tromper les québécois en leur faisant croire que cette 26e place du Québec en matière de taux de suicides reflétait une force du Québec, alors qu’on doit bien admettre que si cette 26e place reflète quelque chose, c’est bien plus une faiblesse qu’une force, non?

http://www.lecrible.wordpress.com

Je ne partage pas toutes vos opinions, loin s’en faut. Mais j’aime toujours les lire et dans ce cas précis, je trouve rassurant de voir qu’il y a parmi nous des esprits aussi allumés que le vôtre.

Merci.

Votre réplique est bonne. Elle n’aura certainement pas tort d’affirmer que le peloton de tête peut être à géométrie variable selon les données analysées et la grosseur de l’échantillon.
Mais peu importe, dans ce combat de coq, le gagnant sera celui qui pourra faire comprendre à l’aide de propositions sensées et clairement expliquées, en quoi son modèle permettra l’amélioration de notre bien-être collectif. Cependant, on ne s’en sort point car j’ai l’impression que la définition du bien-être de mademoiselle Elgrably est sensiblement différente de la vôtre (et de la mienne) monsieur Lisée.
Tout ceci aura tout le moins le mérite de générer des idées, enfin je l’espère.

Mais quelle esprit tordu.
Elle a écrit qu’effectivement nous sommes 26è, mais sur 105 pays, et l’écart avec les plus hauts taux n’est que minime. Il n’y a rien de bien glorieux la dedans. Dan le peloton de tête du plus grand nombre de suicide.
Quelle réjouissance.
Ça vous en prend pas gros pour être heureux.

Ce sont des statistiques stupides qui n’ont pratiquement aucune importance. Quel économiste va perdre son temps à analyser si un pays a un taux de suicide de 14.2 par 100,000 personnes ou un taux de 17.4 par 100,000 personnes. Vraiment, mais quellel connerie!

J’ai bien hâte de voir et lire la riposte,si elle à les arguments nécessaires pour contredire vos dires.

C’est vrai que de se cacher la tête dans le sable face à un problème démontre un amour profond incontestable.

Toutefois, j’me pose la question à savoir ce que le taux de suicide vient faire au haut de la liste dans un débat gauche-droite?

Quelqu’un s’apprête-t-il à vendre un livre et a besoin de mousser ses ventes?

Les libertariens ne nous disent pas pourquoi ils s’intéressent tant aux taux de suicide. Quel est leur objectif, leur analyse ? Quelles idées nauséabondes vont-ils encore pouvoir propager ?

Ce qui ne doit pas la ravir, Nathalie Elgrably, c’est que les idées qu’elle propage, elle et ses sbires libertariens, ne correspondent pas aux valeurs des québécois. Elle fait donc du prosélytisme. Mais elle ferait bien mieux de déménager au fin fond du Midwest ou au pays de Harper. Elle se sentirait mieux là-bas dans son élément.

Moi qui suis d’origine française, je peux grandement analyser à ce moment-là que si les français sont de gros consommateurs d’anxiolytiques, c’est à cause de leur président énervé et incompétent. Pourquoi pas en tirer une telle conclusion ?

Donc, au fond, tout va bien au Québec.

Nous n’avons aucun retard ou problème économique lorsqu’on se compare, aucun problème de suicide, aucun retard en éducation, aucun problème d’infrastructure ou de moeurs politiques.

Au fond, on est tellement bien au Québec qu’on devrait rester exactement comme on est. En fait, le Québec est une société bien meilleure que toutes les autres, mais étant donné que nous sommes brimés par des méchants colonisateurs notre plein potentiel de peuple supérieur n’est pas atteint.

Ceux qui critiquent le Québec sont anti-québécois et sont l’ennemi du peuple, car ils travaillent en secret pour les colonisateurs, les conservateurs, les albertains, les banques de Toronto et la mafia anglo-saxonne en général.

@ brosseau. Il y a des limites à faire entre critiquer et brosser un portrait dénaturé et alimenté par un débat idéologique. Qu’est-ce que le taux de suicide peut signifier à part dire que notre société est une société de dégénérés gauchistes ? C’est ça le conclusion de Nathalie Elgrably ?

Vous avez choisi, monsieur Lisée, de répondre avec tact et calme. C’est tout à votre honneur…quand on voit en comparaison les propos agressifs et violents tenus par exemple par les fidèles du blogue antagoniste.

@F. Brosseau

Vous déformez les propos de M. Lisée. Il N,a jamais affirmé que tout allait bien au Québec et qu’on ne devait rien changer (ce serait absurde de le prétendre). Mais il est simplement question de remettre les choses en perspectives et de quitter la vision apocalyptique qui voudrait que les Québécois sont les plus « poches » en tout dans le monde, ou du moins dans le monde occidental (suicide, chômage, analphabétisme, pauvreté, décrochage, santé, criminalité, etc.). Qu’on serait les moins dynamiques, les moins inventifs, les plus paresseux, etc.

Le fait est que le taux de suicide au Québec nous place au 26e rang. Il faut bien sûr s’en inquiéter et chercher à améliorer la situation. Et non pas se complaire à se dire qu’on est « les pires » et se rabaisser continuellement.

Hummmm !

Cette chantre de la droite imbécile bcbg bien perlée, « Cruella Elgrably » me fait tellement
peur. Hoouuuuuu ! J’ai vraiment peur !

Ceci dit,

La droite imbécile se caractérise par des programmes politiques proposant des solutions extrêmement simplistes à des problèmes complexes.

En contrepartie,

La gauche imbécile se caractérise par des programmes politiques proposant des solutions extrêmement utopiques et idéalistes à des problèmes complexes.

Au Québec, droites imbéciles et gauches imbéciles sont tout a fait légitimes et essentielles
à un certain équilibre ……..

……………. questions de nous rappeler à tous, que ces deux extrêmes clownesques sont dans
les faits totalement impraticables.

Tous les spécialistes s’entendent pour dire que les partis politiques qui ont réellement la possibilité d’exercer le pouvoir au Québec, pour être, un tant soit peu efficaces et pratico-pratiques, doivent globalement gouverner au centre.

Au centre gauche pour certains dossiers à caractère sociaux en raison de la spécificité
de notre population et de notre société ;
et
Au centre droit pour certains dossiers à caractère économique en raison de la proximité
des États-Unis notre principal partenaire économique ;
mais
Glogalement au centre sur la moyenne de l’ensemble des dossiers.
et
Comme le disait Joseph Facal et Vincent Marissal il y a quelques mois à Bazzo.Tv
à ce sujet ……….. à l’extrême centre même.

« Toutefois, j’me pose la question à savoir ce que le taux de suicide vient faire au haut de la liste dans un débat gauche-droite? »

Simplement que les propagandistes du néo-libéralisme (qui préfèrent se désigner comme des défenseurs de la « droite ») utilisent le taux de suicide, en essayant de nous faire croire qu’on est dans le peloton de tête des pires, pour essayer de faire passer leurs idées.
(Le lien est ténu à priori, je vous l’avoue (j’imagine mal, par exemple, comment risquer de se ruiner quand on tombe malade peut diminuer le taux de suicide), mais cela s’inscrit dans la grande stratégie alarmiste mise au point aux États-Unis par les néo-libéraux pour créer un sentiment de peur, de dépression et de honte dans la population, rendant plus facile de faire avaler leur idéologie et leur programme. Genre: « Il faut des mesures extrêmes parce que la situation est catastrophique! » au lieu « Regardons sereinement ce qui ne va pas et comment on pourrait améliorer les choses »).

Elgrably est une grosse joke.

Voilà quelques années elle avait dit que plus le taux d’imposition d’un pays est bas, mieux c’est.

Et elle avait comparé Monaco avec le Zaîre (je crois).
Quelle farce!
Moi je dis: pour devenir riche il faut porter des lunettes. Comme Jobbs, Gates et Buffet.

Je ne peux pas croire que l’institut économique se ridiculise autant avec cette farceuse.
Ils devraient peut-être engager des gens sérieux.

Quel amateurisme que de voir deux « supposément » journalistes professionnels s’écrire des répliques enfantine à savoir qui a la meilleure plume en ce qui concerne le classement du Québec et son taux de suicides. Et là il y en a qui vont dire c’est elle qui a commencé. Non c’est lui. Bla bla bla. Vous vous comportez comme des enfants du primaire frustrés. Arrêtez de vous donnez en spectacle et parlez plutôt du vrai sujet. Le taux de suicide au Québec et non de son classement.

Méchant dérapage ces histoires de taux de suicide et cette bordée d’insultes… et tout ça contre un ennemi imaginaire qui n’a même pas de parti politique au Québec… Vous pensez que ça donne le goût de voter PQ?

@P. Lagassé
Plus je vous lis, plus j’apprécie vos propos ancrés dans le bon sens et la réalité.
Salutations.

« Me voici donc ravie, chère Nathalie, de constater que vous avez répondu à mon appel et… »
Monsieur Lisée, j’espère que Mme Elgrably vous sera reconnaissante de votre effort pour ne pas la snobée avec un machisme qui eut été déplacé en pareille circonstance.

@ Daniel Bonin. Que vous inspire vous-même le taux de suicide au Québec ? Est-il dû aux trop grandes périodes de froid ? Est-il dû à l’environnement de gauchistes tant décrié par la droite ? Est-il dû aux longues heures d’attente dans le trafic du pont Champlain ? Sérieusement, oui, il y a des choses à améliorer au Québec mais croyez-vous qu’il faille en tirer des conclusions ancrées dans un débat idéologique droite-gauche ? C’est un immigrant français qui vous le dit… Pensez-vous que j’ai pensé à me suicider en voyant l’autre nain gouverner mon pays d’origine ? même pas…

Eric Duhaime…il ferait bien de lire les propos tenus sur le blogue antagoniste. Ils sont autrement plus violents et agressifs qu’ici.;-)

@ Eric. Vous n’avez pas de parti mais vous êtes bigrement virulents dans le monde de la blogosphère et des médias depuis quelque temps. Eric Duhaime, Nathalie Elgrably, David Descôteaux et j’en passe et des meilleurs…ça pullule.

»Le Québec figure en effet au 4e rang (sur 21) des populations de l’OCDE ayant le plus haut taux de suicide (13,8 décès pour 100 000 personnes) »
de que cé? Quel rabat joie.
http://www.journalmetro.com/linfo/article/439001

http://extranet.santemonteregie.qc.ca/depot/document/2354/N3-Periscope-suicide.pdf

http://www.radio-canada.ca/radio/maisonneuve/07052004/35951.shtml

Ce que je constate c’est qu’il y a eu une baisse, surement pas parce que des gens se sont pétés les bretelles a dire que c’était pas si pire. si on a mis plus d’efforts c’est justement parce qu’il y a eu des sonnettes d’alarmes.

Lisée est assez nul en math. Le peleton de tête pour les comparaisons canadiennes obligerait le Québec à être dans les 2 premières place. Le Québec n’est jamais dans les 2 premiers au Canada. Il est donc faux de dire que selon le critère de Nathalie le Quèbec est toujours premiers.

Lisée peut bien traité Nathalie de Palin mais on réalise que Palin est probablement plus intelligente que Lisée.

@Daniel Bonin
Le suicide est effectivement un sujet trop sérieux… pour qu’on laisse certains noircir le tableau au-delà de la réalité et l’instrumentaliser à des fins idéologiques.

« le Québec recule » de François Legault est dans la même veine de présenter le Québec sous un angle apocalyptique.

C’est mon grain de sel.

Lorsque vous parliez de mettre la droite KO, c’était vraiment au sens propre. Pauvre Mme Elgraby, elle vient de se faire ramasser solide.

Quoique ce n’était pas trop compliqué, elle s’est placé elle-même dans la câble en voulant ABSOLUMENT démentir vos données.

Sa première réplique est un véritable cadeau. Elle venait de faire la preuve de ce que vous avanciez.

Au moins, vous y êtes allez poliment. Elle n’est pas défigurer. Elle vous reviendra avec son beau sourire pour persifler son mépris envers le Québec.

@Guillaume inutile d’essayer de déformer mes propos.
»si on a mis plus d’efforts c’est justement parce qu’il y a eu des sonnettes d’alarmes »
Donc il est plus profitable d’être lucide que de dormir debout.

Quelle belle attaque personnelle que de traiter Mme Elgrably de Sarah Palin.

Le seul argument à Lisée, c’est de toujours tenter de démoniser son adversaire. Pitoyable.

Pour revenir sur le taux de suicide, tenez-le pour dit. Vos chiffres sont erronés (comme toujours) et ceux de Mme Elgrably sont exactes (comme toujours).

