L’excommunication de Maria Mourani

En expulsant la députée Maria Mourani de son caucus, le chef du Bloc pose un geste lourd de sens. Un geste dont les effets sur le mouvement souverainiste élargi risquent d’en accélérer d’autant plus le fractionnement.

Photo extraite de YouTube.
Photo extraite de YouTube

En expulsant la députée Maria Mourani de son caucus, le chef du Bloc pose un geste lourd de sens. Un geste dont les effets sur le mouvement souverainiste élargi risquent d’en accélérer d’autant plus le fractionnement.

Le message envoyé est clair: sur la Charte des «valeurs québécoises» mise au jeu par le gouvernement Marois, aucune dissidence publique ne sera tolérée au sein des caucus bloquistes et péquistes.

Non seulement, dans ce «débat», on s’accroche obstinément au crucifix de Maurice Duplessis pour cause «patrimoniale», mais au Bloc, on semble aussi avoir adopté sa légendaire maxime du «toé, tais-toé» (1).

Bref, le grand débat de société que disent souhaiter le gouvernement Marois et le Bloc ne comprendra pas leurs propres rangs. Alors qu’il répondait aux questions des auditeurs à l’émission Pas de midi sans info, le ministre responsable de la Charte des valeurs québécoises, Bernard Drainville, disait d’ailleurs bien comprendre «une décision comme celle-là».

Quant aux citoyens en quête d’une politique «autrement» et de politiciens ayant le courage de prendre une parole plus indépendante sur des enjeux cruciaux, ils passeront leur tour.

La tactique,  en fait, est un grand classique. En sacrifiant le premier ou la première dissidente publique sur l’autel du discours unique, on fait comprendre illico aux troupes le prix à payer pour ce genre de choses. C’est l’agneau sacrificiel, dont le rôle est de servir d’avertissement.

Sur ce débat polarisant à l’extrême et au parfum électoraliste indéniable, certains y verront tout simplement une exécution politique nécessaire pour préserver l’image d’unité. D’autres y verront plutôt des airs familiers de purge appréhendée.

D’autant plus qu’ironiquement, cette expulsion arrive deux jours à peine après que le même chef bloquiste, Daniel Paillé, signait un communiqué invitant à ce «vaste débat de société», «les militantes et militants du Bloc Québécois», lesquels «se feront sans doute entendre au sein du parti ou à travers des groupes et associations».

«Je suis assuré», précisait même M. Paillé, «que cela se fera dans le respect et l’ouverture. Dans la diversité des opinions, certaines et certains voudront le faire à titre privé ou personnel. Cela enrichira le débat.» On notera ici aucune référence à la «ligne de parti».

Ajoutant à la confusion ambiante, le chef du Bloc lui-même n’appuyait toujours pas le «volet» de la Charte des valeurs sur l’interdiction élargie de signes religieux dans la fonction publique et parapublique.

Qu’à cela ne tienne, il punit fortement sa députée pour avoir fait précisément ce à quoi il invitait son parti : débattre «dans la diversité des opinions». De toute évidence, il s’est passé quelque chose de majeur entre mardi et jeudi pour que M. Paillé ait à trouver un prétexte pour expulser Mme Mourani de ses rangs.

Ce prétexte, il l’a trouvé dans une entrevue de Maria Mourani où la députée faisait état du danger que cette Charte soit vue comme une manifestation de «nationalisme ethnique» et affaiblisse par conséquent l’option souverainiste. Or, M. Paillé l’a plutôt accusée d’avoir elle-même comparé la Charte à du nationalisme ethnique.

***

Un crime de lèse-charte?

Cette excommunication pour cause de lèse-charte laissera un goût amer dans un mouvement souverainiste qui, hors des rangs du Parti québécois et du Bloc, abrite pourtant une diversité de perspectives sur cet enjeu fondamental tout à fait semblable à celle de la société québécoise dont il fait partie.

Et donc, hormis celui d’avoir accepté l’invitation de son chef à débattre du sujet, quel fut le vrai, l’ultime péché mortel de Mme Mourani?

Ce ne fut sûrement pas d’avoir défendu cette semaine la même position présentée en 2007 par le même Bloc devant la Commission Bouchard-Taylor. Rappelons que le Bloc y appuyait un cadre de référence pour les accommodements tout en proposant une «approche ciblée» sur le port de signes religieux limitant son interdiction aux employés dont les fonctions représentent l’«autorité de l’État».

Bref, le Bloc d’avant ce jeudi, s’opposait, comme vient de le faire Maria Mourani, à une interdiction élargie du port de signes religieux dans les secteurs publics et parapublics aux paliers provincial et municipal tel que le propose le gouvernement Marois.

Ce qui semble avoir nettement plus indisposé les deux partis frères est cette Déclaration des Indépendantistes pour une laïcité inclusive sur la Charte des « valeurs québécoises à laquelle Mme Mourani ajoutait sa signature. Sans compter les entrevues où elle reprenait l’argumentation de cette même Déclaration.

À cette enseigne, l’échange surréaliste au Téléjournal entre Maria Mourani et l’ex-députée Louise Beaudoin est un véritable morceau d’anthologie politico-télévisuelle. Pour visionner la vidéo, c’est ici.

Surtout, il illustre un différend abyssal sur deux grandes questions. 1) Ce qui constitue ou non un modèle de neutralité religieuse de l’État adapté à la réalité québécoise. 2) Les risques d’éloigner encore plus les communautés culturelles du projet souverainiste avec le volet «signes religieux» de la Charte des valeurs.

Ce différend, la même Déclaration pour une laïcité inclusive les expose d’ailleurs clairement:

– «Le gouvernement Marois «fait fausse route en proposant une charte des valeurs prétendument québécoises prévoyant l’interdiction du port de signes religieux par l’ensemble des employés de l’État» (…);

– «Notre opposition porte autant sur le fond de la question que sur la stratégie d’un parti politique souverainiste.»;

– «Nous sommes pour la laïcité, et inquiets d’une instrumentalisation qui la dépouille de son vrai sens et aura pour résultat de stigmatiser et d’exclure certaines communautés et surtout certaines femmes. Nous comprenons la préoccupation identitaire québécoise, tout en nous inquiétant du repli qu’elle alimente et de son exploitation électorale à courte vue.»;

– «(…) il est normal que les demandes d’accommodements soient balisées raisonnablement. Par contre, peut-on considérer comme du prosélytisme l’affichage passif de son appartenance à une communauté de foi ?»;

– «Un gouvernement indépendantiste devrait éviter de diviser inutilement la population mais aussi les indépendantistes eux-mêmes par des politiques dont le caractère discriminatoire deviendra de plus en plus évident à l’usage;

– Il devrait aussi éviter «de mettre en place des politiques qui feront en sorte que systématiquement des minorités qui se sentiront exclues et opprimées trouveront dans les lois du parlement fédéral une protection qui justifiera dans leur esprit la croyance que le Canada est le dernier rempart contre certains abus.» :

– Et enfin, qu’«il ne suffit pas de gagner la prochaine élection. Pour faire l’indépendance du Québec, un gouvernement souverainiste doit être le plus rassembleur possible; il doit donc embrasser large. Cela commence, selon nous, par des politiques acceptables pour l’ensemble des indépendantistes eux-mêmes.»

À noter qu’en plus de Mme Mourani, on trouve parmi ses signataires nul autre que François Leblanc, l’ex-chef de cabinet de Gilles Duceppe. On trouve aussi Jean Dorion, ex- député du Bloc, ex-délégué général du Québec à Tokyo; l’écrivain renommé Yves Beauchemin, Jocelyn Desjardins, ex-président du Nouveau Mouvement pour le Québec; Anne Légaré, politologue et ex-déléguée du Québec à Boston; Patrick Marais, ex-conseiller politique au Cabinet du Chef du Bloc; Robin Philpot, auteur bien connu et ex-candidat du PQ et Michel Seymour, professeur de philosophie et ex-président des Intellectuels pour la souveraineté.

Dans l’immédiat, l’expulsion de Maria Mourani – la seule femme députée du Bloc – lui fait non seulement perdre le quart d’un minuscule caucus décimé par l’élection fédérale de mai 2011. Elle le prive aussi d’une criminologue réputée et d’une députée montréalaise aux antennes pourtant indispensables au Bloc dans diverses communautés culturelles.

Mme Mourani – nommée d’ailleurs en 2012 Patriote de l’année par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal – est également membre- fondatrice du Mouvement Montréal français.

La rumeur courant de sa possible candidature à la prochaine élection québécoise, son congédiement du Bloc prendrait-il aussi des allures d’expulsion préventive?

Quant au mouvement souverainiste élargi – ou ce qu’il en reste -, cette expulsion expéditive confirme une chose. Le projet polarisant d’une Charte des «valeurs» taillée sur mesure pour tenter d’aider le PQ à remporter la prochaine élection provoque déjà – et provoquera encore – d’importants dommages collatéraux jusqu’en son propre sein.

