L’image: à la plage dans le golfe, malgré la marée noire…

Il suffit de bien s'habiller...
Il suffit de bien s'habiller...
Les commentaires sont fermés.

Sauf que l’Alberta est partout avec son bitume et pas seulement sur les plages elle attaque le sous-sol et ses nappes d’eau et le ciel et les nuages qui s’écrase de pluie acide sur le Québec nos lacs nos rivière notre Fleuve et notre Golfe.
Donc des costumes Sac Poubelle style Alberta ça ne suffira pas car ces pollueurs s’attaquent à l’oxigène donc à notre droit vital de respirer .

Étudiants universitaires du monde entier parleZ à vos professeurs avant que les océans ne se remplissent de pétrole … car n’êtes-vous pas les futures hommes et femmes de l’offshore drilling mondiale ? Qui réfléchira qui ralentira si ce n’est pas vous ? A moins que la plus grande r ‘ évolution ne vienne des jeunes mamans qui veulent sauver la vie de leurs enfants ? SVP oubliez un peu le fric et les eXamens … beaucoup du destin des hommes et des femmes est entre vos mains car vous avez la puissance et les microphones et les grands mots et votre science si dangereuse …qu’en ferEz-vous maintenant que vous avez vu les dégâts imcommensurables que la science sans amour peut occasionner … ingénieurs du dé$a$tre pour combien de temps encore ?

Pour éviter de faire des boulettes et même si l’on doit gagner goutte que goutte, les smashes sont interdis, (les splashes aussi, bien évidemment).

Quelle marée noire?

Ah oui, les 700 millions de litres dans le Golfe du Mexique. Mais pas vraiment de « marée noire » a l’écran !

Vous savez combien il y a de litres dans un kilomètre cube d’eau?

-Mille milliards….

Et avec ses 1.55 millions de kilomètres carrés de surface ce Golfe doit bien contenir au minimum un million de kilomètres cube d’eau pour supporter ce déversement. Si ce pétrole était dispersé uniformément, on aurait une concentration de 0.0007 PPM (partie par million). C’est a dire 4.5 fois moins que sa concentration en uranium!

Ces combinaisons pour volley ball sont-ils à l’épreuve de la radioactivité?

http://www.oceanplasma.org/documents/chimie.html#La_Chimie

@Jean Yves Arès: vous avez entièrement raison de dénoncer l’utilisation du mot « marée noire » pour désginer le déversement de pétrole dans le Golfe du Mexique.

La marée, dans le Golfe du Mexique, apporte 1000 km cube d’eau. Le déversement de pétrole est de 700 millions de litres, c.-à-d. 0.0007 km cubes!

M. Lisée exagère d’un facteur 1, 400, 000 par son expression « marée noire ».

On devrait instituer un prix Goebbels de la désinformation pour dénoncer chaque choix de mots journalistiques complètement déconnectés de la réalité. L’expression « marée noire » pour désigner un déversement 1, 400, 000 fois plus PETIT qu’une marée réelle mériterait largement ce prix.

L’expression « activiste », ou « militant », si chérie à Radio-Canada, par exemple, pour décrire un islamikaze qui massacre 25 personnes en se faisant exploser, mériterait aussi un prix Goebbels. Ou l’expression « mur » pour désigner un « clôture » là où vous savez, se mériterait un autre prix Goebbels. Etc., etc.