M. Robert,
J’aimerais vous aider dans votre compréhension de texte. M. Lisée n’a pas affirmé que les première et deuxième position formaient le peleton de tête selon Mme Elgrably. Il a remercier Mme Elgrably de lui apprendre que la 26e position pouvait être considérer dans le peleton de tête.

Ainsi, M. Lisée remercie Mme Elgrably de lui enseigné avec tant de précision qu’un peleton de tête équivaut au quart d’un échantillon, d’un groupe ou d’une population. Et que maintenant qu’elle lui a enseigné il n’aurait plus justement à se fendre en quatre pour trouver là où le Québec arrive en première ou deuxième position pour flatter la nation dans le sens du poil, il n’aura qu’à considérer le premier quart des position d’un palmarès.

En ce sens il la remercie justement parce qu’il sait que le Québec est rarement en première ou deuxième position. Il la remercie d’assouplir ses critère de rigueur à LUI.

Les gauchistes comme Lisée se complaise dans la médiocrité. Le Québec a l’un des pire taux de suicide de la planète mais il se complaise dans le fait que certains rares pays font pire.

La droite a de plus grande aspiration pour le Québec, elle se compare aux meilleurs.

Ce sont les gens comme Lisée qui haïssent le Québec, ce sont les gens comme Lisée qui soint en train de détruire notre province.

En passant quand Lisée dit que nous somme 26e sur 105 pays, il omet de préciser que le classement est en ordre décroissant i.e. que près de 80 pays font mieux que nous.

Nous sommes dans le peloton de queue.

Voilà ce qui rend Lisée si fier de son Québec, pas que 80 pays nous batte mais que nous en battons 25, des républiques de bananes pour la plupart.

Trop de démagogie de la part des chroniqueurs de droite, le système néolibérale n’a JAMAIS servi le bien commun, mais une classe très restreinte de gens. Je ne suis pas un gauchiste, (ni de droite…)mais je sais que la droite économique est égale ou pire à un système de gauche mal géré (comme les soi-disant sociales-démocraties qui nous ont gouvernées dans le passé).

N. Elgrably est une révisionniste avec tout c’que ça implique de fantasmatique. La disciple fervente de Friedman (le Ben Laden de la finance) et de son credo (créer la richesse pour pouvoir la partager) rend aveugle son chien guide.

Qui pourrait lui rappeler que ceux qui créent la richesse sont ceux qui la possèdent et sont aussi ceux qui décideront combien et à qui ils la partageront et surtout… quand?

Sa naïveté est aussi bouleversante que sa fatuité est émouvante.

Je trouve bien généreux J-F Lisée de la lire encore, même si c’est en se pinçant le nez.

Bonsoir,

Madame Nathalie Elgrably est sûrement sous payée pour le rôle que celle ci joue dans le milieu économique en étant la Mère Thérèsa des nécessiteux dont les besoins sont de plus en plus grands en prévision d’un séisme à venir……. Comme des écureuils dont les besoins sont illimités pour les noisettes……. Au plaisir, John Bull.

@ Paul Robert:
Pas besoin de tomber dans les insultes, M. Robert, ça discrédite complètement votre argumentaire. Et vous devriez vous-même réviser vos maths: 25% de 13 provinces et territoires, c’est plutôt de l’ordre d’un top 3 (pour ce que ça change).

Et bon, à propos de la statistique des suicides, faut voir à quel point les informations sont exactes, aussi. Je ne veux pas dire qu’on pourrait méconnaître le taux québécois, mais plutôt que sur les 80 pays ayant un taux plus bas que nous, il y en a probablement un bon paquet pour lesquels on n’en a aucune idée. Je suis certain que les données pour la Corée du Nord ou la Chine, qui ne jouent pas très franco, sont dans les vap’s, par exemple, ou encore qu’on peu difficilement évaluer des telles données pour un pays comme l’Inde…

Le plus haut taux de suicide au Québec vient du grand vide existentialiste créé par le débat gauche-droite sur le plus haut taux de suicide.

Est-ce que vraiment quelqu’un s’inspire sérieusement des âneries qu’écrit cette fille pour enrichir sa pensée ?

Le pire c’est qu’elle est payée, et peut-être grassement en plus…

Je ne suis pas fan de la droite-droite québécoise, mais je pense tout de même que poser la question à savoir s’il y a un lien entre l’état-providence omniprésent et le taux de suicide est pertinente.

Les hauts taux de suicide du Japon et de la Corée ont été souvent expliqués par la culture d’extrême performance de ces peuples. En Norvège, en Finlande et en Suède, comme au Québec d’ailleurs, plusieurs font un lien entre l’État omniprésent et le taux de suicide. Se peut-il que notre modèle québécois et notre culture crée un moule plus rigide qu’on le pense? Derrière l’image de tolérance et d’égalité des états basé sur la sociale-démocratie, se peut-il qu’il y ait beaucoup de pression pour qu’on »fit in » dans le modèle de citoyen modèle, ouvert, diplomate, qui mets ses ambitions personnelles et son égoisme de coté pour le bien commun, qui respecte toutes les conventions?

Et si une partie du taux de suicide s’expliquait par le fait que des jeunes hommes ne fittent pas dans ce moule de citoyen évolué parfait?

Mes amis qui sont partis vivre et travailler au Canada anglais et aux États-Unis citent tous un certain »étouffement » qu’ils ressentaient à différents niveaux au Québec. Ce malaise, ce sentiment de ne pas fitter dans le modèle citoyen québécois vient souvent bien avant la simple opportunité d’emploi dans les raisons pour lesquelles ils ont quitté.

Personnellement, il m’arrive de ressentir cet étouffement. Je me demande seulement qu’est-ce qui arrive quand ce sentiment est accompagné par une détresse plus grande (qui peut venir de différentes sources).

Elgrably aurait été une petite dévote dans un autre contexte. Elle est tombée sur une école de pensée, elle aurait pu tomber sur une secte.

Elle m’a enseigné l’économie à l’Université de Montréal il y a six ans, et je confirme que ses propos ne soutiennent pas l’analyse. Au mieux trois colonnes sans question ni droit de réplique, de temps à autre.

Elle me surprend pour une chose: qu’elle soit parvenue à se faire connaître pour ce qu’elle a à dire, alors qu’elle n’a justement rien à dire.

M’enfin… Martineau est bien là aussi.

Faut dire qu’elle fait plus jeune sur sa photo…

Jean-Francois,

le Bilan financier de l’Alaska est + solide aujourd’hui grace a Palin.C’est donc un beau compliment que vous faites a Nathalie Elgrably.

Mme. Elgrably vous remet à vottre place (et pas à peu près!!!) ici:

http://lavitrecassee.com/2012/01/26/m-lisee-veut-mettre-la-droite-k-o-partie-3-la-productivite-du-quebec/

BRAVO Nathalie!!!

De plus, saviez-vous que celui qui prétend « passer le K.O. » à la droite en 15 points et qui veut dialoguer « face-à-face » avec Mme. Elgrably a refusé, oui…oui…RE-FU-SÉ d’entrer dans le ring (le VRAI) et de « dialoguer face-à-face avec Éric Duhaime?

Il préfère continuer à faire du « shadow boxing »…

Moins dangereux de se faire passer le K.O.!!!

La Sarah Palin québécoise , c’est assez bien trouvé. En effet comme Palin elle a une apparence agréable et c’est quand elle sort ses arguments démagogiques que ça se gâte.

Cependant je suis désolé pour vous M.Lisée mais l’appellation Sarah Palin québécoise est déjà prise.

Vous avez oublié la suave et non moins photogénique Nathalie Normandeau qui s’est méritée le titre pour sa fougue à défendre l’industrie gazière dans la saga des gaz de schiste, y allant même d’une comparaison, ma foi assez bien sentie, sur les pets de vache…

@F. Brosseau

Je comprends votre argumentaire et j’en appuie au moins une partie. C’est vrai que derrière l’image consensuelle qu’on veut souvent projeter du Québec, il y a une forme de rectitude sociale qui peut être assez étouffante, malgré ce que certains bien-pensant veulent en dire.

Pour ce qui est des hauts taux de suicide de sociétés comme la Finlande ou la Suède, je ne crois cependant pas qu’il y ait nécessairement un lien direct avec l’État. Un trait distinctif est également la nordicité de ces sociétés, les cycles de lumière, etc. J’ai déjà entendu que Calgary comptait peut-être le plus haut taux de suicide au pays. Or, c’est aussi là qu’on y observe les plus gros écarts de température en une même journée.

Les causes du suicide sont loin d’être toutes sociales (pas plus qu’elles ne sont toutes psychologiques et, plus encore, reliées à la maladie mentale), alors qu’on nous fasse la grâce de réflexions faciles sur le clivage gauche-droite…

Bonjour,

Et pourquoi cette pauvre Madame Nathalie Elgrably s’échine autant dans le Journal de Montréal en étant la Mère Thérèsa de tous les nécessiteux ? En étant sous payée pour toute cette mendicité pour ceux que le capital ne leur en donne pas assez.

Et pourquoi pas que nos nécessiteux de droite n’apprennent t’ils pas à compter ? La pseudo science économique n’est que du vent, de pseudos prévisions aléatoires au gré de divers courants et du vent qui souffle et change quelques fois de direction.

Pourquoi pas que nos amis les économistes n’apprennent ils pas à compter enfin ? En s’inscrivant illico aux Hautes Études Commerciales soit les HEC pour constater de visu toutes vos chimériques prévisions et analyses. C’est bien simple, vous ne savez pas compter ni gérer !

Actif – Passif + Capital. Tout est là ! Cessez donc de vous dévisser le NOMBRIL en voulant toujours PLUS AU DÉTRIMENT DES AUTRES ? Car vous ne savez pas COMPTER ! Car au lieu d’en vouloir toujours plus comme un CHIEN HALETANT qui pue de la bouche, VOUS N’AVEZ QU’À DÉPENSER MOINS… Cessez de de toujours être insatisfaits, c’est tout à fait malheureux de vivre une vie ainsi dans l’attente du PLUS.

En terminant, récapitulons. Au lieu de toujours vous stresser, insatisfaits de ne pas en avoir plus, DÉPENSEZ DONC MOINS ! Et vous verrez qu’en sachant compter comme un comptable agréé, un CA ou un CGA , vous constaterez que vous en avez PLUS en DÉPENSANT MOINS. Pour constatez avec désarroi que vous en avez TROP.

En conclusion, voilà pourquoi nos pseudos économistes patentés sont la RISÉE de tous les COMPTABLES AGRÉÉS, ceux qui ont vraiment étudié cette science comptable qu’est la COMPTABILITÉ. Les pseudos économistes patentés ne sont que par périodes que pelleteurs de nuages ou bien pelleteurs de merde. Souvenez vous de la synthèse: ACTIF – PASSIF + CAPITAL ou aller voir au plus vite un comptable agréé diplomé des HEC….. Au plaisir, John Bull.

Je suis étonné qu’un chroniqueur comme M. Lisée prenne la peine d’interagir avec Mme Elgraby. Elle, qui est le pendant québécois d’un Rush Limbauch en bas culotte, ne mérite pas l’attention qu’elle reçoit.

Petite observation qui devrait en faire réfléchir plus d’un: Dans les données de l’OCDE citées par Mme Elgrably, le pays ayant, de loin le plus bas taux de suicide est…la Grèce !

Quelle conclusion devrions-nous en tirer ?

@Mephistau, Peux-tu m’expliquer en quoi c’est ridicule de dire que plus le taux d’imposition est bas mieux c’est. Je te ferai remarquer que le communisme a montrer maintes fois que c’est la pire des solutions.

Ca encourage la corruptiuon, c’est ce que ca fait

m.lisée ,bonne chance ,relisez david 50 et pour la droite c’est simple,tout ce qui n’est pas a l’extrème droite est de gauche, comme vous,lucien la trouverait probablement très drole,ce `n’est peu être pas très subtile et réfléchi mais si ont le répête ad noséam sur toutes les tribunes possibles ont peu faire élire quelques députés en région comme la beauce ou encore le bas du fleuve ou encore la région de péladocity,c’est sensiblement la même réthorique que dans le bible belt américain ,mais traduit avec google.lol

@ Joseph Latrémouille (# 52):

Mme. Elgrably est, au contraire de Monsieur Lisée, d’une rigueur inattaquable et ne se fie qu’aux faits. Pas Monsieur Lisée qui n’hésite pas, lui, à tordre « un peu » la vérité et à faire du « cherry picking » pour appuyer ses affirmations.

