Lettre ouverte à Mme la juge anti-corruption

Chère Mme France Charbonneau,

France Charbonneau. Poussez les limites du possible !

En acceptant de diriger la Commission d’enquête eunuque inventée par le Premier ministre Charest, vous lui avez avez offert ce dont il avait grandement besoin: de la crédibilité.

Car c’est votre réputation que vous avez mise sur la table, et en balance dans le débat entourant l’utilité de la commission. Comme procureure de la Couronne, vous avez naguère tenté de mettre derrière les barreaux 82 accusés de meurtre — et avez réussi dans 81 des cas !

Y compris lorsqu’il s’est agi de mettre Mom Boucher dans le box des accusés, une poursuite pour laquelle, me raconte-t-on, les procureurs ne se bousculaient pas au portillon.

Car j’ai pris mes informations à votre sujet. On vous décrit comme une « passionaria », une « volontaire », une « bagarreuse », une femme courageuse et intègre. Quelqu’un qui a, me dit-on, « du front tout le tour de la tête ».

Vous m’en voyez ravi.

Venons-en aux choses sérieuses. Vous avez lu le décret. Vous avez vu comment le Premier ministre vous envoie au combat contre les plus grands bandits du Québec avec moins de pouvoirs que vous n’en aviez comme procureure ?

Vous avez vu comme il vous traite: comme un Duchesneau en robe de juge. Interrogez à huis-clos des témoins qui ne vous diront des choses intéressantes que s’ils peuvent se cacher derrière un écran opaque !

Vous avez même remarqué la petite entourloupe au sujet des audiences ? En privé, vous pouvez interroger sur tout, y compris sur « les liens possibles avec le financement des partis politiques ». Mais pour les audiences publiques, M. Charest a pris soin de vous dicter une liste limitative de sujets, où il a omis (!) d’inclure le financement des partis.

Pousser les limites du possible

Une source, qui ne dit pas que du bien de vous, m’avertit: vous êtes du genre à « pousser les limites du possible ». Et « le gouvernement risque de se faire dépasser par la gauche ou par la droite, malgré l’étroitesse de son mandat ».

Puis-je vous souffler à l’oreille quelques idées?

D’abord, pour le choix des commissaires. Puisqu’on vous invite à faire une enquête à la Duschesneau, sur un mandat plus étendu mais avec aussi peu de moyens de contraindre, et de réentendre les 500 personnes vues par Duchesneau, pourquoi ne pas lui demander, à lui, d’être un des deux commissaires ? Vous gagnerez un temps fou.

Et puisqu’on vous donne, en fait, autant de moyens qu’en ont les journalistes, pourquoi ne pas choisir, comme second commissaire, une Marie-Maude Denis ?

(En fait, je dirais que vous avez moins de moyens que les journalistes. Car lorsqu’ils se présentent avec leurs micros et leurs caméras, les journalistes intimident et forcent parfois à des révélations. En plus, ils usent parfois de caméras cachées.)

Un cas test

Voilà pour la composition de la commission. Maintenant, je vous propose de procéder immédiatement à un cas test. Puisque le premier ministre prétend que des gens accepteront de vous porter volontairement de la preuve, prenez-le au mot.

Depuis deux ans, l’opposition a mis au jour un grand nombre de coïncidences entre des entreprises de construction donnant à la caisse du PLQ et l’attribution de nouvelles places en garderie. Malgré mouts demandes, le gouvernement refuse de dévoiler une preuve circonstancielle : l’évaluation faite par les fonctionnaires des demandes de place. Cela pourrait établir que les choix étaient autres que rationnels.

Pourquoi ne pas commencer par ce point d’entrée ? Par ce stratagème appréhendé ? Pourquoi ne pas demander à voir tous les documents ? Interroger les sous-ministres et les fonctionnaires ? Inviter même un certain Tony Tomassi à témoigner ? (Aucun risque de polluer la preuve, les dossiers des procureurs sont déjà montés. Il comparaît le 14 novembre.)

Vous pourrez ainsi voir si, dans le cas même du gouvernement actuel, les documents et les témoignages sont produits volontairement et de bonne foi. Et si un ex-ministre libéral est prêt à jouer le jeu.

Si tout le monde ouvre ses dossiers et ses souvenirs, vous pourrez publier rapidement un premier rapport d’étape, sectoriel, sur ce stratagème récent. Puis vous attaquer au suivant.

Mais posons l’hypothèse que ce test ne soit pas concluant. Et que vous n’obtenez ni les documents, ni les témoignages voulus. Que dirait votre premier rapport dans, disons, six semaines ?

Que vous recommandez, pour la poursuite de votre travail, qu’on vous accorde les pouvoirs normaux d’une commission d’enquête. Et que sinon, la commission est un gaspillage de fonds publics.

Chiche.

Bien cordialement,

Jean-François Lisée

Laisser un commentaire

au moins c’est un commencement. J’ai plus de raison de croire Amir Kadir que tous les autres.
Bien sur cela m’aparait faite sur mesure pour disculper le PLQ et particulièrement Monsieur Charest. Tout le monde sait et ne dit tout haut Monsieur Charest est impliqué personellement dans la corruption du monde de la construction

Dans ce décret, une partie bien étrange apparaît:

« Que les rapports de la Commission ne comportent aucun blâme et ne formulent aucune conclusion ou recommandation à l’égard de la responsabilité civile, pénale ou criminelle de personnes ou d’organisations; »

Pas de blâme. Pas de recommandation. Pas d’accusation.

À quoi donc cela va-t-il servir?

Mme Charbonneau, je ne vous connais pas, mais selon ce que l’on dit vous êtes qualifiée et déterminée. Cependant, force est d’admettre que le premier ministre tente de lancer de la poudre aux yeux à la population avec ce simulacre de commission d’enquête.

S’il vous plait, par respect pour la population et pour la démocratie, refusez d’être à la tête de cette mascarade. Nous vous en serons reconnaissants.

Signé: Un citoyen qui a mal à son Québec…

C’est un excellent texte rédigé avec grande célérité. J’ai l’impression de revivre « Charbonneau et le cheuf »!
Du jamais vu dans les dérogations à la Loi sur les commissions d’enquête: pas de pouvoir de contraindre les témoins, pas de pouvoir de recommandation sur d’éventuelles poursuites civiles ou pénales.
Une commission bidon, à nos frais. C’est honteux! Le 24 septembre n’aura pas suffi; il faut retourner dans la rue pour s’indigner.

Une commission d’enquête pouvant obliger les témoins à comparaître SANS leur donner l’immunité, voilà qui aurait été courageux! Probablement difficile à défendre légalement, mais justifiable par les circonstances exceptionnelles dans lesquelles s’inscrit cette commission!

