L’image : acheteur d’accès à l’école anglaise

Le gouvernement Charest dépose aujourd’hui un projet de loi qui pourra jusqu’à tripler le coût d’acquisition du droit d’envoyer son enfant à l’école anglaise — en prolongeant la période obligatoire de présence à l’école primaire anglaise privée.

Un nouvel uniforme est proposé pour les parents d’enfants qui ont les moyens de s’acheter ce droit :

Il existe aussi un pantalon assorti, mais ce serait excessif.
Il existe aussi un pantalon assorti, mais ce serait excessif.
Les commentaires sont fermés.

Méfiez-vous des contrefaçons. Réservés aux seuls francophones fédéralistes riches du Québec, (l’allergie à l’enseignement en français est recommandée) cet ensemble a été initialement créé pour les Universités américaines: Harvard, Berkeley, Standford, Columbia, Yale, etc. ou pour le MIT), la veste (spécialement dessinée et rehaussée pour en éviter une à la sortie) et l’accessoire du bagage aznavourien -mince mais de valeur- sont en effet enrichis d’US dollars. Ces coupures sont toutefois reconnues et acceptées par Concordia, et naturellement par Mc Gill. Avant d’entrer dans ces grandes universités, ces vêtements de prix -indémodables et indéformables-, auront pu être exposés pendant trois ans, lors de défilés sur des passerelles au Québec. NB, Pauvres qui n’auraient pas la chance de bénéficier de l’aide de parents fortunés, s’abstenir. (De toute façon, y aura pas masse.)

Dis donc, est-ce le fils d’Elvis Gratton? Dieu que Falardeau et Michel Chartrand nous manquent!

Rien de surprenant ni de nouveau. Avec Charet et sa clique, tout peu s’acheter et à gros pris surtout.
Madame la ministre St Pierre, comme journaliste je vous respectais, comme ministre libéral vous me décevez énormément. Je croyais que vous aviez plus de respect pour vous même et pour nous.

vous verrez bientôt des fondations s’établir, financés par de riches mécènes canadiens-anglais, des fondations qui auront pour but de venir en aide aux familles voulant inscrire leurs enfants aux réseaux anglophones mais n’ayant pas les sous nécessaires…
réveillons-nous que diable

La position de Charest sur le dossier linguistique est en ligne avec tous les dossiers que traitent son gouvernement.
Une seule phrase la résume fort bien :
« Tout s’achète ,il suffit d’y mettre le prix. »

Charest nous raméne 40 ans en arrière et les organisations caritatives canadians paieront pour angliciser ces immigrants et ces colonisés francophones .
Chaque enfant anglicisé permettra pour toujours à sa famille entière de s’angliciser gratuitement sur le dos des Québecois
Les Québecois doivent comprendre qu’avec les fédéralistes ce sera l’anglicisation du Québec et nous réussiront jamais de franciser le Québec

À moins d’avoir un mononc’ riche les pauvres ne pourront pas se payer cet uniforme .

Ceux qui s’imaginent que l’augmentation prévue du coût d’achat d’un droit constitutionel va amélioter la situation du français n’ont rien compris au fédéralisme canadien.
Le fédéral dans l’exercise de son droit de dépenser va financer par divers programmes ces écoles de façon à en réduire le coût pour les parents. Et ainsi le nation building canadian se poursuivra.
Il faut une politique de principe: le Québec est une société de langue et de culture française et non une politique de marchand de tapis. Les services publiques, de santé, d’éducation et autres , sont offerts en français, sauf pour les anglophones qui ont droit à des services en anglais.

Monsieur Poupart le sait peut-être ou peut-être pas, mais il y a déjà des fondations qui s’activent à créer des fonds d’aide pour soutenir les pauvre gens menacés d’être obligés de faire scolariser leurs enfants en français. Au nom de la vertu bien entendu…