Pourquoi croyez-vous que Monsieur Lisée a REFUSÉ hier d’entrer dans le ring et de confronter directement Éric Duhaime? Parce que ce dernier, comme Madame Elgrably, est un fervent défenseur des faits avant toute chose et il possède une mémoire des statistiques et une élocution qui laisse loins derrière lui des gens comme Lisée.

Encore ce ton polémique et cette disposition pour la foire d’empoigne de cour d’école qui vous fait perdre tout votre sérieux, M. Lisée. Et je ne suis pas un grand fan de N. Elgrably, mais tout de même, la traiter de « Sarah Palin », c’est gratuit et insultant.

Je me souviens lors de votre passage à Tout le Monde en Parle que vous n’aviez pas apprécié aimé vous faire accuser d’être le « Stéphane Dion des souverainistes ». Ne faites donc pas aux autres ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse.

@Marc Ouimet

Je suis entièrement d’accord avec vous, le clivage droite-gauche ne peut pas expliquer un taux de suicide. Par contre, je pense que certains traits culturels de notre société puissent être un facteur, et ces traits culturels peuvent expliquer à la fois le moule du citoyen modèle québécois et le fait que nous ayons un État plutôt de gauche.

Il y a des aspects de la droite (autonomie individuelle, valorisation de l’effort, reconnaissance du succès) qui mériteraient d’être mis en valeur au Québec, sans pour autant qu’on abolisse notre protection sociale, et sans pour autant que la gauche et les souverainistes se sentent constamment attaqués.

@ frédéric Séguin. J’étais curieux de savoir quel était la qualité de son enseignement et vous venez de confirmer ce que je pensais. J’aurais aussi du mal à devoir ingurgiter autant de propagande libertarienne et ultraconservatrice. C’est même inquiétant.

Si je comprends bien, cette économiste de l’IEDM continue d’utiliser un tableau erroné et n’a même pas le jugement d’accepter son erreur? Et il s’en trouve qui sont émus?

Je lis très souvent Mme Elgrably et je la trouve superbe. Cependant, il ne faut pas prendre pour de la rigueur intellectuelle l’habileté qu’elle a à présenter ses demies vérités, ses arguments biaisés, ses tautologies douteuses, et les références partielles qu’elle ose nous présenter parfois. Combien de fois j’aurais pu corriger son tir. Comme tous les « droitistes », elle est fort habile à manipuler l’information et à faire tomber dans ses filets le lecteur peu averti, surtout celui ou celle qui croit l’être! Mais elle est si jolie…

@P Lagassé 9h25

Ouf en plein dans le mille. Y aurait-il donc autre qui fait une vie agréable à vivre que le rendement économique ?

Pour avoir visité la Grèce j’y ai rencontré pour bonne partie des gens, un peuple accueillant qui prenait le temps de vivre à des années lumières des stressés que nous sommes.

Évidemment c’était avant que leur gouvernement ne fasse confiance aux banquiers de chez Goldman Sach qui leurs ont servis un gâteau empoisonné dont ils ont si bien le secret…

http://www.morpheus.fr/spip.php?article142

Un peu de pudeur ! Derrière ces chiffres ce sont des hommes et des femmes, des familles qui sont touchées par ce phénomène. Et là nous avons M. Lisée avec une moquerie tout élégante de vouloir démontrer la validité des propos avec tableau à jour . Puis Nathalie Elgrably suppose froidement qu’elle a raison avec des chiffres que peu de personnes peuvent vraiment analyser dans ce blogue. Tout cela pour que l’un ou l’autre gagne un point de vue sur l’autre.

Moi, j’aimerais savoir que ferait la droite ou la gauche pour diminuer le taux de suicide. Le constat des deux protagonistes semble que le taux de suicide soit trop élevé. On fait quoi après Monsieur Lisée et Madame Nathalie Elgrably ?

Puis un autre sans gène réduit l’activité humaine à une formule comptable. ACTIF – PASSIF + CAPITAL. ! Monsieur John Bull. Et l’imagination, l’invention et la création ont attend votre formule avec impatience ! Monsieur Bull

Pouahahah 🙂 J’aime bien la dérision. Ne vous en faites pas pour les éternels frustrés qui se complaisent dans le « on-est-des-pourris-pas-d’avenir ». Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont partie intégrante de la médiocrité qu’ils pourfendent. La vie, cé pas facile, mais on fait partie des chanceux d’la planète. J’aime la Vie. J’aime les Mots. J’aimes les Débats. Bon week-end 🙂

PS: Aux éternels-chiâleux-su’toutttt: Jusqu’à preuve du contraire, you only get one ride ds ce manège fabuleux et fou qu’est la Vie. Enjoy it! Ou au moins, tassez-vs de mon soleil 😛

à france telecom, fleuron de la droite capitaliste, on a enregistré des taux de suicide « records » (entre 18 et 21 pour 100 000 entre 2000 et 2003; en 2010 on parlait de vagues de suicide) supérieur à la normale, à la moyenne des entreprises et surtout à la moyenne québécoise!

les solutions de droite conduisent donc au suicide! ou est-ce à l’image de l’analyse de certains? trop simpliste (et quand je dis certains je parle de la droite et celui qui pense que c’est la faute au modèle québécois gogauchiste ou celui qui ne votera plus pour le pq!!!!)

le bonheur serait dans l’art de se faire dire qu’on est pire que tous les autres et si jamais quelqu’un osait juste dire qu’on n’est pas si pire qu’on peut se comparer aux autres, allez au poteau, la torture…

pourquoi tant de complaisance dans la médiocrité? pourquoi faut-il toujours rappeler que sans la droite sans le canada sans leurs idées… le québec ne serait rien qu’un ensemble de bons-à-rien qui ne peuvent espérer mieux que le suicide?

dire que le québec n’est pas dans les pires ce n’est pas ignoré le problème du suicide c’est peut-être juste une façon de dire qu’il y a des solutions et qu’on peut faire mieux n’en déplaise à madame elgrably qui ne voit que le pire dans tout, probablement pour se justifier d’exister: quand elle se compare à l’image qu’elle décrit des autres elle se console!

il semble que l’on enseigne aux adultes à valoriser les cotés positifs chez l’enfant pour l’aider à se développer à devenir un adulte meilleur et responsable; et quand il y a un problème on souligne le problème en insistant sur ce qui peut être fait de bien.

à droite, on semble vouloir insister, ne parler que du pire pour bien faire comprendre que les québécois sont les pires de tous… c’est quand la dernière fois qu’elgrably a trouvé quelque chose de positif sur le modèle québécois; et sur elle qu’on devrait se fier?

au québec n’en déplaise aux oiseaux de malheurs, on forme de grands chercheurs dans nos universités et même parmi les meilleurs malgré le modèle québécois: première usine mondiale de nanocellulose cristalline, leader en aéronautique, hydroélectricité, nanotechnologie médicale etc…

bien sûr les oiseaux de malheurs ne parlent pas de ces grandes réussites, ils préfèrent se complaire dans leur médiocrité en disant que cette médiocrité est le fait du modèle québécois, de la gauche ou de souverainistes!

(en passant vers 1960 les taux de suicide étaient au moins aussi élevés sinon plus et ils n’y avaient pas de souverainistes… à peine quelques gogauchistes)

Je ne veux pas personaliser ce débat comme plusieurs parce que ça n’apporte pas grand chose. Je ne veux pas dire que M. Lisée n’a pas raison dans son billet, au contraire. La situation actuelle dépeint très bien le phénomène noté par plusieurs selon lequel une certaine droite (pas toute) déforme la réalité. Quels intérêts les personnes qui agissent ainsi servent-ils?? Aucune idée, mais il faut admettre que les propos de plusieurs qui consistent à dire que le Québec est si mal en point, sont clairement mensongés.

Prenons le débat sur la dette au Québec. Selon l’IEDM et d’autres personnes, notre dette serait tellement imposante que nous serion pratiquement dans la situation. Pour en arriver à ce genre d’inepties, les personnes qui tiennent ce discours additionnent tout ce qu’ils peuvent trouver comme dette public : dette du gouvernement du Québec, des municipalités, même du gouvernement fédéral!!! Faut le faire quand même : inclure dans la dette du gouvernement provincial, la dette d’un autre gouvernement (le fédéral) sur laquelle le Québec n’a absolument aucun contrôle et qui est assumée collectivement par toutes les provinces. Une fois toutes ces dettes additionnées, cette droite qui déforme la réalité fait fie de tous les actifs qui viennent avec : pas seulement les infrastructures (routes, écoles, etc.) même les actifs financiers. On arrive ainsi à un gros, très gros chiffre, qui permet de dire que le Québec a une dette de plus de 90 % de son PIB. On fait ensuite le rapporchement avec la Grèce. Que de faussetés et de malhonnêtetés intellectuelles. Le plus drôle dans tout ça, c’est qu’on apprend ce matin que la Grèce a maintenant une dette qui se chiffre à 160 % de son PIB. Même en exgérant faussement notre dette, selon la méthode présentée précédemment, le Québec aurait une dette de près de la moitié de la Grèce lorsque comparé au PIB. Et la droite continue à dire que nous nous approchons de la Grèce. Faut vraiment le faire!

Après ça, certains diront que les Éric Duhaime, Natalie Elgrably et autres (je ne voulais pas trop perosonnaliser mais je pense qu’ici c’est important) ont raison, que leurs propos sont fondés, etc. Un peu de sérieux svp. Lorsqu’on va au-delà des affirmations gratuites et qu’on regarde les chiffres, la réalité qui est dépeinte par la droite n’existe que très rarement. Je ne sais pas si on peut dire que Natalie Elgrably est une Sarah Palin, mais une chose est sûre : ce genre de discours se situe dans la même lignée que le Tea Party américain. La technique est simple : exagérer faussement l’urgence de la situation, attaquer les élites politiques, pour exiger des changements radicaux qui consistent toujours à diminuer le rôle de l’État. N’est-ce pas là ce qu’on appelle du populisme?? Si je regare mon Larousse, c’est bien ce que c’est!

Enfantillages. Ça se chamaille comme des enfants et ça se traite d’idiot. En effet ce genre de billet fais perdre beaucoup de crédibilité à M. Lisée et même au journalisme. Que vous soyez en colère sur l’interprétation de la position 26 par Mme. Elgrably ne vous imposais pas à manquer de respect à une « collègue » qui met ses énergies à faire le même métier que vous. Puis à tous les gauchistes qui ont peur de la droite et aux gens de droites qui jugent les gauchistes, pourquoi tout mêler dans le même panier. Personne n’est à 100% d’un coté ou de l’autre.

Cher Benito,juste un mot pour te dire que je suis très fière de demeurer en région comme la Beauce car nous avons appris en ne pas nous fier seulement sur le gouvernemaman comme votre belle ville…ex: pension des employés de la ville payée par nous tous…Il est tellement facile d`abaisser les petites gens qui ne vivent pas à Montréal car on le sait il n`y a que vous qui ont la connaissance divine et encore…advenant une séparation du Québec,je suis prêt à partir un nouveau parti politique..le bloc Beauce…

@François 1 (#72)

Comment pouvez-vous espérer être pris au sérieux si vous clamer haut et fort que Mme. Elgrably est une fervente défenseure des faits alors qu’elle vient de se faire prendre la main dans le sac à véhiculer des faussetés? Le Québec n’est pas 5e mais bien 26e en ce qui concerne le plus haut taux de suicide.

Comprenez-moi bien, il n’y a certes pas de quoi sabrer le champagne, mais il faut avouer que Mme. Elgrably n’a pas fait preuve d’une très grande rigueur… Et le dire n’équivaut certainement pas à louanger l’ensemble des idées de M. Lisée!

@P. Lagassé (#69)
Remarque très intéressante et je serais curieux de lire la réplique de François 1 ou David. Mon opinion, et je ne suis vraiment pas un expert sur le suicide, est qu’il y a peu (ou rarement) de lien entre le modèle socio-économique et le taux de suicide.

Bien dit J.F Lisée
Je ne crois toutefois pas que vous devriez perdre votre temps à répondre à cette petite Dame,ça n’en vaut simplement pas la peine.
Pas plus qu’il n’en faut de s’occuper des incultes drettistes qui polluent votre blogue.

Ils devraient revoir les films d’Elvis Gratton pour mieux se reconnaitre.

m.lisée vous devriez savoir que la grande majorité de vos blogeurs ont été élevé avec passe-partout comme deuzième sinon première mère et qu’en ce sens les commentaires de jonathan, francois et les autres petits zamis de passe-carreau vont directement dans le vif du sujet c’est a dire,ben lâlâ ont est quand même pas pour se dire des gros méchants mots et tout le monde nous aimes ,ça devrait suffir a vous convaincre ,ok ont retourne dormir jusqu’aux prochaines reprises.