Je n’avais jamais pensé que Jean Charest pouvait pousser le cynisme aussi loin. Une commission d’enquête sans pouvoir contraindre des personnes à témoigner et à produire des documents, c’est comme une tondeuse sans lame. C’est vraiment nous prendre pour des cons. Et la SQ repeat after me, Direction comme syndicat, d’approuver bêtement du bonnet sur la nécessité de protéger les enquêtes. Je n’ai jamais vu rien d’aussi désolant en politique. C’est à brailler.

Il y a un côté positif à cette annonce. Jean Charest vient de nous annoncer, par cette «Omission» d’enquête, son départ prochain et son testament politique.

Il sait qu’il ne survivra pas à une autre élection et que son Plan marketing-nord ne permettra pas de surmonter le dégoût qu’il s’entête à générer. Il sait que les journalistes vont trouver ce que la juge ne trouvera pas, un par un, semaine après semaine. Il sait vain ses efforts pour laisser à la postérité une image d’homme d’État. À défaut, il laissera une image de sacrifié, loyal à son parti.

Le problème c’est que madame Charbonneau va sans doute par la force des choses faire un égo-trip et se lancer tête baissée dans le piège à con que charest lui lance, comme un bel os trois étoiles à gruger.

La patente à gosse mérite tout à fait son nom. En effet le décret est clair. Pas d’obligeage. Madame a beau être une passonaria, il y a des limites à ne pas dépasser au risque de se casser les dents.

Mais le pire c’est qu’on voit la malhonnêteté totale de John James Charest dans la manoeuvre. Non seulement le défi est impossible à relever mais la date prévue pour remettre le rapport garantie à Charest le silence radio total pour les prochaines élections.

Comment on va faire pour se débarasser de ce crook? Charest c’est pire que du chiendent. Avec le chiendent, au pire on se bouche le nez et on met du «roundup»…

Avec autant de compromis, Jean Charest vient de créer un nouveau genre… la «compromission d’enquête»!

Je viens de lire que le maire de Montréal trouve que c’est une bonne idée. Mais il n’a pas l’intention d’aller devant cette commission. Peut-être, si on l’y invite. C’est tellement difficile de se trouver une excuse…
Comme de dire, par exemple, qu’il avait dit tout ce qu’il avait à dire aux autorités policières. À voir l’empressement desdites autorités qui n’ont toujours pas commencé à enquêter sur Montréal, ce devait être super important.

Mme la juge, pour votre crédibilité , ne laissez pas M.Charest faire de vous un second Bastarache.
Au moindre petit accroc, M.Charest vous laissera tomber et vous deviendrez le dindon de la farce.
En regardant vos antécédents, ce serait très regrettable que celà se produise.
Donc pour votre plus grand bien et celui des Québecois, refuser ce guet-apens.

Pardonnez ma très évidente ignorance. J’aimerais savoir si les journalistes auront le droit d’assister à l’enquête à huis-clos?

Si oui, ne serions-nous pas devant un sérieux problème? Comment les journalistes pourraient-ils continuer leurs enquêtes sans être accusés d’outrage ou quelque chose du genre? Voyez, je suis vraiment ignorant mais pas moins inquiet.

Ont nous prends tous pour des imbécilles. Le problème ne vien pas seulement des gouvernements mais d’un peuple qui s’en fou et qui laisses les autres régler la corruptions. Il nous faud un BATMAN !!! Pourquoi pas la femme chat …. Bref j’espère que le miolage ( s ) sera pas au rendez-vous.

Puisque Mme la juge Charbonneau est si qualifiée à ce qui paraît,alors comment peut-elle accepté pareil mandat de la part du magouilleur en chef? À moins qu’il y a un retour d’ascenseur…nommée juge en 2004 par le magouilleur!

Maître Bellemare avait vu juste, déjà en 2004 le magouilleur préparait sa défense et là il s’attend au retour de l’ascenseur!

Un show intitulé JUST POUR RIRE du peuple et de ses institutions judiciaires et dans l’ensemble démocratique.Prendre 2 ans et demi pour produire une telle insanité,c’est carrément rire de nous et de nous faire payer la facture…salée à la fin.

Pour quelle raison obscure M. Duchesneau irait légitimer cette mascarade?

Pour faire semblant qu’il travail?

charest n’a fait que prouver qu’il protège ses patrons et que c’est seulement ce qui compte pour lui.

Se protéger et protéger ses patrons.

« La commission d’enquête sur la construction ne pourra contraindre quiconque à témoigner, ne pourra exiger non plus la production de documents et son rapport ne comportera aucun blâme »
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/334032/une-commission-taillee-sur-mersure

charest est ce que [censuré pour cause de poursuites au civil probable].

Y a t’il un moyen de s’assuré que ce que vous et ce que l’on dit sur ce blogue ce rende a Mme la juge,et qu’elle en prenne connaissance ,

Il y a votre ami André Pratte qui nous dit que cette commission sera « utile »!….

Ayoye.

J’ai cherché un commentaire favorable à cette « omission » à M. Charest sur Internet mais, je n’en ai pas trouvé un seul, sauf celui de M. Pratte sur La Presse, pour des raisons évidentes de parti pris mur à mur, de son employeur

Cette « enquête » est une sinistre farce.

Le dernier clou dans le cercueil du PLQ

(et ce n’est pas le PQ qui va en profiter)

Merci Monsieur Lisée de dévoiler les pièges de la cour de la justice. Le «trip»de l’Égo peut frapper les femmes aussi. Concernant M.Charest , il se spécialise à lancer de la pourdre aux yeux,mais cette fois cette poudre semble ouvrir davantage nos yeux sur les capacités d’un homme à vouloir cacher la vérité.

Bonjour,
Le Gouvernement Libéral et Monsieur Jean Charest ont agi avec toute la sagesse requise en établissant de nouveaux paramètres afin de baliser cette enquête publique. Afin d’éviter que certains dont l’unique aptitude ainsi que l’unique but dans leur triste vie est de brasser de la mar.. et surtout comme nous disons en anglais : To put some shit in the fan afin d’éclabousser partout pour se complaire dans l’odeur de purin.

En effet, comme dit si bien l’expression consacrée ici : Plus ça change et plus c’est pareil ! Tout comme dans le temps de Feu Maurice Duplessis, les nationalistes québécois faute de mieux, se spécialisaient dans la chasse aux sorcières, aux Témoins de Jéhovah ainsi qu’à la chasse aux Communistes incarnés par les libéraux identifiés au socialisme qui réclamaient plus de mesures sociales. Excepté qu’aujourd’hui, les Témoins de Jéhovah n’étant plus dans le décor, il reste que l’Enfer québécois fut et est encore Rouge Libéral. Ce MacCarthysme à la québécoise ne fait que perdurer sous la houlette de nos amis les nationalistes.