Pendant combien de temps encore le Bloc et le Parti québécois pourront-ils contrôler leur «message» sur la Charte des valeurs en ignorant les voix discordantes de plus en plus nombreuses qui montent entre autres du mouvement dont ils sont issus eux-mêmes?

***

Dans cette vaste opération préélectorale, le gouvernement prend également tous les moyens à sa disposition pour disséminer son message dans la population.

Non seulement son impressionnant budget publicitaire de 1,9 millions de dollars payé à même les fonds publics rejoint même celui du Plan Nord des libéraux de Jean Charest. Même les «commentaires» laissés par des citoyens sur le site de sa «consultation web» ne seront vus que par le ministre Bernard Drainville et son personnel politique.

***

(*) Voir ici pour mon analyse de l’annonce officielle du projet de Charte des «valeurs québécoises». J’y avançais d’ailleurs, entre autres choses, l’hypothèse d’un mouvement souverainiste «déjà fragile et divisé» qui, avec cette Charte et la joute politique à laquelle elle est irrémédiablement soumise, «risque fort d’en sortir d’autant plus affaibli et écartelé».

(*) Quant au Manifeste pour un Québec inclusif réunissant des gens de toutes les convictions politiques, il compte plus de 4 000 signataires.

(1) Le «toé, tais-toé» de Maurice Duplessis serait en fait une reformulation essentiellement reprise pour caractériser la nature autoritaire de son règne.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

59 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je pense que cette dame, sans doute fort honorable, a eu des propos excessifs concernant ce dossier. Je comprends la décision du Bloc et je l’approuve car je considère que ce dossier c’est une affaire entre Québécois et que le fédéral, à travers ses institutions et ses partis politiques n’ont pas à se mêler de la politique interne du Québec.

Aucun fédéraliste n’a dit un traître mot sur la décision de la Cour suprême du Canada sur l’obligation des commissions scolaires francophones de déposer des documents en anglais SEULEMENT. (https://www.google.ca/search?q=Fran%C3%A7ais+en+colombie+britannique&ie=utf-8&oe=utf-8&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&gws_rd=cr&ei=S0EyUqD2Avin4APj-oD4BQ)

Où était leur indignation ?

La superstition est à la religion ce que le singe est à l’homme.
[Francis Bacon]

Devant l’indéfendable, vous tentez de noyer le poisson en nous balançant une décision de la Cour Suprême qui n’a rien à voir avec le sujet de la discussion?

Traiter Madame Mourani de non-Québécoise et même pire, de « fédéraliste »… Faut le faire!

Z’êtes désespéré de l’attitude des vôtres à ce point Denis?

Je vous comprends un peu car de la façon dont se développent les choses et vu le peu de préparation du brouillon Drainville, ça sent le roussi dans votre cabane.

Lors de sa déclaration initiale Mme Mourani s’est présentée comme faisant parti d’un parti politique fédéral, le Bloc Québécois. Je maintiens que les représentants d’un parti fédéral, quels qu’ils soient, n’ont pas à venir dire au Québécois ce qu’ils doivent faire ou penser. Quand Mme Mourani parle en son nom personnel, comme québécoise, je reconnait entièrement sa capacité à s’exprimer.

Quoiqu’il en soit, je continu à penser que ses commentaires sont excessifs.

Si vous croyez que j’essaie de noyer le poisson, c’est sans doute que vous vous sentez vous même comme un petit poisson dans dans un aquarium. Mais de mon point de vu, la décision de la Cour suprême que j’évoque montre bien comment encore une fois les réflexes des fédéralistes vont toujours dans le même sens quand il est question de la place du français dans votre foutue confédération que vous essayez de nous enfoncer de force dans la gorge. Le fait de soulever cette question m’apparait comme étant un excellent moyen de vous rappeler la poutre que vous avez dans votre oeil.

Alors s’il vous plait FRANÇOIS 1, cessez de penser à ma place et essayez plutôt de faire des raisonnements qui se tiennent. Ça aiderait à faire progresser le débat.

«La bêtise est infiniment plus fascinante que l’intelligence. L’intelligence, elle, a des limites, tandis que la bêtise n’en a pas.»

[Claude CHABROL]

Mme Mourani a comparé Mme Marois à M. Le Pen…intolérable. Mme Mourani a mérité ici son « excommunication » du Bloc…largement.

C’est une chose de vouloir séparer le Québec du Canada mais c’est une autre chose de le laisser aux mains des adeptes de la charia musulmane, qui veulent annoncer leur religion partout, au travail de l’État.

Si les Québécoises musulmanes conservent leurs signes religieux, les Québécoises catholiques pourraient s’en inspirer, en se coiffant, au travail, pour notre gouvernement provincial, d’une tuque ou d’une cornette avec une grosse croix dorée, bien visible, sur le front.

Mais bien sûr, si elle avait comparé Harper au lieu de la Marois à Le Pen, les choses auraient été différentes n’est-ce pas?

Votre fanatisme vous aveugle tellement que vous en êtes réduit à tenter de défendre l’indéfendable: le renvoi pur et simple d’une dissidente d’un parti politique qui se dit officiellement « ouvert à la discussion et inclusif ».

Vous faites pitié.

Bonjour,

Ben évidemment que l’excommunication de Madame Maria Mourani fera une vague de fond, une sorte de déferlante « vague » . Et quoi ? Duplessis, sortez de ce corps national qui meurt tranquillement pas vite de sa belle mort !…. Avec sympathie, John Bull.

Non M, François 1, l’enflure verbale est le fait de ceux qui sont contre la charte des valeurs québécoises. Je suis une immigrante et je suis parfaitement d’accord avec cette charte. J’aurais souhaité qu’elle soit plus rigoureuse. Pas d’exception. On pourrait croire que les musulmans immigrent au Canada pour échapper aux contraintes subies dans leurs pays d’origine. Il semble que non
puisqu’ils ont emmené dans leurs valises les moeurs moyenâgeuses de ces pays. Nadine Magloire

Gilles. Vous tombez dans l’anecdotique et le ridicule. Comment une personne coiffée d’une kippa, ou d’un foulard, ou portant une barbe, ou un tatouage repésentant le diable, ou un anneau dans le nez, etc. rend-elle son service moins compétant, moins efficace ou moins apprécié? Il y a une différence énorme entre l’État qui professe une appartenance à une religion (tels les régimes politico-religieux comme en Iran, par exemple) et un état laïque qui se dit neutre… mais qui laisse la liberté à ses fonctionnaires d’arborer quelconque symbole religieux qui soit. La première chose, si on doit aller dans ce sens, c’est d’enlever ce crucifix à l’Assemblée nationale. Ce symbole religieux clame au plus fort que l’État es catholique. Et ça, je ne l’accepte pas. Pas parce que je suis non-croyant, mais parce que je veux mon État laïque. Bravo à Madame Mourani pour avoir dit ce qui est sensible, raisonnable et juste.

C’est quoi une laïcité inclusive? Un État que l’on dit laïque mais où tous les employés affichent leur religion? Pourquoi continuer à interdire la propagande politique dans ce cas?

vous etes à coté. madame mourani demande de s’en tenir aux positions de la commission bouchard-taylor, autrement dit de laisser tomber la question des signes ostensibles pour les employés de l’état qui ne représentent pas son autorité coercitive.

Le gros bon sens quoi.

PS : cette position fait LARGEMENT concencus alors je ne vois pas pourquoi continuer a faire une tempete dans un verre d’eau, ya que quelques caribou qui s’énervent parce qu’il y a quelques éducatrices voilées dans parc extention…

Le mouvement indépendantiste n’est pas une secte. Pourquoi adopter le silence comme règle ? Est-ce pour mieux favoriser la méditation ? Après l’appui à Dion, l’exclusion de Maria Mourani est la 2 e erreur magistrale du BLOC qui continue de s’affaiblir. Avec des amis comme le Bloc on a pas besoin d’ennemis. La proposition e Maria est un bon compromis.

Mme Mourani n’a pas été exclue en raison de sa divergence d’opinion,mais bien parce qu’elle a contribué à propager l’idée que cette charte relevait de l’intolérance. C’est une façon lâche et stupide de mener ce débat et M. Paillé à eu raison de se débarrasser de cette députée constamment en mal d’attention médiatique.

parce qu’elle a relevé que la portion de la charte sur les signes ostensibles relevait de l’intolérence. Tout le reste de la charte, elle l’appuie sans réserve.

Qu’elle souleve le point que la question des signes ostensibles TELS QUE PRÉSENTÉS PAR LE PQ (pas le fond, la maniere, c’est une nuance) pouvait transmettre une image d’intolérence.

Pourquoi ?

parce que les chrétiens, celon ce qui a été déposé, n’auront pas de probleme avec la majorité de leur signes ostensibles mais que les musulmans n’auront pas droit au même traitement. C’est une bete question d’image, mais cette bete image est celle que l’on envoie en ce moment à ces communautés qui ne se sentent pas spécialement inclues dans ce débat.