C’est bien dit monsieur LISÉE. Mais le mieux de tout serait de ne pas lire le «Journal de Montréal».

Classique de la gauche….à court d’arguments pour débattre intelligemment, ils y vont d’insultes, et de »chiquage de guenille » sur des termes, des détails insignifiants etc…
Je suis fière d’avoir de gars comme lui qui représente la gauche, ils se discréditent eux même sans même qu’on aient à parler.
Merci Mr Lisée

J’ai du mal à croire à perdre mon temps avec certains idéologues de droite, ici mais tout de même, affirmer que Mme. Elgrably et M. Duhaime n’utilisent que des faits est le comble de la malhonnèteté. S’il y a deux personnes au Québec qui font dans l’idéologie outrancière, à part Alain Dubuc et Lysianne Gagnon, c’est bien les star Legrably et Duhaime. Je n’aime pas habituellement les attaques ad hominem, les procès d’intention non fondés, ce que font consentement ces deux là (rappelons nous seulement l’attaque de Duhaime contre Khadir et son « agenda islamiste caché ») mais franchement, associer Elgrably et Palin m’a fait rire cet après midi.

Elgrably et Duhaime n’ont aucune profondeur d’analyse, n’ont aucune nuance: c’est blanc ou noir. Lisé, à l’inverse, parfois m’énerve, parfois me séduit. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec son idée de gauche efficace, mais il a le mérite de pousser à la réflexion.

Bravo Jean-François Lisée. Votre maman doit être fiere de vous!.
Je vous suis depuis des lunes et presque toujours d’accord. Le Québec a besoin de JFL pour répondre à des polémistes à la petite semaine.
Bravo!

Qu’est-ce que l’Institut Economique de Montreal. Ca sonne bien aux oreilles, ca doit etre credible mais qu’en est-il vraiment? Un organisme de propagande vantant les bienfaits du capitalisme, tout comme l’Institut Fraser. A lire les textes de Mme. Elgrably, je ressens un malaise, presqu’a tout coup. Dans la meme categorie; Andre Boisclair a : »Tout le monde en parle » qui tourne le dos a Stephane Dion et prend le temps de parole a Marcel Leboeuf pour placer son produit intellectuel. On merite mieux que cela ,nous en rendrons-nous compte collectivement?

Mme Elgrably se croit capable de faire un lien entre le modèle québécois et le taux de suicide, mais est incapable d’expliquer pourquoi la classe moyenne américaine s’appauvrit constamment depuis les années Reagan, alors que ce devrait être précisément le contraire selon sa pensée économique.

– Aux É-U, 90% de la population a eu des revenus plus bas en 2006 qu’en 1973, après inflation.

– 1973 était l’année où le taux de syndicalisation était le plus élevé aux É-U et où le salaire moyen a atteint un sommet.

– 1% de la population la plus riche s’accapare le quart des richesses du pays, alors que c’était 9% de la richesse en 1977.

@Simon C.

Vous ne semblez pas réaliser que les chiffres de Elgrably et ceux de Lisée sont les mêmes. Ce qui diffère, c’est l’interprétation.

Et celle d’Elgrably est, en effet, intéressante pour l’avenir. Si le Québec est dans le peloton de tête quand il est 26e, relativement à des statistiques comme le taux de suicide, elle devra faire la même analyse quand il s’agira de statistiques comme le chômage, la dette, la performance économique, le niveau de vie, etc.

Elle aurait peut-être été bien avisée de se taire, plutôt que de tenter à tout prix de prouver son point. Elle n’a finalement rien prouvé du tout, sauf évidemment pour les décérébrés qui prennent toutes les fariboles qu’elle raconte pour argent comptant, sans se donner la peine de réfléchir et de comparer les différents points de vue.

Il est d’ailleurs remarquable que les détracteurs de Lisée n’ont jamais d’autres arguments qu’émotifs et que leur haine s’inspire et se nourrit de la lecture de sites poubelles comme antagoniste.

@FRANCOIS 1,Le fait que les gens de la droite diabolise a peu pres tout ce qui ce passe au Quebec est indeniable,je vous ferai remarque que le debat est officielement commence,maintenant soyons calme,respiront par le nez,un peu plus et vous reclame du sang………….

@François 1

Il est parfaitement faux de prétendre que Duhaime et Elgrably ne se fient qu’aux faits. Si c’était le cas, ils se contenteraient de citer les chiffres, ils vérifieraient leurs sources, afin d’éviter d’utiliser des statistiques trompeuses, tout simplement parce qu’elles vont dans le sens de leurs préjugés.

D’ailleurs, que ce soit Lisée, Duhaime, Elgrably ou n’importe quel autre chroniqueur, personne n’est objectif, chacun prêche pour sa paroisse avec plus ou moins de talent et des arguments plus ou moins objectifs et plus ou moins convaincants.

Et en passant, en reprenant les statistiques de Lisée, Elgrably a tacitement admis que celles qu’elle utilisait étaient erronées.

@Jonathan Gagné

Et traiter Lisée d' »idiot utile », me semble pas mal plus gratuit et insultant que de traiter Elgrably de « sarah palin » !

La gauche c’est la lucidité de comprendre qu’en tant qu’être humain nous n’existons pas seul. Tout ce que j’ai je le dois à la société. Ma langue, ma culture, tout mon savoir je l’ai hérité de la société dans laquelle je suis né. Je suis totalement dépendant de cette société. En conséquence je dois prendre soins d’elle.
La droite c’est le chacun pour soi, la ridicule prétention du « self made man », tirer la couverte de son bord sans se soucier des conséquences pour l’ensemble social. La crise de 2008 et qui se poursuit maintenant a été créé par de tels individus qui n’ont pour seul soucis l’enrichissement personnel au delà du raisonnable et lorsques les banques et entreprisent mal gérées parce que gérées par ces nombrilistes sont au bord de la faillite c’est tous les payeurs de taxes qui payent pour sortir ces crottés de la marde.
Il est plus que temps que ça change.
Je n’ai rien contre l’entreprise privé, mais ceux qui les dirigent doivent avoir pour principal soucis le succès de l’entreprise et non leur enrichissement personnel. Celui qui fait bien son travail a toujours de quoi vivre convenablement.

« …chacun devrait simplement s’efforcer de n’exprimer que des jugements justes, ce qui devrait inciter à penser d’abord et à parler ensuite. Mais chez la plupart des hommes, la vanité innée s’accompagne d’un besoin de bavardage et d’une malhonnêteté innée. »
(Schopenhauer, L’art d’avoir toujours raison)

Hélas, les libertariens veulent avoir toujours raison sans réfléchir, aveuglés qu’ils sont par leur absolutisme dogmatique.

Ils prétendent être, avec les riches et leurs dons de charité, les êtres humains les plus généreux et croyant que les gens sont fondamentalement bons, mais ils défendent leur idéologie par la haine, le mépris et l’insulte envers tout ceux qui ne pensent pas EXACTEMENT comme eux, sans aucune nuance, en ayant le complexe du Dieu Suprême qui croit détenir la Vérité sur Tout et d’avoir le dernier mot en tout avec de la cire plein les oreilles!

Quelle belle contradiction!!! Et il faudrait que nous suivions aveuglément ces astro-turfeurs payés en sous-mains pour chaque commentaire imbu sur les blogs qui ne pensent pas comme eux, par le RLQ et l’IÉDM, probablement payés en « dons de charité » pour que ces deux entités libertariennes ne payent pas d’impôts afin de faire la propagande de leur idéologie du XIXe siècle?

Même les loups qui chassent en bande et les canards qui émigrent sont menés par un chef. Votre sacro-saint individualisme qui se prétend dans l’ordre naturel des choses, va en fait dans le sens contraire. Personne n’est une île en soi; nous vivons constamment avec d’autres personnes et nos actes ont des conséquences sur les autres. Comme l’humain est et sera toujours imparfait, l’individualisme total ne garantit en rien que chaque individu ne fera pas souffrir les autres, sauf s’il n’y a pas certains barèmes pour mieux le guider, même si cette souffrance ne peut toujours être évité. Or, ce n’est pas à l’individu seul de déterminer quels sont ces barèmes, puisque justement chaque être humain en réagit pas de la même manière.

La liberté est à la fois individuelle et collective. Ce n’est pas une bipolarisation gauche-droite sans zones grises entre les deux. Tant que cette nuance sur « la liberté des uns s’arrête où celle des autres commence » vous échappera et tant que vos commentaires ne montreront pas de signes d’empathie ou d’écoute des autres, jamais vous ne convaincrez la majorité des gens de suivre votre voie.

Mais hélas, pour les libertariens, il faut que les biens nantis du gousset aient plus de pouvoir, eux qui en ont déjà beaucoup, sans se soucier du reste. Aussi je ne m’attends pas à ce que vous fassiez preuve d’évolution; la connerie étant plus immuable que l’intelligence.

Passez tous, sans discrimination idéologique, une bonne journée.

Faisant suite au commentaire de David j’aimerais bien que M. Lisée nous explique comment on peut nier qu’il y a un problème lorsque nous avons le 80e pire taux de suicide sur 105 pays.

Bonsoir,

Beaucoup de commentaires de pseudos économistes patentés avec nul esprit critique ont pour base de lancement un obscur sous sol en simili bois de préfini brun avec un vieux shaggy de la même couleur,tout en utilisant à deux ou trois le même vieil ordinateur dont ceux ci se partagent les textes sans rougir. Tout en discourant de la main invisible, celle qui guida leurs pas soit sur le bord de la Rivière des Prairies ou de la rivière des Milles Iles, un obscur sous sol reste un obscur sous sol. Miséreux jusqu’à se partager un vieil ordinateur, quelques uns d’entre eux osent se proclamer les chantres de l’économie triomphante sans avoir même appris à calculer, je viens dire savoir compter. Ainsi, en sachant compter, vous serez tout à fait heureux en ne manquant de rien. Le mal de vivre arrive lorsque certains en veulent toujours plus, ce qui peut créer de fortes carences tout en se soumettant à ce petit pain tant honni, en voulant toujours plus. Dépensez moins, DIANTRE ! Et vous constaterez en budgetant que vous en avez toujours trop à la fin du mois. Prenez ces économies après un certain temps et servez vous en comme un SUPER LEVIER. Non pas en étant la clientèle de Loto Québec pour rêvasser pendant une semaine d’être millionnaire un jour.

Pour tous ceux qui errent en vain comme pseudos économistes patentés en ne sachant misérablement que lire des statistiques, pensez bien à ceci : Donnez moi le levier requis, je soulèverai la Terre. Et pour ça, il faut savoir compter et ne pas gaspiller ses énergies vitales avec des supputations ésotériques d’économiste…. Prenez des cours de comptabilité, vous verrez que vous en avez toujours trop ! Ce que vous pourriez investir sur un LEVIER qui ne ment pas.

L’argent mène son homme, celui qui ne sait pas compter. Une simple anecdote pour illustrer le TOUT. En étant assis dans un restaurant un groupe de potes il y a de cela quelques 30 ans plus ou moins, pour la première fois, le Gros Lot de Loto QUÉBÉCOIS atteignit 14 millions, un record à l’époque. Les spéculations fusaient de toutes parts autour de la table entre les potes concernant ce que ceux ci feraient en gagnant le GROS LOT. Un éventail époustouflant et diversifié passant d’un voyage autour du monde à la Ferrari, un immense voilier de Michel Dufour à la Bentley de l’année. A moi qui encore n’a jamais pris UN SEUL BILLET DE LOTO DE MA VIE PAR PRINCIPE même jusqu’à ce jour, ne rêvant pas, quelqu’un osa me demander ce que je ferais en gagnant ce 14 millions ? Afin de tourner le tout au ridicule, je répliquais tout de go à ce pote : Imagine toi qu’avec $ 14,000,000.00, tu peux facilement avec ce montant EMPRUNTER $ 140,000,000.00 de plus et t’en servir COMME LEVIER……. Savoir lire, savoir écrire et compter, voilà le secret d’une pensée comptable et son Actif – Passif + Capital. Tout en vous disant qu’en apprenant à compter, vous constaterez sur le TAS que l’ARGENT NE VAUT RIEN……. Au plaisir, John Bull.

Vous avez l’art consommé des lettres acides, en jetant du « très chère ».

J’admire votre sens épistolaire, d’ailleurs n’est-ce pas votre correspondance publique à PKP qui vous a valu un prix ? En tout cas, j’ai amplement souri à celle-ci. Pas sûre que la belle dame l’ait fait autant que moi.