En outre, en étant connecté sur le Québec profond où je me suis procuré une magnifique demeure face aux massifs de Charlevoix il y a de cela presque deux ans, tout ça en plus d’une terre à bois acquise récemment, j’ai eu à parcourir tout l’Est du Québec ainsi que la Côte Nord en aller retour cet été afin de me trouver de l’équipement forestier pour le débroussaillage et la plantation de nouveaux arbres lorsque requis. Et j’en ai entendu des vertes et des pas mûres sur tous les contrats d’asphaltage et de construction qui sont strictement dévolus d’avance au gros prix car il y a une répartition du territoire entre les soumissionnaires comme de raison. Et ce ne sont pas ni des anglais ni des italiens, soyez en sûrs. Les constructeurs ne sont pas nés de la dernière pluie tout en sachant qu’à peu près tous les experts conseils et ingénieurs ont été mis à pied en 1998 sous les coupes sauvages du déficit zéro. Et comme disait si bien Monsieur Jacques Duchesneau, il n’y a plus personne au Ministère des Travaux Publics qui est capable d’évaluer une seule poutre de béton de telle largeur et épaisseur et avec telle longueur. Non plus évaluer en un endroit donné comment coûte un kilomètre d’asphalte.

Finalement, comme c’est l’implacable loi du marché, comme disait cet autre : Un fou dans une poche ! Faut il blâmer les hommes d’affaires de vouloir en avoir plus en sachant qu’il n’y a plus aucune autorité compétente capable d’évaluer les travaux, ayant été victime des coupes sauvages du déficit zéro et aussi des salaires minables payé par le gouvernement québécois à sa Fonction Publique comparativement au RESTE DU CANADA ?

Et en conclusion, ce que nos amis les nationalistes québécois veulent, c’est une Commission d’enquête à la Bastarache où l’honnête homme voyait des faramineuses sommes d’argent circuler dans les restaurants alors que c’était tout simplement des convives qui remboursaient à qui de droit celui ou celle qui acheta les différentes bouteilles de bon vin, ce que nos amis les libéraux boivent et non pas de la piquette comme certains. Faut il éclabousser sur la place publique dans un show de TIVI pour péquistes et nationalistes de tout crin des centaines de personnes qui faute de balises, voulurent étirer les coûts ? Au plaisir, John Bull.

Que dire de plus sur cette « patente à gosse »

Vous êtes pas écoeurés de mourir bande de caves ! C’est assez ! Claude Péloquin

Je crois que Pauline Marois a tout à fait raison.Charest a déclenché une patente.Ce n’est pas une commission d’enquête CONTRE la corruption mais POUR le parti libéral.Charest ne veut pas de problème en fin de semaine à son congrès alors il leurs donne un bombon à sucer pour quelques jours.Il connait ses membres mais nous il nous prendra pas dans ses filets.Encore une commission bidon à la bastarache qui va couter cher au lieu d’une vrai commission qui va coutet cher mais qui servirait vraiment à bloquer les magouilles pour l’avenir.Quand allons nous sortir dehors enfin?Sommes nous trop petit pour se tenir debout?

Je ne m’attendais pas à autre chose de la part de Charest et du parti libéral.

Pour Lapierre, on sait de quel bord il penche.Je me passe de ses commentaires, je ne les écoute plus, je suis sourd à ce qu’il dit, je sais qu’ils sont partial. Je n’y accorde aucune crédibilité. Mais aucune. Y varge toujours sur les mêmes clous et on sait lesquels.

Je ne suis plus capable d’entendre les Lapierre, Dumont et Duhaime de ce monde. Pus capable…. Des notaires Le Potiron de l’ancien téléroman Séraphin. On sait pour qui il travaillait.

Pus capable de me faire prendre pour un imbécile par les gens arrogants de ce parti. Coudon, sont-ils intelligents! Le meilleur moyen de tuer une business, c’est l’arrogance. Le meilleur moyen de tuer la démocratie, c’est l’arrogance. Ce parti n’est pas là pour nous.

Je vais continuer à lire mon journal.

Vous avez remarqué la tête d’enterrement de Charest, son ton agressif, ses crispations faciales, son impatience ?

Il n’avait pas son air frondeur de quelqu’un qui est heureux d’avoir deviné combien il répondait aux attentes et souhaits du peuple du Québec.

Non.

On aurait dit un coupable forcé d’admettre son crime après avoir été torturé.

Ça dit tout.

On pensait avoir tout vu avec la très libérale commission Bastarache mais c’était sans compter sur la malhonnêteté intellectuelle sans limite de Charest.

Il fallait en effet voir cet avocat nous expliquer hier que contraindre les gens à témoigner pourrait contaminer les preuves des enquêtes policières , quand tout ce que le Québec compte de juristes est venu par la suite expliquer dans les médias que c’était faux de penser ainsi.

Les Québécois savent très bien depuis qu’il est en poste où va la loyauté de cet homme sinueux et fourbe qui a vendu le poste de premier ministre au x donateurs du parti Libéral et à tout ce qui grenouille autour des contrats publics.

On oublie l’autre effet secondaire de cette commission:
La commission enquêtera aussi sur les dernières années péquistes. Les anciens fonctionnaires n’auront aucune difficulté à déballer leur rancune sur leur ancienne administration et il y aura donc un nombre exagéré de révélations sur l’ancien gouvernement péquiste par rapport à celles venant de l’administration actuelle, tout simplement parce qu’ils auront moins peur. Sans qu’on puisse comparer, on pourra penser qu’il y a autant de népotisme péquiste que Libéral.
Cette commission, par sa structure même, est d’une fourberie sans nom.

Je trouve absolument indigne de la magistrature de s’être prêté à cette mascarade. Maintenant je me permet de douter de la distance entre les libéraux et madame car pour s’abaisser à jouer le jeux des libéraux, il faut être de leur bord, point. Le devoir de réserve des juges devrait les forcer à participer aux procédures régulières définie par les lois actuelles car dans ce cas ci accepter de participer à un exercice aussi alambiqué c’est, en fait, prendre position. Cette collaboration permet de donner un argument au gouvernement. Les juges ne doivent pas donner d’arguments au gouvernement autrement que dans le cadre d’un procès en bonne et due forme.

Tout ça est d’un lamentable.

