L’image de 15h15: Mémo à Duchesneau (1)

L’ex chef de police Jacques Duchesneau est désormais à la tête d’une brigade anti-collusion qui vise à empêcher les contracteurs de contourner la loi. Ce blogue ayant toujours comme objectif d’aider les forces constabulaires à arrêter les forbans, voici une première pièce à conviction qui démontre comment les fraudeurs contournent impunément les règles gouvernementales:

fraude

Laisser un commentaire

Avant que Jacques Duchesneau trouve son bureau , ait embauché son personnel et que lui donne un budget , les $4.2 milliards de contrats auront tous été accordés selon la bonne vieille méthode qui fait l’affaire des libéraux et rempli allègrement la caisse électorale du PLQ ! Cet escouade ne servira que pour les contrats accordés en 2011 et si l’on additionne tous les budgets accordés a ces différentes escouades éparpillés et travaillant en vase clos , elles vont coûter plus cher qu’une VÉRITABLE ENQUÊTE PUIBLIQUE et INDÉPENDANTE avec tous les pouvoirs judiciaires appropriés …. Tous ce que Jean Charest fait pour éviter une enquête publique est d’une mauvaise foi incommensurable et donne dans la malhonnêteté intellectuelle ! Ce qu’il doit avoir peur notre grand batisseur mais heureusement , les contribuables réclament toujours une enquête au niveau de 84% selon le dernier sondage TVA ….

Des dizaines de solution sont possibles pour exclure la collusion.

La photo démontre très biens ce que sont ces tricheurs.

La solution: 40 pieds de planches cloutées de chaque côté de la barrière avec radar photo.

Sa dompte son animal ça!

Encore plus efficace: Le radar photo seulement avec 500$ d’amande!!!!!

Trois mois plus tard les tricheurs se mettront à genoux pour payer à la barrière.

Démolir c’est bien plus facile que de construire.

« Récupération de la contestation » entre amis d’un même pouvoir qui nourrit bien la main du mensonge et de la corruption orchestrés.

Enquête publique. Enquête publique…

Ce qui est bien avec les gens de pouvoir, c’est qu’ils ne savent pas s’arrêter avant le mur, tant le désir de dominer les rends aveugles.

Courte vue, court terme, courte victoire. Et pour passer à l’Histoire…

Ce sont des traces de camions; ils n’avaient pas le choix la barre étant trop basse..!

Sur le plan symbolique cette image dit tout.

Si on peut passer à coté, on le fera. C’est aussi simple que ça. Il ne reste qu’à paver les nouveaux sentiers battus.

D’accord avec Normand Carrier. Ajoutons qu’il faut voir pour 2011. Plus douloureux encore la question qui tue: Pourra-t-il changer quelque chose?

La police de l’asphalte de Charest n’ira pas plus loin que sa police de la langue anglaise anti loi 101 et sa police des écoles ethniques .

Vous voulez vraiment régler le roblème de la corruption de fonctionnaires et politiciens? Réduisez le rôle de l’État et mettez fin aux privilèges monayables que ces derniers ont entre les mains.

Ceux qui se déplacent en bateau, hélico et jets privés, ne laissent pas de traces. Ils n’ont pas vraiment de port d’attache, leurs comptes « off shore » pour le « cash » qu’ils cachent, hors de portée des masses qui en arrachent, des parquets qui « crashent ». C’est à notre face qu’ils crachent sans interrompre leur marche, arborant leur panache, aux laborieux qu’ils arnachent.

La brigade anti-collusion annoncée par la ministre incompétente des transports est de la poudre aux yeux lancée par le gouvernement libéral corrompu. La ministre a également annoncé que les compagnies ont légalement le droit de fournir aux partis politiques. Elle a une fois de plus démontré son ignorance crasse et son imcompétence à agir comme ministre des transports. On comprend encore davantage pourquoi La Boulet et Charest ne veulent d’enquête publique pour revoir les façons de faire du passé parce que ça pue drôlement.

Elle dort quand son chauffeur conduit, elle ne connaît pas les lois qui régissent le financement des partis politiques, elle juge que les pratiques d’octroi des contrats par son ministère sont correctes (il ne faut surtout pas revenir en arrière) et qu’un peu de mascara va couvrir la malhonnêteté.

Le gouvernement est corrompu et il n’a plus la légitimité pour gouverner. Une enquête publique s’impose.