Voici une petite définition du dictionnaire Larousse qui normalement devrait plaire :
Hérétique : « Qui professe ou soutient des opinions contraires à celles qui sont généralement considérées comme vraies ou justes dans un groupe déterminé. »

Actuellement, madame Marois n’a pas manqué de le rappeler hier à Terrebonne si je ne m’abuse ; que le projet de Charte québécoise de la laïcité fait consensus au sein des députés du Parti Québécois. Logiquement les députés Bloquistes se devraient de se soumettre à l’opinion générale. Et donc madame Mourani devrait se taire.

Du reste cette opinion consensuelle du caucus péquiste est apparemment partagée par un grand nombre de québécoises et de québécois. 56% (source TVA) de nos concitoyens sont pour le crucifix de l’Assemblée nationale et accueillent favorablement ce projet.

Selon TV5 monde, 65% des québécois francophones se disent en faveur de cette Charte.
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Quebec-politique/p-26239-Quebec-quand-la-province-se-penche-sur-ses-valeurs.htm

On peut écouter à cette même adresse sur ce sujet l’analyse de Jean Baubérot (historien et sociologue français de la laïcité qui connait bien le Québec) qui relève que la laïcité : « ce sont des principes et pas des valeurs » (….) « on va imposer une neutralité vestimentaire alors que le problème c’est beaucoup plus l’impartialité du comportement.» Il rappelle à cette effet que le rôle de l’État n’est pas d’être neutre mais bien d’être impartial en d’autres termes : juste, équitable, intègre, objectif, loyal. Lorsqu’un état neutre se doit d’être distant.

— Parle-t-on de la même laïcité ?

Ainsi l’État québécois cherche-t-il l’apparence de la neutralité (propos du ministre Drainville) par l’apparence vestimentaire alors qu’il ne peut garantir par les termes de sa Charte une quelconque impartialité de l’État.

En somme, le ministre Drainville et tout le caucus péquiste se mettent en contravention des principes fondamentaux de la laïcité. Ils ne prônent en rien les valeurs laïques lorsque ce que nous observons c’est plutôt un recul au niveau de l’identité interculturelle québécoise.

— Dans ce cas où se trouve l’hérésie ?

Sont-ce dans les propos de Maria Mourani qui défend les principes d’une laïcité ouverte et inclusive ou bien est-elle au sein même d’un groupe politique institué en gouvernement quoique minoritaire à l’Assemblée nationale qui soutient les principes inverses d’une une laïcité d’aspect fondée sur l’exclusion de toutes formes d’appartenances et d’apparences culturelles et religieuses ?

— Dans cette situation, même l’égalité citoyenne, notamment au niveau des sexes est-elle objectivement respectée ?

Qu’est-ce qu’une laïcité ouverte et inclusive ?

L’égalité citoyenne est celle où tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes obligations. On demande alors à tous les citoyens de respecter les mêmes règles. Il faudrait tout de même démontrer que certaines religions prévalent sur d’autres pour affirmer que l’égalité citoyenne est compromise sur la base des religions. Quand tous et toutes sont mis sur le même pied, où est l’inégalité ?

Je ne vois nul part dans le dossier de la Charte des circonstances où certains citoyens ont plus de droits et moins d’obligations que d’autres.

Si des citoyens décident de ne pas respecter les règles que d’autres citoyens respectent, je pense qu’ils doivent comme tous les autres citoyens assumer les conséquences de leurs libres choix. Préfèrent-ils plutôt profiter des circonstances leur permettant d’être considérés comme des «martyrs» aux yeux de leur religion ?

À ce que je sache il n’est pas question d’exiger de certains citoyens qu’ils abjurent et qu’ils se convertissent à une autre religion. Nous ne sommes toujours bien pas revenu au serment du Test de 1763.

Le prosélytisme religieux a très souvent, au cours de toutes les époques, engendré les pires et les plus cruelles violences. Or j’estime que de vouloir absolument afficher par des signes extérieurs son appartenance à une religion ou une autre, c’est du prosélytisme religieux qui n’a pas sa place au sein de l’État.

«Que répondre à un homme qui vous dit qu’il aime mieux obéir à Dieu qu’aux hommes et qui, en conséquence, est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant ?»
[Voltaire]

@ Denis Drouin

« Comme cul et chemise comme larrons en foire
J’ai vu se constituer tant d’associations
Mais il n’en reste qu’une au travers de l’histoire
Qui ait su nous donner toute satisfaction

Le sabre et le goupillon »

Chanson de Jean Ferrat

Depuis que je commente cette Charte sensée encenser les valeurs québécoises, je ne crois pas avoir utilisé ne serait-ce qu’une seule fois le mot de « prosélytisme », vous êtes complètement en dehors du champ. Vous demeurez envers et contre toutes attentes au niveau « de la croix et de la bannière » ; pas trop fort pour un esprit qui se prétend scientifique.

Vos propos relèvent de ce qu’on appelle en psychologie la « pensée intrusive » en d’autres termes vos arguments consistent à dénier la réalité pour vouloir imposer la vôtre comme seuls éléments auxquels se référer et qu’il faudrait par le fait-même considérer comme vrais. Par pitié Denis, revenez à la « toute simple » réalité. Celle que tout le monde partage sans la moindre distinction et saisissez que les gens ne viennent pas au Québec pour embrasser « vos » querelles Constitutionnelles, lorsque plutôt ils veulent retrouver le goût de la paix et le partager avec d’autres en toute réciprocité.

Ce que les gens veulent c’est pouvoir former ou reformer des racines solides et non pas se consumer dans de vaines joutes politiques qui n’arrangent que ceux qui ont tout à gagner (ne serait-ce que du prestige) par nos divisions.

Alors monsieur Serge Drouginsky écrasez-vous si vous ne vous sentez pas assez fort pour vous affirmer. C’est votre choix et je le respecte. Comme je respecte tous ceux et celles qui embrassent une religion ou une autre. Mais dans ce domaine comme dans tous les autres pans de la vie, la liberté exige aussi qu’on assume les conséquences de nos décisions.

L’État, comme le disait le sociologue Guy Rocher, n’a pas à assumer les choix religieux de ses employés si ces choix religieux impliquent des «choix radicaux» qui contreviennent au principe sacré de la neutralité de l’État. (Re :l’entrevue de Guy Rocher et Christian Rioux ; http://www.radio-canada.ca/emissions/samedi_dimanche/2013-2014/)

Si vous êtes si sensible à la division, ne devriez-vous pas envisager de vous rallier ? Mais votre égocentrisme flagrant vous pousse à faire toutes les pressions pour que ceux qui ne partagent votre opinion soient ceux qui se rallient à vous. Vous avez une poutre qui vous aveugle monsieur Serge Drouginsky.

D’autre part je comprends très bien que vous ne parliez pas de prosélytisme religieux. Le faire desservirait la cause que vous embrassez. Même si vous craignez comme le feu d’aborder le sujet du prosélytisme religieux, étant donné que vous n’êtes pas le dépositaire de la vérité absolue, il faudra bien que vous acceptiez que d’autres, dont moi en l’occurrence mettent ce sujet crucial sur le tapis.

Il est crucial que ce sujet, le prosélytisme religieux soit discuté car à partir du moment où une personne décide d’indiquer d’une façon ou d’une autre son appartenance religieuse par un signe qu’elle porte sur sa personne, c’est qu’elle désire témoigner de son appartenance religieuse, de sa foi aux yeux de tous ceux et celles qu’elle rencontre. N’est-ce pas cela du prosélytisme religieux monsieur Serge Drouginsky ?

Mais peut-être me direz-vous qu’une personne puisse se sentir obliger d’arborer un signe religieux non pas pour satisfaire les impératifs de sa propre foi mais pour plutôt pour satisfaire aux pressions sociales ou familiales de son entourage. Il se peut en effet que cela soit le cas. Alors les motifs ne seront plus d’ordre religieux et cette personne pourrait profiter de l’aide d’une personne compétente afin qu’elle puisse réussir à briser ces chaines qui l’obligent à adopter un comportement attendu.

Il ne faut pas minimiser la pression sociale engendrée par l’éducation et les coutumes, monsieur Serge Drouginsky . J’en veux comme preuve ce reportage à R.C. traitant des crimes d’honneur dans les pays limitrophes de la Méditerranée où une jeune femme fuyant les membres de sa famille, car ils voulaient l’assassiner pour sauver l’honneur de la famille, déclara tout bonnement comprendre et accepter qu’elle soit exécutée par ses frères ou ses cousins s’ils la retrouvaient.

Voilà jusqu’où peut aller le phénomène de la pression sociale et familiale. Je suis loin de «dénier la réalité» comme l’écrivez si faussement monsieur Serge Drouginsky.

En terminant je ne vous reconnais aucune compétence pour procéder à mon analyse psychologique. Attardez-vous plutôt à votre poutre. Vous pourriez être surpris des résultats.

« Chaque homme est responsable de sa religion. »
[Gandhi]

@ Cher monsieur Drouin,

— Vous vous ingéniez malicieusement à sans cesse inversez les rôles.

C’est vous qui cherchez à imposer votre vision à sens unique. Nullement moi. Je me contente de revendiquer mon « mon droit » d’être québécois tout en restant moi-même. C’est donc trop demander ?