Les libéraux ne semblent pas avoir compris qu’ils sont en déficit grave de crédibilité. Quelle sot raisonnement les a convaincus qu’en sortant un lapin de leur chapeaux ils gagneraient de la crédibilité. Personne ne les croit de bonne fois comment, alors, les croire si pour regagner la confiance, il changent les règles du jeux.

Pathétique

La (C)ommission bidon à un double but: Protéger, non pas la preuve mais le PLQ. Et frapper l’opposition !

Elle va commencer par ordre chronologique: donc les deux mandats du … PQ . Et cela fera partie du premier rapport d’étape.

Comprenez vous la game.

Chère Madame la juge,
En acceptant de prendre cette enquête, vous cautionnez Monsieur Charest dans ses mensonges et sa construction d’édifices de plus en plus chambranlants; je dirais même qu’ils sont prêts à s’effondrer. Ces édifices ont été construits avec le même asphalte que nos routes, les mêmes métaux rouillés que nos ponts, le même béton soufflé d’air que tout ce qui se bâtit au Québec. Vous accréditez que notre classe politique au pouvoir est malhonnête et anti-démocratique. Avec cette enquête bidon, nous saurons, au bout du compte , comme d’habitude, que personne n’est coupable, qu’il n’y a aucune preuve et que finalement, le premier ministre pourra paisiblement se retirer sans esclandre et les mains propres.
J’en ai vu en 59 ans, mais jamais d’aussi mauvaise foi et autant d’hypocrisie. Le premier ministre John James Charest nous prend pour des cruches et ça fait longtemps que ça dure. Lorsqu’un homme politique ment sur son nom pour faire croire que c’est un vrai Québécois, à quoi peut-on s’attendre pour le reste?
Bonne chance Mme Charbonneau.

Désormais par cette commission,il vient d’en faire la preuve,Charest entre dans l’histoire comme étant celui qui avait plus à gagner en protégeant des hommes d’affaire , politiciens corrompus et le crime organisé tous associés au PLQ.

Il les aura préférés aux Québécois honnêtes…

C’est pas compliqué ça prends des élections.

Une dictature, une république de banane et quoi d’autre.Comment sortir ce pays de du jougue libéro-mafieux? Pas avec cette patente en tout cas.

Quelle est la motivation de Mme Charbonneau d’accepter ce cadeau empoisonné? Pour la retraite qui approche, se faire connaître du grand public et viser une émission, « Madame la Juge » sur « V »?

J’ajoute aux lots de bizarreries relevées sur la convocation, visiblement improvisée, de cette commission « d’audiences pas vraiment publiques », une observation.
Vous me corrigerez M. Lisée si je me trompe (après tout vous avez côtoyé suffisamment le monde gouvernemental pour pouvoir juger si j’ai raison ou tort).
Mais il me semble qu’il y a une règle fondamentale dans la fonction publique, règle nécessaire pour éviter le « free for all », la politisation outrancière du fonctionnement de l’État et les règlements de compte publics de « cliques » internes (donc la discréditation de l’État): Les fonctionnaires n’ont pas le droit de révéler ou de commenter les décisions et directives prises dans leur ministère.
Le fonctionnaire qui viendrait donc déballer des « irrégularités » (ou n’importe quoi d’autre) dont il aurait été témoin devant une commission qui n’assure pas « l’immunité » se ferait exposer aux mêmes sanctions que s’il l’avait fait, disons, devant « Tout le monde en parle ». Sanctions pouvant aller jusqu’au congédiment et même des poursuites menant à des amendes, voire la prison. Parce qu’il aurait commis alors un geste « illégal ».

Du coup, l’abolition de « l’immunité » vient de fermer la porte à toute une catégorie de témoins, bien placés pour constater des « irrégularités » (comme des interventions politiques dans des décisions administratives) et qui, en plus, ont toutes les raisons de les indigner (parce que plusieurs conçoivent quand même, malgré les préjugés, leurs fonctions comme relevant du service de l’État et du bien commun).

Je pense que la juge fût nommé par mr Charest en 2004 et qu’aujourdhui elle ait accepté pareil mandat sans mordant me paraît à tout le moins un peu (spéciale)…

Rien n’est parfait, j’en conviens mais une autre Commission-spectacle destinée à nourrir les médias 24 heures et à donner à l’opposition (qui n’a rien à perdre et tout à gagner) l’occasion de marquer des points…non merci. Gomery a coûté cher et n’a pas donné grand chose en dépit de la grande compétence du juge et du procureur. Par contre, Harper en a largement profité…tout cela pour une demi douzaine de criminels au mieux…

Ces commissions-spectacles exploitées par les média et l’Opposition entache toute la classe politique à moyen terme. Le cynisme et le doute qui s’installent découragent ceux et celles qui voudraient faire de la politique.

Le compromis n’est pas parfait, et la Commission doublé d’une enquête policière efficace pourrait donner des résultats concrèts.

L’idée de demander à Duchesneau de siéger est pas mal!

La délation, le secret!

Évidemment comme vous le mentionnez la juge Charbonneau a un taux de condamnation des criminels hors du commun.
Dans les procès au criminel concernant un monde fermé, le secret du succès repose sur le témoignage volontaire de délateurs qui étaient près des criminels.
La juge a beaucoup d’expérience dans ce domaine, faisons lui confiance!

ces parlementaires libéraux qui cautionnent leurs cheuf ti jean sont aussi coupable vis a vis leur électorats et nous font honte ils devrait avoir assez de couilles pour démissionner et siéger comme libéral indépendant au lieu de rester des beni oui oui de la corruption on est en droit de se demander si parmi nos parlementaires libéraux ils en restes parmi eux qui ont les mains propres et s il en reste qu il se levent

Mais Monsieur Lisée, vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez?

Il y a quelques mois, en pleine émission de TLEP, devant près d’un million de téléspectateurs, vous avez varloppé votre confrère de MacLean’s pour avoir « osé » affirmer que le Québec était corrompu et maintenant, vous venez, le plus candidement du monde, vous venez exiger que la commission d’enquête plublique soit plus sévère que celle annoncée par notre Premier Ministre…

De plus, devant « votre » commission, les criminels auraient l’immunité…

Ce qui demeure le plus surprenant de cette saga sur une commission d’enquête publique qui pollue l’atmosphère depuis près de trois ans et qui permet à Jean Charest de voguer vers la fin de son mandat et peut-être espérer remporter les prochaines élections, c’est qu’il y a selon les derniers sondages, encore un électeur potentiel sur quatre (25%, 26%) qui voterait pour le Parti Libéral. Et que traditionnellement, les Libéraux eux, vont voter !. La division du vote et l’abstention chez les opposants aux Libéraux pourraient lui permettre de « passer au travers ». Car l’argent amassé par la collusion leur facilitera la tâche.