@Jean-Yves Arès @ honorable
Deux chums se rencontrent dans la rue, heureux de se revoir. Comment va ta femme? -Elle est morte. -Oh, mon Dieu, et de quoi est-elle morte? D’un rhume de cerveau. – Ah, ben alors, c’est pas trop grave! Vos analyses et calculs sont certainement exacts. Il n’empêche que leur arithmétisation et leur distanciation leur donnent un petit côté, « c’est pas grave ». Avec tout de même et en plus le sous entendu, : « pas dans ma cour ». Je ne voudrais pas être dans votre voisinage de plage sur laquelle votre pied nu écraserait une seule boulette de goudron apportée par les vagues (censuré). Ça m’est arrivé, très désagréable (censuré). Vu de loin, pour vous, ce n’est peut-être pas une marée noire. Elle l’est pour les milliers de pécheurs et pour toute la chaîne économique en amont et en aval, elle l’est pour les plagistes et même par ricochet pour les employé(e)s des compagnies pétrolières. Sans parler des alligators des bayous, assez mécontents, merci. Même si la marée est matériellement plus petite qu’annoncée, elle existe, (sans parler du pétrole gisant au fond du golfe). Beaucoup de fruits de mer et beaucoup de poissons vont avoir un goût de pétrole pour des années. Et il faudra tester chaque pèche pour être sûr. Toute une chaîne économique sera touchée. L’emploi des gens du pétrole va aussi être atteint. Et tout ça, par la faute de responsables de plateforme, terrorisés à l’idée de devoir arrêter la production et (ahurissant) de risquer de réveiller les employés sur place en cas d’alerte nocturne intempestive. Un rhume de cerveau? Inutile d’en avoir un.
Cela dit,, il est peut-être un peu… comment dire, exagérer de comparer les reportages et les annonces sur (pour vous) le petit incident du Golfe du Mexique, aux reportages et annonces sur les attentats islamiques et le mur israélien. Vous avez raison en ce qui concerne les euphémismes radio-canadiens, Mais, les islamikazes et le Mur israélien sont tout de même d’une autre nature politique et historique que (toujours selon vous) les petits inconvénients pétroliers actuels.
Ps. Les talibans annoncent que pour s’ouvrir au monde et dès leur retour au pouvoir, qui ne saurait tarder, ils formeront une équipe de volleyeuses de plage pour les J.O de Londres, au plus tard pour le Brésil.

Il n’y a pas qu’une seule acception au mot « marée ».

Une marée peut être une « très grande quantité » de quelque chose.

Tout le monde est d’accord pour reconnaître le fait qu’une « très grande quantité » de pétrole s’est déversée dans le golf.

Peut-être que pour saisir toute l’amplitude du concept de « marée » il ne suffit que d’élargir un tant soit peu son horizon…

Pour relativer la marée noire eh bien relativons aussi un exmeple donné ici : 25 personnes tuées (et on pèse ses mots pas massacrées, tuées) il n’y a rien là car au yeux de la population mondiale ( 7 Milliards si je ne m’abuse) cela ne fait que insignifiant 0.000000357 %. ALors à quoi bon en parler et surtout amener cet exemple sur un sujet qui concerne une marée noire.

Si la marée n’est pas aussi noire et consistante qu’elle pourrait l’être, c’est directement relié à l’usage massif du dispersant corexit, strictement interdit d’utilisation en Angleterre…à cause de sa trop grande toxicité!

Quel était le but visé par la multinationale criminelle? Éviter une marée noire sur les côtes. Pour y arriver, ils ont pratiquement épuisé les réserves mondiales de ce composé chimique hautement toxique. (Poison)

Donc, l’image de la « company » a été ménagée au plus grand détriment de tout ce qui est vivant. Je suis de plus en plus persuadé que notre vie, celle des écosystèmes de la planète, est présentement entre les mains de psychopathes totalement aveuglés par l’appât du gain.

Les torts immenses causés dans le golf et partout ailleurs sur notre planète dévastée, sont volontairement dissimulés, camoufflés, minimisés. Si d’aventure quelqu’un décide de montrer le vrai visage du capitalisme démentiel planétaire, il ou elle s’expose à de graves ennuis. Les communautés qui se soulèvent contre leurs exactions sont persécutées et sauvagement réprimées.

Ne cherchez pas les barbares, adorateurs, serviteurs du veau-d’or, ils trônent, règnent en maîtres au-dessus de toutes les lois de la cité.

@gilbertduquette: l’essence vous a échappé. Il n’y a rien d’insignifiant dans le massacre de 25 personnes ou le déversement de 700 millions de litres de pétrole. Mais celui qui nomme “génocide planétaire” ces 25 personnes tuées exagère au même titre que celui qui nomme “marée noire” un déversement correspondant à 0,00007 % d’une marée réelle.

La profession journalistique perd en crédibilité en utilisant un vocabulaire complètement excessif pour désigner bien des évènements.

Le terme marée noire est le bon terme utilisé. Comme le dit si bien M. Charette dont je n’ai point besoin de réécrire le commentaire.

12 honorable :
août 2, 2010 à 14:23
@gilbertduquette: l’essence vous a échappé.
– – – – – – – – –

En parlant de la marée noire du Golfe…

Du plus haut risible. Héhéhé.

