L’image de 15 h 15 : Charest offre des souliers aux enquêteurs de Bastarache

madoz souliers de
Laisser un commentaire

Cett image vaut les mille….maux que cet énergumène nous fait subir.

En langage courant ça pourrait tu être : Deux pieds une bottine ?

Sommes-nous surpris? L’expérience en tricot de Charest assure qu’il sait lacer.
Mon père gagne bcp plus cher que Charest et il ne peut se payer une maison en Toscane (coût moyen de 2M$). J’insinue rien ici, ce ne sont que des faits (vérifiables).
Marois et les autres avant et après savent lacer aussi bien.
Les meilleurs sont toutefois, les hauts fonctionnaires qui sont artisans de leur art depuis 25-30 ans.
Alors Peuple, continuez à dépenser du temps et de l’énergie à vous diviser entre la gauche et la droite. On n’est plus là.
C’est de la récréation et ils ne veulent pas que vous rentiez en classe!
On rit tellement du peuple qu’on ne se cache plus pour dilater cette rate tant sollicitée.

Pas surprenant que ce juge soit attaché
1. Avant d’être nommé à la cour suprême, M. Bastarache travaillait au même cabinet d’avocat que Jean Chrétien, à la fin des années 80.

2. Sa nomination à la cour suprême a été faite par le cabinet de Jean Chrétien, en 1997.

3. Après avoir quitté la cour suprême en 2008, M. Bastarache a rejoint le cabinet Heenan-Blaikie, notoirement connu pour être un employeur de seconde carrière pour anciens députés et ministres libéraux. Entre autres, Jean Chrétien y travaille actuellement.

4. M. Bastarache figure au sein du bureau de direction de la fondation Pierre-Elliot Trudeau. Y siège aussi M. Heenan du cabinet précédemment cité, Paul Desmarais Jr, l’ancien premier ministre libéral ontarien Bill Davis, Marc Lalonde, et le fils de Trudeau, Alexandre.

Est-ce raisonnable de penser que celui qui est censé apporter la lumière sur des nominations partisanes de juges ait pu lui-même profiter des ses amitiés libérales pour accéder à la cour suprême ? Est-il bien au dessus de la mêlée, pour juger d’un dossier touchant l’intégrité du parti libéral québécois, dont les liens très étroits avec le grand frère fédéral est irréfutable ?

Il est très logique d’avoir un doute (un gros doute est permis…), et dans ce cas, sa nomination à la tête de cette commission est totalement inacceptable.

Incroyable mais vrai ces amis de john James Charest

Les membres de la commission sauront-ils faire ressortir

Toute l’information, factuelle, sous-jacente et circonstancielle,

RELIÉE AU PROCESSUS de nomination des juges ET,

RELIÉE, EN PRATIQUE (dans la vraie vie) À CHAQUE NOMINATION PARTICULIÈRE.

Une information qui ne serait pas connue de la commission pourrait sûrement, si elle est ou semble suffisamment fondée, être publiée, sous toutes réserves, à titre d’information publique pouvant aussi être utile à la commission Batarache.

Une bonne fin de journée avec ça ?

Il vrai que Me Bastarache n’aura pas les deux pieds dans le même soulier. Dans un élan magnanime, M. Charest les lui accorde, mais dans un relent de mesquinerie, il les attache. C’est gênant de voir notre premier ministre agir ainsi.
A. Dupuis

@ MichelG:

Petit problème avec votre fumeuse théorie du complot: Jean Charest était un Conservateur au fédéral. Pas un Libéral!!!

Bref Bastarache est un Libéral certifié nommé dans un contexte partisan.

Assez drôle de lire La Presse ces temps ci, vous avez sans doute remarqué les commentaires (presque subtils) de Pratte et Dubuc sur la crédibilité de l’ancien ministre Bellemare, sous prétexte qu’il avait un comportement politique peu orthodoxe.

C’est quand ça se corse qu’on voit les vraies allégeances, mettons que là il ne reste plus beaucoup de doute.

À Francois 1
Conservateurs, libéraux… Êtes-vous sérieux? Clinton les 2 Bush sont copains-copains. Vous croyez vraiment que nos « élus » sont à couteaux tirés par principes, que la politique est une vocation motivée par les idéaux?
C’est pas Lévesque, Trudeau, Washington ou le Ché.
Non mais lolll. je m’arrête ici en vous invitant à revisiter le conte « Alice au Pays des Merveilles ».

Ce sont les souliers ressemelés que portait le ministre Bachand lors de la présentation du budget.

Il me semble y avoir anguille sous roche dans ces accusations très tardives de Marc Bellemarre et dans la réaction rapide et assurée de Jean Charest.

Ça semble très opportuniste sinon arrangé avec le gars des vues.

On verrra bien la suite.