L’ex-ministre du PLQ Marc Bellemare demade aux électeurs de voter pour le PQ

LACHUTE, Qc – Le retour du Parti libéral du Québec au pouvoir n’est «pas souhaitable», selon l’ex-ministre libéral Marc Bellemare, qui, dans les circonstances, incite les électeurs québécois à faire preuve d’une «grande prudence» et à voter pour le Parti québécois.

Dans une lettre envoyée dimanche, dont La Presse Canadienne a obtenu copie, l’avocat demande aux Québécois d’éviter de remettre les «rênes du pouvoir» dans les mains de la formation actuellement dirigée par Philippe Couillard, visée par de «nombreuses enquêtes criminelles» et qui ne mérite pas, pour l’instant, «l’absolution des électeurs».

Me Bellemare, qui ne s’est pas gêné pour critiquer son ancien parti au cours des dernières années, estime que les libéraux ont profité du plaidoyer de Pierre Karl Péladeau en faveur de la souveraineté pour tenter de faire oublier leur «bilan désastreux» en matière d’éthique.

«Le poing levé de Pierre Karl Péladeau (…) est un geste spectaculaire qui a fait basculer la campagne dans une fausse élection référendaire, écrit-il. C’est essentiellement la même équipe que (Philippe) Couillard propose aujourd’hui pour diriger le Québec.»

D’après l’avocat, l’actuel débat référendaire fait oublier le «fond de scène» qui a peut-être été perdu de vue par les électeurs, soit l’éthique ainsi que l’intégrité.

«Comme le gouvernement libéral de Jean Charest a ignoré pendant deux longues années la demande insistante de plus de 80 % des Québécois de mettre en place cette commission (la Commission Charbonneau), la juge Charbonneau a été incapable de compléter son mandat avant le présent rendez-vous électoral.»

L’ancien ministre libéral de la Justice ne craint que le «manque d’appétit du peuple québécois» pour un autre référendum risque de «redonner le pouvoir» aux libéraux, sur lesquels «reposent les soupçons les plus lourds».

«Le Québec ne peut d’aucune façon replonger dans le manque d’intégrité, sous peine de voir son économie en souffrir et le cynisme atteindre un niveau inégalé», écrit-il.

Me Bellemare, se dit «convaincu» que même majoritaire, la chef péquiste Pauline Marois ne tiendra pas de référendum dans un prochain mandat, sachant que la souveraineté n’est actuellement pas au coeur des préoccupations des Québécois.

«(Mme) Marois sait fort bien que l’heure n’est pas au choix entre un Québec indépendant ou le Canada, souligne l’avocat. De tous les chefs péquistes qui ont défilé depuis 50 ans, elle est sûrement la plus raisonnable et la plus pragmatique sur la question nationale.»

L’ex-ministre libéral, qui s’était prononcé en faveur du PQ au début de la campagne électorale, estime que le prochain gouvernement aura une tâche urgente à accomplir, soit «remettre l’État et ses institutions sur le chemin d’une intégrité sans faille».

«En attendant le rapport final de la commission Charbonneau, je suis convaincu que seul le Parti québécois est en mesure de mener à bien cette mission primordiale», estime Me Bellemare.

Ministre de la Justice lors du premier mandat du gouvernement Charest, Me Bellemare a été à l’origine de la Commission Bastarache sur le processus de nomination des juges de la Cour du Québec.

Il rappelle dans sa lettre avoir soulevé des allégations à l’effet que «les collecteurs de fonds faisaient la pluie et le beau temps dans le gouvernement Charest».

À Lachute, M. Couillard a refusé de commenter la lettre de Me Bellemare.

Les commentaires sont fermés.

M. Bellemare, j’admet qu’en matière d’intégrité, le PLQ ne donne pas nécessairement l’exemple. Mais vous conviendrez que le PQ ne donne pas sa place non plus. Le financement des partis politiques a toujours souffert d’un manque d’intégrité aussi bien au niveau fédéral, provincial que municipal. Les règles sont détournées et les partis trouvent des moyens de les détourner (prête-noms – enveloppe brune – trafic d’influence – collusion, etc.).

Que ce soit le PLQ ou le PQ, en matière d’intégrité, c’est du pareil au même. La question qu’on doit se poser est la suivante: Quel parti peut amener le Québec à la prochaine étape de l’économie mondiale. Le PQ ne cesse de cogner sur le clou de la souveraineté, qui n’est pas soit dit en passant la priorité d’au moins 60 % de la population québécoise. En matière d’économie, la dernière chose qu’on a besoin, c’est de l’instabilité politique ce que la souveraineté apportera à coup sûr.

M. Bellemare, je sais que vous avez une crotte sur le cœur et que votre ancien parti vous a laisser tout simplement tomber. Renier votre parti ou votre chef d’antan est une chose mais renier la philosophie du parti en est une autre. Est-ce que le PLQ a le bon chef, probablement pas, mais est-ce que le parti à la bonne idéologie ? Se poser la question est y répondre à moins M. Bellemare que vous ne soyez devenu un séparatiste. Dites-vous par contre qu’en matière d’intégrité, le Québec fait dur, très dur. Malheureusement il n’y a pas mieux actuellement au Québec et on devra composer avec le meilleur
des pires et surtout trouver un moyen de faire le ménage, LE GRAND MÉNAGE.

Anmianme,

Vos dites: Le PQ ne cesse de cogner sur le clou de la souveraineté, Etes-vous certain de cela ??? n’est-ce pas M. Couillard, qui martèle le message de la peur… En plus de ses Sbires… Même ma belle-soeur, qui, vous comprendrez, est très politisée !!!, croyait qu’en apposant son X elle donnait son accord à la souveraineté…. Très beau travail médiatique qui devrait renforcer sa motivation à élever la VOIX DÉMOCRATIQUE du favoritisme libéral…. Moi, c’est sûr, j’investis tout de GO, dans la cie. OTIS…. Elle a un bel avenir aprés le 7 avril…. Et la commission Charbonneau aussi, d’ailleurs….

Ah Oui, on essaie aussi de trainer le PQ, dans la chute corrompue, des 18 ministres et de leur parti… Je me souviens pourtant, lequel des partis a le plus contribué à assainir la politique et le financement électoral au Québec.

Ce qui est fascinant est que je me sens poussé, même si cela me semble évident, de mentionner que c’est le Parti Québécois… QUEEE VOULEZ-VOUS, on oublie tellement vite de nos jours…. ( 😉

Monsieur Bellemare m’a toujours impressionné par l’incohérence de ses propos. Un vrai « loose-cannon ». C’est justice qu’il appuie aujourd’hui le PQ.

Je voudrais bien comprendre son problème celui-là! À un moment donné, on aurait crû qu’il en voulait à Jean Charest. Un moment après, il en voulait au PLQ et maintenant, il semble en vouloir à la province entière en lui demandant de voter pour le PQ.