@ honorable, effectivement il faut ajouter le vas et vient de la marée, et sur une telle surface on parle de beaucoup d’eau!
Maintenant, je ne peux surement pas faire de reproche à J.F. Lisée sur l’utilisation du mot ‘marée’ pour désigner cette fuite de pétrole. Tous les médias l’utilisent, et chacun de ces médias l’utilise parce que les autres médias l’utilisent… JFL ne fait donc ce que tout le monde fait pour nous présenter sa capsule humoristique.

@ Julien David, vous dites de mes calculs : «leur arithmétisation et leur distanciation leur donnent un petit côté, “c’est pas grave”»
Le but de mon poste est de mettre en évidence que les médias, avec leur passion pour le drame, tellement plus vendeur, informent mal. Au point même de désinformer en ne donnant pas la juste mesure du drame. Car bien sûr il y a drame. Mais il faut relativiser son ampleur et le mettre en perspective si l’on a soucie d’informer plutôt que d’affoler. Entre autre, cette sur-dramatisation a comme effet d’apeurer le public et donc d’amplifier les dommages économique relié au tourisme.

Et je vous rassure, mes pieds nus ont déjà écrasé de ces merveilleuses petites boulettes sur les plages du Texas qui en étaient remplis, parfois au point d’être impossible de les évités. En fait ces régions sont bien habituer à voir du pétrole sur leurs plages dû aux multiples petits déversements provenant des plateformes de forage dont est criblé l’horizon.

@ Gilbert Duquet, dans votre exemple, pour que vos 25 personnes versus l’humanité puissent se comparer a l’actuel déversement il faudrait que ce déversement soit d’au moins 5 fois plus gros que 700 millions de litres annoncés.

Ou dis autrement, si la population de la terre représente toute l’eau du Golfe du Mexique le pétrole déversé lui ne représente pas 5 personnes….

@ Jean Yves Arès :

Vous vous trompez d’interlocuteur, car ce n’est pas moi qui ait amené cette comparaison mais Honorable, donc, si vous avez des remontrances à faire, adressez les à lui.

Pour fin de comparaison, moi j’opterais plus pour un poison genre métaux lourd dans le corps humain. En pourcentage du corps humain, le mercure est létal à 0.0296 mg/l. de sang. Étant donné que le corps en contient 60-70 ml/kg pour un poids moyen d’environ 75 kg cela donne : 4,875 l * 0.0296 mg = 0.1443 mg de mercure pour 75 kg. Ou 0,0000001924%.

Pour ce qui est du terme Marée noire c’est un terme ou expression consacrée et acceptée de tous comme une pluie diluvienne est une très forte pluie

Gilbert Duquette

@jean-yves arès. je ne me rappelle pas avoir lu les mots « black tide » dans les journaux relativement sérieux comme le NY Times. Ou, en tout cas, avoir vu cette expression bien moins fréquemment. Il vaut mieux décrire les choses telles qu’elles sont, sans vocabulaire théatral.

L’expression « marée noire » est tout-à-fait appropriée et c’est la raison toute simple pour laquelle on l’utilise, parce qu’elle est reconnue.

En français, le mot « marée » peut désigner « une très grande quantité de quelque chose ».

Je me permets d’insister sur la pertinence de son utilisation dans le contexte, considérant qu’une « très grande quantité » de pétrole pollue présentement la région du golfe du Mexique et même davantage. On peut l’observer sur image satellite! Espérons que nous éviterons le pire, que le méthane restera gentiment confiné dans les profondeurs. Sinon, ce sont des marées humaines qui seront transformés en « merveilleuses petites boulettes ».

Le prix « Goebbels » (criminel nazi) de la désinformation devrait donc être attribué à la multinationale B.P. qui ne cherche qu’à leurrer la population, préserver son « image », afin de protéger ses intérêts et de ne pas avoir à payer le juste prix, calculé en fonction du nombre de barils expulsés des entrailles de la terre.

Le prix Goebbels de la désinformation pourrait également être décerné à touts ceux qui feignent d’ignorer, tout en accusant injustement ceux qui tentent de conscientiser les gens.

En ce qui concerne ceux qui ignorent d’ignorer, je reconnais que certains cas peuvent sembler désespérés.