Non,je pense que le titre de J-F Lisée est un compliment fait a l’endroit de Nathalie.

Palin et Hillary sont encore les 2 femmes de la politique americaine ( Gallup ) et Sarah ,a l’ínverse de Hillary,n’a pas attendue d’avoir un mari président des Etats-Unis pour briller et mettre les finance de l’Alaska en très bonne forme…

@ Mathieu Lemée

Ce qui est ironique avec ton commentaire c’est que tu as l’attide que tu dénonces.

Sans compter que ta définition du libertarianisme est fausse. Le libertarianisme s’articule autours de la coopération volontaire entre deux individus.

« What distinguishes man from animals is the insight into the advantages that can be derived from cooperation under the division of labor. »
-Mises

On ne peut construire une société meilleure avec une pensée pessimiste et particulièrment éronnée. Nos amis de droite libertarienne en voyant la société québécoise toute noire prouvent qu’ils ne connaissent pas la société dans laquelle ils vivent. Je fais un travail à caractère social et je peux vous dire que la grande majorité des gens que je côtoie ne font pas honte au modèle québécois.

Ce modèle est imparfait et peut être amélioré, mais il existe énormément de positif au Québec et il faut voyager et rencontrer les gens qu’ils l’habitent pour comprendre la beauté de notre pays. Cela est également vrai pour le Canada , les États-Unis et bien d’autres pays. On ne s’améliora pas dans le défaitisme, mais seulement dans la connaissance, la sagesse et l’expérience (histoire, politique, sociologie, sciences, culture, etc.) des autres pays et de ce que nous sommes.

Merci M. Lisée d’entretenir le positivisme et de nous mettre en confiance sans être complaisant. De chercher des solutions et de vouloir nous faire avancer et d’équilibrer un peu cette terrible déprime que représente la droite libertarienne.

@Jean-Baptiste:
« le Bilan financier de l’Alaska est + solide aujourd’hui grace a Palin.C’est donc un beau compliment que vous faites a Nathalie Elgrably. »

Euh… elle est aussi fameuse pour son « bridge to nowhere »: un pont de 440 millions de dollars qui devait rejoindre une île habitée par… 50 personnes! Après que le projet ait été cancellé, l’argent n’a jamais été retourné au gouvernement fédéral.

Enfin, on voit les parallèles qu’on veut voir!

@Francois 1, David, et tous les pseudos à prénoms:

Comment trouvez-vous le fait que le taux de suicide Québécois ait connu une baisse marquée au cours des dix dernières années? Ça vous fait quoi?

@ Mathieu (# 87):

A) La rigueur intellectuelle et mathématique de Madame Elgrably est indiscutable. Monsieur Lisée tord la vérité et fait du « cherry picking » depuis longtemps, ne retenant que les statistiques qui appuient ses lubies gauchistes et taisant toutes les autres.

B) « Mon opinion, et je ne suis vraiment pas un expert sur le suicide, est qu’il y a peu (ou rarement) de lien entre le modèle socio-économique et le taux de suicide. » (sic) Alors, demandez à votre guide spirituel, le sus-nommé Lisée, pourquoi il en a fait le sujet PRINCIPAL de son premier article sur l’agrément de vivre au Québec actuel…

Bonjour,

Et pour répondre à la critique de l’Ubu roi, veillez lire attentivement mon commentaire No 105 qui peut fort bien redonner l’espoir aux loosers . Cessez de rêvasser pour avoir plus d’argent, ne prenez jamais des billets de loto pour vous entretenir dans la rêvasserie suivie d’une déception même si celui qui prend un billet de loto a plus de chances mathématiquement de gagner que celui qui rêve à la pseudo souveraineté du Québec dans la semaine des quatre jeudis.

L’important est de se lever très tôt le matin, ne JAMAIS RÊVER ET D’APPRENDRE À COMPTER. Avec cette discipline de fer, la réalité toujours en pleine face, vous constaterez sur le tard en apprenant la comptabilité QU’AVOIR RÊVÉ DANS LA VIE NE VAUT RIEN. REALITY, MAN ! Car, sachant compter, vous verrez le triste désarroi de votre vie et que finalement L’ARGENT NE VAUT RIEN quand nous savons COMMENT EN FAIRE…. The secret, man ! Au plaisir, John Bull.

Bonjour,

J’ai lu le livre de Jean-François Lisée , et ça rend heureux
« Comment mettre la droite KO en 15 arguments » Nourrissant et vraiment réconfortant
Bravo et merci M. Lisée

Ce qui est étonnant, avec la « pensée » de la droite économique doctrinaire est qu’elle refuse toujours le débat sur son terrain. Jamais elle ne parle des effets collatéraux majeurs des déréglementations, délocalisations, réductions d’impôts aux organisations, lesquelles, by the way, finissent par se retrouver dans les poches d’actionnaires et de propriétaires au lieu d’être réinvesties dans l’économie (prétexte pour donner des cadeaux à leurs bailleurs de fonds), de toutes les crises provoquées par la spéculation (non-contrôlée par l’État), etc.
Il est étonnant que les apôtres de « la main invisible » soient aussi naïfs et inconscients face aux dangers du capitalisme sauvage (eux nomment cette réalité le libre marché) et aussi malhonnêtes quant aux effets historiques graves de l’affaiblissement de l’État. Comment oublier que la dernière crise économique a été le fait de 30 ans de déréglementations doctrinaires et obscurantistes aux États-Unis. Que le libre marché et la spéculation débridée, disait l’économiste libéral John Maynard Keynes dans la première partie du XXème siècle, devaient être impérativement contrôlés par l’État pour ne pas jeter dans les abîmes de la pauvreté une population nombreuse (crises de 1929, 2008)? Elgrably fait malheureusement partie de cette caste de doctrinaires aveugles qui voient, dans l’État, un méchant monstre. Or, l’État moderne a permis, sur 40 ans, à faire du Québec une des sociétés les plus riches et les plus prospères du monde. Qu’il ait besoin de réformes ne veut pas dire qu’il faille revenir au néolibéralisme de Duplessis et au capitalisme sauvage à l’américaine.

@ pollux

Vous faites sans doute partie de ceux qui bėnėficient du modèle quėbėcois i.e. Qui ne paie pas d’impôts. Vous me reparlerez des bienfaits du modèle quand vous paierez 40% d’impôts sans rien avoir en retour.

@David

Le gargarisme des mots ne plait qu’à celui qui les émet et à ceux gagnés d’avance à votre cause. Ce n’est pas en faisant usage de la rhétorique du judo que vous ferez la preuve de votre âme charitable et de votre prétendu volontarisme. Vous n’êtes en plus même pas capable de déceler le second degré d’ironie de mon commentaire, comme quoi votre susceptibilité cache bien mal votre absence complète d’humour.

D’ailleurs, la générosité volontaire d’un être humain ne se résume pas qu’à des dons en dollars à « Old Brewery », mais ce concept qui n’est pas compilé dans les statistiques vous échappe complètement. Pas besoin d’être libertarien dogmatique pour l’appliquer. Vous voyez comment votre manque de nuance vous perd et vous catalogue?

Assumez donc plutôt, ainsi que vos semblables votre attitude haineuse et méprisante et votre complexe égoïste, en contradiction complète avec l’idéal libertarien que vous défendez ad nauseam. Ça humanisera davantage vos idées.

Je n’ai jamais prétendu de mon côté me présenter comme un modèle exemplaire. Tout comme vous, je suis un être humain, et donc pas parfait et qui commet des erreurs. Comme vous et vos amis manquez déjà d’empathie et n’acceptez aucune critique, c’est facile de rejeter la faute sur les autres. L’empathie va dans les deux sens, pas uniquement pour ceux qui ne pensent pas comme vous. En restant braqué sur vos positions agressives, normal que les autres braqués sur la défensive; c’est un réflexe humain.

Je ne me suis jamais affiché comme un mouton venu commenter et critiquer quelque chose pour défendre une idéologie, contrairement à vous, astro-turfeur payé sous la table pour la défendre à tout prix.

En faisant du libertarianisme une idéologie de combat et de propagande faisant appel au plus bas dénominateur commun de l’esprit humain, vous-même en trahissez le sens que vous osez y donner. Nous sommes bien loin de la coopération volontaire, vous le premier. Mais les gens intelligents ne s’y laisseront jamais prendre. Par son absolutisme dogmatique, le libertarianisme devient le contraire de la liberté et s’avère donc un oxymore.

«Mme. Elgrably est, au contraire de Monsieur Lisée, d’une rigueur inattaquable et ne se fie qu’aux faits.» – François 1

Shit… ce qu’il faut pas lire! Je fais mes études en science politique, et s’il fallait que je remette un texte d’analyse dont la «rigueur» est équivalente à celle d’Elgrably, ça serait l’échec assuré.

Madame Elgragly écrit ses chroniques dans le Journal de Montréal, journal que je boycotte de toute façon. Ses écrits sont apparemment « lus » par les lecteurs du Journal de Montréal. Tous ceux que j’ai vus jusqu’à maintenant « lire » le Journal de Montréal regardait les photos d’accidents, de sport, d’événements inusités, lisait les « titres » des nouvelles de troisième classe du genre la voisine qui s’est faite attaquer par un chat errant et je ne connais pas tellement de gens qui lise ce quotidien qui s’intéressent un tant soit peu à la question de la gauche ou de la droite. Madame Elgrably perd selon moi son temps à jouer à la chroniqueuse et ne mérite pas qu’on lui réponde car elle aura toujours raison quoiqu’on dise ou quoiqu’on fasse. Ces gens-là sont là pour nous mettre à notre place, le nez sur ce qui va mal en nous donnant l’illusion que nous sommes coupables de tous les maux qui courent nous préparant à leurs réformes, celles du « au plus fort la poche et que les autres crèvent. » Quand on la compare à Sarah Palin, je me demandais si elle aussi pouvait voir la Russie de la fenêtre de sa cuisine!

@françois 1 « Mon opinion, et je ne suis vraiment pas un expert sur le suicide, est qu’il y a peu (ou rarement) de lien entre le modèle socio-économique et le taux de suicide.”

Effectivement, comme Elgrably, vous ne faites que dans l’opinion. Le modèle socio-économique est un facteur déterminant du suicide… comme d’autres facteurs (religieux, genre, orientation sexuelle…). Le suicide est un phénomène multicausale mais déjà Durkheim entrevoyait que les crise économiques étaient un facteur très importan pour comprendre le phénomène. Et comme le capitalisme dérèglementé fonctionne à la crise…

@F. Brosseau :

et bien vous avez tout faux je gagne plus de 60 000$ par année et je paie une très grande partie d’impôt sur mon salaire. Et en plus j’en suis très fier, car je sais que cette argent aide beaucoup de monde même s’il est parfois mal investi.

@John Bull

Si l’humanité avait suivi vos « principes », nous en serions encore à l’âge de pierre. Les gens qui ne rêvent pas sont généralement peu créatifs, ils se contentent des idées reçues et ils sont en panne d’imagination. Ce sont les rêveurs, les créatifs, les imaginatifs qui ont initié les changements, utilisé et transformé ce qui se trouvait dans leur environnement pour que nous puissions vivre mieux, plus longtemps et plus confortablement.

Le rêve est le moteur du changement et de l’innovation. Si les grecs n’avaient pas levé les yeux vers les étoiles, s’ils n’avaient pas rêvé devant la splendeur de la voute céleste, l’astronomie, l’astrophysique et toutes les sciences connexes n’existeraient pas.

@F. Brosseau

Pourquoi éprouvez-vous l’irrépressible besoin de toujours considérer que celui qui défend des positions que vous considérez comme étant de gauche, est automatiquement pauvre ?

Les québécois ont massivement voté pour un parti social-démocrate lors de la dernière élection fédérale. Si on se fie à vos préjugés, tous ces électeurs seraient des BS ou ne généreraient que de faibles revenus. Il me semble que vous devriez réfléchir un peu aux conséquences de vos affirmations.

Vous devriez être heureux de payer de l’impôt, cela signifie que vous gagnez confortablement votre vie et il est faux de prétendre que vous ne bénéficiez d’aucun service en contrepartie.

Au lieu de vous en prendre à ceux qui n’ont pas la vie aussi facile que vous, pourquoi ne regardez-vous pas du côté de tous les bandits qui dévalisent depuis des années le trésor public, des banques, qui ne créent rien et qui s’enrichissent sur le dos de tous les citoyens, des entreprises qui paient de moins en moins leur part, obligeant la classe moyenne à s’appauvrir toujours plus.

