L’image de 15h15: Le TGV Montréal-New York

Montréal ne fait pas partie des destinations du grand plan d’Obama visant à raccorder des métropoles américaines par des trains à grande vitesse.  Votre blogueur prévoit cependant que les politiciens de Québec et de New York continueront à en parler à chacune de leur rencontre, comme ils le font depuis plus de 20 ans. Voici d’ailleurs une photo représentative du travail effectué.  On ne le voit pas parce qu’il est trop loin, mais sur le dernier pylone, il y a un travailleur avec une pelle. Dès qu’il aura terminé le nuage qui est devant lui, il s’attaquera au suivant.

Laisser un commentaire

De façon générale, les gouvernements pelletent par en avant. Et au prochain mandat, s’ils sont élus, alors là ils pelletent encore plus fort, jusqu’au point où ils soient perçus comme pelleteurs de nuages.

Le jour où le Gouvernement américain ira de l’avant avec un TGV en direction de Montréal, ce sera celui de notre annexion…

Il s’agit sans doute d’une photo prise lors de la construction du viaduc de Millau.

Une merveille !

Plein d’images sur Google.

La 30 ça fait trente ans. Le Chum (Ha! Ha! Ha!), le plan Nord s’cusez l’ébauche (Ha! Ha! Ha!, l’axe Québec, Montréal, Windsor (Ha! Ha! Ha!).

Par contre les nids de poule, les compteurs d’eau, le déneigement, ça avec les promoteurs privés après les tours de bateau, ça c’est bin correct.

La représentation de l’image projetée est exactement ce que depuis plusieurs décennies et dans pratiquement tous les projets, ce sont des illusions (des tours de magie qui affectent le cerveau de ceux et celles dont les cellules modifiées ne carburent qu’à des rêves chimériques qui passent à la « teevee » et qui en redemandent).

Greyhound n’est même pas inquiet.

Faut-il se surprendre du peu d’intérêt de l’administration Obama de relier Montréal à Boston et/ou New-York?

Les USA n’en ont rien à cirer du développement de Montréal, Toronto ou Vancouver.

C’est un peu comme pour la Transcanadienne entre Rivière-du-Loup et Edmonston, NB. Pourquoi Québec paierait-il pour construire un lien autoroutier qui amènerait plus de touristes Québécois vers le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse?

La voie qui relierait NY ou Boston à Montréal coûterait plus cher aux Américains qu’aux Québécois; ça prend pas la tête du Pont Pie IX pour comprendre que la voie ferrée serait beaucoup plus longue en territoire US, foi de… Rachid Badouri! Plus long de voie aux USA, donc coûts plus élevés aux USA…

Le TGV reliant Kuujuak à Gaspé, en passant par Val d’Or, a plus de chances d’être construit. Ce qui n’est pas peu dire…

Le Québec est retourné en déficit et le gouvernement a déjà laissé entendre qu’il entendait refiler la facture aux contribuables. Pendant ce temps, ce même gouvernement planifie la construction d’un train à grande vitesse (TGV) dans le corridor Québec-Windsor.

Les TGV sont présents dans près de 20 pays et leurs rails couvrent plus de 17 000 kilomètres. Pourtant, on retrouve uniquement 2 lignes de TGV sur la planète qui sont profitables: la ligne Tokyo/Osaka et Paris/Lyon.

Compte tenu de l’état des finances publiques croyez-vous vraiment que le Québec a les moyens de se lancer dans une pareille aventure ?

Bien qu’ils soient économiquement non rentables, plusieurs estiment tout de même que la construction d’un Train à Grande Vitesse peut se justifier par des motifs environnementaux.

Vraiment ?

En Floride, on a estimé que la mise en service d’un TGV utiliserait plus d’énergie que l’ensemble des voitures qui serait retiré de la circulation suite à sa construction.

En Californie, on a estimé que la construction d’un TGV fonctionnant à pleine capacité réduirait les émissions de polluants et de gaz à effet de serre de 0,7% à 1,5%. C’est cher payer pour un gain aussi minime. De plus, dans l’éventualité où le TGV ne fonctionnerait pas à pleine capacité ces gains seraient annulés.

Au Japon, depuis que le réseau de TGV a été inauguré, le transport par train a perdu plus 50% de son marché à l’automobile.

En Europe, la part du marché du transport de passagers par train est passé de 8,2% à 5,8% depuis l’arrivée du TGV.

http://www.cato.org/pub_display.php?pub_id=9753

Si planétairement, la reprise économique reprend son rythme d’avant la crise et c’est déjà fait en partie. Les Chinois achètent un million de voitures par mois, pas des voitures électriques même pas de hybrides. Dans quelques années (ça va venir vite, très vite) le litre de gaz dépassera les quatre/cinq dollars. En Europe ils flirtent déjà avec les deux dollars. À ce moment là, on reparlera, non seulement de transport collectif en train électrique mais on devra repenser culturellement notre liberté de circuler à notre guise. Et que peut être @David, les TGV deviendront-ils un luxe.