Quelle tristesse! et dire qu’on va dépenser de l’argent inutilement ou pour clore le bec de la majorité. Je me suis levée un peu paniquée ce matin: s’il y avait des élections aujourd’hui, on n’a personne pour qui voter ou personne qu’on voudrait mettre à la tête du gouvernement. On n’a pas même pas de « moins pire ». Et M. Charest qui, effectivement, prouve qu’il a des amis à protéger. Ménager la chèvre et le chou…Ne se rend-il pas compte de tout ce qu’il perd? Ou croit-il que sans adversaire, il peut tout se permettre? Désolant!!!

Cette « commission d’enquête » ne relève pas de la Loi sur les commissions d’enquête. Les « commissaires » n’auront pas l’immunité et les privilèges comme les juges de la Cour supérieure. Donc, si les « commissaires » nomment des gens ou des compagnies durant leur enquête ou dans leur rapport, ils seront passibles de poursuites en diffamation.

http://blogues.radio-canada.ca/politique/2011/10/20/commissaires-construction/

On peut se poser la question: quelle est l’intérêt de Mme Charbonneau d’embarquer dans un pareille galère?

Christian

Cette commission d’enquête ne respecte pas de la loi sur les commissions d’enquêtes du Québec. Le prétexte invoqué pour ne pas forcer les personnes à témoigner est complètement faux. En 73 à la commission d’enquête sur le crime organisé, Vincent Cotroni a témoigné «en refusant de fournir des réponses suffisantes au point d’être évaluées comme un refus de témoigner » http://csc.lexum.org/fr/1977/1978rcs1-1048/1978rcs1-1048.html il a été mis en prison pour outrage au tribunal.

M. Lisée,

C’est Stéphane Bergeron qui avait raison, c’est une véritable patente à gosse et l’on vient de placer Me France Charbonneau dans un beau panier de crabes!

Je lui souhaite vraiment d’avoir toutes les qualités que l’on lui prête, car autrement, elle risque de perdre des plumes.

Le Congrès du PLQ en fin de semaine.
Peut-on espérer que,parmi les 3 000 délégués, il y aura au moins 2 personnes qui poseront les questions pertinentes et s’indigneront des réponses, toujours les mêmes.

Anne-M Bilodeau, vous avez raison.
Les libéraux viennent encore de confirmer leur constant besoin de contourner les règles ou de déroger aux lois.
Nous n’avons plus de recours, sauf retourner dans la rue mais cette fois-ci pour exiger la démission de ce gouvernement, avec une nouvelle chanson-thème: « Libérons-nous des libéraux ». C’est à nous de le faire, le peuple, en votant par nos pancartes en faveur d’élections immédiates. Laisser du temps à ce gouvernement, c’est lui laisser le temps de continuer à rire de nous.

Excellent Papier! Mais je me demande; Mme Charbonneau pourra-t’elle ouvrir les livres sur l’octroi de place en garderie avec un mandat portant sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction? L’ensemble des acteurs vont décliner l’invitation à comparaitre étant donné le dernier mot du descriptif du mandat.

« Rien n’est parfait, j’en conviens mais une autre Commission-spectacle destinée à nourrir les médias 24 heures et à donner à l’opposition (qui n’a rien à perdre et tout à gagner) l’occasion de marquer des points…non merci. »

Qu’est-ce que sera une commission où les témoins pourront décider ou non de comparaître ? Et sans immunité pour les témoignages donnés ?
Comme quelqu’un le faisait remarquer hier, les témoins pourraient tout simplement faire comme Duchesnau et se présenter à « Tout le monde en parle ».
A moins que vous considérez que cette émission est plus efficace qu’une vraie CEP pour faire la lumière et n’a rien à voir avec une émission-spectacle destinée à nourrir les médias ?

P.S. Lâchez un peu cette obsession Gomery. C’était une commission fédérale, suivant les règles canadiennes. Une CEP québécoise suivrait la loi québécoise qui a déjà fait ses preuves une bonne trentaine de fois (nommons par exemple, la commission Cliche et la CECO (Commission d’Enquête sur le Crime Organisé).

A M. Lisée: Si je comprend bien, vous demandez à Mme Charbonneau de réactualiser la pièce de John Thomas McDonough: « Charbonneau et le chef » ?

😉

En réalité, dans le discours de M. Charest, il faut remplacé « preuve » par « le parti Libéral du Québec » et l’on comprends tout le sens!

P.S.: Mention spéciale à John Bull pour son ironie….

La LIMITE du CYNISME de JEAN CHAREST est-elle atteinte ? Je ne crois pas car ce petit PM est un fourbe comme il le démontre si bien depuis 2003 …. Tous les commentaire sont unanimes sauf ceux de l’innéfable John Bull , Erwin Basque et Jacques Rioux qui se ressemblent …..

Madame Charbonneau, si vous êtes intègre, vous couperez l’herbe sous le pied des libéraux. D’une façon ou d’une autre. De plus, il est plus que souhaitable de rendre un rapport avant les élections (quitte à couler un document préliminaire !). C’est votre seul planche de salue.
Si vous avez peur, vous auriez dû vous désister.

Cette (c)ommission d’enquête (???), c’est une vraie farce, c’est comme un pitt-bull pas de dents! Vous verrez, dans 2 ans (et plusieurs millions en deniers publics) que rien n’en ressortira. De plus, 2012 sera une année électorale. Notre frisé national est, malheureusement pour nous, très intelligent et également un fin stratège politique. Il vient de s’assurer un certain crédit (tout de même très discutable) et la masse populaire sera tout à fait capable de le réélire, puisqu’il pourra beaucoup plus facilement l’endormir, la fameuse masse populaire. En passant, faudrait changer la devise du Québec: Je me souviens…. Ce n’est plus approprié et rien qu’à voir comment ça se passe depuis des lustres, ça ne l’a jamais été.

CHAREST NOUS PREND POUR DES CONS !