N’oubliez pas que notre Première Ministre souhaite un débat serein. Où se trouve la sérénité dans vos propos accablants ?

Vous m’accusez une fois de plus à mots couverts de faire la promotion du prosélytisme religieux lorsque c’est tout le contraire, il n’y a justement que vous qui en parlassiez, qui ressassiez les même litanies comme un moulin à prière. Comment osez-vous me reprocher de dire ce dont je ne parle pas ? Vos propos relèvent du procès d’intentions et surtout de la malveillance irrévérencieuse.

Vous parlez ici de qui se définit comme du « prosélytisme passif » qui soit dit en passant est un terme ecclésiastique qui se réfère à votre culture. Le monde de la publicité est très proche du prosélytisme. Si vous arborez un chandail ou une casquette du Canadien — grand bien vous en prenne -, si ce n’est que vous faites du prosélytisme, vous contribuez à vendre le produit et développer la mystique du Canadien.

Il n’y a rien dans ce monde qui soit anodin. La couleur des vêtements que vous portez, si le fait que vos vêtements soient griffés ou ne le soient pas. La marque de cigarette que vous fumez, si vous fumez. L’automobile que vous conduisez. Même le quartier que vous habitez, en passant par les commerçants avec lesquels vous faites affaire ou la banque avec laquelle vous transigez.

Si vraiment vous souhaitez la neutralité parfaite. Vous devez exiger l’uniformité au niveau de costume dans la fonction publique toutes fonctions confondues et surtout exclure toutes formes d’ostentation quel qu’elles soient, religieuse ou bien pas. Et surtout interdire aussi les bagues (un signe très ostensible de pouvoir), les chaines, les boucles d’oreilles et les pendentifs. Même les tatouages devraient être prohibés.

Autrement si vous ne faites les choses qu’à moitié, vous vous enfoncez dans le mensonge, le déni et l’hypocrisie. Quant à moi, je ne porte rien de tout cela. Je suis à ce titre justement le parfait archétype de la neutralité. C’est pour cette raison que je suis tolérant envers tout le monde. — Pas vous ?

— Nota : Pour ce qui est de ma « poutre » pour vous paraphraser, une formule empruntée au Nouveau Testament si je ne m’abuse (votre fonds culturel), je m’en occupe. J’ai suivi voici quelques temps une psychanalyse. Mon « psy » doit habiter d’ailleurs dans votre coin. C’est un spécialiste de l’ethnopsychiatrie ; Il me fera grand plaisir de vous y recommander au besoin.

Prenez grand soin de votre âme et de cette minuscule paille qui pointe du bout de votre œil cher Denis, c’est la dernière chose qui nous reste le moment venu. Pas cette paille bien sûr, votre grand esprit 🙂

Bonjour,

Tout en vous disant un sincère merci pour ce vent d’intellectualisme que vous savez apporter sur ce blogue. Ce qui relève fortement le débat. Ce que certaines « alouettes en colère » auraient donc cette chance d’apprendre au lieu de se braquer et de faire un nationaliste québécois d’eux autres en ne voulant pas « sawouère mais craire » N’oublions pas que le nationalisme se rapproche du « tribalisme et rien de moins » que cet esprit de meute où tu dois marcher dans le rang et tout à fait au pas. Au pas Camarades, au pas, au pas, au pas ! Au fait, quel est le quotient intellectuel d’une foule soit en colère ou bien en liesse ? Quel est le quotient intellectuel d’un nationaliste qui fait du prosélytisme en gang pour la Cause dite nationale ? Ça prend des « schnolles » pour dire un NON retentissant à la tribu,cette bande qui carbure pour un drapeau dans l’unanimisme total. Au diable la Tuque et le Goupillon affirmait le Refus Global dès 1948, la Tuque autant que le «sabre »…….. Au plaisir, John Bull.

@ Cher John Bull,

Je constate avec joie que vous avez très bien compris le message, un grand merci pour vos mots d’esprit 🙂

Le Bloc a perdu le quart de sa députation. Bonne chose pour l’environnement non? Ils pourront dorénavant tous se rendre à Ottawa dans la même Smart!

Vous avez oublié le cas Michel Rivard, un « artisse carré rouge » comme les aiment les séparatistes péquistes qui a écrit il y a peu de temps sur sa page Facebook la chose suivante en parlant de la charte du village des valeurs péquistes: « «Cette charte réductrice et électoraliste me fait douter du peu de confiance que je me force encore à avoir envers le PQ…cette histoire de signes religieux est une tempête de sable dans un bénitier! Le Québec dont je rêve reconnaît le talent, la compétence et l’ouverture d’esprit, fussent-ils voilés, enturbannés ou cruciformés! Bout-de-Ciarge!!». Fin de la citation.

Or, par le plus pur des hasards, la citation a « mystérieusement disparu » de la dite page Facebook. Paraît qu’il se censure lui-même… Hum…

Et bien sûr, le gouvernement péquiste en place qui se veut ouvert aux discussions et inclusif et SURTOUT qui distribue les subventions à nos artisses n’y est pour absolument rien.

http://www.journaldemontreal.com/2013/09/12/michel-rivard-qualifie-la-charte-de-reductrice-et-electoraliste

La tournure que prend ce débat me fait craindre le pire de la part des indépendantistes, surtout dans l’éventualité où ces intégristes séparatistes devenaient, ô horreur, majoritaires. S’ils sont capables de telles ignominies minoritaires, imaginez un peu ce qu’ils pourraient tous nous faire subir s’ils devenaient seuls au pouvoir.

Votre intervention, Madame, est claire, explicite et factuelle et mets en relief plusieurs incongruités qui dévorent les fondamentalistes souverainistes qui tentent de nous diriger dans leur cage à homards sectaire.

Longue vie à toutes les dames Mourani de cette province.

Bonjour,

Certes, dans les faits, cette expulsion du petit Morceau de Bloc fera infiniment plus de tort au nationalisme québécois à l’interne que cette prétendue charte des valeurs proposées. Parce que la très grande majorité des intellectuels et des penseurs sont d’obédience libérale dans tous les sens. Madame Maria Mourani devient l’agnelle sacrificielle sur l’autel de la turpitude qui ne surprend plus personne face à ce nationalisme tout à fait ringard.

Ayant d’abord visionné l’entrevue de Madame Maria Mourani avec Madame Anne Marie Dussault, tout en étant légèrement surpris de « certaines libertés » que cette députés s’accordait, je n’avais encore rien vu lorsque je pus visionner l’entrevue de Madame Maria Mourani et de la foire d’empoigne avec la « précieuse insignifiance » de Madame Louise Beaudoin qui est tout à fait le pendant féminin de Monsieur Bernard El Latino Landry faisant le jars de lui même. Tout comme Madame Louise Beaudoin qui « force la note en » perlant peu naturel » tout en « pétant plus haut que le trou » ben évidemment dans le dialecte provincial.

Et maintenant, de quoi auront l’air les quatre pauvres « dépités » sur la Colline d’Ottawa ? Que dire d’un tel olibrius non élu comme Monsieur Daniel Paillé qui se permet de congédier une députée belle et bien élue dans une circonscription de Montréal. Et vis à vis de nos bons et fantastiques nationalistes du Québec qui s’acharnèrent si longtemps sur le $ 75,000.00 que le Parti Libéral accordait à Monsieur Jean Charest à même la caisse du parti, Monsieur Daniel Paillé se permet exactement la même chose en pigeant dans l’argent de la caisse du petit Morceau de Bloc ? Quelle farce monumentale deviendra ce parti nationaliste en tant que « chien dans le jeu de quilles à Ottawa » avec la tête en moins et seulement la « queue qui branle » ? Nobody knows.

En terminant, une fracture évidente vient à grands pas concernant le nationalisme québécois qui montre enfin au grand jour son nationalisme tout à fait ethnique. Comment des penseurs comme Messieurs Jean Dorion et Michel Seymour commencent sérieusement d’avoir de très « fortes réserves» face à cette prétendue charte des valeurs qui fait plutôt dans l’intégrisme d’un certain Code de Vie obligée à cet Autre …… Au plaisir, John Bull.

Maria Mourani a travaillé tres fort pour faire adherer beacoups d’immigrant a la cause souverainiste. Au début, on la voyait une ennemi de la communauté libanaise. Mais, avec le temps et ses efforts et sa patience, elle a reussit nous à rallier tous pour la cause souverainiste.
Maintenant, la souverainité a recu une claque.. 20 ans en arriere..
Ce qui nous differe du reste du Canada c’est exactement notre liberté de s’exprimer, avec ou sans ligne de parti.. C’est ce que Maria Mourani nous a montré et prouvé.
Cette charte nous divise.. Nous attendons que les gens se calment un peu car, nous savons que les vrais Québecois n’ont pas dit leur mot encore. Ceux qui crient et accusent maintenant sont les frustrés qui se font dicter sans refléchir ou comprendre les vrais enjeux.
Merci Maria pour tous ce que tu a fait, tu est une vraie indépendentiste libre et courageuse.