Test google sur « marée noire », pour identifier qui est sérieux, question vocabulaire et capacité de nommer les choses par leur nom, et qui l’est moins:

à « black tide New York Times », rien provenant du NY Times dans les 30 premiers sites. 0/4 (on pourrait aussi dire 0/30).

A « Gulf spill New York Times », les 4 premiers sites sont du NY Times. 4/4

A « Marée noire Le Devoir », les 4 premiers sites sont du Devoir. 4/4

A « déversement golfe Le Devoir », 3 des 4 premiers sites sont du Devoir. 3/4

A « Marée noire La Presse», 2 des 4 premiers sites sont de La Presse. 2/4

A « déversement golfe La Presse», 2 des 4 premiers sites sont du Devoir. 2/4

Le NY Times fait bande à part. Où bien il est plus sérieux et responsable (prudent dans son vocabulaire), ou bien il l’est moins. Je penche vers la première option.

Je n’ai pas besoin d’une autre langue pour valider ma langue maternelle. La langue française est extraordinairement belle, riche et faite d’innombrables nuances. Je crois que bien qu’évolutive, elle se suffit cependant à elle-même.

Quand je lis « il pleuvait des cordes » je comprends qu’il s’agit d’une figure de style, que des cordes ne tombaient pas du ciel. Toutefois, je peux imaginer que les innombrables gouttes d’eau de pluie, en l’absence de vent, tombaient tellement droites, abondantes et rapprochées qu’elles avaient l’apparence de cordes. Aussi,qui serait assez benêt pour s’imginer qu’un humour « décapant » pourrait provoquer le boursouflement du vernis des meubles.

Ainsi, à peu près tous les francophones qui s’adonnent à la lecture comprendront qu’une marée noire n’a rien à voir avec la marée haute ou basse, toutes deux soumises à l’influence de la lune et du soleil.

Vous cherchiez un équivalent à « marée noire » et vous avez trouvé « black tide » qui est le résultat d’une traduction littérale. Ensuite vous avez cherché des liens à partir de « black tide » sur Google. Vous avez constaté que « black tide » n’est pas tellement usuel et que « oil spill » est plus couramment utilisé.

Ensuite vous vous servez de cette constatation pour en déduire qu’un journal anglophone serait plus prudent et sérieux relativement au désastre en cours. Non sans avoir préalablement établi un rapprochement entre « Goebbels » et monsieur Lisée. Les journalistes francophones dans leur ensemble ne seraient, selon vous, qu’une bande d’irresponsables fabulateurs.

Quelle est le fondement de cette déshonorable calomnie? Le terme francophone « marée noire » sur lequel pratiquement tout le monde s’entend, utilisé pour désigner ce qui est probablement le plus grand déversement connu de pétrole. Celui-là même qui, additionné au dispersant corexit, empoisonne le golfe du Mexique, toute forme de vie, dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres et davantage, par les courants marins.

Quelle pitrerie!

La suite,

« Les scientifiques nous disent qu’environ 25% [du pétrole] n’a pas été récupéré, ne s’est pas évaporé ou n’a pas été pris en charge par Mère nature », a déclaré sur ABC Carol Browner, chargée des questions énergétiques et environnementales à la Maison Blanche et citée par l’AFP.
http://www.maxisciences.com/mar%E9e-noire/maree-noire-dans-le-golfe-du-mexique-les-trois-quarts-du-petrole-deja-elimines_art8613.html

La photo satellite la plus inquiétante présentée par Wiki,
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/Gulf_of_Mexico_oil_spill_May_17_full.jpg/440px-Gulf_of_Mexico_oil_spill_May_17_full.jpg

Pour mieux la situer collez ceci dans Google Earth: 28.755372° -88.387681°, c’est grand le Golfe!

Et quand je dis que l’horizon est criblé de plateforme de forage sur ces plages voyez ce que Wiki nous offre comme inventaire…
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/21/Gulf_Coast_Platforms.jpg

La « marée noire » (sic) mise en perspective:

Fuites naturelles de pétrole et de gaz naturel dans le golfe du Mexique: 150 millions de litres par an, ou 1 milliard 500 millions de litres par 10 ans.

Le déversement actuel, appelé « marée noire » par les sensationnalistes: 750 millions de litres.

Source: numéro du 5 aout 2010 de Nature, page 681.