Ce matin, à la période des questions, notre grand corrompu national, Charest, a tenté sans succès de défendre le concept de la PATENTE À CHAREST, la commission Charbonneau.
Si nous analysons les principaux arguments en faveur de la PATENTE À CHAREST que les libéraux ne cessent de nous infliger, ils se résument à ceci : contraindre les témoignages peut être un danger pour les enquêtes policières. Il y a danger de contaminer les preuves. Ça peut amener à casser des affaires criminelles. Une telle approche comporte des risques importants de nuire, elle peut donc apporter des complications.
Je reprends maintenant certaines paroles pour les appliquer à d’autres domaines d’activités. Par exemple, construire une belle route bien pavée RISQUE d’inciter certains automobilistes à dépasser les limites de vitesse. Est-ce que parce qu’il y a un tel risque on devrait s’empêcher de construire de belles routes bien pavée ?
Autre exemple : il PEUT Y AVOIR UN DANGER à administrer un médicament donné à un malade dont la condition de santé nécessite ce médicament. Allons-nous cesser d’administrer de la chimiothérapie aux cancéreux pour la seule raison qu’il y a des dangers qui y sont liés?
Nous savons tous que certaines opérations au cerveau COMPORTENT DES RISQUE IMPORTANTS. Tous les neurochirurgiens le savent mais ils continuent à opérer.
Dans tous les exemples évoqués, les risques ne sont pas nuls de voir des complications poindre. Ils sont HYPOTHÉTIQUES. Ce qui n’empêche pas d’agir.
Donc il pourrait avoir contamination de la preuve si la commissaire Charbonneau était une incompétente et qu’elle ne prenait les moyens nécessaires pour éviter cette embuche ou si elle agissait volontairement pour contaminer des preuves. Or Charest nous affirme que la juge Charbonneau est très compétente. Sur cela on le croit.
Il n’est donc pas inéluctable que les dangers évoqués se concrétisent. Si la commissaire Charbonneau a une telle compétence qu’on lui a confié la responsabilité de la PATENTE À CHAREST, le gouvernement ne devrait-il pas lui faire confiance pour éviter des embuches qui n’ont rien d’inéluctable.
Mais le discours de Charest pour défendre la PATENTE À CHAREST nous laisse croire qu’il n’y a pas moyen de se préserver des dangers. Cela est une tentative grossière de berner la population, de rire d’elle, au seul profit de se protéger.
Nous devons donc reconnaître que les arguments qu’utilise le gouvernement pour défendre la PATENTE À CHAREST sont complètement grotesques et ne tiennent aucunement la route. Charest et ses ministres défendant la PATENTE À CHAREST font donc preuve d’une profonde malhonnêteté intellectuelle qui n’a comme objectif que de protéger leurs propres intérêts à l’encontre des intérêts supérieurs des citoyens.
Toute cette racaille politique ne cherche qu’à duper et trahir les citoyens.

«Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps.»
[Abraham Lincoln]

L’ensemble de vos correspondants, M. Lisée, ne semblent pas prêts à prendre des vessies pour des lanternes… à quelques exceptions près.

Je note le commentaire de Jacques Martin (41)concernant le noyau solide de 25% des libéraux. Je rajoute que contrairement aux autres partis politiques, il se peut qu’aucun des 3000 partisans libéraux en congrès en fin de semaine ne sait qui a choisi leur chef.

De votre commentaire, M. Lisée, je retiens surtout votre excellente suggestion de retenir les services de M. Duchesneau. Il est probable que cette suggestion à été exclue préalablement.

Enfin, il ne faut pas se faire d’illusion. À ce

M. Lisée

Ne trouvez-vous pas étrange que la commission d’enquête soit annoncée au même moment que le gouvernement fédéral a choisi pour nous dire que le Québec recevra 0 $ des 33 000 000 000 $ distribués pour la construction des navires.
Ne serait-ce qu’ un écran de fumée pour détrourner l’attention des indépendantistes et du P.Q. ?

La source,
Vous et moi et la plupart d’entre nous avons des sources de revenus connues et transparentes en recevant un salaire ou une rémunération comme travailleur ou employeur.
AU Québec le premier dirigeant public a reçu pendant plusieurs années une rémunération tenue longtemps secrète de 75000$ par année de source inconnue.
Un tel contournement fait par le premier ministre ds tous les québécois a quelles conséquences?

L’ensemble de vos correspondants, M. Lisée, ne semblent pas prêts à prendre des vessies pour des lanternes… à quelques exceptions près.

Je note le commentaire de Jacques Martin (41)concernant le noyau solide de 25% des libéraux. Je rajoute que contrairement aux autres partis politiques, il se peut qu’aucun des 3000 partisans libéraux en congrès en fin de semaine, ne sache qui a décidé du choix de leur chef.

De votre commentaire, M. Lisée, je retiens surtout votre excellente suggestion de retenir les services de M. Duchesneau. Il est probable, cependant, que cette suggestion ait été exclue préalablement.

Enfin, il ne faut pas se faire d’illusion. L’appareil judiciaire ne peut, en aucun temps, embarrasser ses employeurs, les gouvernements. Seuls, les électeurs ont ce pouvoir et il y en a au moins 25 % qui sont prêts à passer l’éponge.

Salutations cordiales

C’est ben beau chialer mais un peu de geste ne peut pas nuire. Faites comme moi … Vous pouvez copier ma lettre et changer ce qu’il faut. Moins de une minute à investir.

COPIE DE LA LETTRE À MON DÉPUTÉ

Voici le lien pour avoir l’adresse courriel de votre député:
http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/index.html

« » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

Monsieur Vincent Auclair, député du comté de Vimont

Il est urgent d’assainir le climat malsain qui règne présentement au Québec. Votre chef, Jean Charest vient de faire la preuve qu’il n’est pas celui qui pourra le faire. En effet la commission Charbonneau qu’il vient de créer ne sera pas outillée pour lever le voile sur les points qui en font son mandat.

M. Charest a démontré depuis plus de trente mois qu’il n’avait aucunement l’intention de tout faire pour répondre à la demande pressante de la très grande majorité des citoyens, à savoir mettre en place une commission d’enquête publique, sérieuse et honnête.

Aussi, j’exige que fassiez la preuve de votre écoute envers les citoyens de votre comté et que vous quittiez les rangs du Parti libéral du Québec pour désormais siéger comme indépendant à l’Assemblée nationale du Québec.

Bien à vous,

Benoit Carré,
Laval

Je ne remets pas en question l’intégrité de Mme Charbonneau mais plutôt pour quelle raison a-t-elle accepté d’aller au front les 2 mains liés et baillonée puisqu’elle ne peut émetttre de blames.
Serait-ce que même une personne intègre peut quand même avoir un plan de carrière et aspirer à améliorer son sort.
Ou bien sera-t-elle assez forte pour confronter Charest et exiger le droit de contraindre et d’émettre des blames après quelque semaines de ce cirque Libéral.

Sans parler des millions que nous devrons verser pour ce show de boucane!

Honte à Charest et à ses libéraux!

Machiavel serait content de Charest et pour cause.