Une autre réflexion que m’emmène les discussions sur la charte que la péquisterie veut nous enfoncer dans la gorge: Montréal, ville cosmopolite et ouverte sur le monde n’a plus sa place dans le Québec hérouxvillois des Marois, Drainville et autres réactionnaires défenseurs de leur cage à homards.

Il existe de toute évidence une fracture profonde entre la Métropole moderne de la province de Québec et les régions (ROQ = Rest of Quebec!) qui vivent à ses dépens, tout comme le Québec vit aujourd’hui aux dépens du reste du Canada. Montréal souffre, à l’intérieur de la province de Québec d’un déficit démocratique injuste et ignoble et il est temps d’y mettre fin. Montréal n’est PAS une région. C’est une MÉTROPOLE!

Pourquoi un vote dans les Îles-de-la-Madeleine vaut-il 5 fois plus qu’un vote de Montréal?

Je crois qu’un mouvement indépendantiste montréalais serait de mise et seuls les montréalais pourraient (enfin!) décider de LEUR avenir, prélever LEURS impôts et même devenir à 11e province canadienne alors que le ROQ pourrait cheminer en solo vers l’abîme. Les hérouxvillois du ROQ cesseraient enfin d’être un boulet pour Montréal.

Le ROQ veut se replier sur lui-même? Parfait! Mais qu’il n’empêche pas la Métropole de continuer à se développer harmonieusement entre les différentes ethnies qui la composent.

L’attitude des séparatistes envers Mme. Mourani est une honte nationale et Montréal en sera la principale victime car c’est là que vivent principalement les communautés.

Montréal séparé du ROQ? Possible. Très très probable même!

Et combien vaut un vote de l’Île-du-Prince-Édouard par rapport au Québec ?

Vous devriez faire gaffe dans vos arguments.

«Lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide.»
[Confucius]

Voici que François 1 est devenu séparatiste, en faveur des voiles islamiques, quand il écrit : « Longue vie à toutes les dames Mourani de cette province.». Si Mme Mourani est maintenant virée fédéraliste, le PLQ devrait lui faire une offre.

Québec, terre des voiles islamiques, selon le chef du PLQ, M. Couillard, un spécialiste de la chose voilée, venant de son
vécu au Maghreb.

Madame Mourani est ma députée et j’ai une grande admiration pour cette dame. Cependant, elle a agi imprudemment en hâtant sa déclaration avant d’en parler à ses collègues du Bloc, manifestant un manque de respect envers ceux-ci. Dans une équipe tout le monde doit ramer dans le même sens. Agir de façon juste envers les individus exige que chacun paye les coûts de ses choix.

Ha Ha Ha… le lien montrant Louise Beaudoin qui pète sa coche au Téléjournal!

C’est la seule chose qui m’a fait rire jusqu’à date dans la chicane autour de la charte.

Vous avez dit pièce d’anthologie?

Ouais…je l’ai vu en direct et je n’en revenais pas que les séparatistes aient envoyé cette hystérique au front devant près d’un million de téléspectateurs.

C’était la pire porte-parole qu’ils aient pu choisir mis à part Gérald Larose…

Sans décret le gouvernement Marois a subrepticement poussé les Québécois en pleine campagne électorale, dans une campagne électorale « référendaire » dont les enjeux sont la laïcité de l’État et les accommodements religieux. Tous les adversaires du Québec, de la nation québécoise souveraine, sont tombés dans les pièges que sont en politique le délire, l’hystérie et la propagande haineuse, tous provoqués par le projet de Charte des valeurs Québécoises depuis trois semaines; une bénédiction pour le PQ. Ne reste plus qu’à fixer la date du scrutin quelque part en décembre prochain, jour où les dieux exauceront le voeux très cher de la Première ministre, Pauline Marois, ce que révèlent non pas les dieux mais les derniers sondages.

Il y en a qui voudraient bien que l’expulsion de la dissidente Maria Marouni soit « un geste lourde de sens » c’est-à-dire, sans doute, fatal pour le Bloc québécois. J’ai trouvé sur le web un article concernant cette dame dont le titre est très révélateur: LA CANDIDATE MARIA MOURANI ENTRE L’INCOMPÉTENCE ET LA COMPLAISANCE À L’EGARD DES ISLAMISTES »! C’est peut-être une bonne chose que le Bloc Québécois en est débarrassé. Ce n’est certainement pas le moment de faire entendre des voix discordantes, c’est plutôt l’heure de se serrer les coudes. Ce que les souverainistes ne semblent pas comprendre c’est qu’ils ne forment pas un groupe homogène. Ils leur faut ABSOLUMENT oublié leur divergences de vue, quitte à se séparer une fois l’indépendance achevée, Sinon le projet de souveraineté est voué à l’échec. C’est ce que d’anciens esclaves avaient compris pour faire l’indépendance d’Haïti. Après vogue la galère! En Haïti, c’est l, depuis, le conflit perpétuel. J’espère que les Québécois, s’ils obtiennent la souveraineté, ou plus exactement s’ils se l’accordent , sauront en faire un meilleur usage.

Une politique de laïcité n’est pas une entreprise intolérante délibérée. Mme Legault dans ses articles pratique des sous entendus choquants qui n’ont pas de raisons d’être. En reconnaissant par contre absolument la capacité de J.Legault à nous faire changer d’avis.

Cette politique de charte est crédible sur papier sinon qu’effectivement après réflexion elle doit être flexible, adaptative, évolutive. La charte Marois devrait focaliser sur l’interdiction des signes dans les postes d’autorité comme juges et policiers, interdire la burka qui voile le visage et parier sur le non port de signes chez l’ensemble des fonctionnaires par des mesures incitatives, pédagogiques sur les avantages de la neutralité de l’État quant à la cohabitation des religions.

J’ai changé d’opinion jeudi soir comme citoyen x, y z sur le web du fait que la complexité prime l’intention intégrale de laicité lorsqu’il y a des individus fondamentalistes isolationnistes ou militants radicaux, des croyants intermédiaires, des demi croyants qui ne se rendent pas compte de leur agnosticisme, des individus agnostiques non pratiquants, des gens athées passifs ou militants laiques convaincus. L’hypothèse de femmes voilées imprégnés culturellement par l’islam qui du jour au lendemain ne peuvent comme ça changer du tout au tout peut se défendre même si elle nous est déplaisante.
Même si en même temps au Québec il y a des femmes d’Afrique du Nord qui militent pour une laïcité complète en vue du droit des femmes qui méritent un respect lié à leur expérience de résistance envers un islamisme algérien effroyable.

Envers les fondamentalismes il faut être vigilant sans sombrer dans le tout alarmiste, l’impatience forcenée envers des arrivants francophones d’Afrique du Nord est maladroit. Car à travers l’affaire Mourani, comment ne pas penser qu’on me permette ces majuscules exceptionnelles que si les immigrants, les Maghrébins majoritairement sont tièdes envers la souveraineté comment penser que leurs Fils et Filles voudront d’un pays du Québec si une politique laique se détermine comme très contraignante, coercitive provenant d’un gouvernement souverainiste ou nationaliste québécois??? Si les Kabyles Québécois peuvent comprendre la proposition de charte parce qu’ils ont beaucoup en commun avec la condition québécoise du fait d’appartenir à une nation minoritaire en Algérie. Du côté des Marocains ou Tunisiens arabophones immigrés au Québec imprégnés par l’islam de leur enfance souvent laiques mais associés à ce fond culturel les choses sont plus complexes.

Il ne faut pas voir que la patte du multiculturalisme canadien dans ce dossier dont on veut enlever la tutelle sur le Québec, il faut voir un ensemble d’aspects dont le
-Interdit d’interdire- de mai 68 qui rappelle que nous devons mettre en relation intérêt collectif et droit individuel avec beaucoup de doigté quitte à jouer une option dialectique thèse, antithèse et synthèse quant à une charte de la laicité.

Le gouvernement Marois n’a pas réussi avec son ébauche de charte à traduire cet voie évolutive de la dialectique. Il y a dans cette charte un déficit de cohérence, de considération de complexité. Complexité quant au droit des femmes à le mettre en état d’évolution progressive devant un état religieux qu’il faut savoir mettre en relation ingénieuse avec la modernité. Tout comme il faut savoir valoriser le pôle positif de l’identité commune nationale sans bouleverser les autres identités. L’expulsion de M.Mourani m’a enlevé mes derniers doutes sur la maladresse de la charte Marois qui met la défense du français à Montréal et Gatineau en dessous de la lutte contre le manque de neutralité de l’État face aux religions.

Il faut changer d’avis sur la charte chez les péquistes convaincus car elle va aliéner l’électorat francophone d’Afrique du Nord ceux qui protègent le français à Montréal pendant que les francophones de souche déménagent du centre de la métropole. Il faut comme souverainiste donner raison à M.Mourani sans renier le long travail sur la laicité.

CHANGER d’avis est possible. La Charte doit s’en tenir aux postes d’autorité. Et Mme Legaut peut aussi nous faire évoluer avec quelques réserves.

