L’image de 15 h 15 : Le nez du Vérif dans les garderies

Lu ce matin dans La Presse :

Le Vérificateur général du Québec doit « mettre son nez » dans le processus d’attribution des permis de garderie et de places subventionnées parce que « ça sent mauvais ». Ce n’est pas le Parti québécois qui le dit, cette fois, mais bien un donateur libéral, Ezio Carosielli, propriétaire de 10 garderies privées. Cet avocat dénonce même l’existence d’un «marché de revente secondaire» dans lequel un permis de garderie pourrait atteindre 250 000 $, voire un demi-million de dollars.

En exclusivité sur ce blogue, la photo de l’escouade spécialisée du Vérificateur général en mauvaises odeurs, en plein entrainement :

Une équipe qui a du flair !
Une équipe qui a du flair !
Laisser un commentaire

Qquand nous avons lancé la garderie à but non lucratif qu’ont fréquenté nos enfants, c’était dans le but de leur assurer un milieu sécuritaire et stimulant.

Je suis bien naïf, parce que j’ai découvert hier en écoutant les nouvelles que c’est devenu une spécialité des gens d’affaires.

On en est rendu à acheter des garderies qu’on a pas l’intention d’opérer, ce n’est que por en faire un jeu de surenchêre pour faire du pognon en revendant notre permis au plus offrant, le plus cher possible.

Et curieusement, ce sont nos «compatriotes» issus de la même immigration que ceux qui opèrent des yatch qui semblent être le pivot de ce commerce.

Et qui a permis que des business de garderies prennent ainsi leur envol : Le PQ (la vierge offensée officielle) et les Leeberals qui vont bientôt être obligé de mettre toutes leurs froques au lavage tellement ils sont sales et qu’ils puent…

Les garderies, c’est pour que les enfants puissent passer leur petite enfance dans des milieux sécuritaires et surtout stimulants… en tout cas c’était comme ça. Dans mon temps. On l’a oublié je pense.

Pas besoin de se mettre le nez dans les « tsours de bras » pour voir que tout ça sent le corrompu!

On en rit mais quand c’est rendu qu’on fait le traffic de places en garderies ,ça commençe à ressembler à la Sicilia!

Très amusant.

Les renifleuses ce sont des Péquistes ou des Libérales? On a compris que les gars ce sont des propriétaires de garderies dans leur temps libre.

On se croirait dans un épisode des Soprano !Le marché noir des permis de garderie pendant un babyboom au Québec…Un permis à $150.00 se revendant $500,000 !Après on réclame les subventions et on nourri les enfants au macaroni sauce tomate et au lait bleu…

Nous étions prêts,prêt à vous baiser,prêt à vous mentir,prêt à tout démolir.Ah! les fédéralistes c’est três payant de l’être et ça demande surtout peu de talent.

Ça prend un nez fin. Pour un moment j’ai cru associer et voir se réaliser l’expression les « senteuses de pets »