IL s’emploie à nous faire accroire ce qu’il ne saurait croire : que la commission – je n’ose pas dire d’enquête – enquêtera tout en ayant la finfinesse de ne lui donner que des moyens dérisoires, espérant ainsi des résultats assez mous pour ne pas ébranler son parti et le financement de son parti. Qui le croira?

De la foutaise cette soi-disant commission. On est drôlement mal pris avec Charest et Harper. Quand les québécois vont-ils se lever debout…et retrouver une certaine dignité. Moi, j’en appelle à la fierté de chacun.
Ensemble,on est capable de renverser le mouvement.

Si cette juge était complètement intègre et impatiale, elle REFUSERAIT PÉREMTOIREMENT ce mandat illégal conçu spécifiquement pour « couvrir » les exactions du PLQ et des mafiosos qui le supportent. Elle ne s’y résoudrait qu’en appliquant RIGOUREUSEMENT la Loi actuelle des Commissions d’enquête plutôt que cette OMISSION d’enquête… Bonne chance. « La vérité vous rendra LIBRES, le mensonge ESCLAVES »… de l’argent et des votes ethniques plutôt qu’ÉTHIQUES…

La commission Baillon.
Si les témoins ne peuvent être contraints, genre mafioso et si les autres témoins genre victimes ne jouissent pas d’immunité et si les commissaires non plus ne jouissent pas d’immunité et si comme certains l’ont souligné la partie des témoignages publiques ne peut traiter du financement des partis politiques car ce point serait seulement traité à huis clos,alors, You Ou Madame Charbonneau je crois que vous devriez étudier sérieusement la proposition de M .Lisée

Quelle honte, le Québec de Charest, devient une république de bananes en Amérique du nord. La magistrature, les forces de police sont aux ordres du premier ministre. Mme Charbonneau vous devez vous retirez rapidement de cette simulacre de commission, sinon votre réputation en sera entachée pour la suite de votre carrière. Tant qu’au président de la sureté du Québec, on comprend que ses intérêts personnels dictent ses propos. N’y a-t’il pas au moins quelques hommes ou femmes libres parmi la députation libérale? Le gouvernement Charest fait règner l’omerta. Et c’est sous ce règne que devra fonctionner cette patente à gosses que la juge Charbonneau présidera. L’hiver sera long.

Que la juge ne puisse blâmer personne, c’est impossible d’empêcher un juge de juger ! En tout cas on aura les éléments pour conclure nous-même !

Il faudra inviter des gens proches de la retraite ou des retraités, des gens qui ont compris que ça ne peut continuer ainsi et qu’il faut corriger la situation. J’aimerais bien qu’on commence par Hydro Québec, on peut même remonter des décennies en arrière !

Il faut continuer de dénoncer l’imbécilité mais aussi profiter de cette occasion ! Peu importe ce que ça coûtera, de toute façon on garoche nos argents par les airs depuis des lunes !

Il faudra garder des coupons ouverts car des invités de marques pourraient être de purs inconnus.

Au sujet du 25% d’appui au PLQ…
Nous savons tous que la communauté anglophone appuie massivement les Libéraux. Ce que nous savons moins, c’est à quel point cette situation les emmerde, au point ou on peut se demander s’ils ne veulent pas vivre, eux aussi, leur « vague orange ». Voici quelques extraits très instructifs d’un article de The Gazette (le lien suit à la fin).

« Take Louise Jarrold, a psychology teacher at Dawson College who lives in Dorval. After waiting her turn in the long line up to ask a question, Jarrold got her chance.

Another anglophone who turned up was businessman Peter White – most recently associated with the Action démocratique du Quebec party (ADQ). White boldly introduced himself to Legault as a « rare anglophone not blindly supporting the Liberals. »

Le PLQ a 25% d’appui, mais c’est un appui réflexe. Il y a un besoin pour une alternative pour peu qu’un parti en profite (Legault a de meilleures chances pour ça, malgré ses origines indépendantistes).

Un sondage Léger-léger révèle que la désapprobation de cette commission se retrouve partout, du Lac St-Jean au West Island, et dans toutes les tranches d’âge.

http://www.montrealgazette.com/life/Legault+takes+tour+Liberal+fortress/5577423/story.html

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiqueprovinciale/archives/2011/10/20111020-224002.html

Bravo M.Lisée, vous parlez pour moi, je n’ai pas la parole facile, mais que j’en aurrait a dire si seulement je pouvais.
Je me demande comment une femme MMe Charbonneau a bien put se laisser convaincre d’essayer de réparer les erreurs de ce ( PETIT) parti libéral si mal dirigé.LEs libéraux avec tous ces moutons=tonnes qui suivent en sucant le c.. de ce pôvre petit homme libéral, j’ai honte d’être québécois, je voyage beaucoup et mon pays est QUÉBEc , alors je recois beaucoup de questions.
PAR CONTRE il est tres facile de voyager en disant que mon pays est le quebec.La majorité des gens sont contents d’entendre

Le décret n’indique PAS la loi ou le règlement qui habilite le Conseil des ministres à adopter ce décret. Je n’en ai moi-même trouvé aucune sauf C-37 mais qui ne permet pas de lever l’immunité.

Je pense donc que le décret est simplement ILLEGAL.

Il faut faire préciser au gouvernement Charest sa BASE JURIDIQUE. Si c’est C-37, il faut une jurisprudence qui lui permette de retirer des dispositions.

Si vous être une personne de tête Mme la Juge Charbonneau, j’espère que vous aurez l’audace de faire plus qu’une commission d’enquête bidon ! Si ce n’est pas le cas, vous ne méritez pas votre réputation ou bien vous avez été utilisée à des fins politiques.

J’espère que Mme la Juge Charbonneau aura assez d’intégrité pour utiliser toutes les techniques legales afin de faire la lumière sur la corruption et la collusion qui touche tous les niveaux de gouvernement des Commissions Scolaires, au Municipal, au MRC jusqu’au Provincial.

J’espère sincèrement qu’elle ne soit pas simplement utilisée par les Libéraux afin de faire une commission BIDON qui nous coûtera des $$$$$$$$$$$$$$$$.

J’espère qu’elle est intègre mais aussi qu’elle a une foutue tête de cochon à la Charbonneau afin d’outrepasser les limites de son mandat et d’obliger certaines personnes déjà connues suite aux enquêtes … à se présenter sous sub poena afin de témoigner devant elle. J’espère que tous les témoignagnes seront filmés et disponibles aux médias ainsi qu’aux médias sociaux.

Si vous n’aviez pas ce cran…. vous auriez dû refuser d’être utilisée comme marionnette (à un salaire probablement plus qu’intéressant) des manigances de Jean Charest et de ses disciples.