Vous expliquez par la complexité que vous démontrez que la proposition gouvernementale sur la question de cette charte est excessive. Vous évoquez également la force d’imprégnation de l’Islam sur la vie quotidienne de certains immigrants. Mais n’est-ce pas là justement les vraies raisons d’intervenir pour la fixation de balises claires. Vous le savez comme moi, ce sont les influences les plus subtiles qui s’infiltrent le plus dans le quotidien. Voulons-nous que l’État soit véritablement neutre au point de vue des influences religieuses ? Répondant oui à cette question j’affirme en corollaire que l’État doit impérativement se prémunir des démonstrations à caractère religieux de la part d’un secteur bien identifié de ses employés, surtout ceux issus des religions ayant une force d’imprégnation plus grande. Mais comme nous ne voulons pas faire de discrimination sur la base des différences religieuses, il est donc nécessaires de considérer toutes les religions comme étant égales.

Comme le disait Guy Rocher en entrevue avec Joël Le Bigot, dans un esprit de neutralité religieuse, l’État n’a pas à accepter les obligations religieuses édictées par l’une ou l’autre des religions.

Je crois que nos dirigeants politiques (tous partis confondus) appuyés par une fonction publique compétente sont très capables de gérer des situations complexes comme on le fait notamment pour les lois, les ententes internationales,le Code civile et la montagne de conventions collectives extrêmement complexes , etc. etc.

«La religion n’est autre chose que l’ombre portée de l’univers sur l’intelligence humaine.»
[Victor Hugo]

Copie de ma lettre au Bloc Québécois.

Ce n’est pas en expulsant la seule député femme et immigrante élue du Bloc que le Bloc sera en mesure de rallier un jour plus que 10% des nouveaux arrivants! Provocante oui Mme Mourani dans ses propos, il fallait faire l’effort de la garder dans les rangs.

Puis si le BQ dit se démarquer du PQ sur la laïcité, il devrait être conséquent avec son premier communiqué qui rejoint l’idée de M.Mourani si ce n’est il est vrai qu’elle a jeté de l’huile sur le feu.
Après l’accroc de la déclaration de J.Parizeau en 1995, il fallait de la diplomatie et encaisser les propos sur le
-nationalisme ethnique- cette fois d’une femme qui connaît la guerre civile qu’à connu son pays d’origine le Liban selon une division politique effroyable. La psychologie, il en faut en politique aussi!

Membre pas membre, un Électeur du Bloc en 2011 malgré la vague NPD s’exprime et rappelle le danger de mort du Bloc Québécois en 2015 après avoir reçue 23% des voix la dernière élection.

Je suis contre l’Expulsion de Maria Mourani.

Malheureusement, les bloco-péquistes sont en train de se transformer en version post-moderne de l’Union nationale : une machine électorale sans âme avec Pauline Marois métamorphosée en Duplessis en jupe. S’il faut éliminer des signes religieux ostentatoires, que les bloco-péquistes soient les premiers en enlevant la grande croix blanche du drapeau québécois.

Malheureusement, vous avez raison, une manoeuvre électorale, de toute évidence. Diviser pour régner. Les régions contre la métropole; les « pure laine » contre les autres. Ce parti semble se complaire dans la controverse et le dogmatisme. Gagner les prochaines élections en se mettant à dos une large partie de la population; c’est pas très rassembleur. Je suis découragé du climat malsain qui est en train de s’installer dans notre société. Je me méfie de toute forme d’intégrisme; ces gens agissent comme s’ils étaient les seules à détenir la VÉRITÉ.

@ JEMAR Pourquoi, à votre avis, les libéraux prennent toujours le parti des « multiculturels »? Les immigrants votent « libéral »,très très rarement pour le parti québécois qui est souverainiste. Leur indignation concernant la charte des valeurs québécoises est purement « ;électorale ». L’opposition est toujours systématiquement contre tout ce que fait ou propose le gouvernement péquiste. Ce dernier étant minoritaire comment diriger un pays de cette façon? Nadine Magloire

Bonjour,

Certainement que les dommages collatéraux résultant de cette saga seront exponentiellement explosifs dans les mois à venir pour toute la bande des nationalistes québécois. Cette expulsion du minuscule Morceau de Bloc ne restera pas dans l’air du temps sans faire de dommages. Et quelle dérision sera le lot de toute la gang de nos péquistes qui n’avaient surtout pas besoin de tout ça ? Madame Maria Mourani était le porte étendard de ce groupuscule, pour ne pas dire la « tête » de ce chien dans le jeu de quilles d’Ottawa.

Quelle moue, quels regard aura cette passionara souvent si théâtrale sur ses anciens collègues, soit ces quatre pauvres « dépités » en incluant le transfuge qui oseront encore une fois se lamenter contre l’Ennemi imaginaire Canadien dans la propre maison de cet Ennemi tout en recevant de plantureux émoluments de cet Ennemi de pacotille, faut bien le dire ? Ces pauvres bougres jouant à fond la victimisation dans ce Canada qui les sert si bien en les gavant comme jamais ceux ci aurait pu l’être dans leur Québec si fantasmé ?

En terminant, si nous prêtons oreille aux rumeurs ambiantes qui « trottent avec un bruit de sabots » dans le Québec nationaliste des régions, la grande majorité d’entre Eux n’ayant jamais VU de leurs yeux Vu un seul voile de leur vie autre qu’à la TIVI, la rumeur plane qu’avec de tels amis, nos amis les nationalistes québécois n’ont pas besoin d’ennemis. Et dire qu’en bout de ligne, les Canadiens demeurent les vrais amis de nos nationalistes qui s’inventèrent toute une « martyrologie » en jouant à cette victimisation dans le Canada. Car, pour ne pas faire mentir l’Histoire encore une fois avec nos Canadiens errants que sont les péquistes, les Saints Martyrs Canadiens dans l’Histoire en débusquant et traquant le mystère, ce sont nos amis les péquistes……. Au plaisir, John Bull.

Avez-vous vu la croix qu’elle portait au cou lors de la conférence de presse?
Un hasard ou un message?

Un message : les chrétiens conserveront leur droit d’exhiber leur appartenance religieuse dans la fonction publique. La croix qu’elle portait serait jugée par l’état comme étant trop petite pour être ostentatoire alors qu’un fichu sur les cheveux est ostentatoire.

Mais vous, et mois, avons noté cette croix. Même petite, on la voit très bien. Vous faites une belle démonstration du ridicule dont se couvre le PQ et la majorité des Québécois.

Une partie de votre commentaire explique exactement la raison qui m’a fait souhaiter voir le mot ostentatoire remplacé par le mot visible.

Par contre, si vous souhaitez être perçue comme honnête, vous devriez reconnaître que ce qu’envisage le ministre comme signes religieux acceptables, non ostentatoires, ne sont aucunement spécifiques à l’une ou l’autre des religions reconnues.

Mais pour fin de compréhension réciproque vous devriez vous assurer de bien connaître le sens du mot ostentatoire. Vous pourriez ainsi bien saisir la différence entre ce qui est ostentatoire et ce qui ne l’est pas. Ça pourrait vous éviter d’insulter «la majorité des Québécois».

La religion est la maladie honteuse de l’humanité. La politique en est le cancer.
[Henry de Montherlant]

Ce qu’envisage le ministre comme signes religieux acceptables est le port de petits bijoux. Les bijoux n’ont aucune fonction utilitaire. Ils ne sont que des apparats. Leur nature est strictement ostentatoire. Même petits sont portés pour captiver le regard.

Le turban des Sihks cache des cheveux qui ne sont jamais coupés. Si l’on force un fonctionnaire Sikh à ne pas porter le turban au travail, croyez-vous que ses cheveux longs jusqu’aux fesses ne dévoileront qu’il est Sikh ?

Je viens de lire les sondages, et je change donc mon texte – 49 % des Québécois se couvrent de ridicule.

Quel problème de société cherche à corriger le gouvernement Marois avec cette chartre des valeurs ?
Quel est le but réel de cet exercice ?
De quoi ou de qui avons-nous peur ?
Mao-Tsé Tong disait que la religion est l’opium des peuples. Quelle place Madame Marois veut-elle avoir dans l’Histoire ? Et à quel prix ?

«Mao-Tsé Tong disait que la religion est l’opium des peuples ». J’ai déjà lu la même chose, mais il s’appelait Karl Marx.

Les Musulmans viennent bloquer des rues au Québec, pour revendiquer le port du voile au travail gouvernemental, ce quoi pourrait inspirer les Québécois à bloquer les rues de Miami pour revendiquer le droit de porter le speedo aux marchés aux puces de cette ville au chaud climat.

Précisant mon propos qui a manqué un point. Je suis toujours pour la charte mais en retenant le critère des postes d’autorité de la commission B.T considéré par la CAQ. Il ne s’agit pas d’annuler la charte du gouvernement Marois, il s’agit d’opter pour une laicité modulée dans une part d’interdiction et une grande part incitative.