En terminant avec ceux qui ne paient pas d’impôt, aux USA, 51% des foyers ne paient pas d’impôts sur le revenu. Doit-on en déduire que les américains appliquent eux aussi le modèle québécois !

@François 1

Il n’y a aucune rigueur, ni intellectuelle, ni mathématique, à utiliser des statistiques trompeuses qui donnent une image biaisée concernant le suicide au Québec et c’est ce que cette bonne femme s’est empressée de faire.

Il était normal que M. Lisée réagisse et il a tout simplement remis les pendules à l’heure. Cela ne signifie aucunement que le taux de suicide ne puisse pas être abordé comme un sujet préoccupant et qu’il ne faille pas s’y intéresser.

Il y a une différence qualitative d’importance entre utiliser des statistiques pour dénoncer une situation qui apparaît préoccupante et suggérer des moyens d’y remédier et s’en servir systématiquement pour tenter de démontrer que l’ensemble des politiques sociales québécoises est un échec.

@ Jean-François Trottier

C’est une excellent nouvelle. Une nouvelle qui fait dire à la gauche que le suicide n’est pas un problème au Québec.

Mais moi puisque j’aime vraiment le Québec je suis préoccupé par le fait que le Québec reste le champion canadien et un des leaders mondiales.

@ Mathieu Lemée

Parlant de gargarisme des mot, tu devrais prendre le temps de te relire.

Pour ton info:

Aux États-Unis, à l’intérieur de la même tranche de revenu, les gens qui s’identifient comme « conservateurs » donnent 30% plus d’argent à des oeuvres de charité que les gens qui s’identifient comme « libéraux ». La même tendance est observable chez les donneurs de sang: les « conservateurs » contribuent dans une plus grande proportion que les « libéraux ».

Depuis le début du ralentissement économique, 26% des philanthropes américains donnant au moins 1 million de dollars à des oeuvres caritatives ont augmenté le montant de leurs contributions. Seulement 23% ont décidé de réduire leurs dons aux organismes de bienfaisance. Par mal pour des gens ignorant le sens du mot solidarité.

En 2007, les dons de charités par les individus aux États-Unis ont totalisé 229,3 milliards de dollars, ce qui représente 1,66% de la valeur PIB (don moyen de 761$/personne). En guise de comparaison, les dons de charités par les individus au Québec ont totalisé 0,81 milliard de dollars, ce qui représente 0.27% de la valeur PIB (don moyen de 106$/personne).

Le libertarianisme renforce la solidité du tossu sociale car il fait appel à la véritable générosité des individu.

La gauche déshumanise car elle déresponsabilise les gens.

@ Jean Francois Trottier: » Euh…elle est aussi fameuse pour son bridge to nowhere »

1)La construction de ce pont a été voté avant que Palin soit governor…

2)L’Alaska n’avait pas a remettre l’argent au gouvernement fédéral.C’est de l’argent qui revenait a l’Alska de toute facon.

@David:
Si on s’améliore, ce n’est pas qu’on prend les moyens pour que le suicide diminue? Ce n’est pas de dire que le suicide n’est pas un problème, mais quand on prend la bonne direction, faut le mentionner sinon on scrappe ce qui est en train de marcher.
Si tu pointes l’endroit où nous sommes sans parler de la direction où on va, tu ne laisseras jamais le temps aux bonnes solutions de marcher.

Malheureusement pour la democratie Le PQ a fait seulement 2 elections pour elire ses chefs depuis le départ du grand Lévesque ( en 85 sauf erreur).C’est deux elections en …26 ans ( !!!)et, Comme nous savons tous que deux putshs scelent la fin des Johnson et Boisclair, nous sommes en bon droit de demander au memebres du PQ de faire une …3ieme election avant de continuer a essayer de faire des bons mots sur les autres .Garder le nouveau chef jusqu’a une 4ieme election serait aussi une marque de discipline venant d’un partie de gauche .Faire l’inverse serait l’equivalent de courir au suicide politique…

Sur le blogue de madame Nathalie Elgrably-Levy, j’ai posé une seule question:

Donc, quand on est parmi les premiers 25%, on est dans le peloton de tête?

J’attends la réponse…

Bonjour,

En réplique au commentaire No 122 de Madame Linda Hart, pourquoi chercher toujours la mouche sur le coche ? Et aussi chercher des poux à tous et chacun. A contrario, videz plutôt votre sac en vous exprimant dans une attitude positive. Comme disait un autre, il ne faut surtout pas RÔTER du vieux sûr, n’est ce pas ?

En outre, tout en répliquant sur le fond du billet, j’y allais de ma pédagogie sur le mieux être tout comme mes allocutions du passé il y a de cela une trentaine d’année soit : Reposez vous de vos émotions ainsi que de votre émotivité, FAITES DE LA COMPTABILITÉ !

Par ailleurs, pourquoi vous sentir autant interpellée alors que je m’adressais à de pseudos économistes patentés qui n’ont jamais su compter? Ce n’est pas une vie que de toujours être les subalternes du CAPITAL afin que celui ci en ait PLUS. En étant seulement des courroies de transmission en étant sous payés pour ce faire, payé à lécher des bottes toute leur vie durant en supputant selon le gré du vent.

En outre, la comptabilité avec sa synthèse du bilan, soit Actif – Passif + Capital te permet d’être en harmonie car, sachant compter, ceux qui savent en ont toujours TROP. Évitant d’être des malheureux qui fuient dans le RÊVE en VOULANT TOUJOURS PLUS. You understand me ? Rêver est une totale perte de temps, il faut être en cheminement vers en démarchant droit au but en étant totalement PRÉSENT DANS L’INSTANT QUI PASSE pour toujours GOÛTER chaque instant à 100 % en y étant ENTIER DEDANS….. You understand me ?

En conclusion, pour vous reposer de vos tristes émotions du toujours plus tout en étant jamais satisfaits, prenez le taureau par les cornes et faites de la comptabilité qui peut fort bien être créative si vous le voulez bien….. Au plaisir, John Bull.

@ Linda Hart (# 124):

TOUS les chroniqueurs, sauf évidemment ceux du Devoir, ont vertement critiqué les propos odieux de Lisée.

http://martineau.blogue.canoe.ca/2012/01/28/la_mauvaise_foi_de_jean_francois_lisee

http://martincoiteux.blogspot.com/2012/01/jean-francois-lisee-et-ses-epouvantails.html

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/alain-dubuc/201201/26/01-4489771-les-mefaits-du-neo-jovialisme.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_alain-dubuc_3261_section_POS1

http://www.antagoniste.net/2012/01/25/arguing-with-idiots-jean-francois-lisee-10/

ETC…

En plus, Lisée a refusé, oui…oui…RE-FU-SÉ de débattre de son livre en public, face-à-face avec Eric Duhaime!!! Il se contente de faire du « shadow boxing et il refuse d’entrer dans le ring mais il prétend « mettre la droite K.-O »…

Tout un inspirateur que vous avez-là Linda…

@david

Dans la présentation de vos statistiques sur les dons de charité, précisez donc quel secteur est privilégié dans les dons de bienfaisance aux États-Unis. Curieusement, on retrouvera le secteur religieux – de l’Armée du Salut aux diverses associations confessionnelles. Le don est donc motivé par des intérêts personnels: sauver son âme, appuyer des organismes dont les valeurs sont les siennes, ou sauver de l’impôt. On est bien loin d’une affirmation du type « Le libertarianisme renforce la solidité du tossu [sic] sociale [sic] car il fait appel à la véritable générosité des individu. La gauche déshumanise car elle déresponsabilise les gens. »

Encore une fois, vous manipulez les statistiques pour appuyer votre cause, tout en faisant preuve de mépris à l’endroit de l’intelligence des gens. Vous vous discréditez encore plus.

@François 1

Voilà comment la droite généralise: « TOUS les chroniqueurs, sauf évidemment ceux du Devoir, ont vertement critiqué les propos odieux de Lisée ». Et vous citez 3-4 opinions clairement affichée à droite. Non mais quelle rigueur intellectuelle!

Au fait, personne n’affirme que le suicide n’est pas un problème, mais il faut faire attention de l’attribuer au modèle économique lié à la solidarité sociale. C’est plutôt l’inverse: la solidarité protège du suicide, surtout en période de crise économique, quoi qu’en disent les idéologues libertariens.

@ François 1er

De grâce cesser de nous donner des sources de droite pour prouver votre point. Ils sont tous payés pour dire le contraire de M. Lisée. Et de plus ces journalistes dirait le contraire de Dieu même s’il venait sur Terre nous prouver qu’il existe et nous offrir la connaissance absolue.

@Jean-Baptiste:

Ton point 2 est faux.

extrait:
« As governor, Palin canceled the Gravina Island Bridge in September 2007, saying that Congress had « little interest in spending any more money » due to « inaccurate portrayals of the projects. »[113] Alaska did not return the $442 million in federal transportation funds.[114] »

http://en.wikipedia.org/wiki/Sarah_Palin#Bridge_to_Nowhere

L’article qui parle en détail du pont révèle que Palin a été la seule candidate au poste de gouverneur à défendre le fameux pont, mêem s’il était voté par le gouverneur précédent, allant jusqu’à se promener en T-shirts vantant le pont en question.
Après 1 an et demie à le défendre bec et ongles, elle a viré sur un 10 cenne et faite comme si elle n’en avait jamais voulu.

Beau modèle.

@David

Je vous dis dans mon commentaire que la générosité d’un peuple ou des gens ne se mesure pas qu’avec des statistiques, mais va au-delà des statistiques, et qu’est-ce que vous faites? Vous me balancez des statistiques. C’est tout ce que vous avez trouvé?

De toute façon, même si c’était vrai, comment se fait-il que la pauvreté et la faim augmentent et que l’écart entre les pauvres et les riches s’accentuent aux USA? Faut croire que ces « dons de charité » ne se rendent pas au bon endroit où sont encore loin d’être suffisant.

Je souligne en passant que les dons de nourriture et de vêtements sont rarement comptabilisés contrairement aux dons d’argent. Alors, faites toutes les comparaisons que vous voudrez, vous ne convaincrez personne du bien fondé de votre idéologie.

La preuve, c’est que je n’ai pas besoin du libertarianisme pour être généreux envers les plus démunis, et vous aussi.

@Francois 1 (qui vient encore une fois d’illustrer une contradiction libertarienne dans toute sa splendeur)

Merci de nous avoir fait la preuve que la droite domine le discours médiatique par vos liens.

Alors ne venez plus nous dire que la gauche domine le monde médiatique et vous censure. Personne ne vous croit plus.

Continuez à multiplier les insultes, le tripotage des faits et la haine sectaire envers tout ceux qui ne pensent pas comme vous, moins vous allez nous convaincre que le libertarianisme croit en la vertu que l’homme est fondamentalement bon et généreux.

@François 1

Martineau, Coiteux, Dubuc et un site poubelle d’extrême droite, c’est cela « TOUS les chroniqueurs » ?

Le problème avec vous, c’est votre foi aveugle et votre absence totale d’esprit critique.

Ou bien vous avez mis votre jugement à off, ou bien vous n’en avez tout simplement pas un iota.

Parmi les quatre « chroniqueurs » que vous citez, un seul mérite d’être lu. Il s’agit de Dubuc, un homme brillant que je lis fidèlement depuis des années.

Sa critique du pamphlet de Lisée est intéressante, parce qu’elle illustre parfaitement sa méthode.

Tout d’abord, il est important de noter que Dubuc s’est senti visé par le texte de Lisée, suffisamment pour se donner la peine de lui répondre. C’est déjà une victoire pour Lisée, dont l’intention était probablement de provoquer ce genre de réaction et d’amorcer une discussion sur divers aspects des sempiternelles critiques de la droite néo-libérale.

Il est aussi pertinent de souligner que la prose d’Elgrably et de sa clique ne soulève habituellement pas l’ire de Dubuc, ce qui démontre qu’il tolère facilement les excès des pamphlétaires, quand ils vont dans le sens de son idéologie, bien que celle-ci soit et de beaucoup, plus rationnelle et moins extrémiste.

Pour revenir à la technique de Dubuc, il identifie, dans le texte, quelques points « faibles » selon lui et il les utilise pour tenter de discréditer l’ensemble de l’ouvrage. Il termine, de manière très démagogique et un peu simpliste, en nous servant l’habituelle brouet, qui consiste à associer le travail de Lisée à la défense du PQ, de la souveraineté, sans oublier les gros méchants syndicats. Un peu facile sans doute, mais de bonne guerre.