Appelons cette commission la commission Omerta. La commission qui par son huis clos permet de faire silence sur des noms, des faits, des individus, sur leur liens. Cette commission est plus qu’une farce elle est une opération délibérée de camouflage. On peut quantifier l’adhérence des individus et des groupes a l’Omerta à leur approbation de cette commission. Cela inclus certains médias qui font partie de cette Omerta. Elle n’est pas faite pour conforter la population mais la base du parti libéral : anglophones, allophones. Elle vise à faire en sorte que cette base demeure fidèle au parti. Grace à cette base indéfectible Charest peut gouverner sans l’appui majoritaire de ce la population francophone.

Bonjour,

Tout comme disait un avocat hier sur les ondes de Radio Canada, il n’y a pas aucune Commission d’Enquête qui se ressemble car celle ci se doit de s’ajuster aux besoins immédiats. Et pour fermer le clapet à tous ceux qui hurlent désespérément depuis plus de deux ans en déchirant leurs dernières chemises, bienvenue dans le club des Sans Chemises, car la plupart d’entre eux malheureusement sont des patates de sofa qui carburent à journée longue à rechercher des bons show de TIVI quand ce n’est pas devant leur vieil ordinateur passé date que ceux ci se partagent ensemble, faute de pognon.

A quoi sert une Commission d’Enquête si nous considérons le simple fait que tous les Sans Chemises affirment haut et fort que tous les dés sont pipés d’avance ? Coudon ! Cela ressemble de plus en plus à du délire ! Et que fait on de l’État de Droits ? Et dans l’insignifiance totale oublier que les États furent fondés pour protéger les citoyens entre eux, comme dans la situation présente où le bon peuple veut du sang en criant et hurlant sa rage. Tout comme dans l’Antiquité !

En terminant, pour tous ceux qui déblatèrent furieusement contre le gouvernement Libéral, regardez la tendance structurelle dans les sondages et vous verrez la descente irrémédiable aux enfers du Parti Québécois qui n’est pas du tout conjoncturelle. Une Commission d’Enquête avec le mandat de fouiller 15 ans en arrière pourra fort bien expliquer la situation actuelle, n’en déplaise à tous ceux qui ont des cadavres dans le placard …….. Au plaisir, John Bull.

Au moins la commission d’enquête Charbonneau aura servi à quelque chose de constructif pour une future commission d’enquête publique. Voici pourquoi, tous les gens qui refuseront après s’être fait assignée à venir témoigner devant la juge Charbonneau et auront refusé, sera un indice pour cette future commission, que c’est témoin douteux ont des choses à se reprocher et par la suite ouvrir une enquête sur eux.

Bravo M. Charest vous êtes machiavélique, personne ne peut vous comprendre excepter votre garde rapprocher qui est dans le secret des dieux et moi. Au diable la dépense, vous voulez notre bien et vous l’aurez. Vous pouvez compter à l’avenir sur mon soutien dans l’avenir quoique vous disiez. Vive le Cheuf. Pardonnez-moi d’avoir douté de vous.

Pourquoi ne pas faire une enquête publique maintenant? C’est parce que, vous avez le bien du parti libéral à cœur pour son avenir. J’ai compris que vous vous faite passé pour une tête de Turc pour sauver le parti afin que lorsqu’il y aura des élections et que l’électorat vous aura profondément haï, le nouveau chef tel en sauveur promettera une commission d’enquête cette fois-ci publique. Vous êtes mon héros, M. Charest.

P.-S. Vous pouvez compter sur mon appui au Congrès en fin de semaine.

N. B. Ceci est une fiction ne lancer pas des tomates au pianiste. Merci!

Bonjour vous avez lu le billet d’Yves Boisvert ce matin sur cyberpresse..
Je suis inquiet.
Qui va arrêter Jean Charest?

Deux éléments à retenir.

1) Par la structure (procédures) de cette commission, Charest et cie admettent leur culpabilité au sujet du financement des élus Libéraux et du Parti. C’est évident. Remarquer que le PQ fait sûrement parti de la gaffe aussi.

2) Par l’acceptation de ce mandat Mme la juge devient une partie intégrale de la gaffe. Cette femme connait fort bien le dossier et sait ce qui se passe. Si elle accepte de jouer le jeu c’est qu’elle fait parti de cette réalité. Lui donner le bon Dieu sans confession est une grave erreur.

Maintenant pour le bon coté.

Pour mettre les choses en perspective, remerciez vos étoiles de ne pas être Américain. Charest à raison, au Québec c’est de la petite bière.

Aussi moviette que soit la Commission, peut-être permettra-t-elle de baisser nos coûts de construction (publiques) pendant quelques années. Dans ce contexte, la Commission est un bon investissement par les temps qui court et les projets de contruction sur la table.

Madame Charbonneau, les analystes qui commentent votre nomination à la tête de cet exercice n’arrivent pas à comprendre pourquoi vous avez accepté ce mandat. J’espère que la lumière sera faite avant qu’on ne vous associe à la manoeuvre vicieuse du Premier ministre. Seriez-vous, vous aussi une bonne Libérale ?

Suggestion très pertinente d’amorcer les travaux d’enquête par l’examen de l’octroi de permis aux promoteurs de garderies privées en 2008…

M. Charest vient de virer sur un dix cenne concernant les limites de la commission d’enquête. J’ai hâte de lire les commentaires des blogueurs qui le soutiennent, et surtout l’éditorial d’André Pratte qui vantera cette volte-face.
Vireront-ils tous sur un dix cenne eux aussi?
J’ai un image de danse en ligne. « Virez tous à gauche » « Un quart de tour à droite »…

DERNIÈRE HEURE:

Notre Premier Ministre, Monsieur Jean Charest a écouté les Québécois et les Québécoises et a décidé de donner plus de pouvoir à Madame Charbonneau.

BRAVO pour ce geste d’une rare magnanimité de la part de notre leader.

Madame la Juge,S V P.ne vous abaissez pas au niveau de Jean Charest en acceptant ce mandat tel qu’il l’exige,vous allez perdre toute crédibilité vous aussi!!!!!!

Merci Monsieur Lisée pour votre lettre. Mes questions sont les suivantes. Comment une juge comme Madame France Charbonneu peut- elle se laisser subjuguer par la volonté politique de quelques politiciens que ce soit ? Le conseil de la magistrature du Québec est-il a ce point
« marionnette-tisé » par un PM de province ?

Tout le monde dit que mme Charbonneau est la meilleure après l’invention des boutons à 4 trous . Moi je dis bravo au photographe qui a saisi l’image de Mme la juge, on dirait une peinture du temps de Brueghel, ne trouvez-vous pas?

Les plus populaires