Une laicité à deux vitesses? Est t-il possible sans retenir le multiculturalisme canadien profondément ou sans opter pour une laicité immédiate complète trouver une voie mitoyenne, trouver une voie intermédiaire? Les carottes sont cuites par rapport au gouvernement? Oui et non, si le PQ favorise une stratégie électorale par ce dossier, il n’est pas certain qu’il atteigne le cynisme du gouvernement Charest par rapport à l’augmentation des frais universitaires. Le PQ s’il travaille sur la laicité à travers un calcul politique cela reste à voir s’il ira jusqu’au bout de son projet de neutralité de l’État en se rappelant que ce gouvernement a expérimenté le recul politique passablement depuis un an et que autrement la spécialité historique de ce parti ne se trouve pas du côté de l’aménagement des religions. Ce que le gouvernement libéral fédéral de PTrudeau en 1981 a fait en concoctant une constitution livrée aux juges et très ouverte à la liberté de religion. Ce qui a permis la crise des accomodements en 2007 comme la situation floue actuelle sur la cohabitation religieuse en société et la relativité des droits des femmes quant à l’immigration.

Toujours pour une politique de la laicité articulée sur le plan de la modulation, de la variation, de l’évolution et de la gradation. Actuellement la politique péquiste créé une tension qui voulue doit trouver ses limites, le dommage collatéral accepté du côté du Bloc si sacrificiel encaissé relève de la roulette russe quant au mouvement qui est à l’origine du PQ.

Évidemment la claque Maroni devrait amener P.Marois à mettre de la modulation dans sa charte à moins qu’elle ne veuille faire une -Jean Charest- d’elle même.

Je comprends votre point de vue mais je dois faire remarquer que les hauts cris de ceux et celles qui s’opposent à cette idée de charte semble bien faire son effet.

Comment cette hypothétique charte nuit-elle à ceux et celles qui décident de mettre la priorité sur leur foi religieuse plutôt que sur le respect des obligations civiques ? Quelqu’un qui adhère à une religion ne doit-il pas accepter de vivre avec les conséquences de son choix librement consenti. Pourquoi en serait-il autrement ?

On accuse le gouvernement actuel de tous les mots juste pour avoir permis à ce débat d’avoir lieu. Aurait-il fallut encore mettre le couvercle sur la marmite ? Aurait-il fallu attendre que des évènements malheureux obligent la société québécoise à ouvrir ce dossier extrêmement sensible ? Si tel avait été le cas nous pouvons être convaincu qu’on aurait encore une fois joué les martyres. On aurait reproché au gouvernement de profiter des moments de tension pour faire avancer sa vision politique. Mais peut-être que si le gouvernement était alors composé de pleutres, on aurait au contraire déclaré que les moments de tension ne sont pas propice à l’élaboration d’une politique nécessaire pour endiguer les dits troubles, remettant le tout aux calandres grecs une fois de plus. Est-ce là le courage de ne rien faire ?

«Il y a souvent plus de stupidité que de courage dans une constance apparente.»
[Jean-Jacques Rousseau]

Je n’en reviens tout simplement pas! D’abord, l’hypocrisie de cette soit-disant charte me laisse pantois… On s’attaque aux symboles ostentatoires des autres mais pas au crucifix de l’Assemblée nationale, symbole duplessiste par excellence qui rappelle la grande noirceur et l’omnipotence de l’Église catholique sur l’état québécois et qui n’a strictement rien à voir avec le patrimoine collectif du peuple québécois! Puis, on pousse l’audace à destituer une députée du Bloc parce qu’elle donne son opinion sur un sujet qui se veut une consultation du peuple!!! Mais dans quel univers vivent ces gens? C’est comme le fameux « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». Le Bloc qui est aussi moribond qu’un sépulcre blanchi se tire dans le pied et écarte une des seules qui a survécu au désastre des dernières élections… sur l’autel de la foi souverainiste en une laïcité hypocrite!

Tout le mérite de cette discussion sur la laïcité est parti en fumée avec cette double hypocrisie qui démontre sans l’ombre d’un doute que ce n’est pas la discussion que le PQ et le Bloc veulent mais bien la foi inébranlable dans une laïcité à 2 vitesses, genre de « Crois ou meurs » auquel nos ancêtres ont été abreuvés. La crédibilité de cette opération de manipulation publique vient d’être victime d’une défenestration de première classe!

Wow ! Un chausson aux pommes avec ça.

Ta clique 😉 je ne la connais pas. Mais une chose de certaine c’est que même si j’accepte l’idée d’une charte des valeurs, je ne me reconnais absolument pas dans tous les clichés éculés que vous nous présentez ici. C’est comme le gars qui pète sa coche parce que on lui a servi une cuisse et non une poitrine chez St-Hub.

On se calme et on respire par le nez. Ainsi peut-être trouverons-nous le moyen de s’écouter mutuellement.

«Une fois qu’on a passé les bornes, il n’y a plus de limites.»
[Alphonse Allais]

Bonjour,

Bien sûr, en ayant visualisé sur les deux chaînes de communication continue les reportages sur la manifestation d’envergure à Montréal consacre dans les faits de sa véracité crue les craintes de partition de Montréal du reste du Québec nationaliste du trognon et nous devons bien le dire : au trognon. Quel fossé entre Montréal et le restant du Québec qui confirme la « fracture officieuse » de ces deux mondes, de ces « régions si éloignées l’Une de l’Autre. Nous pouvions voir en direct sur LCN je crois, un militant ultra nationaliste comme certains sur ce blogue poursuivre en courant une manifestante portant un voile afin de lui arracher ou bien de s’en prendre à cette femme pour la violenter. Pour énormément de nationalistes québécois, un Hérouxvillois sommeille en Eux avec leur désolant Code de Vie. Tout comme bien des Hérouxvillois ont carrément « du péquiste dans le corps. Tout comme sur RDI, les images diffusées en boucles sur LCN frappaient l’imaginaire. Tout en se souciant de l’impact que ces images catastrophiques auront sur le reste de la Planète qui est bien au parfum de souventes exactions de nos amis les nationalistes.

En outre, afin de le dire de manière toute à fait crue, le « marché de l’immigration maghrébine » risque de se fermer à tout jamais pour le pauvre Québec reculé par le tonnerre. Les cris de gorge venant du Québec profond hurlant : Quin toué ! fusent de partout afin de fustiger les « pseudos invasions barbares » pour ne pas les nommer. N’est ce pas Monsieur Denis Arcand qui ironisait sur un certain nationalisme québécois en affirmant avec son expérience d’anthropologue : un peuple de Ti Coune. Car ce sont les nationalistes du Québec profond qui n’ont jamais pour la grande majorité VU de leurs yeux VU une seule femme voilée, un seul turban ou tchador de toute leur vie autre qu’à la TIVI.

En terminant, les médias du monde entier commencent à braquer leurs objectifs sur cette pantalonnade nationaliste. Et tout à fait électoraliste car le pouvoir se prendra par nos amis les péquistes rien qu’en « CASSANT DU SUCRE » sur les immigrants. Avec la flambée identitaire du Québec profond qui craint pour sa « culture » avec plein de fleurdelisé planté à côté des granges. Et pour paraphraser un militant nationaliste de Québec rencontré hier que reprenait la célèbre phrase de Monsieur Jacques Parizeau avec un brin d’ironie : Nous avons été battus par quoi essentiellement ? Par l’argent et les votes ethniques, aussi par les partisans des Nordiques ????? Au plaisir, John Bull.

Même les meilleurs personnes dérapes a l’occasion , je ne sais pas si son chef a eu un entretien avec Madame Mourani avant son expulsion , mais n’en demeure que son point de vue ne cadre pas avec l’orientation du partie
j’imagine que M.Paillé se retrouvera comme plus de 50% des québécois étiqueté de Xénophobe , Islamophobe et raciste.

Bonjour,

Tout en revenant d’un aller retour par affaires dans un ancien fief du Plateau Mont Royal, je pus dans la journée d’hier me mettre au parfum des perceptions des citoyens de la République du Plateau. Et par cette belle occasion, je fus à même de constater que les nationalistes québécois n’y courent pas les rues. Car ceux que j’eus l’occasion de connaître m’avouèrent candidement que leur choix présent dans la quotidienneté de Montréal est de raser les murs ou bien se « mettre un sac brun sur le coco ».

Effectivement que le Parti Québécois tout en voulant « s’artrousser le moral et le membership » se permit cette esclandre d’aller jouer à l’extrême droite sur l’échiquier politique du Québec. Qui ne se souvient pas en 2007 de voir nos bons péquistes faire les gorges chaudes du virage identitaire de l’ADQ vers l’extrême droite avec les histoires de cabane à sucre dont « icitte, les binnes se mangent avec du gros lard », ainsi que cette banale histoire des sapins de Noël qui permit au parti de l’ADQ de surfer sur les sondages et d’envoyer la gang de péquistes dans le poulailler de l’Assemblée Législative plutôt que nationale. Nos alouettes en colère trouvèrent le nid très inconfortable dans le poulailler sous les railleries des autres parlementaires.