Ce n’est pas et de loin la meilleure chronique de Dubuc, elle est colorée par une évidente colère et finalement, c’est Lisée qui en sort gagnant, parce que mis à part un ou deux « exemples », Dubuc se cantonne dans la critique destructive, sans vraiment s’intéresser aux questions très pertinentes que soulève Lisée.

En terminant, il est de première évidence, que si le pamphlet de Lisée ne visait pas juste à bien des égards, il ne provoquerait certes pas autant de réactions et c’était, je pense, exactement l’effet recherché.

@John Bull

Vous êtes des plus distrayants, quand vous parlez d’attitude positive, alors que l’immense majorité de vos interventions n’est qu’un ramassis de radotage et de salissage parfaitement vains et contreproductifs.

Quand on en est réduit à placoter sur le Québec des années 40 et à affirmer que le Québec moderne doit sa situation au ROC et non à lui-même, je ne crois pas qu’on ait de leçon à donner à qui que ce soit.

En parlant d’émotivité, je vous conseille fortement de vous relire. Vous l’êtes à un point tel que parfois vous en arrivez à divaguer.

Pour ce qui a trait au rêve, vous êtes complètement à côté de vos pompes et dans l’histoire de l’humanité, le rêve a été infiniment plus productif que la comptabilité qui n’est rien d’autre qu’un sous-produit de gestion du rêve. En passant, une démarche droit au but sous-entend que l’on ait un but et avoir un but signifie qu’on ait un rêve, un idéal ou une ambition à accomplir. Il y a donc dans une démarche de vie, une part de rêve, que cela vous plaise ou non.

En terminant, vos propos sont contradictoires, vous affirmez d’une part, que ceux qui défendent d’autres principes que les vôtres sont des rêveurs et des courroies de transmission sous-payées qui engraissent le capital et se contentent de lécher des bottes toute leur vie et dans le paragraphe suivant, les rêveurs deviennent des malheureux qui en veulent toujours plus. Il faudrait peut-être vous brancher.

Je vous laisse avec quelques citations d’Einstein, intéressantes à méditer :

«Ce qui compte ne peut pas toujours être compté, et ce qui peut être compté ne compte pas forcément.»

«La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie.»

«Si l’on ne pèche pas du tout contre la raison, on n’arrive généralement à rien.»

«Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.»

@David (126)

Et toutes vos statistiques, vous les prenez où ? Il me semble élémentaire, quand une intervention est fondée sur des chiffres, de fournir les liens, afin que tous puissent les consulter, cela améliore la crédibilité.

Ceci étant dit, en quoi le fait de donner, par le biais de l’impôt, plutôt que par celui du don personnel, est-il déresponsabilisant ?

Vous prenez pour acquis, de manière parfaitement gratuite et infondée, que le don personnel soit automatiquement plus valable que celui qu’on fait au fisc.

Les riches américains donnent pour diverses raisons à des œuvres de leur choix, qui ne sont pas toujours les véhicules les plus efficaces et au bout du compte, cela ressemble à une sorte de foire sur le pont où plus souvent qu’autrement, l’argent donné ne se rend pas là où il le devrait.

Vous êtes obnubilé par le principe qu’il n’y a que ce qui émane d’une décision personnelle qui soit valable, je n’ai rien contre les dons, mais nous constatons régulièrement les effets pervers de ces donations, bien souvent utilisées pour payer des salaires et pour financer de nouvelles campagnes de levées de fonds.

Aux USA, le filet social est des plus ténus, la pauvreté fait des ravages et vos fameuses donations n’y changent pas grand-chose. C’est bien joli de citer de gros chiffres, mais il serait plus pertinent de savoir où va cet argent et il ne semble pas que ce soit dans les poches des miséreux.

Pour ce qui concerne la responsabilisation, il m’apparaît que les québécois, peu généreux en dons personnels, mais très généreux en remises fiscales, sont beaucoup plus conscients et empathiques face à leurs concitoyens moins favorisés que les américains.

Bonsoir,

En réplique pour Madame Linda Hart, votre Québec chéri, celui qui vous aimez tant a évolué, s’est émancipé et a grandi en se faisant tasser à gauche par le reste du Canada. Vous devriez dire merci au Canada pour le Québec que celui ci vous OFFRE sur un plateau d’argent. Posez vous la question suivante : Que serait le Québec devenu sans le MIMÉTISME que le Canada exerça sur cette province jadis étouffée par son nationalisme et ses mangeux de balustres…….. Tout comme l’explique si bien Monsieur Pierre Elliot Trudeau dans son essai de 1989 soit : Vers une société plus juste, son Bill Omnibus de 1968 en légalisant l’homosexualité a vidé le Québec de ses vieux Curés de campagne car plus besoin d’aller à la prêtrise pour vivre son homosexualité en toute liberté. Merci Monsieur Pierre Elliot Trudeau d’avoir tant fait pour faire évoluer le Québec avec Cité Libre……. Avec plaisir, John Bull.

@ Diogène le Cynique

Donner a une organisation religieuse (qui l’utilise pour aider les pauvres) est tout aussi louable qu’un don à n’importe quel organisme.

MAis si tu n’aime pas les stats sur les dons, il y a les stats sur le don de sang: la droite donne plus de sang que la gauche.

Si la gauche déshumanise c’est simple: à cause de la gauche les gens se disent toujours que c’est aux autres (le gouvernement) de régler un problème. Ça tue la solidarité.

@ Mathieu Lemée

Bien sûr que tu refuse que l’on mesure la charité des gens par des stats parce que les stats ne te donnent pas raison.

Du coup du fait intervenir des concepts arbitraires qui ne sont pas démontrables.

C’est une stratégie classique de la gauche comme quand elle veut que l’on tiennent compte du bonheur au lieu du PIB.

@ Linda Hart

Toutes les sources sont disponible ici:
http://www.antagoniste.net/2009/11/05/arguing-with-idiots-2/

Le don fait au fisc ce n’est pas de la charité, ce n’est pas quelque chose qui vient du coeur, c’est quelque chose qui est obtenu par la force.

La charité est l’une des grandes responsabilités de la liberté. Mais, pour que nous soyons responsables – et donc libre – que la responsabilité doit être personnelle.

Il n’y a pas de vertu dans la charité du gouvernement obligatoire. Un politicien qui se dépeint comme «attentif» et «sensibles» parce qu’il veut étendre les programmes de bienfaisance du gouvernement dit simplement qu’il est prêt à essayer de faire le bien avec l’argent des autres. Un électeur qui est fier de soutenir ces programmes gouvernementaux avec des impôts nous dit qu’il va faire du bien avec son propre argent uniquement si une arme est tenue à sa tête.

En fait, les libertariens conçoivent la charité différemment des gauchistes. Pour les gauchistes la solidarité c’est quelque chose qui vient des fonctionnaires alors que les libertariens préfèrent la vraie solidarité, celle qui vient du coeur.

La charité des libertariens implique une implication personnelle alors que la charité des gauchistes implique une déresponsabilisation puisqu’on demande aux autres de payer la note.

Quand un libertarien voit une personne dans le besoin, elle se dit: JE dois aider cette personne, c’est MA responsabilité. Le libertarien sort donc son portefeuille et donne de l’argent au vieillard.

Quand un gauchiste voit une personne dans le besoin, elle se dit: QUELQU’UN D’AUTRE doit aider cette personne, c’est la responsabilité des AUTRES. Le gauchiste accoste donc le premier passant venu et, sous la menace d’une arme, lui vole son portefeuille. Ensuite, le gauchiste (bureaucrate) se garde une commission à partir du butin nouvellement acquis (il faut bien rémunérer ses services) et distribue ce qui reste au vieillard.

Mais ce n’est pas tout. Puisque le bureaucrate se verse une généreuse commission sous prétexte qu’il aide les pauvres, alors il va créer une véritable industrie de la pauvreté i.e. il militera pour que le gouvernement mette en place une infrastructure qui condamnera les gens à être pauvre s’assurant ainsi de toucher à perpétuité de généreuses commissions.

Concrètement, la solution des gauchistes aux problèmes de pauvreté c’est plus de gouvernement. Plus de gouvernement signifie plus de syndicalleux (des bureaucrates touchant une commission/salaire). Plus le gouvernement grossit, moins l’économie est libre et moins l’économie est libre, plus on peut créer de la pauvreté. Un cercle vicieux qui a été érigé en modèle au Québec.

Mais le gauchistes est aussi vicieux, car son autre stratégie, pour s’assurer que le système soit maintenu en place, consiste à rendre les pauvres dépendants de son aide. Voici comment le régime d’État-providence des gauchistes détruit les hommes:

http://youtu.be/WgkVSRs8ADM

@ David

1. Je ne vous tutoie pas car nous n’avons pas gardé les cochons ensemble. Je demande donc que vous me vouvoyez dans vos réponses. Après tout, on exige la même chose des policiers ou des élèves dans une classe. Vous devriez être sensible à ces manifestations du respect des individus – à moins que le respect des individus ne soit pas une caractéristique de votre conception du libérarisme.

2. Encore une fois, vous déviez la question. Certes, il est tout aussi louable de donner à une organisation religieuse qu’à une autre organisation caritative. La question, c’est que le don n’est pas désintéressé, notamment le don à une organisation religieuse, car on pense recevoir quelque chose en retour: le salut de son âme, le prestige personnel parmi sa communauté, le retour d’impôt. La générosité est par définition désintéressée, en ce sens que la personne généreuse fait un don sans attendre un quelconque profit en retour. Or, prétendre que la générosité est de droite et de sous-entendre que l’égoïsme est de gauche, revient à dire que le don d’une personne de droite est désintéressé. Ce qui n’est pas le cas.

3. Quant au don de sang, j’ignorais que la Croix-Rouge demandait à ses donneurs d’identifier leurs options politiques. Je pensais naïvement que la Croix-Rouge se contentait de demander le type sanguin et la présence de maladies. À moins que vous considérez les options politiques comme une maladie sanguine, ce qui vous discréditerait alors à jamais du débat civilisé. Il est donc permis de douter très fortement de vos statistiques.

4. Encore une fois, vous faites des sophismes pour promouvoir votre cause en insultant l’intelligence des gens. En trompant les gens, croyez-vous les responsabiliser? Cela me semble plutôt une façon de les déshumaniser – ce dont vous accusez régulièrement la méchante gauche.

@David

« Les chiffres sont des êtres fragiles qui, à force d’être torturés, ont ceci de commun avec le langage des fleurs; on leur fait dire tout ce qu’on veut. » (Alfred Sauvy)

Surtout que quand ces chiffres sont tripatouillés par votre site de propagande « antagoniste », on ne peut pas les croire. Plusieurs ici les démontent avec une telle aisance qu’ils ne veulent plus rien dire.

D’ailleurs, le caractère haineux de la plupart des billets qui figure sur votre site montre très bien votre conception de la générosité par manque flagrant d’empathie.

La preuve, c’est que la pauvreté augmente ou stagne malgré la très grande générosité des riches. Pour être aller récemment aux États-Unis, on peut la voir cette pauvreté bien davantage qu’au Québec, et je voyage beaucoup.

Faire passer des croyances pour des faits à partir de chiffres erronés et de la mauvaise foi, c’est de la propagande, pas de la liberté de penser.

Quelle est cette histoire de débat entre la gauche et la droite reposant sur notre rang quant au taux de suicide ? Je pense que c’Est la société de compétition et de rivalité qui est une des causes importantes de suicide. Imaginé travaillé dans des condition de « guerre permanente » dans une boite pendant 25 ans pour paraphraser Jacques Généreux. Si en plus vous ajoutez les désinstitutionalisations (pinel…) successive qui ont eut lieu avec peu d’infrastructure pour acceuillir ces gens… D’accord Il y a le programme chez soi qui consiste à tout mettre en oeuvre pour redonner un appartement a un sans abri cela coute 18 000 $ par année, le programme est censé cessé en 2013. Vous croyez qu’il faut attendre après les riches pour s’occupper des pauvres et des indigents ? L’impot est le cout a payer pour la civilisation ai-je lu quelque par : pour aider les pauvres et ainsi lutter contre la criminalité. 100 000 enfants meurent chaque jours de la faim (Jean Ziegler) et vous croyez qu’il faut attendre après les riches… petits naifs allez ! En définitive il semble que oui l’État doit plus que jamais intervenir pour aider les gens qui vivent de la détresse psychologique encore la faudrait-il que les psychologue travaille dans le public au lieu de travailler au privé a des cout faramineux. Système a deux vitesse va !

