L’image de 15h15: Dégraissage de l’État, le point de vue des vaches

Le groupe d’économistes conseil du ministre des Finances propose de réduire de 5,6 milliards les dépenses de l’État d’ici quatre ans. Voici la vache sacrée, après ce sacré régime.

Du lait à 2,5% (taux de croissance proposé des dépenses)
Laisser un commentaire

Pôôôôovre!!!! Skinnie!!!…C est vrai qu on peu pas payer pour notre vache et se payer en meme temps des économistes conseils (Think tank ou aruspices tous confondus.), des contrats sans appel d offre, des contrats divisés, des graissages de pattes, des tgv (Au pluriel..) des Olympiques, des voyages, des pertes d éléphants dans notre fond de pension, des primes de départ hippopotamiennes quand en haut ils se font clairés ou quittent la job…..Par contre!…..Si Skinnie mange moins elle vat produire moins de gaz a effet de serre! Ca fait ca de gagner…..Prout! Aie! Skinnie! Soies polis devant les les contribuables! Eque colayye! Mmmm!

C’est qui la grasse vache qui l’observe d’un oeil torve ?

L’entreprise privée qui lui bouffe son foin et sa moulée avec la complicité du fermier qui a les deux mains sur le tracteur ?

Le dégraissage de l’État devient une priorité dans les médias à chaque fois que le gouvernement du Québec négocie avec ses employés. Est-ce stratégique?

Un « hénaurme » pachyderme aurait dû symboliser l’État québécois d’une malheureuse vache.

Il y a plus de fonctionnaires per capita au Québec que n’importe où en Amérique du Nord et les services dispensés par ce système gauchiste sont au mieux avariés (voir le coût de nos routes de 45% supérieurs aux autres comparables et dont la qualité est affreuse, où la qualité de l’enseignement du système public qui produit des décrocheurs en série et des élèves qui peinent à comprendre notre langue, ou les corridors sales de nos hôpitaux qui servent de mouroir, etc.).

On doit dégraisser l’État et permettre au privé de compétitionner avec les services étatiques.

Quaqnd les contribuables mange de la vache maigre ils ne peuvent continuer d,engraisser les cochons au figuré ou presque