En outre, le soir du 8 de Décembre 2008, en ravissant le précieux rôle de l’Opposition Officielle à l’ADQ, Notre Dame en Béton en grimpant sur l’estrade rejoindre ses disciples poussa un cri de délivrance en s’exclamant : On va être assez nombreux pour brasser « d’la mar…. ». Tout ça dans l’argot provincial de cette société si distincte. Et de merdier en merdier, toute la gang des péquistes se permirent d’y frayer jusqu’à devenir un gouvernement minoritaire. Pourquoi avoir amenée dans le décor cette pseudo charte des valeurs québécoises si ce n’est pas par électoralisme en courtisant le Québec profond, ce Québec rural nationaliste du trognon qui votait toujours Bleu comme dans les bonnes années de l’Union Nationale ?

En concluant, quadriller les rues de Montréal hier en après midi et soirée me permirent de rencontrer « bien des visages connus qui étaient fortement identifiés au nationalisme québécois il y a un peu plus de trois ans lorsque je quittais la République du Plateau. Et dire que maintenant,ces anciens nationalistes de tendances péquiste sont tout à fait honteux de cette esclandre électoraliste du Parti Québécois. Et l’expulsion de Madame Maria Mourani devient ce torrent qui fait déborder la coupe déjà trop pleine.

Tout en ayant maintenant cette confirmation des deux « solitudes », soit Montréal la moderne et le Québec rural et profond qui montre la garde tout en « watchant les étranges » comme les habitants nationalistes disent dans le dialecte. Toutefois, nous pouvons entendre Madame Françoise David ricaner tout en « ayant le fou rire » présentement. Car les cartes de membres de Québec Solidaire se prennent comme de petits pains chauds de la part d’une bonne frange des péquistes de Montréal qui ne peuvent absolument pas accepter ce virage péquiste de droite vers l’extrême droite. Au plaisir, John Bull.

Une question d’image, tout à fait! Il y a une marge importante entre la neutralité quant à des processus ainsi qu’à des façons de faire et le style vestimentaire. Ce n’est pas parce qu’on demande à une personne de changer son style vestimentaire entre 9hrs et 17hrs qu’elle adoptera l’attitude souhaitée auprès des bénéficiaires de services ou encore, auprès de ses collègues, il serait beaucoup plus rentable de s’assurer du savoir, du savoir-être et du savoir-faire des fonctionnaires et ce, peu importe les vêtements portés…L’habit ne fait pas le moine!

Premièrement il faudrait admettre a priori que les employés de l’État sont embauchés pour leurs compétences.
Deuxièmement, l’objectif d’une éventuelle charte dont il est question ici, n’est absolument pas de mettre en question les compétences des employés de l’État.
Il est essentiellement question de s’assurer que l’État soit perçu comme religieusement neutre dans tous ses rapports avec les citoyens. Pour ce faire il est nécessaire que les employés concernés démontrent sans laisser de doute cette nécessaire neutralité.
Même si nous constations que TOUS les fonctionnaires sont des employés exemplaires au niveau «du savoir-être et du savoir-faire» il n’y a pas de raison que l’État accepte de se plier aux exigences liées aux convictions religieuses personnelles de chacun de ses employés.
Il m’appert que la neutralité religieuse de l’État est une attitude la plus en accord avec la nature.

«Agis comme si la maxime de ton action devait être érigée par ta volonté en loi universelle de la nature.»
[Emmanuel Kant]

Je lis des commentaires extrêmement insultant et grossier envers ce que l’auteur appelle : « le Québec rural et profond […]»
Comme je n’habite pas le Plateau et que je vis dans un environnement pouvant rappeler ce «Québec rural et profond […] du Québec nationaliste du trognon et nous devons bien le dire : au trognon.»

Je pense également à de nombreux parents et à de nombreux amis qui n’habitent pas son Plateau d’antan mais bien ce «Québec rural et profond […] nationaliste du trognon […]

En quoi le présent débat sur le projet de la charte permet-il à cet auteur de ridiculiser ceux qui ne pensent pas lui ?

De sa narration de son périple au « Plateau » il ressort nettement que ses connaissances d’antan, puisqu’il semble qu’il se soit exilé « ailleurs », sans doute dans ce «Québec rural et profond», correspondent bien à sa nature profonde c’est-à-dire haineuse des uns et des autres surtout ceux et celles s’affirmant être Québécois.

Il me fait penser à cette image des vielles anglaises de l’Ouest de la ville se targuant d’avoir passé leur vie à Montréal sans avoir eu, pendant toutes ces années à prononcer un traître mot de français, ne se rendent même pas compte qu’elles n’ont fait que s’admirer le nombril alors qu’elles se croyaient en connexion avec le monde entier. Pitoyable vraiment. Comment porter un jugement alors qu’il est complètement aveuglé par ce sentiment pour le moins trouble.

Une question pour cet auteur : «si vous n’aviez pas bien encrée en vous votre haine viscérale des Québécois, auriez-vous toujours quelque chose à écrire ?»

«Les esprits d’élite discutent des idées. Les esprits moyens discutent des événements. Les esprits médiocres discutent des personnes»
[Jules Romains]

Alex a raison ici, l’habit ne fait pas le moine il ne fait que le cacher, tout comme les Musulmanes dont le voile cache les cheveux et les oreilles, objets des désirs masculins cupides, donc malsains, selon le Coran et la Charia.

Fait dire que certains voiles cachent aussi, avec un grillage, la face de la porteuse musulmane ou du musulman qui pourrait s’y glisser afin de mieux observer la société.

Bonjour,

Certes, ce n’est pas un paradoxe que de se poser la question soit comment nos amis que sont les trois pauvres « dépités » du minuscule Morceau de Bloc restant auront l’air « fou », auront l’air de « têtes heureuses et de méchants gorlots » dans l’enceinte Fédérale de la Chambre des Communes. Excepté le pauvre transfuge du NPD venu rejoindre la bande des quatre, ce que ces pauvres « dépités » auront comme crédibilité dans cette Maison de l’Autre, cet Autre que nos chers amis les nationalistes ont tant insultés en les traitant de traîtres et d’ennemis du Québec alors que ces supposés « ennemis du Québec » gavaient comme des oies nos goinfres québécois, soit en quelque sorte ces bactéries dévoreuses des riches pensions d’Ottawa avec le cul bien assis au chaud en Ontario mais « ben sûr le p’tit coeur au Québec » tout en vociférant.

En effet, le défunt Bloc Québécois se permettait cette largesse d’avoir le mâche-patates avec une déviation à gauche pour mystifier pendant plus de vingt ans nos nationalistes québécois. En se permettant cette fraude intellectuelle de surfer sur « des mesures de gauche » dans le « n’importe quoi» en sachant pertinemment que le « TOUT » ne les impliquaient nullement en étant une opposition éternelle. Et pourtant, combien de nos nationalistes québécois se firent bercer par ce show de boucane, ces pauvres nationalistes québécois qui ne furent sûrement pas les inventeurs des « boutons à quatre trous et des » SPRINGS sur les grenouilles ».

En outre, tout en étant dans la Maison de l’Autre, le fait d’être dans cette enceinte du « pseudo ennemi du Québec », nos amis du défunt Bluff Québécois devaient à tout le moins essayer d’avoir un « vernis d’ouverture envers les nouveaux venus » pour essayer de « TENIR LA DRAGÉE HAUTE » pour ne pas perdre trop la face devant la grande ouverture pan Canadienne. Le lien est maintenant brisé car Monsieur Daniel Paillé dans son intransigeance vient de se clouer au pilori du ridicule.

En terminant, sous le regard amusé de Madame Maria Mourani devenu « indépendante » et enfin libérée des lourdes chaînes de son nationalisme pourra à son gré, à son rythme personnel taper du pied en observant avec panache ses anciens collègues nationalistes qui ont cloué d’avance les clous de leur propre cercueil et qui vivront en direct d’Ottawa la lente agonie du minuscule Morceau de Bloc restant. Une sorte d’épitaphe pour un autre parti nationaliste du Québec mort au combat. Et comme disent les « nabitants du Québec des régions » : mort su la JOB……. Au plaisir, John Bull.

Tout ou rien. Cela ne représente-t-il pas la même chose?

Je m’explique.

Charte de la laïcité : tout symbole religieux est interdit, ou; tous les symboles religieux sont permis car l’Etat est neutre, indifférent aux manifestations religieuses de la part de ses employés. Seules comptent la performance de l’employé, sa compétence, son impartialité, sa neutralité dans l’exercice de ses fonctions.

Le crucifix à l’Assemblée nationale : Deworhs! Simple logique élémentaire.

J’aurais aimé assister aux délibérations du PQ avant l’adoption de cette Charte bancale. Quels ont été les facteurs déterminants favorisant une Charte des valeurs plutôt qu’une Charte de la Laïcité?

Je ne comprends pas ce choix pusillanime. Pourtant, Bouchard-Taylor avait bien suggéré une Charte de la laïcité.

J’en perds mon latin. 🙁

Bravo à Mme Mourani qui a eu le courage d’appeler un chat un chat. Cela n’a pas plu à tous. 🙂 A moi cela a plu.