JPb

M. Lisée est devenue, en l’espace d’une semaine, mon porte parole de la gauche préféré. Bien qu’il soit un idéologue affirmé, il supporte ses arguments de facon posée. Mon opinion personnel penche beaucoup plus vers le discour de la nouvelle droite mais je reste toujours ouvert aux revendications sensés de la gauche et justement M. Lisée me les offrent. Être à droite ne nécessite pas que l’on rejette la gauche, cette dernière est un idéal vers lequel il faut tendre, elle requiert plus de temps, de ressources, de réflexion et de compétences. Chercher à la brusquer ou à l’imposer rique d’en altérer les résultats escomptés. Je crois que le Québec a tenté de se démarquer de facon hative dans une quête identitaire politique et que nous en payons aujourd’hui les frais. Le peuple doit être prêt pour un passage à gauche et il ne l’était pas un parallèle peut meme être tiré avec l’option qui était défendue par ce meme parti qui a instauré bon nombre de ces réformes…

David

Je te cite : «La charité est l’une des grandes responsabilités de la liberté. Mais, pour que nous soyons responsables – et donc libre – que la responsabilité doit être personnelle.»

Le problème, vois-tu, est que les filets de sécurité sociaux existent depuis peu. Ils sont une nouveauté dans l’histoire de l’humain.

Et quand il n’y en avait pas, étrangement les riches n’aidaient pas les pauvres, ils les laissaient crever de faim. Alors tes paroles pieuses d’aide généreuse qui vient du coeur… c’est de la bullshit. Historiquement, les riches ne ce soucient pas des pauvres.

Je te cite encore : «Quand un libertarien voit une personne dans le besoin, elle se dit: JE dois aider cette personne, c’est MA responsabilité. Le libertarien sort donc son portefeuille et donne de l’argent au vieillard.»

C’est cute. Mais la survie du vieillard dépend donc de sa rencontre avec un libertarien… Et il doit rencontrer chaque jour des libertariens qui vont lui donner l’argent pour son loyer, sa bouffe et ses soins de santé… Yeah, right!

Nous les gauchistes on préfère que les miséreux comme lui aient une vie décente et ne soient pas obligés de quêter dans la honte, et d’attendre la générosité hypothétique des libertariens aux grands coeurs.

@ Linda Hart (# 141):

Relevez-vous Linda. Lisée ne mérite pas vos prosternations…

Maintenant que vous vous êtes bien défoulée sur les personnalités des « drettistes », pourriez-vous s’il vous plaît nous faire savoir ce qui cloche dans leurs DISCOURS respectifs et non plus sur leurs personnalités?

Si je ne m’abuse, Monsiuer Lisée, Mme. Elgrably s’est excusée de vous avoir traité « d’idiot utile » quoi que le mot utile…

Mais bon…passons…

Avez-vous l’intention de vous excuser à votre tour envers elle pour l’avoir traitée de Sarah Palin?

Et tant qu’à y être, pourquoi ne pas avoir profité de votre dernier passage à TLMEP hier soir pour vous excuser publiquement à votre confrère du magasine McLeans au sujet de la corruption au Québec? Ça aurait été charmant non?

@David(#149):
Ce n’est pas l’axe gauche droite qui décide de la générosité d’un individu mais la religion. Plus quelqu’un est religieux, plus il sentira le besoin de donner à des organismes de charité. Rien à voir avec la gauche ou la droite.
La preuve: le groupe le moins généreux? La droite non-religieuse.

Extrait ici:
« The single biggest predictor of someone’s altruism, Willett says, is religion. (…) America is largely divided between religious givers and secular nongivers, and the former are disproportionately conservative. One demonstration that religion is a strong determinant of charitable behavior is that the least charitable cohort is a relatively small one — secular conservatives. »

http://www.realclearpolitics.com/articles/2008/03/conservatives_more_liberal_giv.html

Maintenant, j’aimerais mettre l’emphase sur la dernière phrase de l’extrait. Vu l’importance de la religion au Québec (à peu près nulle), on peut en conclure que la droite Québécoise a toute les chances d’être la moins généreuse des droites en Amérique du Nord. Et d’être pire que la gauche Québécoise.
Voilà bien une stat négative dont la droite Québécoise ne se délectera pas!

@ Jean-François Trottier (# 156):

Les Québécois sont le MOINS généreux du Canada et pourtant ils sont pourtant les plus étatiquement administrés…(500,000 fons-fons!!!)

Ce que nous gagnerions en réduisant le rôle tentaculaire de l’État, c’est que l’argent retournerait dans les poches des contribuables qui, eux, auraient le CHOIX de faire bénéficier l’organisme de LEUR CHOIX de leur générosité et en plus, l’argent irait DIRECTEMENT dans les poches de l’organisme en question plutôt que d’en perdre plus de 50% dans les griffes des technocrates et des ronds-de-cuir intermédiaires.

@Francois 1:

Tu es content que les québécois soient ceux qui donnent le moins à des organismes de charité au point de faire 500 000 fons fons? Relis la ligne de l’envoi 156 qui commence par « Vu l’importance de la religion au Québec » et merci de le confirmer.
Et puis comme je me sens vraiment paresseux aujourd’hui, je vais citer l’excellent commentaire de Phazon (#152), surtout le paragraphe qui commence par « C’est cute. » et qui finit par « Yeah, right! » Ça répondait assez concrètement merci à un extrait de propagande idéalisée qui n’aurait pas fait honte au Petit Père des Peuples.

Au fait, comptes-tu t’excuser pour avoir prétendu que JF Lisée ne voulait pas de débat avec Éric Duhaime alors qu’il était déjà enregistré?

@ Diogène le Cynique

Les intention m’importent peu, ce qui compte c’est le résultat.

Et les études sur les dons de sang n’ont pas été faite par la crois rouge… C’est le même principe que les « exit polls » dans une élection…

@ Mathieu Lemée

C’est sur que la gauche n’aiment pas parler de chiffres, les chiffrent ne leur donne jamais raison.. Merci de le confirmer par ton attitude. Tu tires sur le messager au lieu de tirer sur le message.

@ Phazon

La renaissance italienne, un bon de géant dans l’histoire de l’homme rendu possible par des dons de charités. Bref, ton exemple est mauvais.

@ Jean-François Trottier

Donc tu dis que la gauche québécoise est plus religieuse que la droite québécoise ?

@ David.

Donc, les intentions n’ont pas d’importance: c’est le résultat?

Il s’agit de l’échappatoire la plus ridicule que j’ai pu lire dans tout ce débat.

Vous prêtez constamment des intentions à la méchante gauche dans toutes vos interventions, en les présentant comme des faits d’évidence. Lorsqu’il s’agit d’apporter un élément de compréhension aux statistiques qui sont avancées, vous vous réfugiez sous le prétexte couard de « ce qui compte c’est le résultat »,

En d’autres mots: tripotons les faits du moment que le résultat me soit profitable dans la lutte contre la méchante gauche.

Dans la poursuite de leur cause, Lénine et Staline témoignaient du même cynisme et de la même volonté de tromper que vous: c’est le propre du croisé qui veut triompher au mépris de l’intelligence de ses interlocuteurs. « Arguing with idiots »: n’est-ce pas votre motto?

Désormais, il ne sert à rien d’argumenter avec vous, car vous négligez sans cesse les arguments qui ne conviennent pas à votre conviction religieuse. Je savais que les libertariens faisaient la promotion de l’individualisme. J’ignorais qu’ils faisaient aussi la promotion du monologue.

@Diogène le Cynique:
BAH! Tomassi a déjà prétendu stat à l’appui qu’élire le PQ diminuait le taux de natalité! Des raisonnements comme ça sont trop ridicules pour être vrai, mais on ne voit juste pas où ça accroche si on n’y regarde pas de plus près.
Premièrement, il n’y a pas de questionnaire politique de la croix-rouge. La statistique est juste dérivée de 1) le nombre de dons de sang pour une région donnée et 2) la répartition des votes pour cette même région donnée. Selon ce principe, on a observé que les états qui votaient George W. Bush avaient tendance à donner plus de sang. Pour les boss de David, c’était suffisant: va propager ça mon homme, pas besoin de regarder plus loin.
Sauf que lesdits états s’adonnent aussi à être plus religieux. La « Bible Belt », ça vous dit quelque chose? Et ça vote républicain en masse.
La pratique religieuse est LE déterminant qui a le plus d’influence, pas l’option politique. Si on divise droite religieuse et droite non-religieuse, et gauche religieuse et gauche non-religieuse, on se rend compte que la droite non-religieuse est le pire groupe de tous.
Sauf qu’il y a plus d’athées démocrates que républicains. On a donc l’impression que la gauche est moins généreuse.

Après un ou deux échanges avec la madame Elgrably, pouf! elle ne publie ni ne répond. Et mon commentaire était tout simple. Du genre: donc, être dans les 25% supérieurs est positif si l’on parle d’éducation?

Il y a des silences savoureux.

McCain et Palin ont fait 10 fois ( … ) mieux que Dole et Ferraro.Nathalie Elgrably aime sûrement mieux être la Palin québecoise que la Ferraro de la gauche…

@0Jean-François Trottier

Je suis tout à fait d’accord avec vous. Je relevais l’argument fallacieux de David et son tripotage des statistiques, activité à laquelle il s’adonne depuis des années..

Vous soulevez toutefois un point intéressant. Un libertarien comme David est-il vraiment « libre » lorsqu’il énonce de pareilles faussetés? Ou son argumentation fallacieuse sert-elle un maïtre?

@ David

«La renaissance italienne, un bon de géant dans l’histoire de l’homme rendu possible par des dons de charités. Bref, ton exemple est mauvais.»

Tu veux dire qu’il n’y avait pas de pauvreté en Italie? Les riches prenaient soin des pauvres?

T’aimes ça te ridiculiser ou quoi?

David

Et même si t’avais raison concernant la renaissance italienne… ça ne serait qu’une exception historique. Et comme l’exception prouve la règle…

Le lecteur moyen,
Préférant gober tout ce qui se présente sous ses yeux plutôt que de vérifier la qualité du produit ce avec quoi on le gave. L’opinion générale prend des directions inattendues.

S’il y avait plus de gens qui osent se lever et dénoncer les aberrations de certaines citations autant par nos politiciens que par les écrivains du dimanche qui ne cherchent qu’à provoquer pour vendre.

En résumé, c’est la quête du sacré $. Donc si la popularité est de droite, de chialer, de critiquer plutôt que d’encourager. Allons vers ou sa paie!

J’ai lu quelque part que :
« Traitez les gens comme s’ils étaient ce qu’ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu’ils sont capables d’être » Van Goethe

Merci M Lisée.

Mme. Elgrably Lévy achève de se discréditer et malheureusement elle ne semble pas s’en rendre compte.

Je lis ses chroniques à l’occasion comme (divertisement) j’ai toujours hâte de voir comment elle réussira à abaisser le Québec même dans ses forces… de même j’ai toujours hâte de voir quel sorte de subterfuge elle trouvera pour déformer la vérité lorsque quelque chose de positif arrive ici. J’en suis rendu à me demander si elle n’est pas (télécommandée) par quelque groupe occulte, et qui la paye pour dire de telles insanités?
En présumant qu’elle est intelligente.

Le débat sur le taux de suicide se poursuit ici : http://nodogsoranglophones.blogspot.com/2012/02/french-versus-english-volume-46.html?showComment=1328366683703#c4553105941899962922

C’est en anglais. Je vous fais par du commentaire qui j’y ai ajouté.

Et croyant au dialogue entre les nations, j’invite vos lecteurs à se joindre à cette discussion si leur coeur leur en dit.

Mon commentaire en question : http://nodogsoranglophones.blogspot.com/2012/02/french-versus-english-volume-46.html?showComment=1328368950157#c1147344004558288109

Nathaly Elgrably a vraiment mal viré.

J’ai eu sa mère comme prof. C’était une personne exigeante, généreuse, et dotée d’un esprit fin.

Soit qu’elle a tellement donné pour éduquer les enfants des autres qu’il n’est rien resté pour sa fille, ou alors que la crise d’adolescence de cette dernière lui a inspiré en tout une attitude à l’opposé de l’exemple qu’elle avait sous les yeux.

Bonjour monsieur Lisée.
Je ne sais pas si madame Elgrably lira le dernier bilan de santé du Québec »Le Québec économique 2011″…PUL…
Se basant sur les indices du rapport Stiglitz de l’OCDE, »Vivre Mieux », les auteurs indiquent que le Québec est le PREMIER partout!!!
Va-t_on continuer à dire que le Québec est pourri?

Cordialement.

Jean Lépine