L’image de 15h15: Le nouveau fouineur de l’OLF sur Internet

On apprenait cette semaine que le nombre d’infractions à la loi 101 se multipliaient sur Internet. Une entreprise ayant pignon sur rue au Québec et sur la toile doit y installer autant de français que d’anglais. Ce que ne font ni Urban Outfitters, Arc’Teryx, Club Monaco, Forever 21, etc.

Que fait la police de la langue ? Elle vient d’embaucher un spécialiste du cyberespace qui va en renifler chaque recoin linguistique. Sa photo, en exclusivité sur votre blogue favori:

(Source de l'image inconnue.)
(Source de l'image inconnue.)
Laisser un commentaire

En matière légale, rien n’est pire que de ne pas appliquer une loi ou un règlement. Cela ouvre la porte aux abus dont ceux auxquels devront s’attaquer avec vigueur la police du cyberespace.

Il y a des coins au Québec où l’on se croirait aux USA par la langue parlée dans les commerces et bien sûr par l’omniprésence des raisons sociales unilingues anglaises.

Un travail d’avenir que celui de policier de la langue : un long contrat qui risque de se voir renouveler souventes fois.

Et pour être efficace, la dénonciation ne saurait que participer au succès de l’exercice.

Enough is enough…

le site de urban outfitters est hors-d’usage depuis environ un ou deux mois justement parce qu’il doit être traduit.

On aurait pas besoin d’une «cinquième colonne» électronique si tous les messages du gouvernement étaient clairs en matière d’usage de la langue sur la place publique au Québec.

Un autre dossier au sujet duquel Charest est amorphe.

Une autre lourde pierre dans le plateau de l’écoeurement du monde, par rapport à ce gouvernement.

Pendant ce temps où est Christine ?

Pourquoi ne puis-je pas faire un site Web dans la langue que je veux au Québec si ma clientèle parle, exemple, le chinois, l’hébreu, l’espagnol ou l’anglais ou si elle n’est pas une clientèle nationaliste qui cherche à écraser toute forme de diversité?

Est-ce que ça se peut que notre clientèle-cible soit hors Québec?

Dans le cas d’un centre d’appels desservant que les États-Unis depuis le Québec, est-ce que la police politique de l’OLF va aussi aller dans l’entreprise pour dire qu’il manque de claviers QWERTY français-canadiens et de logiciels en français?

Pourquoi est-ce que réprimer et punir quelqu’un pour sa langue d’usage est-il mieux que les régimes qui répriment une ou des minorités ethniques ou qui interdissent des groupes religieux différents puisque différents de la majorité?

Liberté individuelle versus autoritarisme étatique et tyrannie de la majorité, encore une fois.

Facile , il s’agit de couper les vivres à la Police et aux Milices de l’anglicisation que paient Ottawa et même Charest avec nos impôts
Combattre l’anglicisation systématique individuellement est une perte de temps, reste à élire et financer seulement ceux qui imposent notre langue française pour qu’elle devienne vraiment la langue Nationale de tous les citoyens du Québec

Je dénonce la majorité anglaise qui veut essayer de m’imposer sa langue … mais moi-même, j’essaie d’imposer ma langue à mes minorités et à ma population*.

Vous n’y voyez pas une contradiction dans vos valeurs?
Faites ce que dis, pas ce que je fais…

*Car il y a aussi des Francophones brimés dans leurs droits de vivre, travailler ou être éduqués dans la langue de leur choix.

Certains propagandistes oublient que la langue française est la langue nationale au Québec et que le fait d’imposer sa langue nationale aux étrangers au Québec et à ceux qui veulent faire affaires au Québec est une question de paix sociale . Ce qui est inacceptable c’est que les canadians et leurs somis au québec avec nos impôts fédéraux anglicisent au Québec au lieu de franciser . Voilà le seul crime

Le groupe de pression Impératif Français a fait l’inventaire de plus de 200 commerces au centre-ville de Montréal ne respectant pas la loi 101 au niveau Internet.

Ce dossier des Sites web unilingue anglais est connu de l’O.Q.L.F depuis belle lurette.

Et pendant ce temps que fait Christine ???

Allez visiter le site web d’Impératif Français pour voir en totalité le millier d’infractions à la loi 101 au centre-ville de Montréal :
http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

Pour un bref aperçu (si vous manquez de temps), allez visiter ce lien:
http://www.youtube.com/user/montrealenfrancais

Gilles Thompson

Il faut appliquer la loi 101, la renforcer, l’étendre, l’appliquer. Nous devons être fermes et vigilents, une main de fer, dans un gant de velours. Surtout, ne jamais baisser les bras.

Je suis un passionné de langues et de cultures, incluant la mienne! Vivement l’indépendance.

«le fait d’imposer sa langue nationale aux étrangers au Québec et à ceux qui veulent faire affaires au Québec est une question de paix sociale»

Qui va se fâcher?

Personne ne veut empêcher personne de parler Ourdou à qui veut converser dans cette langue. Mais exiger que les sites internet ayant pignons sur rue au Québec possèdent une version française, c’est tout simplement normal.

La quasi totalité des États ont des dispositions linguistiques claires qui imposent leur langue nationale dans l’espace public. Et si vous ne le croyez pas Mathieu allez voir ce site vous allez avoir des surprises:

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/

Si vous voulez faire instruire vos enfants dans une langue autre que la langue Nationale, payez vous une école qui enseigne dans la langue de votre choix.

Mais si après vos enfants ne sont pas capable de vivre dans la société qui les a vus naître j’espèère qu’ils vous demanderont de leur rendre des comptes.

Le monde entier serait discriminatoire parce que tous les États cherchent par des dispositions législatives protéger et renforcer leur culture propre ?

Imposer sa langue aux étrangers n’est ni discrimainatoire ni abusif. Il suffit de savoir qui l’on est et de se comporter en conséquence. On dirait que c’est comme ça que réagissent l’ensemble des États dans le monde.

Accueillir les autres au sein de notre société c’est un signe d’ouverture. Ouvrir une auberge espagnole c’est con quoique vous en pensiez.

Dans des restos de la rue Sainte-Catherine Ouest
à Montréal, on doit signer un bordereau libellé
en anglais « in ». Reste à voir quelle compétence
on voudra bien reconnaître à une province
sur ce média.

C’est évident que les fédéralistes ont fait la preuve que la nation Québecoise n’a pas ce droit dans le fédéralisme canadian d’intégrer les immigrant en français ni ce droit sacré de vivre au Québec en français
En détruisant bêtement la loi 101 les fédéraliste détruisent l’unité du Canada et force l’indépendance du Québec
250 ans de mépris ça suffit

:
février 14, 2010 à 6:33
L’OLF n’a qu’à expédier une mise-en-demeure au monde entier!
» (François 1)

Surtout en Chine.