TGV = Dépassé
Les monorails coûtent 3 fois moins chers et mieux adaptés à l’hiver
Et seul un Monorail Gatineau Québec Lac Saint Jean Gaspé et Montréal terre DeBaffin serait rentable pour le développement du Québec et si les Ontariens veulent un TGV qu’ils s’en construisent un , Obama aussi entre Miami et la frontière Québecoise avec transfert de ses victimes dans notre élégant monorail
L’avenir est aux Monorails

Ah J’oubliais la rentabilité = Et Monorail Québec peut servir au développement rentable des éoliennes partout sur le territoire Québecois en rendant rentable avec les touristes nordiques ces Monorails

En matière de production d’énergies vraiment vertes, je crois que nous devons voir très grand, parce que c’est là que se situe l’avenir, si nous décidons d’en avoir un. Les modes de transport collectif sont à privilégier. Selon moi,le Québec aura avantage à développer des lignes ferrovières nord-sud. Toutefois,si nous pouvions relier Montréal-Québec assez rapidement, ce serait génial…

Bien sûr, tout cela coûte très cher, mais ça représente beaucoup, beaucoup d’emplois durables et un puissant stimulant économique. Nous sommes capables!

Le p’tit train train du nord a été le fer de lance du développement des Hautes-Laurentides. Une formidable épopée! Puis, sont arrivées les automobiles, mais les trains reviendront par la force des choses.

Le monorail est la voie, du gros bon sens. Je comprends que des gens aient mis beaucoup d’énergies à faire avancer le projet de TGV au Québec, mais au lieu de voir ça comme un échec, qu’ils le voeint comme une transformation du projet initial vers une réalisation plus valable pour le Québec. Et pourquoi pas reprendre le flambeau et l’implanter auprès de leur partenaires ontariens? C’est plus réaliste. Pas d,expropriation de terrains, des assises bien solides dans le sols. Pas besoins de tout réaménager les infrastructures et beaucoup plus rapide à déployer. Il sera pratiquable dans toutes les conditions climatiques y compris les inondations, tempêtes, verglas etc. Tout ça en consommant notre énergie (on devrait le réaliser ici et le vendre aux reste du cananda et aux américains à qui en plus de la construction on pourra vendre l’énergie pour son fonctionnement, peut-être bien qu’on trouvera des acheteurs ailleurs avec la fonte des glaces de l’artic la chine et la Russie et pourquoi pas l’europe, le mexique etc). On a ici, une bonne idée, du savoir des ressources suffit qu’on arr^te les guerres de clocher de c’est à qui le plus fort la poche et qu’on fasse en sorte que ça profite à tous les québécois. Pourquoi pas une Coopérative québécois, avec des partenaires privés pour ça réalisation. Chacun y trouvera sont compte. Pas juste les bâtisseurs mais les utilisateurs. Faut battre le fer quand il est chaud, politiquement économiquement le momentum est là. Quand il y a crise les gens se préoccupent d’investir dans des projet rationnel.. après quand ils se pensent riches ils se remettent à gaspiller. Il faut que ça servent au transport des biens et des personnes. Pas tanné des nids de poule? On ne va pas se départir de nos routes on fait juste y construire une voie interrurbaine plus vite, moins cher, verte, et partout. Dans 10 ans vous direz comment ça qu’on a pas fait ça avant, c’était tellement évident. Le Québec c’est grand, on a tous tout a gagner à le développer au complet. On a des richesses qui dorment, si vous ne vouler plus que se soit les autres qui viennent les exploiter prenez le train de l’avenir et réalisons notre potentiel.

J’AI COMPRIS c’est fou c’est en me relisant que j’ai compris, ça a ben l’air qua est pas vite vite le dimanche.
Qui est-ce qui va mettre le plus d’oposition au projet du monorail et pourquoi?????
Ceux qui ont déjà investie pour acquérir les terrains du tracé du projet du TGV Québec-Windsor c’t’affaire… gageons qu’ils ont déjà des offres d,achat acceptés ou des acquisition de faites sur les terrain du tracé du projet Montréal-New-York.
Eh! bien ils rentabiliseront leur investissement en réalisant un monorail Montréal-New-York privé s’ils le veulent, ça va couter moins cher, y vont faire du profit plus vite. Probablement plus qu’avec juste la revente des terrains. Tout n’est pas perdu pour les terrains Québec-Windsor puisqu.il y aura un boom dans le développement, ils les revendront pour des projet immobiliers, autant commercials que résidentiels, pourquoi pas des coopératives pour immobilières? Des fois c,est long mais il y a toujours une explication à toute.